PARTI COMMUNISTE BRESILIEN : "LA CRISE GENEREE PAR LA PANDEMIE A MIS EN EVIDENCE LA SUPERIORITE DU SOCIALISME"

tourtaux-jacques Par Le 17/01/2022 0

Dans BRESIL

16 Janvier 2022

Dimanche 16 janvier 2022
Parti communiste brésilien : " La crise générée par la pandémie a mis en évidence la supériorité du socialisme "


Le texte ci-dessous est la contribution du Parti communiste brésilien (PCB) à la téléconférence extraordinaire de la Réunion internationale des partis communistes et ouvriers (IMCWP) qui s'est tenue les 10 et 11 décembre 2021 :
"Chers camarades : Recevez les salutations fraternelles et révolutionnaires du Parti communiste brésilien, qui fêtera son 100e anniversaire l'année prochaine. Nous avons récemment tenu avec succès notre XVIe Congrès. Le PCB est organisé dans tout le pays et il est présent dans les luttes des travailleurs et de la jeunesse.


Les contradictions et la crise du capitalisme sont de plus en plus profondes et touchent tous les secteurs de la vie sociale. Le grand capital et ses représentants institutionnels cherchent à surmonter la crise en détruisant les droits et les garanties des travailleurs, en baissant les salaires, en favorisant les licenciements massifs, en dégradant l'environnement, en restreignant les libertés démocratiques et en avançant contre les fonds publics pour récupérer les taux de profit.

Le mode de production capitaliste s'épuise et représente une menace sérieuse pour l'existence même de l'humanité. La concentration des richesses, la marchandisation de la vie, la guerre contre les peuples qui n'acceptent pas les impositions de l'impérialisme, l'expansion de la barbarie et de la pauvreté se sont intensifiées. Il est de plus en plus clair que les transformations nécessaires pour surmonter cette situation ne peuvent être réalisées sous le capitalisme. La seule façon de surmonter cette tendance est de construire le socialisme.

Les gouvernements de conciliation de classe, dans un monde où les bourgeoisies de chaque pays sont directement liées au capital international, ont tendance à échouer parce qu'ils sont incapables d'entreprendre des changements fondamentaux dans la propriété des moyens de production et dans la façon dont le pouvoir est exercé pour mobiliser les masses afin de rompre avec le capitalisme. Lorsqu'ils cessent d'être fonctionnels pour le capital, ils sont mis au rebut. Les réformes et les avancées progressives ont une limite claire dictée par la domination bourgeoise. De nombreux partis de gauche qui ont forgé des alliances avec la bourgeoisie ont été cooptés par le projet bourgeois et se sont transformés en instrument d'ordre, comme c'est arrivé avec les gouvernements réformistes-progressistes en Amérique latine.

Nous vivons encore sous les effets de la pandémie de Covid-19, qui a causé des millions de morts dans le monde, principalement dans les pays périphériques et dans les couches sociales les plus pauvres. La crise générée par la pandémie a démontré la supériorité du socialisme, comme dans l'exemple de Cuba qui, même sous le blocus économique imposé par les États-Unis, a vaincu le Coronavirus et a démontré sa forte solidarité internationale en envoyant du personnel de santé même dans les pays développés.

L'économie brésilienne est oligopolistique et dominée par de grands groupes économiques internationaux. La crise brésilienne fait partie de la crise systémique mondiale, avec les caractéristiques spécifiques d'un pays périphérique dont l'économie est subordonnée aux principaux centres du capitalisme.

Le gouvernement Bolsonaro a nié la pandémie et n'a pas pris les mesures nécessaires en temps voulu, causant plus de 617 000 décès et plus de 22 millions de personnes infectées et n'a pas répondu aux demandes de maintien du revenu minimum et de l'emploi pour la majorité de la population, générant une situation de chômage, de faim et de désespoir. Bolsonaro a poussé la politique ultra-libérale à l'extrême, en promouvant la suppression des droits des travailleurs, en détruisant l'éducation, la science, en privatisant les entreprises publiques, en encourageant la dégradation de l'environnement en faveur des grandes entreprises. Bolsonaro a incité des actions de groupes fascistes dans les rues et les réseaux sociaux, promouvant des attaques misogynes, racistes et homophobes et a essayé d'intimider les mouvements de travailleurs et les luttes populaires, les partis et organisations de gauche, et surtout les communistes, avec des restrictions des libertés démocratiques.

Au début de 2020, Bolsonaro a fait du chantage au pays avec des menaces de coup d'État, des manifestations fascistes et le déni de la pandémie. Le gouvernement a retardé l'achat de vaccins. Mais la détérioration rapide des conditions de vie, la reconnaissance plus large de la gravité de la pandémie et l'avancée subséquente de la vaccination ont permis à la population de redescendre dans la rue à partir de mai 2021.

La bourgeoisie brésilienne reste unie pour défendre ses intérêts. Son programme politique a progressé au Congrès. Tout indique qu'elle a décidé de maintenir Bolsonaro au pouvoir jusqu'à la fin de son mandat, en 2022, malgré l'échec de son gouvernement, qui a été abandonné par les entreprises, les classes moyennes et les segments populaires.

Le PCB a proposé et mené des manifestations de rue, avec d'autres partis de gauche, dans le cadre de la campagne "A bas Bolsonaro e Mourão", qui a rassemblé plusieurs milliers de personnes dans des centaines de villes brésiliennes et a capté le mécontentement croissant de la majorité de la population brésilienne a obligé les segments réformistes à adhérer. Le PCB, contrairement à certaines forces de la social-démocratie et même de la gauche qui misent sur les élections de 2022, privilégie les actions de rue.

Il ne faut pas sous-estimer le gouvernement Bolsonaro, qui bénéficie toujours du soutien de divers secteurs des classes dirigeantes, de contingents expressifs des classes moyennes et de secteurs populaires encouragés par des groupes de plombiers évangéliques, de groupes criminels et de segments des forces armées et de la police militaire. Même avec la chute de Bolsonaro, le soi-disant "bolonarisme" tend à demeurer comme un agglutinement de conservateurs, négationnistes, obscurantistes, fascistes et autres groupes.

Le PCB comprend que les luttes pour la révolution brésilienne doivent être unies dans le Bloc Révolutionnaire du Prolétariat, une construction contre-hégémonique pour faire face au capital. Les luttes contre l'exploitation et pour les droits sociaux sont essentiellement des luttes anticapitalistes et anti-impérialistes qui se heurtent à la logique du marché. Nous menons ces luttes dans une unité d'action avec d'autres forces qui s'opposent aux politiques néolibérales, en défense des libertés démocratiques et contre le fascisme, et nous construisons un front social et politique de classe et révolutionnaire, centré sur les travailleurs, la jeunesse et les mouvements populaires.

Nous travaillons à la réalisation d'une Rencontre nationale de la classe ouvrière avec un programme de luttes. Nous participons à tous les forums de lutte unitaire, et notamment au Forum des syndicats, des mouvements populaires et des jeunes pour les droits et libertés démocratiques, pour la réorganisation de notre classe. Nous participons aux élections parce que c'est un front important de la lutte de classe, même dans les conditions difficiles actuelles imposées aux partis révolutionnaires par le pouvoir économique et la législation électorale de plus en plus restrictive. Le PCB maintient son indépendance politique et de classe et ne participera pas aux gouvernements engagés envers le capital.

Le PCB entreprend des actions de solidarité avec tous les peuples du monde attaqués par l'impérialisme et le fascisme, en particulier avec les peuples cubain et palestinien, dont la résistance au sabotage impérialiste a été une référence pour tous les révolutionnaires du monde. Nous comprenons qu'il est important d'avancer dans la construction du mouvement communiste international, en renforçant le champ révolutionnaire, en créant et en renforçant les moyens et les formes d'actions communes pour affronter le capitalisme international, en unifiant les luttes de la classe ouvrière mondiale pour la construction de la Révolution socialiste dans tous les pays.

Vive le socialisme !

Vive l'internationalisme prolétarien !"

source : https://www.idcommunism.com/2022/01/brazilian-communist-party-crisis-generated-by-pandemic-evidenced-the-superiority-of-socialism.html

Tag(s) : #brésil#Communiste#PCB

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire