TRAGEDIE DE LA MECQUE : LA GUERRE DU POUVOIR ENTRE LES PRINCES ?!

 

Les incidents à La Mecque: la guerre du pouvoir entre les princes ?!

Sep 25, 2015 16:40 UTC
 
 
 

IRIB-Trois incidents sanglants en moins de deux semaines ! La guerre du pouvoir qui se déroule dans les coulisses de la cour saoudienne en serait-elle à l'origine ?

Les médias saoudiens parlent de bousculade et de mouvement de foule comme cause de cet incident, tandis que des médias de la région, qui ont mis le drame de Mina à côté de l’événement survenu après la chute d'une grue et l’incendie dans un hôtel à La Mecque, ont conclu que des mains secrètes pourraient être derrière tous ses événements. Pour ces derniers, des différends internes et des rivalités entre les princes héritiers au sein de la famille royale saoudienne, ont conduit ces derniers à opter pour des politiques machiavélistes et mettre les responsables du Hadj dans de conditions difficiles. A ce propos, le journal Ad-Diyar, une publication de la presse libanaise, a écrit que le prince héritier et ministre de la Défense, Mohammad Ben Salman se trouve derrière cet incident et que la porte principale a été fermée sous son ordre.
L’analyse semble plus vraisemblable lorsqu’on comprend que le responsable des rituels de Hadj, est le ministre de l’Intérieur, le prince héritier, Mohammad Ben Nayef qui est en fait le principal rival de Mohammad Ben Salman. Il existe alors un objectif politique dans ce complot dans la mesure où Salman vise à porter préjudice au statut de Nayef dont le succès dans la lutte contre Al-Qaïda à l’époque où il était vice-ministre de l’Intérieur, autrement dit dans les années après le 11 septembre 2001, lui a apporté un prestige particulier aussi bien au sein de la famille royale saoudienne que parmi les personnalités occidentales.
Ce n’est pas d’ailleurs bizarre de voir de tels événements sur le territoire des Saoudiens. L’incendie survenu, il y a deux ans, dans l’immeuble du ministère de l’Intérieur à Riyad a coûté cher à Ahmad Ben Abdelaziz, ministre de l’Intérieur, à l’époque : le roi Abdallah d’Arabie l’a destitué de son poste. Les événements qui ont succédé ont prouvé qu’il ne s’agissait pas d’un simple incendie mais d’un complot concocté pour chasser Ahmad Ben Abdelaziz de la scène de pouvoir, et lui ôter la chance de succéder le roi Abdallah, favorisant par contre cette chance au fils du roi.
Mais la question qui s’impose c’est de savoir pourquoi les pèlerins doivent payer le jeu de rivalités des princes saoudiens ?! La réponse se trouve dans l’importance qu’occupe la tenue des rituels du Hadj auprès du régime saoudien. Il est vrai que le prestige culturel dû à la gestion et la tenue de ces rituels est très important pour le roi d’Arabie. Ainsi, le roi pourra destituer Mohammad Ben Nayef de son poste, sans qu’elle craigne des pressions des Etats-Unis, qui sont protecteur de ce dernier.
Cela étant, la question primordiale c’est de savoir comment un régime tribal qu’est le régime des Saoudiens, où la seule instance de prise de décisions est les rivalités politiques, faute de tout mécanisme démocratique, peut gérer les rituels aussi importants du monde de l’islam que sont les rituels du Hadj?!
 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau