COLLABOS AFGHANS : COMBINAISON ORANGE DE RETOUR ?!

tourtaux-jacques Par Le 30/08/2021 0

Dans Afghanistan

Collabos afghans : la combinaison orange de retour ?!

Cette histoire de réfugiés afghans fuyant leur pays et contraints de se disperser sur toute la planète alors que ce sont les Américains, leurs drones et leurs avions, qui les poussent à quitter leur pays natal plutôt que les talibans en tuant froidement les Afghans, commence à prendre des proportions un peu trop bizarres.

Concernant la France, alors que le contingent français ne comptait que 400 soldats, 3000 personnes auraient été évacuées ! Soit 2 600 de nationalités autres que françaises. Un pont aérien pour les non français ?! A quoi joue l'Occident ? Existe-t-il un flux international d'agents et de terroristes en transit vers des zones où l'Amérique cherche, en coulisses, à semer l'insécurité ?

Le cas africain est exemplaire : après l'Ouganda c'est en Somaliland, Zone grise du Pentagone, que ces supposés collabos sont envoyés.

Et pourquoi ? Parcourons le texte de l'AFP à ce sujet et relayé par RFI ce 29 août 2021. Après l’Ouganda cette semaine, c’est au tour du Somaliland d’ouvrir ses portes aux réfugiés en provenance d’Afghanistan, titre RFI.  

Depuis la prise du pouvoir par les talibans le 15 août, ils sont des dizaines de milliers à chercher à quitter le pays. Les États-Unis ont lancé un appel invitant la communauté internationale à accueillir temporairement des ressortissants afghans qui se trouvent toujours sur des bases militaires dans d’autres pays, comme le Qatar.

Le Somaliland, territoire autoproclamé indépendant, a annoncé, vendredi 27 août, avoir répondu présent à la demande américaine. La correspondante de RFI à Nairobi, Albane Thirouard, rapporte que pour l'instant, ce plan reste un accord « de principe ».

La République autoproclamée du Somaliland s’est dite prête à accueillir des réfugiés afghans, mais seulement pour une période transitoire. Le temps nécessaire pour organiser le transit de ces réfugiés vers d’autres pays d’accueil, comme les États-Unis.

Des discussions sont justement en cours avec des responsables américains, explique à l’AFP un porte-parole du ministère des Affaires étrangères du Somaliland qui précise que l'accord est à un stade préliminaire, qu’aucun détail sur les modalités techniques ou dates d'arrivées n'a encore été fixé. Le nombre de réfugiés concernés n’est pas encore connu non plus.

Le Somaliland héberge déjà plusieurs milliers de réfugiés, originaires principalement d’Éthiopie, du Yémen et de la Syrie. En ouvrant maintenant ses frontières aux Afghans, Hargeisa suit les traces de Kampala, qui a déjà accueilli 51 réfugiés en transit.

Une occasion aussi pour le Somaliland de se positionner sur la scène internationale. Car la région, auto-déclarée indépendante de la Somalie en 1991 n’est pas reconnue officiellement. Mogadiscio la considère comme faisant partie de son territoire. Même si Hargeisa possède son propre gouvernement et organise ses propres élections. 

E-Press : « Somaliland » autre nom d' un second "Guantánamo Bay" à ciel ouvert sur des terres africaines accaparées par la combine israélo-américaine et devenenu le tout nouveau centre de redistribution des terroristes.

Voici un bon conseil inspiré d'un mélange d'un récit coranique parabolique et d'un récit anecdotique enfantin destiné à nos frères afghans qui semblent totalement ignorer les conséquences négatives de leur décision hâtive sous l'impulsion de la machine de propagande américaine à la portée de presque tout le monde dans un tout petit smartphone et dont la lumière artificielle de son écran tactile n'éclaire souvent que le visage.

Un conseil amical qui prouve que même un prophète comme Jonas peut s'exposer à mille dangers s'il se fie à son propre jugement personnel et décide, sur la base d'une impulsion, de quitter sa ville où son peuple attend de recevoir le châtiment promis. A la vue du châtiment, ils décident de se repentir et leur péché est expié par un décret divin jusqu'au Jugement dernier.

L'enchaînement des événements tels qu'ils sont racontés par RFI, le média français pseudo-pro-africain, conduisent sans le moindre doute ces Afghans simplistes en quête d'une vie meilleure au parc d'attraction nouvellement créé par la société USA et les Frères « Somaliland », qui a transformé un Pinocchio capricieux en âne car il resta tout simplement sourd aux bons conseils de son père-fabricant Gepetto et de tous ceux qui s'inquiétaient à son sujet. Lui, le pauvre simplet qu’il était, au lieu de profiter du giron paternel, termina dans le ventre d'une baleine ! 

Avec l’AFP via RFI

http://french.presstv.ir/Detail/2021/08/30/665472/Collabos-afghans-a-quoi-joue-la-CIA

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire