IKRAM GHIOUA : L'ALGERIE FACE A SES DEMONS

LUTTE ANTITERRORISTE

L'Algérie face à ses démons

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
L'ANP, un bouclier infranchissableL'ANP, un bouclier infranchissable

L'ANP poursuit ses investigations sur la trace des groupes terroristes sévissant encore au niveau d'une douzaine de maquis.

Les opérations de ratissage sont signalées à Bouira, Aïn Defla, Tizi Ouzou, Boumerdès, Médéa, Sidi Bel Abbès, Jijel, Skikda, Tébessa et Khenchela pour ne citer que ces lieux. Les sanguinaires ayant été à l'origine du lâche attentat ayant coûté la vie à neuf militaires sont encerclés sachant que plusieurs d'entre eux ont été abattus comme rapporté dans notre édition d'hier. Plus d'une vingtaine selon le premier bilan. La nouvelle situation, et contrairement à ce qui pouvait donner un espoir aux assaillants, a unifié le peuple autour de son armée, d'où la détermination hargneuse de cette dernière à poursuivre son combat contre cette horde sauvage qu'on cherche à réveiller par tous les moyens. A défaut de soulever le peuple contre son Etat pour inscrire l'Algérie dans la liste des pays où le vent du printemps arabe a soufflé, les monstres tentent de provoquer les anciens démons. Le but est évident, déstabiliser le pays sur le plan économique et sécuritaire, faire de l'Algérie un pays identique à la Libye. Il ne s'agit pas seulement de puiser dans ses richesses, mais surtout d'anéantir son armée au profit d'une nouvelle carte mondiale, qui se précise déjà en Irak, en Syrie et au Yémen.
Les enjeux sont très graves et la locomotive de ce complot aux desseins perfides est déjà en marche. L'Etat et l'armée sont en somme conscients de ce qu'on tente de préparer, mais le peuple aussi qui a marqué une solidarité extraordinaire et fabuleuse contre l'hydre sauvage et ses promoteurs suite à l'attentat d'Aïn Defla. Le message a été clair comme il l'a été lors de l'attaque du site gazier de Tiguentourine aussi bien de la part de l'armée qui a donné une leçon de professionnalisme à ses détracteurs que par le peuple qui a soutenu sans réserve la décision de cette institution qui joue jusqu'à présent un rôle irrépréhensible. Cependant, l'ennemi d'ailleurs, qui jouit de complices d'ici est autant décidé à imposer son schéma dévastateur usant de toutes les ruses pour mettre à genoux le seul pays qui a réussi à garder son intégrité, son union et sa force dans les pires moments des années quatre-vingt-dix où le terrorisme soutenu battait son plein, et l'un des rares cas qui aujourd'hui détient la plus grande expérience contre ce fléau dominant par le fait du renseignement qui reste le nerf vif de la lutte antiterroriste. Il est peut être trop tôt de dire que l'Algérie a retrouvé totalement la paix, notamment qu'on cherche à instaurer l'esprit du communautarisme comme ce fut le cas en Kabylie et actuellement à Ghardaïa, mais il sera certainement impossible de diviser le peuple qui a eu une prise de conscience suite à ce qui se passe au Moyen-Orient et en Libye.
La menace ne vient pas que du terrorisme, mais aussi des pays qui voient leur appétit s'agrandir sans limite.
Le danger s'est précisé d'ailleurs suite au déploiement des GI dans le sud de la Méditerranée. Les Américains sont passés à une nouvelle étape en y renforçant leur présence en vue d'opérer en Afrique du Nord. Comme publié dans L'Expression, les Etats-Unis et l'Espagne ont paraphé un accord permettant de stationner en permanence une force d'intervention rapide en Afrique, de 2200 marines américains basés dans le sud de l'Espagne. Quelque 800 marines sont déjà à Moron de la Frontera près de Séville. Ils avaient été déployés temporairement après la mort de l'ambassadeur des Etats-Unis en Libye dans une attaque contre la mission américaine à Benghazi. De nombreuses critiques s'étaient alors élevées pour dénoncer l'incapacité de déployer très rapidement des troupes dans cette partie du monde pour faire face à ce type de situation d'extrême urgence. Outre les 2200 fusiliers-marins, la force disposera de 26 appareils ainsi que du soutien de 500 civils.
La force aura pour tâche principale de «protéger les ambassades américaines en Afrique, d'évacuer des civils en cas d'urgence ou d'intervenir dans des conflits ou crises humanitaires».
Cette unité (Special-Purpose Marine Air-Ground Task Force Crisis Response Africa) sera placée sous l'autorité du Commandement Afrique de l'armée américaine, basé en Allemagne. De même, un journal britannique rapporte une information prouvant que le Pentagone a bel et bien l'oeil sur l'Afrique du Nord. Selon le journal The Times les Américains déploient leur armada en Méditerranée.
Des centaines de marines et trois avions militaires seront déployés sur le porte-hélicoptères britannique Océan en Méditerranée afin de contrer une éventuelle «agression russe» sur des pays de l'Europe de l'Est, selon un quotidien britannique. Les soldats américains seront «stationnés, également, sur des navires espagnols, français, italiens et néerlandais» a précisé la même source.
«Le Pentagone est contraint de compter sur ses alliés afin de déployer des fusiliers-marins américains en Méditerranée», car il ne dispose pas actuellement de capacités de ce type dans une région qui attire une attention élevée compte tenu de la situation actuelle au Proche-Orient, a noté la même source. Selon le journal, l'objectif initial de ces initiatives américaines est de «répondre de manière adéquate à une éventuelle agression russe contre les pays membres de l'Otan en Europe orientale». Les premières divisions de marines seront déployées sur les navires alliés cet automne afin de participer à l'exercice militaire Trident Juncture qui se déroulera du 28 septembre au 6 novembre en Italie, en Espagne et au Portugal. Des unités terrestres, aériennes, navales et des forces spéciales de 33 pays seront impliquées dans le plus grand exercice de l'Otan depuis la fin de la Guerre froide.
A cela il faut ajouter le fait que les Américains opèrent déjà en Libye puisqu'ils ont reconnu avoir effectué des bombardements sur des sites de Daesh.
Les USA espèrent aussi convaincre le gouvernement tunisien pour installer une base au Sud de la Tunisie. L'Algérie s'est opposée à ce projet qui obligera le leader d'El Nahdha à se déplacer en Algérie pour tenter de convaincre à son tour l'Algérie pour ce projet. Reste à dire que l'Algérie intervient pour sa sécurité en Etat averti des enjeux dangereux à son encontre d'où sa stratégie de prévention anticipée pour protéger sa sécurité.

Dans un message posté sur sa page Facebook
Sellal condamne l'attaque de Aïn Defla

Après le communiqué du ministère de la Défense diffusé au deuxième jour de l'attaque, Abdelmalek Sellal réagit le lendemain de l'embuscade meurtrière tendue par les terroristes d'Aqmi au deuxième jour de l'Aïd à Aïn Defla. Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a condamné vigoureusement l'attaque terroriste meurtrière dans laquelle ont péri samedi dernier neuf soldats de l'ANP dans la région d'Aïn Defla. «Nous constituons avec le peuple un solide rempart contre ceux qui veulent saper l'unité et la cohésion nationale», peut-on lire sur sa page Facebook. M Sellal a présenté également à travers son message toutes ses condoléances aux familles des victimes de cet attentat sanglant.

http://www.lexpressiondz.com/actualite/220991-l-algerie-face-a-ses-demons.html

https://www.facebook.com/ikram.ghioua?fref=tl_fr_box&pnref=lhc.friends


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau