CAMEROUN, MACRON N'EST PAS LE BIENVENU

tourtaux-jacques Par Le 20/07/2022 0

Dans Afrique

 Cameroun : Macron pas le bienvenu ! 

La visite d’Emmanuel Macron au Cameroun se précise. Le service de presse et veille de l’Élysée, en liaison avec l’Association de la presse présidentielle, assure que les dispositions pour le logement et le transport des journalistes ont déjà été prises. De même, plusieurs sources font savoir que des tractations sont en cours pour l’élaboration de l’agenda de cette visite. Et même que certains rendez-vous sont déjà actés. 

Le premier rendez-vous concerne bien sûr l’entretien attendu entre Emmanuel Macron et son homologue camerounais, Paul Biya. Selon la presse panafricaine, les deux hommes pourront discuter des nouveaux enjeux sécuritaires dans le Golfe de Guinée, de l’influence de Moscou, de la crise anglophone, de la menace de Boko Haram dans le nord du pays et des questions politiques. 

Emmanuel Macron est aussi censé rencontrer certains des jeunes camerounais qui ont assisté au sommet Afrique-France de Montpellier d’octobre 2021 lors d’une séquence consacrée à la société civile. Cette information est confirmée par Paul Joël Kamtchang, le secrétaire technique du Conseil pour le suivi des recommandations du sommet de Montpellier. 

Une source proche du Groupement inter-patronal du Cameroun (Gicam) laisse entendre que tout est prêt pour une rencontre entre Emmanuel Macron et les patrons camerounais. Les contacts entre le patronat et Paris sont d’ailleurs très avancés. 

Le 8 juin dernier, Célestin Tawamba a écrit au président français qui présidait alors le Conseil européen. Le président du Gicam sollicitait la tenue d’un sommet Union européenne (UE)-Union africaine (UA), élargie au secteur privé et à la société civile dans le but d’examiner la conjoncture économique internationale. Comme réponse à cette lettre, le 23 juin dernier, Célestin Tawamba a reçu Marie Audouard, la conseillère Afrique et diasporas d’Emmanuel Macron. 

Par ailleurs, plusieurs programmes sur cette visite en circulation sur les réseaux sociaux laissent entendre qu’il y aura des tête-à-tête entre Emmanuel Macron et quelques opposants camerounais, à l’instar de Maurice Kamto. Contactée, Luce Delmotte, l’attachée de presse de l’ambassade de France au Cameroun, ne confirme rien. Elle indique qu’il faut attendre que cette visite soit officialisée par l’Élysée et le palais d’Etoudi qui doivent par ailleurs en déterminer le programme. 

Le Mouvement Réformateur accuse Emmanuel Macron de venir « perpétuer l’héritage colonial » au Cameroun 

Cette formation politique croit connaitre les grandes lignes de l’agenda du chef de l’État français annoncé en visite au Cameroun le 26 juillet prochain. 

Depuis l’annonce d’une visite officielle du président français Emmanuel Macron au Cameroun, l’élite intellectuelle et politique rivalisent d’arguments pour exprimer son ressentiment de l’arrivée de l’homme d’Etat, dont l’agenda n’est pas encore rendu officiel, ni par l’Elysée, encore moins par Etoudi. Cependant, le parti politique d’opposition Mouvement Réformateur (MR), croit connaitre les grandes lignes de cette visite d’Emmanuel Macron, et indique qu’elle est essentiellement orientée vers la défense des intérêts français au Cameroun, mais surtout sur les batailles de succession que se livrent certains caciques dans le sérail pour la prendre la place Paul Biya à la tête de l’Etat. 

« L’heure est grave. Emmanuel Macron ne vient pas à Yaoundé en villégiature. Mis à part le passage express et sans considération de 6h de François Hollande en juillet 2015, 23 ans après la visite du Président Chirac en juillet 1999, Emmanuel Macron, vient au Cameroun pour perpétuer l’héritage colonial au mépris des aspirations démocratiques du peuple camerounais », a commenté Samuel Billong, le président du MR, dans un communiqué rendu public ce mardi 19 juillet 2022.  

Il invite avant toute chose le président français à solder le passif historique qui existe entre le Cameroun et la France, et à « reconnaitre les crimes et massacres commis pendant la guerre d’indépendance dans notre pays », tout en le mettant en garde contre son éventuelle une implication, qui serait jugée « pernicieuse », dans la transition qui s’annonce à la tête du pays. 

La panafricaniste Nathalie Yamb rappelle qu’en décembre 2019, le président français Emmanuel Macron avait requis son expulsion de la Côte d’Ivoire avant qu’il n’y mette le pied. 

Ironiquement, Nathalie Yamb attend de voir comment il lui sera demandé de quitter le Cameroun avant l’arrivée du président français Emmanuel Macron, comme ce fût le cas en 2019 en Côte d’Ivoire. 

« En décembre 2019, Macron avait exigé que je sois expulsée de Côte d’Ivoire avant son arrivée. Il paraît qu’il veut venir au Cameroun qui, rappelons-le, a signé en avril un accord de coopération militaire avec la Russie. Je suis au pays. Je vais voir comment il va me faire expulser cette fois », a-t-elle écrit sur son compte Twitter. 

« La France considère toujours le continent africain comme sa propriété. Nous voulons sortir du franc CFA. Nous voulons le démantèlement des bases militaires françaises qui, sous le couvert d’accords de défense bidons, ne servent qu’à permettre le pillage de nos ressources, l’entretien de rebellions, l’entraînement de terroristes, etc. », avait-elle déclaré. 

« Ils l’ont mis dans l’avion pour Zurich avec un changement à Paris. Elle a découvert sa destination à l’aéroport. On a pu lui parler brièvement. On lui reproche une activité incompatible avec l’intérêt national, nous a-t-elle dit », avait rapporté Mamadou Koulibaly, ancien président de l’Assemblée nationale et chef de file du parti Lider au sein duquel Yamb militait.

http://french.presstv.ir/Detail/2022/07/20/685927/Cameroun---la-France-tremble

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire