AFGHANISTAN : PREMIERE SAIGNEE US

tourtaux-jacques Par Le 01/11/2021 0

Dans Afghanistan

Un premier groupe de daechistes dépose ses armes à l'Est

Monday, 01 November 2021 5:45 PM  [ Last Update: Monday, 01 November 2021 5:45 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le retrait des troupes américaines d'Afghanistan. ©Reuters

Des responsables talibans de la province de Nangarhar ont déclaré que 65 membres du groupe terroriste Daech se sont rendus.

Selon les responsables, les terroristes, avec la médiation des chefs tribaux des villes de Kot et Batikot dans la province de Nangarhar, ont déposé leurs armes et se sont rendus.

Les talibans ont déclaré que ces individus seraient sévèrement punis s'ils retournaient à Daech et prenaient les armes contre les talibans.

1er responsable iranien en Afghanistan

1er responsable iranien en Afghanistan

Le gouverneur de la province iranienne de Khorassan Razavi rencontre des dirigeants des talibans en Afghanistan.

Ces derniers mois, il y a eu plusieurs explosions, attaques armées et fusillades dans plusieurs provinces, notamment à Kaboul, dont la branche Khorasan de Daech a revendiqué la responsabilité.

Auparavant, certains responsables talibans, dont leur porte-parole Zabihullah Mujahid, avaient souligné que Daech n'était pas une menace sérieuse pour l'Afghanistan et que les talibans, à eux seuls, pouvaient combattre le groupe terroriste.

Cela intervient alors que des espions et des forces spéciales afghans formés aux Etats-Unis rejoignent Daech pour la protection contre les talibans, a rapporté le journal en ligne Southfront.

Selon Le Wall Street Journal , « il est important de noter que ces nouvelles recrues apportent à Daech une expertise critique en matière de collecte de renseignements et de techniques de guerre, renforçant potentiellement la capacité de l'organisation extrémiste à contester la suprématie des talibans ».

Comme preuve, le rapport cite « un officier de l'armée nationale afghane qui commandait le dépôt d'armes et de munitions de l'armée à Gardez, la capitale de la province du sud-est de Paktia, a rejoint la filiale régionale du groupe extrémiste, Daech-Province de Khorasan, et a été tué il y a une semaine dans un affrontement avec des talibans, selon un ancien responsable afghan qui le connaissait.

Les talibans font saigner la CIA!

Les talibans font saigner la CIA!

Daech-K décapité en Afghanistan.... 1er opération pro-Résistance des taliban?

« L'ancien responsable a déclaré que plusieurs autres hommes qu'il connaissait, tous membres des services de renseignement et de l'armée de l'ancienne république afghane, ont également rejoint Daech après que les talibans ont fouillé leurs domiciles et exigé qu'ils se présentent aux nouvelles autorités du pays », poursuit le rapport.

De manière alarmante, parmi ceux qui ont rejoint les rangs de Daech, craignant d'être tués par les talibans, se trouvent des membres des forces spéciales d'élite. Dans certains cas, ces forces spéciales afghanes auraient reçu une formation considérée comme l'élite que n'importe qui peut obtenir, étant donné que leurs instructeurs auraient été à un moment donné des US Navy SEALS ou des bérets verts.

Le WSJ en cite les exemples suivants : « Un habitant du district de Qarabagh, juste au nord de Kaboul, a déclaré que son cousin, un ancien membre supérieur des forces spéciales afghanes, avait disparu en septembre et faisait désormais partie d'une cellule de Daech. »

Le rapport explique comment des centaines de milliers de soldats nationaux afghans, d'officiers du renseignement et de police n'ont pas été payés depuis des mois depuis l'effondrement du gouvernement de Kaboul soutenu par les États-Unis - et en même temps, ils ont trop peur de se présenter à travailler ou s'identifier comme faisant partie de l'ancien gouvernement. À un moment où les talibans tentent d'éradiquer son rival Daech-K, ce personnel formé aux États-Unis, mécontent et sans emploi, est de la nourriture pour le recrutement de Daech.

Afghanistan: les USA déjà hors jeu?

Afghanistan: les USA déjà hors jeu?

Les États-Unis osent-ils à nouveau retourner en Afghanistan?

Et puis il y a cette croyance répandue intéressante mentionnée dans le rapport du WSJ :

« Les talibans ont longtemps prétendu que Daech-K était une création des services de renseignement afghans et des États-Unis qui visaient à semer la division au sein de ce groupe extrémiste, une affirmation démentie par Washington et par l'ancien gouvernement de Kaboul.

Déjà, un certain nombre d'attentats suicides et d'attentats à la voiture piégée ont fait des dizaines de morts dans quelques grandes villes, dont Kaboul, dont la plupart ont été imputés à Daech-K. Les responsables de Washington ont suggéré à plusieurs reprises la possibilité que le Pentagone puisse dans certains cas aider aux opérations anti-Daech (par exemple avec un soutien aérien) – mais jusqu'à présent, l'administration Biden a résisté à la mise en œuvre d'un plan aussi manifestement controversé, étant donné qu'il signifie travailler directement avec les talibans.

Le retrait américain d'Afghanistan ne signifie pas un changement de stratégie, mais seulement un changement de méthode ou de tactique.

Coup de Daech-K: qui est visé?

Coup de Daech-K: qui est visé?

Et c’était une bataille pour garder un carré US dans le ciel désaméricanisé du Moyen-Orient?

Les développements sur le terrain et les politiques des deux dernières décennies dans la région de l’Asie de l’Ouest ont montré que les États-Unis poursuivent leurs intérêts nationaux de trois manières :

- Guerres par procuration par la création de groupes terroristes

- Recherche de consensus et formation de coalitions intra-régionales et extra-régionales

- Déstabilisation interne et régionale

Comme cela a été le cas ces dernières semaines, la déstabilisation et le déclenchement des conflits par procuration sont une stratégie clé du gouvernement américain dans la période post-retrait.

La réhabilitation de Daech est l'un des principaux aspects de cette stratégie. Le rôle de Daech consiste à aider à faire avancer les objectifs à long terme dont le contrôle de la Chine, de la Russie et de l'Iran, ainsi que le maintien de l’équilibre des pouvoirs se trouvent à leur tête. Joe Biden, en particulier, et les démocrates américains en général, ont une grande expérience et expertise dans ce domaine.

Daech, qui a privé certains pays de la région, dont la Syrie et l'Irak, de la sécurité et de la stabilité politiques, psychologiques et militaires, et est allé jusqu'à former l'État le plus terroriste de l'histoire moderne, est un phénomène créé à l'origine par les démocrates américains.

Les États-Unis cherchent à « réussir après le retrait » d'Afghanistan. Leur retrait a suscité de vives réactions à l’intérieur des États-Unis, mais ils n’ont pas réussi à contenir la Russie, la Chine et l'Iran.

Afghanistan: qui rafle la mise?

Afghanistan: qui rafle la mise?

Le fiasco des Américains en Afghanistan promet leur retrait complet de l’Asie de l’Ouest.

Les 36 attentats terroristes en moins de deux mois, l'intervalle entre le retrait des troupes américaines d'Afghanistan et l'attaque contre les fidèles de Kunduz et de Kandahar, dont Daech a revendiqué la responsabilité, ne sont pas seulement le produit d'une politique basée sur l'ignorance ou la rivalité de Daech local avec les talibans pour le pouvoir, etc., mais sont des actions purement « ciblées » qui sont certainement menées en coordination avec la Maison blanche pour atteindre les objectifs définis après le retrait.

Ici, Daech est un outil pour insécuriser et déstabiliser un pays qui a de longues frontières avec l'Iran d'une part et la Chine et la Russie, le plus important rival stratégique et militaire des États-Unis dans le monde, d'autre part.

Un porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères a récemment déclaré que Moscou avait obtenu des preuves importantes, détaillées et complètes selon lesquelles les États-Unis collaboraient avec Daech en Afghanistan. Cette complicité non seulement n'a pas cessé avec le retrait US, mais elle s'est encore renforcée.

En fait, l'utilisation de Daech par la Maison Blanche a pour but d’empêcher un équilibre sécuritaire en faveur de l’axe Russie/Chine/Iran en Afghanistan. Le point qui mérite réflexion est que les talibans recherchent également des mécanismes pour renforcer les relations bilatérales et élargir la coopération globale avec les trois pays mentionnés.

L'équilibre qui prévalait auparavant en Afghanistan était un équilibre sécuritaire « négatif et destructeur » avec une nature américaine, pakistanaise et saoudienne. Cet équilibre s'est effondré avec le retrait des États-Unis.

L’équilibre qui se dessine actuellement en Afghanistan est un équilibre sécuritaire « positif et stabilisateur » avec la participation de la Chine, de la Russie et de l'Iran, qui conduira également à une coopération régionale.

Daech et la présence d’ordre sécuritaire et de renseignement de Washington en Afghanistan sont les seuls outils US pour contrer l'équilibre sécuritaire émergent en Afghanistan.

Taliban: Reconnaissance sino-russe!

Taliban: Reconnaissance sino-russe!

http://french.presstv.ir/Detail/2021/11/01/669708/Afghanistan-Daech-taliban-Iran-Russie-Chine

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire