Veilleur en éveil

 

TOUJOURS EN PROCES POUR LES VIOLENCES DU 1er MAI 2018, BENALLA SE LANCE A L'ASSAUT DE L'AFRIQUE AFIN DE CONCURRENCER LA RUSSIE ET LA CHINE

Alexandre Benalla

Benalla se lance à l’assaut de l’Afrique afin de concurrencer la Russie

© AP Photo / Thibault Camus

INTERNATIONAL

URL courte

24149

Toujours en procès pour les violences du 1er mai 2018, Alexandre Benalla, l’ex-adjoint au chef de cabinet du Président de la République, se considère à présent «en mission pour l’économie européenne en Afrique» où, selon lui, sa société Comya doit concurrencer dans le domaine de la sécurité les Anglo-Saxons, les Chinois et les Russes.

Créée en novembre dernier par Alexandre Benalla, la société de sécurité et d’intelligence économique Comya doit réduire, selon son fondateur, les risques des entreprises étrangères qui veulent s’implanter en Afrique.

Forces armées, Centrafrique

© AFP 2019 FLORENT VERGNES

RCA: Paris prend la tête de la mission de l’EUTM sur fond de rivalité avec Moscou

 

Dans un entretien accordé au journal Le Nouvel Économiste, M.Benalla, qui veut faire de Comya «un géant européen» dans le domaine, a indiqué que parmi les principaux concurrents de sa société sur le continent africain figuraient l’américano-chinois Frontier Services Group (FSG), créé par l’ancien patron de Blackwater Erik Prince, et la «structure russophone Wagner».

M.Benalla estime que les liens historiques, entre les Européens et en particulier les Français d’un côté et les pays africains de l’autre, pourraient permettre à la France de devenir le troisième acteur sur le continent.

«Ils [les Africains, ndlr] ont envie de travailler avec les Européens bien plus qu’avec les Chinois et avec les Russes. Je me considère en mission pour l’économie européenne en Afrique.»

Selon M.Benalla si «les dirigeants africains francophones sont en demande de partenariats», la France est toujours prise «en otage par la bien-pensance de gauche et des associations du type Transparency International ou Anticor».

Medvedev et l'ambassadeur de la Guinée-Bissau en Russie (2011)

© SPUTNIK .

Des conseillers militaires russes bientôt en Guinée-Bissau?

 

«Aujourd’hui, les dirigeants africains pactisent avec la Chine et avec la Russie en sachant que cela se fait au détriment des intérêts de leur pays, mais ils le font parce qu’ils savent que les Chinois et les Russes ne sont pas embarrassés par les problématiques de bonne gouvernance. Nous, Français et Européens, nous nous plaçons sous le joug de la morale et nous sommes toujours les premiers à nous tirer une balle dans le pied en Afrique», a-t-il conclu.

Présence russe en Centrafrique

Fin janvier, le ministre français des Affaires étrangères a mentionné devant la commission des Affaires étrangères du Sénat, «la présence de mercenaires russes» en Centrafrique, évoquant une politique «anti-française» dans ce pays.

Palais présidentiel à Luanda, Angola

© SPUTNIK . ALEXEY BABUSHKIN

L'Angola se dit ouverte à la coopération approfondie avec la Russie

 

La Russie a pourtant toujours expliqué que ce sont des instructeurs officiels qui sont sur place. Le Président de la Centrafrique, Faustin-Archange Touadéra, avait «confirmé d'une manière officielle l'engagement et les responsabilités des conseillers militaires» russes présents dans le pays.

Selon les informations fournies fin janvier par le ministère russe des Affaires étrangères, 175 formateurs russes, 170 civils et 5 militaires, dont l'Onu a autorisé le déploiement, se trouvaient en République centrafricaine. La Russie a livré à ce pays des armes après avoir obtenu l'autorisation du Conseil de sécurité de l'Onu, France comprise, en 2017.

https://fr.sputniknews.com/international/201907161041683198-benalla-se-lance-a-assaut-de-afrique-afin-de-concurrencer-la-russie/


 

PRES DE 200 HAUTS FONCTIONNAIRES GAGNENT PLUS QUE MACRON QUI PERÇOIT 15 140€ BRUTS PAR MOIS. 16 D'ENTRE EUX PERÇOIVENT PLUS DE 21 000€ NETS

Emmanuel Macron

Ces près de 200 fonctionnaires qui gagnent plus que le Président de la République

© Sputnik . Vladímir Astapkovich

FRANCE

URL courte

502

D’après les données du ministère de l’Économie et des Finances, le salaire d’Emmanuel Macron — 15.140 euros bruts par mois — est inférieur à celui de plusieurs dizaines de hauts fonctionnaires. 16 d’entre eux perçoivent plus de 21.000 euros nets.

Le gouvernement lève le voile sur les rémunérations du ministère de l’Économie et des Finances, longtemps classées confidentielles.

 

Paris pendant la Seconde Guerre mondiale

© SPUTNIK .

Qui sont les 54 personnes résidant en France touchant encore une pension liée aux nazis?

Le député José Évrard affirmait récemment que «600 personnes» employées à Bercy étaient mieux payées que Macron et percevaient donc «plus de 15.140 euros bruts» par mois, parmi lesquelles 150 gagnaient plus de 21.000 euros nets mensuels. Mais Bercy a rectifié ces chiffres, annonçant qu’environ 170 fonctionnaires travaillant pour le ministère jouissaient d'un salaire plus élevé que le Président de la République.

 

 

Marlène Schiappa

LUDOVIC MARIN / AFP

Schiappa plaide pour «augmenter maintenant» les rémunérations des Bleues

Pourtant, selon la réponse du ministère, citée par le Figaro, il s’agit principalement «d’agents en poste à l’étranger ainsi que de directeurs d’administration centrale et d’administrateurs généraux des Finances publiques», gérant parfois «plusieurs milliers d’agents».

 

En outre, seuls 16 agents perçoivent plus de 21.000 euros nets, dix fois moins que les chiffres annoncés par le député. La quasi-totalité de ces personnes travaille à l’étranger, dans «des zones géographiques à forts risques», comme l’a expliqué le ministère de l'Économie et des Finances.

Rémunération des hauts fonctionnaires

Comme le rappelle le Figaro, en février, un sondage Odoxa-Dentsu Consulting soulignait qu’une majorité des Français avait une bonne opinion des fonctionnaires dans leur ensemble, mais 67% étaient favorables à un changement du mode de rémunération, pour mettre en place une rémunération au mérite.

https://fr.sputniknews.com/france/201907161041684379-ces-pres-de-200-fonctionnaires-qui-gagnent-plus-que-le-president-de-la-republique/


 

UN TANKER EMIRATI DISPARAIT. DES MEDIAS US SPECULENT SUR L'IMPLICATION DE L'IRAN

Urgent

Les Émirats arabes unis démentent les spéculations de médias US sur la disparition d’un tanker

© Sputnik .

INTERNATIONAL

URL courte

239

Un haut fonctionnaire émirati a démenti à Al-Arabiya les spéculations des médias américains selon lesquelles Téhéran aurait été impliqué dans la disparition d’un tanker émirati. Selon lui, le navire n’appartient pas aux Émirats arabes unis et il n’a lancé aucun signal de détresse.

Les États-Unis tentent de connaître la situation d’un tanker émirati qui serait entré dans les eaux iraniennes et a disparu des radars, écrivent des médias américains. Selon la chaîne CNN, l’Iran pourrait être impliqué.

«CNN a appris: le renseignement états-unien croit de plus en plus que le tanker émirati MT RIAH a été forcé dans les eaux iraniennes pendant le week-end par les Forces maritimes du corps des Gardiens de la révolution islamique. Les Émirats arabes unis n’y réagissent pas. Certaines sources du Golfe disent que le bateau est tout simplement tombé en panne/remorqué par l’Iran. Les États-Unis disent qu’il n’y a pas de contact avec l’équipage. La dernière localisation est l'île de Qechm.»

Récemment, CNN avait déjà diffusé des informations similaires. La chaîne avait rapporté en se référant à deux responsables américains directement informés de l'incident que cinq bateaux du corps des Gardiens de la révolution islamique iraniens avaient tenté le 10 juillet de s’emparer d’un pétrolier britannique dans le Golfe.

Détails à suivre...

https://fr.sputniknews.com/international/201907161041683811-un-tanker-emirati-disparait-des-radars-des-medias-us-speculent-sur-limplication-de-liran/


 

FRANCOIS DE RUGY DEMISSIONNE DU GOUVERNEMENT

urgent

François de Rugy a présenté sa démission du gouvernement

© Sputnik .

FRANCE

URL courte

Dossier:

Enquêtes journalistiques sur les frais de François de Rugy (10)

10210

Mis en cause par Mediapart pour ses dépenses quand il était président de l'Assemblée nationale et ministre d'État, le ministre de la Transition écologique François de Rugy a présenté sa démission du gouvernement.

Le ministre de la Transition écologique François de Rugy, au centre d'une polémique sur des dépenses excessives, a annoncé avoir présenté sa démission mardi 16 juillet au Premier ministre, s'estimant victime d'un «lynchage médiatique» et précisant avoir déposé une plainte en diffamation contre Mediapart.

«Les attaques et le lynchage médiatique dont ma famille fait l'objet me conduisent aujourd'hui à prendre le recul nécessaire - ce que chacun comprendra. La mobilisation nécessaire pour me défendre fait que je ne suis pas en mesure d'assumer sereinement et efficacement la mission que m'ont confiée le Président de la République et le Premier ministre. Dès lors, j'ai présenté ma démission au Premier ministre ce matin», a écrit le ministre dans un communiqué.

Le texte intégral du message a été publié sur le compte Facebook de l’homme politique.

​Affaire de Rugy

François de Rugy a organisé au minimum une dizaine de dîners luxueux «aux frais de la République» entre 2017 et 2018, lorsque l’actuel ministre était président de l’Assemblée nationale, affirmait Mediapart dans une enquête publiée le 10 juillet.

Ces dîners de haut standing, essentiellement organisés par Séverine de Rugy, son épouse, journaliste people à Gala, auraient eu lieu à l’hôtel de Lassay, résidence officielle du président de l’Assemblée nationale, et en auraient mobilisé le personnel.

Qui plus est, il a effectué des travaux d’un montant de 63.000 euros dans son appartement ministériel et a également loué un logement à «loyer social préférentiel» à proximité de Nantes, toujours selon Mediapart.

https://fr.sputniknews.com/france/201907161041683006-francois-de-rugy-a-presente-sa-demission-du-gouvernement-/


 

LA CHINE CONTINUE D'IMPORTER DU PETROLE IRANIEN : QUE PEUVENT FAIRE LES USA ?

La Chine continue d’importer du pétrole iranien : que peuvent faire les USA ?

 Depuis 7 minutes  16 juillet 2019

petrole_iranien_chine

 Asie et Afrique - Chine

 

En juin, la Chine a importé plus d’un million de barils de pétrole iranien, bien que les États-Unis n’aient pas prorogé l’exemption des sanctions accordée auparavant à huit pays importateurs de brut iranien. Un analyste chinois a commenté la situation pour Sputnik.

Rejetant l’imposition unilatérale de sanctions par les États-Unis après leur retrait de l’accord nucléaire de 2015, la Chine continue à importer du pétrole iranien et ce, même après le refus de Washington de proroger l’exemption des sanctions accordée auparavant à huit pays importateurs de brut iranien. Les observateurs n’excluent pas des sanctions américaines contre la Chine, ce qui pourrait compliquer encore plus les difficiles négociations commerciales entre Washington et Pékin.

«Je pense que même sans la question pétrolière, il reste toujours beaucoup de problèmes qui compliquent les négociations commerciales entre la Chine et les États-Unis. Il est sans doute peu probable que les Américains insistent trop justement sur la question de l’importation de brut iranien par la Chine», a déclaré à Sputnik le directeur du Centre d’étude de la politique extérieure à l’Institut des études internationales de Shanghai Li Weijian.

Et d’expliquer que le commerce entre les États-Unis et la Chine est une «route à double sens» et qu’il était tout aussi important pour les Américains de négocier et de s’entendre.

«La question des importations de pétrole iranien par la Chine impacterait évidemment ces négociations, mais pas beaucoup. Et si les États-Unis décidaient tout de même d’imposer à cause de cela des sanctions à la Chine, cela se répercuterait en premier lieu sur eux-mêmes», a prévenu le professeur.

L’interlocuteur de Sputnik a rappelé que les sanctions unilatérales des États-Unis relevaient de règles intérieures américaines que le reste du monde ne devait pas forcément respecter.

Source: Sputnik

https://french.almanar.com.lb/1429144


 

LE GENERAL COMMANDANT DE L'ARMEE IRANIENNE : "LA SITUATION AU MOYEN-ORIENT VOIRE DANS LE MONDE EXIGE UNE PREPARATION MILITAIRE RENFORCEE"

Général iranien : « la situation au Moyen-Orient voire dans le monde exige une préparation militaire renforcée »

 Depuis 17 heures  16 juillet 2019

3e8fd126-4203-4b17-9451-8fbce9fb6e88

 Iran - Monde islamique - Spécial notre site

 

Rédaction du site

Le commandant en chef de l’armée iranienne, le général de division, Abdelrahim Moussawi, a affirmé : « Nous n’avons jamais commencé une guerre et nous n’allons pas le faire. Ceci étant, notre puissance militaire est loin d’avoir un caractère exclusivement défensif. Notre puissance offensive et nos capacités à infliger des coups aux agresseurs sont dévastatrices. Nous leur ferons regretter leur agression ».

Et le général d’ajouter :  « » Nous n’avons jamais déclenché une guerre et nous le ferons pas, mais nous ne resterons pas non plus au stade de défense, au cas d’agression ».

Pour le commandant en chef de l’armée iranienne,  » la situation actuelle au Moyen-Orient voire dans le monde appelle à une préparation militaire accrue ».

Ailleurs dans son discours, le général  Moussawi  a rappelé  » les capacités déjà prouvées  » des forces iraniennes à « se défendre contre les agresseurs lors de la guerre des huit ans dans les années 1980 menée par l’ancien dictateur irakien Saddam Hussein » : «  Aujourd’hui, nous sommes beaucoup plus puissants dans la défense de nos valeurs et de notre pays. Pour la protection de notre pays, nous ne reculerons pas d’un centimètre ».

Les propos du général iranien interviennent alors que les Etats-Unis ont annoncé vouloir créer une coalition militaire pour « protéger le trafic des pétroliers » à la fois dans le golfe Persique et en mer Rouge. Cette coalition ne compte pour l’heure que la Grande-Bretagne, les alliés arabes et occidentaux de Washington ayant peur des répercussions de la mise en place d’un plan aussi dangereux.

Source: Farsnews

https://french.almanar.com.lb/1427901


 

A IDLIB ET A HAMA, LE RENSEIGNEMENT SYRIEN RAFLE LA MISE

A Idlib et à Hama, les unités de renseignement de l'armée syrienne font un remarquable travail

Tue Jul 16, 2019 9:22AM

Des forces du gouvernement syrien lors d'un affrontement avec les terroristes, dans la province syrienne de Hama, le 28 mai 2019. ©AFP

00:0001:11HD

SHARETwitterEmbed

CLOSED CAPTIONSNo subtitles

QUALITYAuto480p (244k)480p (444k)720p (844k)1080p (2244k)

Des forces du gouvernement syrien lors d'un affrontement avec les terroristes, dans la province syrienne de Hama, le 28 mai 2019. ©AFP

Où en est l'offensive syrienne à Idlib et à Hama contre l'armée turque et ses supplétifs d'origine asiatique et surtout contre les Etats-Unis et leurs alliés israélien et occidentaux? La porte ouest de la province est sous la forte pression de l'armée et de la Russie tandis qu'à Lattaquié, les terroristes ne cessent malgré de lourdes défaites de se reconstituer, l'objectif étant évidemment de s'en prendre à la base russe à Hmeimim où l'armée russe vient de déployer de nouveaux armements. A Hama, après que les forces du Tigre ont violemment repoussé l'assaut terroriste contre la localité stratégique de Hamamiyat, elle reste sur place quitte à faire une nouvelle percée sur le front nord-ouest. Par ricochet, les supplétifs des perdants de la guerre s'acharnent sur les zones d'habitation. 

Les attaques au mortier des terroristes ont infligé des dégâts aux maisons des habitants des cités d'al-Azizia et de Hamamiyat. En riposte à ces agissements, les unités spéciales de l'armée syrienne ont lancé des attaques à l’artillerie et aux missiles contre les positions des miliciens essentiellement composés de Hayat Tahrir al-Chaam, et du parti du Turkestan (PIT).

PressTV-Les commandos turcs aux portes d'Idlib

PressTV-Les commandos turcs aux portes d'Idlib

La Turquie annonce avoir envoyé lundi un important convoi militaire dans la province méridionale de Hatay, à la frontière de la province syrienne d’Idlib.

Selon les informations obtenues, les unités de missile et d'artillerie de l’armée syrienne ont durement pilonné les repaires des terroristes à Tell Jabin, Tell Malah, Hawija et Kafr Zita, tous situés à Hama. Selon des sources sur le terrain, de nombreux terroristes ont été tués et quelques autres blessés dans ces attaques.

Le sud d'Idlib est le théâtre de très vastes opérations du renseignement de l'armée syrienne, l'objectif étant de provoquer un effondrement de ligne de guerre terroriste à l'intérieur de la province d'Idlib. Après avoir collecté les informations précises via des unités de renseignement, l’armée a également pris pour cible, les fiefs des terroristes situés dans la périphérie de Khan Cheikhoun, dans le sud de la province d’Idlib. Cette localité de la province d'Idlib est d'une extrême importance puisqu'elle est la porte sud de cette province. L'armée syrienne a détruit un convoi des groupes terroristes qui se dirigeait effectivement depuis la ville de Khan Cheikhoun vers celle d’al-Hobait en le pulvérisant. 

Soutenus par l'armée turque, les terroristes se sont dotés des unités d'artilleries et agissent sous le commandement des officiers de la Turquie d'où leur recours de plus en plus large aux mortiers ou encore des vidéos qu'ils publient sur leurs unités blindées nouvellement acquises. Or cette acquisition ne semble pas changer grande chose pour eux après de lourdes défaites subies dans le nord et le nord-ouest de Hama ainsi que dans le sud d'Idlib.

Les terroristes continuent de lancer des attaques contre les positions de l’armée syrienne dans la banlieue ouest et sud-ouest de la cité de Kafr Zita et la périphérie est de la cité de Hamamiyat.

Les terroristes ont cherché inutilement à contraindre les forces syriennes à rebrousser chemin pour s’emparer de la cité de Hamamiyat pour prendre aussi le contrôle de la cité d’al-Karnaz.

PressTV-Syrie: deux localités libérées à Hama

PressTV-Syrie: deux localités libérées à Hama

Les militaires syriens ont repris aux terroristes deux localités dans le nord-ouest de Hama.

Surtout après la défaite de leur grande offensive contre Hamamiyat. Cette cité est considérée comme la porte orientale de la cité d’al-Karnaz qui est de son côté la porte sud de la ville stratégique de Kafr Nabudah, dans le gouvernorat de Hama.

Les cités de Tell Jabin, Tell Malah, al-Zakah, al-Arbaeen, al-Latma et Hasaraya font partie des zones qui ont fait l’objet de plusieurs contre-attaques terroristes et ce, en riposte de l’armée laquelle a infligé de lourds dégâts matériels aux terroristes. Une récente évolution : les terroristes de Liwa Shuhada al-Qaryatayn, soutenus par les officiers américains à al-Tanf dans l'est syrien, se disent prêts à partir sur le front de Hama et d'Idlib pour porter secours à leurs "frères". En 2016, les États-Unis ont formé ce groupe terroriste surnommé la «nouvelle armée syrienne». Ce groupe a vécu temporairement, juste le temps nécessaire pour justifier la présence des Etats-Unis dans le sud et l'est de la Syrie. 

Lire plus: Que veut dire le soutien militaire français promis aux forces pro-américaines en Syrie?

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/07/16/601049/Syrie--larme-se-focalise-sur-Hama


 

SYRIE/IRAK : PREMIER REVERS US DE TAILLE?

Tue Jul 16, 2019 8:16AM

Un poste frontalier à Quneïtra, dans le sud de la Syrie. ©Reuters

Un poste frontalier à Quneïtra, dans le sud de la Syrie. ©Reuters

Cela fait plus de dix jours que les combattants irakiens de la Résistance, les Hachd al-Chaabi mènent une fulgurante opération anti-terroristes à al-Anbar, à Salaheddin et à Ninive. Ils le font sous le nez des Américains qui craintifs, ont choisi de mener des exercices militaires à l'est de l'Arabie saoudite, à 70 kilomètres des frontières avec l'Irak. Ce qui agace et inquiète surtout les Américains dont le gros de troupes est stationné à al-Anbar, c'est que l'opération des Hachd à laquelle participe activement l'Armée de l'air irakienne, se déroule en coordination avec l'armée syrienne qui elle, agit à Deir ez-Zor, le long de cette frontière syro-irakienne que l'Amérique veut faire la sienne, pour ainsi empêcher toute connexion entre le territoire syrien et irakien.

Et bien l'opération militaire syro-irakienne, outre la découverte et le démantèlement des dizaines de repaires, d'engins à explosifs et la capture des chefs terroristes du côté irakien, a eu un autre effet spectaculaire : le retour des postes frontières syriens. Ceci veut dire que cette frontière est désormais sous contrôle des forces armées syriennes et irakiennes, ce pour le grand malheur des Etats-Unis et de leurs supplétifs.

Un responsable de la sécurité irakien vient de confirmer la nouvelle. « Ces postes frontières sont chargés de la sécurité et de la protection des frontières et opèrent sous le commandement de la police syrienne. Il existe d'ores et déjà une coopération étroite entre ces postes de contrôle et les garde-frontières irakiens pour empêcher les terroristes de s’infiltrer sur le territoire irakien et surveiller les zones communes », a-t-il affirmé hier lundi avant d’ajouter : « L'établissement de postes de contrôle près des frontières irako-syriennes renforcera la coopération en matière de sécurité entre les deux pays pour que soit contrée toute infiltration et la circulation des résidus du groupe terroriste Daech ».

PressTV-Coopération armée syrienne–Hachd al-Chaabi

PressTV-Coopération armée syrienne–Hachd al-Chaabi

Un haut responsable des Hachd al-Chaabi a annoncé une coopération à venir des Hachd et des forces syriennes pour libérés les zones frontalières entre l’Irak et la Syrie.

Cette annonce spectaculaire qui marque un revers de taille pour les Etats-Unis, dont les troupes stationnées à al-Tanf (Syrie) et à al-Anbar (Irak) ont tout depuis des semaines pour déstabiliser les frontières syro-irakienne, a provoqué la réaction de Washington à deux niveaux : Selon des sources proches du Premier ministre Adel Abdel-Mahdi, les Etats-Unis ont refusé pour la troisième fois de livrer un visa au chef du gouvernement irakien! Le PM aurait du se rendre à New York pour y rencontrer le président US. Le motif? le refus catégorique de l'Etat irakien à se soumettre aux exigences de "l'occupant US" : Trump veut la dissolution des Hachd al-Chaabi et non pas leur intégration au sein de l'armée, ainsi qu'en a décidé le Premier ministre Abdel-Mahdi et puis il veut imposer à l'Etat irakien plusieurs contrats d'une valeur de 100 milliards de dollars tous impliquant des sociétés américaines. Ce sont des contrats destinés à couper l'herbe sous pied des sociétés iraniennes.

Une seconde riposte US au fulgurant succès des opérations militaires Irak/Syrie a été, elle, bien sanglante. Trois personnes sont mortes et 20 autres blessées dans une double explosion qui s’est produite lundi soir 15 juillet dans un lieu de culte chiite dans le sud-ouest de Bagdad.

PressTV-Irak: 2 explosions font au moins 14 morts

PressTV-Irak: 2 explosions font au moins 14 morts

Au moins 14 personnes ont été tuées et plusieurs autres, blessées dans deux explosions en Irak.

Selon Al-Sumaria, deux terroristes ont déclenché leurs ceintures d'explosifs non loin de ce lieu de culte chiite où les fidèles faisaient leur prière. Aucun groupe n'a encore revendiqué la responsabilité de ce double attentat mais les cellules dormantes de Daech, pilotées par les Américains, sont toujours actives en Irak.

Après avoir essuyé de lourdes défaites qui ont conduit à la fin de son prétendu califat en 2017 en Irak, des daechistes forment à présent des cellules dormantes et poursuivent sporadiquement leurs opérations terroristes, cellules largement démantelées en dix jours d'opérations militaires par les Hachd. Il y a deux semaines, quatre policiers ont été tués dans l'explosion d'une bombe près de la ville pétrolière de Kirkouk.

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/07/16/601043/SyrieIrak--Damas-contrle-les-frontires


 

MARTYRE DU DETENU PALESTINIEN NASSR TAQATIQA, 35 ANS, MORT SOUS LA TORTURE DANS LES GEOLES DE L'OCCUPANT ISRAELIEN

Geôles de l’occupation : Martyre d’un détenu palestinien placé dans l’isolement

 Depuis 5 minutes  16 juillet 2019

nasr

 Moyent-Orient - Palestine

 

Le club des prisonniers palestiniens a annoncé, le mardi 16 juillet, le martyre du détenu Nassr Taqatiqa, 35 ans, après avoir été placé en isolement dans la prison israélienne de Nitsan.

Et de préciser : « le martyr Taqatiqa est décédé sous la torture et suite à la négligence médicale dans les geôles de l’occupation ».

Les autorités pénitentiaires ont en outre fermé tous les prisons après l’annonce de ce décès, craignant une révolte et la protestation des détenus privés de leurs droits humanitaires.

Rappelons que le martyr Taqatiqa a été détenu depuis deux semaines après la prise d’assaut de son domicile dans la localité de Beit Fajar, en Cisjordanie occupée.

Avec ce nouveau décès, le bilan des détenus palestiniens ayant trouvé la mort dans les geôles de l’occupation s’élève à 220 victimes.

 

Source: Médias palestiniens

https://french.almanar.com.lb/1428880


 

COALITION DE GUERRE US : L'IRAN SE PREPARE... A UNE GUERRE TOTALE

Tue Jul 16, 2019 7:2AM

Manœuvres militaires des forces armées iraniennes, mars 2017. ©Defa Press

Manœuvres militaires des forces armées iraniennes, mars 2017. ©Defa Press

Le vendredi 12 juillet, le Corps des gardiens de la Révolution islamique (CGRI), a annoncé avoir pris pour cible de ses drones M-6 et de son artillerie-laser, le QG des terroristes de Pjak au Kurdistan irakien. Il y a une semaine, ces mêmes terroristes avaient attaqué une patrouille du CGRI à Piranchahr, ville frontalière de l'ouest iranien, tuant trois membres du CGRI. Dans sa frappe, le CGRI a eu recours aux obus-laser Basir (155 mm), un engin de 130 centimètres qui combinés aux roquettes iraniennes Arach, ont pulvérisé le QG des terroristes au nord de l'Irak. C'est un message très clair aux parties régionales et supra-régionales qui croient pouvoir déstabiliser les frontières iraniennes mais aussi aux alliés de l'Iran dont le Hezbollah, lequel s'apprête ainsi que l'a confirmé son secrétaire général il y a quatre jours, à ramener "Israël à l'Age de pierre", si ce dernier commettait la folie de s'attaquer au Liban. 

USA/CGRI: qui tirera le premier?

USA/CGRI: qui tirera le premier?

De l’avis des experts, une guerre contre l’Iran peut embraser la région et déboucher sur une guerre d’envergure.

En termes d'acquis militaire, l’armée iranienne annonce le dévoilement prochain d'un blindé de fabrication locale, selon le ministre iranien de la Défense, le général de brigade Amir Hatami. Cité par l'agence de presse iranienne Tasnim, le général Hatami affirme que l'armée iranienne a signé des contrats avec des constructeurs automobiles iraniens pour la fabrication de pièces automobiles importantes dont la production avait été entravée après le retrait de sous-traitants étrangers de l'Iran. C'est une annonce importante qui affirme le plein engagement des forces armées iraniennes dans un secteur stratégique qu'est l'automobile civil

En novembre 2018, le ministère de la Défense avait dévoilé un véhicule militaire blindé de fabrication domestique, baptisé Toofan (Ouragan). Capable de résister aux mines et aux embuscades, Toofan, véhicule blindé tout-terrain, a été conçu pour mener à bien des missions de logistique et de combat sur les champs de bataille. Le véhicule blindé a été livré à la force terrestre du Corps des gardiens de la Révolution islamique (CGRI). 

Le camion à quatre roues motrices est protégé contre les mines terrestres et les engins explosifs improvisés. Le camion polyvalent à haute mobilité résiste également aux balles qui sont à âme d'acier et il peut se déplacer sur des terrains difficiles, sur l’eau et grimper au-dessus de barrières pouvant atteindre 50 centimètres.

Selon les observateurs, l'Armée de terre iranienne se réarme dans un contexte de tension croissante autour de l'Iran. Pour le ministre iranien de la Défense, la volonté iranienne de ne pas fléchir face à l'ennemi s'est manifestée par la destruction du drone espion US le 20 juin, "ce qui a littéralement changé la donne dans un contexte de pré guerre dans le golfe Persique".

Guerre USA/Iran : qu’en pense le Pentagone ?

Guerre USA/Iran : qu’en pense le Pentagone ?

Les principales capacités militaires de l’Iran étaient les missiles, les forces non conventionnelles et une force navale « prééminente », a déclaré le général Mark Milley.

« Le processus de destruction du drone américain depuis l'identification et l’interception jusqu'à la prise pour cible a été pleinement effectuée à l’aide des armements iraniens fabriqués par nos experts et techniciens de la Défense », a ajouté le ministre avant de souligner que l’industrie de la défense du pays depuis le ciel jusqu’à la mer en passant par la terre, reposait entièrement sur la construction locale et ce, malgré les sanctions : « Nous fabriquons nos destroyers, nos sous-marins et nos navires sophistiqués et notre secteur aérospatial peut même exporter », a-t-il ajouté. 

Les propose du ministre interviennent alors que de nouveaux équipements de détection, de nettoyage et de protection contre les armes chimiques, biologiques et radiologiques conçus pour écarter des opérations propres aux guerres modernes ont été livrés, lors d'une cérémonies ce 15 juillet, à la force maritime du Corps des gardiens de la Révolution islamique (CGRI).

Sepahnews, service de presse du CGRI, a en outre fait état de nouveaux équipements de défense personnelle dont les forces navales du CGRI sont équipées. Lors d’une cérémonie organisée le lundi 15 juillet dans la ville de Chiraz au sud-ouest de l’Iran à l’occasion de la livraison des nouveaux équipements de défense personnelle, le commandant de la marine du CGRI, le contre-amiral, Alireza Tangsiri a évoqué les dommages infligés à l’Iran par des armes de destruction massive au cours des huit années de guerre avec l’Irak de Saddam, soulignant la nécessité de disposer d’équipements adéquats pour parer à toute éventualité. Selon le rapport de l’agence de presse Mehr News, le nouvel équipement de défense individuelle renforcera les capacités et la préparation des forces navales du CGRI contre toute attaque aux agents chimiques, biologiques et radioactives.

Les experts estiment que l'Iran se prépare à une guerre totale

Le commandant en chef de l'armée iranienne, le général de division, Abdolrahim Moussavi, a annoncé plutôt dimanche ce à quoi ressemblerait la guerre, si elle venait à éclater entre les USA et l'Iran : « Nous n'avons jamais commencé une guerre et nous n'allons pas le faire. Ceci étant, notre puissance militaire est loin d'avoir un caractère exclusivement défensif. Notre puissance offensive et nos capacités à infliger des coups aux agresseurs sont dévastatrices. Nous leur ferons regretter leur agression. » 

La marine du CGRI se réarme

La marine du CGRI se réarme

De nouveaux équipements de détection, de nettoyage et de protection contre les armes chimiques, biologiques et radiologiques conçus pour écarter des opérations propres aux guerres modernes, ont été livrés au CGRI.

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/07/16/601040/CGRI-dot-darmes-de-dernire-crie