Blog

POUR QUI SONNE LE GLAS ! LES VIEUX DEBRIS DU PENTAGONE PEINENT A PIGER QUE LA DOMINATION MILITAIRE US SUR LE MONDE, C'EST FINI !!

Le Pentagone, ministère de la Défense américaine

Pentagone: la domination militaire US touche à sa fin

© AFP 2018 Staff

INTERNATIONAL

URL courte

68961

Le chef du Pentagone a reconnu que les États-Unis risquaient de perdre leur domination militaire dans tous les domaines, dont le cyberespace.

 

James Mattis

© AP PHOTO/ MATT DUNHAM

Mattis a reconnu l'absence de preuves solides de l'aide russe aux Talibans

Les États-Unis sont en train de perdre leur domination militaire dans les airs, sur terre, en mer, dans l'espace et le cyberespace, a déclaré le secrétaire américain à la Défense James Mattisen présentant sa nouvelle Stratégie de défense nationale.

 

Pour relever ce défi, M.Mattis a réclamé des moyens prévisibles pour moderniser l'armée américaine, dont l'«avantage compétitif» ne cesse selon lui de diminuer dans tous les domaines.

 

Un Su-24 décolle de la base russe de Hmeimim

© SPUTNIK. DMITRI VINOGRADOV

La Russie et les USA seraient engagés dans une «course aux bases militaires» en Syrie?

Dans le même temps, les États-Unis sont confrontés aujourd'hui à des «menaces croissantes» de la part de la Chine et de la Russie, a-t-il reconnu.

 

«Nous faisons face à des menaces grandissantes de puissances révisionnistes aussi différentes que la Chine et la Russie, des nations qui cherchent à façonner un monde compatible avec leur modèle autoritaire», a lancé James Mattis.

Le chef du Pentagone a également souligné que l'Iran et la Corée du Nord représentaient une menace pour la sécurité régionale et mondiale. Toujours d'après lui, la compétition entre grandes puissances, et non plus la lutte contre le terrorisme, est désormais la priorité de Washington en matière de sécurité nationale.

https://fr.sputniknews.com/international/201801191034808562-usa-armee-domination/


 

GAZA : NOUVEAU VENDREDI DE LA COLERE. DEUX PALESTINIENS BLESSES PAR LES BALLES DES SOLDATS ISRAELIENS

Gaza : deux Palestiniens blessés par les balles des militaires israéliens

Fri Jan 19, 2018 7:5PM

Affrontements entre Israéliens et Palestiniens à la frontière de la bande de Gaza. ©AA

Affrontements entre Israéliens et Palestiniens à la frontière de la bande de Gaza. ©AA

Les Gazaouis ont répondu positivement à l’appel du Jihad islamique de la Palestine dans le quartier d’al-Chojaiya pour le septième vendredi consécutif et ont affiché leur colère contre la décision du président américain Donald Trump de reconnaître Qods comme capitale d’Israël.

Les manifestants palestiniens ont scandé des slogans contre la décision de Trump sur le statut de Qods et crié haut et fort « Mort à l’Amérique » et « Mort à Israël ».

Par ailleurs, au moins deux citoyens palestiniens ont été blessés par les balles des militaires israéliens, à proximité de Gaza.

Les médias palestiniens ont annoncé, ce jeudi 19 janvier, que les forces du régime israélien avaient blessé deux Palestiniens.

« Deux Palestiniens ont été blessés après avoir reçu des balles dans les jambes à l’est de Gaza », a annoncé le ministère palestinien de la Santé.

L’agence de presse palestinienne Wafa a quant à elle fait part de la poursuite des affrontements entre Israéliens et Palestiniens à Khan Younès et à Rafah.

 

http://www.presstv.com/DetailFr/2018/01/19/549487/Qods-Gaza-Trump-Palestiniens-vendredi-de-colre


 

LE COMITE CENTRAL DU PCC PROPOSE D'INSCRIRE LA PENSEE DE XI JINPING DANS LA CONSTITUTION

 

Le Comité central du PCC propose d'inscrire la pensée de Xi Jinping dans la Constitution

    French.xinhuanet.com | Publié le 2018-01-19 à 21:37
 


(Xinhua/Li Xueren)

BEIJING, 19 janvier (Xinhua) -- Le Comité central du Parti communiste chinois (PCC) a proposé vendredi d'inscrire la pensée de Xi Jinping sur le socialisme à la chinoise de la nouvelle ère dans la Constitution.

Les grands principes, réalisations théoriques et politiques adoptés lors du 19e Congrès national du PCC doivent être intégrés dans la révision à venir de la Constitution, selon un communiqué publié à l'issue de la deuxième session plénière du 19e Comité central du PCC, qui s'est tenue jeudi et vendredi à Beijing.

Une proposition du Comité central du PCC sur la révision de la Constitution a été adoptée lors de la session.

Les nouvelles réalisations, les expériences et les exigences du développement du Parti et de la nation doivent être intégrées dans la révision de la Constitution, note le communiqué.

"Nous devons avancer avec le temps et améliorer la Constitution tout en gardant sa consistance, sa stabilité et son autorité", indique le communiqué.

Le Comité central du PCC a appelé à "lever haut le drapeau du socialisme à la chinoise et mettre pleinement en oeuvre l'esprit du 19e Congrès national du PCC" dans la révision de la Constitution.

La procédure de révision doit être guidée par le marxisme-léninisme, la pensée de Mao Zedong, la théorie de Deng Xiaoping, la pensée importante de la "Triple Représentation", le concept de développement scientifique et la pensée de Xi Jinping sur le socialisme à la chinoise de la nouvelle ère, selon le communiqué.

Lire aussi:

La direction du PCC met l'accent sur la réforme du système national de supervision

La direction du PCC soulignée dans la révision proposée de la Constitution

Le PCC s'en tient à la voie de développement pacifique, selon un communiqué

Le PCC met l'accent sur la Constitution dans la gouvernance de l'Etat

Communiqué du PCC : aucun acte anti-constitutionnel ne sera toléré

La révision de la Constitution est nécessaire dans la nouvelle ère

 

   1 2 3 4   

 

http://french.xinhuanet.com/2018-01/19/c_136909039.htm


 

LES ADOLESCENTS PALESTINIENS, CIBLE PRIVILEGIEE DES TUEURS ISRAELIENS

13 janvier 2018

Les adolescents, cible privilégiée des tueurs israéliens

Deux adolescents palestiniens ont encore été froidement abattus par les forces d’occupation israélienne tandis que plusieurs autres étaient blessés vendredi par des tirs, jeudi et vendredi, dans la bande de Gaza et en Cisjordanie occupée.


(Amir Abou Moussaed, 16 ans)


Dans la partie centrale de la bande de Gaza, les soldats ont tiré sur le camp de réfugiés d’al-Bourej, alors que des jeunes lançaient des pierres dans leur direction, sans la moindre possibilité de les atteindre, les forces de l’occupant étant positionnées derrière la barrière qui ceinture l’enclave palestinienne. Il s’agissait d’une nouvelle manifestation de protestation contre l’annonce de Trump sur Jérusalem.

Amir Abou Moussaed, 16 ans, a été touché d’une balle en pleine poitrine tirée depuis plus de 100 mètres par un sniper. Son décès a été prononcé à son arrivée à l’hôpital de Deir el-Balah, tandis que deux de ses camarades étaient blessés, également par balles.

En Cisjordanie, le jeune Ali Kino, également âgé de 16 ans, a été abattu par un sniper de l’armée, dans le village de Iraq Bourine, près de Naplouse.


(Ali Kino, 16 ans)

IMPUNITE TOTALE

L’impunité de la soldatesque israélienne est totale. Le quotidien Haaretz rapporte ainsi qu’un officier de la brigade dite « d’élite » Kfir, qui, en juin 2016, avait délibérément mitraillé les passagers d’une voiture palestinienne, tuant le jeune Mahmoud Badran, 15 ans, et en blessant deux autres, n’aura pas de comptes à rendre à la justice.
L’enquête a pourtant établi que l’homme avait contrevenu à toutes les règles d’engagement, pourtant des plus « généreuses » si l’on ose dire, en ouvrant le feu sur le véhicule, dont le seul tort était de circuler près d’un endroit où des pierres avaient été lancées. Les jeunes pris pour cible n’étaient aucunement mêlés à aucun incident, ont reconnu les enquêteurs militaires. Mais l’officier, ont-ils aussitôt ajouté, pouvait « raisonnablement penser » qu’ils étaient susceptibles de l’être, et cela suffit à le blanchir ! Radié des cadres de l’armée pour indiscipline, l’homme échappe à toute autre sanction.

LIBEREZ AHED TAMIMI !

Pendant ce temps, la jeune Ahed Tamimi continue d’être incarcérée dans les prisons de l’occupant, pour avoir osé résister aux soldats de l’apartheid.

Une nouvelle audience doit théoriquement avoir lieu lundi, lorsqu’un "juge" se prononcera sur les nombreux chefs d’inculpation réclamés par le procureur militaire contre la jeune fille, dont plusieurs centaines de milliers de citoyens du monde réclament la libération (pour signer celle-ci : https://secure.avaaz.org/campaign/fr/free_ahed_mor_fb1/


CAPJPO-EuroPalestine

http://www.europalestine.com/spip.php?article13816


 

LES FORCES FRANCAISES DU DESORDRE ATTAQUENT LES GARDIENS DE PRISONS EN GREVE POUR DE MEILLEURES CONDITIONS DE TRAVAIL ET DE SECURITE

France : violences dans une prison entre forces de l’ordre et surveillants pénitentiaires

Fri Jan 19, 2018 6:40PM

Des forces de l’ordre utilisent du gaz lacrymogène contre des gardiens en grève de la prison de Fleury-Mérogis, située en région parisienne en France, le 19 janvier 2018. ©BFM TV

Des forces de l’ordre utilisent du gaz lacrymogène contre des gardiens en grève de la prison de Fleury-Mérogis, située en région parisienne en France, le 19 janvier 2018. ©BFM TV

Des affrontements ont éclaté ce vendredi matin entre forces de l’ordre et des surveillants pénitentiaires devant la garde prison française de Fleury-Mérogis, située en banlieue parisienne dans la ville de l’Essonne.

Bien que les gardiens de cette prison, la plus grande d’Europe, aient bloqué son entrée, les gendarmes mobiles ont forcé le passage vers 7 heures du matin (heure locale) en tirant des gaz lacrymogènes pour évacuer les manifestants qui étaient plus d’une centaine.

« Nous avons des collègues blessés, qui ont pris des coups de matraque ou de poing sur le visage », déplore un délégué syndical.

« C’est l’État qui est venu déloger l’État », affirme un autre responsable syndical à la chaîne de télévision BFM TV

On rapporte que les forces de l’ordre sont intervenues pour mettre fin au mouvement de grève des surveillants pénitentiaires de la quasi-totalité des prisons françaises, qui a commencé il y a quelques jours. Les manifestants de Fleury-Mérogis bloquaient toutes les entrées et sorties du bâtiment. Ayant monté une barricade devant la porte de la prison, ils empêchaient leurs collègues de prendre le service.

Le manque d’effectifs causé par cette manifestation dans la prison de Fleury-Mérogis a engendré une annulation de toutes les activités des détenus pour la journée d’hier, ce qui a provoqué au retour une mutinerie au sein de la prison, 123 prisonniers ayant refusé de réintégrer leurs cellules au retour de la promenade.

Aujourd’hui, c’était le quatrième jour de la mobilisation nationale des gardiens pour de meilleures conditions de travail et une sécurité accrue.

Même si mardi soir, le président de la République française, Emmanuel Macron, a promis un nouveau plan pénitentiaire global, les syndicats de gardiens de prison ont décidé de reconduire le mouvement qui avait été lancé après l’agression le 11 janvier de surveillants par un détenu à Vendin-le-Vieil dans le Pas-de-Calais (Nord de la France).

Avec Le Parisien

http://www.presstv.com/DetailFr/2018/01/19/549477/La-police-franaise-attaque-les-gardiens-de-prison


DEPUIS LA FRONTIERE SYRIENNE LES FORCES US TIRENT SUR L'ARMEE IRAKIENNE

Depuis la frontière syrienne, les forces américaines tirent sur l’armée irakienne

Fri Jan 19, 2018 2:8PM

Depuis la frontière syrienne, les forces américaines tirent sur l’armée irakienne qui tente de nettoyer la localité d’al-Baghouz de la présence de Daech. (Photo d’archives)

Depuis la frontière syrienne, les forces américaines tirent sur l’armée irakienne qui tente de nettoyer la localité d’al-Baghouz de la présence de Daech. (Photo d’archives)

Ghassem Mossalah, un commandant des Unités de mobilisation populaire irakiennes dont les forces sont présentes dans la partie ouest de la province d’al-Anbar, a souligné que Washington posait des obstacles à l’opération de libération du joug de Daech de la localité d’al-Baghouz, située sur la frontière syro-irakienne.

« Ce qui empêche la libération de la région d’al-Baghouz, ce sont les pierres jetées par les États-Unis. Les forces américaines, qui contrôlent la partie syrienne de la frontière, tirent sur l’armée irakienne, les Unités de mobilisation populaire ou encore les gardes-frontières, et ce alors qu’ils savent que Daech contrôle cette partie de la frontière irakienne et que l’on tente ardemment de la libérer », a affirmé Mossalah.

Les cercles politiques et sécuritaires irakiens ont fourni des preuves, des statistiques et des données prouvant que les États-Unis ne veulent pas que Daech soit détruit en Irak et qu’ils restent coûte que coûte dans la région pour faire pression sur les Irakiens et pour défendre leurs propres intérêts.

Lire aussi :

Irak : forces US à Tuz Khourmato

Les unités militaires américaines se déploient à Tuz Khourmato dans la province de Salaheddin.

http://www.presstv.com/DetailFr/2018/01/19/549460/Les-Amricains-en-Syrie-tirent-sur-larme-irakienne


 

YEMEN : CONSEQUENCES D'UNE GUERRE SOUS-MEDIATISEE PAR DES JOURNALEUX CARPETTES : 70% DE LA POPULATION N'A PAS ACCES A L'EAU POTABLE

Yémen : les conséquences bien réelles d’une guerre sous-médiatisée

Au Yémen, avant la guerre, 40% de la population n’avait pas accès à l’eau potable. On parle de 70% aujourd’hui.

Yémen : les conséquences bien réelles d’une guerre sous-médiatisée

Miné par 3 années de guerre passée sous silence, le Yémen, dont les ressources en eau étaient déjà très faibles avant le conflit, voit une grande partie de sa population privée d’accès à une eau potable et sans risque. Cela a des conséquences dramatiques sur la santé et confronte le pays à une des plus graves épidémies de choléra dans le monde.

«Le choléra est endémique au Yémen et réapparaît paradoxalement à la faveur des rares pluies. Il prospère dans l’eau insalubre, se transmet rapidement et se propage surtout à cause des mauvaises pratiques d’hygiène (pas de lavage des mains : transmission oro-fécale, défécation à l’air libre : pollution des eaux souterraines…), précise Yann Julou, coordinateur programme de l’équipe d’urgence de retour du Yémen. Ajouter à cela le manque d’entretien des infrastructures sanitaires comme les toilettes, et les bactéries comme le choléra se propagent rapidement. Il suffit alors d’une seule personne malade pour contaminer des dizaines d’autres. Le manque d’hygiène fait le reste. Et on arrive ainsi au Yémen à plus d’un million de cas suspect dont les enfants de moins de 5 ans représenteraient près de 300 000 cas».

Au Yémen, la population dispose de moins de 200 m3 d’eau par an et par habitant. Or, en dessous de 500 m3, toute logique de développement économique et social d’un pays est sérieusement compromise et les conflits, les guerres de clans, sont exacerbés. (Franck Galland, expert des questions sécuritaires liées à l’eau)

Face à cette situation, manque d’eau potable et choléra, SOLIDARITÉS INTERNATIONAL a ouvert une mission au Yémen dans le sud du pays, dans le gouvernorat de Lahj. «Il n’y a que très peu d’acteurs humanitaires dans cette région, indique Cyril Blin, responsable géographique pour le Moyen Orient. Or, les besoins sont immenses dans cette zone minée par l’insécurité alimentaire. Il était indispensable de se déployer en urgence afin de venir en aide à une population affaiblie et sans ressources. Si la rareté de l’eau potable (non chlorée) n’arrange rien, bien au contraire, en cas d’épidémie de choléra, les facteurs de risques sont clairement plus à chercher du côté des pratiques d’hygiènes et des conditions sanitaires, surtout en termes d’assainissement.

C’est pour cette raison que nos équipes interviennent dans 6 centres de santé en fournissant de l’eau saine aux malades et aux équipes soignantes et tentent de mettre fin à la maladie des mains sales».

Si la vague de contagion semble se réduire en ce début d’année, le choléra est endémique au Yémen et il y a de fortes chances que de nouvelles flambées resurgissent en 2018. «Nos équipes se tiennent prêtes à intervenir en urgence pour endiguer une nouvelle épidémie», conclut Yann Julou.

Source : www.solidarites.org

19-01-2018 | 16:30

https://french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=25921&cid=358#.WmIwf6jiZPY


 

LA FAIM ET LA MALADIE TUENT CHAQUE JOUR AU MOINS 130 ENFANTS AU YEMEN

130 enfants meurent chaque jour au Yémen

L’organisation humanitaire Save the Children affirme que la faim et la maladie tuent au moins 130 enfants chaque jour au Yémen, et l’ONU déplore que des ports et des aéroports clés n’aient pas encore été rouverts par la coalition dirigée par l’Arabie saoudite.

130 enfants meurent chaque jour au Yémen

L’Arabie saoudite a bloqué l’accès aux ports yéménites et impose un blocus à l’aéroport de Sanaa, ce qui fait plonger le pays dans une situation désastreuse, due au manque de nourriture et de médicaments.

Jeudi, le porte-parole des Nations unies a indiqué que le secrétaire général Antonio Guterres a écrit à l’ambassadeur de l’Arabie saoudite auprès de l’ONU, en affirmant que le royaume avait failli à rouvrir des ports et des aéroports clés au Yémen.

Stéphane Dujarric a affirmé que Guterres a salué la réouverture du port dans la ville d’Aden, tout en disant que cela ne «répondrait pas aux besoins des 28 millions de Yéménites».

Dujarric a indiqué que l’ONU exhorte la coalition dirigée par l’Arabie saoudite à rétablir les vols humanitaires des Nations unies vers Aden et Sanaa, et à rouvrir les ports à Hodeïda et Salif pour les livraisons de nourriture et de médicaments.

L’ONU et une vingtaine d’organisations ont prévenu que ce blocus pourrait pousser des millions de personnes au bord de la famine et de la mort.

L’organisation humanitaire Save the Children avait aussi soutenu tard mercredi que le blocus imposé par la coalition saoudienne risquait d’aggraver la situation. Quelque 50 000 enfants auraient perdu la vie seulement en 2017.

La campagne de frappes aériennes de la coalition a fait au moins 10 000 morts et trois millions de déplacés depuis deux ans.

Des dirigeants de l’Organisation mondiale de la Santé, de l’UNICEF et du Programme alimentaire mondial ont publié un appel conjoint pour l’assouplissement du blocus.

Source : agences et rédaction

19-01-2018 | 12:14

https://french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=25908&cid=304#.WmIs36jiZPY


 

LA TURQUIE REJETTE LE PARTENARIAT PROPOSE PAR MACRON A PROPOS DE L'UE

La Turquie rejette le partenariat proposé par Macron

 Depuis 6 heures  19 janvier 2018

omercelik

 Monde islamique - Turquie

 

La Turquie rejette tout autre scénario qu’une adhésion à l’Union européenne, et notamment l’idée d’un partenariat ou d’une coopération avec l’UE sans appartenance au bloc communautaire, a déclaré le ministre turc des Affaires européennes dans une interview à Reuters. Cette proposition avait été avancée il y a deux semaines par le président français Emmanuel Macron lors d’une visite à Paris de son homologue turc Recep Tayyip Erdogan.

« Un partenariat privilégié, ou des approches similaires, nous ne prenons rien de tout cela au sérieux », a dit Omer Celik. « Quelle que soit son nom, partenariat privilégié ou coopération contre le terrorisme, une telle offre ne sera même pas examinée par la Turquie. »

Emmanuel Macron avait estimé le 5 janvier que « les évolutions récentes et les choix » de la Turquie « ne permett(ai)ent aucune avancée du processus » d’adhésion.

L’UE a critiqué l’ampleur de la campagne d’arrestation lancée en Turquie après le coup d’Etat manqué de juillet 2016.

Omer Celik a également accusé l’UE de ne pas respecter toutes les clauses de l’accord conclu en mars 2016 avec la Turquie pour endiguer le flot de migrants et réfugiés passant par le territoire turc, en échange d’une aide financière européenne de 3 milliards d’euros et d’autres promesses.

L’aide financière « ne fonctionne pas bien », aucun nouveau chapitre n’a été ouvert dans le cadre du processus d’adhésion et les discussions sur l’élargissement des accords douaniers entre Bruxelles et Ankara sont au point mort, s’est plaint le ministre turc. « Techniquement, la Turquie n’a aucune raison de maintenir cet accord », a prévenu Omer Celik.

Source: Avec Reuters

https://french.almanar.com.lb/746546


 

UN EX-AMBASSADEUR BRITANNIQUE : "WASHINGTON EST ENGAGE A DESTABILISER LA SYRIE"

Washington est engagé à déstabiliser la Syrie, dit un ex-ambassadeur britannique

Washington joue ses muscles en Syrie pour affirmer son influence sur l'ensemble du Moyen-Orient face à Moscou, a déclaré Peter Ford, ex-ambassadeur britannique à Damas.

Un ex-ambassadeur britannique décrit les objectifs US en Syrie.

Donald Trump étant accusé d'avoir «perdu la Syrie aux Russes», les États-Unis sont forcés de maintenir une présence militaire dans ce pays, estime l'ancien ambassadeur britannique en Syrie Peter Ford dans un entretien accordé à l’agence russe Sputnik.

Selon l'ex-diplomate, les États-Unis se sont engagés en Syrie dans un «jeu de puissance» afin de démontrer qu'ils possèdent toujours «une influence» dans l'ensemble du Moyen-Orient.

«C'est également une partie du jeu mené par les États-Unis contre l'Iran. Cela n'a aucun rapport avec la lutte contre le terrorisme en Syrie, ni avec les problèmes humanitaires, ni avec la démocratie», affirme l'interlocuteur de l'agence.

Et de souligner: «Les États-Unis ont pour objectif de ne pas permettre la stabilisation de la Syrie en tant qu'État souverain et uni».

«Compte tenu du fait que les États-Unis sont incapables d'imposer leur volonté pour faire changer le régime en Syrie, ils envisagent de la maintenir en état de déstabilisation permanente», a indiqué M. Ford.

Toujours d'après lui, les Américains «bafouent totalement le droit international».

«C'est une grosse violation du droit international qu'est le maintien d'une présence militaire sur le territoire d'un pays membre des Nations unies qui a son siège à New York et est reconnu par la plupart des États du monde», a souligné l'ancien diplomate.

Source: agences et rédaction

19-01-2018 | 14:56

 

https://french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=25915&cid=309#.WmIX-6jiZPY