IKRAM GHIOUA : L'ALGERIE DOIT-ELLE S'INQUIETER?

RETOUR DE LA VIOLENCE AU MALI

L'Algérie doit-elle s'inquiéter?

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font

En Algérie on est très attentif à ce qui se passe et on suit avec intérêt l'évolution de la situation.

L'Algérie doit- elle s'inquiéter du retour des violences au Mali? Cela constitue-t- il une menace pour sa sécurité? A qui profite la situation de chaos, notamment après la signature du traité de paix entre les partis en conflit à Alger? Avec ses nouvelles donnes, beaucoup en tout cas sont préoccupés, craignant que tous les efforts de l'Algérie n'aient servi à rien. Les premiers éléments de l'enquête indiquent qu'il s'agit d'un groupe terroriste affilié à la sinistre Al Qaîda au Maghreb.
Pour le moment, un proche du prédicateur islamiste radical malien Amadou Koufa et ancien élément dans une unité de Mokhtar Belmokhtar, a revendiqué l'attaque d'un hôtel à Sévaré. Sur le site Mali-Actu.net, il est souligné que «les enquêteurs ont retrouvé des numéros de téléphone et des adresses sur les corps de terroristes abattus lors de la tentative de prise d'otages, le 7 août à l'hôtel Byblos de Sévaré qui a fait 13 morts». Le même site ajoute que «la thèse du mouvement de libération de Macina se précise. Une carte d'identité trouvée sur l'un d'entre eux mentionne (le nom de) Tamboura qui serait né à Ténenkou, un village dans la zone géographique du Macina», précisant que «les enquêteurs sont sur les traces des hommes d'Hamadoun Kouffa, allié à Al Qaîda au Maghreb islamique et surtout décidé à recréer l'Empire théocratique du Macina».
Cette attaque intervient peu après la signature du traité de paix entre les partis en conflit au Mali, après négociations à Alger. Des sources sont affirmatives, la paix au Mali n'arrange pas les affaires de certains aux grands appétits. L'Algérie doit rester vigilante quant à sa sécurité et toute violence à ses frontières considérée comme une menace, confient les mêmes sources, ajoutant que des mesures supplémentaires à ses frontières avec le Mali ont été prises. La plus grande menace c'est la circulation des armes.
Le groupe terroriste ciblé par l'armée malienne peut avoir des complicités notamment quand il s'agit d'une organisation encore active en Algérie où nos sources confirment qu'on est très attentif à ce qui se passe et on suit avec intérêt l'évolution de la situation. Reste à savoir qui vient de booster ce mouvement? Il est clair que le but est de «briser» le pacte de paix. Le Mali est un pays riche. Il suscite la convoitise des entreprises multinationales qui ont appris à agir dans les pays en crise comme c'est le cas en Libye et en Irak. Ainsi, pour revenir aux dispositifs entrepris par l'Algérie afin de maintenir les risques au-delà de ses frontières, nos sources indiquent qu'une stratégie de prévention a été adoptée au même titre qu'un renforcement de la ceinture sécuritaire. Il devrait également y avoir un renforcement dans l'effectif et la mobilisation des forces aériennes. Ces dernières sont appelées à signaler tout mouvement suspect et à coordonner avec les troupes de l'Armée nationale populaire dont les GGF en cas d'action. Le retour des violences ne change en rien les démarches sécuritaires entreprises par l'Algérie qui d'ailleurs collabore avec le Mali dans la lutte antiterroriste.

http://www.lexpressiondz.com/internationale/222740-l-algerie-doit-elle-s-inquieter.html

https://www.facebook.com/ikram.ghioua?fref=tl_fr_box&pnref=lhc.friends.unseen


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau