MALI : LES FAMAS AVANCENT, LES TERRORISTES EN DEBANDADE. PLUS AUCUN PAYS NE PEUT COLONISER LE MALI !

tourtaux-jacques Par Le 09/05/2022 0

Dans Afrique

Mali : les Famas avancent, les terroristes en débandade 

Au Mali, alors que la France cherche à noyer le poisson concernant l'affaire du charnier en se montrant indignée de la décision de Bamako de rompre les vieux accords de défense qui enchaînent le Mali à la France. La désinformation est telle, qu'en Europe, les gens croient encore que le territoire malien est pratiquement entre les mains des terroristes. Alors que l'armée malienne continue ses avancées spectaculaires.

L’armée malienne a neutralisé une soixantaine de terroristes et interpellé 16 autres dans des offensives militaires menées dans le cadre du plan « Maliko » et de l’opération « Kélétigui », dans le nord-ouest et le centre du Mali, contre des bases des groupes terroristes, au cours desquelles 2 soldats ont été tués et 10 autres blessés, indique un communiqué publié vendredi soir par l’État-Major général des Armées maliennes.

« Dans les régions de Koutiala, Bougouni et Sikasso, les priorités opérationnelles ont porté sur la précision des renseignements et les recherches des terroristes, auteurs de l’incident des infrastructures étatiques de Molobala, les assassins d’un agent de la douane et de 2 bénévoles à Bougala-Sikasso et les pyromanes du DCAP de Kléla, de même que le suivi des mouvements des groupuscules terroristes enregistrés », souligne un communiqué de la Direction de l’Information et des Relations publiques des Armées (DIRPA).

« Dans la région de Nara et de Koulikoro, les reconnaissances offensives dans les secteurs de Dalibougou, Kamissara, Boromo et Madina Sacko et les tirs d’artillerie suivis de fouilles dans la forêt de Troungalé et les collines de Tola ont fait le bilan suivant : 16 terroristes neutralisés, 8 terroristes interpellés, divers matériels détruits y compris des motos, des engins de fabrication d’EEI, des armes et des munitions et 3 Ak-47 en bon état récupérés », poursuit le communiqué.

Sur le théâtre Est de l’opération Maliko, « des frappes ont dispersé une vingtaine de terroristes en mouvement dans le secteur de N’Dacki, avec la destruction d’un pick-up et la neutralisation de 8 terroristes », ajoute la DIRPA.

Le communiqué indique également qu’une opération aéroportée sur les lieux de destructions d’un important plot logistique opérationnel du 24 avril 2022 dans le secteur de Niasso-Sebe et Sossobe- Togoro « a permis de recueillir d’importants renseignements », soulignant qu’ »une patrouille des Forces armées maliennes Fama sur l’axe Bankass-Bandiagara a récupéré une citerne volée à l’Energie du Mali ».

De même source on ajoute que dans la région de Douentza, à Maliko, une patrouille FAMA sur la route Mondoro-Boni a réagi à une embuscade faisant côté ami, 2 morts et 10 blessés, 2 engins endommagés et côté ennemi, 22 terroristes neutralisés, 1 véhicule équipé de mitrailleuse 14, 5 mm, divers armements et munitions récupérés.

« Dans la région de Segou, l’exploitation des renseignements a permis de cibler les réseaux de renseignements terroristes faisant 10 terroristes neutralisés et 8 suspects arrêtés et un otage civil libéré », relève le communiqué de l’armée.

Ces opérations s’inscrivent dans le cadre des actions menées par l’armée malienne pour la recherche et la destruction des sanctuaires terroristes dans le cadre du plan « Maliko » et de l’opération « Kélétigui », note le communiqué.

Il est donc extrêmement important de relayer un maximum d'information concernant les avancées de l'armée malienne, pour que les gens sachent que l'armée malienne est en train d'avancer dans sa lutte contre le terrorisme, et aussi, que le Mali est en train de tenir en échec la CEDEAO et ses sanctions qui ne servent à la base qu'à mettre le peuple malien sous pression.

Plus aucun pays ne peut coloniser le Mali ! 

Malgré l'arrivée des nouveaux partenaires internationaux dans l'équation malienne, Bamako reste tout de même prudent et ne veut en aucun cas répéter les mêmes erreurs du passé.

Bamako est effectivement résolu à mettre Paris à genoux et à dénouer toutes les ficelles de la coopération militaire insatisfaisante qui le lient à la France, et ce, dans les moindres détails. Déjà sur la mise à la porte de l’armée française, force peu probante et fortement décriée au sein de l’opinion malienne, est l’objet de l’anathème des autorités maliennes qui l’accusent désormais d’espionnage et de subversion. Un divorce déjà consommé qui permet au Mali d’affermir ses liens avec d'autres partenaires réputés plus fiables et plus efficaces. D'ailleurs, Paris étant éjectée et son influence morte au Mali, le président Assimi Goita a eu également une rencontre avec l'activiste panafricaniste, Kami Seba. Ce qui montre déjà que Paris est bien loin du Mali. Même s'il y a encore une certaine présence militaire occidentale, avec la rupture des accords de défense, les Occidentaux étant présents en toute illégalité, ne peuvent donc plus bouger d'une oreille sous peine d'être sanctionnés par Bamako ou encore par l'armée malienne.

Dans la logique de la retentissante procédure de divorce qu’il a engagée depuis des mois d’avec la France, le Mali vient de faire un pas supplémentaire vers la porte de la séparation et des « adieux » sans regret. Déterminées à aller jusqu’au bout du clash qu’elles estiment libérateur et refondateur pour la Nation, les autorités maliennes ont pris la ferme option de « dénoncer » ou briser les accords de défense qui lient Bamako et Paris. Une décision aussitôt vivement applaudie par tous ceux et celles (ils/elles sont des millions) qui voient là la reconquête accélérée et « sans peur » du champ de la souveraineté nationale trop longtemps hypothéquée par ce qu’ils considèrent comme une duplicité systématique de l’ex-puissance coloniale.

Exit donc la France avec ses ramifications que sont Barkhane et Takuba ! Et vive la nouvelle alliance renforcée avec la très puissante Russie qui s’illustre comme une partenaire plus fiable et plus efficace ! C’est le nouveau pari géostratégique des autorités maliennes et dont l’ambition première est d’écraser la fourmilière terroriste qui dévaste la patrie depuis des années. Ainsi, ayant éconduit la France sans ménagement, le Mali s’engage dans une coopération militaire qui semble « tout bénéfice » avec Moscou. Bien entendu, à l’épreuve des faits très récents et actuels, il est indéniable que l’apport militaire russe permet progressivement à l’armée malienne d’asséner des coups de plus en plus décisifs aux hordes terroristes. Dans le centre du pays, l’action jumelée des FAMAs et des unités russes est en train de réduire la force de nuisance des groupuscules terroristes qui, en maints endroits, se voient contraints de revoir leurs criminels objectifs à la baisse.

Pour autant, le Mali se doit, avant de pousser loin dans cette nouvelle alliance, de tirer les leçons (toutes les leçons) du passé afin de ne pas retomber dans les mêmes erreurs des non-dits et des contours contractuels opaques. Avec les alliés russes, la transparence imbibée de précisions doit être la boussole du partenariat scellé. De A à Z, du premier à l’ultime alinéa, virgule par virgule… tous les termes de l’accord entre l'État malien et la Russie doivent être tracés à l’encre tricolore de la netteté-clarté-vérité.

Car, « le diable » étant « dans les détails » et le démon prospérant dans l’opacité, il faut éviter que le pacte russo-malien ne soit une répétition à peine modifiée des mêmes zones d’opacité et des mêmes chapitres d’ambiguïté qui ont permis à la France de tenir Bamako sous le joug néocolonial pendant des années. À présent, la meilleure approche pour le Mali est donc celle-ci : si l’on est parvenu à se délier d’un contrat imposé par la France, il nous faut nous assurer de ne pas avancer dans un contrat miné de flous avec d’autres partenaires, si performants soient-ils.

Au nom de ce principe de clarté dans toute coopération, principe qui a fait tant défaut par le passé et qui a soumis la patrie à tant d’humiliations, il devient nécessaire d’associer le peuple malien aux tenants et aboutissants du contrat que le pays a noué avec la Russie. Nature et conditions des accords, contreparties, rayons d’action, etc. ; plus le peuple sera tenu informé des chapitres entre le Mali et ses partenaires, mieux les pièges seront évités. Les citoyens ont d’autant plus le droit d’être imprégnés des détails des accords signés par les dirigeants maliens, que, chaque fois qu’ils sont sur la défensive sur un sujet majeur, nos gouvernants font justement appel à la mobilisation populaire des Maliens pour tenir face aux « pressions exogènes ».

Rompre définitivement avec les pratiques désavouées du passé est, de l’aveu des autorités actuelles elles-mêmes, la boussole de leur conduite pour « une gouvernance vertueuse » au profit de tous les Maliens. Soit. Mais pour que cette affirmation ne demeure pas à l’état de simple discours, il est plus que jamais nécessaire d’éclairer les nouveaux accords de défense qui engagent l’avenir de la Nation avec les projecteurs de la transparence la plus totale. Car, l'histoire malienne récente nous l’a suffisamment appris : tout ce qui se fait au nom du peuple malien, mais à l’insu du peuple malien, a toutes chances d’être rejeté par le peuple malien.

http://french.presstv.ir/Detail/2022/05/09/681778/Plus-aucun-pays-ne-peut-coloniser-le-Mali--

 

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire