BRESIL

BRESIL : LES AVEUX DE BOLSONARO SUR LA DICTATURE SONT REPUGNANTS

Les aveux de Bolsonaro sur la dictature sont répugnants


Brasilia, 30 juillet (Prensa Latina) L'Institut Lula, organisateur du Mémorial de la démocratie au Brésil, rejette aujourd'hui les déclarations du Président Jair Bolsonaro, qui a admis qu'il savait en détail comment les gens étaient torturés et tués pendant la dictature militaire (1964-1985).

Lundi, Bolsonaro a déclaré aux journalistes qu'il raconterait à Felipe Santa Cruz, président de l'Association du barreau brésilien (OAB), comment son père était mort.

Felipe est le fils de Fernando Augusto Santa Cruz de Oliveira, disparu à Rio de Janeiro en février 1974 sous le régime militaire.

Qui est cette vessie hyperactive ? Si un jour le président de l'OAB veut savoir comment son père a disparu pendant la période militaire, je vais vous le dire. Il ne voudra pas entendre la vérité. Je vais vous le dire,' dit le politicien d'extrême droite.

Felipe Santa Cruz a commenté la question dans les réseaux sociaux : " Ma grand-mère vient de mourir à 105 ans sans savoir comment son fils a été assassiné. Si le président en sait autant par expérience sur cette affaire et sur toutes les autres qui ont disparu, nos familles veulent le savoir.

Avant la confession de Bolsonaro, l'Institut Lula ratifie dans une note que " c'est en solidarité avec les familles des morts, torturés et disparus tout au long de notre histoire, surtout sous la dictature militaire ".

Il regrette que le président, qui a juré de défendre et de respecter la Constitution fédérale, offense et ne respecte pas la dignité de la personne humaine et la mémoire des morts".

Enfin, l'institut Lula  à but non lucratif rejette les déclarations de Bolsonaro et souligne qu'elle continuera à " défendre la transparence en ce qui concerne les crimes de la dictature militaire et le droit à la mémoire ".

tgj/ocs/cvl

source : https://www.prensa-latina.cu/index.php?o=rn&id=294409&SEO=repudian-confesiones-de-bolsonaro-conocedor-violaciones-en-dictadura


 

BRÉSIL : BAIN DE SANG LORS D'UNE MUTINERIE DANS UNE PRISON. AU MOINS 57 MORTS DONT 16 DÉCAPITES

prison, image d'illustration

Bain de sang dans une prison au Brésil, 57 morts

CC0

INTERNATIONAL

URL courte

245

Au moins 57 personnes ont été tuées lors d'une mutinerie qui s'est déclenchée dans une prison de l'État de Para, dans le nord du Brésil. Selon les autorités pénitentiaires locales, 16 prisonniers avaient été retrouvés décapités.

Au moins 57 détenus ont été tués le lundi 29 juillet lors d'un affrontement dans une prison du nord du Brésil, un nouveau massacre qui endeuille le système pénitentiaire de cette région stratégique où des factions criminelles rivales se disputent le trafic de cocaïne.

Les autorités pénitentiaires locales ont précisé que 16 prisonniers avaient été retrouvés décapités.

La mutinerie, qui a débuté vers 07H00 (10H00 GMT) au Centre de redressement régional d'Altamira, dans l'État du Para, au cœur de la forêt amazonienne, s'est terminée en fin de matinée.

«Deux gardiens ont été pris en otage, mais ils ont vite été libérés parce que l'objectif était de montrer qu'il s'agissait d'un règlement de comptes entre factions rivales et non une émeute pour protester contre les conditions de détention», a affirmé le gouverneur du Para, Jarbas Vasconcelos, cité dans un communiqué des autorités locales.

Des détenus issus d'une section de la prison réservée aux membres d'une faction criminelle ont fait irruption dans une autre zone où se trouvaient des prisonniers appartenant à un gang rival, avant d'y mettre le feu.

«Il est probable que de nombreux détenus soient morts asphyxiés», a souligné la porte-parole des services pénitentiaires, précisant que des experts étaient sur place et que le bilan pourrait encore s'alourdir.

Une vidéo circulant sur les réseaux sociaux montre six têtes de prisonniers entassées contre un mur. Un détenu apparaît ensuite dans le champ et fait rouler l'une d'elles avec son pied, comme s'il s'agissait d'un ballon de football.

Sur une autre vidéo, on peut voir des corps calcinés sur un toit d'où s'échappe une épaisse fumée noire, tandis que des prisonniers armés de machettes arpentent les lieux.

Le ministère de la Justice a indiqué dans un communiqué que des places avaient été rendues disponibles dans des prisons fédérales de haute sécurité pour que les «leaders impliqués dans la mutinerie» y soient transférés.

Le ministre Sergio Moro a «déploré les morts» et annoncé «une intensification du travail des services de renseignement» pour éviter que de tels drames se reproduisent.

Comme le rappelle l'AFP, en septembre dernier, sept prisonniers avaient trouvé la mort lors d'une mutinerie dans cette même prison d'Altamira. La mutinerie avait été attribuée à une tentative d'évasion.

https://fr.sputniknews.com/international/201907301041824220-bain-de-sang-dans-une-prison-au-bresil-57-morts/


 

BOLSORANO, LE FASCISTE PRESIDENT BRESILIEN VEUT NOMMER SON FILS AMBASSADEUR AUX ETATS-UNIS

Brésil : Jair Bolsonaro confie vouloir nommer son fils ambassadeur aux Etats-Unis

Brésil : Jair Bolsonaro confie vouloir nommer son fils ambassadeur aux Etats-Unis

© Sergio Lima Source: AFP

Le président brésilien Jair Bolsonaro (à droite) et son fils Eduardo (à gauche) au siège du gouvernement de transition à Brasilia, le 14 novembre 2018 (image d'illustration).

 

Le président du Brésil, Jair Bolsonaro, s’apprête à nommer son fils Eduardo ambassadeur aux Etats-Unis. L'intéressé, actuellement député, se dit prêt à démissionner pour s'installer à Washington et estime avoir les qualités requises.

Lors d'un point presse le 11 juillet à Brasilia, le chef d'Etat brésilien, Jair Bolsonaro, a annoncé envisager de nommer son fils Eduardo ambassadeur aux Etats-Unis. Eduardo «est un ami des enfants de Donald Trump, il parle anglais, espagnol, et a une très grande expérience dans le monde. A mon avis, il pourrait parfaitement faire ce travail à Washington», a déclaré le président brésilien.

Lire aussi

Le président brésilien Jair Bolsonaro à Brasilia, au Brésil, le 11 avril 2019.

Brésil : Jair Bolsonaro estime qu'on peut pardonner l'Holocauste mais pas l'oublier

Une annonce qui ressemble à une prise de température. En effet, comme si père et fils n'avaient pas abordé le sujet en privé, Jair Bolsonaro a assuré que la décision revenait à son fils car pour prendre ses fonctions à Washington il devrait abandonner son mandat de membre du Congrès.

Je parle anglais, je parle espagnol, j'ai été élu avec un nombre de suffrages record, je suis président de la commission des relations étrangères à la Chambre des députés

Eduardo Bolsonaro a renvoyé la politesse à son père, disant n'avoir pas reçu pour l'heure de proposition officielle. Mais, a-t-il affirmé, «si le président me confie cette mission, je serais prêt à démissionner de mon mandat» de député.

Anticipant les réactions que pourraient susciter une telle nomination, le principal intéressé a poursuivi : «J'imagine comme ce sera perçu de l'autre côté : je pense au peuple américain voyant le président d'un pays qui envoie son fils y travailler...» Il a toutefois tenu à rassurer quant à sa légitimité à ce poste : «Je parle anglais, je parle espagnol, j'ai été élu avec un nombre de suffrages record, je suis président de la commission des relations étrangères à la Chambre des députés. Je pense que mes titres et mes compétences me donnent une certaine qualification.» Il a également ajouté avoir «déjà cuisiné des hamburgers» aux Etats-Unis.

La nouvelle tombe en outre à un moment opportun. La loi brésilienne fixe en effet un âge minimal pour devenir ambassadeur : 35 ans. C’est justement l’âge d’Eduardo depuis le... 10 juillet. Avant de devenir effective, la nomination du fils du président brésilien sera cependant soumise à l'approbation du Sénat. Eduardo Bolsonaro avait accompagné son père lors de sa visite officielle aux Etats-Unis en mars. À cette occasion, il était le seul représentant brésilien admis à la rencontre privée avec Donald Trump dans le Bureau ovale de la Maison-Blanche. Le ministre brésilien des Affaires étrangères, Ernesto Araújo, n’avait pas eu cet honneur.

Lire aussi : Brésil : la demande de libération de Lula réexaminée après les révélations d'un site

https://francais.rt.com/international/63831-bresil-jair-bolsonaro-confie-vouloir-nommer-son-fils-ambassadeur-aux-etats-unis