L'EPOUSE CACHEE D'UN ROITELET D'ARABIE DENONCE DANS UN FILM LES SAOUD

 

Un film britannique basé sur l’histoire de Janan Harb, qui affirme avoir été une «femme secrète» du dernier roi Fahd bin Abdulaziz al-Saud, mettra en scène un coup d’œil sur la vie d’une l’une des familles royales les plus secrètes au monde.

Le long-métrage, réalisé par le britannique Malcolm Walker et titré «La faiblesse du roi Fahd», en est toujours au stade de la production et aucune date n’a été communiquée pour sa sortie. Cependant, on sait déjà que le film va dépeindre un portrait défavorable de la vie de l’ancien roi, qui a régné sur l’Arabie Saoudite de 1982 à 2005.

Le Middle East Eye a écrit que le film contenait des images du monarque jouant dans un casino de Londres, s’injectant des drogues et forçant Janan Harb à avorter trois fois.

Née en Palestine, Janan Harb a grandi dans un milieu mondain britannique. Elle affirme s’est mariée au prince (à l’époque) lors d’une cérémonie secrète dans un palais que le roi Fahd a fait bâtir pour elle dans la ville de Jeddah après une intense histoire d’amour.

«J’ai trouvé une grosse Cadillac en face la villa d’un membre de ma famille. Un homme noir habillé tout en blanc en est sorti et a demandé : ‘Êtes-vous Janan Harb ? Le prince vous envoie ceci’ et m’a donné une boîte à bijoux. Je l’ai ouverte et à l’intérieur il y avait un collier de diamants et une enveloppe contenant de 20 000 dollars», a déclaré Janan Hard dans un entretien donné au Evening Standard.

Néanmoins, le bonheur fut de courte durée. «Je n’étais pas heureuse. J’étais enfermée dans le palais et j’ai commencé à m’ennuyer» a-t-elle déclaré. En sus, le roi de l’époque, Salman bin Abdulaziz Al Saud, le frère de son mari, voulait qu’il se débarrasse d’elle. «J’ai été bannie en 1970. Ils pensaient que j’étais une menace pour lui car ils le préparaient à devenir roi. Je pense que Fahd a conclu un marché pour me laisser partir».

Elle a décrit le roi Fahd comme un «gentleman» qu’elle doit remercier car «il lui a permis d’échapper aux Saoudiens plutôt que de me tuer». Janan Harb affirme que le roi Fahd a promis de la supporter financièrement jusqu’à la fin de sa vie. Au moment où son ancienne épouse était gravement malade, elle a conclu un accord verbal avec son fils, le prince Abdulaziz bin Fahd qui aurait accepté de lui verser douze millions de livres et de lui acheter deux appartements à Londres.

Mais lorsqu’il a finalement refusé de respecter l’accord, elle porta l’affaire devant une cour de justice, ce qui démarra un duel judiciaire de douze ans, avant qu’elle n’emporte finalement gain de cause en novembre 2015. Le jugement est tombé à pic pour Janan Harb, pour qui il devenait difficile de maintenir son train de vie après la disparition de son ancien mari. Le juge a affirmé qu’elle avait dépensé trois millions de livres en dettes de jeu et en achats divers pour agrémenter son «train de vie opulent».

Elle s’est déclaré en faillite en 2008 et était en manque urgent d’argent afin de pouvoir aider ses deux filles et sa mère de 91 ans. «C’est un grand soulagement car j’étais vraiment dans le besoin. Je remercie la justice britannique, cette décision a sauvé ma vie et celles de mes filles» a-t-elle déclaré au Evening Standard.

Bien que Janan Harb reconnaisse que la famille royale n’appréciera pas le film, elle affirme être sûre de vouloir le faire : «Cela doit sortir. Personne dans le monde sait exactement comment ils vivent à l’intérieur de leurs palais. Cela fait partie de l’histoire».

La famille royale des Saoud est habituée aux controverses. En 2010, le prince Saud bin Abdulaziz bin Nasir al Saud était condamné à perpétuité pour avoir frappé sa servante à mort dans un hôtel luxueux de Londres. Quelques années plus tôt, en 2004, le prince Nayef bin Fawwaz Al Shalaan était inculpé aux Etats-Unis en France concernant sa participation à des trafics de drogue.

Source : RT

21-01-2016 | 09:53

http://www.french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=17337&cid=304#.VqDlB1LXqSo

 


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau