L'AMITIE ALGERO-FRANCAISE DANS LA DYNAMIQUE DES "BUREAUX ARABES"

Transmis par Mohamed Bouhamidi

L’amitié algéro-française dans la dynamique des «bureaux arabes»

Avec Chirac, Sarkozy ou Hollande les manifestations d’amitié algéro-françaises ne se démentent pas. Au-delà de l’identité politique de locataire de l’Elysée, chaque élection présidentielle a invariablement débouché sur  un voyage à Alger, quelques mots rapides sur les excès condamnables du colonialisme  et, pour des entreprises françaises, des contrats substantiels  et salvateurs pour leurs carnets de commande.

L‘engagement algérien dans cette amitié a atteint le point culminant de la mystification avec la présentation comme modèles de transferts de technologie de simples ateliers de montage pour la voiture Renault-Symbol ou pour les rames de tramway dans lesquels rien n’est algérien hormis le personnel d’exécution, les crédits, les facilités, et les garanties administratives de profits élevés.

Sur le plan culturel, l’engagement algérien «à tourner la page» coloniale, transformée en épisode accidentel, se manifeste de façon particulièrement scandaleuse pour le cinéma et le livre, fronts les plus actifs d’un révisionnisme qui invente le roman d’un colonialisme de rêve bienfaiteur de l’Algérie et l’image horrifique d’un mouvement national né dans la délinquance avant le 1er novembre 1954 et accompli dans les pratiques exclusivement maffieuses post indépendances (1).

On ne peut faire plus mieux pour donner raison à la thèse du complexe du colonisé de notre théoricien Fanon ni pour réaliser sa prophétie que les élites bourgeoises retourneront dans le giron de l’ancienne  puissance coloniale pour faire face aux aspirations  de justice et de de vie solidaire  de nos peuples et leur subtiliser les fruits de leurs luttes.

Avec les rames de tramway et la Renault–Symbol les dirigeants français par une action purement politique nous font acheter leurs produits en pièces détachés plus chers que s’ils arrivaient finis.

Ils s’installent dans des positions dominantes  par la force de l’intrusion politique et non par la seule régulation de «la main invisible du marché».

Ils reprochaient au socialisme de Boumediene les deux choses : l’action directe de l’Etat dans le développement économique et des produits locaux plus chers qu’à l’importation en plus de faire du social par la création volontariste d’emplois. Grâce à ces  conseils et à ceux du FMI, nous faisons encore plus de social en engloutissant, dans les aides aux chômeurs et aux pauvres, des sommes colossales qui nous construisaient nos usines et leur garantissaient l’emploi et la dignité.

Les dirigeants français et leurs élites académiques et médiatiques aux ordres  nous ramènent sous leur guidance et pour leur seul profit à  l’économie administrée.

Nous sommes repassés aux fondamentaux de la situation coloniale d’un marché des matières premières et d’un débouché des produits industriels.

Seul ombre au tableau la Chine et la mémoire de novembre qui tient debout.

Qui tient quelques-uns d’entre nous debout.

Les paroles mielleuses de Fabius à Annaba sur la coopération exemplaire et le montage maquillé en transfert des technologies ne peuvent rien cacher de leur fiel colonial ni endormir toutes les consciences.

Seul bonheur dans le tableau: celui de candidats indigènes qui rêvent de faire, au plus tôt,  du gouvernement algérien un «bureau arabe»(2).

Le rapport des forces semble entièrement en leur faveur.

Pour l’instant.

M.B

1-Ce sont les thèses défendues par « Les hors la loi » et «El Wahrani »  films réalisés par des français nés de parents algériens et très généreusement financés par l’Algérie au titre d’un accord néocolonial de coopération cinématographique.

2-Structures administratives créées par la colonisation en 1844 tenir en main les indigènes, prévenir leurs révoltes, les  gérer par la ruse et des politiques très élaborées de divisions et de dissensions constantes. Les supplétifs algériens gagnaient évidemment des miettes conséquentes pour services rendus.

http://www.impact24.info/lamitie-algero-francaise-dans-la-dynamique-des-bureaux-arabes/http://www.impact24.info/lamitie-algero-francaise-dans-la-dynamique-des-bureaux-arabes/


Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau