HAKIM MEGATLI : LES VAINES GESTICULATIONS FRANCAISES

Les vaines gesticulations françaises

sondage.hollande-et-valls-en-forte-baisse-sarkozy-degringole

 

Par Hakim Megatli | 14/05/2016 | 20:45

Avec les français, il y a toujours une excuse particulière pour justifier une déclaration intempestive, un geste déplacé voire une provocation gratuite à l’égard de l’Algérie. Ces derniers jours, c’est à un faisceau de comportements nuisibles que l’on assiste de la part de hauts responsables français qui s’adonnent à un acharnement inédit notamment sur l’état de santé du président Bouteflika.

De Sarkozy, à Debré en passant par Valls, Hollande, et plus loin Gérard Longuet et son horrible bras d’honneur, la France officielle nourrit une sorte d’horreur «cordiale» vis-à-vis de l’Algérie. Un pays que de larges secteurs de l’ancienne puissance coloniale considèrent à ce jour comme un paradis perdu. Cette «nostalgérie» est telle que l’on hésite pas à déverser son fiel sur les responsables algériens à chaque fois que l’occasion est offerte à un haut responsable français.

A grands renforts médiatique, l’establishment parisien de droite comme de gauche, rivalise sur la façon la plus cinglante de «casser» de l’Algérie. Pour ce faire, on puise dans le même réservoir qui englobe tout à la fois, l’islamophobie, l’assimilation des islamistes algériens à des terroristes, le révisionnisme de ce que fut la longue nuit coloniale et maintenant la maladie du président Bouteflika.

Sur la base de ces éléments, on élabore des scenarii parfois fantasmagoriques, on tire des plans sur la comète et on annonce même une guerre civile… ! Pourquoi tout ce boucan français à l’égard de l’Algérie qui est un pays indépendant depuis 1962 ?

Debré dit ce qu’il ne devait pas dire !

C’est à croire que Paris dispose encore d’un droit de regard sur la conduite à tenir en Algérie et que ses responsables doivent être associés à toutes les mesures à prendre. Jean-Louis Debré vient de se distinguer par un comportement pour le moins inélégant en se permettant de publier le contenu d’une discussion en tête à tête qu’il a eu avec le président Bouteflika.

Dans son livre à paraitre prochainement, Debré s’épanche sur «Ce que je ne pouvais pas dire». Quelle loyauté ! L’ancien président du Conseil constitutionnel français (2012-2016) raconte dans le menu détail l’échange qu’il a eu avec le président Bouteflika le 9 décembre 2015 à Alger, le décrivant très souffrant.

L’a-t-il autorisé à le faire ? Sans doute non. Mais Debré tout comme Valls qui a tweeté la fameuse photo ont le même objectif : Fourrer leur nez dans la cuisine algérienne et si possible, peser sur la succession espèrent-ils. Cela s’inscrit en droite ligne de cette campagne continue des politiques et des médias français visant à fragiliser l’Algérie en allumant des foyers de tension.

Sauf que ce jeu malsain produit l’effet inverse en ce sens que les algériens restent allergiques aux gesticulations de l’ancienne puissance coloniale. Ils savent que la France qui a toujours soutenu des régimes despotiques en Afrique et au Golfe a certainement un calcul derrière la tête.

http://www.algerie1.com/actualite/les-vaines-gesticulations-francaises/


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau