ARABIE SAOUDITE

ARABIE SAOUDITE

LE ROI SALMANE, LE BOUCHER GENOCIDAIRE DU PEUPLE YEMENITE QUALIFIE L'IRAN DE FER DE LANCE DU TERRORISME MONDIAL

Le roi Salmane accuse l'Iran de tous les maux que commet le royaume wahhabite

Sun May 21, 2017 5:30PM

Le roi saoudien participe dans un sommet du CCGP, le 21 mai 2017 à Riyad. ©AFP

Le roi saoudien participe dans un sommet du CCGP, le 21 mai 2017 à Riyad. ©AFP

Salmane ben Abdelaziz a qualifié l’Iran de « fer de lance du terrorisme mondial ».

Il a repris ses allégations anti-iraniennes lors de la cérémonie d’ouverture du sommet entre pays arabo-musulmans et États-Unis.

Ce dimanche 21 mai, le roi saoudien s’en est pris verbalement, de façon inédite, à l’Iran, l’accusant d’être « le fer de lance du terrorisme mondial ».

Devant le président américain Donald Trump et une cinquantaine de responsables arabo-musulmans, Salmane ben Abdelaziz Al Saoud s’est livré à un discours sur la coexistence pacifique et les traits paisibles de l’islam avant d’accuser l’Iran de soutenir le terrorisme.

Il a prétendu que l’Iran « s’est transformé en un fer de lance du terrorisme mondial après la victoire de la Révolution islamique sous la direction de l’Imam Khomeiny ».

Ne faisant aucune allusion au fait que la plupart des éléments takfiristes et terroristes de Daech ont la nationalité saoudienne, il a mis au même pied d’égalité l’Iran, le Hezbollah, les Houthis, Daech et Al-Qaïda, soulignant que l’Arabie saoudite « a agi avec succès face au terrorisme ».

« L’Iran ne respecte pas les lois internationales notamment les lois concernant les principes du bon voisinage. Le régime iranien compte sur ses alliés pour propager le communautarisme », a prétendu le roi d’Arabie qui a ensuite fait part de la mise en place d’un centre international destiné à lutter contre le terrorisme.

Ce discours du monarque saoudien semble être une vraie farce sachant que parmi les 19 auteurs de l’attentat terroriste du 11 septembre, 15 étaient de nationalité saoudienne. L’audience a peut-être oublié les longues années de soutien qu’a apporté l’Arabie saoudite à son allié despotique Saddam Hussein, connu pour sa cruauté et son autocratie.

Aujourd’hui, personne n’ignore comment le wahhabisme, la religion d’État en Arabie saoudite, se joue au moteur idéologique des takfiristes de Daech et d’autres groupes terroristes.

C’est bien sous couvert des institutions caritatives et religieuses, partout dans le monde, que l’Arabie saoudite propage, depuis des années, le wahhabisme et la violence dans d’autres pays.

Le soutien indéfectible de Riyad aux terroristes takfiristes en Syrie et en Irak, soit sous forme de pétrodollars, soit sous forme d’armes et de munitions, a été trahi et révélé, à maintes reprises, par divers moyens.

Les Yéménites vérifient le site d’un raid aérien saoudien qui a frappé une cérémonie de deuil, près de Sanaa, le 16 février 2017. ©AFP

Pire encore, l’Arabie saoudite a mis sur pied, en mars 2015, une coalition militaire pour attaquer le Yémen, une guerre en contradiction totale avec la charte des Nations unies qui a coûté la vie à quelque 12 000 Yéménites d’autant plus que l’instabilité qu’a engendrée cette offensive militaire, rend le terrain propice aux agissements des groupes terroristes dans ce pauvre pays arabe.

Dans la conjoncture où l’Arabie saoudite ne lésine sur rien pour déstabiliser le Moyen-Orient, massacrer la population yéménite, renforcer les terroristes takfiristes et propager des pensées extrémistes, la République islamique d’Iran se range aux côtés des Irakiens et des Syriens pour les aider à éradiquer les terroristes takfiristes qui ne cessent de créer des bains de sang en Syrie et en Irak.

Sur le terrain, les conseilleurs militaires iraniens appuient les forces irakiennes et syriennes pour qu’elles puissent lutter contre les terroristes de toute leur force et sur le plan diplomatique, les Iraniens organisent des réunions régulières en vue de trouver une solution négociée et politique à la crise sévissant dans la région.

http://presstv.com/DetailFr/2017/05/21/522730/Attaque-sans-prcdent-du-roi-saoudien-contre-lIran


 

50 DICTATEURS PANIQUES REUNIS A RIYAD

Un vent de panique souffle sur Riyad, depuis le résultat des élections libres en Iran

Sun May 21, 2017 3:35PM

Une réunion du CCGP avec la présence de Trump, le 21 mai 2017 à Riyad. ©AFP

Une réunion du CCGP avec la présence de Trump, le 21 mai 2017 à Riyad. ©AFP

« La victoire d’un Iranien raisonnable aux élections présidentielles libres en Iran fait peur aux Saoudiens dont aucun n’oserait organiser un tel scrutin », affirme un grand reporter britannique mondialement connu et surtout indépendant du journaliste de The Independent.

Robert Fisk, correspondant au Proche-Orient du journal The Independent, a rédigé un article titré « Rouhani’s victory is good news for Iran, but bad news for Trump and his Sunni allies », dans lequel il évoque la crainte des autorités saoudiennes face à la victoire d’un président « raisonnable » à l’issue des élections libres en Iran.

Robert Fisk (Photo d’archives)

« Presque aucun de ces cinquante dictateurs, réunis à Riyad pour rencontrer Donald Trump, n’oserait jamais organiser de telles élections à l’issue desquelles un président raisonnable a été élu », écrit-il. 

« C’est donc une grande victoire pour le gouvernement iranien et la jeunesse iranienne et une mauvaise victoire pour l’administration Trump, car l’homme, ayant signé l’accord nucléaire avec les États-Unis, qui croit en l’établissement d’une société civique dans son pays, est arrivé à s’attribuer 57 % de suffrages.

À part le Liban, la Tunisie et le Pakistan, tous les dictateurs féroces qui se sont réunis à Riyad pour rendre hommage à Donald Trump sont de nature en totale contradiction avec les élections en Iranien, surtout après l’annonce des résultats du scrutin. 

Pour presque tout dirigeant musulman en visite en Arabie saoudite, la démocratie n’est qu’une blague ou une farce. Ils se sont rassemblés pour encourager l’Arabie saoudite à déclencher une guerre contre l’Iran et ses alliés. C’est pourquoi les Saoudiens sont pris de panique en voyant un président iranien raisonnable remporter les élections libres ; des élections qu’aucun de ces cinquante dictateurs n’oserait jamais organiser », affirme M. Fisk.

Dans une autre partie de son article, Robert Fisk a fait allusion au taux de participation de 70 % des Iraniens à la présidentielle 2017 (en comparaison avec le maigre taux de participation de 58 % des Américains aux élections 2016), pour qualifier les Iraniens d’un peuple « très politique qui prend au sérieux les élections présidentielles ».

http://presstv.com/DetailFr/2017/05/21/522716/Robert-Fisk-Arabie-saoudite-Iran-dictateurs-Donald-Trump-Hassan-Rohani


 

L'ARABIE, 4e IMPORTATEUR D'ARMES DU MONDE CREE UNE NOUVELLE FIRME MILITAIRE

L’Arabie se dote d’une nouvelle firme militaire

 Depuis 29 minutes  18 mai 2017

avions2

 Arabie saoudite - Monde arabe - Pays du Golfe

L’Arabie saoudite, l’un des principaux acheteurs d’armes au monde, a annoncé jeudi la création d’une nouvelle entreprise militaire pour dynamiser son industrie de défense.

La Saudi Arabian Military Industries (SAMI), contrôlée par le gouvernement, « entend devenir l’une des 25 entreprises de défense mondiales d’ici à 2030 », indique dans un communiqué le fonds souverain Public Investment Fund (PIF).

Cette annonce intervient deux jours avant l’arrivée à Ryad du président américain Donald Trump pour sa première visite à l’étranger.

Des entreprises américaines figurent parmi les principaux fournisseurs d’armes à l’Arabie saoudite qui, depuis deux ans, mène une guerre meurtrière contre le Yémen voisin.

Cette nouvelle société sera à la fois fabricant et fournisseur de services, selon le PIF. Cela comprendra la maintenance et la réparation d’avions, la production de drones, la fabrication et la réparation de véhicules militaires.

Elle sera également impliquée dans les armes et les missiles, ainsi que dans les radars et autres équipements électroniques de défense.

Elle contribuera à hauteur de 3,7 milliards de dollars au Produit intérieur brut et investira plus de 1,6 milliard de dollars dans la recherche et le développement d’ici à 2030, précise le PIF.

Le gouvernement saoudien dit qu’actuellement, la part des dépenses militaires locales représente seulement 2% et qu’il vise à atteindre le chiffre de 50% d’ici à 2030.

Dans un rapport diffusé en avril, le Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI) a indiqué qu’en 2016, l’Arabie saoudite était le quatrième importateur d’armes au monde avec 63,7 milliards de dollars.

« SAMI établira des firmes par des coentreprises avec des fabricants d’équipements mondiaux et par la coopération avec des entreprises militaires locales », indique le PIF.

Parmi les entreprises locales figure la Military Industries Corporation, également contrôlée par l’Etat, dont le patron avait indiqué en décembre à l’AFP qu’il faudrait « quelques années » pour réduire la dépendance de l’armement étranger.

Le renforcement de l’industrie militaire locale est l’un des objectifs du plan Vision 2030, lancé l’an dernier et prévoyant de réduire la dépendance du royaume de ses recettes pétrolières, en baisse depuis l’effondrement à la mi-2014 des cours du brut.

Selon Vision 2030, le PIF est appelé à devenir le plus grand fonds souverain au monde.

Source: Avec AFP

http://french.almanar.com.lb/405986


 

TRUMP AUTORISE LA VENTE DES BOMBES GUIDEES LASER A L'ARABIE

Malgré les frappes saoudiennes au Yémen, Trump autorise la vente de bombes guidées à Riyad

Alors que l’administration Obama, se disant «préoccupée» des frappes contre les civils au Yémen, avait limité son aide militaire à Riyad, Donald Trump a pris la décision de débloquer l’accord sur la vente à l’Arabie saoudite des bombes guidées laser.

Malgré les frappes saoudiennes au Yémen, Trump autorise la vente de bombes guidées à Riyad.

L'administration Trump a débloqué la vente à Riyad de bombes guidées laser, suspendue par la précédente administration, a déclaré le ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel al-Jubeir.

«L'administration Trump l'a débloquée, et maintenant ils œuvrent sur la présentation de l'accord au Congrès», a précisé Adel al-Jubeir, qui est en visite à Washington.

Selon l'agence Reuters, les ventes devraient porter sur plus d'un milliard de dollars de ces armes fabriquées par le groupe Raytheon.

Il est à noter que la précédente administration démocrate avait bloqué la vente à Riyad de bombes guidées en raison de «préoccupations» concernant les victimes civiles dans le conflit au Yémen.

Dirigée par l'Arabie saoudite, la coalition arabe, effectue depuis mars 2015 des raids sur les zones résidentielles au Yémen. Or, de nombreux cas de frappes sur des installations civiles, notamment des écoles et des hôpitaux, ont été recensés.

Selon les données du Centre yéménite pour les droits et le développement, depuis le printemps 2015, le conflit a coûté la vie à plus de 10 000 civils, dont 2 400 enfants et 2 000 femmes.

Source: agences et rédaction

05-05-2017 | 14:36

http://www.french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=23005&cid=304#.WQzNeNKLQ2w


 

VENT DE COLERE DU PEUPLE CONTRE LES ROITELETS D'ARABIE. APPEL A UNE MANIF GENERALISEE DANS TOUT LE PAYS

Appel à la manifestation généralisée dans toute l’Arabie saoudite

Fri Apr 28, 2017 5:43PM

Des jeunes saoudiens. (Photo d’archives)

Des jeunes saoudiens. (Photo d’archives)

Sur les réseaux sociaux, un appel à la manifestation généralisée dans toute l’Arabie saoudite vient d’être lancé sur fond de protestation sociale et plus particulièrement de chômage des jeunes.

L’appel à manifester dimanche devant les services publics chargés de l’emploi circule sur les réseaux sociaux sous le hashtag : « Rassemblement chômage ».

Il y a peu, un autre appel avait été lancé sur les réseaux saoudiens, appel auquel le gouvernement a répondu en réinstaurant les aides sociales récemment supprimées.

Il faut dire qu’à la suite de la réduction du prix de pétrole et de l’augmentation des frais militaires de l’Arabie saoudite au Yémen, le roi saoudien avait suspendu il y a 18 mois « toutes les aides, avantages et primes des employés. »

Riyad a en effet dépensé au Yémen des milliards de dollars dans une guerre qui a en plus coûté la vie à plus de 12 000 personnes et pour laquelle Riyad a dû acheter une grande quantité de matériel militaire à ses alliés occidentaux.

Les Saoud ont interdit les manifestations en Arabie et les appels à manifester précédents n’ont fait que rendre le système plus sécuritaire, avec une plus importante présence policière dans les villes saoudiennes et plus particulièrement à Riyad.

D’autres usagers des réseaux sociaux ont créé des hashtags tels que : « Nous ne cherchons que du travail ! », « Nous ne sommes pas Daech ! », « Nous ne voulons que du travail et rien d’autre ! »

Un usager a même écrit que les Saoud, au lieu de s’occuper des problèmes économiques des Saoudiens, ne faisaient que dépenser l’argent du pays à l’étranger.

Selon les sources saoudiennes, la guerre poursuivie par Riyad au Yémen a eu un effet très néfaste sur l’économie saoudienne et a obligé le gouvernement saoudien à adopter des mesures d’austérité.

http://presstv.com/DetailFr/2017/04/28/519808/Grande-protestation-sociale-en-Arabie


 

L'ARABIE SAOUDITE, 1er PAYS EXPORTATEUR DE PETROLE AU MONDE PERD DU TERRAIN FACE A L'IRAN ET A L'IRAK

L’Arabie saoudite perd du terrain sur le marché du pétrole en faveur de l’Iran

 Depuis 2 heures  28 avril 2017

opep

 Monde islamique

Selon les résultats des recherches menées par l’Abu Dhabi Investment Authority (ADIA), l’Arabie saoudite, le plus grand exportateur de pétrole dans le monde est en train de perdre du terrain sur le marché régional face à l’Iran et l’Irak, a annoncé Bloomberg.

La raison de cette régression est due, a écrit Bloomberg, à la mise en application de l’accord de l’OPEP selon lequel les pays producteurs de pétrole se sont engagés à limiter leur production afin de soutenir le prix du pétrole

« Si vous cherchez les gagnants sur le marché du pétrole, vous devez regarder du côté de l’Iran et de l’Irak », a déclaré Christof Rühl, directeur de recherche au sein de l’ADIA, mercredi lors d’une conférence de presse à Dubaï.

Selon ce rapport, les pays exportateurs de pétrole de l’OPEP ont convenu de limiter leur production. Le quota de production de l’Arabie saoudite est fixé à 486 000 barils par jour, et celui de l’Irak à 210 000, mais l’Iran a été autorisé à augmenter sa production de 90 000 barils par jour.

« À la suite de la levée des sanctions internationales, l’Iran a augmenté sa production de pétrole alors que l’Arabie saoudite avait, avant même l’accord de l’OPEP, diminué sa production », a déclaré Rühl, qui coopérait par le passé avec la compagnie pétrolière British Petroleum.

« L’Arabie saoudite sait très bien qu’en raison de l’augmentation de la production iranienne, elle perdra sa place sur le marché. Riyad a donné son feu vert à cet accord à un moment où la production de pétrole de l’Iran battait son plein », estime l’expert.

Selon les chiffres des douanes iraniennes et irakiennes, ces deux pays ont augmenté leur exportation vers la Chine alors que l’Arabie saoudite a été dépassée par la Russie sur ce marché. L’Angola est le principal fournisseur de pétrole à la Chine.
L’Arabie saoudite va connaître un net recul sur les marchés régionaux, car les autres pays ont réussi à augmenter leur production. Riyad tente de conserver sa place en diminuant le prix de son pétrole.

L’Arabie saoudite diffusera la semaine prochaine le prix officiel pour le mois de juin. Il est probable que les autres pays se soumettent à ce prix.

L’année dernière, l’Arabie saoudite a accusé un déficit budgétaire d’environ 100 milliards de dollars. Ce pays a été même obligé de supprimer certaines subventions, dont celle accordée à l’énergie. D’autre part, l’agression contre le Yémen exerce de lourdes pressions économiques sur ce pays, de sorte que Riyad a été obligé de vendre sa plus grande compagnie pétrolière Aramco.

Source: Press TV

http://french.almanar.com.lb/377815


 

DEVENUE MEMBRE POUR 4 ANS DE LA COMMISSION DE LA FEMME, L'ARABIE SAOUDITE SODOMISE UNE ONU-CROUPION

A l’ONU, l’Arabie saoudite devient membre de la Commission de la femme !

 Depuis 2 heures  25 avril 2017

roisaoudien

 Arabie saoudite - Monde arabe - Pays du Golfe

La Commission de la condition de la femme des Nations unies (CSW), qui promeut le droit des femmes partout dans le monde, compte un nouveau membre: l’Arabie saoudite. Pays où est notamment appliquée la pensée wahhabite qui interdit aux femmes de prendre même le volant.

Dans un vote secret, l’Arabie saoudite a été élue par le Conseil économique et social de l’ONU (ECOSOC) à la Commission de la condition de la femme des Nations unies (CSW) pour une durée de quatre ans, soit de 2018 jusqu’à 2022.

Une décision « absurde, » déplore d’ores et déjà le directeur général de l’ONG de défense des droits de l’Homme « UN Watch », basée à Genève.

« Chaque femme saoudienne doit avoir un tuteur masculin qui prend toutes les décisions importantes en son nom contrôlant la vie d’une femme depuis sa naissance jusqu’à sa mort », rappelle en effet en Hillel Neuer sur le site internet de l’ONG. Et de conclure sur Twitter : « Elire l’Arabie saoudite à la protection des droits des femmes c’est comme nommer un pyromane chef des pompiers ».

La situation des femmes en Arabie n’a pourtant pas empêché cinq membres de l’Union Européenne d’élire le royaume – à bulletin secret – pour qu’il fasse partie de la CSW, précise « UN Watch ».

Avec Mariane + RT

http://french.almanar.com.lb/371600


 

LE FMI TORPILLE L'ECONOMIE DE L'ARABIE SAOUDITE

Le FMI a de mauvaises nouvelles pour Riyad

 Depuis 1 heure  20 avril 2017

fmi

 Arabie saoudite - Monde arabe - Pays du Golfe

Le Fonds monétaire international (FMI) a prévu que la baisse de production de pétrole et la politique d’austérité auraient des conséquences négatives sur l’économie saoudienne, a rapporté la chaîne iranienne arabophone Al-Alam.

La croissance économique en Arabie saoudite devrait ralentir à 1.3% en 2018.

Selon un dernier rapport du FMI, la croissance économique saoudienne a ralenti depuis 2014, d’où l’opposition de Riyad à la baisse de la production de pétrole.

L’Arabie saoudite s’est finalement engagée à baisser sa production de 486 000 barils par jour pour arriver à 1058 millions de barils.

La croissance économique aux Émirats arabes unis s’est établie à 2.7% en 2016 et elle devrait ralentir à 1.5% en 2017. La banque mondiale avait prévu une croissance de 2.5% pour les EAU en octobre 2017.

Au Koweït, la croissance sera négative à – 0.2 %. La croissance devrait aussi baisser dans les autres monarchies pétrolières du golfe Persique.

Source: Avec PressTV

http://french.almanar.com.lb/364560


 

UNE PREMIERE FEMME, MUSULMANE CHIITE, JUGEE POUR DES MANIFESTATIONS PACIFIQUES CONTRE LA DICTATURE SAOUDIENNE

Arabie: première femme jugée pour des protestations antigouvernementales

Une femme est jugée pour la première fois en Arabie saoudite en lien avec des protestations pacifiques de la minorité chiite dans le royaume dirigé par la dynastie wahhabite Al-Saoud, a rapporté mardi un journal local.

Arabie: première femme jugée pour des protestations antigouvernementales.

Le quotidien saoudien Okaz n'a pas identifié l'accusée mais a affirmé qu'elle était âgée de 43 ans.

«Il s'agit de la première femme» accusée, selon le journal, «d'implication dans des activités terroristes à Qatif», localité à majorité chiite dans l'est du royaume qui avait été le théâtre de plusieurs manifestations à caractère pacifique. Son procès s'est ouvert lundi.

Dans la foulée du «Printemps arabe», des manifestations antigouvernementales ont été organisées à partir de 2011 dans la Province orientale du royaume par des citoyens saoudiens de la minorité chiite qui se plaint de marginalisation.

Plus de 200 hommes ont été condamnés en lien avec ces manifestations pacifiques, certains à la peine de mort, a indiqué Ali Adubisi, directeur de l'European Saudi Organisation for Human Rights, basée à Berlin.

Ce dernier a identifié la femme jugée comme Naimah Almatrod, une infirmière, et confirmé qu'elle était la première femme à être poursuivie en justice pour les manifestations à Qatif.

«Elle est totalement innocente» de tout autre chose que d'avoir manifesté, a-t-il assuré à l'AFP, en la décrivant comme un «défenseur des droits de l'Homme».

À l'ouverture de son procès lundi, les procureurs l'ont notamment accusée de «troubles à l'ordre public» et «d'incitation à la violence sectaire», selon Okaz. Elle a aussi été accusée d'avoir utilisé les réseaux sociaux pour «incitation contre le gouvernement et la justice», selon les autorités wahhabites.

L'accusée a demandé au tribunal davantage de temps pour préparer sa défense «et choisir un avocat», a ajouté Okaz.

M. Adubisi a déclaré à l'AFP ignorer la peine qu'elle encourt en cas de condamnation.

Source: agences et rédaction

12-04-2017 | 12:00

http://www.french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=22721&cid=304#.WO5eRtKLQ2w


 

DEUX NOUVEAUX JEUNES DE LA FAMILLE DE CHEIKH NIMR TUES A AL-QATIF

Arabie: Deux nouveaux jeunes proches de Cheikh Nimr tué à al-Qatif

 Depuis 2 heures  29 mars 2017

Arabie: Deux nouveaux jeunes proches de Cheikh Nimr tué à al-Qatif
Arabie: Deux nouveaux jeunes proches de Cheikh Nimr tué à al-Qatif

 Arabie saoudite - Monde arabe - Pays du Golfe

awamiyaLes militaires saoudiens ont pris d’assaut, mardi 28 mars, la région d’al-Awamiyah dans la province orientale d’al-Qatif et tué par balle deux jeunes, appartenant à la famille du martyr cheikh Nimr Baqer al-Nimr. Miqdad et Mohammad al-Nimr ont été tués et Mohammad Abdallah al-Nimr a été blessé, a rapporté le site iranien francophone PressTV.

5 personnes ont également été blessés, dont deux grièvement atteints, par les tirs intensifs des forces du régime, ont affirmé des sources saoudiennes citées par le site iranien arabophone AlAlam.

awamiya2Et d’ajouter : les forces saoudiennes qui ont pris d’assaut la région agricole à Awamiya ont détruit et endommagé les voiturés garées dans les rues.

La province d’al-Qatif, à l’est de l’Arabie saoudite, est depuis 2011 le théâtre de protestations populaires contre l’injustice et la monopolisation des richesses par la famille royale des Al-Saoud.

Le régime ne cesse de réprimer les manifestations pacifiques des citoyens et il a déjà tué 20 personnes, blessé des dizaines et détenu des centaines de manifestants.

Il vise également leurs familles dans le but de resserrer l’étau autour des militants et des activistes à al-Qatif.

Le gouvernement saoudien a récemment privé les habitants d’al-Qatif dont les enfants sont poursuivis pour participation à des manifestations pacifiques, de tous les services bancaires et publics.

Rappelons que cheikh al-Nimr était un religieux de renom qui professait dans plusieurs universités et dénonçait la corruption qui touche le régime saoudien. Il a été exécuté par le régime en janvier 2016.

 

Source: Divers

http://french.almanar.com.lb/326610