LUTTE ANTITERRORISTE : L'ALGERIE PLAIDE POUR UNE ACTION GLOBALE

LUTTE ANTITERRORISTE

L'Algérie plaide pour une action globale

Par
Taille du texte : Decrease font Enlarge font
 
Au terrorisme transnational il faut une réponse concertéeAu terrorisme transnational il faut une réponse concertée

Lamamra a estimé que l'UE est capable d'apporter son appui à l'Afripol et au Centre africain d'études et de recherches sur le terrorisme.

Tout en maintenant sa position en faveur de l'adoption de la criminalisation de la rançon par une convention internationale, l'Algérie a plaidé jeudi dernier pour la mise en oeuvre d'une approche globale et solidaire dans le cadre de la lutte antiterroriste. Développant une stratégie de prévention l'Algérie estime que l'UE est en mesure d'apporter son appui au Mécanisme africain dans le cadre de la coopération policière Afripol, mais aussi au Centre africain d'études et de recherches sur le terrorisme Caert. La donne exige que l'UE renouvelle son engagement devant permettre de renforcer sa coopération au même titre qui l'Institut interrégional de recherche des Nations unies sur la criminalité et la justice (Unicri) en matière de prévention et de lutte contre les risques chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires. Dans le même cadre, l'Algérie a «exhorté l'Union européenne à oeuvrer en faveur de l'adoption du nouveau plan d'action quinquennal visant la création d'une zone exempte des armes de destruction massive». A propos des questions relatives aux données régionales, l'Algérie accordera sans doute un intérêt particulier à cette problématique en insistant sur le dialogue et la concertation avec son partenaire, qui relèvent assurément de l'intérêt commun d'où la nécessité à provoquer des mécanismes pour instaurer la paix et la sécurité dans le Sahel. Dans cet ordre d'idées il faut noter que l'Algérie a joué un rôle primordial pour conduire une médiation internationale de sortie de crise au Mali. L'UE est pleinement associée à ce processus, laquelle est appelée à continuer d'apporter sa contribution à la mise en oeuvre de l'accord de paix et de réconciliation au Mali. La situation en Libye a été également un sujet vivement abordé lors de cette réunion au courant de laquelle l'Algérie, fidèle à ses principes apporte son appui au dialogue politique inclusif entre les parties en conflit dans ce pays qui peine à sortir de sa crise, aussi bien politique que sécuritaire. Tout est dans l'intérêt de l'Algérie qui cherche à sécuriser son territoire. Dans ce sens, l'Algérie confirme son soutien aux efforts consentis de l'envoyé spécial de l'ONU pour la Libye, M. Bernadino Léon. Un autre sujet et pas des moindres sera également abordé, à savoir le Sahara occidental. A ce propos et sans surprise l'Algérie réaffirme son soutien aux efforts de l'envoyé personnel du secrétaire général pour le Sahara occidental, M. Christopher Ross pour le règlement juste et définitif de ce conflit. Pour l'Algérie, le peuple sahraoui active dans ses droits en réclamant son autodétermination, en invitant l'UE à y contribuer davantage. Dans le même ordre d'idées l'Algérie «a également réitéré, lors de cette réunion, son appel en faveur d'une solution juste, durable et définitive de la question palestinienne dans le cadre des résolutions pertinentes des Nations unies, et a encouragé à ce titre le partenaire européen à assumer un rôle politique accru en vue de la relance sérieuse des négociations de paix au Moyen-Orient.» A propos de la situation en Syrie, l'Algérie appelle à «un arrêt immédiat des actes de violences terroristes de Daesh, exhortant toutes les parties syriennes à adhérer au processus de négociations sur la base de la déclaration de Genève. L'Algérie et sur la question du Yémen «a apporté sa solidarité au peuple yéménite et a appelé à faire prévaloir un dialogue et une solution politique tout en saluant la position de l'UE exprimée par la voix de sa haute représentante en faveur d'une solution politique dans ce sens». Lors de cette rencontre, l'Algérie a eu aussi «à relever avec préoccupation la montée inquiétante des idées xénophobes et islamophobes portées par certains courants politiques dans quelques pays membres de l'UE», Dans ce contexte, elle appelle à préserver «les communautés étrangères, notamment maghrébines, des dangers de telles dérives.»

 
 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau