Veilleur en éveil

 

CUBA : L'AMOUR ET LA SOLIDARITE DES BLOUSES BLANCHES AU VENEZUELA

L'amour et la solidarité des blouses blanches au Venezuela

Depuis le début de la coopération médicale cubaine au Venezuela, plus de 140 000 personnels de la santé ont travaillé dans ce pays, un nombre important sur un total de 220 000 enfants de Fidel qui, dans le cadre de diverses missions, ont brandi le drapeau de l'internationalisme

Auteur:  | informacion@granmai.cu

Photo: Enrique Milanés León

Quelque 155 médecins vénézuéliens devraient achever leur formation de spécialistes à Cuba d'ici 2020, une garantie pour ce pays compte tenu de la qualité de l'enseignement médical cubain : « Du fait de son expérience dans les missions, de son expérience dans la Révolution, dans un système différent d'équité et d'égalité, non pas mercantiliste mais social », a souligné Yanet Torrealba Cordero, directrice adjointe du département de la Recherche et de l'Éducation au sein de l'Administration générale du Pouvoir populaire pour la santé du Venezuela.

Yanet Torrealba, qui est également responsable du projet de formation spécialisée dans le cadre de l'Accord intégral de coopération Cuba-Venezuela, a ajouté que cette étape implique un renforcement du système avec les talents nécessaires, conformément au souhait du président Hugo Chavez.

« Nos frères cubains ont été des alliés stratégiques pour notre réseau de santé, tant dans la formation des médecins généralistes intégraux (MGI) que du personnel d’autres spécialités », a-t-elle précisé.

Le Dr Fernando Gonzalez Isla, responsable de la Mission médicale cubaine au Venezuela, a expliqué qu'au cours des dernières années, plus de 24 000 médecins communautaires intégrés ont été formés au Venezuela.

Il a rappelé que les plus de 21 000 médecins cubains qui offrent leur aide solidaire au Venezuela contribuent à la construction du système de santé, conçu par les commandants de nos révolutions, Fidel Castro et Hugo Chavez.

Les coopérants cubains du secteur de la santé, ainsi que le personnel vénézuélien, ont réussi, au cours des presque 16 années de la mission Barrio Adentro (Au cœur du quartier), à dispenser des soins à des millions de citoyens de ce pays.

De l'avis du médecin, les grandes contributions de la mission qu'il dirige sont la formation des ressources humaines avec un réseau d'institutions qui a créé les

conditions pour matérialiser les principes établis pour la santé publique, l'accessibilité aux services étant considéré comme un élément essentiel.

Depuis le début de la coopération médicale cubaine au Venezuela, plus de 140 000 personnels de la santé ont travaillé dans ce pays, un nombre important sur le total de 220 000 enfants de Fidel qui, dans le cadre de diverses missions, ont brandi le drapeau de l'internationalisme

En 55 ans, Cuba a mené à bien 600 000 missions internationalistes dans 164 pays, auxquelles plus de 400 000 agents de santé ont pris part et, dans de nombreux cas, ils se sont acquittés cette noble tâche à plusieurs reprises (Rédaction nationale)

http://fr.granma.cu/mundo/2019-03-18/lamour-et-la-solidarite-des-blouses-blanches-au-venezuela


 

LA DICTATURE EST EN MARCHE. LE PREFET DE PARIS EST LIMOGE. DES MANIFS SERONT INTERDITES AUX CHAMPS-ELYSEES ET DANS CERTAINS QUARTIERS

Gilets jaunes : le préfet limogé, des manifestations interdites, annonce Edouard Philippe

Gilets jaunes : le préfet limogé, des manifestations interdites, annonce Edouard Philippe

© Bertrand GUAY Source: AFP

Edouard Philippe s'exprime au côtés de la garde des Sceaux Nicole Belloubet et du ministre de l'Intérieur Christophe Castaner en conférence de presse le 18 mars.

 

Dans un discours ce 18 mars, deux jours après un acte 18 des Gilets jaunes émaillé de violences aux Champs-Elysées à Paris, le Premier ministre a annoncé le remplacement du préfet de Paris et plus de fermeté dans la «doctrine de maintien de l'ordre».

Le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé le 18 mars plusieurs mesures de fermeté, et le remplacement du préfet de police de Paris, après un acte 18 des Gilets jaunes marqué par des violences dans la capitale.

Le préfet Michel Delpuech, 66 ans, avait été fragilisé par l'affaire Benalla et les polémiques à répétition sur la gestion de l'ordre public dans la capitale. Il sera remplacé par Didier Lallement, actuel préfet de Nouvelle Aquitaine.

«Nous allons renforcer la fermeté de notre doctrine de maintien de l'ordre», a également annoncé Edouard Philippe. Le chef du gouvernement a pointé du doigt dans son allocution les «consignes inappropriées» passées «pour réduire l'usage» du lanceur de balles de défense (LBD) lors de la journée du 16 mars.

Gouvernement@gouvernementFR

 

EN DIRECT | Déclaration du Premier ministre @EPhilippePM suite aux violences de ce week-end à Paris. https://www.pscp.tv/w/b1-1_jFlZGpuTEx2RE1kUW98MU95S0F5VkRCWUxLYhSUMkBB1026ot6ot_PRgxELouqylNlPNQJGFcyIhWIW …

389

 

Gouvernement @gouvernementFR

EN DIRECT | Déclaration du Premier ministre @EPhilippePM suite aux violences de ce week-end à Paris.

pscp.tv


Manifestations interdites en cas de présence d'«éléments ultras»

Concrètement : les manifestations des Gilets jaunes seront interdites dans plusieurs quartiers de villes de France, dont les Champs-Elysées dans la capitale, particulièrement dégradés lors de l'acte 18, si des «éléments ultras» sont présents, a annoncé le Premier ministre.

«Nous interdirons les manifestations se revendiquant des Gilets jaunes dans les quartiers qui ont été les plus touchés dès lors que nous aurons connaissance de la présence d'éléments "ultras" et de leur volonté de casser. Je pense bien évidemment aux Champs-Elysées à Paris, à la place Pey-Berland à Bordeaux, à la place du Capitole à Toulouse», a-t-il précisé. 

135 euros d'amende pour participation à une manifestation illégale

Le Premier ministre a par ailleurs dit avoir demandé à la Garde des Sceaux Nicole Belloubet «d'augmenter très nettement le montant de la contravention en cas de participation à une manifestation interdite». L'amende passerait donc selon Matignon de 38 à 135 euros. 

Edouard Philippe a également déclaré avoir donné des instructions pour que les éventuels appels à la violence émanant de «personnalités» du mouvement soient systématiquement signalées à la justice par le ministère de l'Intérieur.

Ce 18 mars, le Premier ministre Edouard Philippe avait été reçu par le président de la République au Palais de l'Elysée en compagnie du duo de Beauvau, Christophe Castaner et Laurent Nunez, ainsi que du garde des Sceaux, Nicole Belloubet. Motif : les «dysfonctionnements», reconnus par Beauvau et Matignon, dans le maintien de l'ordre après l'acte 18 des Gilets jaunes au cours duquel l'avenue des Champs-Elysées à Paris a subi des dégradations conséquentes

Lire aussi : Le Maire et Castaner convoqués au Sénat après les violences de l'acte 18 des Gilets jaunes

https://francais.rt.com/france/60166-philippe-annonce-interdiction-manifester-dans-plusieurs-cas-presence-ultras


 

A PARIS, LE FRIC DU TRAFIC DE DROGUE ETAIT TRANSPORTE BIEN AU CHAUD DANS UNE VOITURE DIPLOMATIQUE

Drogue

À Paris, l’argent du trafic de drogue était bien au chaud dans une voiture diplomatique

© AP Photo / Arnulfo Franco

FRANCE

URL courte

18624

Après plus d’un an d’investigation, les enquêteurs ont arrêté un chauffeur de l’Organisation internationale de la francophonie, informe ce lundi Le Parisien. Au volant d’un véhicule immatriculé en corps diplomatique, il transportait de l’argent lié au trafic de drogue.

Les enquêteurs de l'Office central de lutte contre la criminalité organisée (OCLCO) ont interpellé un chauffeur de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF), relate ce lundi Le Parisien. Cet employé qui travaillait pour l'OIF depuis 1998 est soupçonné d'avoir transporté dans une voiture immatriculée en corps diplomatique de l'argent lié au trafic de drogue.

«Il roulait tous les jours au volant d'un véhicule immatriculé en corps diplomatique et croyait aussi bénéficier de cette immunité. Mais après vérification, il s'est avéré que seule la voiture qu'il conduisait bénéficiait de cette protection», confie un policier.

 

Une prison (photo d'illustration)

© SPUTNIK . ALEXEY FILIPPOV

Faute de personnel pénitentiaire, deux trafiquants de drogue libérés de prison en France

Présenté à un juge de la juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Paris, il a été placé en détention provisoire.

 

L'intéressé explique s'être livré à la collecte et à la remise d'argent pour «arrondir ses fins de mois». Selon Le Parisien, ces livraisons étaient opérées pour le compte de deux donneurs d'ordre, dont un certain Abderrahim domicilié à Casablanca, au Maroc.

https://fr.sputniknews.com/france/201903181040397194-paris-trafic-drogue-voiture-diplomatique/

 

SYRIE : UNE FORTE MOBILISATION DETECTEE SUR LA BASE AERIENNE RUSSE DE HMEÏMIM

Syrie : Attroupements russes dans la base de Hmeïmim

 Depuis 5 heures  18 mars 2019

hmeimim

 Moyent-Orient - Spécial notre site - Syrie

 

Rédaction du site

Une forte mobilisation a été détectée dans la base russe de Hmeïmim en Syrie, a indiqué le site d’images satellitaires Image sat international (ISI), rapporte le site web de la télévision iranienne arabophone al-Alam.

Dans son récent rapport, ce dernier fait état de la présence d’avions de chasse russes de type Sukhoï-25, pour la première fois depuis le mois de juillet 2018. Ces appareils permettent un meilleur soutien aérien pour des forces terrestres en raison de leur haute performance dans les manœuvres.

Il est également question que les Russes ont construit une infrastructure intégrée pour la maintenance, comprenant des ateliers de déclassement et d’assemblage. Ce qui signifie que les troupes russes se préparent à fournir un soutien technique rapproché à l’armée de l’air syrienne.

Le rapport a conclu que la Russie réarrangeait ses forces aériennes, en raison de son intention de s’emparer de la région septentrionale de la Syrie, laquelle est sous le contrôle des insurgés, par le biais de préparatifs visant à fournir un soutien approprié à l’armée syrienne.

La province concernée n’est autre que celle d’Idleb, occupée par la coalition jihadiste takfiriste des Hayat Tahrir al-Cham, et dont la colonne dorsale et le front al-Nosra, l’ex-branche d’Al-Qaïda en Syrie.

Sur la possibilité que la Russie puisse avoir des frictions avec les forces turques, également stationnées dans le nord de cette province située à leur frontière, ISI a toutefois estimé qu’elle était très peu probable.

http://french.almanar.com.lb/1293426


 

DECLARATIONS DU PARTI COMMUNISTE DU VENEZUELA

DECLARATIONS DU PARTI COMMUNISTE DU VENEZUELA

 Solidarité Internationale PCF Amérique Latine 0

18 MARS 2019

DECLARATIONS DU PARTI COMMUNISTE DU VENEZUELA

Pour bien replacer les débats sur la nouvelle tentative de déstabilisation du Venezuela, nous publions deux déclarations signées du Parti communiste du Venezuela: le premier appel du PCV à la mobilisation le 25 janvier 2019, un appel commun avec 3 autres organisations du 20 février. Il faut connaître l'analyse, l'état d'esprit lucide et combatif de nos camarades. Traductions par MlJ pour "Solidarité internationale PCF - vivelepcf", 17 mars 2019.

 

Déclaration du bureau politique du Parti communiste du Venezuela, face à l’agression impérialiste contre le peuple vénézuélien, 25 janvier 2019.

Lors d'une conférence de presse extraordinaire, tenue  vendredi 25 janvier 2019, le secrétaire général du Comité central du PCV, Oscar Figuera, s’est exprimé sur le coup d'État en cours, initié par l'impérialisme américain, les gouvernements latino-américains qui lui sont inféodés et la droite vénézuélienne à sa solde. Les Vénézuéliens au service de l’étranger, qui refusent de reconnaître Nicolás Maduro Moros comme président constitutionnel de la République bolivarienne du Venezuela, tentent de mettre en place un gouvernement fantoche, d’exciter la violence politique, pour ouvrir la voie à une guerre civile et créer un prétexte pour une intervention étrangère directe.

Devant cette réalité, le PCV a décidé:
- d’activer toutes les forces du PCV, de la JCV [Jeunesse communiste] et des fronts politiques de masse pour développer l’alliance patriotique, démocratique, populaire-révolutionnaire la plus large, contre le coup d'État impérialiste.
- de continuer à appeler à la solidarité internationale des partis communistes et ouvriers et du mouvement progressiste mondial. Elle s’étend grâce à l’activité du département de politique internationale du PCV, de la JCV, du Comité de solidarité internationale (COSI) et des fronts politiques de masse. Elle s’est déjà exprimée par des dizaines d'actions et de messages de solidarité émanant d’organisations telles que le Conseil mondial de la paix, la Fédération syndicale mondiale, la Fédération démocratique internationale des femmes, la Fédération mondiale de la jeunesse démocratique, des partis communistes du monde entier, entre autres organisations.
- d’impulser l’alliance patriotique, démocratique et populaire-révolutionnaire la plus large, en vue de son intégration dans la direction du processus vénézuélien [= des affaires du pays], ce qui nous permettra de mettre en échec l’agression impérialiste et de résoudre les graves problèmes de notre peuple.
 - d’appeler à un gouvernement de large alliance patriotique, démocratique et populaire-révolutionnaire, à même de combattre les secteurs alliés à l'impérialisme américain, principalement les monopoles, en particulier le secteur financier spéculatif, qui pille chaque jour notre peuple.
 - de développer un plan de mobilisation, de grande ampleur, national et international, en direction des mouvements ouvriers et paysans, des comités locaux et populaires, des civils et des militaires, des croyants et des non-croyants, unis dans la défense de la patrie.
Nous exigeons du gouvernement et des exécutifs régionaux et municipaux qu’ils déploient toute leur autorité pour neutraliser les mafias de la spéculation et de la corruption qui agissent en toute impunité, qu’ils mettent en œuvre les actions nécessaires pour rétablir le pouvoir d'achat des salaires et l'accès aux biens et services de base.
Nous vous appelons à soutenir l’exigence d’une réunion immédiate du Grand pôle patriotique Simon Bolivar (GPPSB) en présence du président Nicolas Maduro Moros et, dans le même temps, à solliciter avec insistance une rencontre bilatérale avec le chef de l'État lors de laquelle seraient discutées les propositions du PCV de sortie révolutionnaire de la crise capitaliste.
Face à l'agression impérialiste, le PCV, la JCV et les fronts politiques de masse s'emploieront à promouvoir la plus large unité patriotique, démocratique, révolutionnaire-populaire pour faire échec au coup d'État en cours.
Nous exprimons notre solidarité avec les Vénézuéliens qui, dans le monde, sont victimes d’actes de xénophobie encouragés par les gouvernements de droite, en particulier en Équateur. Nous condamnons cette politique au service de l'impérialisme nord-américain qui cherche à atteindre ses objectifs de domination, en divisant nos peuples et en les opposants les uns aux autres.
Le PCV soutient la décision du gouvernement de rompre les relations diplomatiques et consulaires avec le gouvernement des Etats-Unis.
CONTRE LE COUP D’ETAT IMPERIALISTE – UNIS DANS LA DEFENSE DE LA PATRIE !

 

 

 

Venezuela : déclaration conjointe du PCV et de trois autres organisations (20 février 2019)

Déclaration contre l’agression impérialiste ; Unité dans la défense de la patrie !

Nous, partis politiques et organisations sociales signataires, membres du Front populaire anti-impérialiste et antifasciste (FPAA), condamnons l'agression contre notre nation par l'impérialisme nord-américain, avec la complicité de l'Union européenne et du Groupe de Lima. C’est un acte de provocation et d'ingérence qui porte atteinte à la souveraineté de la République bolivarienne du Venezuela et à la paix dans toute l’Amérique latine et aux Antilles. 

Les visées et les objectifs de l'agression du capital international et de ses lieutenants de droite locaux, contre la dignité nationale et la vie du peuple vénézuélien, ne sont un secret pour personne. Pendant plus d’un demi-siècle, la bourgeoisie des Etats-Unis, les grands monopoles capitalistes nationaux et leurs partis affidés, ont agi contre les ouvriers, les paysans et les populations au Venezuela et dans toute l’Amérique latine. 

L'attaque impérialiste s’est considérablement renforcée ces dernières décennies, au fil du processus politique vénézuélien. Il ne s'agit plus seulement de conspirations politiques, de tentatives d'assassinat, de plans de division du territoire national pour s’accaparer les zones pétrolières et minières. Il s’agit maintenant aussi d’un sabotage économique pour faire monter, de façon ahurissante, les prix des denrées alimentaires de base, pour paralyser les transports, pour semer l'anarchie et tous les désordres quotidiens possibles, venant de la droite pro-impérialiste. On sait que, pour faire avancer ses plans, la droite profite d’une impunité et des erreurs gouvernementales. 

Ces derniers mois, les provocations et les pressions économiques et militaires sont passées à une nouvelle phase, cherchant à isoler et assiéger la nation vénézuélienne et à porter le coup de grâce au processus bolivarien et à son avant-garde. Les impérialistes et leurs laquais, étouffés par la profonde et longue crise structurelle qui les consume, considèrent que le moment est venu de couper à leur base la combativité et les luttes du peuple vénézuélien, en ruinant les acquis sociaux, en prenant le peuple à la gorge et en se débarrassant du gouvernement bolivarien par n’importe quel moyen. Voilà pourquoi le feu vert a été donné au coup d’Etat, poussé par l'impérialisme nord-américain et les gouvernements qui lui sont inféodés en Amérique latine, ainsi que, sur le sol vénézuélien, par la droite vendue à l’étranger. 

L’ingérence extérieure et l’appui au coup d’Etat, par le gouvernement impérialiste des Etats-Unis, par l'Union européenne, avec la collaboration honteuse de certains gouvernements latino-américains, se concentre aujourd’hui sur une campagne de propagande visant à masquer l’agression politico-militaire sous une « aide » prétendument "humanitaire", qui vise en réalité à justifier l'invasion de notre pays. 

Nous condamnons les visées impérialistes de mainmise sur les ressources naturelles et de privatisation, affichées publiquement par les États-Unis, l'Union européenne, le groupe de Lima, par le patronat vénézuélien et par l'assemblée illégitime dirigée par Guaido. 

Nous, membres du FPAA, appelons à la préparation, à l'organisation de la mobilisation populaire. Nous exigeons la plus grande fermeté de la part du gouvernement contre les saboteurs, les agents extérieurs et les terroristes, la prison immédiatement pour les spéculateurs. Nous exigeons l'application des articles 113 et 114 de la Constitution de la République bolivarienne du Venezuela face, en priorité, aux spéculateurs en situation de monopole et au système financier. Nous appelons à établir un contrôle direct par les ouvriers, les paysans, les populations sur les processus de production, de commercialisation et de distribution. Nous appelons à la relance des plans nationaux d'industrialisation, également à une véritable réforme agraire. Il faut en finir définitivement avec la dépendance, l'exploitation et la soumission au chantage impitoyable des grands ennemis historiques de la patrie, du peuple vénézuélien et du monde entier.    

CONTRE L'AGRESSION IMPÉRIALISTE !

UNITÉ ET MOBILISATION !


Signataires :

Parti communiste du Venezuela

Parti «  Patrie pour tous »

Parti révolutionnaire des travailleurs

Mouvement Gayones

Caracas, le 20 février 2019

http://solidarite-internationale-pcf.fr/2019/03/declarations-du-parti-communiste-du-venezuela.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail


 

57ème ANNIVERSAIRE DU « CESSEZ LE FEU » EN ALGERIE LE 19 MARS 1962

 

Message du 57ème Anniversaire du « CESSEZ LE FEU »

En ALGERIE LE 19 MARS 1962

 

Il y a 57 ans le « cessez le feu » était proclamé en Algérie. Les accords signés le 18 mars 1962 par les représentants du gouvernement français et les représentants du gouvernement provisoire Algérien qui stipulaient que « le cessez le feu » devait intervenir le 19 mars 1962 à 12 heures.

Ainsi ce conflit qui avait duré prés de huit années prenait fin.

Près d’un million et demi d’hommes passèrent sous les drapeaux dont 317 500 d’active et 1 505 500 appelés et rappelés. Tous les soldats accomplirent les taches les plus variées du métier de soldats qui affronte l’ennemi à celui de bâtisseurs de village.

Dans toutes ces missions a commencer par la plus dure, celle ou l’on risque sa vie dans les djébels, les soldats du contingent ont fait preuve de courage et sont restés fidèles aux institutions de la république.

30 000 soldats français y ont laissé leur vie, 650 000 blessés et plus de 1 000 disparus, côté Algérien plus d’un million de morts.

Depuis 2012 le 19 mars reste la seule journée Nationale du souvenir et de recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires.

Aujourd’hui dans toutes les villes et villages de France nous commémorons le 57 anniversaire du « cessez le feu » le 19 mars 1962.

Rendons hommage aux morts et marquons l’importance primordiale que nous accordons à la commémoration de cette date pour les deux peuples.

Si le passé est écrit, l’avenir se construit avec les jeunes de plus en plus associés à nos cérémonies, regardons notre histoire avec lucidité, puisons de dans les leçons du passé.

Renouvelons notre volonté de contribuer à bâtir un monde de vie, de progrès et de justice dans le respect de la liberté et de la dignité humaine.

Construisons un monde solidaire et de paix.

                                                                       Vive la France

                                                                       Vive la Paix

 

19 MARS 1962 : CESSEZ LE FEU EN ALGERIE 



Il y a 57 ans, le 19 Mars 1962, le cessez-le-feu proclamé officiellement sur le terrain ouvrait la porte à la fin de la guerre d’Algérie. Les accords d’Evian du 18 mars étaient approuvés par un référendum adopté par 91 % des Françaises et des Français. Ainsi, la très grande majorité des citoyennes et citoyens voyaient enfin finir un cauchemar pour les peuples de France et d’Algérie.

En ce jour anniversaire, n’oublions pas tous les morts de cette guerre, les 30.000 militaires Français tués, les centaines de milliers revenus blessés ou malades, toutes les victimes Algériennes (civiles ou combattantes) et tous les déracinés par l’histoire.

Rendons hommage à tous les soldats du contingent, à tous les officiers et sous-officiers républicains qui ont sauvé la République en refusant de suivre les généraux putschistes et leurs complices, lors de la tentative de coup d’Etat d’avril 1961 pour empêcher le processus qui a mené à la Paix.

L’exigence de commémoration officielle du 19 mars 1962 que nous exprimons constamment avec des associations, est un acte de mémoire et de vérité qui concerne aussi bien l’Histoire présente de la France que celle de l’Algérie.

Dans ce sens, il est nécessaire de rappeler notre exigence d’abrogation de la loi du 23 février 2005, qui veut banaliser et réhabiliter aux yeux des gens le colonialisme subi par l’Algérie et d’autres pays africains.

Aujourd’hui encore, les anciens combattants en Algérie, au Maroc et en Tunisie, toutes celles et tous ceux qui sont attachés aux valeurs républicaines, de Liberté, d’Egalité et de Fraternité doivent s’unir pour s’opposer à la réhabilitation des criminels de l’OAS, à leurs complices revanchards d’aujourd’hui que certains présentent comme des héros et, d’une manière plus générale, s’opposer à tous ceux qui tentent de semer et d’entretenir la haine, le mépris, le racisme et la xénophobie.

Cinquante sept ans après la fin de la Guerre d’Algérie, il est grand temps que les peuples Français et Algérien entretiennent des relations de Paix, d’Amitié et de Solidarité. Il est grand temps qu’un traité, d’amitié et de coopération soit enfin signé.

Au nom du souvenir de tous les morts, bâtissons ensemble une ère de Paix à laquelle aspirent tous les peuples du monde.

