LE BLOGUEUR SAOUDIEN RAIF BADAWI EN GREVE DE LA FAIM RISQUE PLUS

 

Raif Badawi pourrait risquer des charges supplémentaires en raison de sa grève de la faim. L'information a été relayée uniquement via son compte Twitter.

Le tweet utilise le mot «urgent» ce qui peut signifier que les conditions de détention de l'homme se sont dégradées.Raif Badawi pourrait risquer des charges supplémentaires en raison de sa grève de la faim

Ecrivain et blogueur saoudien, Raïf Badawi (31 ans) a créé en 2008 le site Free Saudi Liberals sur lequel il militait pour une libéralisation morale de l'Arabie saoudite.

Accusé d'«apostasie» et d'«insulte à l'islam»,  il est emprisonné depuis juin 2012 et a été condamné à 1 000 coups de fouet distribués en vingt séances de 50 coups chacune et 10 années de prison. Son avocat Waleed Abu al Khair est également emprisonné.

Le 9 janvier, le blogueur subit une première séance de flagellation devant la mosquée Djufali, à Jeddah, en présence d’une foule nombreuse. Mais la séance du vendredi suivant est repoussée, le médecin de la prison faisant savoir que ses «blessures n’étaient pas encore cicatrisées correctement et qu’il ne serait pas capable de supporter d’autres coups de fouet». Elles n’ont depuis pas repris.

Depuis le 8 décembre, le blogueur observe une grève de la faim selon son épouse. Il souhaite ainsi dénoncer son transfert vers la prison de «Shabbat Central», un établissement pénitentiaire isolé.

Le 16 décembre, le Parlement européen a remis à Strasbourg son prix Sakharov au blogueur saoudien. Immédiatement après l’annonce du lauréat du prix Sakharov 2015, le président du Parlement européen avait demandé au roi d’Arabie Saoudite de libérer Raif Badawi. Une demande restée lettre morte.

«Le Prix Sakharov décerné par le Parlement européen à Raef Badawi met en lumière le silence de la Communauté européenne sur le problème des droits de l’homme en Arabie saoudite», a dénoncé Amnesty International.

Source : sites web et rédaction

26-12-2015 | 13:24
 
 
 

 

 
 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau