Blog

LE SYNDICAT DE POLICE ALLIANCE APPELLE A FERMER LES COMMISSARIATS MERCREDI 19 DECEMBRE

Un syndicat policier appelle à «fermer les commissariats» mercredi

  
  • Par  Le Figaro.fr avec AFP 
  • Mis à jour  
  • Publié 

 

Le syndicat Alliance a demandé lundi, "à tous les policiers de France de ne sortir que sur appel" ce mercredi, sous le mot d'ordre "fermons les commissariats", afin d'obtenir du gouvernement de meilleures conditions de travail et de rémunération.

 

"Pour cette première journée d'action, les policiers sont conviés à rester dans les services et à ne répondre qu'aux appels d'urgence", a affirmé Alliance dans un communiqué.

Le syndicat de policiers Alliance appelle à la grève le 19 décembre

Le syndicat de police Alliance appelle à la grève le 19 décembre. Dans un communiqué, il exhorte les policiers à rester dans les commissariats et à ne répondre qu’aux appels d’urgence.

Le syndicat de gardiens de la paix et gradés qui réclame à l'exécutif "un plan Marshall" pour la police, demande aux députés de ne pas voter le projet de loi de finances 2019 estimant que le budget consacré aux forces de l'ordre est "insuffisant", relève Frédéric Lagache, secrétaire général adjoint d'Alliance.

Pour le syndicaliste, le projet de budget "doit prendre en considération un plan de modernisation tant sur le plan immobilier que sur le plan équipement" mais aussi "l'engagement sans faille des forces de sécurité, non seulement ces dernières semaines mais depuis plusieurs années".

"La balle est dans le camp de ceux qui nous méprisent. Nos conditions de travail et de vie sont sans rapport avec ce que les forces de l'ordre ont montré depuis un mois", a affirmé M. Lagache. "Si le président de la République n'annonce pas rapidement un plan “Marshall” pour la police nationale, d'autres types d'actions seraient alors mis en oeuvre", a alerté le numéro 2 du syndicat.

 

LIRE AUSSI - Ces millions d'heures sup' non payées qui suscitent la colère des policiers

 

Le Figaro.fr avec AFP

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2018/12/17/97002-20181217FILWWW00180-budget-2019-un-syndicat-policier-appelle-a-fermer-les-commissariats-mercredi.php


 

CRIMEE: LA RUSSIE DEPLOIE SES AVIONS DE CHASSE

Moscou/Kiev : les tensions entrent dans une nouvelle phase

Mon Dec 17, 2018 7:19PM

Chasseurs Su-30. ©Ministère russe de la Défense

Chasseurs Su-30. ©Ministère russe de la Défense

En riposte aux actes de provocation de Kiev en Crimée, la Russie y a stationné un nouveau lot de chasseurs Soukhoï Su-27 et  Su-30.

Dans un communiqué publié ce lundi 17 décembre, le ministre russe de la Défense a fait état du déploiement d’une dizaine de chasseurs Soukhoï Su-27 et Su-30 en Crimée.

Les avions de chasse russe Su-27 et Su-30 seront stationnés sur la base aérienne de Belbek, a précisé le communiqué.

Lire aussi : Les USA poussent Kiev à une guerre contre la Russie

Le communiqué de la Défense russe intervient après que le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov a déclaré à la radio Komsomolskaïa, que Pitro Porochenko, président ukrainien préparait une provocation armée planifiée d’ici la fin d’année.

Cependant, le chef de la diplomatie russe a exclu toute possibilité de déclenchement d'une guerre en indiquant que pour l’instant il n’y a aucune raison pour que les relations diplomatiques entre Moscou et Kiev se détériorent.

« Je peux juste vous assurer que la Russie n'entrera pas en guerre avec l’Ukraine », a affirmé Lavrov.

Les tensions montent entre Moscou et Kiev depuis le 25 novembre lorsque les navires de la marine ukrainienne ont effectué, selon le département du FSB pour la Crimée, des manœuvres dangereuses tout en violant la frontière russe en mer Noire, près du détroit de Kertch. Ayant entrepris une nouvelle tentative de provocation, les vaisseaux de la marine ukrainienne n’ont laissé d’autre choix aux garde-côtes russes que le recours à l’arme pour les arrêter.

Suite à l’incident que Moscou qualifie de « provocation », Kiev s’est mis à renforcer son système de défense antiaérienne et est allé jusqu’à stationner ses bombardiers sur ses bases aériennes situées aux frontières avec la Russie.

L’Ukraine avait même demandé à la Turquie de fermer le Bosphore aux navires russes au milieu de la fracture du détroit de Kertch.

L’appel anti-russe de Kiev à Ankara

L'Ukraine demande à la Turquie de fermer le Bosphore aux navires russes au milieu de la fracture du détroit de Kertch.

https://www.presstv.com/DetailFr/2018/12/17/583239/Crime--Moscou-dbarque-en-force


 

DECOLLAGE VERTICAL DU CHASSEUR DE COMBAT RUSSE DERNIER CRI MIG-35 (VIDEO)

Mig-35

Le décollage vertical du chasseur de combat russe dernier cri MiG-35 (vidéo)

© Sputnik . Vladimir Astapkovich

RUSSIE

URL courte

30994

Le décollage du chasseur de combat russe dernier cri MiG-35, doté d'un système de visée de 5ème génération, a été filmé. La vidéo montre comment l’avion décolle pratiquement à la verticale, ce qui est possible grâce à ses caractéristiques techniques.

La vidéo montrant le décollage du chasseur de combat russe de génération 4++ MiG-35 a été filmée et partagée sur la Toile par la chaîne de télévision russe Zvezda.

Sur la vidéo, on voit le décollage quasiment vertical de l'appareil. Cette manœuvre a pu être réalisée grâce à un rapport poussée sur poids inhabituel. Cette caractéristique fait que la puissance des deux moteurs est plus forte que la masse de l'avion.

 

Un chasseur MiG-35

© SPUTNIK . MAXIM BLINOV

L’armée russe recevra des chasseurs MiG-35 avant la date prévue initialement

Le nouveau fleuron de l'armée russe, construit sur la base du Mig-29, est doté d'un système de visée de 5ème génération. Le nouveau radar de cet avion à réaction a une portée de 300 kilomètres. Il est capable de suivre et de cibler jusqu'à 10 objectifs. Le chasseur détermine les installations dangereuses de manière autonome pour les détruire en priorité.

 

L'avion est équipé d'un appareil de pointage infrarouge élaboré à l'aide des technologies spatiales, qui n'avaient jamais encore été appliquées au domaine aéronautique. Cela a permis d'améliorer l'efficacité de ce système au combat. Les constructeurs ont également perfectionné nombre de modules intérieurs et ont installé des appareils plus puissants. Grâce aux matériaux utilisés, le chasseur est devenu plus léger et, par conséquent, plus mobile et plus rapide.

https://fr.sputniknews.com/russie/201812131039285672-chasseur-decollage-mig-35-video-russie/


 

SYRIE: DES CENTAINES D'ANCIENS TERRORISTES REJOIGNENT L'ARMEE SYRIENNE

Des anciens radicaux rejoignent les rangs de l'armée syrienne

Syrie: des centaines d’anciens radicaux rejoignent les rangs de l’Armée gouvernementale

© Sputnik . Firas al-Ahmad

2 / 2

INTERNATIONAL

URL courte

8261

Ayant fait le choix de bénéficier de l’amnistie, plusieurs centaines d’anciens membres de groupes armés illicites ont été accueillis dimanche au sein des troupes gouvernementales syriennes dans la province de Deraa. Sputnik était sur place.

La province syrienne de Deraa, connue pour être le berceau du conflit qui secoue la Syrie depuis plus de 7 ans, a accueilli une fête solennelle: en présence de responsables syriens et de militaires russes, plus de 350 anciens radicaux ou déserteurs ont prêté serment et rejoint les rangs des troupes gouvernementales. 

Ces nouvelles recrues ont confié à Sputnik être résolues à libérer la Syrie des terroristes qui y agissent encore et ont appelé d’autres membres de groupes terroristes à suivre leur exemple. 

  • Célébrations à Deraa
  • Des militaires syriens présents à la cérémonie
  • Des militaires russes et syriens ainsi que des responsables ont assisté aux célébrations
  • Célébration à Deraa

1 / 4

© SPUTNIK . FIRAS AL-AHMAD

Célébrations à Deraa

Pour rappel, il y a à peu près un mois, l’armée syrienne a libéré le sud de la Syrie et a signé une trêve avec plusieurs groupes armés  qui ont cessé les combats, déposé leurs armes lourdes et ont rejoint le nord du pays, ou ont accepté de revenir à la vie civile. 

https://fr.sputniknews.com/international/201812171039342750-syrie-radicaux-rejoignent-armee/


 

"DEGAGE VIEILLE TRUIE": UN POLICIER INSULTE UNE PASSANTE. PIQUEE AU VIF, ELLE NE SE DEMONTE PAS ET AFFRONTE LE MALOTRU

Police, image d'illustration

«Dégage vieille truie»: un policier insulte une femme, le Web outré (vidéo)

© AFP 2018 CHRISTOPHE ARCHAMBAULT

FRANCE

URL courte

28691

Mise en ligne le 8 décembre, une vidéo tournée en France lors de la mobilisation des Gilets jaunes montre un policier insultant une passante. Piquée au vif, cette dernière ne se démonte pas. On ignore ce qui a précédé la scène, mais le Net a saisi l’occasion pour évoquer l’augmentation du nombre de dérapages de la part des forces de l’ordre.

«Dégage vieille truie», entend-on un policier lancer à une passante sur une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux. Décidée à ne pas se laisser faire, la femme se retourne et affronte le malotru. Lorsque le représentant des forces de l’ordre lui répète la même phrase, elle s’en prend à lui:

«Pourquoi vous me dites ça, monsieur?», s’indigne-t-elle en haussant le ton.

 

Les «gilets jaunes» entament l’acte 2 de la mobilisation à Paris, 24 novembre 2018

© SPUTNIK .

«Gilets jaunes»: des CRS matraquent un sexagénaire, la #ViolencePolicière fustigée (vidéo)

C’est alors qu’un autre policier tente de la calmer en lui expliquant que ce n’est pas grave et qu’elle peut porter plainte. Il la prie ensuite de quitter les lieux. 
Mais la dame n’en démord pas et continue à exiger qu’on lui explique ce qu’elle a fait pour mériter un tel traitement.. «C’est gratuit», entend-on dire un homme qu’on ne voit pas à l’image. Au bout de plus d’une minute et demie d’échange, la femme quitte les lieux sous les applaudissements et les bravos.

Diffusée sur les réseaux sociaux, cette scène a été largement commentée par des internautes, dont certains ont constaté que les cas de dérapages commis par la police devenaient nombreux et que les autorités ne prenaient pas de mesures pour y couper court:

​D’autres se sont désolés du fait qu’aucun des collègues du policier qui avait insulté cette passante n’était intervenu alors qu’il avait enfreint le code de déontologie de la police.

https://fr.sputniknews.com/france/201812171039338576-policier-insulte-femme-video-reaction/


 

TIR DE GRENADE CONTRE UN GILET JAUNE A TERRE (VIDEO)

La police devant les Gilets jaunes sur la place de l'Opéra (15 décembre 2018) / image d'illustration

Tir de grenade sur un Gilet jaune à terre: le Net somme l’Intérieur de réagir (vidéo)

© AFP 2018 Geoffroy VAN DER HASSELT

FRANCE

URL courte

Dossier:

Mouvement des Gilets jaunes en France et en Belgique (281)

25359

Des internautes français ont interpellé le ministère de l’Intérieur et la Police nationale pour obtenir de leur part une réaction concernant un possible acte de violence commis par des policiers lors d’une manifestation des Gilets jaunes. Une vidéo qui circule sur les réseaux sociaux montre un Gilet jaune à terre touché par un tir de grenade.

Le visionnage d'une vidéo tournée pendant une des manifestations des Gilets jaunes a incité de nombreux internautes français à demander au ministère de l'Intérieur et à la Police nationale de réagir à la scène violente que montre cet enregistrement.

 

On voit un manifestant touché par une grenade tirée, volontairement selon des internautes, à bout portant par un policier.

Plusieurs internautes se sont servis des réseaux sociaux pour s'adresser au ministère de l'Intérieur:

D'autres utilisateurs ont relevé l'ambiguïté des images mises en ligne.

A cause du manque de stabilité de la caméra qui a filmé l'incident, on peut interpréter cet épisode de différentes manières. Ainsi, certains ont estimé qu'il s'agissait d'une manipulation réalisée par les Gilets jaunes eux-mêmes:

Pour d'autres internautes encore, les forces de l'ordre n'ont fait que leur travail:

Face à l'augmentation des prix du carburant qui frappe surtout le diesel, de nombreux Français sont descendus dans les rues le 17 novembre 2018. La vague de mécontentement se poursuit et est notamment suivie en Belgique. Les mobilisations des Gilets jaunes en France ont régulièrement dégénéré en affrontements entre les manifestants et les forces de l'ordre et ont été marquées par de nombreux pillages, cassages, incendies, interpellations et violences extrêmes.

Selon le dernier bilan, le ministère de l'Intérieur faisait état de 66.000 manifestants dans toute la France vers 19h00 dont 4.000 au plus fort de la journée à Paris samedi 15 décembre. Ces chiffres en baisse comparativement à la semaine dernière, alors que plus d'un policier était mobilisé pour chaque manifestant, n'ont pas tardé à faire polémique.

https://fr.sputniknews.com/france/201812171039339277-tir-grenade-gilet-jaune-police-net-interieur-reaction/


 

SELON LE HEZBOLLAH IRAKIEN, L'AMBASSADE US A BAGDAD FAIT OFFICE DE QG DES TERRORISTES DE DAESH

Ambassade US en Irak, véritable cellule d’opérations (Hezbollah irakien)

Mon Dec 17, 2018 3:52PM

Ambassade américaine à Bagdad. (Photo d'archives d'ABC News)

Ambassade américaine à Bagdad. (Photo d'archives d'ABC News)

Un responsable du mouvement irakien Harakat Hezbollah al-Nujaba estime que l’ambassade américaine à Bagdad fait office de « cellule d’opérations » et que Daech est un supplétif des États-Unis.

Le porte-parole du mouvement de résistance irakien, al-Nujaba, Hachem al-Moussaoui a affirmé que les États-Unis tentaient de perturber la sécurité dans les zones frontalières entre l’Irak et la Syrie pour ainsi ouvrir un passage pour les terroristes.

« La base américaine à al-Tanf en Syrie est un repaire des terroristes ; Daech a toujours été au service des États-Unis et c’est toujours le cas », a affirmé Hachem al-Moussaoui avant d’ajouter que les agissements du groupe terroriste Daech se font suivant un plan spécial de Washington.

PressTV-Al-Tanf : "les États-Unis sont des occupants !"

La Russie réaffirme que les États-Unis se sont emparés d’environ 55 kilomètres carrés des régions voisines d’al-Tanf, située dans l’est de la Syrie.

En allusion aux ingérences américaines dans les affaires intérieures de l’Irak, le porte-parole d’al-Nujaba a tenu à dire que l’ambassade américaine à Bagdad n’était pas, à proprement parler, un lieu pour les activités diplomatiques, mais plutôt une cellule d’opérations.

Selon le site d’information Nahrain, Hachem al-Moussaoui a précisé :

« La base américaine à al-Tanf, en Syrie voisine, offre un lieu de rassemblement aux terroristes. En fait, le groupe terroriste Daech est au service des Américains qui l’utilisent pour réaliser leurs plans. Les États-Unis ne veulent pas que la province d’Idlib en Syrie soit complètement nettoyée de la présence des terroristes, mais les forces américaines ne pourront pas rester éternellement en Syrie. Les Américains savent bien que l’axe de la Résistance s’est beaucoup renforcé. »

Lire aussi :

Al-Tanf : les USA à la rescousse des terroristes

L’armée syrienne a saisi plusieurs convois d’aliments et de munitions américains destinés à Daech à la frontière avec l’Irak.

Le porte-parole d’al-Nujaba a également mis en garde contre « les plans dangereux que les États-Unis, Israël et l’Arabie saoudite ont concoctés pour la région ». Il a souligné que Daech, le Front al-Nosra et d’autres réseaux criminels constituaient des bras militaires de l’Arabie saoudite et qu’ils étaient à l’origine de la propagation de la pensée wahhabite.

Hachem al-Moussaoui s’est félicité de « l’immense et précieuse victoire » obtenue par l’axe de la Résistance contre Daech, grâce à Dieu, aux exploits de ses combattants et à l’appui des sources d’imitation et de ses alliés régionaux dont notamment l’Iran et le Hezbollah.

D’après le porte-parole d’al-Nujaba, le monde doit savoir que c’est pour assurer la sécurité des pays de la région et protéger leurs peuples face à Daech que l’axe de la Résistance s’est impliqué dans la lutte contre ce groupe terroriste.

Ce n’est pas la première fois que ce mouvement irakien et d’autres composantes des Hachd al-Chaabi (Unités de mobilisation populaire d’Irak) dénoncent le rôle des Américains en appui aux terroristes en Irak. Par ailleurs, certains députés du Parlement irakien issus de divers courants ou partis politiques ont exprimé, ces derniers jours, leur volonté de faire adopter, au sein du Parlement, une loi réclamant le retrait complet des forces étrangères, surtout les forces américaines, d’Irak.

Retrait US d'Irak, le Parlement le veut

L’Irak déploie ses efforts pour chasser les troupes US tandis que ces dernières tentent d’y stabiliser leur présence.

https://www.presstv.com/DetailFr/2018/12/17/583207/Irak-Syrie-alTanf-ambassade-amricaine-Daech


 

BIEN QU'IL N'Y A PAS PHOTO ENTRE LE HEZBOLLAH ET "ISRAËL" POUTINE CONTINUE DE TERGIVERSER ENTRE LE HEZBOLLAH ET "ISRAËL"

Quelle serait la position russe dans un éventuel conflit Israël/Résistance ?

Mon Dec 17, 2018 4:27PM

Un combatant du Hezbollah libanais. (Photo d'archives)

Un combattant du Hezbollah libanais. (Photo d'archives)

Suite à la visite d’une délégation israélienne en Russie mardi dernier pour évoquer la question du Hezbollah et de la présence iranienne en Syrie, Moscou a appelé le Liban et Israël à respecter les termes de la résolution 1701 du Conseil de sécurité des Nations unies.

La visite de la délégation militaire israélienne est la première réunion entre des responsables israéliens et russes depuis le 20 septembre, lorsqu’une délégation israélienne s’est rendue à Moscou pour tenter d’apaiser les tensions causées par l’incident de l’avion russe Il-20 que les pilotes de F-16 israéliens ont utilisé comme bouclier pour éviter les missiles de la DCA syrienne. Une délégation qui n’a pas réussi à convaincre la Russie de la version israélienne des événements entourant l’incident qui a entraîné une crise diplomatique visiblement bien durable. La nouvelle délégation israélienne n'aurait pas plus de chance, vu que l'affaire de supposés tunnels du Hezbollah passe aux yeux de Moscou comme étant un nouveau coup de pub.

PressTV-S-300 : la Russie convoque Israël

Une délégation de militaires israéliens se rend à Moscou en vue de discuter "des mesures d’hostilité à l’encontre de l’Iran", dit la presse israélienne. Est-ce vrai?

En réalité, les envoyés de Netanyahu avaient pour mission de convaincre la Russie de Poutine du danger du groupe de résistance libanais dans le contexte de l’opération « Bouclier du Nord » pour détruire de supposés tunnels du Hezbollah. Mais ils ont échoué leur mission étant donné la violation quotidienne de l’espace aérien libanais par Tel-Aviv dont Moscou est conscient, car les systèmes anti-missiles russes S-300 déployés en Syrie couvrent également le ciel libanais.

Lire aussi: Israël accuse Moscou de couvrir les forces de la Résistance en Syrie

Répondant à une question sur la menace israélienne contre le Liban, au moment où Israël poursuit une opération à la frontière avec le Liban, le Premier ministre libanais désigné, Saad Hariri a dit le 13 décembre : « Vous avez entendu parler des tunnels (du Hezbollah entre le Liban et Israël). Mais avez-vous entendu parler des violations israéliennes contre notre territoire, nos espaces aérien et maritime? Cela est-il juste? »

Lire aussi: Le Premier ministre Hariri accuse Israël de violer la résolution 1701

« Est-ce que vous trouvez juste qu’Israël ait mené 150 sorties aériennes en violant l’espace aérien libanais durant le mois dernier? Est-ce que vous trouvez juste qu’Israël entre plus de 10 fois par mois dans nos eaux territoriales? » a-t-il-interrogé son public en ajoutant que les Libanais avaient également des terres occupées par Israël, les fameuses fermes de Chebaa.

Malgré la mise en garde de la Russie et de la communauté internationale contre Tel-Aviv de ne pas procéder à des mesures provocatrices, l’armée israélienne a violé ce lundi l’espace aérien du Liban.

« L’armée de l’air israélienne a effectué plusieurs passages au-dessus de la frontière libano-syrienne le dimanche 16 décembre, pour la première fois depuis l’éclatement de l’incident de l’avion russe Il-20 en septembre », ont rapporté des sources militaires à DEBKA.

Par ailleurs, il y a quelques jours, Israël se serait plaint lors de la visite de sa délégation militaire à Moscou auprès des autorités russes au sujet de l’usage de drapeaux russes par des convois militaires appartenant aux alliés de Moscou en Syrie (notamment le Hezbollah libanais).

L’ensemble des événements de ses dernières semaines montre bien que la Russie ne veut pas que le "fou de Tel-Aviv" ouvre un nouveau front Israël/Résistance.

https://www.presstv.com/DetailFr/2018/12/17/583209/Le-choix-russe-Isral-ou-Hezbollah


 

USA: PRES DE 15 000 ENFANTS DETENUS DANS DES CAMPS

Près de 15 000 enfants détenus dans des camps à travers les États-Unis

La guerre de Trump contre les immigrants

Par Niles Niemuth

Mondialisation.ca, 15 décembre 2018

wsws.org 14 décembre 2018

Région : 

Thème: 

Près de 15 000 enfants migrants sont détenus dans un réseau de centres de détention à travers les États-Unis. Les changements mis en œuvre par l’administration Trump ont presque saturé les prisons pour enfants et le gouvernement envisage de recruter davantage d’employés et augmenter le nombre de lits afin de permettre la détention d’un plus grand nombre d’adolescents.

Le ministère de la Santé et des Services sociaux, qui supervise l’incarcération des enfants d’immigrés dans plus de 100 sites, a annoncé jeudi que le système était saturé à 92 pour cent. Parmi les centres de détention les plus infâmes figurent le camp de tentes situé à Tornillo, au Texas, à la frontière américano-mexicaine, où environ 2 800 enfants sont détenus dans le désert.

Les enfants sont détenus à Tornillo pendant 50 jours en moyenne avant d’être remis à la garde de sponsors, généralement des membres de la famille vivant déjà aux États-Unis, qui prendront soin du mineur jusqu’à ce que son statut soit déterminé par un juge d’immigration. De nouveaux détenus arrivent dans le camp plus rapidement qu’ils ne sont remis aux sponsors.

Les conditions dans les centres de détention peuvent être traumatisantes, les enfants ayant été victimes de viols, d’abus sexuels et d’agressions. Une partie importante des personnes détenues sont des jeunes garçons d’Amérique centrale, entrés aux États-Unis sans parents et espérant obtenir l’asile face à la pauvreté et à la violence liée aux gangs dans leur pays d’origine.

La population de ces camps a commencé à grossir après que le gouvernement Trump a mis en place une politique exigeant que toute personne vivant avec des sponsors potentiels pour un enfant fournisse ses empreintes digitales et subisse une vérification de ses antécédents criminels.

Cela a fait craindre aux sponsors potentiels de faire courir le risque d’une arrestation ou d’une expulsion potentielle à d’autres membres de leur famille. Au moins 41 membres de familles ou de proches ont été arrêtés en vue de leur expulsion en 2018 après avoir tenté de sponsoriser un enfant détenu.

L’administration Trump a aussi intensifié ses attaques contre les migrants en procédant à des arrestations massives sur les lieux de travail par des agents de l’Immigration et de la Douane (ICE). Ces arrestations ont augmenté de plus de 640 pour cent, passant de 311 en 2017 à 2 304 en 2018. Les agents de la Sécurité intérieure ont lancé 300 enquêtes de plus sur le lieu de travail en 2018, passant de 1 681 en 2017 à 6 848.

L’un des plus importants raids menés cette année par ICE a eu lieu en juin dans le nord de l’Ohio où 146 immigrants ont été arrêtés dans les usines de traitement de la viande Fresh Mark ; 114 travailleurs ont été arrêtés dans les centres paysagers de Corso Flower & Garden Center. Les raids, qui ressemblaient à des opérations militaires, accompagnés d’hélicoptères faisant du surplace, ont brisé les communautés d’immigrés et ont arraché à leurs familles des êtres chers.

« Réduire l’emploi illégal contribue à renforcer la sécurité des frontières », s’est vanté Derek N. Benner, directeur adjoint des enquêtes sur la Sécurité intérieure, « et à réduire le nombre de crimes facilité par le travail illégal, depuis les réseaux de passeurs clandestins facilitant les passages frontaliers aux crimes collatéraux associés comme le vol d’identité, la fraude liée aux documents et aux allocutions sociales, et l’exploitation ouvrière ».

Contrairement à ce que prétend Benner, l’escalade des raids et arrestations sur le lieu de travail au cours de l’année écoulée est une attaque contre l’ensemble de la classe ouvrière et ne fait rien pour réduire l’exploitation. Les travailleurs nés dans le pays n’ont aucun intérêt à cautionner la séparation des pères et mères immigrés de leurs enfants. De plus, les méthodes genre Gestapo utilisées aujourd’hui contre les immigrés le seront contre tous les travailleurs à mesure que la lutte de classe s’intensifie.

Dans des conditions de crise politique et de conflit au sein de l’appareil d’État, Trump cherche à utiliser la question de l’immigration pour développer une base fasciste, y compris au sein de l’armée et de la police, en faisant appel à un nationalisme extrême et à la xénophobie.

Mardi, Trump a menacé d’utiliser l’armée pour construire un « mur frontalier » entre les Etats-Unis et le Mexique. «Si les démocrates ne nous donnent pas les voix pour sécuriser notre pays», a-t-il déclaré dans un tweet, «les forces armées construiront les sections restantes du mur. Elles savent à quel point c’est important! »

Répondant à des questions sur la proposition de Trump, le lieutenant-colonel Jamie Davis a déclaré à CNN: «À ce jour, il n’est pas prévu de construire des pans du mur. Cependant, le Congrès a proposé des options en vertu du titre 10 du Code américain qui pourraient permettre au ministère de la Défense de financer des projets de barrière frontalière, tels que des opérations de lutte contre la drogue ou des urgences nationales. »

Trump a déjà déployé des milliers de soldats en service actif à la frontière pour aider le Service des douanes et de la protection des frontières, notamment en renforçant les points de passage frontalier et en disposant du fil de fer barbelé. Ce qui était présenté comme une opération militaire limitée et temporaire visant à contrer les demandeurs d’asile des caravanes de travailleurs centraméricains est en passe de devenir un déploiement permanent aux États-Unis. Si certains soldats ont commencé à regagner leurs bases, 2 500 à 4 000 soldats devraient rester jusqu’au 31 janvier, soit après la date limite du 15 décembre annoncée par le secrétaire à la Défense, James Mattis.

