Veilleur en éveil

 

PALESTINE : AL-LOULOU MEURT SEULE. SES PARENTS INTERDITS PAR L’OCCUPANT ISRAELIEN DE L'ACCOMPAGNER A L'HOPITAL

Al-Loulou meurt seule. Ses parents interdits par l’occupation de l’accompagner à l’hôpital

 Depuis 44 minutes  27 mai 2019

aicha

 Moyent-Orient - Palestine

La fillette palestinienne, Aicha al-Loulou, 5 ans a été transférée seule de Gaza vers un hôpital à l’est de Jérusalem AlQuds occupée. Bien qu’elle soit atteinte d’une tumeur cancérigène dans la tête, les forces d’occupation ont interdits à ses parents, voire à sa grand-mère âgée, de l’accompagner.

Un des médecins, ayant participé à une opération compliquée dans sa tête, a affirmé que le fait qu’elle soit restée seule à ce moment critique a entrainé la dégradation de sa santé.

Aicha al-Loulou est retourné chez ses parents couvertes d’un linceul.

Traduit à partir de Haaretz

https://french.almanar.com.lb/1378236


 

YEMEN : AL-HOUTHI, LE CHEF DU HAUT COMITE REVOLUTIONNAIRE EXPLIQUE POURQUOI LES ATTAQUES CONTRE L'ARABIE ONT REPRIS

Yémen : Al-Houthi explique pourquoi les attaques contre l’Arabie ont repris

 Depuis 6 minutes  27 mai 2019

houthi-m-ali

 Monde arabe - Yémen 

Le chef du haut comité révolutionnaire, Mohammad al-Houthi, a affirmé que les attaques aux drones ont repris en raison du mépris de la coalition des initiatives de paix présentées par Ansarullah  (mouvement de résistance yéménite). M.al-Houthi a rejeté les allégations saoudiennes selon lesquelles les attaques yéménites ont été menées sous ordre de l’Iran. Le dirigeant yéménite a déclaré dans une interview avec Reuters: ‘Nous sommes indépendants dans la prise de nos décisions et nous dépendons d’aucune partie’.

Les forces yéménites ont intensifié, ces dernières semaines, leur riposte aux agressions saoudiennes. L’armée de l’air de l’armée yéménite et d’Ansarullah a mené, le 14 mai, une attaque aux drones  sans précédent contre des installations vitales à Ryad.

Cette attaque menée par un groupe de sept drones a visé de façon simultanée deux stations de pompage appartenant à la compagnie pétrolière Aramco à Ryad.

M.al-Houthi a rappelé que ‘les forces yéménites avaient convenu l’an dernier de mettre fin à leurs attaques et s’étaient dites prêtes à prendre de nouvelles mesures. Mais malheureusement les pays de la coalition (saoudo-émirati-US avaient réagi avec mépris et indifférence à nos initiatives’.

Il a ajouté que les forces yéménites se sont récemment retirées unilatéralement des trois ports de la mer Rouge conformément à l’accord de trêve conclu en Suède (décembre 2018) sur Hodeïda. Or, La coalition dirigée par l’Arabie saoudite a refusé de faire pareil.

 

Source: Traduit à partir d'AlQuds al-Arabi

https://french.almanar.com.lb/1378291



 

AFRIQUE : LE BURKINA A DEPOSE LA MARQUE FASO DAN FANI, LE "PAGNE TISSE DE LA PATRIE"

Dévoilement du logo du Faso Dan Fani, Ministère de l’Artisanat

Le Burkina dépose la marque Faso Dan Fani, le «pagne tissé de la patrie»

© Photo. © Ministère de l’Artisanat

AFRIQUE

URL courte

Roland Klohi

110

Expression par excellence du savoir-faire traditionnel burkinabè, le Faso Dan Fani, fierté nationale, est sur le point de devenir une marque déposée. Le processus de labellisation de ce pagne tissé avec des fils de coton, engagé depuis 2018 par les autorités burkinabè pour le valoriser et le prémunir contre la contrefaçon, est arrivé à son terme.

«Le Faso Dan Fani est une marque du Burkina Faso, personne ne pourra l’arracher. Il existe de la cotonnade partout, mais le Faso Dan Fani est burkinabè et restera burkinabè pour valoriser le travail de nos braves tisseuses», a fièrement soutenu le 30 avril 2019 Harouna Kaboré, ministre de l’Artisanat, lors d’une cérémonie à Ouagadougou, au cours de laquelle le logo de la marque a été dévoilé.

Le ministère du Commerce et de l’Artisanat a amorcé en 2018 un projet de labellisation de quatre produits nationaux: le Faso Dan Fani, le chapeau de Saponé (commune à une trentaine de km au sud de Ouagadougou), le beurre de karité, ainsi que les cuirs et peaux tannés de Kaya (ville à 100 km au nord-est de Ouagadougou).

La protection du Faso Dan Fani, a précisé le ministère, est effectuée tant au niveau régional, auprès de l’Organisation Africaine de la propriété Intellectuelle (OAPI), qu’international. Au Burkina, des quatre produits en cours de labellisation, le Faso Dan Fani, bénéficie d’une attention particulière. Et pour cause, puisqu’il est celui qui incarne le mieux la quintessence du savoir-faire traditionnel burkinabè.

 

Des enfants sous un arbre à Limani, Cameroun

© SPUTNIK . ANICET SIMO

Au Cameroun, le charbon «vert» de Muller Tenkeu combat la déforestation

Le tissage du coton est une pratique multiséculaire au Burkina. Longtemps premier producteur africain, le pays qui a vu sa production régulièrement baisser ces dernières années, pour s’établir à près de 450.000 tonnes sur la campagne 2018-2019, occupe actuellement la quatrième place derrière le Bénin, le Mali et la Côte d’Ivoire. L’or blanc (production de coton) qui contribue à plus de 4% du PIB, fait vivre pas moins de quatre millions de Burkinabè. Si le Faso Dan Fani est une fierté burkinabè, la confection de ce produit 100% artisanal ne fait pas intervenir que des ingrédients 100% burkinabè.. C’est le cas notamment de la teinture que les tisseuses burkinabè font souvent venir du Mali.

 

 

La famille du Président Thomas Sankara vêtu de Faso Dan Fani

© PHOTO. IMAGE DE BLOG MONFASODANFANI.COM

La famille du Président Thomas Sankara vêtu de Faso Dan Fani

C’est dans les années 1980, à partir de l’accession au pouvoir de Thomas Sankara, que débute véritablement la valorisation du Faso Dan Fani, qui s’inscrit dans un programme national de promotion des produits locaux. Le président révolutionnaire va faire du port du pagne tissé un acte patriotique et l’expression de l’aspiration au développement d’un pays qui compte parmi les plus pauvres au monde: le Faso Dan Fani est imposé par décret aux fonctionnaires comme tenue officielle au Burkina, mais aussi à l’extérieur.

 

«Faisons en sorte également que le marché africain soit le marché des Africains: produire en Afrique, transformer en Afrique et consommer en Afrique. Produisons ce dont nous avons besoin et consommons ce que nous produisons au lieu d’importer. Le Burkina Faso est venu vous exposer ici la cotonnade produite au Burkina Faso, tissée au Burkina Faso, cousue au Burkina Faso, pour habiller les Burkinabè. Ma délégation et moi-même nous sommes habillés par nos tisserands, nos paysans. Il n’y a pas un seul fil qui vienne de l’Europe ou de l’Amérique», avait déclaré le 29 juillet 1987 Thomas Sankara lors d’un discours prononcé à la 25e Conférence au sommet des pays membres de l’OUA, l’actuelle Union Africaine.

Après l’assassinat de Thomas Sankara le 15 octobre 1987, son successeur, Blaise Compaoré, met fin à l’obligation du port du Faso Dan Fani, qui continue toutefois de bénéficier d’une vitrine internationale intéressante au Salon International de l’Artisanat de Ouagadougou (SIAO).

En novembre 2017, l’ex-Premier Paul Kaba Thiéba va signer un arrêté qui remet au goût du jour le port du Faso Dan Fani lors de cérémonies officielles conduites par le Président, le Premier ministre ou les ministres.

«Dans le cadre de la promotion de l’identité culturelle, le port du Faso Dan Fani par les autorités politiques est encouragé lors des cérémonies officielles ou des manifestations d’envergure nationale», dispose l’article 1 de l’arrêté.

De même, l’arrêté ajoute que «les commandes publiques des structures de l’État à l’occasion des cérémonies officielles ou des manifestations d’envergure nationale donnant lieu à l’utilisation de tissus, portent prioritairement sur le Faso Dan Fani».  

La qualité du matériau et sa finition font du Faso Dan Fani un produit qui parvient à s’exporter dans la sous-région ouest-africaine et dans le monde, selon Nadège Balima, une commerçante burkinabè interrogée à Abidjan.

«L’artisanat burkinabè peut se permettre de rêver plus grand grâce au Faso Dan Fani», soutient la jeune femme au micro de Sputnik.

Installée en Côte d'Ivoire depuis un an et demi, cette commerçante vend en ligne du pagne tissé qu’elle importe, en partenariat avec des artisans du Burkina.

«Cette labellisation est importante pour notre culture. Surtout que le produit est de plus en plus populaire, ça nous assure qu’il reste le nôtre et que n’importe qui ne puisse pas en faire. Comme son nom l’indique, Faso Dan Fani signifie le pagne tissé de la patrie. Et cette patrie, c’est le Burkina. Une fois que ce n’est plus produit au Burkina, ce n’est plus du Faso Dan Fani», insiste Nadège Balima.

Le succès du Faso Dan Fani ne manque pas d’attirer les convoitises. Le produit est notamment victime de contrefaçons de la part d’entreprises chinoises. Interrogé par Sputnik, Hamidou Bamogo, vendeur du pagne patriotique depuis plus d’une décennie au grand marché de Ouagadougou, explique qu’il lui est «même parfois difficile de faire la distinction entre l’original et la copie», tant la contrefaçon est de plus en plus élaborée.

 

In this Monday Jan. 18, 2016 file photo, a soldier stands guard outside the Splendid Hotel in Ouagadougou, Burkina Faso.

© AP PHOTO / SUNDAY ALAMBA

Au Burkina, «les choses commencent à changer avec les nouveaux responsables militaires»

Le 15 avril 2019, le ministère du Commerce et de l’Artisanat est intervenu pour démentir une information relayée sur les réseaux sociaux selon laquelle une firme chinoise avait introduit auprès de l’OAPI une demande de protection du label Faso Dan Fani.

 

«La labellisation va nous permettre de pouvoir authentifier le véritable Faso Dan Fani et éviter ainsi les copies qui font tomber la valeur du pagne et, ce faisant, casse le marché», renchérit Nadège Balima.

https://fr.sputniknews.com/afrique/201905271041253953-le-burkina-depose-la-marque-faso-dan-fani-le-pagne-tisse-de-la-patrie/


 

ATTAQUE CONTRE LES DROITS FONDAMENTAUX DES FEMMES AUX USA

COMM. DE PRESSE

 

AMÉRIQUE MOBILISATION INSTITUTIONS

ATTAQUE CONTRE LES DROITS FONDAMENTAUX DES FEMMES AUX ÉTATS-UNIS

PUBLIÉ LE 27 MAI 2019

 

TEMPS DE LECTURE : 2 MIN.

L’avortement est une liberté fondamentale inscrite dans les conventions internationales. Il s’agit d’un droit indispensable à la santé des femmes, à leur émancipation, à leur scolarisation, à leur accès au travail et donc à leur autonomie financière. En dépit de ces engagements et des multiples recommandations de l’ONU, de nombreux pays continuent à interdire ou à restreindre l’accès à l’avortement.

C’est le cas aux États-Unis où le Sénat d’Alabama a adopté un texte, le plus répressif du pays, interdisant la quasi-totalité des Interruptions Volontaires de Grossesse, même en cas d'inceste ou de viol. Il assimile l'avortement à un homicide et prévoit une peine de 10 à 99 ans de prison pour les médecins le pratiquant, sauf en cas d'urgence vitale pour la mère ou d'anomalie létale du fœtus. Ce texte va à l’encontre de la loi de 1973 qui a légalisé l’avortement dans le pays.
Depuis le début d’année, de nombreux états des États-Unis ont mis en place des mesures drastiques restrictives voire visant à interdire totalement l’accès à l’avortement.
La CGT apporte son soutien à toutes les actions menées pour garantir aux femmes le libre choix ainsi qu’à disposer de leur corps. Les droits sexuels sont un préalable à l’égalité femmes-hommes. La CGT appelle aux côtés des organisations féministes à manifester, à Paris, devant l’Ambassade des États-Unis (rendez-vous lundi 27 mai, à 18h30, angle Bd Malesherbes et rue Boissy d'Anglas) pour soutenir le droit à l'avortement, organisé par le Collectif « Avortement en Europe les femmes décident ».
En Europe, en France, la situation est inquiétante. Alors qu’au lendemain des élections européennes, la montée des extrêmes droites au parlement européen se fait ressentir, avec une position française des plus inquiétantes.
La CGT appelle le gouvernement français et les institutions européennes à une réaction très ferme pour le respect de la convention européenne des Droits humains.    

Montreuil, le 27 mai 2019

https://www.cgt.fr/comm-de-presse/attaque-contre-les-droits-fondamentaux-des-femmes-aux-etats-unis



 

JANET ET JANINE AFRICA LIBEREES APRES 40 ANNEES DE PRISON

 Janet et Janine AFRICA ont été libérées hier après 40 ans de prison

 

 

Quelle belle nouvelle ! Un an après la libération de Debbie Africa - la première des « MOVE 9 » à sortir vivante de prison - ses deux compagnes de cellule viennent à leur tour de quitter l'univers carcéral pour femmes de Cambridge Springs (Pennsylvanie) … En pièce jointe la photo de Janet et Janine quelques minutes après leur sortie de prison. C’est un immense soulagement pour toutes celles et tous ceux qui ont combattu aux côtés de cette famille endeuillée et décimée par l’extrême violence politique et policière dont elle est victime depuis plus de 40 ans. Avec au premier rang de ses soutiens Mumia Abu-Jamal.

 

Le collectif français LIBERONS MUMIA est particulièrement honoré de compter parmi les fidèles de ces femmes courageuses et combattantes. Les visites régulières qui leur ont été rendues en prison, tout comme les campagnes menées en France pour leur libération témoignent de cette solidarité et de ce combat partagé : https://bit.ly/2JYV8Gz

 

Claude Guillaumaud-Pujol et Jacky Hortaut, co-animateurs du Collectif français, avaient pris date pour leur rendre à nouveau visite au lendemain de leur rencontre avec Mumia programmée début juin. Quelle joie que cette visite puisse avoir lieu pour la première fois hors les murs de la prison.

 

Pour en savoir plus sur ce très long combat :

>>> lire l’article du GUARDIAN (pièce jointe)

>>> lire le livre de Claude Guillaumaud-Pujol « Prisons de femmes » édité par Le Temps des Cerises (bon de commande en pièce jointe)

>>> consultez le site « MOVE » : www.move- thestory.com

 

COLLECTIF FRANÇAIS "LIBÉRONS MUMIA !"

rassemblant une centaine d'organisations et de collectivités publiques

MEMBRE DE LA COALITION MONDIALE CONTRE LA PEINE DE MORT

Courriel : contact@mumiabujamal.com

Site Web:  www.mumiabujamal.com



 

CUBA REITERE SON SOUTIEN A LA SYRIE

Cuba soutient le combat antiterroriste de la Syrie

Sun May 26, 2019 6:0PM

Le siège du ministère cubain des Affaires étrangères à La Havane. (Photo d’archives)

Le siège du ministère cubain des Affaires étrangères à La Havane. (Photo d’archives)

L’ambassadeur de Syrie à Cuba, Idris Mia, a rencontré hier, samedi 25 mai 2019, la vice-ministre cubaine des Affaires étrangères, Anayansi Rodriguez Camejo.

Au cours de cette rencontre, la vice-ministre cubaine des Affaires étrangères a réitéré le soutien de La Havane à la Syrie et a rendu hommage à la volonté et à la résistance de l’armée et du peuple syriens dans le combat contre les terroristes.

« Cuba reste l’ami de la Syrie dans toutes les organisations et les conférences internationales », a-t-elle ajouté.

Lors de cette réunion à laquelle assistaient également des ambassadeurs des pays amis de Cuba, l’ambassadeur syrien, Idris Mia, a déclaré que la Syrie soutenait en retour Cuba dans sa lutte contre les sanctions américaines à l’encontre du peuple cubain.

Récemment, l’ambassadeur de Cuba en poste à Damas avait déclaré, lors d’une interview avec l’agence de presse syrienne SANA, que pendant les huit ans de la guerre des Syriens contre le terrorisme, l’ambassade de Cuba à Damas est toujours restée ouverte. Il avait ajouté que l’agence de presse cubaine contribuait activement à la diffusion dans le monde de la situation réelle en Syrie.

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/05/26/596991/La-Havane-ritre-son-soutien--la-Syrie


 

TEL-AVIV : DES MILLIERS D'ISRAELIENS MANIFESTENT CONTRE NETANYAHOU. "ON NE VOUS LAISSERA PAS ETRE UN DICTATEUR"

«On ne vous laissera pas être un dictateur»: des milliers d'Israéliens manifestent contre Netanyahou

- Avec AFP

«On ne vous laissera pas être un dictateur»: des milliers d'Israéliens manifestent contre Netanyahou

© Jack Guez Source: AFP

Des milliers d'Israéliens défilent, à Tel Aviv, pour marquer leur opposition au Premier ministre, Benjamin Netanyahou, le 25 mai 2019.

 

L'opposition israélienne a manifesté contre Benjamin Netanyahou le 25 mai à Tel-Aviv. Elle craint que la future coalition prenne des mesures visant à affaiblir le pouvoir judiciaire, qui cherche à lancer un procès contre le Premier ministre.

Des milliers d'Israéliens ont manifesté dans la soirée du 25 mai, à Tel-Aviv, contre d'éventuels accords de coalition du Premier ministre désigné, Benjamin Netanyahou, qui pourraient constituer pour l'opposition la fin de la démocratie dans le pays. Ce dernier, qui a remporté les législatives du 9 avril, a jusqu'au 29 mai au soir pour former une nouvelle coalition.

Jusqu’à présent il n'a pas réussi à répondre aux exigences conflictuelles de ses potentiels partenaires gouvernementaux, principalement sur la question de la conscription dans l'armée des juifs ultra-orthodoxes. Si aucun accord n’a été présenté jusqu’à présent, les spéculations vont bon train sur le fait que les membres de la coalition pourraient accepter des mesures visant à affaiblir le pouvoir judiciaire, qui cherche à lancer un procès contre Benjamin Netanyahou. 

«Vous n'êtes pas au-dessus des lois, on ne vous laissera pas être un dictateur»

Le procureur général israélien Avichai Mandelblit a repoussé mercredi à début octobre la date à laquelle le Premier ministre sortant doit être entendu pour répondre des accusations de corruption pesant sur lui. En février, il avait annoncé son intention d'inculper le Premier ministre pour «corruption», «fraude» et «abus de confiance» dans trois affaires. Le Premier ministre nie en bloc les accusations et dénonce une «chasse aux sorcières».

Nous ne vous laisserons pas transformer un Israël démocratique en une cour privée d’une famille royale ou d’un sultanat

Lire aussi

Manifestation du mouvement BDS au centre commercial Killarney à Johannesburg le 25 octobre 2014. (image d'illustration)

Pour le Parlement allemand, le mouvement BDS est «antisémite»

Dans la soirée du 25 mai, des milliers de personnes ont agité le drapeau israélien, scandant des slogans tels que «un peuple, une loi». «Nous ne vous laisserons pas transformer un Israël démocratique en une cour privée d’une famille royale ou d’un sultanat», a déclaré Benny Gantz, chef de l’alliance de centre-droit Bleu-blanc, principal parti d’opposition. «Vous n'êtes pas au-dessus des lois, on ne vous laissera pas être un dictateur», a lancé pour sa part Yair Lapid, également de l'alliance Bleu-blanc. «Nous sommes ici pour combattre pour notre pays. Netanyahou va écraser la Cour suprême pour empêcher la justice [de faire son travail]», a affirmé Tamar Zandberg du parti Meretz.

Les organisateurs ont estimé que des dizaines de milliers de personnes avaient participé à la marche qui a eu lieu devant le musée de Tel-Aviv. Moins de 10 000 manifestants étaient présents, selon la police.

Si Benjamin Netanyahou ne parvient pas à former une coalition d’ici le 29 mai, le président Reuven Rivlin pourrait confier la mission à un autre député.

Lire aussi : Jérusalem : des femmes en soutien-gorge tentent de perturber une manifestation d'ultra-orthodoxes

https://francais.rt.com/international/62417-onne-vous-laissera-pas-etre-dictateur-milliers-israeliens-manifestent-netanyahou


 

L'ATTAQUE US CONTRE LE GEANT CHINOIS DES TELECOMS HUAWEI NE RISQUE-T-ELLE PAS DE SCINDER LE MONDE EN DEUX ?

Image d'illustration

L’attaque US contre le chinois Huawei ne risque-t-elle pas de scinder le monde en deux?

© REUTERS / Dado Ruvic/Illustration

INTERNATIONAL

URL courte

5180

Malgré les puissantes pressions des États-Unis, d’autres pays ne sont pas très pressés de rompre définitivement les relations avec le géant chinois des télécoms Huawei. Cela dépend beaucoup des entreprises privées qui n’acceptent pas souvent le diktat de l’État. Un analyste économique chinois a commenté la situation pour Sputnik.

Les États-Unis pressent d'autres pays d'adhérer aux sanctions américaines contre le géant chinois des télécoms Huawei, mais les États ne peuvent pas toujours dicter leur volonté aux hommes d'affaires, soucieux avant tout de leurs avantages économiques, a déclaré à Sputnik Zhou Rong, chercheur à l'Institut d'études financières, auprès de l'université Renmin en Chine.

Huawei

© REUTERS / DADO RUVIC

Affaire Huawei: la Chine pourrait interdire son marché aux entreprises technologiques US

 

«Jusqu'à présent, certains pays ont obéi aux États-Unis, adhérant au boycott de Huawei, ce qui est tout à fait normal. Je veux citer à cette occasion Mao Zedong qui disait: "L'impérialisme et tous les réactionnaires sont des tigres de papier". À l'époque, la Chine vivait dans une situation internationale beaucoup plus compliquée. Presque le monde entier pratiquait alors une politique d'isolement économique envers la Chine», a souligné l'interlocuteur de l'agence.

Et de rappeler que le pays avait tenu ferme.

iPhone

© SPUTNIK . WALERIJ MELNIKOW

Jeux patriotiques: les Chinois se débarrassent de leurs iPhone pour des Huawei

 

«Et avec sa puissance actuelle, la Chine va facilement tenir le coup. Tout d'abord, le fameux camp antichinois ne s'est pas encore formé. […] Et ensuite, les hommes d'affaires se soucient avant tout de leurs propres profits», a poursuivi l'expert.

Selon ce dernier, les hommes d'affaires finiront par comprendre que se placer sous la houlette des États-Unis leur apportera beaucoup plus de mal que de bien.

Huawei

© REUTERS /

Donald Trump trouve un dénouement à la question de Huawei

 

«À présent, ce sont essentiellement les pays partenaires des États-Unis au sein de "l'Alliance des 5 yeux" qui se placent sous leur houlette. Ce sont notamment le Royaume-Uni, le Canada, l'Australie et la Nouvelle-Zélande. Mais à part ceux-ci, d'autres pays d'Asie, d'Afrique, d'Europe et d'Amérique latine ne brûlent pas vraiment d'adhérer aux sanctions visant Huawei», a résumé le chercheur.

Donald Trump a signé, mercredi 15 mai, un décret interdisant aux entreprises américaines d'utiliser du matériel de télécommunication fabriqué par des entreprises présentant un risque pour la sécurité nationale, ce qui revient à interdire aux groupes américains de faire affaire avec Huawei.

Reuters a rapporté le 19 mai que Google, filiale d'Alphabet, ne fournirait plus de logiciels, de matériel informatique ni de services techniques à Huawei, à l'exception des services disponibles en open source.

https://fr.sputniknews.com/international/201905261041245546-usa-huawei-sanctions-pressions-royaume-uni-nouvelle-zelande-australie-hommes-affaires-diktat/


 

LANCEMENT SUR LE TERRITOIRE IRAKIEN DU PREMIER TRONÇON DE LA ROUTE STRATEGIQUE RELIANT L'IRAN AU LIBAN

Pont terrestre reliant Téhéran à Beyrouth : le premier tronçon lancé

 Depuis 6 heures  26 mai 2019

pont_teheran_beyrouth

 Iran - Monde islamique

Pourquoi vouloir mettre l’Iran à la porte de la Syrie en l’accusant d’être en quête de se doter d’une base militaire à Lattaquié au nord de la Syrie, en faisant croire à une rivalité irano-russe en Syrie?
La réponse n’est peut-être pas à rechercher du côté des « velléités expansionnistes » que les États-Unis et Cie ne cessent d’attribuer à l’Iran mais plutôt dans cette route stratégique dont le premier tronçon vient d’être lancé sur le territoire irakien.

La route reliant l’Iran à l’Irak traversera le sud-ouest de Mossoul avant d’entrer en territoire syrien et transiter vers la Méditerranée. Les réserves gazières syriennes, réparties dans le nord et le sud du pays, sont estimés à 123 milliards de mètres cubes tandis que la quantité de ses gisements pétroliers sera équivalente à celle du Koweït. Cette route stratégique baptisée dans les milieux eurasiatique « route de la soie 2 » acquiert à la fois le soutien de la Chine et de la Russie mais aussi l’appui de l’Inde qui investit à Tchabahar, port stratégique du sud de l’Iran pour le relier aux quatre provinces afghanes que sont Herat, Kandahar, Kaboul et Mazâr-e Charîf .

En Irak, l’Iran a accès à cinq axes routiers principaux: Shalamcheh-Bassora, Shayb-Maysan, Mehran-Badra, Zarbatiyeh-Diayali mais aussi des axes traversant le Kurdistan irakien. Avec une si énorme capacité transfrontalière, l’Iran relie l’ouest asiatique à l’est du continent et rivalise avec la route «américaine » qui vise à connecter l’ouest de l’Irak (la fameuse al-Anbar) à la Jordanie puis à l’Arabie saoudite pour le grand bonheur d’Israël.

Or le corridor de la Résistance qui devrait donner accès depuis l’Iran à la Méditerrané et auquel participe, outre les trois pays directement concernés, l’Inde, la Chine et la Russie, est une voie de transit peu coûteuse qui met à profit un vaste réseau terrestre et maritime et relie les ports du sud iranien à la Méditerranée. Bref, il s’agit d’un projet eurasiatique dans le vrais sens du terme.

Samedi, la société israélienne Image Satellite a encore publié des images mettant en scène les travaux de constructions qui se déroulent entre la ville frontalière syrienne d’Abou Kamal et la ville frontalière irakienne d’al-Qaem. Cette frontière est contrôlée par les Hachd al-Chaabi (Unités de mobilisation populaire) du côté irakien et par l’armée syrienne et le Corps des gardiens de la Révolution islamique (CGRI) du côté syrien.
Cette carte montre un aperçu d’une route reliant Téhéran à la Méditerranée en passant par des villes frontalières irakienne et syrienne. ©Mashregh News/Illustration

Selon Al-Masdar News qui reprend les images et y ajoute un reportage, le corridor Iran-Méditerranée vient d’être parachevé sur son premier tronçon : le coup d’envoi d’une voie ferrée de 32 km entre Shalamcheh et Bassora, d’un pont de liaison au-dessus du fleuve Arvandroud (Chatt-el-Arab en arabe) vient d’être donné. Durant sa visite ce dimanche en Irak, le ministre iranien des Affaires étrangères Mohamad Javad Zarif a annoncé devant son homologue irakien le lancement de la voie ferrée entre les deux pays.

Pour Israël et les États-Unis, la capacité de l’Iran à gérer un si vaste réseau terrestre et maritime est un méga défi.
Dans un premier temps, l’ouverture de cette autoroute internationale, permettra à l’Iran et à la Syrie de contourner les sanctions que leur infligent les États-Unis. L’ouverture de cette autoroute revêt ainsi une importance capitale pour le gouvernement syrien, car les sanctions occidentales ont empêché les cargaisons de pétrole étrangères d’atteindre leurs villes portuaires. Mais ceci n’est qu’une simple facette du méga projet en cours qui devra à la fois impliquer la Chine, la Russie et l’Inde. D’où l’insistance de Washington et de Tel-Aviv pour que l’Iran soit éliminé de la scène syrienne.

Mais il est déjà beaucoup trop tard. Lors d’un forum économique et commercial irano-irakien tenu le 7 avril à Téhéran, les autorités iraniennes ont déclaré que l’Iran relierait le golfe Persique à l’Irak, à la Syrie et ensuite à la Méditerranée via des routes et des voies ferrées.

En janvier, le ministre syrien des Transports a déclaré que la liaison ferroviaire entre l’Irak et l’Iran était l’une des priorités de Damas et qu’elle s’inscrivait dans le cadre de la stratégie visant à renforcer les relations avec les voisins. Il a ajouté que ce réseau pourrait ensuite être lié aux réseaux ferroviaires de l’Asie Mineure, de la Chine et de la Russie.

Source: Press TV

http://french.almanar.com.lb/1377180


 

ESTIMATION DU COUT D'UNE GUERRE CONTRE L'IRAN

Estimations sur le prix d’une guerre contre l’Iran

 Depuis 4 heures  26 mai 2019

guerre_iran

 Iran - Monde islamique - Spécial notre site

 

Rédaction du site

Des experts militaires et économiques se sont attelés sur des études afin de prédire le cout d’une guerre contre l’Iran.

Selon le site d’informations en ligne Watanserb, les premières estimations font état de 3 trillions de dollars comme couts directs. Sachant qu’il est difficile d’estimer les couts indirects et dont le montant devrait dépasser le un trillion de dollars.

Des experts militaires russes ont pour leur part souligné qu’une guerre contre l’Iran pour y renverser le pouvoir aurait besoin de 300 mille soldats et d’un millier d’avions militaires.

Sachant que celle contre l’Irak en 2003 avait nécessité le déploiement de 150 mille soldats américains en plus de plusieurs dizaines de milliers de pays alliés. Son cout global avait alors dépassé le montant de 3 trillions de dollars.

Pour plusieurs références expertes en la matière, conclut Watanserb, une guerre contre l’Iran serait de trois à cinq fois plus coûteuse que les guerres précédentes.

http://french.almanar.com.lb/1377653