Blog

MOHAMMAD ZARIF, MINISTRE IRANIEN DES AE APPELLE LES HERITIERS DES CIVILISATIONS ANCIENNES A CREER UN NOUVEAU MODELE DE POLITIQUES MONDIALES

Zarif appelle les héritiers des civilisations anciennes de créer un nouveau modèle de politiques mondiales

 Depuis 18 heures  24 avril 2017

zarif2

 Iran - Monde islamique - Spécial notre site

 

Rédaction du site

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif a affirmé que « les héritiers des civilisations anciennes ont la lourde responsabilité de promouvoir le dialogue pour trouver un nouveau modèle de politiques mondiales », a rapporté l’agence d’informations iranienne Farsnews.

Dans un discours prononcé à la tribune de la première conférence des dix civilisations du monde antique, organisée à Athènes, M.Zarif, a déclaré ce lundi: »notre réunion concrètise les efforts pour renforcer le rôle de toutes les civilisations-qui constituent un patrimoine commun à l’humanité- à faire face aux graves défis auxquels nous sommes confrontés, au niveau local ou régional et selon les normes internationales ».

Il a ajouté: »Cette réunion montre que le développement de la science et de la technologie et le luxe, n’ont pas réussi à résoudre les problèmes communs, ni ont contribué à distribuer les ressources de manière équitable. Pire, rien ne promet un avenir meilleur, d’où la nécessité pour les civilisations de jouer un rôle dans ce domaine ».

Il a expliqué: »Dans cet effort commun, nous devons nous pencher sur les facteurs qui ont contribué à la fondation de nos civilisations et qui nous ont attribué une identité et la vie, et donc il faut retenir les leçons de l’histoire ».

« En tant qu’ Héritiers des civilisations anciennes, nous devons comprendre que les victoires et les défaites, qui se sont inscrites sur de courtes périodes , font partie d’une Histoire qui date des milliers d’années. Et donc, nous devons discuter et abolir les modèles qui encouragent « le droit au recours à la force ». Un principe qui a causé de nombreuses formes d’effusion de sang, sans compter la destruction, la violence et l’extrémisme . Ce principe s’est largement répandu durant de longues périodes et a dominé les relations entre les communautés et les peuples, il a provoqué des guerres, des crimes contre l’humanité, l’occupation, l’oppression, la discrimination et le déplacement de populations » a-t-il martelé.

Et de poursuivre: » le terrorisme et l’extrémisme dont sont confrontés les pays à travers le monde, y compris l’Asie occidentale, berceau de nombreuses civilisations anciennes, est le résultat de ce principe ».

Il a conclu: « Le président iranien Hassan Rohani a présenté en Septembre 2013, une initiative appelée  « un monde contre la violence et l’extrémisme ». Elle a été approuvée par l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies.  Par conséquent, en tant que représentants des anciennes civilisations -qui ont été le théâtre de fortes tempêtes et ont témoigné la montée des empires et leur effondrement , nous jouissons d’un passé historique capable de présenter des remèdes aux maladies des societés humaines, à savoir: le dialogue et la modération ».

Source: Médias

http://french.almanar.com.lb/371109


 

DEVENUE MEMBRE POUR 4 ANS DE LA COMMISSION DE LA FEMME, L'ARABIE SAOUDITE SODOMISE UNE ONU-CROUPION

A l’ONU, l’Arabie saoudite devient membre de la Commission de la femme !

 Depuis 2 heures  25 avril 2017

roisaoudien

 Arabie saoudite - Monde arabe - Pays du Golfe

La Commission de la condition de la femme des Nations unies (CSW), qui promeut le droit des femmes partout dans le monde, compte un nouveau membre: l’Arabie saoudite. Pays où est notamment appliquée la pensée wahhabite qui interdit aux femmes de prendre même le volant.

Dans un vote secret, l’Arabie saoudite a été élue par le Conseil économique et social de l’ONU (ECOSOC) à la Commission de la condition de la femme des Nations unies (CSW) pour une durée de quatre ans, soit de 2018 jusqu’à 2022.

Une décision « absurde, » déplore d’ores et déjà le directeur général de l’ONG de défense des droits de l’Homme « UN Watch », basée à Genève.

« Chaque femme saoudienne doit avoir un tuteur masculin qui prend toutes les décisions importantes en son nom contrôlant la vie d’une femme depuis sa naissance jusqu’à sa mort », rappelle en effet en Hillel Neuer sur le site internet de l’ONG. Et de conclure sur Twitter : « Elire l’Arabie saoudite à la protection des droits des femmes c’est comme nommer un pyromane chef des pompiers ».

La situation des femmes en Arabie n’a pourtant pas empêché cinq membres de l’Union Européenne d’élire le royaume – à bulletin secret – pour qu’il fasse partie de la CSW, précise « UN Watch ».

Avec Mariane + RT

http://french.almanar.com.lb/371600


 

L'ENVOI PAR L'IRAN DE PATROUILLES MARITIMES DANS LES EAUX INTERNATIONALES CONSACRE SA PUISSANCE

Amiral Sayyari: l’envoi de patrouilles maritimes dans les eaux internationales consacre la puissance de l’Iran

 Depuis 16 heures  24 avril 2017

sayyari1

 Iran - Monde islamique - Spécial notre site

Rédaction du site

Le commandant de la force navale de l’armée  iranienne, l’amiral Habibollah Sayyari a estimé que « l’envoi de flottes iraniennes dans les eaux internationales constitue une source de fierté pour la République islamique de l’Iran, voire ces patrouilles maritimes sont une source de fierté pour le peuple », a rapporté l’agence d’informations iraniennes Farsnews.

Et d’ajouer: »Le mois dernier, la marine a envoyé 3 flottes dans les eaux internationales, porteuses de messages de paix et d’amitié pour Oman, l’Inde, le Pakistan et le Kirghizistan « .

Et de poursuivre: »La capacité de produire des pièces détachées, de construire des destroyers et des lance-missiles et de rénover la flotte maritime de l’armée est incomparable avec celle de la période pré-Révolution islamique. »

Source: Médias

http://french.almanar.com.lb/371087


 

MALGRE LA DETERIORATION DE LEUR ETAT DE SANTE, BARGHOUTHI ET LES AUTRES DETENUS GREVISTES DE LA FAIM RESISTENT

Barghouthi et les autres détenus résistent malgré la détérioration de leur état de santé

 Depuis 2 heures  25 avril 2017

marwan-barghouti

 Moyent-Orient - Palestine

L’état de santé du leader palestinien Marwan Barghouthi s’est « dangereusement » détérioré, a annoncé lundi une ONG palestinienne au huitième jour d’une grève de la faim suivie par plus d’un millier de détenus palestiniens.

Depuis le début de ce mouvement le 17 avril, responsables et observateurs palestiniens mettent en garde contre une « explosion » en cas de détérioration de l’état de santé d’un leader de la grève.

Certains brandissent la menace d’une nouvelle intifada si l’un des grévistes venait à mourir.

Malgré ce « développement dangereux », Marwan Barghouthi, 57 ans, une figure de la seconde intifada condamnée par « Israël » à plusieurs peines de prison à la perpétuité pour opérations anti-occupation, « refuse tout traitement », a précisé Amani Sarahneh, porte-parole du Club des prisonniers, l’ONG qui fait autorité dans les territoires palestiniens.

La direction de la prison d’occupation où M. Barghouthi a été transféré et placé à l’isolement dès les premières heures de la grève lui a pressé d’accepter un traitement médical et a même chargé d’autres prisonniers de le convaincre, mais en vain, assure le Club.

Un porte-parole de l’administration pénitentiaire de l’occupation a insisté sur le fait que « si Barghouthi se sent mal », il a toujours la possibilité de s’alimenter.

D’autres détenus palestiniens qui n’ingèrent depuis le 17 avril que de l’eau et du sel pâtissent « des effets dangereux de la grève », a-t-il dit.

Source: Avec AFP

http://french.almanar.com.lb/371622


 

MANLIO DINUCCI : LES CHAINES D' "ANCRAGE" AUX ETATS-UNIS

Transmis par Marie-Ange Patrizio

 

 

L’art de la guerre

 

Les chaînes d’ « ancrage » aux Etats-Unis

 

Manlio Dinucci

 

Journaux et télé-journaux n’ont donné que peu de relief à la rencontre Trump-Gentiloni. Elle a pourtant été un événement tout autre que formel. Pour Gentiloni il s’agissait de dissiper les ombres sur l’attitude de son gouvernement envers le nouveau président étasunien, ombres laissées par le soutien ouvert du gouvernement Renzi (dans lequel Gentiloni était ministre des affaires étrangères) à Obama et à Hillary Clinton contre Trump dans les élections présidentielles.    

   Gentiloni y est très bien arrivé en confirmant, indépendamment de qui siège à la Maison Blanche, l’ « ancrage historique » de l’Italie aux Etats-Unis, «pilier de notre politique étrangère ». Le président Trump a félicité l’Italie, en rappelant que « plus de 30 mille militaires américains et leurs proches sont basés à travers tout votre pays » et que l’Italie, après les Etats-Unis, « est le second plus grand contributeur de troupes dans les conflits en Irak et Afghanistan ». 

   La contribution italienne est en réalité plus grande que celle reconnue par Trump. C’est ce que démontre la croissante quantité d’armes envoyées au Moyen-Orient depuis les bases USA/Otan en Italie, officiellement pour la guerre contre le terrorisme.

   Ces expéditions sont traçables en suivant le parcours de certains navires : par exemple le cargo « Excellent » (battant pavillon maltais, mais avec un équipage italien), loué par le ministère de la Défense, est parti le 19 avril de Piombino (province de Livourne) après avoir embarqué une grosse quantité de blindés Lince et d’armes ; il a fait escale deux jours plus tard à Augusta (province de Syracuse), point stratégique pour les approvisionnements en carburant et munitions, se dirigeant ensuite à travers le Canal de Suez vers le port de Djeddah en Arabie Saoudite. Là où était déjà arrivé le 9 avril le navire étasunien « Liberty Passion » provenant de Livourne, et ouvrant un service régulier mensuel pour le transport d’armes de la base de Camp Darby (Pise) au Moyen-Orient pour les guerres en Syrie, Irak et Yémen. 

   Dans la conférence de presse avec Trump, Gentiloni a dit que « l’Italie n’est pas engagée dans les opérations militaires en Syrie sauf par des aspects marginaux ». Que le rôle de l’Italie soit tout autre que marginal est démontré par l’attaque de missiles ordonnée par le président Trump contre la base syrienne de Chayrat. L’opération guerrière a été effectuée par deux navires de la Sixième Flotte dont la base est à Gaeta, sous le commandement des forces navales USA en Europe avec quartier-général à Naples-Capodichino ; et avec l’appui des bases USA de Sigonella et Niscemi en Sicile, côte à côte avec celle d’Augusta.

  Trump a en outre remercié Gentiloni pour « le leadership italien dans la stabilisation de la Libye » où, a-t-il précisé, les USA n’ont pas l’intention d’intervenir étant engagés sur trop de fronts. En d’autres termes il a confirmé que l’Italie a la charge, dans l’Alliance sous commandement USA, de prendre pied dans les sables mouvants libyens provoqués par la guerre Otan de 2011. Gentiloni s’est déclaré « fier de la contribution que nous autres Italiens donnons à la sécurité de l’Alliance dans de nombreuses aires du monde ». Y compris la région baltique où l’Italie envoie des forces militaires en fonction anti-Russie, tout en jugeant « utile le dialogue même avec la Russie, sans renoncer à notre force et à nos valeurs ».
   Gentiloni s’est dit « fier aussi de la contribution financière de l’Italie à la sécurité de l’Alliance », garantissant que, « malgré certaines limites de budget, l’Italie respectera l’engagement pris », qui lui a été rappelé avec insistance par Trump : porter la dépense militaire à 2% du PIB, soit de 63 millions d’euros par jour déclarés par la ministre Pinotti (plus d’autres dépenses militaires hors budget de la Défense) à 100 millions d’euros par jour.
  « Nous Italiens tenons toujours les engagements que nous avons pris », a dit Gentiloni à Trump avec une pointe d’orgueil national.

 

Edition de mardi 25 avril 2017 de il manifesto

https://ilmanifesto.it/le-catene-di-ancoraggio-agli-usa/ 

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

 

Note pour la version française

L’Anniversaire de la libération de l’Italie, ou simplement 25 Avril, est une fête nationale de la République Italienne qui commémore le 25 avril 1945. Jour fondamental pour l’histoire de l’Italie, en tant que symbole de la victorieuse lutte de résistance opérée par les forces partisanes pendant la seconde guerre mondiale, à partir du 8 septembre 1943, contre le régime fasciste et l’occupation nazie.


 


 

MOHAMED BOUHAMIDI SUR LES ELECTIONS FRANCAISES : MACRON, UN SUCCES INDENIABLE POUR L'ORDRE US DU MONDE.

Elections françaises : Macron, un succès indéniable pour l’ordre U.S du monde.

 bouhamidi mohamed 24 Avril 2017 0 commentaire

Par Mohamed Bouhamidi. In La Tribune DZ du 25 04 2017

 

Le déblayage des vieilleries idéologiques.

Les amis de Ferial Bengana-Furon tapis dans quelques recoins de l’Etat algériens peuvent applaudir. Macron, le déjà président de la République Française a levé la plus lourde des hypothèques qui pesait sur un ‘arrangement » néocolonial : « Oui, le colonialisme est un crime contre l’humanité ».

Nous sommes loin des balbutiements et des bégaiements de Hollande et de Sarkozy. Non seulement pour des raisons électorales, les fameuses voix des harkis et pieds noirs agrégées à quelques autres mythologies Occidentales, mais pour des raisons beaucoup plus puissantes. Les deux présidents de l’époque de la fin de la transition américaine de la France, portaient encore en eux, les idéologies coloniales de la France qu’ils étaient chargés d’enfoncer encore plus dans la voie américaine, inaugurée par Pompidou puis Valéry Giscard d’Estaing. Hollande comme Sarkozy ne franchiront jamais le pas qui aurait permis de dire aux « nôtres », « voilà, il n’y a plus de raisons morales à interdire une nouvelle page des relations avec la France ». Hollande comme Sarkozy, portaient trop profond en eux cette foi coloniale d’une France messianique, civilisatrice hier, démocratisante et droitsdel’hommiste aujourd’hui. En affichant ses attaches religieuses, F. Fillon a montré à son corps défendant, de quelle France en voie de disparition tenait le parti de Sarkozy. Bref Sarkozy ni Hollande n’auront accompli qu’une américanisation sociétale de la France. Macron achèvera l’américanisation en évangélisant l’ »économie de marché »

Pour autant, ils n’ont pas été vains leurs efforts de mobiliser dans la sphère médiatique algérienne, de fabriquer des idoles néocoloniales de Sansal à K. Daoud, de repriser la honte coloniale par une image recadrée d’Albert camus. Ils constituent une base dans le travail de Macron pour une reconquête de notre pays.

Une synthèse UMPS

Macron n’est pas le contraire de Sarkozy ou de Hollande et contrairement à ceux que disent certains de ses soutiens il n’est pas leur dépassement. Ou plutôt il n’est leur dépassement que par la synthèse de leurs côtés semblables : le culte du Capital, alias le « partage des valeurs républicaines » ou encore la démocratie comprise comme sacralisation de l’économie de marché. Il est si bien leur synthèse qu’aux avant-gardes des deux camps qui l’ont rejoint au démarrage de son époustouflante fabrications par les médias aux mains des banquiers, ses vrais employeurs, que les grosses cohortes de gauche et de droite le rejoignent en chantant.

Il ne sera pas pour nous, algériens, autre chose qu’une synthèse des deux. Il devra achever le travail commencé par eux qu’on peut résumer par les aspects les plus visibles, une influence hégémonique et incontestée dans les secteurs de l’information et de la culture, une place économique assurée par des facteurs politiques et d’influences plus que par de purs facteurs industriels ou commerciaux etc.

Macron devra aller plus loin.

Il s’en est donné les moyens très tôt par sa fameuse déclaration à Alger, le 15 février 2017, que la colonisation est un crime contre l’humanité.

Il n’effrayera pas beaucoup de gens sérieux et surtout pas BHl. Le 24 janvier 2017, à partir du Liban, il avait déjà condamné le boycott d’Israël.

Rappelez-vous, chaque fois que des dirigeants occidentaux ont présenté leurs excuses aux peuples indigènes génocidés et réduits à l’état de traces exotiques, ils inauguraient une nouvelle phase d’hyper-agressivité impérialiste. Cela a été vrai pour le Canada et l’Australie notamment qui ont engagé des ressources, des troupes et des avions en Irak, en Syrie, et ailleurs. Cette phase historique a commencé avec les attentats du 11 septembre2001 et n’est toujours pas achevée. Bien au contraire, les zones d’interventions impérialistes s’élargissent sans cesse depuis cette date en zones très chaudes, Irak, Syrie, Libye, Afghanistan, Yémen, au Mali, en Afrique centrale et au Nigéria, en Ukraine, en zones réchauffées au Venezuela, au Brésil et en Bolivie etc.

A chaque fois, nous avons eu l’impression que ces dirigeants se débarrassaient de vieilleries idéologiques qu’étaient devenus les mythes des découvertes colombiennes et post-colombiennes. Seules forteresses coloniales, si j’ose dire, la France, l’Angleterre et les USA n’ont pas présenté d’excuses à leurs anciennes colonies. Pire le gouvernement anglais vient de rejeter toute idée d’excuses pour la déclaration Balfour, à l’occasion de son centenaire, et a exprimé sa fierté pour avoir créé l’Eta d’Israël, renvoyant les palestiniens à des négociations des agneaux avec le loup, pour créer leur propre Etat.

La posture de ces trois Etats s’expliquait par leur stature mondiale construire par la colonisation.

Macron vient de reconnaître que cette posture est devenue un mythe et un obstacle à la réalisation des buts coloniaux dans la nouvelle configuration du monde. Il arriva avec des idées et des propositions conformes aux nouvelles réalités de notre monde. C’est de ce point de vue que les socialistes l’ont soutenu ouvertement, ne laissant que Benoît Hamon geler les excédents de voix disponibles pour Mélenchon, sauvegardant manuel Valls en le coulant dans les primaires pour en faire le pivot d’un nouveau parti qui enterrera avec le PS, le si peu qui restait d’une mémoire ouvrière de la SFIO ou de Jaurès.

Le refoulement de la question de la paix.

Mais quel est cet intérêt vital de la France dans notre reconquête ? Avec 2200 milliards d’Euros de dettes publiques la France est endettée quasiment à hauteur de son PIB. Voire plus au moment où j’écris. Celle des USA atteignait 19.961 milliards le jour de l’investiture de Trump. Mais comment donc et la France et les USA peuvent régler ces dettes, alors que les solutions impérialistes anciennes, celles des guerres impérialistes sont aujourd’hui impossible et que la compétition économique, industrielle, technologique, commerciale, se déroule avec la Chine, bientôt l’Inde, certainement avec les BRICS quand l’assiette du rapport de forces reviendra à la normale quand les effets du coup d’Etat au Brésil se seront dissipés ?

La seule façon de se tirer de la crise dans l’impossibilité de la résoudre par des guerres inter-impérialistes, c’est de continuer à dominer le monde, à en fouiller les moindres recoins pour optimiser les profits, trouver des niches de rentabilité ou de ressources etc.

La question clé restera la Chine. Il faudra la renvoyer à l’époque de la guerre de l’opium, pour faire de son peuple le prolétariat du monde et la seule voie pour ce faire est de réduire la Chine en Etat vassal, soumis, écrasé par la crainte de la guerre nucléaire, etc. etc.

Mais avant d’en arriver là, l’Etat français n’avait que la solution de sortir de l’ordre américain, c’est-à-dire de l’Union Européenne, de l’Euro et surtout de l’OTAN ou d’accepter toutes les conséquences d’une acceptation du leadership américain, c’st à dire, concrètement, l’idéologie néo-conservatrice.

Avec l’élection de Macron, c’est chose faite.

Le grand pas, c’est d’en finir avec la France de la Révolution Bourgeoise, puis celle de la révolution Industrielle et avec la France porteuse d’un message universel.

Le seul message universel aujourd’hui est celui des USA.

Celui de la France ne l’a été que par la puissance universelle de ses armes et de sa colonisation, et non de la supposée portée universelle de ses idées.

Macron a acté, cette nouvelle configuration de l’ordre hiérarchique à l’intérieur du camp impérialiste.

Ce sera aussi l’ordre de la guerre.

Car Macron est aussi le candidat de la guerre qu’annonce la nouvelle idéologie de l’évangile des marchés qu’il porte dans a tête et ses discours.

Retenez bien qu’il a été le candidat anti-Poutine. Seul son ancien camarade de parti au PS, B. Hamon lui a rivalisé avec lui en déversant une haine sans retenue pour Assad.

La seule interrogation risquée par Mélenchon sur la question de la paix, de la lutte contre la guerre qui s’annonce a été étouffée. Il ne fallait surtout pas que les français entendent parler de cette question essentielle de la paix, dont nous, peuples du Sud avons un besoin urgent, vital contre les ingérences et les guerres qu’on nous a faites, qu’on nous fait, qu’on nous prépare.

Car la guerre aujourd’hui ne sert que les intérêts impérialistes et en premier lieu les intérêts de l’impérialisme situé aux USA.

Je ne sais pas comment les nouvelles configurations vont se mettre en place, mais ma première crainte reste que l’Algérie va se retrouver dans une situation d’agressivité accrue, de demandes accrues de la part des nouveaux gouvernants français ? Comment peuvent réagir les patriotes algériens, ceux qui tiennent encore et contre tout, à la défense de l’Etat national né de notre guerre de libération ?

Je veux dire ceux qui restent de marbre face à l’invitation de brûler notre maison parce qu’un voleur s’y est faufilé.

Je ne sais pas.

Mais cet extrait de Badia Benjelloun peut nous éclairer :

« Nous ne sommes pas en 1914, à un niveau de crise de surproduction et de moindre profit qui va se régler par un nouveau partage des richesses et des marchés à l’échelle mondiale. Le moindre recoin de la planète est domestiqué et pris en charge par une globalisation qui met (assez peu) en concurrence des multinationales pour aboutir à des éliminations non par la guerre mais par des fusions-acquisitions.

 

Nous ne sommes pas en 1936 dans un marasme économique lié à un nouveau cycle de récession avec des forces ouvrières organisées, indépendantes et puissantes car de leur combat naissent des réformes à l’avantage des travailleurs. Ce qui allait contribuer à produire en réaction à l’échelle mondiale 1939.

 

Nous ne sommes donc pas non plus en 1939. Où la rivalité entre puissances impérialistes de potentiel égal existait et où le capitalisme était menacé par la révolution bolchévique, deux facteurs qui ont été la cause et la condition de la guerre.

 

Nous sommes à une phase de déclin de l’hégémonie économique et politique de la nation qui a tiré profit des tueries des Européens entre eux sans que n’émerge une réelle puissance concurrente. Ce paysage de désolation est installé dans un décor de guerres faites à des nations sans défense qui osent la souveraineté et une existence sans dette vis-à-vis des prêteurs prédateurs. Il en résulte pour la France et les pays de l’UE une situation de protectorat, "protection contre soumission" assurée à toutes les puissances européennes résiduelles de la part de l’hyperpuissance d’outre-Atlantique. Empêtrée dans une crise structurelle immobilisante, elle affecte les postures, certes dangereuses, d’un catcheur exhibant ses gonflettes, à l’occasion de guerres d’intimidation et de pure destruction, sans plus aucune capacité de reconstruction ni même d’exploitation rationnelle du pays détruit.

 

Une réelle instabilité avec menace d’affrontement nucléaire toujours profilée à l’horizon depuis maintenant deux décennies est désormais installée. Le capitalisme à ce stade de décomposition avancée a choisi cette solution de guerre permanente, préventive ou encore contre le terrorisme ou mieux encore, révolutions colorées disent-ils comme mode de perpétuation de son existence. Il n’a plus rien à offrir sinon destructions et rapines.

 

Quel mouvement a assez de forces pour au moins concrétiser deux prérequis fondamentaux qui convergent sur la souveraineté nationale :

 

Faire cesser les guerres et sortir du carcan européen ? » (1).

M.B

 

  1. http://www.comite-valmy.org/spip.php?article8507

http://bouhamidimohamed.over-blog.com/2017/04/elections-francaises-macron-un-succes-indeniable-pour-l-ordre-u.s-du-monde.html


 

LE NOUVEAU SYSTEME DE MISSILES RUSSE S-500 POURRA DETRUIRE LES CIBLES A 100 KM AU-DESSUS DE LA TERRE

S-400

De nouveaux S-500 capables de frapper les cibles à 100 km de la Terre

© Sputnik. Sergey Malgavko

DÉFENSE

URL courte

264729660

Le système de missiles russe dernier cri S-500 sera capable de détruire les cibles à une distance de 100 km au-dessus de la Terre.

Le système de missiles russe S-500 viendra bientôt épauler le système S-400, dont les performances dépassent déjà largement tout autre complexe de défense antiaérienne. Dans une interview au journal Natsionalnaïa oborona (Défense nationale en russe), le développeur principal a révélé la capacité la plus étonnante des S-500.

« Nous avons fait une prévision pour les 25 prochaines années sur le développement de moyens d'attaque aérospatiale. Notre système (S-500) doit être en mesure de combattre ces moyens qui ne sont actuellement pas encore disponibles mais peuvent faire leur apparition. Il s'agit de l'interception […] en haute atmosphère, à quelques centaines de kilomètres de la Terre », a déclaré l'ingénieur Pavel Sozinov.

 

Sistema de misiles BUK-2

© SPUTNIK. ALEXANDER VILF

Le système antiaérien Bouk-M3 capable d’intercepter tout missile de croisière

Le système de missiles S-500 représente une nouvelle génération de systèmes « sol-air ». C'est un ensemble universel de longue portée chargé de l'interception à hautes altitudes des missiles balistiques. En outre, le S-500 dispose de capacités accrues de défense antimissile. Outre les missiles balistiques, le système est capable de frapper des cibles aérodynamiques (avions, hélicoptères, et d'autres aéronefs), ainsi que des missiles de croisière.

 

Avec un rayon d'actions de 600 km, le S-500 sera en mesure de détecter et de frapper simultanément jusqu'à 10 cibles supersoniques balistiques qui se déplacent à une vitesse allant jusqu'à 7 kilomètres par seconde. Concernant ses caractéristiques, le S-500 dépassera considérablement le S-400 et son concurrent américain Patriot Advanced Capability 3.

https://fr.sputniknews.com/defense/201704241031060701-s-500-cibles-100-km/


 

LA COREE DU NORD MENACE DE RAYER LES USA DE LA CARTE

Pyongyang menace de «rayer» Washington de la carte

Un site officiel nord-coréen a averti les Etats-Unis qu'ils seraient «rayés de la surface de la Terre» si Washington déclenchait une guerre sur la péninsule, dernier épisode en date des échanges de menaces qui alimentent les tensions dans la région.

Pyongyang menace de «rayer» Washington de la carte.

Samedi, le vice-président américain Mike Pence avait annoncé que le porte-avions américain Carl Vinson et son groupe arriveraient «dans quelques jours» en mer du Japon alors que les rumeurs sur un possible sixième essai nucléaire nord-coréen sont insistantes.

Pyongyang veut construire un missile capable de porter le feu nucléaire sur le continent américain. Le pays reclus a multiplié ces derniers temps les déclarations et mené deux essais de missiles rien que depuis le début du mois.

Dans une série d'éditoriaux, le journal Rodong Sinmun, porte-voix du parti communiste au pouvoir, explique que les forces nord-coréennes ne sont pas impressionnées par l'arrivée imminente du porte-avions qui constitue «un chantage militaire non déguisé».

«Une telle menace pourrait peut-être impressionner une méduse mais ne marchera jamais sur la RPDC», République populaire démocratique de Corée, nom officiel de la Corée du Nord, affirme le Rodong.

Les forces nord-coréennes sont prêtes «à couler le porte-avions nucléaire américain d'une seule frappe», avait écrit la veille le journal.

Le site de propagande Uriminzokkiri estime que l'envoi du Carl Vinson est une déclaration de guerre. «C'est la preuve qu'une invasion de la Corée du Nord se rapproche tous les jours».

Dans un éditorial présenté comme signé de la main d'un officier de l'armée, le site prévient Washington que ce serait «une erreur grossière» de prendre le Nord pour la Syrie qui n'a pas lancé «de contre-attaque immédiate» après une frappe américaine en début de mois.

En cas d'attaque, dit le site, «le monde verra comment les porte-avions nucléaires inconscients de Washington sont réduits en tas d'acier, coulés par le fond, et comment un pays qui s'appelle l'Amérique est rayé de la surface de la Terre».

M. Pence, qui vient d'achever une tournée dans la région, a déclaré comme d'autres responsables américains que «toutes les options étaient sur la table», y compris l'option militaire, face aux ambitions nucléaires nord-coréennes.

Source: agences et rédaction

24-04-2017 | 12:50

http://www.french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=22872&cid=341#.WP410NKLQ2w



 

REVELATION D'UN EX-MINISTRE ISRAELIEN SUR L'ALLIANCE DE TEL-AVIV AVEC DAECH

Révélation d’un ex-ministre israélien sur la coalition entre Tel-Aviv et Daech

Mon Apr 24, 2017 4:6PM

Moshe Yaalon, ancien ministre israélien des Affaires militaires. ©AFP

Moshe Yaalon, ancien ministre israélien des Affaires militaires. ©AFP

L’ex-ministre israélien des Affaires militaires, Moshe Yaalon, jette la lumière sur l’alliance du régime de Tel-Aviv avec Daech.

« Le groupe takfiriste a attaqué une fois Israël par erreur et s’est aussitôt excusé », a-t-il indiqué.

Les médias internationaux avaient déjà fait état de la coopération et de l’assistance apportée aux terroristes en Syrie par les commandos israéliens ; mais les révélations d’un ancien ministre du régime sont inédites.  

Moshe Yaalon a révélé sur la chaîne 10 de la télévision israélienne que Daech avait par erreur tiré sur les forces israéliennes dans les hauteurs du Golan – occupées par le régime de Tel-Aviv suite à la guerre des Six Jours en 1967 – et présenté des excuses aussitôt après.

Les observateurs ont déduit de ces déclarations que le régime israélien a établi une coalition avec Daech.

Rappelons que vendredi dernier, trois mortiers ont été tirés du sol syrien vers les territoires occupés palestiniens, sans laisser de victimes. Dimanche 23 avril, l’armée israélienne a lancé un assaut contre une caserne militaire de l’armée syrienne au nord-ouest de Quneïtra. Trois soldats syriens ont été tués et deux autres blessés.

http://presstv.com/DetailFr/2017/04/24/519312/Rvlation-dun-exministre-isralien-sur-la-coalition-entre-TelAviv-et-Daech



 

DAECH S'EMPARE D'UNE GRANDE PARTIE DE LA ROUTE IRAK-JORDANIE

Daech a pris le contrôle d’une bonne partie de la route Irak-Jordanie.

Mon Apr 24, 2017 3:17PM

Des forces gouvernementales irakiennes se massent sur une autoroute menant à la Jordanie, à Khalidiya, le 31 juillet 2016. © AFP

Des forces gouvernementales irakiennes se massent sur une autoroute menant à la Jordanie, à Khalidiya, le 31 juillet 2016. © AFP

Les terroristes de Daech ont réussi ce matin à prendre le contrôle de certaines parties de l’autoroute Irak-Jordanie.

Selon Farsnews, l’un des responsables de la police de la province al-Anbar, Ahmed al-Deylami a fait état de l’occupation par des terroristes de Daech de certaines zones de la route située entre Bagdad et Amman (la capitale jordanienne), à 80 km de l’est de la ville de Rutba.

Selon l’agence de presse Anatolie, les terroristes ont posé tout au long de cette route, des mines et des bombes.

Al-Deylami a ajouté : «  La ville de Rutbah est totalement contrôlée par les forces irakiennes. Hier, dimanche, avec une attaque lancée sur un convoi militaire irakien à l’est de la ville de Rutba, les terroristes de Daech ont tué 10 soldats irakiens et blessé 20 autres militaires. »

L’attaque a été lancée après le raid aérien de l’armée sur la localité de Raveh, une cité occupée par Daech et où 21 terroristes avaient péri au cours du raid.

Jeudi dernier, de nouvelles opérations ont été lancées pour la libération des régions situées à l’ouest de la province d'al-Anbar.

La frontière entre l’Irak et la Jordanie et plus particulièrement le passage de Tribil est assez régulièrement ciblé par des attaques terroristes de Daech qui font de la région une zone pas très sûre. 

http://presstv.com/DetailFr/2017/04/24/519281/Daech-sempare-de-la-route-IrakJordanie-