Loin de s’opposer à l’agression croissante de Trump sur les immigrés et aux restrictions croissantes imposées aux demandeurs d’asile, le Parti démocrate a alterné entre silence et supplication de Trump pour qu’il trouve une entente avec eux. Lors des élections de mi-mandat, les démocrates ont tenté même d’éviter de discuter de la question de l’immigration, affirmant que c’était une distraction. Même ceux qui se présentent comme « progressistes », tels que la députée de New York Ocasio Cortez, ont abandonné l’appel à « Abolir ICE ». Depuis son élection, Ocasio-Cortez n’a pratiquement rien dit sur l’immigration.

L’entente fondamentale entre les démocrates et Trump sur la question de l’immigration a été pleinement exposée cette semaine lors d’une réunion publique à la Maison Blanche avec la présidente démocrate du Congrès Nancy Pelosi et le chef de la minorité démocrate du Sénat, Chuck Schumer. Alors que Trump insistait agressivement qu’il pourrait paralyser le gouvernement s’il ne disposait pas du financement intégral pour un mur, Pelosi et Schumer ont répondu qu’ils étaient impatients de travailler avec Trump afin de financer une «sécurité frontalière» renforcée.

«Nous ne sommes pas d’accord sur le mur. Sur la questions de savoir s’il est efficace ou non. Pas sur la question de la sécurité des frontières, mais sur le mur », a déclaré Schumer à Trump.

Niles Niemuth

 

 

Article paru en anglais, WSWS, le 14 décembre 2018

La source originale de cet article est wsws.org

Copyright © Niles Niemuthwsws.org, 2018

https://www.mondialisation.ca/pres-de-15-000-enfants-detenus-dans-des-camps-a-travers-les-etats-unis/5629584


 

IRAN, RUSSIE, IRAK ET SYRIE METTENT EN PLACE UN MECANISME MILITAIRE POUR COMBATTRE LE TERRORISME

L’Iran, la Russie, l’Irak et la Syrie mettent en place un mécanisme militaire pour faire face au terrorisme.

 Depuis 4 heures  17 décembre 2018

rencontre_quadri

 Irak - Monde arabe

 

À l’occasion de l’anniversaire de la défaite du groupe terroriste Daech en Irak, une réunion quadripartite annuelle s’est tenue, ce dimanche 16 décembre à Bagdad, en présence des responsables militaires iraniens, russes, irakiens et syriens dans le but de mener un échange de renseignement.

La réunion était présidée par le major général Saad Mozher al-Allaq, responsable des renseignements militaires irakiens, a rapporté le site web libanais al-Masdar news, citant la chaîne d’information saoudienne al-Ekhbariya.

Al-Allaq a présenté un compte rendu sur les résultats de l’échange de renseignement entre les quatre pays, soulignant que les efforts entrepris par Téhéran, Moscou, Bagdad et Damas étaient l’un des facteurs importants qui a permis de vaincre Daech.

Les trois autres partenaires ont également mis en avant leurs propres succès et expériences dans le domaine du renseignement.

Il a ajouté que les quatre pays poursuivraient leur coopération à l’avenir pour éradiquer le terrorisme dans la région.

À l’issue de cette réunion, un communiqué a été publié soulignant « la coopération fructueuse et constante des pays membres du Centre d’échange d’informations ». Le communiqué entérine également « les démarches que ces pays entreprendront pour développer le Centre et en faire l’un des organismes de sécurité internationaux les plus fiables contribuant au renforcement de la sécurité arabe, régionale et internationale ».

« Le Centre quadripartite a fourni plus de 5 780 coordonnées géographiques et 2 075 informations aux armées irakienne et syrienne qui ont permis la mort de milliers de terroristes de Daech, dont 430 chefs de guerre, mais aussi la destruction de 200 centres de commandement et de contrôle, 301 dépôts d’armes, 196 ateliers de fabrication d’armes et 170 fiefs, ainsi que des centaines de véhicules militaires, de blindés et d’armes, et des dizaines de drones », conclut le communiqué.

Source: Press TV

https://french.almanar.com.lb/1174714