L’ONG CONTROL ARMS APPELLE A NE PLUS LIVRER D’ARMES A L’ARABIE SAOUDITE

Yémen : l’ONG Control Arms appelle à ne plus livrer d’armes à l’Arabie saoudite

L'ONG basée à New York Control Arms a lancé un appel lundi à Genève pour que les principaux exportateurs d'armes, dont les Etats-Unis et la France, stoppent leurs livraisons à l'Arabie Saoudite du fait de son action militaire au Yémen.

Yémen : l'ONG Control Arms appelle à ne plus livrer d'armes à l'Arabie saoudite

Cette semaine se tient à Genève (du 22 au 26 août) la deuxième Conférence des États parties au Traité sur le commerce des armes (TCA), adopté par l'Assemblée générale de l'ONU le 2 avril 2013 et entré en vigueur le 24 décembre 2014.

Le TCA prévoit notamment l'interdiction d'exporter des armes conventionnelles si l'État partie a des raisons de penser que celles-ci pourraient servir à commettre un génocide, des crimes contre l'humanité, des crimes de guerre ou des attaques dirigées contre des civils.

France et États-Unis montrés du doigt

En continuant à vendre des armes à l'Arabie Saoudite, qui dirige depuis mars 2015 au Yémen une coalition militaire ayant fait un grand nombre de victimes civiles, les principaux exportateurs d'armes qui ont signé le TCA se rendent coupables de «la pire des hypocrisies», a dénoncé Anna Macdonald, directrice de l'ONG Control Arms. «Chaque jour, nous voyons l'impact dévastateur de la vente d'armes et de munitions utilisées contre les civils au Yémen», a-t-elle ajouté, lors d'une conférence de presse.

L'Arabie saoudite fait face à des critiques répétées de la part des défenseurs des droits de l'Homme en raison du nombre élevé de civils tués dans les raids aériens au Yémen. Le TCA compte actuellement 130 États signataires, dont plus de 80 l'ont ratifié. La France et le Royaume-Uni l'ont fait, tandis que les États-Unis ont signé le traité mais ne l'ont pas ratifié, le Congrès américain l'ayant rejeté.

Moins de conseillers militaires américains

Selon Control Arms, en 2015, la France a autorisé la vente d'armes à l'Arabie Saoudite à hauteur de 18 milliards de dollars (16 milliards d'euros). Au cours de la même période, les États-Unis ont approuvé la vente d'armes à Ryad pour 5,9 milliards de dollars (5,2 milliards d'euros). Pour le Royaume-Uni, ce chiffre a été de 4 milliards de dollars (3,5 milliards d'euros).

L'appel de l'ONG intervient alors que le secrétaire d'État américain John Kerry est attendu en Arabie saoudite, les 24 et 25 août. Le 20 août, les États-Unis ont annoncé avoir réduit le nombre de leurs conseillers militaires auprès de la coalition arabe intervenant au Yémen, tout en affirmant que cette décision n'était pas liée au nombre élevé de victimes civiles des bombardements dans ce pays en guerre.

Source: agences et rédaction

23-08-2016 | 11:31  

23-08-2016 | 11:31

http://www.french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=19773&cid=304

 


 

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau