100 ème ANNIVERSAIRE DE LA LIGUE DE LA JEUNESSE COMMUNISTE D'AFRIQUE DU SUD

tourtaux-jacques Par Le 31/05/2022 0

Dans Afrique du Sud

30 Mai 2022

Lundi 30 mai 2022
100e anniversaire de la Ligue de la jeunesse communiste d'Afrique du Sud


Dans une déclaration sur le 100e anniversaire de la Ligue des jeunes communistes d'Afrique du Sud, le Parti communiste sud-africain (SACP) souligne :
"Le Parti communiste sud-africain (SACP) salue la Ligue des jeunes communistes d'Afrique du Sud en cette occasion importante, la célébration du 100e anniversaire de la Ligue des jeunes communistes d'Afrique du Sud. L'activité des jeunes communistes dans notre pays, et plus précisément dans le centre de notre économie, Johannesburg, remonte à avant 1922. Elle remonte à 1921, juste après la formation du parti communiste. Toutefois, ce n'est que le 25 mai 1922 que le parti a créé la Ligue de la jeunesse communiste en tant qu'organisation nationale de la jeunesse, en tant que voix socialiste scientifique de la jeunesse sud-africaine.


Nous observons donc le 25 mai de chaque année comme marquant l'anniversaire de la fondation de la Ligue de la jeunesse communiste sous la direction du parti communiste. Cette année, nous célébrons ce jour comme une étape importante, le centenaire de la fondation de la Ligue de la jeunesse communiste, notre propre aile jeunesse du Parti communiste.

Le SACP salue les jeunes communistes pour leur contribution à notre lutte pour la libération et le socialisme. Bien que le régime de l'apartheid ait interdit le Parti communiste, y compris la Ligue des jeunes communistes, en 1950, en vertu de la loi sur la suppression du communisme, les jeunes communistes, jusqu'à l'âge de 35 ans, étaient présents en tant que membres du Parti lorsque celui-ci s'est reconstitué dans la clandestinité. Les jeunes communistes étaient présents dans la vie du parti, y compris dans la lutte armée, dans la mobilisation de masse et dans l'isolement international du régime de l'apartheid. Bien qu'il fut un temps où l'âge limite de la jeunesse dans le mouvement communiste mondial était de 28 ans, aujourd'hui en Afrique du Sud, nous utilisons l'âge limite de 35 ans pour désigner, rétrospectivement, les militants communistes de cet âge et plus jeunes que cela comme des jeunes communistes.

Après une évaluation minutieuse de l'état de l'organisation de la jeunesse dans notre pays lors de notre 11e Congrès national qui s'est tenu à Rustenburg en 2002, le SACP a décidé de rétablir la Ligue des jeunes communistes. Bien que nous ayons eu des jeunes communistes après la levée de l'interdiction en 1990 dans les rangs du Parti, comme depuis le début, la réalité de notre situation exigeait de plus en plus que nous rétablissions une organisation communiste dédiée aux jeunes, l'aile jeunesse de notre Parti et la voix socialiste scientifique de la masse des jeunes. Surtout après que le gouvernement ait imposé le projet de classe néolibéral GEAR de 1996, il est devenu tout à fait clair que nous avions besoin du changement d'organisation du Parti dans les rangs de la jeunesse.

À l'époque, nous n'avions pas de voix dédiée à la jeunesse pour faire face à l'échec de la politique économique néolibérale. En raison de l'échec de la politique économique néolibérale, le chômage a augmenté en 1996 pour atteindre le taux annuel le plus élevé, supérieur à 20 % selon la définition étroite. Cela exclut les demandeurs d'emploi découragés. Inutile de mentionner le taux de chômage élargi qui inclut les demandeurs d'emploi découragés. Le taux de chômage total a toujours eu une portée et un impact plus importants que le taux de chômage étroit officiellement préféré.

Depuis le projet de classe GEAR de 1996, le chômage dans notre pays n'a jamais été ramené à 20 %, sans parler de tout niveau inférieur, après avoir atteint son niveau le plus bas dans notre régime démocratique, mais qui était de 16,5 % selon la définition étroite en 1995. En raison du régime politique néolibéral et de ses échecs, le chômage a fluctué au-dessus des 20 %, augmentant avec chaque crise systémique (par exemple, la crise économique mondiale de 2008, la fin du super-cycle des minéraux mondiaux en 2011 et la pandémie mondiale de COVID-19). Elle a maintenant atteint des niveaux catastrophiques inouïs. Dans tout cela, la jeunesse africaine en particulier et la jeunesse noire en général sont les plus durement touchées. Au sein de ces groupes de population, la majorité des personnes les plus touchées sont des jeunes femmes. C'est ce qui nous a profondément préoccupés et nous préoccupe encore aujourd'hui.  

Grâce à une organisation de jeunesse communiste dévouée, à la voix et à l'action de la Ligue des jeunes communistes, nous avons commencé à construire une vision du monde différente qui remet en cause le régime politique néolibéral dans les rangs de la jeunesse, couche cruciale de notre société. Rome ne s'est pas construite en un jour. En outre, le régime politique néolibéral est soutenu par de puissantes institutions supranationales et des courroies de transmission nationales disposant de plus de ressources que notre opposition à ce régime.

Avec les progrès notables que nous avons réalisés dans les rangs de la jeunesse, nous sommes convaincus que le rétablissement de la Ligue des jeunes communistes était un pas dans la bonne direction. Nous attendons avec impatience une JCL beaucoup plus forte, qui se renforce en quantité et en qualité, tant en termes d'adhésion que d'influence et d'impact, dans les rangs de la masse de la jeunesse.

Le SACP a décidé de forger un mouvement populaire de front de gauche, de faire entrer la révolution démocratique nationale dans une deuxième phase radicale, et de faire progresser, d'approfondir et de défendre la révolution sur tous les fronts. La tâche de la Ligue des jeunes communistes est de jouer son rôle dans les rangs de la jeunesse en construisant un mouvement de jeunesse populaire de front de gauche.

Comme nous l'avons résolu, l'Alliance dirigée par l'ANC doit se reconfigurer pour renforcer sa pertinence stratégique et optimiser son impact. Nous avons déployé des efforts pour réaliser cette reconfiguration. Toutefois, compte tenu des réalités qui se dessinent, nous ne pouvons pas investir tous nos espoirs dans des résultats favorables à cet égard. Par exemple, la reconfiguration ne peut se réduire à un certain nombre de réunions de l'Alliance, en excluant d'ailleurs les sommets de l'Alliance sur la politique économique, organisés depuis que le SACP a mis la question à l'ordre du jour de l'Alliance. Elle concerne à la fois la forme organisationnelle et l'essence de l'Alliance.

En termes d'essence, la reconfiguration vise en particulier à recentrer le contenu révolutionnaire et la stratégie partagée de l'Alliance, la révolution démocratique nationale proprement dite. Celle-ci est incompatible avec le néolibéralisme. C'est-à-dire que c'est le contraire direct du néolibéralisme. Par conséquent, dans le cadre de sa reconfiguration, l'Alliance doit dénoncer le néolibéralisme, tant en théorie qu'en pratique, et le faire reculer dans l'espace des politiques publiques, y compris au Trésor national et à la Banque de réserve, dans les politiques fiscales et monétaires. Poursuivre le même régime politique néolibéral qui a échoué ne résoudra pas la crise - les niveaux élevés de chômage, de pauvreté, d'inégalité et la crise de reproduction sociale qui y est associée.

Nous devons approfondir notre lutte pour un changement d'orientation politique. Comme pour la reconfiguration de l'Alliance, à moins que nous ne renversions ensemble l'équilibre des forces de classe, avec la CMJ de plus en plus forte parmi les jeunes, il est peu probable que nous réalisions une percée. Construire l'unité de la classe ouvrière la plus large possible dans les rangs de toutes les couches de la classe ouvrière, y compris la jeunesse, en forgeant entre autres un mouvement populaire de front de gauche, est la voie à suivre. Cela est vrai pour toute autre forme de compétition politique. Joe Slovo nous rappelle les mots de Vladimir Lénine dans son pamphlet populaire de 1988 intitulé "South African Working Class and the National Democratic Revolution" :

"Pour devenir une puissance, les travailleurs conscients de leur classe doivent gagner la majorité à leur cause. Tant que la violence n'est pas utilisée contre le peuple, il n'y a pas d'autre voie vers le pouvoir. Nous ne sommes pas des blanquistes, nous ne sommes pas favorables à la prise du pouvoir par une minorité. " (Lénine, Œuvres choisies, vol. 2)   

C'est un appel au clairon pour renforcer nos efforts afin de construire l'unité, le pouvoir et l'hégémonie maximale de la classe ouvrière, pour réaliser un changement et avancer vers une percée révolutionnaire sur tous les sites de la lutte et les centres clés du pouvoir sociétal, y compris les plus concentrés, l'économie et l'État.  

Nous nous réjouissons de voir une CMJ toujours plus forte, qui fait avancer, approfondit et défend les intérêts et les aspirations de la jeunesse, et qui place la jeunesse avant les profits. L'UCJ a déjà eu un impact sur les jeunes grâce à sa campagne "Make Education Fashionable", à sa campagne "Joe Slovo Right to Learn", à sa campagne "Free Education", à sa campagne "Free Sanitary Towels" et à ses autres campagnes. Ce travail doit être renforcé.

Nous voulons profiter de cette occasion pour réitérer notre solidarité avec les travailleurs en grève de Sibanye-Stillwater, dont le PDG Neil Foreman a été payé à lui seul 300 millions de rands par la maison minière en 2021. L'homme ne veut que des millions pour lui et les actionnaires. Avec son conseil d'administration, il refuse d'accorder aux travailleurs exploités de la compagnie minière une simple augmentation de salaire de 1 000 rands.

Ensemble, en tant que membres de la classe ouvrière, nous devons relever le défi d'affronter les oligarques économiques, non seulement à Sibanye-Stillwater, mais aussi dans l'ensemble de notre économie. Si nous ne le faisons pas, les oligarques économiques continueront à creuser les inégalités en amassant la totalité de l'excédent de production en termes de valeur. C'est la tâche de la jeunesse d'être active dans cette lutte pour la justice sociale et l'émancipation universelle".
solidnet.org


source : https://www.idcommunism.com/2022/05/100th-anniversary-of-young-communist-league-of-south-africa.html

Tag(s) : #YCLSA#AfriqueduSud#Communiste

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire