Blog

URGENT : LA COREE DU NORD PRENDRA DES MESURES PREVENTIVES IMPITOYABLES EN CAS D'ATTAQUE MILITAIRE US

Urgent

Ri Yong-ho

Le ministre nord-coréen des AE qualifie les propos de Trump sur Kim Jong-un d'insulte

© AP Photo/ Richard Drew

INTERNATIONAL

URL courte

Dossier:

72e session de l'Assemblée générale de l'Onu (22)

61503290

Le ministre nord-coréen des Affaires étrangères Ri Yong-ho a qualifié samedi d'insulte les propos du Président américain Donald Trump sur le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, avant de proférer de nouvelles menaces à l'égard les Etats-Unis.

Les propos émis par le Président américain Donald Trump sur le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un sont une insulte qui aura des conséquences, a déclaré samedi le ministre nord-coréen des Affaires étrangères Ri Yong-ho lors de la 72e session de l'Assemblée générale de l'Onu.

Le ministre nord-coreén a qualifié le Président de «personne dérangée», de «mégalomane», de «roi menteur» et de «gangster» qui «représente l'une des plus grandes menaces pour la paix».

 

Donald Trump et Kim Jong-un

© AP PHOTO/ AHN YOUNG-JOON

Trump promet de s’occuper du «petit homme-fusée» Kim Jong-un

Ri Yong-ho a noté que les Etats-Unis et leurs alliés devraient bien réfléchir avant de lancer des provocations militaires contre Pyongyang. La Corée du Nord prendra des mesures de prévention «impitoyables» en cas d'attaque militaire des États-Unis ou d'une tentative de renverser le régime de Kim Jong-un, a-t-il indiqué.

 

«La Corée du Nord est un pays responsable doté d'armes nucléaires. Nous prendrons des mesures de prévention impitoyables si les États-Unis et leurs vassaux laissent entendre qu'ils préparent une opération ayant pour mission de nous priver de nos dirigeants ou s'ils attaquent notre pays. Mais nous n'avons pas l'intention d'utiliser ou de menacer d'employer des armes nucléaires contre les pays qui ne participent pas aux opérations militaires américaines contre la Corée du Nord», a déclaré le ministre.

Une démonstration de force américaine a eu lieu samedi au-dessus de la côte est de la Corée du Nord. Sans franchir les limites de l'espace aérien international, des bombardiers américains B-1B Lancer ont longé le littoral Est de la Corée du Nord. Les bombardiers, qui avaient décollé de l'île de Guam, étaient escortés de chasseurs F-15C Eagle, basés à Okinawa, au Japon.

Selon le ministre, les forces nucléaires de la Corée du Nord sont un moyen de dissuasion pour ce pays qui cherche à établir un équilibre des forces nucléaires avec les États-Unis. Pyongyang ne changera pas sa position malgré le durcissement des sanctions, a insisté le ministre.

«Ce n'est qu'un espoir vain de considérer qu'il existe une possibilité que la RPDC soit ébranlée d'un iota ou modifie sa position du fait de sanctions plus dures imposées par les forces hostiles», a martelé Ri Yong-ho.

https://fr.sputniknews.com/international/201709231033181748-coree-nord-usa-trump-ministre-menace-insulte/


 

SOYONS NOMBREUX DEVANT LA PRISON DE GEORGES ABDALLAH LE SAMEDI 21 OCTOBRE DES 14H A LANNEMEZAN

22 septembre 2017

Soyons nombreux devant la prison de Georges Abdallah le 21 octobre prochain !

 

Le samedi 21 octobre prochain, soyons nombreux à faire le déplacement jusqu’à la prison de Lannemezan où est incarcéré Georges Ibrahim Abdallah depuis 33 ans, alors que la justice française a demandé à deux reprises sa libération.


Cette manifestation annuelle de la Campagne unitaire pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah permet de montrer que nous n’avons pas oublié Georges, ni l’injustice de son emprisonnement en France, à la demande des USA et d’Israel.

Des cars partiront de plusieurs villes de France pour se rendre dans le sud-Est de la France, à Lannemezan. N’hésitez pas à nous contacter pour plus de renseignements.

Un ou deux cars partiront de Paris* le vendredi 20 octobre à 22 H de la Place de la République, et seront de retour au même endroit le dimanche matin 22 octobre. Le coût du voyage est de 40 euros par personne aller-retour.

Notre association propose une aide financière à celles et ceux qui souhaitent participer à cette action importante, mais sont arrêtés par des problèmes d’argent.

Contactez-nous dès maintenant à info@europalestine.com si vous voulez vous joindre à nous, afin que le collectif puisse prévoir le nombre de cars à réserver.

Et si vous ne pouvez pas faire le déplacement mais souhaitez contribuer financièrement au déplacement d’autres personnes, vous pouvez nous envoyer un don à :

CAPJPO-EuroPalestine

Boite 37

16 bis rue d’Odessa. 75014 Paris

(avec au dos du chèque la mention "Georges Abdallah", ainsi que votre adresse email)

Nous nous rassemblerons le samedi 21 octobre à 14h devant la Gare de Lannemezan, puis de la prison, afin d’exprimer haut et fort notre protestation et notre solidarité. "Il est de nos luttes, nous sommes de son combat".

  • Un voyage en bus est organisé depuis Bordeaux : départ à 9 H le samedi 21 octobre, place Ravezies. Inscription sur : liberte.pour.georges@gmail.com
  • Un départ est également organisé à partir de Toulouse. Départ à 12 H à la sortie du métro Basso-Cambo (Terminus ligne A) pour un retour dans la soirée au même endroit.

Pour vous inscrire : couppourcoup31@gmail.com

CAPJPO-EuroPalestine

http://www.europalestine.com/spip.php?article13468&debutencart4=3


 

PEPE ESCOBAR : LES USA ISOLES : TRUMP ET L'ART DE ROMPRE L'ACCORD AVEC L'IRAN

Les USA isolés : Trump et l’art de rompre l’accord avec l’Iran

Par Pepe Escobar

Mondialisation.ca, 23 septembre 2017

Asia Times 21 septembre 2017

Région : 

Thème: 

Analyses: 

Contrairement à ce qui s’en est officiellement rapporté, la rencontre des P5+1 en marge de l’Assemblée générale de l’ONU pour évaluer l’application de l’accord sur le nucléaire avec l’Iran ne s’est pas particulièrement bien passée, comme l’ont confirmé des diplomates à Asia Times.

Le secrétaire d’État Rex Tillerson a été forcé de concéder que Téhéran respecte les termes de l’accord. Mais il a encore une fois martelé le nouvel angle d’attaque des USA – aujourd’hui, l’Iran ne serait pas « à la hauteur des espérances ».

Autour d’une table tendue, Tillerson – pour la première fois – a rencontré le ministre des Affaires étrangères iranien Mohammad Javad Zarif. Au moins, la rencontre n’a pas été explosive. « Personne n’a crié », a-t-il dit après. « Nous ne nous sommes pas lancés de chaussures à la tête. Le ton n’était pas colérique du tout. »

La représentante des Affaires étrangères de l’UE, Federica Mogherini – qui n’est pas exactement une flèche – s’est sentie obligée de rappeler que l’accord est dûment respecté. Elle a même prévenu, « tous les États-membres sont considérés comme liés par son application. La communauté internationale ne peut pas se permettre de démanteler un accord qui joue correctement son rôle. »

La Russie et la Chine ne renégocieront pas l’accord – et c’est définitif. Et les membres de l’UE des P5+1 – la France, le Royaume-Uni et l’Allemagne – s’y tiendront aussi, comme Mogherini elle-même l’a confirmé.

Aujourd’hui, même les ours perdus sur les glaciers fondus de l’Arctique savent que le président Trump a ajouté une note de suspense, en annonçant qu’il a « décidé ». Personne ne sait ce qu’il a décidé, même pas Tillerson. Et pourtant, même le commandant de l’US Strategic Command, le général John Hyten, a admis « les faits sont que l’Iran respecte les termes du Plan global d’action conjointe que nous avons signé. »

Ce qui s’est passé est que l’administration Trump a changé son fusil d’épaule : ce qui était un accord technique, centré sur le nucléaire, englobe aujourd’hui l’influence géopolitique de l’Iran en Syrie, en Irak et au Yémen, ainsi que son programme de missiles et ses cyber-opérations – toutes des questions non-nucléaires qualifiées par Mogherini elle-même comme « hors de la portée » du Plan global d’action conjoint (Joint Comprehensive Plan of Action).

J’ai suivi les négociations nucléaires à Vienne en 2015 pour Asia Times. A cette époque déjà, la délégation américaine faisait tout son possible pour inclure les missiles balistiques, quelque chose que les autres parties rejetaient catégoriquement, particulièrement la Russie et la Chine.

Ainsi, à toutes fins pratiques, l’administration Trump veut un accord totalement différent, ou il s’en retirera unilatéralement. Techniquement, cela signifie qu’elle se dresse contre une résolution du Conseil de sécurité des Nations-Unies soutenue par le droit international.

Quid de la « voie de la modération » ?

Au pupitre de l’ONU, le président iranien Hassan Rohani a délivré un message pondéré, élégant, cultivé et en même temps, caustique qui réfute totalement les affirmations de Trump à l’aide de faits avérés. Le thème central était « la voie de la modération ». Une perle : « La modération est la synergie des idées et non la danse du sabre ». Le contraste avec la doctrine belliqueuse, manichéenne de Trump était frappant.

Rohani ne se lasse jamais de souligner que le Plan global d’action conjointe pourrait devenir « un nouveau modèle pour les relations internationales » – un cadre à envisager, par exemple, dans le cas de l’intraitable Corée du Nord. La chancelière allemande Angela Merkel est publiquement d’accord avec Rohani sur ce point. Mais aujourd’hui, Rohani a été forcé de déclarer que la réponse de Téhéran à une abrogation possible de l’accord par les USA sera déterminée par la réaction des Européens.

Le nouveau Roi soleil, le président français Emmanuel Macron, s’est jeté avec enthousiasme dans la mêlée, se posant en médiateur entre Washington et les autres membres des P5+1. Mais en fait, les nouveaux « piliers » vantés par Macron – des restrictions sur les missiles balistiques, un nouvel accord qui s’appliquerait après 2025, et une « discussion ouverte avec l’Iran sur la situation actuelle dans la région » – se résument à une approbation du changement des règles par l’administration Trump.

Si Trump décide d’un retrait des USA du Plan global d’action conjointe, Téhéran a déclaré en public qu’il continuera à le respecter, du moment que les autres membres du P5+1 continuent également à se déclarer tenus par ses termes – et ce sera le cas. Le vrai problème se fera jour quand l’administration Trump, soutenue par le Congrès, prendra le chemin inévitable d’une nouvelle salve de sanctions contre l’Iran – avec des conséquences incendiaires possibles.

Ce qui est clair est que ni la « RC » – le partenariat stratégique Russie-Chine – ni les Européens ne vont isoler Téhéran. Pour la « RC » en particulier, l’Iran est destiné à devenir une plate-forme majeure de l’interpénétration de l’Initiative Belt and Road et du North-South Transportation Corridor (Corridor de transport nord-sud), un membre à part entière de l’OCS et même possiblement des BRICS Plus, et un fournisseur de gaz naturel pour l’Europe. De plus, Rohani a régulièrement répété que, quoi qu’il arrive, l’Iran n’allait jamais tenter de développer une arme nucléaire.

La décision fatidique de Trump va conditionner ses relations avec la Corée du Nord. S’il se retire du Plan global d’action conjointe, il enverra un message sans équivoque à Pyongyang, et il compliquera également les efforts d’apaisement des tensions de la « RC ». La RPDC ne se fatiguera même pas à envisager de négocier avec une « nation compatissante » qui refuse de se tenir aux termes d’accords multilatéraux.

Tout ce bruit et cette fureur des USA ne signifiera en définitive qu’une seule chose : une autre guerre ruineuse et ingagnable en Asie du Sud-Ouest (c-à-d au Moyen-Orient), simplement pour satisfaire les désirs d’un assortiment de généraux en pantoufles de l’appareil politico-industriel de Washington.

Pepe Escobar
22 septembre 2017

Article original en anglais : Brute isolation : Trump and the art of unraveling the Iran deal, Asia Times, le 21 septembre 2017

Traduction Entelekheia

Image Pixabay

NdT : Le titre fait allusion au livre de Donald Trump publié en 1987, ‘The Art of the Deal’ (‘L’art de la négociation).

