MOHAMED BOUHAMIDI : LES VIEILLES IDEES ET L'ALGERIE NOUVELLE.

Les vieilles idées et l’Algérie nouvelle.

In Impact24, le 06.12.2015 22:30

Par Mohamed Bouhamidi.

Quels facteurs et quelles raisons, ou encore quel projet, ont uni, hier, Tewfik et Bouteflika?

Qu’est-ce qui les sépare aujourd’hui et qui est si grave que cela prend cet aspect de guerre publique?

Malgré un besoin manifeste d’explications neuves sur le fait, nous retrouvons exprimées les vieilles explications qui enferment toute la vie politique de notre pays, dans l’image d’un pouvoir soudé comme peut l’être un clan- on l’appelle alors système- ou totalement divisé en …plusieurs clans.

A travers l’acharnement politique qui tente de maintenir en vie ces vieilles explications, essayent de se maintenir en vie les groupes, sectes ou partis qui ont abusé de ce simplisme de luttes de clans alternatives à une omnipotence du «système».

Quand elles ne disent pas la vérité du terrain social et économique, les paroles des hommes n’avouent que la vérité de leurs locuteurs.

La survie de ces vieilles explications tient désormais à leur nouveau rôle de bouée de sauvetage de leurs inventeurs et de leurs usagers.

Elles leur rendent en retour d’éminents services, comme le prestige social porteur de beaucoup d’avantages et de privilèges, la possibilité de combinaisons d’affaires et d’ascension sociale, la porte ouverte d’élections à une assemblée quelconque toujours profitable socialement.

La remise en cause de ces analyses par les «clans», le «système» est une remise en cause, une contestation et un déclassement de ceux qui les portent. Et donc, ceux qui les portent ont intérêt à défendre leurs anciennes positions théoriques pour maintenir leurs anciennes positions dans le monde matériel.

La compréhension de la séquence politique majeure qui est en train de se dérouler sous nos yeux, se heurte et se heurtera d’abord.

Les idées neuves capables de porter la lumière sur les extraordinaires transformations qui ont amené notre pays là où il est, ne gagneront pas avant le déclin des fausses.

Il faudra hâter leur mort d’abord, par le recours à un nouvel effort théorique pensant la politique à travers les actions de forces économiques, d’intérêts de classes et de groupes d’influence impérieuse, la loi du profit indifférente à toute morale, d’interaction internationale dans le cadre d’un système mondial plus soumis que jamais à la domination des ex-puissances coloniales, plus que jamais hostile à toute naissance d’un capitalisme périphérique et plus que jamais poussé par ses crises à élargir un monde du chaos qui tape désormais à nos portes dans la pleine inconscience.

Cela ne suffira pas. Car, comme les idées fausses, les idées justes ont besoin d’un substrat social pour exister, de «porteurs de paroles», de réseaux, d’affichages médiatiques, de redistribution des forces sociales non selon les idées et les clivages culturels absurdes qui divisent actuellement notre société et notre peuple, mais selon leurs intérêts fondamentaux réels face à un ordre mondial et ses relais locaux qui sont en train de vider de tout contenu notre indépendance nationale.

Le départ de Tewfik n’est pas un nouvel épisode dans l’ancienne séquence historique, une phase supplémentaire dans cette baliverne de «luttes de clans», mais la fin d’une époque historique, l’épuisement de toutes les possibilités offertes et ouvertes par le 1er Novembre, d’une unité interclasses possible du peuple algérien pour son indépendance.

Et dont la seule question politiquement viable sera celle de savoir comment poursuivre, dans les nouvelles conditions, la tâche de libération nationale, forcément heurtée et forcément soumise à des reculs et des avancées.

M.B.

source : http://www.impact24.info/les-vieilles-idees-et-lalgerie-nouvelle/

Tag(s) : #-Algérie, #-Politique, #-Armée, #-polémiques algériennes

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau