Blog

IRAK ET SYRIE NEGOCIENT LA REOUVERTURE DE LEURS POSTES FRONTIERES

Damas

L’Irak et la Syrie négocient la réouverture de leurs postes-frontières

© Sputnik . Natalia Seliverstova

INTERNATIONAL

URL courte

140

À la veille de la réouverture des postes-frontières de Quneitra et de Nassib, la nécessité d’une prompte remise en service de ceux situés à la frontière entre l’Irak et la Syrie a été évoquée par les ministres des Affaires étrangères des deux pays.

Les chefs des diplomaties irakienne et syrienne, Ibrahim al-Jaafari et Walid al-Mouallem, ont évoqué ce dimanche à Damas la nécessité d’accélérer le rythme de la réouverture des postes-frontières entre les deux États, a fait savoir le ministère syrien des Affaires étrangères. 

«Au cours de cette rencontre, les parties […] ont souligné la nécessité de développer les relations entre les deux pays et leurs liens pour résoudre les problèmes dans différents domaines dans lesquels la Syrie et l’Irakont des intérêts communs ainsi que la nécessité de hâter l’ouverture des postes-frontières entre les deux pays, démarche qui se fera ressentir de manière positive sur les échanges commerciaux et la circulation de leurs citoyens», lit-on dans un communiqué ministériel. 

Et d’ajouter que les parties ont en outre évoqué plusieurs problèmes régionaux et internationaux. 

 

L'armée syrienne à la frontière avec la Jordanie, archives

© SPUTNIK . MIKHAIL ALAEDDIN

Amman et Damas conviennent de la réouverture d’un poste-frontière clé dès le 15 octobre

Pour rappel, le lundi 15 octobre est prévue la réouverture des postes-frontières de Quneitra, dans le Golan, et de Nassib, à la frontière syro-jordanienne. 

 

Les postes-frontières entre la Syrie et l’Irak ont cessé de fonctionner normalement en 2014, à la suite de l’occupation de la zone frontalière par des terroristes de Daech*. 

*Organisation terroriste interdite en Russie

https://fr.sputniknews.com/international/201810141038501091-irak-syrie-rouverture-postes-frontieres/


 

LE PRIX BAYEUX-CALVADOS DES CORRESPONDANTS DE GUERRE POUR UNE PHOTO PRISE A GAZA D'UN HANDICAPE JETANT DES PIERRES VERS L'OCCUPANT ISRAELIEN

14 octobre 2018

Cette photo prise à Gaza a remporté le Prix Bayeux des correspondants de guerre

Le Prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre a été décerné samedi, en photo à Mahmoud Hams de l’AFP, que cela plaise ou non à l’ambassadrice d’Israel en France !

La photo primée montre un Palestinien de 29 ans, Saber al-Ashkar, handicapé, lançant des pierres vers l’occupant israélien dans la bande de Gaza, le 11 mai 2018.

Si les pierres palestiniennes n’ont encore tué aucun Israélien, contrairement à celles des colons israéliens qui ont tué une palestinienne de 48 ans à coups de pierres cette semaine, au moins 205 Palestiniens ont été tués par des tirs israéliens depuis le 30 mars, la plupart lors de manifestations pour la fin du blocus de Gaza et l’application du droit au retour.

Et l’on compte plus de 6000 blessés palestiniens par balles dont un grand nombre, y compris des femmes et des enfants ont été mutilés ou resteront handicapés à vie.


Mohamed Abu Husein, 13 ans, amputé d’une jambe, après avoir reçu une balle explosive des snipers israéliens qui —comme cela a été expliqué jeudi dans le reportage d’Envoyé Spécial ("Une jeunesse estropiée")— savent très bien sur qui ils tirent, à quel endroit précisément et quelles seront les conséquences désastreuses de leurs balles.

CAPJPO-EuroPalestine

http://europalestine.com/spip.php?article14755


 

DES ISRAELIENS SE DECHAINENT APRES LE MARIAGE D'UN ACTEUR JUIF ET D'UNE PRESENTATRICE DE TV MUSULMANE !

14 octobre 2018

Israéliens qui se déchaînent après le mariage d’un acteur juif et d’une présentatrice de TV musulmane !

Haro sur "l’assimilation" ! Le mariage de Lucy Aharish et Tsahi Halevi, tous deux israéliens mais pas de la même origine, déclenche la furie et les propos racistes en Israel.

Lucy Aharish, issue d’une famille musulmane et première Arabe à présenter un programme en hébreu à la télévision israélienne, et Tsahi Halevi, acteur dans la série télévisée à succès Fauda, ont déclenché des réactions dignes d’un Etat d’apartheid, ce jeudi en israel.

Le ministre de l’Intérieur israélien Arie Déry a déclaré à la radio militaire que leur mariage "n’était pas une bonne chose". Il s’est inquiété pour leurs futurs enfants, a invité la mariée à se convertir au judaïsme, et a conclu sur les méfaits de "l’assimilation qui consume le peuple juif".

Bentzi Gopstein, le chef de l’organisation d’extrême droite Lehava ("La Flamme") a condamné ce mariage, mettant en cause, selon lui, "la dignité du peuple juif".

La palme revenant au député Likoud, le parti de Netanyahou, Oren Hazan, qui a écrit sur Twitter que Lucy Aharish avait "séduit un juif afin de fragiliser notre pays et d’empêcher des descendants juifs de continuer la dynastie juive". "J’en veux à Tsahi qui s’islamise".

Dans le quotidien Haaretz, le journaliste Gideon Levy souligne que cette attitude n’est pas propre à l’extrême droite, car "tous les israéliens sont élevés dans la peur de tout contact avec les Chrétiens ou les Musulmans, et dans la crainte l’assimilation".

Il dénonce "cette position raciste fondée sur une idée de la supériorité du sang juif qui ne doit pas être mélangé à d’autres".

Et conclut en écrivant : "Si encore Israel était un modèle de société et de valeurs morales, je pourrais comprendre qu’on veuille la préserver, mais quand je vois par exemple ce Canada, même pas juif, qui a accepté l’an dernier d’accueillir 3000 Erythréens expulsés d’Israel où ils ont été traités de manière odieuse, je ne vois pas ce qu’on redoute avec l’assimilation."

(Traduit par CAPJPO-EuroPalestine)

Source : https://www.haaretz.com

CAPJPO-EuroPalestine

http://europalestine.com/spip.php?article14758


 

AÏCHA MOHAMED TAL ARAB, UNE MAMAN PALESTINIENNE DE 8 ENFANTS ASSASSINEE PAR DES COLONS

Cisjordanie : une mère de famille assassinée par les colons

Aïcha Mohamed Tal Arab, une mère de famille palestinienne de 8 enfants, a été assassinée vendredi soir par un groupe de colons à proximité d’un check-point de l’armée d’occupation en Cisjordanie, rapportent samedi des médias palestiniens et israéliens.

Aïcha était à bord du véhicule familial en compagnie de son mari et de deux de ses filles lorsqu’un groupe de colons postés près du check-point de Tapuach (région de Naplouse) les a bombardés de pierres, l’un des projectiles se révélant mortel pour la mère de famille, qui était âgée de 47 ans. Les funérailles de la victime devaient avoir lieu samedi dans son village de Biddya.



L’armée a mis pour sa part plusieurs heures avant d’arriver sur les lieux et d’annoncer l’ouverture d’une enquête préliminaire. Les assassins avaient entretemps eu largement le temps de regagner leur colonie.

CAPJPO-EuroPalestine

http://www.europalestine.com/spip.php?article14754



 

BANDE DE GAZA: LA NOUVELLE ARME DES PALESTINIENS: LE TIR A L'ARC

Le tir à l’arc, nouvelle arme des Palestiniens dans la bande de Gaza

Sat Oct 13, 2018 3:53PM

Des Palestiniens tirent des flèches enflammées en direction des militaires israéliens dans la bande de Gaza, le 12 octobre 2018. ©Mashregh News

Des Palestiniens tirent des flèches enflammées en direction des militaires israéliens dans la bande de Gaza, le 12 octobre 2018. ©Mashregh News

Alors que les manifestations dans la bande de Gaza se poursuivent, les jeunes Palestiniens emploient une nouvelle méthode d’attaque pour faire face aux forces du régime d’Israël.

La jeunesse palestinienne s’exerce au tir à l’arc en créant une nouvelle unité, l’unité de tir à l’arc, dans le cadre de la Marche du grand retour.  

Les activistes de cette unité ont tiré des flèches enflammées en direction des militaires israéliens dans la bande de Gaza à l’aide d’arcs et d’arbalètes, selon l’agence de presse MAA.

Les Palestiniens avaient auparavant formé des unités baptisées « Kushuk » (pneus de voiture), « cerfs-volants incendiaires » et « cauchemars nocturnes ».

En premier lieu, ils assemblent des milliers de pneus pour les brûler pendant les manifestations. La fumée qui s’en dégage réduit donc le champ de vision des tireurs d’élite israéliens. Dans le deuxième cas, ils lancent des cerfs-volants incendiaires sur les colonies de peuplement juif dans les territoires occupés à la frontière de Gaza. Et, dans le troisième cas, l’objectif est de créer la panique chez les militaires et les colons israéliens habitant non loin de Gaza, en faisant du bruit à la tombée de la nuit.

Hier, vendredi, les protestataires palestiniens se sont rassemblés dans la bande de Gaza pour la 29e fois consécutive. Sept personnes ont été tuées et plus de 250 autres blessées.

Jusqu’à présent, le bilan des morts dépasse les 200 personnes et celui des blessés les 21 000.

Pour plus d'informations, regardez E-Press 13 octobre 2018 

Israël menace France 2 ! 

France 2 a fait l’objet de pressions israéliennes pour déprogrammer une émission sur le sort des Palestiniens ayant perdu l'usage d’une jambe à cause des tirs des soldats israéliens.

https://www.presstv.com/DetailFr/2018/10/13/576899/Le-tir--larc-nouvelle-arme-des-Palestiniens-dans-la-bande-de-Gaza


 

LES YEMENITES S'UNISSENT CONTRE L'ARABIE SAOUDITE. LA COALITION PRO-RIYAD A EFFECTUE PLUS DE 100 000 RAIDS AERIENS CONTRE LE YEMEN

La coalition pro-riyad a effectué 100 000 raids aériens contre le Yémen

Sat Oct 13, 2018 5:10PM

Ansarallah tire des missiles en direction des cibles saoudiennes. (Illustration)

Ansarallah tire des missiles en direction des cibles saoudiennes. (Illustration)

Avec la grève des habitants d’al-Muhra à l’est du Yémen contre les agresseurs saoudiens, un front populaire uni s’est formé contre la coalition pro-Riyad, qui a déjà fait plus de 100 000 raids aériens contre les Yéménites.

Selon la chaîne Al-Mayadeen, avec la participation des habitants d’al-Muhra au processus des protestations anti-saoudiennes, c’est la première fois en quatre ans que le Yémen s’est uni contre les agressions saoudiennes.

Les crimes de Riyad au Yémen ont suscité la réaction négative et les condamnations d’envergure des Yéménites, qui organisent des manifestations d’envergure contre la coalition pro-Riyad, dans toutes les provinces du pays. Dans la province d’al-Muhra, dans l’Est, une grève illimitée est observée, lors de laquelle les citoyens condamnent l’agression saoudienne contre l’intégrité territoriale yéménite et la construction d’un oléoduc sans l’aval officiel du gouvernement de Sanaa.

Tout au long de la guerre, l’armée yéménite et Ansarallah se sont servis de missiles qui ne sont pas iraniens, et qui ont été achetés sous l’ère d’Ali Abdallah Saleh et améliorés par les combattants d’Ansarallah, pour frapper les zones frontalières et le cœur de l’Arabie saoudite.

L’armée yéménite et les Comités populaires ont déjà tiré plus de 200 missiles balistiques en plein territoire saoudien. Le premier missile n’a été tiré que 40 jours après le début de la guerre et en riposte aux crimes et bombardements saoudiens entamés le 25 mars 2015.

Le mouvement populaire Ansarallah a annoncé que c’était en riposte à l’intervention militaire saoudienne sur le sol yéménite et à la poursuite des crimes et des raids aériens de ce régime que les combattants d’Ansarallah avaient procédé à des tirs de missiles en direction de l’Arabie saoudite.

Yémen : Hudaydah, « cimetière » des occupants

Des renforts yéménites arrivent pour épauler les forces d’Ansarallah qui ont fait une nette percée ces derniers jours et les mercenaires à la solde de la coalition d’agression saoudo-émiratie abandonnent de plus en plus leurs positions.

Selon les rapports internationaux, tout au long de ces quatre dernières années, le régime de Riyad a effectué plus de 100 000 frappes. À en croire les Saoudiens, pendant ce temps, 204 missiles balistiques yéménites ont été lancés en direction de l’Arabie saoudite.

Les rapports internationaux soulignent que les attaques saoudiennes constituent des crimes de guerre contre les citoyens yéménites et les crimes directs de Riyad représentent plus de 60 % de l’ensemble des crimes de guerre commis au Yémen. C’est ce que révèle le dernier rapport de l’équipe d’experts internationaux chargée de la recension des crimes de guerre au Yémen.

L’offensive saoudienne contre le Yémen a été lancée sous prétexte de ramener au pouvoir le président démissionnaire Abd Rabbo Mansour Hadi, et 85 % des raids aériens, terrestres et d’artillerie ont visé des cibles civiles, d’après les rapports internationaux.

Ansarallah est le premier courant populaire et armé au Yémen qui s’est soulevé contre les complots saoudiens au Yémen.

Le Yémen a visé le sud de l’Arabie saoudite

L’unité balistique de l’armée et des Comités populaires yéménites a annoncé avoir pris pour cible les bases militaires saoudiennes à Najran et à Khamis Machit.

Le soir où la ville portuaire de Hudaydah, dans l’ouest du Yémen, a été bombardée par la coalition saoudienne, le porte-parole de l’ONU Farhan Haq a présenté aux journalistes un rapport général sur la situation prévalant dans ce pays ravagé par la guerre.

« Cela fait 24 heures que les forces de la coalition saoudienne bombardent la ville de Hudaydah et le bilan des agences liées à l’ONU fait état de la mort d’au moins 5 civils », avait-il dit.

Simultanément à la poursuite des raids des avions de combat saoudiens et émiratis, Farhan Haq a déclaré au siège de l’ONU à New York que « la pire situation humanitaire du monde règne au Yémen, où 22,2 millions de personnes ont un besoin urgent d’aide ». Le Yémen compte moins de 28 millions d’habitants.

En allusion à l’intensification du bombardement et des violences à Hudaydah, le porte-parole de l’ONU a souligné : « Nous sommes en train d’évaluer les conséquences de l’intensification des violences au sud de Hudaydah au cours de ces dernières 24 heures. »

Aux derniers jours de la présence de Ban Ki-moon à la tête des Nations unies, l’organisation a publié un rapport sur le rôle de l’Arabie saoudite dans le massacre des enfants yéménites, rapport qui a été supprimé suite à des menaces manifestes et directes de Riyad de geler ses contributions à destination de l’ONU.

« Depuis le début de juin 2018, plus de 57 000 Yéménites ont été déplacés sur fond des violences. Ils s’ajoutent aux deux millions déjà déplacés », avait dit Farhan Haq.

Press TV Français@PresstvFr

 

Jizan: Ansarallah détruit 2 drones espions de la coalition pro-Riyadhttp://ptv.io/2e9Z 

Twitter Ads info and privacy

https://www.presstv.com/DetailFr/2018/10/13/576904/Ymen-Ansarallah-Arabie-raids-missiles


 

LES USA DONT LA PRESENCE MILITAIRE EN SYRIE EST ILLEGALE N'ONT PAS LEUR MOT A DIRE SUR L'AVENIR DE CE PAYS

L’Amérique doit comprendre qu’elle n’a pas son mot à dire sur l’avenir de la Syrie

Sat Oct 13, 2018 5:11PM

Washington ne peut pas forcer le Hezbollah, l’Iran et la Russie à quitter la Syrie. Ils ont longtemps été alliés à Damas et ont beaucoup plus à gagner que l’Amérique dans l’avenir de la Syrie, selon le magazine américain National Interest. ©Reuters

Washington ne peut pas forcer le Hezbollah, l’Iran et la Russie à quitter la Syrie. Ils ont longtemps été alliés à Damas et ont beaucoup plus à gagner que l’Amérique dans l’avenir de la Syrie, selon le magazine américain National Interest. ©Reuters

Les objectifs de l’administration Trump en temps de guerre en Syrie sont devenus une pure fantaisie.

« Enfin, le conflit est en train de se terminer. Assad a gagné et Washington a perdu », écrit Doug Bandow pour National Interest, le 12 octobre.

« La politique américaine était non seulement sans espoir, mais aussi incohérente que confuse. L’administration Obama a tenté d’évincer Assad et de vaincre Daech, même si Assad avait combattu Daech. En aidant l’ASL et en combattant Daech, Washington a incité Damas à se concentrer sur le premier et à ignorer le second. Les États-Unis se sont opposés à d’autres groupes terroristes radicaux malgré leur alliance avec l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et le Qatar, qui ont tous soutenu les mêmes extrémistes tout en abandonnant la lutte contre Daech.

Washington a également cherché à travailler à la fois avec la Turquie, qui privilégiait la limitation de l’autonomie kurde, et avec les Kurdes, prêts à coopérer avec Damas pour parvenir à cette autonomie.

Washington a également critiqué l’Iran et la Russie pour avoir aidé le gouvernement syrien, même si Assad les avait sollicités. Pourtant, alors qu’il désapprouvait leur assistance, Washington a bafoué le droit international en intervenant en Syrie et a revendiqué le droit de déterminer l’avenir du pays. En effet, les forces américaines occupent encore illégalement des terres syriennes dans l’espoir de forcer Assad à se retirer du pouvoir.

Syrie: que font USA/France à Hassaké?

En Syrie, des habitants de Hassaké sont descendus dans la rue afin d’exprimer leur colère contre les miliciens kurdes de l’Organisation Asayesh, proche du Parti démocratique du Kurdistan (d'Irak).

Les objectifs de l’administration Trump en temps de guerre sont devenus une pure fantaisie. Aucune combinaison de groupes terroristes ne menace Assad. Au début de la guerre, les banlieues de Damas étaient en feu, les bombes explosaient partout dans la capitale, de nouveaux groupes d’opposition se formaient et l’armée syrienne était surmenée. À l’époque, peu d’observateurs imaginaient qu’Assad puisse reprendre le contrôle de la plus grande partie de son pays. Cependant, aujourd’hui, le régime a pratiquement vaincu tous ses adversaires. Les habitants de Damas sont largement optimistes quant à l’avenir.

Or, le gouvernement de Damas se sent plus que jamais en sécurité depuis 2011.

L’administration Trump n’a pas le pouvoir d’envahir, d’occuper et de démanteler un pays étranger, pour quelque raison que ce soit. En outre, l’incapacité de Washington à protéger les Kurdes syriens de l’attaque turque a encouragé les discussions entre les Kurdes et Damas — les deux parties avaient en grande partie évité les combats alors même que la guerre civile s’étendait — selon un modus vivendi à long terme. Un contrôle syrien restauré sur la région et en particulier sur la frontière pourrait apaiser les craintes des Turcs contre un État kurde indépendant.

Washington ne peut pas non plus forcer le Hezbollah, l’Iran et la Russie à quitter la Syrie. Ils ont longtemps été alliés à Damas et ont beaucoup plus à gagner que l’Amérique dans l’avenir de la Syrie. Leur rôle est significatif et transparent. »

Euphrate-est: la Russie dénonce le plan US

Le chef de la diplomatie russe accuse les États-Unis de tenter de créer un quasi-État à l’est de l’Euphrate en Syrie.

https://www.presstv.com/DetailFr/2018/10/13/576903/LAmrique-doit-raliser-quelle-na-rien--dire-sur-lavenir-de-la-Syrie


IRAK: LES USA DEFIENT LES HACHD AL-CHAABI

Le coalition américaine veut rester en Irak même après la formation d'un nouveau gouvernement

Sat Oct 13, 2018 6:52PM

Les forces américaines comptent rester en Irak même après la formation du nouveau gouvernement.

Les forces américaines comptent rester en Irak même après la formation du nouveau gouvernement.

Le colonel Sean Ryan, porte-parole de la coalition internationale dirigée par Washington, a déclaré que la coopération entre l’Irak et la coalition suivra son cours, même après la formation du nouveau gouvernement.

« La coalition est présente en Irak à la demande du gouvernement de ce pays », a prétendu le colonel Sean Ryan, en évoquant la poursuite des coordinations avec Bagdad dans la lutte contre le groupe terroriste Daech dans certaines provinces.

« Nous espérons renforcer notre présence en vue d’apporter davantage d’aide, notamment après la formation du nouveau gouvernement irakien », a-t-il poursuivi.

Sean Ryan a prétendu que l’objectif de la coalition est de chasser les daechistes d’Irak.

Cette déclaration intervient alors que la coopération entre les États-Unis et des groupes terroristes en Syrie et en Irak revêt chaque jour de nouvelles dimensions.

PressTV-Les USA ne veulent pas quitter l’Irak

Les Américains veulent rester sur le sol irakien. Tous les événements en cours le prouvent...

https://www.presstv.com/DetailFr/2018/10/13/576924/Irak-coalition-amricain-Daech-colonel-Sean-Ryan-formation-gouvernement


 

BANDE DE GAZA: LA BETE IMMONDE ORDONNE L'ARRET DES LIVRAISONS DE FIOUL

Gaza: «Israël» ordonne l’arrêt des livraisons de fioul

folder_openPalestine access_timedepuis 9 heures

 

 

«Israël» a ordonné l'arrêt des livraisons de fioul à la bande de Gaza en réaction à une nouvelle manifestation à la frontière entre les territoires occupés et cette enclave palestinienne où sept Palestiniens sont tombés en martyre vendredi.

Gaza, soumise à un strict blocus israélien depuis plus de dix ans, a reçu cette semaine des livraisons de fioul payées par le Qatar.

Ces livraisons destinées à la seule centrale électrique de Gaza avaient pour objectif de faire baisser les tensions alors que les Gazaouis manifestent depuis le 30 mars contre le blocus israélien.

Vendredi, sept Palestiniens sont tombés en martyre lors de manifestations et d'affrontements avec les soldats israéliens, a affirmé le ministère gazaoui de la Santé.

Quatre des victimes ont perdu la vie à l'est du camp de réfugiés d'al-Bureij (centre de l'enclave palestinienne), et trois autres à l'est de la ville de Gaza et près de Rafah (sud), selon le ministère.

Les sept hommes étaient âgés de 17 à 29 ans, a-t-il précisé. Au moins 205 Palestiniens sont tombés en martyre par des tirs israéliens depuis le 30 mars.

Cette nouvelle journée de violence a décidé l’entité sioniste à mettre fin aux livraisons de fioul à Gaza, fruit de l'accord conclu sous les auspices de l'ONU.

En vertu de cet accord, six camions transportant 450.000 litres de combustible avaient franchi mardi «Kerem Shalom», le seul point de passage pour les marchandises entre les territoires occupés et Gaza, selon un responsable palestinien.

Le carburant livré par le Qatar devait renforcer la production de la centrale électrique de l'enclave et permettre ainsi l'augmentation du ravitaillement en électricité des Gazaouis, qui reçoivent actuellement environ quatre heures de courant par jour.

A Doha, un responsable qatari a déclaré que cette livraison était destinée «à éviter une aggravation de la catastrophe humanitaire à Gaza» et qu'elle n'avait aucune «motivation politique».

Source : agences et rédaction

https://french.alahednews.com.lb/28701/308#.W8JQjmgzZPY


 

LE SITE PRINCIPAL DE LA PROCHAINE FOIRE INTERNATIONALE DES IMPORTATIONS DE CHINE

Site de la prochaine Foire internationale des importations de Chine

    French.xinhuanet.com | 2018-10-13 20:06:37
 

Site de la prochaine Foire internationale des importations de Chine

SHANGHAI, 13 octobre (Xinhua) -- Photo prise le 12 octobre 2018 au Centre national des expositions et des conventions (Shanghai), le site principal de la prochaine Foire internationale des importations de Chine, à Shanghai, dans l'est de la Chine. (Photo : Ding Ting)

 

   1 2 3 4   

http://french.xinhuanet.com/photo/2018-10/13/c_137530466.htm