La source originale de cet article est Asia Times

Copyright © Pepe EscobarAsia Times, 2017

https://www.mondialisation.ca/les-usa-isoles-trump-et-lart-de-rompre-laccord-avec-liran/5610286


 

L'ARMEE DE L'AIR RUSSE A DETRUIT 97 000 CIBLES TERRORISTES EN DEUX ANS EN SYRIE

Les Forces aérospatiales russes ont détruit 97.000 cibles terroristes en Syrie en 2 ans

 Depuis 9 heures  23 septembre 2017

forces-russes

 Moyent-Orient - Syrie

 

L’opération antiterroriste menée en Syrie par les Forces aérospatiales russes depuis septembre 2015 a permis de détruire environ 97.000 cibles terroristes en portant plus de 93.000 frappes aériennes et en effectuant plus de 30.000 vols militaires, détaille le ministère russe de la Défense.

Depuis le début de l’opération antiterroriste en Syrie, les Forces aérospatiales russes ont porté plus de 93.000 frappes aériennes, détruisant 96.828 cibles appartenant aux terroristes.

«En date du 20 septembre, 2017, depuis le début de l’opération des Forces aérospatiales russes en Syrie (30.09.2015), l’aviation russe a effectué plus de 30.000 sorties», apprend-on d’une infographie du ministère russe de la Défense publiée sur le site Internet du journal Krasnaïa Zvezda (Etoile rouge), média officiel du département militaire russe.

Ainsi, les militaires russes ont détruit 8.332 postes de commandement, 17.194 points d’appui des terroristes, 53.707 groupes de militants, 970 camps d’entraînement, 6.769 entrepôts d’armes et de munitions, 212 champs de pétrole et 184 raffineries de pétrole, 132 stations de pompage de carburant et colonnes de ravitaillement ainsi que 9.328 autres installations.

Le conflit armé se poursuit en Syrie depuis mars 2011.

Source: Sputnik

https://french.almanar.com.lb/579731


 

UN EXPERT POLITIQUE IRANIEN : L'IRAN DEVRAIT DESARMER LES USA

Un expert iranien : l’Iran devrait désarmer les États-Unis

 Depuis 2 heures  23 septembre 2017

mokaddam

 Iran - Monde islamique

 

Un analyste des questions politique, Hassan Kaanani Moqaddam, vient de déclarer dans un entretien avec l’agence de presse Aria :

« Trump cherche par ses politiques et prises de position à détricoter l’accord sur le nucléaire et comme il l’a dit lors de sa campagne électorale, il va tout faire pour déchirer cet accord. Avec les lobbies qui se mettent en place, Trump cherche à imposer des restrictions encore plus importantes à l’Iran et à obtenir des concessions de la part des pays européens. Le regard de Trump sur l’accord 5+1 et le PGAC est un regard intéressé. Il semble bien que Trump cherche à ce que cet accord ne puisse nullement profiter à l’Iran. Il emploie la tactique du doigt sur la détente. Cette arme lui permet de mettre tout le temps sous pression l’Iran. »

L’expert politique a ajouté :

« Nous avons mis derrière nous l’ère politique des échanges et des discussions avec les États-Unis, négociations dont nous voyons d’ailleurs les résultats aujourd’hui. Les États-Unis ne respectent pas leurs engagements et négocier avec ce pays n’aura pour nous aucun résultat. L’Iran doit poursuivre coûte que coûte sa propre voie et obliger Washington à respecter finalement ses engagements. Il semble qu’aujourd’hui, le PGAC est pour l’Occident un levier de pression sur l’Iran. L’Iran devra par le biais de méthodes diplomatiques et par la logique de la pression désarmer l’Amérique, car il paraît que Trump ne connaît et ne comprend que cette logique. »

Source: Press TV

https://french.almanar.com.lb/581689


 

DEIR EZZOR : CONQUETE PAR LES FDS DU PLUS GRAND GISEMENT DE GAZ NATUREL

Les FDS ont conquis un grand gisement de gaz à Deir Ezzor

 Depuis 4 heures  23 septembre 2017

gisement_konoko_fds

 Moyent-Orient - Syrie

 

Rédaction du site

Les milices kurdes soutenues par la Coalition internationale des Forces démocratiques syriennes ont conquis un grand gisement de gaz naturel situé dans la province de Deir Ezzor.
C’est ce qu’a indiqué l’agence Reuters, citant le dirigeant de la milice à majorité kurde soutenue par les Américains,  Ahmad Abou Khawlat.

« Les combattants des FDS ont pris le contrôle du champ Conoco après des jours de combat à proximité de la rive orientale de l’Euphrate », a dit le responsable kurde.

« Les Forces démocratiques syriennes (FDS) (…) sont parvenues à contrôler l’usine de gaz de Conoco dans le nord de la province de Deir Ezzor après deux jours de combats contre l’EI », a indiqué un communiqué publié en fin d’après-midi, rapporte l’AFP.

L’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) a confirmé la prise de l’usine, ajoutant que le champ adjacent a également été pris. Les FDS n’ont pas confirmé cette dernière précision.

Selon le porte-parole d’une compagnie de gaz syrienne de Deir Ezzor, Amin al-Hamid, Conoco est le gisement le plus important de Deir Ezzor.

« Avec tous ses puits, il peut produire jusqu’à deux millions de mètres cubes par jour », a-t-il précisé.

Et de poursuivre:  » Avant la guerre, c’était le troisième plus grand gisement gazier en Syrie. La restauration de leur infrastructure est possible, mais les dégâts pourront être estimés dès que nous pourrons visiter ces lieux et effectuer une enquête détaillée», a-t-il indiqué dans le bilan qu’il a dressé de la situation actuelle autour des gisements de gaz et de pétrole dans la région. L’ingénieur a souligné que  les terroristes ont détruit le gazoduc au sud-est de Deir Ezzor.

Selon lui, «à ce jour, plus de 80% des ressources pétrolières de Deir Ezzor sont contrôlées par Daech. En ce qui concerne les champs de gaz, ils sont pratiquement tous sous le contrôle des terroristes. Toutes les usines et les gisements de gaz en question se trouvent sur l’autre côté de l’Euphrate — ce sont Konoko, Omar, Jafra, Ezba et Tanak — et la plupart des usines de traitement du gaz sont situées là-bas», a déclaré M. al-Hamid, rapporte l’agence russe Sputnik.

«Selon nos informations, les terroristes ont déjà complètement détruit l’infrastructure dans les champs Omar et Tanaka, tandis qu’à Konoko on a détruit certaines installations», a ajouté M. al-Hamid pour Sputnik.

Créée en 2001, Conoco était avant la guerre un joint-venture entre l’Américain ConocoPhillips et le Français Total avant que les Américains ne se retirent en 2005 et que l’usine ne devienne gérée par l’Etat syrien, précise l’AFP.

https://french.almanar.com.lb/581579


 

COREE DU NORD : ENORME MANIFESTATION DE SOUTIEN A KIM JONG-UN A PYONGYANG

Manifestation à Pyongyang. Archives

Énorme manifestation de soutien à Kim Jong-un à Pyongyang

© REUTERS/ KCNA

INTERNATIONAL

URL courte

228450

Des dizaines de milliers de Nord-Coréens se sont rassemblés en plein centre de Pyongyang pour exprimer leur soutien à Kim Jong-un dans sa confrontation avec Washington.

Près de 100.000 personnes ont manifesté sur la place centrale de Pyongyang en signe de solidarité avec le leader Kim Jong-un sur fond d'escalade de la rhétorique belliqueuse entre la Corée du Nord et les États-Unis.

La veille, le dirigeant nord-coréen a émis une déclaration promettant de prendre des «mesures sans précédent» en réponse aux menaces du Président US Donald Trump qui avait selon Pyongyang «nié devant le monde entier l'existence même» de l'État nord-coréen.

 

Donald Trump

© REUTERS/ CARLOS BARRIA

Trump promet une «épreuve inédite» au «forcené» de Kim Jong-un

Les tensions autour de la péninsule coréenne sont montées d'un cran ces derniers mois après une série d'essais de missiles balistiques réalisés par Pyongyang. Le 3 septembre, la Corée du Nord a annoncé avoir testé avec succès une bombe à hydrogène, suscitant de vives protestations de la communauté internationale.

 

Lors de son premier discours devant l'Assemblée générale de l'Onu mardi, Donald Trump a menacé de «détruire totalement» la Corée du Nord, affublant Kim Jong-un du surnom de «Rocket Man» («l'homme-fusée»), «embarqué dans une mission-suicide pour lui et son régime».

En réponse aux déclarations de M.Trump, Pyongyang a pour sa part évoqué la possibilité de procéder à l'essai d'une bombe H d'une puissance sans précédent dans l'océan Pacifique.

Par la suite, le chef de la Maison-Blanche a promis via son compte Twitter de mettre le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un à l'épreuve «comme jamais», tout en le traitant de «forcené».

https://fr.sputniknews.com/international/201709231033178721-coree-du-nord-manifestation/


 

TOUTE PRESENCE MILITAIRE EN SYRIE SANS L'AVAL DE DAMAS EST ILLEGALE

Walid Mouallem

Damas ne tolérera aucune atteinte à l'intégrité du pays

© Sputnik. Vladimir Astapkovich

INTERNATIONAL

URL courte

10895270

Selon le chef de la diplomatie syrienne, Damas est determiné à empêcher toute tentative de saper l'intégrité du pays.

 

Le ministre syrien des Affaires étrangères Walid Mouallem

© SPUTNIK. ILYA PITALEV

Damas: Washington hostile à la participation de la Syrie à la libération de Deir ez-Zor

Le gouvernement syrien empêchera toute atteinte à l'intégrité du pays, a déclaré le ministre syrien des Affaires étrangères Walid Mouallem dans le cadre de l'Assemblée générale de l'Onu à New York.

 

"La Syrie est determinée à respecter l'accord sur les zones de désescalade mais se réserve le droit de prendre des mesures en réponse à des violations de toute autre partie. Ces zones sont d'une nature temporaire et ne peuvent pas être instrumentalisées pour saper l'intégrité territoriale du pays", a indiqué M.Mouallem. 

 

Alep

© AFP 2017 GEORGE OURFALIAN

Les voisins de la Syrie accueillent Daech «à bras ouverts»

Selon lui, les autorités de Damas envisagent d'intensifier les efforts afin de promouvoir la réconciliation nationale et de stabliser la situation sur le terrain.

 

M.Mouallem a également souligné que la lutte antiterroriste en Syrie était "impossible" sans coordination avec le gouvernement en place et que toute présence d'une force armée étrangère dans le pays sans l'aval de Damas devait être considérée comme "une occupation, agression, violation du droit international et de la Charte des Nations unies".

Toujours d'après le ministre, la libération d'Alep, de Palmyre et de Deir ez-Zor à ouvert la voie vers la victoire défitive sur les terroristes opérant en Syrie.

https://fr.sputniknews.com/international/201709231033178167-syrie-unite-atteinte/


 

LA RUSSIE, SEUL PAYS QUI PRIVILEGIE UN MOTEUR DE RECHERCHE LOCAL FACE A GOOGLE

Yandex

La Russie, le seul pays qui privilégie un moteur de recherche local face à Google

© Sputnik. Valery Melnikov

RUSSIE

URL courte

301258240

Google est le moteur de recherche le plus utilisé dans le monde, mais… pas en Russie! La Russie est le seul pays où le moteur de recherche local a réussi à défendre le marché contre Google.

Les chiffres parlent d'eux-mêmes! Aujourd'hui, 56,2% des Russes utilisent Yandex tandis que les 43,8% restants lui préfèrent d'autres moteurs de recherche.

En août 2017, la société de technologie Yandex a lancé un nouvel algorithme de recherche, «Korolev». Sa particularité principale est que, contrairement aux versions antérieures, il recherche non seulement par des concordances directes entre les mots entrés dans la recherche, mais aussi par leurs significations.

«Nous voyons que les résultats obtenus par notre algorithme sont meilleurs que ceux de Google», explique à Sputnik le directeur des technologies de l'entreprise, Mikhail Parahine. Par rapport à l'algorithme précédent, la couverture de la recherche dans les textes des documents a doublé».

 

Vladimir Poutine au siège de l'entreprise russe du Web Yandex

© SPUTNIK. ALEXEI DROUGININE

Yandex révèle à Poutine quand l’intelligence artificielle remplacera celle de l’homme

En octobre, Yandex projette de lancer un assistant individuel vocal, «Alissa». Des technologies similaires dans le monde existent déjà, chez Apple et Google par exemple. Mais même ici, Yandex devance ses concurrents occidentaux parce que l'assistante russe est capable d'élargir ses capacités.

 

Alissa, comme Korolev, saisit des informations par mots-clés, mais comprend aussi la signification intégrale de la phrase. Les développeurs affirment que, en plus des questions sur la météo et les embouteillages, on pourra avoir une conversation avec l'assistante vocale.

 

Yandex

© SPUTNIK. ALEXANDER KRYAZHEV

Vers un moteur de recherche plus «intelligent» avec Yandex

Selon Parahine, Alissa essaie de comprendre si l'utilisateur a besoin d'informations spécifiques — par exemple, la hauteur du mont Everest, la météo dans la ville, le résultat d'un match de football — ou s'il veut simplement discuter. Rappelons que le Président russe avait déjà eu une conversation avec la Siri russe.

 

Malgré le fait que la société demeure en position de leader dans sa sphère initiale, elle continue de découvrir de nouvelles niches pour elle-même: Yandex.Taxi, qui s'est allié avec Uber, Yandex.Market, un catalogue de bien divers vendus en ligne, Yandex.Money, le plus important service de payement électronique de Russie, et d'autres. 

https://fr.sputniknews.com/russie/201709231033176433-russie-yandex-google/


 

REVELATIONS SUR LE CHASSEUR RUSSE DERNIER CRI SU-35S (VIDEO)

De nouvelles infos sur le chasseur russe dernier cri Su-35S révélées (vidéo)

De nouvelles infos sur le chasseur russe dernier cri Su-35S révélées (vidéo)

© Sputnik. Vitaliy Ankov

DÉFENSE

URL courte

151360

Compétitivité dans le combat à un prix attractif, les nouvelles caractéristiques du chasseur russe dernier cri, Su-35S, dont l’efficacité a été largement confirmée lors des opérations aériennes en Syrie, ont été révélées par la chaîne de télévision Zvezda.

De nouveaux chasseurs polyvalents Su-35S, mis à la disposition de l'armée russe le 19 septembre, ont déjà su conquérir le public lors des expositions aériennes internationales qui les ont baptisés par le mot anglais «Showstopper» du fait de la qualité de ses performances. Comme l'indique la chaîne de télévision Zvezda, ce chasseur dernier cri serait capable de mener un combat efficace contre des avions de cinquième génération tout en proposant des prix attractifs.

 

Su-35

© PHOTO. SUKHOI COMPANY

L’armée de l’air russe reçoit de nouveaux chasseurs Su-35S

Après avoir été modernisé, le Su-35S a été solidement renforcé. Il a notamment reçu de nouveaux instruments dans la cabine du pilote, comme par exemple un dispositif de détection électromagnétique, l'avionique, ainsi que des moteurs modifiés, ce qui avait permis d'augmenter considérablement ses capacités.

 

De plus, le dispositif de détection électromagnétique «Irbis» est capable de détecter des cibles à une distance allant jusqu'à 400 kilomètres, tandis que le chasseur est parfaitement capable de surveiller simultanément jusqu'à 30 cibles et de tirer sur huit d'entre elles.

Un autre avantage non négligeable de ce modèle réside dans son prix intéressant, que ce soit pour la formation des pilotes ou l'exploitation de l'engin, qui est capable de rivaliser avec les avions américains, ce qui suscite l'intérêt des clients étranger. Ainsi, Pékin a déjà signé un contrat portant sur la livraison de Su-35S.

 

Su-34

© SPUTNIK. GRIGORY SYSOYEV

Plus de 600 nouvelles armes russes testées en Syrie

Finalement, le Su-35S fait partie des chasseurs lourds, ce qui signifie que sa charge de combat est d'environ huit tonnes, tandis que son autonomie de vol de 4.500 kilomètres avec les réservoirs pendulaires lui permet d'effectuer des frappes sur des cibles terrestres, caractéristique importante dont il a fait preuve lors des opérations en Syrie.

 

Le Sukhoi Su-35 (code OTAN Flanker-T+) est un chasseur multirôles russe de génération 4++ développé par le bureau d'études Soukhoi. Il présente une modernisation en profondeur de la plate-forme T-10S. Sa modification pour l'armée de l'air de Russie a la désignation «Su-35S».

De par ses caractéristiques, le Su-35 se rapproche de près des chasseurs de cinquième génération: seuls un radar à antenne active et la technologie de furtivité lui manquent pour être classé dans cette catégorie.

https://fr.sputniknews.com/defense/201709231033177208-chasseur-defense-Su35-avion/