L'ALGERIE APPELLE LA LIGUE ARABE A REINTEGRER LA SYRIE EN SON SEIN DONT ELLE FUT L'UN DES SEPT ETATS FONDATEURS

L’Algérie appelle la Ligue arabe à réintégrer la Syrie en son sein

 Depuis 32 minutes  26 septembre 2017

messahel_assad

 Moyent-Orient - Syrie

 

Se distinguant d’autres pays arabes comme l’Arabie saoudite, le ministre algérien des Affaires étrangères a exprimé, dans un entretien à RT, son souhait de voir Damas réintégrer l’organisation régionale dont elle fut un membre fondateur.

Pour l’Algérie, la Syrie semble indispensable à la bonne marche de la Ligue arabe. Dans une interview à RT en arabe, le ministre algérien des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, a ainsi appelé de ses vœux le retour de Damas dans le giron de la Ligue arabe, créée en 1945 au Caire et dont la Syrie est l’un des sept Etats fondateurs.

La participation de la Syrie à l’organisation régionale avait été suspendue en novembre 2011, certains membres reprochant à Damas son rôle dans la crise naissante.
Le vote de suspension avait été obtenu à la majorité qualifiée des 22 membres de la Ligue, parmi lesquels on compte des pays alliés aux Etats-Unis, tels que l’Arabie saoudite.

Dans cet entretien, Abdelkader Messahel a également évoqué les dissensions croissantes qui existent au sein du monde arabe, abordant notamment la crise entre le Qatar et l’Arabie saoudite. Le 5 juin 2017, le royaume saoudien, ainsi que les Emirats arabes unis, l’Egypte et le Barhein, avaient en effet décrété un embargo commercial sur le Qatar, menant à une crise diplomatique régionale. Le ministre algérien a ainsi rappelé que son pays entretenait de bonnes relations avec l’ensemble des parties impliquées dans la crise et qu’il avait appelé à la résoudre au moyen de la diplomatie.

Abdelkader Messahel, qui avait rencontré le président syrien Bachar el-Assad en avril 2016 pour l’assurer de son soutien face au terrorisme, multiplie les déclarations allant à l’encontre des positions diplomatiques traditionnelles de la majorité des pays occidentaux.

Le 22 septembre dernier, à la tribune des Nations unies, lors de la 72e assemblée générale, il avait notamment appelé à la réforme du Conseil de sécurité. «Nous devons corriger l’injustice historique que constitue l’absence de représentants de l’Afrique [dans les membres permanents du Conseil de sécurité]», avait déploré le ministre algérien.

Source: RT

https://french.almanar.com.lb/585297


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau