MOHAMED BOUHAMIDI : DECEMBRE 1960, DE GAULLE ET L'ALGERIE FRANCAISE.

 
 
 
bouhamidimohamed
Décembre 1960, de Gaulle et l’Algérie française.

In Impact24 le 13.12.2015 22:30

Par Mohamed Bouhamidi.

Il y a 55 ans, entre le 10 et le 14 décembre 1960, l’écrasante majorité du peuple algérien, dit les «arabes» ou les «musulmans», dans le classement des sous-espèces de la phraséologie coloniale, se mobilisait dans de gigantesques manifestations urbaines.

Première marque de ce caractère massif, la présence en tête de ces manifestations et des sacrifices, les Algériennes qui vivaient dans l’espace domestique et sortaient voilées, par tradition mais aussi par résistance à la politique culturelle d’aliénation culturelle.

C’est un fait, à cette époque totalement époustouflant. Et pour de Gaulle et pour les autorités coloniales d’abord, qui ont dû en tirer les leçons incontournables.

La deuxième marque est la participation active, téméraire, infatigable, des adolescents pubères ou encore impubères, qui ne laissait aucun doute que cette génération d’enfants était désormais prête à prendre la relève de la génération juniore que la haute hiérarchie militaire pensait avoir brisé par les grandes opérations contre les maquis, par l’emprisonnement massif, par l’internement dans des camps de sinistre réputation, par la terreur, la torture capable de dissuader les plus braves.

C’est cette réalité des résultats de la répression qui poussait de Gaulle à créer une nouvelle réalité politique entre les colons «Algérie française» organisés dans le Front de l’Algérie française et le FLN.

Il annonce, dans son discours du 04 novembre 1960, que le nombre de victimes (dans son camp, bien sûr) est passé de 40 à 08, et donc sa quasi-victoire militaire. Il souligne, dans une de ses phrases inimitables, le : «magnifique effort de pacification par l’armée et l’administration qui se combine avec les effets de la promotion musulmane et avec ceux du plan de Constantine».

En clair, il estime avoir militairement vaincu l’ALN, corrigé les aspects les plus criards du désastre de la condition indigène, ouvert des perspectives d’ascenseur sociale aux «arabes» et avoir trouvé une «base musulmane» qu’il peut désormais opposer au FLN. Et avec qui il pourra créer une République algérienne, sécurisée par l’armée française, sur le modèle des Républiques qu’il vient de créer dans certains pays africains.

Avec, en prime, le projet de créer des gouvernements régionaux, que l’armée française pourrait protéger dans leur désir de rester français! Regardez vers le Sahara et le pétrole, mais pas seulement.

De Gaulle annonçait donc sa ferme intention, de venir en Algérie préparer la mise en place politique et humaine d’un exécutif algérien composé de membres des deux communautés, confié à un musulman et entouré d’un conseil consultatif, dès que le référendum du 8 janvier 1961 l’aurait légalement autorisé à créer cette quasi République algérienne.

Ce projet gaulliste s’est développé dans un contexte international complexe, avec des USA qui craignaient qu’une prolongation de la guerre d’Algérie serve la «propagande communiste», la montée en force du groupe afro-asiatique né à Bandoeng, qu’il est trop long de développer, ici.

En face de de Gaulle, le Front de l’Algérie Française (FAF), avançait les mêmes arguments que les musulmans étaient pour l’Algérie française. Au cours de la grève générale que ce FAF avait lancée pour contrer de Gaulle, au cours de son voyage entamé le 09 décembre 1960, les pieds noirs ont massivement, en tant que communauté, agressé les «arabes» et les «musulmans» pour les inciter à les suivre dans leur grève, faire échouer le plan de de Gaulle, prouver à l’ONU que les indigènes étaient pour l’Algérie française.

Les Algériens durent s’auto-défendre contre ces agressions. Et transformer l’auto-défense en de gigantesques manifestations, véritable démonstration d’une fusion entre notre peuple et l’ALN/FLN. Plus aucun projet d’Algérie française ou de République néocoloniale n’était possible.

Le peuple enterrait les rêves de de Gaulle, de l’Algérie française et des Algériens qui proclamaient qu’aucun progrès n’était possible sans la guidance française.

M.B.

source : http://www.impact24.info/decembre-1960-de-gaulle-et-lalgerie-francaise/

Tag(s) : #Algérie, #Guerre d'Algérie, #libération nationale - luttes idéologiques.
 
 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau