LA BOURSE SAOUDIENNE EN CHUTE. L'ARABIE NE CESSE DE PERDRE DU TERRAIN

Bourse saoudienne en chute

Bourse saoudienne en chute: Riyad perd la lutte pour le leadership

© AFP 2016 Fayez Nureldine
 
International
 
URL courte
 
Situation au Proche-Orient (2015) (32)
 
305444822

De la suprématie au sein de l'OPEP à l’influence en Syrie et au Yémen, Riyad n’en finit plus de perdre du terrain. La levée des sanctions contre l'Iran a de surcroît provoqué la chute de la bourse saoudienne Tadawul.

 

La bourse Tadawul a chuté de 6,5% suite à la levée des sanctions contre l'Iran, ont annoncé lundi les médias internationaux.

 

Les actions des 167 sociétés cotées en bourse ont accusé une baisse considérable.

 

Située à Riyad, cette bourse figure parmi les places financières les plus importantes du monde arabe. Sa capitalisation s'élève à près de 31 milliards de dollars.

Une situation analogue est enregistrée dans le Qatar voisin où se trouve le deuxième marché des valeurs de la région. Une heure après le début des transactions, l'indice principal de la bourse qatarie a reculé de 5%, passant au-dessous des 8.800 points.

L'Arabie saoudite, qui a longtemps dicté les cours mondiaux du pétrole, subit actuellement des difficultés économiques et politiques substantielles, estiment les experts du magazine en ligne OilPrice.

 

Ils soulignent que Riyad est particulièrement préoccupé par la situation au sein de l'OPEP. Si, tout récemment encore, l'Arabie saoudite était le leader incontesté de cette organisation, le boom du pétrole de schiste aux Etats-Unis, la levée des sanctions contre Téhéran et la fermeté de Moscou ont sensiblement affaibli les positions du royaume wahhabite. Il convient également de noter que les prix bas du pétrole ont de graves conséquences sur le budget du pays. Selon les estimations les plus optimistes, Riyad ne pourrait y faire face que pendant quatre ans tout au plus, indiquent les analystes d'OilPrice.

 

La levée des sanctions décrétées contre l'Iran et le renforcement de son rôle sur la scène internationale est un deuxième coup porté aux Saoudiens. "L'Iran remporte des succès sur tous les fronts", affirme OilPrice, rappelant que Riyad et Téhéran se disputent l'influence en Syrie et au Yémen. Mieux, certains Etats sunnites commencent à approuver les agissements de l’Iran.

 

"En exécutant le cheikh al-Nimr, les Saoudiens ont indirectement reconnu l'augmentation de l'influence iranienne sur les chiites en Arabie saoudite où ils représentent 15% de la population", estime OilPrice. Cela signifie que les autorités du royaume se sentent menacées sur leur propre territoire, constate le magazine.

 

Il est persuadé qu'en cas de conflit armé avec l'Iran, l'Arabie saoudite n'a aucune chance de remporter la victoire. L'armée iranienne est commandée par des généraux aguerris, tandis que les postes militaires clés au sein de la monarchie saoudienne sont occupés par des proches de la famille royale. Bien qu'elles disposent d'armements dernier cri, les forces armées saoudiennes dépendent sensiblement de l'Occident en ce qui concerne leur utilisation et leur entretien technique. Il est aussi à noter que Riyad ne pourra plus compter sur le soutien militaire de Washington qui n'a aucune envie de faire la guerre à l'Iran.

"Les Saoudiens sont pris de panique (…) L'Arabie saoudite semble avoir surestimé ses capacités", concluent les experts.

http://fr.sputniknews.com/international/20160118/1021024230/bourse-saoudienne-en-chute-riyad-perd-la-lutte-pour-le-leadership.html


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau