ARABIE SAOUDITE

ARABIE SAOUDITE

LES ROITELETS DU GOLFE DISENT NON A L’ARABIE SAOUDITE POUR SON PROJET D’UNION DU GOLFE

Les Princes du Golfe disent « Non » à l’Arabie-saoudite pour son projet de l’Union du Golfe

 Depuis 24 minutes  8 décembre 2016

ارشيف
ارشيف

 Arabie saoudite - Monde arabe - Pays du Golfe - Spécial notre site

Rédaction du site

Prévu pour servir de tremplin pour faire passer le projet de l’Arabie-Saoudite d’un Union du Golfe, le sommet du CCG , qui a eu lieu à Manama,  s’est réduit à une réplique des sommets précedents , reprenant les mêmes termes pire encore, les mêmes comuniqués finaux!

Quelques jours avant la tenu du sommet de Manama, les médias saoudiens ont diffusé une quantité énorme d’articles dans leurs quotidiens et  de rapports dans leurs chaines satellitaires, sans compter leurs réseaux sociaux, pour répandre l’idée que le sommet abordera le projet de l’ «Union du Golfe».

Or,  le projet n’a pas été mentionné à  l’ordre du jour du sommet en question, voire il n’a même pas été évoqué dans le communiqué final, ne serait ce que par courtoisie. Le communiqué final s’est contenté de rappeler l’importance en ce que   » les États du CCG soient reliés via des réseaux de  transport,  et de soutenir la jeunesse  via le développement de l’information et le développement  de la connaissance ».

Il convient de rappeler qu’il y a un an, durant le sommet de Riyad, le roi Salman a imposé la formation d’une comission des affaires économiques et de développement des  pays du CCG », et dont la première réunion a eu lieu le 10 Novembre dernier à Riyad.

A l’époque,le vice-prince héritier saoudien, Mohammed bin Salman, a annoncé en toute confiance, que « les Etats du Golfe pourrait devenir la sixième économie mondiale »,  ajoutant que nous vivons  une époque marquée par un grand nombre de fluctuations économiques dans le monde, et donc  il convient de former une  Union , c’est pourquoi nous aspirons à travers cette réunion de lancer un tel projet afin de réaliser  les objectifs souhaités par les dirigeants des pays du CCG ».

Le désir de Riyad d’évoluer de l’état de « coopération » à celle d' »union » , via la porte de l’économie n’était pas suffisant pour l’Arabie. C’est pourquoi,  cinq jours aprés ladite réunion, le filsde  Salman, a présidé , en sa qualité de ministre de la Défense , une  réunion des ministres de la Défense des pays du CCG .

Il a mis en garde ses homologues du Golfe des dangers qui guettent la région, rendant pour ainsi dire  impératif une Union entre eux. Il a souligné  que « le domaine de la défense militaire est l’un des domaines les plus importants, en particulier à la lumière des défis auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui ».

Cependant, ni la séduction économique ni la mise  en garde sécuritaire  a convaincu les pays du CCG à se soumettre à l’idée saoudienne d’une Union .

Que cherche Riyad à travers ce projet d’Union?

Il est important de noter que les documents des affaires étrangères saoudiennes, publiées par  «Wikileaks» l’été dernier,  souligne  la controverse qu’a suscité un tel projet chez les dirigeants des pays du Golfe , suite à l’invitation de l’ancien roi  Abdallah lors du sommet de Riyad en 2011, de former une «Union du Golfe».

Il apparait des câbles échangées entre l’ ex-ministre des Affaires étrangères Saoud al-Faisal et les ambassadeurs dans les capitales du Golfe , que ce dernier tentait de les convaincre d’une Uinion des pays du Golge à l’image de l’Union européenne.

A titre d’exemple, l’ambassadeur de Riyad  à Abu Dhabi, a envoyé un câble au roi Abdallah, dans lequel il rapporte la position des EAU sur le projet de l’Union. Le diplomate saoudien présente  les contradictions défendues par la position émiratie autour  d’un tel projet et  il conclut en s’interrogeant: « Comment une Union des pays du Golfe peut-elle réussir, alors  que  l’Union des EAU  souffre encore des contradictions ont mentionné précédemment? »

En Février 2012, l’ambassadeur de Riyad à Koweït envoie un télégramme au roi Faisal, dans lequel il rapporte la position du président de l’Assemblée nationale koweïtienne, Ahmed al-Saadoun, concernant ce projet d' »Union »:  » nous sommes entrain de mentire à nous-mêmes si nous affirmons que nous pouvons former une telle Union..  Comment peut-on créer une  une union entre des pays qui souffrent d’une réelle représentation populaire et qui ne respectent pas les droits des peuples et dont les prisons sont bondés de milliers de prisonniers politiques? »

L’ex-député koweïtien et fondateur de  Mouvement national koweïtien,  Ahmad al-Khatib, a écrit un article, le 16 mai 2012, intitulé: « … aux dirigeants du Golfe .. le projet de l’Union a échoué», dans lequel il a expliqué les raisons pour lesquelles cette Union ne verra jamais le jour ni dans les domaines économique, politique ou social ».

Il y a cinq ans, quand  le roi Abdallah a proposé son projet, les forces saoudiennes du  «Bouclier de la Péninsule» avaient occupé  les rues de Bahreïn afin de réprimer la révolte populaire. A cette époque,  l’Egypte et la Tunisie vaient changé de pouvoir. Les Saoudiens ont profité de ces événements et des soulèvements dans le monde arabe afin de faire peur les pays du Golfe de  scénarios semblables dans leur payset du coup leur faire accepter l’idée d’une «Union».

Aujourd’hui, avec le changement de la situation en Syrie et la réduction à néant de toute chance de renverser le régime en Syrie, avec  la victoire de l’Irak dans sa guerre contre Daesh, avec  l’échec cuisant de l’Arabie au Yémen, les Saoudiens ont pensé que les conditions étaient favorables pour  relancer le  projet.

Aussi,  Riyad veut exploiter la position officielle du CCG contre l’adoption de la loi «Justa» aux États-Unis, pour mettre en garde  ses voisins de la politique du président américain élu, Donald Trump et des républicains au Congrès, envers les pays du Golfe. Sachant , que la crise économique résultant de la baisse continue des prix du pétrole a touché  tous les pays du Golfe, en particulier celle de l’Arabie Saoudite.

Source: traduit du site al-Akhbar

http://french.almanar.com.lb/136101


 

ARABIE SAOUDITE : 15 CIVILS DECAPITES POUR « ESPIONNAGE » EN FAVEUR DE L’IRAN

Arabie saoudite: 15 civils exécutés pour espionnage en faveur de l’Iran

 Depuis 2 heures  6 décembre 2016

justicesaodienne

 Arabie saoudite - Monde arabe - Pays du Golfe

no author

La justice saoudienne a de nouveau montré toute sa rigueur en exécutant 15 personnes pour espionnage. La justice saoudienne a exécuté 15 membres d’une cellule menant des activités d’ espionnage pour le compte de l’Iran, annonce la chaîne télévisée Al-Arabiya.

Selon la chaîne, ces 15 personnes font partie de 32 suspects arrêtés en 2013. Il s’agit de 30 Saoudiens chiites, d’un Iranien et d’un Afghan. On ignore dans l’immédiat le verdict rendu pour les 17 autres.

Tous ont été jugés en février. Parmi les chefs d’accusation retenus contre eux figuraient ceux de création d’un réseau d’espionnage avec des agents des services de renseignement iraniens et transmission à ceux-ci de renseignements à caractère militaire.

Il leur a été également reproché d’avoir cherché à saboter les intérêts économiques saoudiens, d’avoir voulu saper la cohésion de la communauté et d’avoir incité à des tensions entre communautés. Ils ont été également accusés d’avoir soutenu des manifestations dans la région majoritairement chiite de Katif, dans la Province orientale, d’avoir recruté des espions et d’avoir commis des actes de haute trahison envers le roi.

Source: Sputnik

http://french.almanar.com.lb/132020


 

L’ARABIE DES « DROITS DE L’HOMME » CONDAMNE A LA DECAPITATION UN JEUNE OPPOSANT HANDICAPE

Arabie saoudite: un jeune opposant handicapé de 23 ans condamné à la décapitation

Riyad s’apprête à exécuter un jeune opposant handicapé de 23 ans accusé d’avoir «attaqué la police» dans une manifestation contre le gouvernement.

Munir al-Adam a été condamné à la peine capitale par décapitation par un tribunal spécialisé de Riyad. Outre plusieurs «délits», il est accusé par les autorités d'avoir attaqué des forces de police en marge d’une manifestation antigouvernementale en 2011, alors qu’il n’avait que 18 ans, dans la ville de Qatif.

La justice saoudienne souligne que le jeune homme est passé aux aveux durant les interrogatoires, mais ce dernier assure que ces confessions, qu'il réfute, lui ont été soutirées par la torture. Il ajoute par ailleurs qu’on l’accuse d’avoir «envoyé des messages» alors qu’il ne possédait, à l’époque, aucun téléphone portable. Sa famille a indiqué qu’elle allait faire appel de la sentence.

Devenu partiellement sourd et aveugle à la suite d’un accident survenu dans son enfance, Munir al-Adam a été arrêté par les autorités saoudiennes en février 2012, plusieurs mois après les faits qui lui sont reprochés. Il affirme avoir aujourd’hui complètement perdu l’usage d’une oreille, après avoir été sévèrement battu par la police.

En 2015, les exécutions avaient déjà atteint un record depuis 20 ans dans le royaume wahhabite, à savoir 158 personnes selon le rapport annuel d’Amnesty International, publié il y a un mois.

Le 28 octobre, l’Arabie saoudite a été réélue au Conseil des droits de l'Homme de l'ONU, malgré une vive campagne de protestations de la part d’organisations de défense des droits de l’Homme.

Source : agences et rédaction

 

05-11-2016 | 10:29

http://www.french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=20757&cid=304#.WB9m0PnhA2w


 

REVELATION DES NOMS DE 122 OFFICIERS ISRAELIENS ET US DANS UNE BASE MILITAIRE EN ARABIE

122 officiers israéliens et américains dans une base militaire en Arabie saoudite

La dirigeante du parti israélien «Meretz», Zehava Gal-On, vient de révéler les noms de 122 militaires américains et israéliens qui travaillent activement dans une base saoudienne, la base aérienne Saoud al-Fayçal à Tabouk.

122 officiers israéliens et américains dans une base militaire en Arabie saoudite.

Un autre site israélien a récemment dévoilé qu’une note d’entente a été signée entre Washington et Riyad sur le déploiement dans cette base d’un système de défense antiaérien et d’un système radar sophistiqué.

Selon un rapport du site israélien «Israel in Arabic» et d’après un document présenté par la secrétaire générale du parti israélien de gauche «Meretz», cet accord a été signé avec les Saoudiens au cours d’une visite d’Obama en avril 2016 à Riyad et vise à renforcer le système antimissile israélien «Dôme de fer».

À cette fin, vu que l’Arabie saoudite envisage de mettre à la disposition de l’armée israélienne les deux îles de Sanafir et Tiran, il n’est pas nécessaire que «nos officiers spécialisés se déploient dans la base aérienne de Saoud al-Fayçal à Tabouk», a-t-elle dit.

Qualifiant d’«irréfléchie» cette décision de Benjamin Netanyahu, Zehava Gal-On a conclu qu’un tel geste pourrait tôt ou tard faire tomber «Israël» dans le piège du terrorisme saoudien.

Source: Press TV

01-11-2016 | 11:47

http://www.french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=20702&cid=304#.WBjDvPnhA2w


 

 

LA FIN DE L’ARABIE « SAOUDITE » EST PROCHE

The Observer : la fin de l’Arabie Saoudite approche .. la vision de Ben Salman s’effondre

 Depuis 9 heures  29 octobre 2016

أوبزرفر: السعودية اقتربت من نهايتها.. ورؤية بن سلمان بداية الانهيار

 Arabie saoudite - Monde arabe - Pays du Golfe - Spécial notre site

Rédaction du site

Selon le site britannique The Observer ,  « la réforme économique en Arabie Saoudite aura une incidence sur la région du Moyen-Orient tout entière et non seulement sur la monarchie », a rapporté la chaine satellitaire iranienne alAlam.

Le site a également souligné que  » depuis la chute du prix du pétrole de 100 $ en mi-2014 à 50 $ en Septembre 2016, la crise financière en Arabie Saoudite s’est appronfondie, forçant le gouvernement à annoncer des plans d’austérité en Décembre 2015  et à diversifier son économie en réduisant sa dépendance au secteur public ».

« Puis, le gouvernement a décidé de tirer des avantages directs de son  monopole sur les lieux saints islamiques, en imposant une charge de 2000 riyals sur les visas du Hajj et de la Omra. Ces développements indiquent que l’État saoudien s’approche de sa fin. Une lecture objective sur ces réformes nous permet de constater que  l’État saoudien est responsable de son effondrement, d’autant plus qu’il est incapable de se libérer de sa dépendance envers ses  richesses pétrolières, sans compter quee beaucoup d’ obstacles empêchent la mise en œuvre de la Vision 2030 » poursuit The Observer.

Le site en question a souligné  que « l’Arabie saoudite est une dictature religieuse , qui a puisé son pouvoir via un contrat social historique à travers lequel  le gouvernement fournit des droits économiques généreux au détriment des libertés civiles. Cela se traduit par un système de sécurité sociale général accompagnant le citoyen saoudien depuis sa naissance jusqu’à sa mort. Toutefois après les nouvelles réformes économiques, le trône du royaume a commencé à trembler. En Mars 2016, le gouvernement a réduit les subventions sur l’essence, l’électricité et l’eau, provoquant la colère populaire qui a été exprimée dans les médias sociaux. En outre, le gouvernement envisage d’appliquer une réduction progressive de l’emploi dans le secteur public, ainsi qu’un vaste programme de privatisation des institutions publiques ».

Le site  britannique estime que  » ce défi  conduira l’ Arabie Saoudite  à la tyrannie sachant qu’elle jouit d’une vaste expérience dans ce domaine  suite à son intervention musclée à Bahreïn, où la scène des chars saoudiens qui ont occupé les rues de Manama  pour écraser les manifestations pendant le printemps arabe de 2011 sont toujours vivantes. Et cela  risque de se produire à nouveau dans le pays à cause de ses problèmes financiers internes et des menaces politiques,  cela signifie que les pays voisins autoritaires sont également confrontés à des menaces internes graves ».

Selon le Département des statistiques et de l’information du pays,  l’Arabie Saoudite accueille environ 10400000 expatriés. Et environ 75% d’entre eux sont de l’Inde, du Pakistan, du Bangladesh, de l’Egypte et des Philippines. L’Egypte elle-même a environ 2 millions de travailleurs en Arabie Saoudite.

Or aujourd’hui,  la demande de travailleurs étrangers en Arabie Saoudite a diminué considérablement en raison de l’austérité économique. Cette baisse de la demande pour les travailleurs étrangers sur le marché saoudien menacera le transfert de revenus et de devises dans les économies nationales qui dépendent du travail à l’étranger. Par exemple, dans le cas de l’Egypte, le transfert de revenus est la principale source de réserve en devises du pays, et donc si l’Arabie saoudite réduit sa demande de travailleurs égyptiens,  cela constitue une menace grave pour l’ensemble de l’économie égyptienne.

Source: Médias

http://french.almanar.com.lb/71421


 

LE FMI AVERTIT L’ARABIE QUE SA POMPE A FRIC EST EN CHUTE LIBRE.

FMI: l'économie saoudienne est en chute libre

Thu Oct 27, 2016 9:30AM

  1. Accueil
  2. Moyen-Orient

Le ministre saoudien des Finances Ibrahim al-Assaf, lors d'une conférence à Riyad, le 3 mai 2016. AFP

Le ministre saoudien des Finances Ibrahim al-Assaf, lors d'une conférence à Riyad, le 3 mai 2016. AFP

Le fonds monétaire international, FMI, a de nouveau averti les autorités saoudiennes sur leur économie en chute libre.

Le FMI appelle le pays à plus de réformes et d’initiatives pour trouver de nouveaux revenus. L’Arabie Saoudite est aujourd’hui confrontée à de graves problèmes financiers, a précisé le FMI.

Cité par l’agence IRNA, Christine Lagarde, directrice générale du FMI, a souligné à l’issue d’une rencontre avec les hautes autorités saoudiennes que Riyad doit toujours garder le cap de la réduction des dépenses pour financer son déficit budgétaire.

Les Saoudiens doivent diversifier leur économie pour ne plus être dépendants des revenus pétroliers. La directrice du FMI a mis en garde les autorités saoudiennes contre un PIB du pays chuté de façon colossale pour dire que Riyad doit adopter sans tarder des mesures immédiates.

S’exprimant par ailleurs devant les journalistes, le ministre saoudien des finances, Ibrahim al-Assaf, a assuré que Riyad ne se contentera pas de ses bons du trésor et adoptera de nouvelles mesures.

Le FMI a de même annoncé dans son rapport que la baisse des prix du pétrole mettra à mal les pays exportateurs.

Toujours selon ce rapport, le FMI prévoit que la forte baisse des prix du pétrole confrontera les pays exportateurs des régions du Moyen-Orient, de l’Afrique du Nord, dont l’Irak, l’Arabie Saoudite et la Libye, à de sérieuses crises économiques.

« Dans 5 ans, leurs réserves en devise touchent à sa fin » prévient-il.

S’agissant d’autre pays arabe du golfe Persique, dont l’économie est dépendante du pétrole, tel le Koweït, le Qatar et les Emirats arabes unis,  le FMI a affirmé qu’ils ont réussi, en adoptant des réformes économiques, à diminuer leur dépendance de la manne pétrolière et à augmenter ainsi leurs réserves en pétrole.

Quant à l’Arabie, Riyad n’arrivera pas équilibrer son budget sans l'austérité et cela pour une période de 5 ans.

L'Arabie saoudite projette un déficit budgétaire de 13%. Une situation d’ailleurs améliorée par rapport à l’année dernière avec un déficit de 15.9%.

 La chute du prix du pétrole a entraîné la réduction des recettes de l’Arabie. Son budget a affiché un déficit record en 2015. En déficit, l’Arabie est désormais contrainte à l’austérité. 

http://presstv.com/DetailFr/2016/10/27/490895/FMI-Arabie-Finances-Economie


 

REPRISE DES SEANCES DE FLAGELLATION

Raif Badawi : le gouvernement saoudien reprend les séances de flagellation

Selon la fondation Raif Badawi, le blogueur emprisonné en Arabie saoudite pour «insulte» à l'Islam et «apostasie» sera de nouveau fouetté. Cette fois les coups devraient être donnés à l'intérieur de la prison plutôt qu'en place publique.

Raif Badawi : le gouvernement saoudien reprend les séances de flagellation

La fondation Raïf-Badawi sonne l’alarme, affirmant que le blogueur saoudien, emprisonné depuis juin 2012 pour «insulte à l'Islam» et «apostasie», devrait subir sous peu de nouveaux coups de fouet. Les séances de flagellations se dérouleraient à l’intérieur de la prison où il est détenu. Raïf Badawi avait été condamné à 1 000 coups de fouet et à une peine de dix ans d'emprisonnement. Des séances de flagellation - par séries de 50 coups - avaient déjà eu lieu mais d'autres avaient été annulées à cause de la santé fragile du blogueur.

Le Canada demande «la clémence» de l'Arabie Saoudite

Le Canada, pays où s'est réfugiée la famille Badawi, prend ce cas au sérieux. Stéphane Dion, le ministre des Affaires étrangères, est catégorique : «ce n'est pas un cas consulaire, c'est un cas humanitaire [...] le Canada considère la peine infligée à Raif Badawi comme une violation de la dignité humaine et nous continuons de demander la clémence».

Le 5 octobre, à Ottawa, la femme de Raif Badawi a demandé au premier ministre Justin Trudeau d'intervenir personnellement auprès des autorités saoudiennes pour que son mari soit libéré. Cependant, l'Arabie saoudite ne reconnaît pas le gouvernement du Canada comme un interlocuteur dans ce dossier, Raïf Badawi n'étant pas citoyen canadien.

De son côté, la fondation Raif Badawi demande au gouvernement saoudien de retirer au blogueur sa citoyenneté : «La chose la plus pertinente est de demander au Royaume de révoquer la citoyenneté de Raif Badawi [...] pour qu'il puisse aller se réfugier dans une ambassade qui voudra l'accueillir», soutient la directrice de la fondation, Evelyne Abitbol.

Source : sites web

21-10-2016 | 14:12

http://www.french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=20556&cid=304#.WAqBbOCLQ2w


 

L’ARABIE DEPENSE 400 MILLIONS DE DOLLARS POUR ACHETER DES DRONES A « ISRAËL »

Moujtahed: l’Arabie achète des drones d’Israël d’une valeur de 400 millions de dollars

 Depuis 17 minutes  21 octobre 2016

السعودية ستشتري طائرات بدون طيار من "إسرائيل" بـ400 مليون دولار!

 Arabie saoudite - Monde arabe - Pays du Golfe - Spécial notre site

Rédaction du site

Comme à son habitude, le fameux Tweeter saoudien Moujtahed a révéle sur son compte les scandales des alSaoud.

Il a dévoilé  » des informations confidentielles selon lesquelles l’Arabie a signé un contrat d’achat de drones avec l’ennemi israélien via la médiation de  l’Afrique du Sud » a rapporté la chaine satellitaire iranienne alAlam.

Il a évoqué  » un rapport officiel qui confirme que  » l’Arabie compte construire une usine de production de drones en Afrique du sud  » soulignant que ce rapport est une « ruse ».

Il a souligné que  » malgré le conflit politique entre l’Afrique du Sud et« Israël », il n’empêche que  la coopération militaire des deux côtés subsiste totalement, notamment en termes d’achat de drones « .

Il a précisé : » en fait l’Arabie compte acheter des drones israéliens au nom de l’Afrique du Sud, puis ces drones seront démontés en Afrique du Sud pour être délivrés à l’ Arabie Saoudite où ils seront rassemblés ».

Il a conclu: « Cela signifie que le prince Mohammed bin Salman, le prince héritier saoudien et ministre de la Défense  commet une fraude et une trahison dans cette affaire. Cette trahison profite à » Israël qui vend ses drones « .

Source: Médias

http://french.almanar.com.lb/59468


 

UN OUVRIER TUE ET 10 AUTRES BLESSES LORS D’UN INCENDIE DANS UN SITE D’ARAMCO

Arabie-saoudite: incendie dans un site pétrolier d’Aramco

 Depuis 56 minutes  20 octobre 2016

aramcobrule

 Arabie saoudite - Monde arabe - Pays du Golfe

no author

Un ouvrier a été tué et plusieurs autres blessés dans un incendie, survenu mercredi 19 octobre, dans une installation pétrolière du géant pétrolier Aramco, près de la capitale Riyad.

A en croire le siteweb du quotidien bahreïni al-Wassat, l’incendie a eu lieu près d’un réservoir sur la station de traitement de brut dans la région d’Alwsea.

Les médias saoudiens affirment que  le feu a été maîtrisé à 70% et que les opérations sur le site se poursuivent toujours. L’incendie a fait un mort et 10  blessées.

Les causes de cet incendie restent indéterminées et suscitent de nombreux commentaires dans la mesure où le système de surveillance dont jouit le site est bien solide. Aramco est au cœur d’un violent querelle du pouvoir qui met face à face les partisans et les adversaires de l’actuel roi.

Un programme de réforme économique destiné à réduire la dépendance du royaume au pétrole a été proposé sans attirer toutefois l’avis favorable d’un bon nombre d’économistes qui le juge « ambitieux » et  » irréalisable ».

Source: Agences

http://french.almanar.com.lb/57627


 

L’ARABIE CESSE DE FINANCER SES ALLIES AU YEMEN

Ryad stoppe le financement de ses alliés au Yémen

 05 Oct, 2016 10:40  5 octobre 2016

enfants-argent

 Monde arabe - Yémen

L’Arabie saoudite a stoppé l’aide financière accordé au gouvernement démissionnaire yéménite. Elle a également suspendu le financement de ses milices et des responsables justifiant son agression militaire contre le Yémen. Cette initiative intervient sur fond de déficit budgétaire frappant l’économie saoudienne en raison de la guerre contre le Yémen et la baisse du coût du brut.

Les autorités saoudiennes ont en outre baissé les « frais d’accueil » offerts au président démissionnaire Abed Rabbo Mansour Hadi (réfugié en Arabie) et à son gouvernement. Ryad a dans ce contexte gelé le renouvellement des visas d’entrée en Arabie à des centaines de yéménites partisans de la coalition, dirigé par l’Arabie, qui mène depuis Mars 2015 une guerre meurtrière au Yémen.

Le président du parti populaire démocrate, Salah Sayyadi, a émis des craintes sur l’abandon par Ryad des membres du « Congrès de Ryad » qui ont été dépêchés en Arabie. Plus de 100 mille Rials était payé chacun d’eux en échange d’apporter une couverture politique de la guerre de la coalition au Yémen. Ces privilèges ont été retirés des membres de ce Congrès qui se plaignent de leur situation critique. Sayyadi a envoyé une lettre à Hadi dans laquelle il lui explique que « Ryad a refusé de renouveler leur séjour. Les membres du Congrès sont traqués par la police sous prétexte qu’ils sont des résidents illégaux, et plusieurs d’entre eux sont désormais incarcérés dans les prisons ». « Il s’agit d’une insulte propre contre ceux qui sont alliés aux côtés de la coalition », s’indigne-t-il, rapporte le quotidien libanais AlAkhbar.

Il est à noter que ces mesures interviennent au moment où les affrontements opposant l’armée yéménite et Ansarullah aux forces saoudiennes se sont étendues à de grandes villes saoudiennes, dont entre autres : Jizane et Najrane (sud de l’Arabie). Les forces yéménites ont également progressé vers la région de Zahrane Assir (sud-ouest).

Un responsable de l’ONU « affligé » par la malnutrition au Yémen

malnutritionSur un autre plan, le patron des opérations humanitaires de l’ONU, Stephen O’Brien, a dit mardi à Sanaa qu’il était « absolument affligeant » de voir les enfants au Yémen souffrir de malnutrition, conséquence de la guerre saoudienne.

S’adressant à des journalistes dans la capitale yéménite contrôlée par l’armée yéménite et Ansarullah, M. O’Brien a indiqué avoir visité un hôpital de la ville portuaire de Hodeida, où il a rencontré des « petits enfants touchés par la malnutrition ».

« Il est absolument affligeant de voir une telle malnutrition », a dit le responsable de l’ONU qui concluait une visite de deux jours au Yémen.

Selon l’Unicef, près de trois millions de personnes ont besoin d’une aide alimentaire immédiate au Yémen et 1,5 million d’enfants souffrent de malnutrition, dont 370.000 de malnutrition dite +aiguë sévère+, qui affaiblit leur système immunitaire au point de multiplier par dix les risques de mourir ».

Chronique au Yémen, pays le plus pauvre de la Péninsule arabique, la malnutrition a été exacerbée par la guerre et l’embargo saoudien imposé au Yémen.

Cette guerre a fait plus de 6.700 morts et déplacé au moins trois millions de Yéménites depuis mars 2015.

 

Traduit par AlManar à partir d’AlAkhbar + AFP

Source: Sites

http://french.almanar.com.lb/36210