MOHAMED BOUHAMIDI : LES ALGERIENS SIONISTES ET L'UNIVERSEL

 
 
Les algériens sionistes et l’Universel
 
11 octobre 2015
 
 
 
  Les algériens sionistes et l’Universel

Le boycott culturel d’Israël serait, aux dires des partisans de relations ouvertes, décontractées et décomplexées avec cet État, une énorme confusion entre culture et politique.

Pour eux il faut séparer arts, littérature et politique.

Par nature l’écrivain et l’artiste sont des citoyens du monde, des habitants de l’Universel, non des indigènes de notre insignifiant pays. Ils ne sont, en aucune façon, tenus par un

engagement envers nos causes étroites et limitées. Mieux que le Prophète de Khaliil Djebran qui parlait à un seul village, nos créateurs parlent au monde entier et à chacun des pays. Israël compris.

L’Univers et sa gloire commencent dans les émissions parisiennes de divertissement culturel chargées de répandre la parole indigène islamophobe qui conforte l’orientation «correcte» du moment politique français.

Ils se terminent en Israël. Pour Lliédo, Sensal, Kacimi, Allouache. En attendant d’autres.

il faut en plus s’interdire toute parole critique sur les productions proposées à notre regard. Elles relèvent de la fiction et, donc, de la libre liberté de création. Il faut aimer ou se taire. Il ne s’agit plus d’artistes mais d’idoles.

Lliédo, Sensal et Kacimi partent dans leur travail d’une thèse de base : la culpabilité algérienne d’avoir démoli une société fraternelle construite par la colonisation ou celle d’avoir confié à un nazi la formation des cadres et officiers de l’ALN.

Toute réponse à ces thèses politiques relèverait de la censure. Et nous devons nous taire sous peine d’être traité de censeur.

Il faudrait rappeler quelques vérités de base enseignées aux élèves des classes terminales. Aucune œuvre d’un grand auteur ne repose sur la défense et illustration d’une thèse politique, même si dans toute grande œuvre, vous trouvez des trésors d’informations sur la société et sur l’époque évoquées.

L’artiste le plus universel d’Algérie est Dahmane El Harrachi, suivi d’Idir. Les hommes de l’autre bout du monde ne vous attendent pas sur l’abstraction d’une idée académique mais dans la réalité des émotions que votre art réveille en eux. L’Universel est votre part d’humanité que vous offrez aux autres pas une humanité fabriquée à Saint-Germain des Prés.

Prétendre à la citoyenneté mondiale n’exempte personne de ses engagements envers les causes humaines de son propres pays. Bien au contraire, elle rajoute le devoir d’engagement envers les causes humaines partagées ou retrouvées dans les parties du monde. Et ces causes humaines sont archi-connues de tous : la lutte contre l’esclavage, contre le colonialisme, contre le racisme et sa forme particulièrement abjecte d’apartheid, contre la répression des peuples, pour le droit à la vie tout court et à une vie digne et aux services fondamentaux.

Israël est le concentré des atteintes aux droits humains : Etat colonialiste, raciste et d’apartheid dont les dirigeants appellent ouvertement au meurtre des palestiniens, Etat dont les meurtres tuent une proportion considérable d’enfants, qui prive les palestiniens du droit élémentaire à la vie par la confiscation des terres et la destruction de leurs champs et de leurs maisons.

Être du côté de l’universel, c’est être aux côté de ces causes.

Les militants du boycott d’Israël préfèrent partager l’Universel de Stephen Hawking, de Ken Loach et du millier d’artistes britanniques, des universités et académies américaines et des intellectuels juifs du monde entier qui appellent au boycott d’Israël.

M.B

Source : http://www.impact24.info/les-algeriens-sionistes-et-luniversel/

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau