ALGER : DES FEMINISTES DENONCENT LES ATTEINTES AUX LIBERTES DES FEMMES

Hier, devant le tribunal Abane Ramdane à Alger : Un collectif de féministes dénonce les atteintes aux libertés des femmes

Écrit par 
 
 
 

Une dizaine de femmes militantes se sont rassemblées, hier, devant le tribunal d’Abane Ramdane à Alger. Elles ont choisi ce « symbole de la justice », ont-elles dit sur place pour exprimer leur « inquiétude » face à la montée des actes d’hostilité et d’agression faites aux femmes ; et pour interpeller les pouvoirs publics sur le respect des libertés fondamentales pour chaque citoyen et citoyenne. Ces femmes se sont rassemblées dans le cadre d’un «collectif de vigilance» qu’elles ont créé la semaine dernière à Alger à la suite des attaques récentes qu’ont subies des femmes à l’entrée d’édifices publics sous prétexte qu’elles n’étaient pas habillées correctement. «Nous sommes inquiètes de la montée des actes hostiles aux femmes et de la banalisation des violences à leur égard. Nous refusons qu’on dicte aux femmes leur façon de s’habiller », ont-elles expliqué à Reporters. Elles sont venues manifester devant le tribunal Abane Ramdane, ont-elles précisé, en signe de solidarité avec Lina Rym Sobhi. Cette jeune femme, professionnelle des médias, a été empêchée par un agent de sécurité, dimanche dernier, d’entrer à la Cour d’Alger sous prétexte qu’elle portait une tenue jugée « indécente ». Elle avait les bras nus seulement.
Pour le collectif, le cas de Lina Rym Sobhi n’est pas un précédent ni un cas isolé. C’est au contraire un fait révélateur de la montée d’un vent d’hostilité à l’égard des femmes. Plusieurs d’entre elles, signale-t-on, ont été apostrophées, voire agressées pour avoir porté des jupes ou des tenues « non islamiques », selon certains témoins qui rapportent les propos qui ont été proférés devant elles. « Donnez-nous le texte de loi qui interdit aux femmes de mettre une jupe, un short ou un teeshirt sans manches », a déclaré l’une des manifestantes qui a déclaré que cette action ne sera certainement pas la dernière. Le danger, a affirmé une autre, est de ne pas réagir à la banalisation de faits attentatoires à la liberté des personnes et des femmes en particulier.

http://www.reporters.dz/index.php/actualites/item/50204-hier-devant-le-tribunal-abane-ramdane-a-alger-un-collectif-de-feministes-denonce-les-atteintes-aux-libertes-des-femmes


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau