EXPERTS DE L'ONU : L'ARABIE DOIT ANNULER L'EXECUTION D'UN MINEUR

 

L’Arabie doit annuler l’exécution d’un mineur, demandent des experts de l’Onu
L’équipe du site

L'Arabie saoudite doit annuler l'exécution prévue du neveu de cheikh Nimr Baqer Nimr (opposant emprisonné), accusé par Ryad d'appartenir à une organisation criminelle pour avoir participé à des manifestations réclamant des réformes dans le royaume wahhabite, lorsqu'il avait 17 ans, ont déclaré mardi des experts onusiens des droits de l'homme.

Ali Mohammed al-Nimr était au lycée en 2012 lorsqu'il a participé à des manifestations à Qatif, dans l'est du royaume.

Les experts de l'ONU ont indiqué dans leur communiqué que le jeune homme avait apparemment été torturé, contraint à passer aux aveux, et qu'il n'avait pu recourir à un avocat dans des conditions normales avant et pendant son procès, qui ne répondait pas aux normes internationales.

De même, son interjection en appel a été traitée "dans le mépris total des critères internationaux", ajoute le communiqué, cité par l'AFP.

"Toute sentence infligeant la peine de mort à des personnes mineures à l'époque du délit, ainsi que leur exécution, sont incompatibles avec les obligations internationales de l'Arabie Saoudite", ont estimé les experts.

Al-Nimr "peut être exécuté à tout moment" a précisé le communiqué.

Son oncle cheikh Nimr Baqir al Nimr a été blessé par balle par les agents de sécurité saoudiens lors de son arrestation, le 8 juillet 2012.

Nimr Baqir al Nimr, qui est l’imam de la mosquée d’Al Awamiyya, à Al Qatif, dans la province de l’Est, a subi des mauvais traitements durant ses trois années de détention, qu’il a passé la plupart du temps à l’isolement dans des hôpitaux militaires et à la prison d’Al Hair, à Riyadh.

Par ailleurs, les experts ont indiqué qu'ils avaient reçu des informations faisant état de deux autres personnes, également mineures lors des faits qui leur sont reprochés, ayant elles aussi participé aux manifestations de Qatif, et dont l'exécution était imminente.

Amnesty International a indiqué en août qu'au moins 2.208 personnes avaient été exécutés en Arabie saoudite entre janvier 1985 et juin 2015, dont près de la moitié étaient des étrangers. Des mineurs et des handicapés mentaux figuraient également parmi les personnes exécutées.

134 personnes ont été exécutées cette année, soit 44 de plus que l'année précédente, ont rapporté les experts de l'ONU.

"Nous appelons les autorités saoudiennes à instaurer un moratoire sur les condamnations à mort, d'arrêter les exécutions de personnes condamnées qui étaient mineures au moment des faits, et d'assurer une enquête rapide et impartiale sur les actes présumés de torture", ont encore déclaré les experts de l'ONU.

 

 


Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau