POUR SALAIRES IMPAYES GREVES SANS PRECEDENT AU ROYAUME DES SAOUD

Fissures dans le royaume d’Arabie Saoudite secoué par des tensions financières

Mon Oct 3, 2016 8:31AM

Le roi Salmane à l'enterrement du roi Abdellah en 2015.©AP

Le roi Salmane à l'enterrement du roi Abdellah en 2015.©AP

Des centaines de travailleurs étrangers des hôpitaux en Arabie Saoudite, impayés depuis sept mois, étaient en grève cette semaine et ont bloqué une autoroute dans la province orientale, au mépris de l'interdiction des grèves et des manifestations dans le Royaume.

 La colère des employés a été approfondie par la conviction que le même employeur qui retient leurs salaires propose régulièrement des sommes astronomiques aux chanteurs internationaux qui se produisent dans le pays.

Les choses ne sont pas bien en Arabie Saoudite et cette semaine, il y avait deux mauvaises nouvelles.

Jusque-là, il y a eu des manifestations de ce type par les employés étrangers souffrant des effets de la réduction des dépenses de l'État suite à la baisse du prix du pétrole. Dans les camps de travail loin dans le désert, les travailleurs ont dû se plaindre que, non seulement ils ont cessé de recevoir l'argent qui leur est dû, mais ils ne peuvent même plus recevoir de la nourriture et de l'électricité.

Mais aujourd'hui, et pour la première fois, les coupes frappent les travailleurs du secteur public qui sont des citoyens saoudiens, dont 70 pour cent travaillent pour le gouvernement. Jusqu'à présent, l'austérité est limitée aux bonus les plus bas et aux paiements d'heures supplémentaires 

Il y a des dangers politiques dans ce mouvement. Dans les pays pétroliers du Moyen-Orient il y a un compromis entre la richesse spectaculaire d'une élite corrompue et autocratique et un système de patronage étendu à travers lequel une grande partie du reste de la population indigène se branche sur les revenus pétroliers. Quelques 120 milliards $, soit la moitié des dépenses du gouvernement, sont allé aux traitements, salaires et indemnités en 2015.

Manifestations ouvrières sans précédent en Arabie saoudite©AL ALAM

Avec un déficit budgétaire saoudien de 100 milliards $ en 2015, cette hémorragie d'argent ne peut pas être durable, et elle sera difficile à maîtriser. Les grandes entreprises de construction comme Oger et Benladen éprouvent de sérieuses difficultés pour être payées par le gouvernement. Celui-ci doit à Oger seul 8 $ milliard. Les travailleurs de la construction d'Asie du Sud, qui voyaient l'Arabie Saoudite comme un El Dorado, rentrent chez eux après avoir attendu pendant des mois pour les chèques de paie qui ne viennent jamais.

Les malheurs des travailleurs étrangers, et même des employés du secteur public autochtones, ne vont pas nécessairement de déstabiliser une monarchie absolue comme l'Arabie Saoudite qui écrase impitoyablement toute dissidence. La chute ou la déstabilisation de la Maison des Saoud a été prévue depuis des décennies, sans qu’aucun signe réel de la prédiction ne se réalise. Ce qui rend les présentes contraintes économiques plus importantes, c’est qu'elles viennent à un moment où l'influence politique saoudienne est visiblement sous tension dans la région et dans le monde.

Parmi ceux qui sont exemptés de ces réductions d'avantages sociaux de cette semaine, il y a les forces saoudiennes au Yémen qui peuvent rappeler aux Saoudiens qu'ils sont toujours embourbés dans un conflit qui coûte cher. Leur gouvernement est volontairement entré dans ce conflit, sans aucune provocation de quiconque, l'année dernière. Il n’y a aucun signe de gain pour l’Arabie saoudite. En Syrie, durant cinq ans, le long effort de l'Arabie saoudite, de la Turquie et du Qatar, pour se débarrasser du président  ...

Mais un développement plus menaçant que cela peut faire face les dirigeants du royaume aux États-Unis. Les garants ultimes du statu quo en Arabie Saoudite, les États-Unis, sont de plus en plus ambivalents ou hostiles à l'égard de leur ancien allié. Le Sénat américain vient de voter sur l'opportunité ou non de passer outre un veto présidentiel empêchant les familles des victimes du 11/9 de poursuivre le gouvernement saoudien. Même si la mesure est peu susceptible de devenir une loi, c’est un signe du reflux de l'influence du Royaume au moment où des problèmes à la maison et à l’étranger proche s’accumulent.

 

Source : Cracks in the Kingdom: Saudi Arabia Rocked by Financial Strains

http://presstv.com/DetailFr/2016/10/03/487427/Fissures-dans-le-royaume-dArabie-Saoudite-secou-par-des-tensions-financires


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau