Veilleur en éveil

 

REPONSE CINGLANTE DU PRESIDENT CUBAIN AU GOUVERNEMENT US : A CUBA, CE SONT LES CUBAINS QUI COMMANDENT

À Cuba, ce sont les Cubains qui commandent

Le président du Conseil d'État et du Conseil des ministres, Miguel Diaz-Canel Bermudez, a répondu à l'annonce faite par le gouvernement de Donald Trump selon laquelle à partir du 2 mai sera appliqué « le droit d'engager une action en vertu du titre III de la Loi sur la liberté » et aux déclarations du Secrétaire d'État Mike Pompeo, publiées dans un message sur le site officiel du Département d'État des États-Unis

Auteur:  | informacion@granmai.cu

Comme sur les sables de Playa Giron, Cuba défendra son droit à être libre et indépendante. Photo: Granma Archive

Cuba « ne changera pas d’attitude face à ceux qui brandissent une épée contre nous. Nous, les Cubains, ne nous rendons pas et n'acceptons pas non plus les lois sur notre destinée qui seraient en dehors de la Constitution. À Cuba, ce sont les Cubains qui commandent. Cuba fait confiance à ses forces et à notre dignité » a déclaré le président du Conseil d'État et du Conseil des ministres, Miguel Diaz-Canel Bermudez, sur son compte Twitter.

Le président répondait ainsi à l'annonce faite par le gouvernement de Donald Trump qu'à partir du 2 mai, sera appliqué « le droit d'engager des poursuites en vertu du Titre III de la loi sur la liberté », ainsi qu’aux déclarations du Secrétaire d'État, Mike Pompeo, publiées dans un message sur le site officiel du Département d'État des États-Unis.

Le ministre des Relations extérieures Bruno Rodriguez Parilla a déclaré le 17 avril que Cuba qualifiait la décision étasunienne d’« escalade agressive » et considérait comme « pathétique et ridicule » le discours prononcé par le Conseiller à la Sécurité nationale John Bolton à Coral Gables, Miami, devant les membres de la brigade 2506 [mercenaires qui participèrent à l’invasion par Playa Giron].

Une scène totalement délirante, durant laquelle un haut responsable du gouvernement yankee, à Miami, devant un « public choisi » formé par des apatrides, confirme le soutien du président, avec un langage d’un autre temps et des idées qui ne lui appartiennent pas : il parle de liberté au nom d'un gouvernement qui la viole, l'agresse et la méprise. Il promet l'impossible.

« La troïka de la tyrannie [Cuba, Venezuela, Nicaragua] commence à s'effondrer », dit-il et il se réjouit devant les applaudissements des « vétérans ». « Nous appliquons les sanctions de manière transparente » et c’est vrai, l'empire montre clairement son essence. Les mercenaires qui « fêtent » avec Bolton le jour où ils ont mordu la boue lors de la défaite d’avril 1961, écoutent avec jubilation la liste des mesures mises en œuvre contre le peuple qui les a vus naître  : application du Titre III, visant clairement l'application du Titre IV ; cinq ajouts à la Liste des entités cubaines avec lesquelles il est interdit de faire des affaires ; mesures du Département du Trésor sur les restrictions de voyage pour des raisons non familiales à Cuba ; modifications afin de mettre un terme aux transactions qui permettent aux Cubains d’avoir recours au système financier des États-Unis pour effectuer des transferts internationaux et l'usage du système financier étasunien par le gouvernement et imposition d'une limite sur les envois d’argent des immigrants cubains à leur famille : mille dollars US, par personne tous les trois mois.

Avec une arrogance absolue, le Conseiller à la Sécurité nationale annonce que « les sanctions à l'encontre du Venezuela ont pour double objectif d'interrompre le flux de pétrole brut subventionné du Venezuela vers Cuba et d'affaiblir les "régimes" de Maduro et de Diaz-Canel ».

Et de conclure par un véritable « joyau » oratoire : « Cette région doit être libérée du despotisme et de la domination extérieure ». Il n'a jamais dit de plus grande vérité : Cuba et le Venezuela sont libres du despotisme et de la domination extérieure et la région et le monde le seront. Bolton promet l'impossible parce qu'ils n'auront jamais ni Cuba ni le Venezuela. La Doctrine Monroe a été enterrée dans les sables de Playa Giron ce glorieux 19 avril 1961.

http://fr.granma.cu/cuba/2019-04-18/a-cuba-ce-sont-les-cubains-qui-commandent


 

L'INITIATIVE CHINOISE "LA CEINTURE ET LA ROUTE" OFFRE AU MONDE UNE OPPORTUNITE POUR UNE TRANSITION ENERGETIQUE

L'initiative "la Ceinture et la Route" : une opportunité pour la transition énergétique mondiale

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2019-04-18 à 15:52
 

BEIJING, 18 avril (Xinhua) -- L'initiative "la Ceinture et la Route" offre au monde l'opportunité de se tourner vers un avenir caractérisé par les énergies durables, selon des experts.

A travers l'initiative "la Ceinture et la Route", des pays et régions peuvent renforcer la connectivité énergétique et adopter une approche proactive lorsqu'ils planifient leurs infrastructures énergétiques, a indiqué Zou Ji, président de la Fondation de l'énergie de Chine, lors d'une interview accordée à Xinhua.

Pour de nombreux pays et régions le long de "la Ceinture et la Route", la demande en énergie, en particulier en termes d'électricité, est énorme. Au lieu de consommer du charbon pour répondre à cette demande, ces pays et régions doivent rechercher des alternatives utilisant l'énergie propre, susceptibles d'être plus rentables à long terme, a expliqué M. Zou.

Alors que la Chine promeut un développement écologique, elle dispose de vastes expériences en matière de transition énergétique dans les domaines tels que le financement vert et le transfert de technologies, qui peuvent être partagées à travers l'initiative "la Ceinture et la Route", a noté M. Zou.

Cette initiative, proposée par la Chine en 2013, vise à bâtir un réseau de commerce et d'infrastructures reliant l'Asie à l'Europe et à l'Afrique le long des anciennes routes commerciales de la route de la Soie pour rechercher une prospérité et un développement communs.

Dans le cadre de cette initiative, une société chinoise de construction a entrepris des projets d'énergie solaire au Maroc qui devraient fournir une énergie propre à plus d'un million de foyers marocains.

Au Vietnam, une centrale exploitée par une société chinoise a transformé 70.600 tonnes de déchets en 18 millions de kWh d'électricité, stimulant la croissance économique tout en réduisant la pollution.

Wu Gang, président de la société Xinjiang Goldwind Science & Technology, le plus grand fabricant de turbines éoliennes en Chine, a indiqué que les sociétés chinoises avaient contribué à réduire de moitié les coûts de l'industrie de la fabrication des équipements d'énergie éolienne.

La société a construit son premier parc éolien au Panama en 2013, produisant une énergie verte représentant environ 8% de la consommation d'électricité du pays un an seulement après sa mise en service.

Outre la coopération dans l'énergie propre via divers projets, l'initiative "la Ceinture et la Route" a offert une nouvelle plate-forme pour la coopération intergouvernementale intégrant la collaboration dans divers domaines, tels que la technologie, le commerce et les investissements, a ajouté M. Zou.

"C'est une plate-forme ouverte qui promeut le multilatéralisme et une nouvelle vision de la mondialisation", a-t-il souligné.

La Fondation de l'énergie participe activement à l'initiative "la Ceinture et la Route" pour faciliter la transition énergétique mondiale. Cette organisation à but non-lucratif dispose cette année d'un budget de 1,7 million de dollars pour soutenir les projets liés l'initiative, a ajouté M. Zou.

De plus, la fondation travaillera avec la Commission économique et sociale pour l'Asie et le Pacifique des Nations unies afin de financer des projets liés à l'énergie propre dans la région Asie-Pacifique au cours des trois ans à venir, a-t-il précisé.

Le deuxième Forum de "la Ceinture et la Route" pour la coopération internationale, qui se tiendra à Beijing fin avril, offrira de nouvelles opportunités aux gouvernements pour renforcer leur coordination politique et permettra aux agences non-gouvernementales d'accroître la collaboration dans des projets spécifiques, a conclu M. Zou.

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/04/18/593747/la-Russie-donne-son-soutien--Cuba-et-au-Venezuela


 

YEMEN : LA "TOCHKA", LA FIERTE DE LA PRODUCTION LOCALE DE LA RESISTANCE YEMENITE

 

  1. Home
  2. INFOGRAPHIES

La “tochka” yéménite: la fierté de la production locale de la résistance

folder_openINFOGRAPHIES access_timedepuis 8 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed - Abir Mourad 

https://french.alahednews.com.lb/30949/297


 

L'UNION EUROPEENNE REFUSE DE RECONNAITRE LA SOUVERAINETE D' "ISRAËL" SUR LE GOLAN SYRIEN

L’UE refuse de reconnaître la souveraineté d’«Israël» sur le Golan syrien

folder_openSyrie access_timedepuis un jour

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec AFP

L'Union européenne refuse de reconnaître la souveraineté d'«Israël» sur le plateau du Golan syrien et juge dangereuse la volonté de modifier le tracé des frontières manu militari, a affirmé ce mardi la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini au Parlement européen.

«L'UE ne reconnaît pas la souveraineté d'Israël sur les territoires occupés et cette position, réitérée maintes fois, s'applique pour le plateau du Golan» annexé en 1967 par l'entité sioniste, a-t-elle déclaré lors d'un débat avec les eurodéputés réunis à Strasbourg pour leur dernière plénière avant les élections européennes.

«Modifier des frontières manu militari est une idée dangereuse. Les normes internationales doivent être respectées», a-t-elle insisté.

37 anciens ministres des Affaires étrangères et dirigeants européens, dont le Belge Guy Verhofstadt, chef du groupe de l'Alliance des Libéraux et démocrates européen (ALDE), ont demandé lundi par lettre à Federica Mogherini de réaffirmer la position de l'UE pour contrer Donald Trump.

Le président américain s'est prononcé le 21 mars en faveur de la reconnaissance de la souveraineté d'«Israël» sur le Golan, une décision en rupture avec la position des Etats-Unis depuis des décennies.

«L'Union européenne considère Israël et les Israéliens comme des amis et des partenaires. Elle considère l'autorité palestinienne et les Palestiniens comme des amis et des partenaires. Elle considère l'administration américaine et les Américains comme des amis et des partenaires. Réaffirmer notre position de manière claire et unie ne signifie pas être hostiles à des interlocuteurs qui ont entre-temps changé leur fusil d'épaule», a-t-elle soutenu en réponse à des critiques formulées par des élus.

Federica Mogherini a également réitéré le soutien de l'UE à «la reconnaissance de deux Etats, Israël et la Palestine, vivant côte à côte dans la paix et dans des frontières reconnues et sûres, avec Jérusalem (al-Qods occupée) comme capitale».

«Abandonner la solution des deux Etats n'apportera que le chaos au Proche-Orient», a-t-elle estimé, ajoutant que: «L'UE est très claire sur sa position et appelle à de nouvelles négociations de paix».

«Le processus de paix n'existe plus, mais nous voulons tenter de le relancer», a-t-elle conclu.

https://french.alahednews.com.lb/30921/309


 

YEMEN : L'EPIDEMIE DE CHOLERA REDOUBLE D'INTENSITE AVEC PLUS DE 2000 NOUVEAUX CAS PAR JOUR

Au Yémen, l’épidémie de choléra redouble d’intensité

folder_openMoyen Orient access_timedepuis 11 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par The Guardian

Les ONG sur place font état de plus de 2000 nouveaux cas de choléra chaque jour au Yémen. Un quart des personnes touchées sont des enfants de moins de cinq ans.

Depuis 2016, le Yémen, ravagé par la guerre, fait face à une terrible épidémie de choléra. Et depuis le début de 2019, la situation sanitaire du pays s’est encore aggravée, alerte The Guardian ce mercredi 17 avril. « Le Yémen est confronté à une résurgence à grande échelle du choléra, avec plus de 137 000 cas suspectés et près de 300 morts lors des trois premiers mois de l’année », écrit le quotidien britannique.

The Guardian affirme que l’épidémie de choléra s’est encore aggravée ces derniers temps, avec plus de 2000 nouveaux cas présumés chaque jour, « soit deux fois plus qu’au début de l’année ». D’après le journal, l’une des principales préoccupations des ONG sur place est qu’un quart des personnes touchées sont des enfants de moins de cinq ans :

La prolifération de cette maladie véhiculée par l’eau a été aggravée par la destruction du système de santé yéménite, dans un pays où 17,8 millions de personnes manquent d’accès à l’eau potable et aux services sanitaires.

Les chiffres avancés par le journal britannique se rapprochent de l’épidémie de choléra qu’a connu le Yémen en 2017 avec un million de cas signalés, contre 371 000 l’année dernière.

The Guardian rappelle que les combats dans le pays n’en finissent pas et que des millions d’habitants souffrent du manque de nourriture et de soins médicaux : « Le Yémen se trouve au bord de la famine. »

https://french.alahednews.com.lb/30942/304


 

L'AVION DE COMBAT 100% IRANIEN KOWSAR S'EST ILLUSTRE LORS DU DEFILE A TEHERAN

Téhéran, image d'illustration

L’avion de combat 100% iranien Kowsar s’est illustré au défilé à Téhéran (vidéo)

© Sputnik . Vladimir Fedorenko

INTERNATIONAL

URL courte

2200

Présenté pour la première fois au public en août 2018, l’avion de combat de fabrication iranienne Kowsar a participé à son premier défilé militaire ce 18 avril à Téhéran, lors du défilé militaire à l’occasion du Jour des forces armées.

Lors de la parade militaire ce jeudi à Téhéran, à l'occasion du Jour des forces armées iraniennes, l'armée de l'air a fait voler pour la première fois son avion de combat Kowsar fabriqué localement.

​L'usine de production de ce premier avion de combat 100% iranien a été inaugurée par le ministre de la Défense, Amir Hatami, en novembre 2018. L'avion, doté d'équipements technologiques de pointe, a été testé avec succès ces derniers mois. Il est capable de transporter une grande variété d'armements et peut également être utilisé pour de courtes missions de soutien aérien.

https://fr.sputniknews.com/international/201904181040801536-iran-avion-combat-kowsar-defile/

 

A L'INVITATION DE POUTINE KIM JONG-UN SE RENDRA A LA MI-AVRIL EN RUSSIE

Déçu par Trump, Kim se tourne vers Poutine

Thu Apr 18, 2019 5:24PM

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un (D) et le président russe Vladimir Poutine. (Photo à titre d’illustration)

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un (D) et le président russe Vladimir Poutine. (Photo à titre d’illustration)

Le dirigeant de la Corée du Nord, Kim Jong-un se rendra en Russie plus tard ce mois-ci, a annoncé ce jeudi 18 avril le Kremlin.

Le Kremlin a annoncé dans une brève déclaration que M. Kim se rendrait en Russie « à la mi-avril » à l’invitation de Poutine, sans donner davantage de précisions.

La confirmation de la visite de Kim intervient dans un contexte où les médias suggéraient depuis quelque temps que le dirigeant nord-coréen s’adresserait bientôt à un allié de longue date après n’être pas parvenu à obtenir l’allègement des sanctions lors de ses dernières discussions sur le nucléaire avec le président américain Donald Trump en février, a estimé Bloomberg. La déclaration du Kremlin n’indiquait pas la date ni le lieu de la réunion, bien que certaines informations laissent penser que celle-ci pourrait avoir lieu la semaine prochaine après le voyage de Poutine en Chine.

Il s’agit de la première visite du dirigeant nord-coréen en Russie depuis sa prise de pouvoir en 2011 et intervient après un long discours de Kim dans lequel il a déclaré qu’il donnerait aux États-Unis d’ici la fin de cette année pour présenter de nouvelles propositions pour de futurs pourparlers. Kim a appelé à la levée des sanctions. Les sanctions ont été un élément important dans l’échec du sommet Kim-Trump au Vietnam, le 28 février.

Kim met en garde les USA

Kim met en garde les USA

Le leader nord-coréen a durci le ton pour la première fois depuis l’échec du sommet américano-nord-coréen à Hanoï en février dernier. Il souhaite porter atteinte aux partisans des sanctions.

Le dirigeant nord-coréen a récemment dénoncé les tentatives américaines visant à saper la puissance militaire et économique de son pays et a promis de mettre en place un mécanisme visant à les contrer. Selon les analystes, les pourparlers américano-nord-coréens sont au point mort en dépit des tentatives américaines.

La semaine dernière Kim Jong-un a déclaré que si les États-Unis souhaitaient poursuivre les pourparlers diplomatiques, il serait préférable qu’ils abandonnent leur façon de faire actuelle.

Lire aussi : Kim : pas de 3e sommet si Trump ne change pas

La Russie, qui dispose d’un droit de veto au Conseil de sécurité des Nations unies, a exprimé son soutien à la levée des sanctions depuis que la Corée du Nord a ouvert des négociations sur le nucléaire l’année dernière.

« En se rendant en Russie, Kim tente de démontrer aux États-Unis qu’il ne serait pas isolé si les choses ne fonctionnaient pas avec Trump », a déclaré Andrei Lankov, expert de la Corée du Nord et professeur à l’Université Kookmin de Séoul. « Kim et Poutine vont probablement discuter des moyens de contourner les restrictions imposées par l’ONU à l’embauche de travailleurs nord-coréens à l’étranger et tout autre soutien économique potentiel », a déclaré Lankov.

PressTV-Pied de nez de Kim aux USA

PressTV-Pied de nez de Kim aux USA

La Corée du Nord a testé une nouvelle arme tactique depuis l’échec du deuxième sommet entre Kim Jong-un et le président des États-Unis Donald Trump à Hanoï en février.

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/04/18/593752/Russie--le-grand-retour-de-Kim


 

YEMEN : LA TURQUIE GELE LES AVOIRS DE PLUSIEURS HAUTS RESPONSABLES D'ANSARULLAH

La Turquie gèle les avoirs de chefs d’Ansarullah au Yémen

 Depuis 9 heures  18 avril 2019

erdogan_s400

 Monde islamique - Turquie

 

La Turquie a gelé les avoirs de plusieurs hauts responsables des chefs du mouvement Ansarullah au Yémen en conformité avec des résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies, selon une décision publiée jeudi au Journal officiel.

D’après ce document, tous les avoirs d’Abd Al-Khaliq Al-Houthi, Abdullah Yahya Al-Hakim et Abdulmalik Al-Houthi, trois hauts responsables des Houthis, ont été gelés jusqu’au 26 février 2020.

Les avoirs de l’ancien président Ali Abdallah Saleh, tué en 2017, et ceux de son fils Ahmed Ali Abdallah Saleh, ont également été gelés jusqu’à cette date.

D’après le document publié au Journal officiel et signé par le président Recep Tayyip Erdogan, cette décision a été prise en application de plusieurs résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU.

Les avoirs de certaines des personnes concernées par la décision publiée jeudi par la Turquie avaient déjà été gelés par Ankara ces dernières années.

Ansarullah lutte aux côtés de l’armée yéménite les forces d’invasion saoudo-émiraties et leurs mercenaires depuis plus de quatre ans.

La guerre saoudo-émiratie-US contre le Yémen, qui a provoqué la pire catastrophe humanitaire du monde actuel selon l’ONU, a poussé des millions de personnes au bord de la famine et causé la mort de plus 10.000 civils, selon un bilan partiel de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Des ONG estiment toutefois que le nombre de morts est nettement plus élevé, certaines citant un bilan cinq fois supérieur.

Source: Avec AFP

https://french.almanar.com.lb/1328945


 

LA TURQUIE CONTINUE D'OCCUPER LA SYRIE DE CONCERT AVEC "ISRAËL". POSITION DE LA RUSSIE?

La Turquie continue l’occupation de la Syrie… de concert avec « Israël »

 Depuis 5 heures  18 avril 2019

rameau_olivier1

 Moyent-Orient - Syrie

 

Dans le nord syrien, la Turquie s’est livrée à un jeu fort dangereux : l’occupation….Ne s’agit-il pas d’un projet coordonné avec Israël, qui lui, s’apprête à annexer le Golan? Ankara a renforcé sa main mise sur le nord syrien: Ainsi, les terroristes de la milice dite « l’Armée de libération nationale » ont démantelé des pylônes électriques appartenant au réseau de télécommunication sans fil de Syrie (MTN, Syriatel) à Afrin.

Un porte-parole de la milice a prétendu que les pylônes de télécommunication avaient été démantelés pour éviter que des « forces ennemies » ne s’en servent.
L’identité de ces forces ennemies n’est évidemment pas révélée. Le chef terroriste a, de surcroît, promis que ce même programme serait mise en œuvre ultérieurement dans l’ensemble des banlieues nord et est d’Alep.

C’est de loin la première fois que le plan de démantèlement des pylônes de télécommunication dans le nord du pays est mis en œuvre au détriment des sociétés syriennes Syriatel et MTN qui elles, rendent service à la population du nord de la Syrie et ce, sans répit et depuis le début de la guerre.

Tout au long de ces huit années de conflit, le gouvernement syrien n’a jamais coupé les salaires des employés travaillant dans ces zones en assurant l’éducation des enfants et en fournissant l’électricité. Or, la Turquie est sur le point de changer la donne.
Les sociétés de télécommunication turques, notamment Turkcell et Turktelekom, devraient entrer dans la région sans tenir compte de l’accord qu’elles ont signé avec la Russie et l’Iran dans le cadre des accords d’Astana.

À Idlib, le Front al-Nosra multiplie les assauts contre l’armée syrienne sur tous les fronts et se déplace librement dans la région en transportant des armes sous les yeux des troupes turques. S’ajoutent aux terroristes nosratistes ceux de Hurras ad-Din, du Parti islamique du Turkestan et d’Ajnad al-Kavkaz, eux aussi totalement libres de circuler.

Position russe ?

La Russie multiplie pour l’heure rencontres et négociations avec la Turquie, façon de réactiver l’accord de Sotchi. Mais la Turquie n’est visiblement pas pressée, désireuse qu’elle est de faire monter les enchères. De la Russie, elle veut une carte blanche propre à lui permettre d’annexer le nord de la Syrie. Pour Ankara, le Front al-Nosra et son action à Idlib ne le regarde pas. C’est aux Russes de s’en occuper. Moscou finira-t-il par revenir sur ses accords avec la Turquie ? À Astana, il y aura sans doute de vifs échanges de part et d’autres.

Les Russes pourront surtout poser aux Turcs des questions du genre: pourquoi de nouvelles cartes d’identité sont émises pour les Syriens d’Alep et d’Idlib entre autres ? Pourquoi la Turquie a-t-elle imposé sa monnaie et ses manuels scolaires aux citoyens syriens ?

À tout ceci, il ne peut y avoir qu’une seule explication: la Turquie veut annexer le nord de la Syrie à son territoire et pour arriver à cette fin qui constitue le principal motif de son engagement militaire aux côtés des USA dès 2011, Ankara joue sur tous les tableaux: elle veut à la fois des S-400 et des F-35, rester au sein de l’OTAN et se rapprocher de la Russie, soutenir al-Nosra et éviter tout clash avec l’armée syrienne et ses alliés… Bref, être tout et son contraire.

Source: Press TV

https://french.almanar.com.lb/1329165


 

MADAGASCAR-LES CANDIDATS AUX LEGISLATIVES : "DES FARFELUS, DES PARVENUS ET DES OPPORTUNISTES", SELON LE SEFAFI

MADAGASCAR-Candidats aux législatives : « Des farfelus, des parvenus et des opportunistes », selon le SeFaFi (Midi)

AVR 17

Publié par 

Le grand nombre des candidats « indépendants », 515 sur un total de 803, témoigne de l’affaiblissement des partis et de la montée de l’individualisme en politique.

A l’approche des législatives qui se tiendront le 27 mai prochain, le SeFaFi apporte son point de vue. Les citoyens choisiront 151 députés parmi 803 candidats, aux profils contrastés. Selon l’observatoire de la vie publique, « on y trouve de tout : des farfelus, des parvenus et des opportunistes ; des criminels couverts par leur immunité parlementaire et des entrepreneurs véreux ; on y rencontre même des gens sérieux et compétents, mais les électeurs si souvent abusés sauront-ils les reconnaître ? ».

Pour que les citoyens votent en connaissance de cause, le SeFaFi souhaite éclairer l’opinion publique sur quelques aspects fondamentaux de cette élection : la raison d’être d’un député ; les conditions d’une élection transparente ; le respect du choix des citoyens ; et les avantages matériels offerts aux députés…

Bilan de la dernière législature. L’article 68 de la Constitution est limpide : « le Parlement comprend l’Assemblée nationale et le Sénat. Il vote la loi. Il contrôle l’action du Gouvernement. Il évalue les politiques publiques ». Or les députés, volontairement ou non, ne remplissent pas leurs responsabilités. Ils font tout autre chose, pour se faire bien voir des électeurs ou pour en tirer des bénéfices personnels : il ne leur revient pas de paver des rues, d’équiper des écoles, d’installer des bornes fontaines ou d’offrir des ballons de foot et des couvertures. Ces actions démagogiques n’ont rien à voir avec la fonction de député. De plus, elles ne sont pas financées sur les fonds propres des élus, mais avec de l’argent mis à disposition par l’Assemblée nationale, même s’ils se gardent bien de le mentionner.

A cet effet, le SeFaFi a dressé un bilan de la dernière législature: de 2014 à 2018, l’Assemblée nationale aurait voté 271 textes. La durée des travaux en séances plénières a été de 262 heures en 2014, 167 h en 2015, 120 h en 2016, 124 h en 2017 et seulement 51 h en 2018 ! En tout, 344 heures auraient été consacrées aux activités législatives et 166 heures au contrôle des activités du Gouvernement par des questions-réponses souvent sans réel intérêt. Quant à l’évaluation des politiques publiques les députés l’ont totalement ignorée. Au vu de ces chiffres, les heures consacrées aux travaux en séances plénières n’ont cessé de baisser.

Laxisme total. En dépit des déclarations lénifiantes de la CENI et de la HCC, chacun sait que les élections restent largement manipulées. Ni l’une ni l’autre ne s’inquiètent de ce que 2,5 millions d’électeurs, soit 1 sur 5, ne figurent pas sur la liste électorale. La loi électorale scélérate de 2018, adoptée par quelques députés ouvertement corrompus, n’est toujours pas amendée en lien avec la société civile, alors que l’exécutif peut légiférer par ordonnances. Pendant ce temps, la CENI et la HCC ergotent sur le sens du mot « pré-campagne », une période qu’il est pourtant indispensable d’encadrer pour assurer une véritable égalité de chances à tous. Le champ étant laissé libre aux magouilles et à la démagogie, les partis et candidats ont déjà entamé leur campagne électorale.

Quant au financement de ces élections, le laxisme est total. En l’absence d’une transparence financière satisfaisante, comment lutter contre la corruption des candidats et l’achat des électeurs ? À l’instar des présidentielles, le candidat n’a pas à justifier l’origine des fonds utilisés, qu’ils proviennent du pays ou de l’étranger. Et aucune justification des dépenses n’est demandée. Le SeFaFi de déplorer également que « le nomadisme politique est en effet devenu le sport favori de nombreux spécialistes du « retournement de veste ».

Recueillis par Dominique R.

Source: http://www.midi-madagasikara.mg/a-la-une/2019/04/17/candidats-aux-legislatives-des-farfelus-des-parvenus-et-des-opportunistes-selon-le-sefafi/

https://tsimokagasikara.wordpress.com/2019/04/17/madagascar-candidats-aux-legislatives-des-farfelus-des-parvenus-et-des-opportunistes-selon-le-sefafi-midi/