 

C’est le lundi 19 mars 1962, à midi, il y a 57 ans, que le Cessez-le-Feu, décidé à la suite des accords d’Évian, fut appliqué sur tout le territoire algérien et que les armes se sont tues.

 

La décision du gouvernement français d’envoyer l'armée, entre 1952 et 1962, en Algérie, au Maroc et en Tunisie a profondément affecté dans leur existence, leur santé, leur vie familiale et professionnelle, ceux qui ont été contraints de servir dans ses rangs. Trois millions d’appelés ont été en effet confrontés à la guerre pendant ces dix années. 30 000 soldats français ont été tués, près de 250 000 blessés, frappés de maladie, et tant d’autres durement marqués psychologiquement, à vie, par un conflit où plus d'un million dAlgériens ont trouvé la mort.

La paix, obtenue le 19 mars 1962, souhaitée par une majorité de Français, est due aussi aux mouvements de jeunes appelés, de salariés dans les entreprises, avec le soutien d'une partie de la population, contre une guerre qui ne disait pas son nom. Poursuivons les combats pour la liberté et la souveraineté des peuples, contre le colonialisme, avec de nombreux progressistes, souhaitons que cette journée de commémoration du 19 mars, qui marque l’arrêt des combats, journée du souvenir des nombreuses victimes de cette guerre, soit l'occasion pour notre pays de tirer les enseignements de cette période de notre Histoire.

La France doit reconnaître s’être engagée, entre 1952 et 1962, dans une véritable guerre. Cette reconnaissance passe notamment par l’égalisation des droits entre toutes les catégories d’anciens combattants. Enfin, l'engagement, en pleine clarté, dans un travail de mémoire historique, contre l'oubli des victimes et des souffrances des combattants et des populations, permettrait de mener, aujourd'hui, le combat contre toutes les tentations de dominations néocolonialistes, en soutien aux peuples en lutte pour leur liberté.

 


 

LE 19 MARS TOUS EN LUTTE

ACTUALITÉ

 
 

INTERPROFESSIONNEL POUVOIR D'ACHAT MOBILISATION

Grève du 19 mars : la carte des mobilisations

PUBLIÉ LE 15 MAR 2019

 

TEMPS DE LECTURE : 2 MIN.

Alors que la situation en France est marquée par l’expression diverse et multiple d’un mécontentement social grandissant, par l’aspiration à une véritable justice sociale et fiscale, par la dénonciation des reculs sur les libertés publiques comme individuelles, les organisations CGT, FO, Solidaires, UNEF, UNL appellent à une puissante journée d’action, de mobilisation et de grève le 19 mars. Retrouvez ici la carte des mobilisations !

 

Grève nationale du 5 février 2019
Infogram

Alors que les annonces faites par le président de la République ou son gouvernement n’ont pas répondu aux attentes, alors que des lois portant atteinte aux libertés syndicales et de manifester sont votées, que les prix des produits de consommation courante continuent à la hausse, que la suppression de l’ISF n’est pas remise en cause, que le chômage progresse… Le « grand débat national » ne peut ni se substituer, ni contourner, encore moins être opposé aux revendications sociales et syndicales.

Dans un contexte où la précarité s’aggrave partout, la nécessité de gagner l’augmentation des salaires, des pensions et des minima sociaux, l’égalité femmes-hommes et un véritable droit à l’éducation et à la formation devient primordiale. Tout comme la nécessité de renforcer notre protection sociale et notre système solidaire de retraite par répartition. Enfin, la nécessité de répondre aux enjeux climatiques et environnementaux, tout en développant des emplois de qualité. C’est dans ce but que nos organisations appellent à l’élargissement et l’amplification de la mobilisation sociale.

Nos organisations – CGT, FO, Solidaires, UNEF, UNL – s’engagent à poursuivre un travail commun donnant des perspectives à la mobilisation sociale. Pour une puissante journée d’action, de mobilisation et de grève le 19 mars !

https://www.cgt.fr/actualites/interprofessionnel/pouvoir-dachat-mobilisation/greve-du-19-mars-la-carte-des


 

FACE A UN PALESTINIEN ISOLE, DES SOLDATS ISRAELIENS DESERTENT

Les militaires israéliens prennent la fuite face à un Palestinien isolé

Sun Mar 17, 2019 7:4PM

Les soldats israéliens pleurent la mort d’un militaire, le 20 juillet 2014. ©AP

Les soldats israéliens pleurent la mort d’un militaire, le 20 juillet 2014. ©AP

Des sources proches de l’armée israélienne ont révélé que les militaires étant sur place au moment de l’opération d’aujourd’hui en Cisjordanie avaient pris la fuite pour ne pas se faire prendre pour cible par un Palestinien.

Le quotidien israélien Yediot Aharonot a rapporté que certains militaires avaient fui la scène de l’opération palestinienne ayant eu lieu aujourd’hui en Cisjordanie.

La radio Voix d’Israël a qualifié de « scandale » la fuite des militaires israéliens devant un Palestinien : « Un Palestinien s’est infiltré dans un endroit où étaient déployés un grand nombre de soldats israéliens et il a mené à bien trois opérations puis a quitté l’endroit sain et sauf. Comment est-ce possible ? »

En réaction à ces rapports, l’armée israélienne a promis l’ouverture d’une enquête à ce propos.

Deux attaques anti-israéliennes se sont déroulées ce dimanche, l’une à l’arme blanche et l’autre à l’arme à feu près de la ville d’Ariel à Salfiste dans le nord de la Cisjordanie.

La guerre éclate au cœur d'Israël!

La guerre éclate au cœur d’Israël !

La monumentale défaite des services secrets israéliens, les commandos pour neutraliser l’opération armée palestinienne en Cisjordanie.

Selon le porte-parole de l’armée israélienne, l’auteur de l’opération a d’abord attaqué avec une arme blanche un militaire israélien. Il lui a ensuite confisqué son arme et tiré en direction d’un autre militaire à bord d’un véhicule. Il est monté dans le véhicule et a continué à tirer en conduisant, blessant ainsi plusieurs autres soldats de l'armée israélienne. Les sources israéliennes ne le disent pas, mais « l’assaillant » pourrait bien ne pas avoir reçu d’entraînement ni de formation pour réaliser une telle attaque.

Les heurts se sont poursuivis au point de pousser les militaires israéliens à mobiliser les commandos d’élite et les forces spéciales de l’armée.

Suite à cette opération, le Hamas a distribué des gâteaux dans les rues de Gaza.

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/03/17/591306/Hamas-attaque-Gaza-Israel-fuite-operation


LA LOURDE DEFAITE US EN IRAK

L’échec politique de Washington en Irak est encore plus cuisant que la défaite militaire

Sun Mar 17, 2019 5:14PM

Deux combattants des Hachd al-Chaabi. (Archives)

Deux combattants des Hachd al-Chaabi. (Archives)

Mahmoud al-Rabi’i, porte-parole du mouvement Asaib Ahl al-Haq en Irak, lié au Hachd al-Chaabi, a réagi le samedi 16 mars au rapport du département d’État américain qui a accusé les combattants des Hachd al-Chaabi de meurtres.

« Le récent rapport du département d’État américain dans lequel ce dernier a insulté les Hachd al-Chaabi montre que les États-Unis sont arrivés à la conclusion que leur défaite politique lors des récentes élections irakiennes [les fractions de la résistance ayant remporté la victoire, NDLR] est encore plus grave que celle sur la scène militaire », a affirmé Mahmoud al-Rabi’i.

PressTV-Les USA, pays non grata en Irak?

PressTV-Les USA, persona non grata en Irak ?

Opposées à la présence militaire US, les autorités irakiennes réclament la mise au vote du retrait de toutes les forces étrangères du pays.

« De tels rapports ainsi que les prises de positions américaines ne peuvent en rien affecter la volonté des Hachd al-Chaabi et des fractions politiques de ne jamais remettre en question leurs objectifs. Les Hachd al-Chaabi ne feront jamais partie de l’axe américain, dont l’objectif est d’affaiblir l’Irak », a-t-il souligné.

 

PressTV-Irak:

PressTV-Irak : "les Marines US sous surveillance"

Le Parlement irakien est en train d’élaborer un projet de loi sur l’expulsion des troupes US du pays.

Le porte-parole officiel des Hachd al-Chaabi pour l’axe du nord, Ali al-Hosseini, a pour sa part réagi à ce rapport lors d’un entretien avec l’agence de presse irakienne Al-Maalouma, en demandant au Premier ministre irakien, Adel Abdel-Mahdi, de convoquer l’ambassadeur américain en vue de lui remettre la lettre de protestation de Bagdad concernant la récente prise de position de Washington envers cette formation populaire.

Le département d’État américain a accusé le vendredi 15 mars, dans un rapport sur la situation des droits de l’homme en 2018, les Hachd al-Chaabi d’avoir commis des crimes.

Les autorités et les dirigeants politiques irakiens ont à maintes reprises réagi aux accusations portées par les États-Unis contre les Hachd al-Chaabi, qui ont joué un rôle essentiel dans la lutte contre Daech en Irak, en affirmant que cette force populaire est une organisation légale, reconnue officiellement par un décret du commandant en chef des forces armées.

PressTV-Irak: le temps joue contre les USA!

PressTV-Irak : le temps joue contre les USA !

Les Hachd al-Chaabi appellent Bagdad à riposter aux ingérences US en Irak.

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/03/17/591282/Irak-EtatsUnis-Asaib-Ahl-alHaq-dfaite-Mahmoud-alRabiei-Hachd-alChaabi-Ali-alHosseini-Adel-AbdulMahdi


 

YEMEN : ET SI HUDAYDAH REPRENAIT LA GUERRE !

Quelle sera la réponse du Yémen en cas d’échec de l’accord de Suède ?

Sun Mar 17, 2019 7:11PM

Des combattants du mouvement yéménite Ansarallah. ©YouTube

Des combattants du mouvement yéménite Ansarallah. ©YouTube

La coalition saoudo-américaine sera surprise par la réponse de l’armée yéménite et d’Ansarallah si l’accord de Stockholm échoue.

Le site al-Najm al-Thaqib a écrit dans un article intitulé « Quelle sera la réponse du Yémen en cas d’échec de l’accord de Suède ? » :

« Plusieurs questions ont été évoquées sur les réponses militaires et stratégiques des Yéménites en cas d’échec de l’accord conclu en Suède et la reprise des opérations militaires de la coalition saoudo-émiratie à Hudaydah.

Les analystes se sont penchés sur les différentes dimensions d’une reprise de la bataille de Hudaydah, une bataille qui au centre des préoccupations politiques et stratégiques de la région en raison de ses répercussions économiques et sécuritaires. Ces incidents militaires ont été très compliqués pour la coalition Riyad-Abou Dhabi, à tel point qu’après avoir subi de lourds dégâts matériels et des pertes en vies humaines, celle-ci a été obligée de mettre de côté l’option militaire et de se rendre en Suède pour se mettre à la table des négociations.

Le dirigeant de la révolution yéménite, Abdel Malek Badreddine al-Houthi, a menacé dans son récent discours la coalition saoudienne en la tenant pour responsable de l’échec de l’accord de Stockholm et de la reprise de bataille de Hudaydah, et en affirmant implicitement que des mesures de dissuasion stratégique ont été prises par l’armée yéménite, qui n’attend qu’un ordre pour apporter une réponse à l’échec de l’accord sur Hudaydah.

Sans l’ombre d’un doute, les forces yéménites sont en mesure de le faire, la coalition saoudo-émiratie n’étant pas capable de les repousser. Les conseils que le Leader de la révolution yéménite a adressés aux belligérants, notamment aux Émirats arabes unis, sont la preuve que cette option est sur la table et que les Yéménites peuvent y recourir à tout moment et en toutes circonstances », a ajouté al-Najm al-Thaqib.

Les Émirats arabes unis, notamment leur capitale Abou Dhabi, seraient la première cible de la colère des Yéménites, car ce sont eux qui dirigent la bataille de Hudaydah.

L’armée yéménite est capable, comme elle l’a déjà fait par le passé, de bombarder des infrastructures vitales à l’intérieur des Émirats arabes unis et de l’Arabie saoudite en tirant des missiles ou en utilisant des drones. Les missiles dont dispose l’unité balistique des Yéménites font partie des options prioritaires pour répondre à la coalition saoudienne. Cette unité possède divers missiles, dont des missiles de croisière qui avaient été utilisés pour prendre pour cible la centrale nucléaire de Brakah à Abou Dhabi, aux Émirats arabes unis. »

PressTV-Missile yéménite: une réaction au complot des EAU

PressTV-Missile yéménite : une réaction au complot des EAU

Le missile tiré en direction de la centrale nucléaire de Barakah à Abou Dhabi est une réaction aux conspirations des Émirats arabes unis.

« Les drones constituent l’autre option privilégiée et offrent une alternative aux missiles pour bombarder des objectifs à l’intérieur de l’Arabie saoudite et des Émirats arabes unis. Auparavant, un drone Samad-3 avait pris pour cible les aéroports internationaux des Émirats arabes unis à Abou Dhabi et à Dubaï. Ce drone a joué un rôle crucial dans la déstabilisation de ce petit pays que sont les Émirats arabes unis en faisant fuir les investissements étrangers », a précisé al-Najm al-Thaqib.

PressTV-Drone d'Ansarallah à Dubaï?

PressTV-Drone d’Ansarallah à Dubaï ?

 

La coalition saoudo-émiratie perd sur divers plans. À Dubaï aux EAU, l’activité de l’aéroport de la capitale a été perturbée ce vendredi après avoir soupçonné la présence de drones, tandis que dans le sud de l’Arabie saoudite, la coalition subit des pertes à cause des opérations d’Ansarallah et de l’armée yéménite.

Le site conclut : « Il faut finalement dire que le Yémen est déjà prêt à apporter une réponse en cas de reprise de la bataille de Hudaydah. L’armée yéménite a préparé des réponses cuisantes et surprenantes qui stupéfieront ses amis autant que ses ennemis. L’année 2019 sera l’année des drones. L’armée et les combattants d’Ansarallah dévoileront au moment opportun leurs nouveaux drones de reconnaissance sophistiqués. »

Yémen: les Apache et Abrams ont perdu...

Yémen : les Apache et Abrams ont perdu...

Malgré 7 000 véhicules blindés et chars et des dizaines d’hélicoptères Apache, l’industrie de l’armement US a perdu la guerre au Yémen.

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/03/17/591309/Ymen-Hudaydah-accord-option-Sude-Hudaydah-Stockholm-Abdel-Malek-Badr-Eddine-alHouthi-centrale-atomique-Barakah-Ansarallah