L'EMBARRASSANTE CELEBRATION DE L'INDEPENDANCE NATIONALE

Transmis par Mohamed Bouhamidi
 
 
 
 

L’embarrassante célébration de l’Indépendance nationale

En politique le sens est dans la forme.

Nous avons, jadis, célébré des anniversaires de l’Indépendance, et du 1er Novembre 1954, au plus près des citoyens. Seul souci d’antan : ancrer la mémoire et le sens, toucher le plus grand nombre, associer toutes les catégories  d’âge, balayer tout le spectre des activités humaines ; tournois du sport de masse ou au travail ; soirées artistiques ; colloques, meetings, rassemblements populaires, recueillements sur sites dans tous les recoins du pays.

Les drogués de la transition vers l’économie de marché nous diront que cela fait atrocement «démocratie populaire» et «embrigadement des masses».

Les célébrations populaires du 4 juillet aux USA ne relèvent pas d’un Politburo.

Les bals du 14 juillet, dans chaque recoin de France, ne sont pas l’application d’une directive de Staline.

Ils restituent le mythe que la révolution bourgeoise a libéré toute la société.

Sans ce mythe, la bourgeoisie ne peut encore faire passer ses intérêts pour l’intérêt général et ne pourrait contenir dans l’Un de sa République ou dans n’importe laquelle de ses formes d’Etat le multiple des composantes, de ses contradictions ou de la mémoire des massacres de la Commune de Paris.

Le service minimum de la célébration de nos dates fondatrices de novembre et juillet, leur air d’obligation protocolaire, la dissociation du peuple et de la société  dans la fabrication du sens, signifie, au contraire pour notre pays, que l’oligarchie qui a conquis le pouvoir, est contrariée par la résilience de l’Un, symbole de la solidarité dans la société car symbole de l’unité dans la lutte.

Le multiple populaire des paysans, des montagnards, des familles patriciennes, des artisans, des ouvriers, des jeunes de toutes catégories, fusionné dans l’Un de la lutte de libération nationale, ne l’arrange pas.

Cette oligarchie s’est construite autour des éléments qui étaient dans les franges lumpenprolétariat de ce multiple et leur développement exige la destruction de l’Un qui les a nourris pour assouvir tous leurs appétits de richesses.

La destruction du sens de novembre et de juillet passe par le détricotage des liens sociaux, populaires, artistiques, culturels qui sont le corps concret, matériel, de la mémoire d’une Algérie libérée par TOUT son peuple et non par la ruse ou le courage d‘un messie inspiré.

Cette forme privatisée, par l’oligarchie,  de la célébration est une forme nécessaire et accompagnatrice de la privatisation du pays.

Ces forces en possession du pouvoir n’ont pas besoin d’illusionner le peuple. Elles n’ont pas à gérer les composantes et les contradictions du multiple de notre société pour les maintenir dans la vassalité par la tête. Elles ont plutôt besoin de l’assentiment étranger pour passer à la dictature personnalisée qui leur permettrait d’en finir, enfin, avec l’idée du droit de notre peuple sur le pays qu’il a libéré.

De derrière cette espèce de folklore officiel, et dans les moyens limités offerts par Internet, montent des alertes, de quelques dernières sentinelles.

En voilà une qui cherche son chemin, lancée par le fils d’un martyr qui a contribué à construire les premiers groupes de choc de l’ALN à Alger. Lisez :

«…Comme dénoncer celles et ceux qui foulent aux pieds les idéaux de Novembre et leurs objectifs premiers: recouvrement de la personnalité nationale et édification d’un Etat souverain au sens plein du terme, sous la forme d’une République démocratique et sociale mobilisant tous les segments du peuple algérien pour le développement multiforme du pays, tout en leur redistribuant harmonieusement les fruits du labeur collectif de la Nation.

Vous vous rendez compte qu’il devient pratiquement honteux de célébrer les martyrs de la révolution tout en respectant les moudjahidine survivants, à l’exclusion bien sûr des faussaires qu’il s’agit de débusquer en tous lieux et en tous temps. C’est que disent presque innocemment nos jeunes ‘has been’, d’une époque révolue dans l’intérêt de l’Algérie arrimée à la mondialisation. La plus grande escroquerie imposée aux peuples de tous les coins de la terre.

L’Algérie rassemblée, mobilisée autour de ses intérêts bien compris et pour sa sauvegarde en tant qu’Etat et Nation, ne doit plus avoir cours aux yeux de ceux qui veulent remonter à rebours l’histoire, et en empêcher le cours naturel.

Il y a d’abord l’hernie intérieure que constitue notre mode de gouvernement, mais aussi ses appuis de l’étranger, néo-colonialistes et impérialistes d’hier et d’aujourd’hui.

Bonne fête,

Gloire à nos martyrs,

Respect et sollicitude envers nos combattants, soldats hier du peuple algérien en lutte pour son émancipation nationale, fers-de-lance aujourd’hui pour la défense de la République démocratique et sociale à asseoir durablement.»

M.B.

http://www.impact24.info/lembarrassante-celebration-de-lindependance-nationale/

 


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau