POURQUOI L'ARABIE SAOUDITE A ATTAQUE LE YEMEN ?

 

IRIB- Depuis sa naissance jusqu’ici, le régime saoudien a déclenché de nombreuses guerres contre le Yémen sous des prétextes quelconques; or le vrai objectif est de faire main basse surles ressources pétrolières du Yémen.

La guerre qu’ont récemment déclenchée les Saoudiens et la coalition arabo-américaine contre les Yéménites s’explique dans ce sens.


En 1934, le régime saoudien a déclenché sa première guerre contre le Yémen et occupé les provinces de Jizan, d’Assir et de Najran. Il s’est emparé également de Wadiya et de Sharoura au cours des deux guerres qui ont éclaté durant les années 70. Le site internet Arabi Presse explique ainsi l’objectif du régime saoudien dans sa guerre contre le Yémen : « L’objectif de l’Arabie saoudite dans son intervention militaire contre le Yémen est bien clair et c’est de s’emparer de l' Hadramaout, dans le sud-yéménite.
Le Yémen, notamment ses provinces M'arib, Jawf et Hadramaout sont riches en des gisements pétroliers. Selon les recherches scientifiques et les estimations des compagnies internationales du raffinage, le Yémen dispose, dans ses gisements, de la plus grande quantité de pétrole par rapport à tous les gisements qui se trouvent partout dans la région du golfe Persique. Voilà la raison pour laquelle l’Arabie se croit le tuteur du Yémen d’autant plus qu’elle l’a empêché, pendant les dernières trois décennies, d’exploiter ses réserves pétrolières pour faire avancer son économie. En 1979, une compagnie pétrolière italienne a commencé ses activités dans l’Est du Yémen, plus précisément au Hadramaout et elle a annoncé en 1982 avoir découvert des gisements pétroliers prometteurs dans les différentes régions du Yémen. Or, cette compagnie italienne a brusquement quitté le Yémen. La réalité aura été découverte plus tard : cette compagnie s’est vue obligée de quitter le Yémen sous les pressions régionales et internationales. La raison est bien claire : l’Italie achète une grande partie du pétrole dont elle a besoin de l’Arabie saoudite et la compagnie qui était active au Yémen avait déjà signé des méga-contrats avec l’Arabie saoudite, avant même de lancer ses activités au Yémen. Les documents confidentiels du ministère saoudien des Affaires étrangères qui viennent d’être révélés par le WikiLeaks montrent qu’à cette époque-là Riyad a formé une commission patronnée par le prince Sultan Ben Abdelaziz, alors ministre de la Défense. Saoud Al-Fayçal, ancien ministre des Affaires étrangères et le chef du Renseignement, faisait également partie de cette commission. Depuis le début de son offensive militaire, au mois de mars, l’Arabie saoudite prête une attention toute particulière au Hadramaout. Dans la foulée, Riyad a permis aux terroristes d’Al-Qaïda de s’installer, sans aucun effort, dans le chef-lieu de la province de Hadramaout, Mukalla, et d’autres villes de cette province si bien que les Yéménites disaient que Mansour Hadi avait livré bel et bien cette ville à Al-Qaïda
 

 
 
 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau