MOHAMED BOUHAMIDI : L'ETAT ALGERIEN ET LE GENERAL

 
L’Etat algérien et le Général
 
L’Etat algérien et le Général

 

par Mohamed Bouhamidi le 20.09.2015 21:00

in Impact24 - Algérie.

En fonction, le général Toufik, responsable mythifié des services de renseignements algériens, arrivait premier au concours des personnalités les plus évoquées par le petit peuple et par les stars des médias pour désigner la clé explicative de tous les mystères de notre vie politique. Toute énigme s’expliquait par une relation supposée d’un acteur quelconque d’une énigme quelconque avec Toufik ; et le fait de le dire valait analyse.

Le mystère était clos du fait même qu’il était désigné comme mystère.

Cela possède-t-il quelque parenté avec quelques traits de la pensée antique ? Assurément.

Et cela relève d’une tradition culturelle et d’héritages anthropologiques plus que de l’analyse politique moderne. Et cette unanimité solidaire des simples gens et des stars de l’analyse à accorder des vertus de surpuissance à un chef, fut-il du renseignement algérien, montre bien que nous sommes face à un trait culturel, à une expression d’une société trop proche encore de son indivision tribale, clanique, confrérique, pour apercevoir et assumer les différences sociales qu’elle a elle-même engendrées, après l’indépendance, en autorisant ses notables à invoquer et convoquer la solidarité des parentèles féodales pour faire fortune dans leurs entreprises marchandes sans avoir à en payer le prix de la lutte sociale.

La conscience est toujours en retard sur la réalité. Le nouveau tarde à se distinguer de l’ancien, d’une part. Et nous saisissons toujours ce nouveau dans les termes anciens de notre ancienne conscience et à travers la grille des anciennes représentations ; ensuite. Et enfin, ce nouveau se pare ou se camoufle jusqu’au bout de sa réalisation complète, de son développement achevé, dans les anciennes légitimités ou les anciens modèles qui font de l’exploitation et du profit marchands une réussite de la foi ou de l’intelligence, bref une réussite de la vertu.

C’est vrai aussi pour tout autre développement. Celui qui a écarté Toufik partageait avec lui la fraternité d’intérêt qui s’est dissoute dans la lutte commencée pour se répartir les créneaux juteux des revenus du pétrole et qui se termine dans la lutte pour prendre ce qui reste à prendre avec la crise de ses prix.

Nous mettrons longtemps avant d’en arriver au constat que de nos çofs(nos rangs) de nos ferkas (de nos fractions de tribus) de nos clans et de nosarouchs (confédérations) sont nés de nouveaux groupes sociaux totalement distincts dans leurs pratiques, dans leurs intérêts, dans leurs buts politiques et dans leur rapport au territoire et à la Nation. Ils parlent dans les plus subtiles nuances de notre langue quotidienne, connaissent les moindres ressorts de nos émotions, savent quels mots et quelles expressions feront de nous leurs «frères» encore et toujours mais leurs intérêts sont diamétralement opposés à ceux de la Nation.

Dès le départ de ses fonctions du général Toufik, l’inquiétude s’est emparée de la rue. L’opinion sent bien qu’il s’agit d’une fracture au vu des attaques du chef du FLN contre le chef des services et au vu du lessivage des services par le nombre d’officiers écartés. Mais les gens n’arrivent pas à saisir la nature de cette fracture. Ils la relient seulement, mais c’est énorme, à la flambée des prix incompréhensible, aux augmentations successives et rapprochées des légumes secs. La mémoire des augmentations qui ont «une explication plausible» aux émeutes préfabriquées de février 2011 qui, elles-mêmes, préparent les marches ratées du «printemps arabe» d’Alger, est encore vive.

Les mots pour dire cette rupture et la comprendre manquent encore. Mais le besoin de penser, enfin, l’Etat et de sortir de la tribu peut-il, cette fois, nous découvrir à nos contradictions et nous tirer d’une perception passéiste d’une unité sociale enterrée, et bien enterrée, sous la marchandisation de nos rapports sociaux ?

M.B

source : http://www.impact24.info/letat-algerien-et-le-general/


 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau