LE MALI BRISE L'EMBARGO !

tourtaux-jacques Par Le 03/03/2022 0

Dans Afrique

Le Mali brise l’embargo ! 

Au Mali, les échecs de la force d’occupation se multiplient, non seulement sur le plan politique ou sécuritaire, mais également économique.

À peine quelques semaines après l’embargo occidental imposé au Mali, pays qui au bout de huit ans occupation militaire par les forces françaises puis otaniennes, israéliennes et américaines n’entend plus se laisser faire, pays héritier d’un empire où la population, forte de sa foi a décidé de prendre son destin en main, le Mali trouve une à une les solutions afin de contourner ces sanctions et pas de moindres :

Au Mali, le coton est la principale culture de rente. Face à la décision des pays de la CEDEAO de fermer leurs frontières avec le pays en attendant un nouveau calendrier électoral, les autorités cherchent des moyens alternatifs pour expédier la fibre.

La Compagnie malienne pour le développement des textiles (CMDT) a procédé le vendredi 25 février dernier, au lancement de la première vague d’exportation de coton via la Mauritanie. C’est ce qu’a rapporté l’Agence malienne de presse (AMAP).

Dans les détails, 53 camions ont pris le départ de la commune de Kati située à 15 km de Bamako en direction du Port autonome de Nouakchott pour embarquement vers les marchés d’exportation.

D’après Modibo Keita, ministre du Développement rural, l’utilisation du corridor Bamako-Nouakchott pour l’évacuation de l’or blanc malien permettra de faire face aux sanctions de la CEDEAO qui empêchent le pays d’utiliser les canaux traditionnels que sont les ports de Dakar, d’Abidjan et de Lomé.

Plus spécifiquement, l’opération aidera la CMDT à désengorger ses usines d’égrenage et à respecter les dispositions relatives aux délais de livraison dans les contrats noués avec les importateurs de la matière première qui proviennent majoritairement d’Inde, de Chine et de Thaïlande.

« C’est une alternative crédible parce que le corridor mauritanien n’est pas méconnu des transporteurs maliens. Dorénavant, on ne va plus mettre tous nos œufs dans le même panier. Nous allons diversifier nos partenaires et renforcer nos collaborations », a confié à l’AMAP, Youssouf Traoré, président du Conseil malien des transporteurs routiers (CMTR).

Dans le pays, les autorités anticipent une récolte de 810 000 tonnes de coton en 2021/2022 contre seulement 147 000 tonnes en 2020/2021. Le prix du kilogramme a été revalorisé à 280 FCFA durant ladite année contre 200 FCFA un an plus tôt. 

Cette décision pourrait être un début pour la mise en cause du FCFA, le Mali étant capable d’entrer dans des systèmes d’échange basé sur le troc, et éviter tout recours au FCFA.

C’est un échec à double sens pour la France, puisqu’il y a 24heures, on a appris que les coopérants français au sein des différents ministères du Mali seront retirés.

Quelque temps après le retrait définitif des forces françaises du territoire malien, c’est au tour des différents coopérants. En effet, c’est « » coopérants » », présents dans les différents ministères ainsi qu’au sein de l’état-major, en tant que conseillers des autorités et apportant de même une aide dans les ministères, ne seront bientôt plus à la manœuvre.

L’information a été portée par le chargé d’affaires de l’ambassade de France, Laurent Favier, a l’issue d’un entretien avec le ministre malien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Abdoulaye Diop.

L’exportation du coton malien vers la Mauritanie, le retrait des forces Barkhane, le retrait des conseillers, le rapprochement avec l’axe de l’Est, le blocage du ciel malin aux vols interventionnistes des forces étrangères et enfin la résistance exemplaire du peuple malien face à la force d’occupation, n’est que le début d’une grande vague anticolonialiste qui ne fait que commencer.

La résistance malienne et même sahélienne est passée à l’action. Les messages sont passés, ni les sanctions, ni les menaces et ni les pressions ne feront reculer le peuple malien.

http://french.presstv.ir/Detail/2022/03/03/677900/Le-Mali-brise-l-embargo--

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire