CHINE

CHINE

LA CHINE DOPE SON ARSENAL NUCLEAIRE

Arsenaux nucléaires: la Chine rivalise avec les USA et la Russie

Wed Jun 20, 2018 4:0PM

Le premier missile nucléaire chinois, exposé au Musée militaire de Pékin, en 2007. ©AFP

Le premier missile nucléaire chinois, exposé au Musée militaire de Pékin, en 2007. ©AFP

En pleines tensions politiques, économiques et militaires entre les États-Unis et la Chine, celle-ci a élargi son arsenal nucléaire.

La Chine dit qu’elle n’aura jamais recours à une arme atomique pour attaquer un autre pays, mais qu’elle n’a jamais promis de ne pas accroître le nombre de têtes nucléaires dont elle dispose.

Selon Pékin, « ses capacités nucléaires constituent une force dissuasive vis-à-vis des pays qui entendent l’attaquer et qui ont acquis un grand nombre de missiles pendant les dernières années ».

La Chine dispose actuellement de 280 ogives atomiques. De plus, elle a augmenté le budget destiné à moderniser ses armes nucléaires et a réussi à fabriquer des armements atomiques plus sophistiqués avant de les mettre à la disposition de l’armée chinoise.

L’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm affirme ainsi que la Chine a ajouté, pendant l’année dernière, dix nouvelles ogives atomiques à son arsenal nucléaire.

Selon la même source, « les nouvelles ogives n’ont pas encore été installées sur des missiles et ne sont pas encore opérationnelles. Elles remplaceront probablement les ogives anciennes ».

La Chine dispose du deuxième plus grand budget militaire et défensif du monde et elle a consacré, en 2017, près de 228 milliards de dollars à son armée, une somme qui a connu une hausse de 5,6 % par rapport à l’année précédente.

Cependant, Pékin reste loin derrière les États-Unis, qui ont consacré, en 2017, un budget de 610 milliards de dollars à leurs forces armées.

« L’Inde et le Pakistan ont, eux aussi, ajouté une dizaine de têtes nucléaires à leurs arsenaux atomiques durant l’année 2017. New Delhi et le Karachi détiennent respectivement 140 et 150 ogives nucléaires. Israël, les États-Unis, la Chine, la Russie, la France, l’Inde, le Pakistan et la Corée du Nord disposent, tous ensemble, de 14 465 armes atomiques contre 14 933 en 2017. 92 % de toutes ces bombes appartiennent aux États-Unis et à la Russie », indique le rapport de l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm.

Mer de Chine : Pékin tire ses missiles

La marine chinoise a effectué des exercices en mer de Chine méridionale pour simuler une attaque aérienne.

Dans la foulée, Pékin a loué les grands progrès qu’il a accomplis dans le domaine de la fabrication des armes atomiques, bien qu’il ne bénéficie pas d’un nombre impressionnant de têtes nucléaires.

La Chine étale ses capacités nucléaires dans une conjoncture où les Chinois et les Américains sont en plein litige en mer de Chine méridionale.

Le gouvernement chinois dit avoir à sa disposition une technologie de pointe pour fabriquer et maintenir ses armes atomiques.

La Chine a effectué son premier test nucléaire dans la région autonome du Xinjiang, le 17 juin 1967.

Le quotidien The South China Morning Post indique que bien que la Chine possède un arsenal nucléaire plus réduit que ceux des États-Unis et de la Russie, elle bénéficie des armes atomiques les plus sophistiquées du monde.

« La Chine n’entend pas s’imposer comme la première puissance nucléaire du monde à moins qu’elle ne soit attaquée par un autre pays », indique The South China Morning Post.

Les Chinois effectuent leurs tests atomiques grâce à des simulations numériques pour qu’ils ne soient pas obligés de dépenser des sommes faramineuses ou de polluer l’environnement.  

http://www.presstv.com/DetailFr/2018/06/20/565559/Chine-Russie-Israel-Etats-Unis-tensions-mer-meridionale-armements-atomiques-nucleaires-arsenaux-ogives



 

XI JINPING ET EVO MORALES CONVIENNENT D'ETABLIR UN PARTENARIAT STRATEGIQUE CHINE-BOLIVIE

Xi Jinping et son homologue bolivien conviennent d'établir un partenariat stratégique Chine-Bolivie

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2018-06-19 à 21:20
 


(Xinhua/Li Xueren)

BEIJING, 19 juin (Xinhua) -- Le président chinois, Xi Jinping, et son homologue bolivien, Juan Evo Morales Ayma, ont convenu mardi d'établir un partenariat stratégique entre leurs deux pays afin de promouvoir un plus grand développement des relations bilatérales.

Depuis l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la Bolivie il y a 33 ans, leurs relations ont continué à se développer de manière stable et ont atteint actuellement leur meilleur niveau, a indiqué M. Xi.

La Chine apprécie le fait que la Bolivie adhère fermement à la politique d'une seule Chine, réponde activement à l'initiative "la Ceinture et la Route" et fasse vigoureusement la promotion de l'approfondissement des relations entre la Chine et les pays d'Amérique latine, selon le président chinois.

"Nous sommes prêts à travailler avec la Bolivie pour établir un partenariat stratégique entre les deux pays en tant qu'opportunité importante pour approfondir continuellement les échanges et la coopération dans divers domaines, élever les relations bilatérales à un nouveau niveau et ouvrir de nouvelles perspectives", a poursuivi M. Xi.

Il a souligné que la Chine et la Bolivie devaient être des partenaires amicaux sur la base de la confiance politique mutuelle, se soutenir l'une et l'autre au sujet des questions concernant les intérêts fondamentaux et les préoccupations majeures des deux pays, et renforcer les échanges à tous les niveaux et dans tous les domaines.

La partie chinoise est ouverte à l'importation de plus de produits d'élevage et agricoles en provenance de Bolivie, a-t-il ajouté.

La Chine et la Bolivie sont des pays avec des civilisations anciennes, a noté M. Xi, appelant à un apprentissage mutuel entre les deux pays et à l'exploration de l'utilisation de la sagesse ancestrale pour mieux gérer les problèmes d'aujourd'hui.

M. Xi a proposé aux deux pays de devenir des partenaires stratégiques en matière de coordination multilatérale et de continuer à coordonner leurs positions concernant les affaires des Nations unies, et les questions internationales majeures, telles que le développement durable et les changements climatiques.

Il a appelé les deux parties à sauvegarder conjointement les droits et les intérêts légitimes des pays en développement, à construire un nouveau type de relations internationales caractérisées par le respect, l'égalité, la justice et la coopération gagnant-gagnant, et à travailler ensemble pour construire une communauté de destin pour l'humanité.

Pour sa part, M. Morales a indiqué que le peuple bolivien, très impressionné par la Chine, admirait le concept de développement et les réalisations de la Chine, et saluait hautement la contribution de la Chine à la paix et au développement du monde et à la construction d'une société humaine harmonieuse.

"Le soutien et l'aide de la Chine au développement économique et social de la Bolivie n'est pas lié à des conditions politiques", a poursuivi M. Morales, ajoutant que son pays faisait confiance à la Chine et souhaitait un partenariat stratégique plus étroit dans le futur.

La Bolivie souhaite construire conjointement "la Ceinture et la Route" et renforcer la coopération pragmatique avec la Chine dans divers domaines afin de promouvoir la coopération Chine-Amérique latine et apporter une plus grande contribution à la paix, au développement, à l'égalité et à la justice dans le monde, a ajouté le président bolivien.

M. Xi a indiqué que l'essentiel de la coopération entre la Chine et l'Amérique latine résidait dans la coopération Sud-Sud, et était caractérisé par l'aide et le soutien mutuels, les avantages complémentaires et la coopération avec des résultats gagnant-gagnant.

Selon lui, la Chine a toujours travaillé avec les pays d'Amérique latine conformément au principe d'égalité, de bénéfices mutuels et de développement commun, et l'initiative "la Ceinture et la Route" a offert une nouvelle plate-forme à la coopération entre la Chine et l'Amérique latine.

"La Chine est prête à travailler avec la Bolivie en vue d'un développement durable et stable du partenariat global de coopération entre la Chine et l'Amérique latine", a poursuivi le président chinois.

A l'issue de leur entretien, les deux chefs d'Etat ont signé un communiqué conjoint sur l'établissement du partenariat stratégique entre les deux pays et ont assisté à la signature de documents sur la construction conjointe de "la Ceinture et la Route" et sur la coopération dans d'autres domaines.

Avant leur entretien, M. Xi a organisé une cérémonie d'accueil pour M. Morales dans le Hall Nord du Grand Palais du Peuple.

 

   1 2   

http://french.xinhuanet.com/2018-06/19/c_137265557.htm


 

 
   

BEIJING : NOUVELLE RENCONTRE XI JINPING-KIM JONG UN

Entretien à Beijing entre Xi Jinping et Kim Jong-un

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2018-06-19 à 20:40
 


(Xinhua/Shen Hong)

BEIJING, 19 juin (Xinhua) -- Xi Jinping, secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois (PCC) et président de la Chine, a eu un entretien, mardi à Beijing, avec Kim Jong-un, président du Parti du travail de Corée et président de la Commission des Affaires de l'Etat de la République populaire démocratique de Corée (RPDC).

Les deux dirigeants ont eu un échange sincère et approfondi de points de vue concernant le développement actuel des relations entre la Chine et la RPDC et la situation sur la péninsule coréenne.

Ils ont convenu de sauvegarder, de consolider et de développer les relations Chine-RPDC et de promouvoir conjointement le bon élan de paix et de stabilité sur la péninsule coréenne afin d'apporter une contribution positive à la sauvegarde de la paix, de la stabilité, de la prospérité et du développement dans la région et le monde.

 

   1 2 3   

http://french.xinhuanet.com/2018-06/19/c_137265488.htm


 

CHINE-AFRIQUE : CINQ OBJECTIFS FIXES POUR LE PROCHAIN SOMMET DU FCSA A BEIJING

 

Chine-Afrique : cinq objectifs fixés pour le prochain sommet du FCSA à Beijing (PAPIER GENERAL)

    French.xinhuanet.com | Publié le 2018-06-17 à 20:00
 

BEIJING, 17 juin (Xinhua) -- Le sommet du Forum sur la coopération sino-africaine (FCSA) qui se tiendra en septembre à Beijing se concentrera sur cinq objectifs, a annoncé Dai Bing, directeur général du département des affaires africaines au ministère chinois des Affaires étrangères. Selon lui, ce rendez-vous va permettre d'élever l'amitié sino-africaine à un niveau supérieur.

Il va servir à renforcer le consensus stratégique entre les parties concernant le maintien de leur amitié, la consolidation du socle politique de leur unité et de leur coopération, ainsi que l'apport d'un élan fort pour le développement des liens bilatéraux dans la nouvelle ère.

Ce sommet va aussi déterminer le cap du développement des relations futures. Afin de bâtir une communauté de destin partagé plus forte entre l'Afrique et la Chine, il faudra mettre en synergie l'initiative "la Ceinture et la Route", l'Agenda 2030 de l'ONU pour le développement durable, l'Agenda 2063 de l'Union africaine et les stratégies de développement national des pays africains.

Il visera aussi à renforcer les soutiens nationaux et internationaux, ainsi que la compréhension de l'amitié et de la coopération sino-africaines, tout en encourageant la communauté internationale à envisager le développement des relations sino-africaines d'un point de vue plus objectif et plus équitable.

Les objectifs de ce sommet du FCSA incluent également la promotion de la coopération économique et commerciale, ainsi que la prise en considération de bénéfices à long terme.

Des mesures plus ciblées et plus efficaces sont nécessaires afin de faire coïncider les ressources naturelles, les retombées pour la population et les potentiels des marchés en Afrique avec les investissements, les technologies et les équipements chinois. L'idée est que cette coopération soit guidée par le marché et non par l'Etat, que l'on passe du commerce de matières premières aux capacités de production et que l'on ait plus d'investissements que de projets de sous-traitance.

A Beijing, les dirigeants devraient également discuter d'un développement coordonné et équilibré de la coopération sino-africaine.

Pour approfondir ce partenariat stratégique et coopératif global, les deux parties devront progresser dans des domaines tels que les infrastructures, le commerce, la finance, la santé et le développement des ressources humaines. Ils seront aussi en quête d'amélioration en matière de réduction de la pauvreté, de conditions de vie, d'échanges entre peuples, de protection environnementale, ainsi que de paix et de sécurité.

Plus d'une dizaine de sous-forums et d'événements organisés en marge de ce sommet du FCSA parleront de jeunesse, d'initiatives locales et de la part d'ONG, de think tanks, de médias ou encore de coopération en matière de défense et de santé.

Enfin, le sommet devrait promouvoir la coopération Sud-Sud, imaginer de nouveaux modes de coopération entre pays émergents et viser à ce que ces efforts reçoivent un appui international plus fort.

http://french.xinhuanet.com/2018-06/17/c_137260742.htm


 

REPONSE CHINOISE AUX USA : LA CHINE DECIDE D'IMPOSER DES DROITS DE DOUANE SUPPLEMENTAIRES SUR 50 MILLIARDS DE DOLLARS D'IMPORTATIONS AMERICAINES

 
 

La Chine décide d'imposer des droits de douane supplémentaires sur 50 milliards de dollars d'importations américaines

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2018-06-16 à 17:00
 

BEIJING, 16 juin (Xinhua) -- La Chine a dévoilé une liste de produits américains qui feront l'objet de droits de douane supplémentaires en réponse à l'annonce par les Etats-Unis d'imposer des droits supplémentaires sur les importations chinoises.

Avec l'approbation du Conseil des Affaires d'Etat, la Commission des droits de douane du Conseil des Affaires d'Etat a décidé d'imposer des droits supplémentaires de 25% sur 659 types de produits américains d'une valeur d'environ 50 milliards de dollars.

Les droits supplémentaires sur 545 types de produits d'une valeur d'environ 34 milliards de dollars, dont des produits agricoles, des véhicules et des produits aquatiques, entreront en vigueur le 6 juillet 2018, selon un communiqué publié par la commission.

La date de l'application des droits supplémentaires sur les 114 types de produits restants, dont des produits chimiques, des équipements médicaux et des produits énergétiques, sera annoncée plus tard.

La décision a été adoptée conformément aux stipulations appropriée de la Loi sur le commerce extérieur de la Chine et aux Réglementations de la République populaire de Chine sur les droits d'importation et d'exportation, ainsi qu'aux principes fondamentaux des lois internationales, indique le communiqué.

Vendredi, les Etats-Unis ont annoncé l'imposition de droits de douane supplémentaires de 25% sur les importations chinoises d'une valeur d'environ 50 milliards de dollars.

A partir du 6 juillet, ces droits supplémentaires seront perçus sur environ 34 milliards de dollars de produits chinois, tandis que les autres 16 milliards de dollars de produits chinois seront soumis à un examen supplémentaire qui comprendra une période de consultations et d'auditions publiques.

"Les mesures américaines violent les règles de l'Organisation mondiale du commerce en la matière, vont à l'encontre du consensus déjà atteint dans les consultations économiques et commerciales bilatérales, enfreignent sérieusement les droits et intérêts légitimes de la partie chinoise et nuisent aux intérêts de la Chine et de son peuple", indique le communiqué. "La partie chinoise s'oppose fermement à cela".

Un responsable en charge du Bureau de la Commission des droits de douane a indiqué que les droits de douane supplémentaires visant les produits chinois, une fois imposés, "changeraient de manière substantielle" les conditions commerciales de ces produits, et toucheraient les producteurs concernés et les sociétés de commerce, ainsi que la production et le fonctionnement des industries en amont et en aval.

Selon lui, les mesures chinoises ont été prises en réponse aux circonstances émergentes causées par les violations des obligations internationales par les Etats-Unis.

La Chine a pris note de la déclaration des Etats-Unis selon laquelle ils continueront d'imposer des droits de douane si la Chine adopte des mesures de représailles. La Chine se réserve le droit de prendre des mesures équivalentes, selon le responsable.

http://french.xinhuanet.com/2018-06/16/c_137258624.htm


 

La Chine est obligée de participer à la guerre commerciale pour défendre ses intérêts (COMMENTAIRE)

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2018-06-16 à 18:20
 

WASHINGTON, 16 juin (Xinhua) -- L'administration Trump a dévoilé vendredi son projet d'imposer des droits de douane de 25% sur des produits chinois d'une valeur d'environ 50 milliards de dollars. Il s'agit là d'une nouvelle décision unilatérale qui risque de provoquer une guerre commerciale entre les deux plus grandes économies du monde, ce qui pourrait nuire à l'économie de la planète et au système commercial global.

Cette annonce a suscité l'opposition immédiate aux Etats-Unis du monde des affaires, de groupes agricoles, d'associations du secteur technologique et de certains parlementaires républicains.

"Les entreprises américaines ont besoin de solutions et non de sanctions. Les droits de douane ne résoudront pas les problèmes, mais endommageront au contraire les intérêts économiques et les emplois américains", a dénoncé le président du Conseil des affaires Etats-Unis-Chine, John Frisbie, dans un communiqué.

Le président de la commission des Finances du Sénat, Orrin Hatch, a également averti que "les droits de douane vont nuire aux affaires et aux consommateurs américains et chinois, et mettre en danger la croissance économique des deux pays".

Depuis le début du mois de mai, la Chine et les Etats-Unis ont mené trois sessions de consultations économiques et commerciales, tentant de résoudre leurs litiges pour un résultat mutuellement bénéfique, effectuant des progrès positifs et concrets.

Cependant, le chaos et les divisions régnant au sein de l'administration Trump ont engendré des messages contradictoires, avec des volte-face sur des questions commerciales majeures avec la Chine.

Les durs au sein de l'administration Trump pourraient profiter de cette arme des droits de douane pour contraindre la Chine à des concessions commerciales unilatérales, au mépris des consensus récemment conclus par les deux côtés. Cependant, le commerce n'est pas un jeu à somme nulle et la Chine ne négociera jamais avec un pistolet braqué sur sa tempe.

La Chine, qui est un grand pays commercial responsable et fiable, déteste être engagée dans une guerre commerciale avec les Etats-Unis, sachant que cela sera un jeu que tout le monde perdra.

Cependant, cela ne signifie pas que Beijing va rester les bras croisés. La Chine se doit de riposter avec force afin de préserver les intérêts de sa nation et de son peuple. C'est également une démonstration claire de la ferme position de la Chine visant à soutenir le système commercial multilatéral basé sur des règles.

En réalité, elle s'est préparée à des autorités américaines imprévisibles. Dans un communiqué diffusé à la veille des dernières négociations commerciales bilatérales à Beijing début juin, la Chine a clairement indiqué que l'ensemble des résultats des discussions économiques et commerciales ne seront pas appliqués si la partie américaine venait à imposer des sanctions commerciales dont une augmentation des droits de douane.

Juste après l'annonce vendredi de Washington, la Chine a décidé en retour d'imposer des droits de douane supplémentaires sur des produits américains d'une même valeur, car ces décisions américaines violent les règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

Au début de l'année, l'administration Trump a unilatéralement imposé des droits de douane sur les importations d'acier et d'aluminium, de panneaux solaires et de lave-linge, s'appuyant sur des lois commerciales américaines dépassées datant de la Guerre froide.

Ces mesures ont suscité une forte opposition des milieux d'affaires américains et de la plupart des partenaires commerciaux des Etats-Unis. L'Union européenne, le Canada, le Mexique et plusieurs autres pays ont récemment annoncé des mesures de représailles contre ces droits de douane sur l'acier et l'aluminium.

Le Fonds monétaire international (FMI) a également averti que ces mesures américaines pourraient perturber les chaînes d'approvisionnement global et causer du tort à plusieurs pays, aux opérations de multinationales américaines, mettant en danger le système commercial mondial.

La doctrine "l'Amérique d'abord" et l'unilatéralisme semblent être le mantra de la politique commerciale de l'administration Trump. Malheureusement, avec une mentalité de jeu à somme nulle et une approche inconstante à la politique, il est difficile de voir comment les Etats-Unis, avec une crédibilité qui s'évapore, pourront négocier de meilleurs accords commerciaux avec d'autres pays.

Pour les partisans du libre-échange dans le monde entier, ce n'est jamais une option que de devoir s'accommoder des mesures unilatérales et protectionnistes des Etats-Unis en faisant davantage de concessions : cela ne ferait qu'inciter les faucons du commerce à Washington à exiger un prix à payer encore plus élevé.

Aujourd'hui, c'est l'heure pour la Chine, l'UE, le Canada et d'autres pays de préserver ensemble le système commercial multilatéral avec l'OMC en son coeur et de défendre les intérêts communs de toute la communauté internationale.

http://french.xinhuanet.com/2018-06/16/c_137258693.htm


 

XI JINPING SOULIGNE LA CONSTRUCTION D'UNE FORCE MARITIME D'ELITE POUR ACCOMPLIR LES MISSIONS CONFIEES PAR LE PARTI ET LE PEUPLE

 

Xi Jinping souligne la construction d'une force maritime d'élite lors d'une inspection dans la marine

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2018-06-15 à 21:20
 


(Xinhua/Li Gang)

JINAN, 15 juin (Xinhua) -- Le président chinois Xi Jinping a souligné la construction d'une force maritime d'élite pour accomplir résolument les diverses missions confiées par le Parti et le peuple.

M. Xi, qui est également secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois et président de la Commission militaire centrale, a fait cette remarque lors d'une inspection le 11 juin dans la marine sous le commandement du théâtre d'opérations du nord de l'Armée populaire de libération.


(Xinhua/Li Gang)

Il a souligné la nécessité d'appliquer résolument la pensée du Parti sur le renforcement de l'armée de la nouvelle ère, et de continuer de consolider la fidélité politique des forces armées, de les renforcer à travers la réforme et la technologie, et de les diriger en conformité avec la loi.

Le président chinois a également parlé de la nécessité pour la marine de répondre aux exigences de la transformation.

http://french.xinhuanet.com/2018-06/15/c_137256735.htm


 

REIMPLANTATION DE LA CHINE EN LIBYE

La Chine se réimplante en Libye

 Depuis 15 heures  16 juin 2018

libyepetrole

 Asie et Afrique - Chine

 

no author

Après une pause de sept ans, due à la mort de Mouammar Kadhafi provoquant la fuite de Libye des entreprises étrangères, la Chine commence à relancer les projets gelés dans ce pays.

Le retour des entreprises chinoises en Libye pour relancer les projets gelés était au menu d’une rencontre entre le ministre libyen des Affaires étrangères du gouvernement d’union nationale, Mohamed Siala, et le chargé d’affaires chinois en Libye, Wang Qimin, relate l’agence Chine nouvelle.

À l’époque de Mouammar Kadhafi, la Libye a signé des contrats à hauteur de quelques milliards de dollars avec des compagnies étrangères, y compris chinoises, pour la construction d’infrastructures, de bâtiments et de chemins de fer. Ces projets ont par la suite été gelés, la plupart des entreprises ont quitté le pays en 2011 pour des raisons de sécurité.

«Les autorités libyennes ont instauré un comité afin de poursuivre les projets chinois suspendus», a indiqué Wang Qimin. Selon lui, des mesures seront bientôt prises pour trouver un mécanisme de relance des projets.

Source: Sputnik

https://french.almanar.com.lb/932021


 

EN CAS DE DROITS DE DOUANE US, LA CHINE ADOPTERA DES REPRESAILLES IMMEDIATES

Pékin promet des représailles immédiates en cas de droits de douane US

Pékin s'est dit vendredi prêt à adopter des représailles immédiates en cas de droits de douane américains, alors que l'administration Trump s'apprête à dévoiler une liste de tarifs punitifs ciblant les produits chinois, faisant se rapprocher le spectre d'une guerre commerciale entre les deux puissances.

«Si les Etats-Unis adoptent des mesures protectionnistes unilatérales nuisant aux intérêts chinois, alors nous réagirons immédiatement et prendrons les mesures nécessaires pour protéger résolument nos droits et intérêts légitimes», a martelé Geng Shuang, porte-parole de la diplomatie chinoise, lors d'une conférence de presse régulière.

Le régime communiste pourrait notamment s'attaquer aux produits agricoles américains, dont le soja.

Donald Trump a, selon le Wall Street Journal, approuvé cette liste jeudi soir à l'issue d'une réunion avec ses conseillers commerciaux.

L'administration américaine s'était fixée le 15 juin comme date limite pour publier le document, une date qui intervient alors qu'elle est engagée dans une double course diplomatique.

Elle a à la fois besoin de Pékin pour aider à faire avancer ses efforts sur la dénucléarisation nord-coréenne mais s'oppose en même temps à tous ses partenaires dans une guerre commerciale quasiment déclarée.

Outil de négociation?

Pour Dennis Wilder, expert de l'Extrême-Orient à l'Université de Georgetown, «on assiste à un processus de négociations dans lequel l'équipe Trump a constaté qu'en continuant à faire pression sur la Chine, les offres s'amélioraient de plus en plus».

«Je suppose que l'administration Trump annoncera la liste sans la mettre en oeuvre» immédiatement «voulant laisser davantage de temps aux Chinois», affirme cet ancien haut fonctionnaire de la CIA en Asie.

M. Trump avait annoncé en mars que les Etats-Unis imposeraient des droits de douane de 25% sur environ 50 milliards de dollars d'importations chinoises, en se concentrant sur des secteurs qu'ils estiment victimes de détournement de propriété intellectuelle.

Une liste préliminaire d'environ 1.300 produits chinois exportés a été publiée en avril par le représentant américain au commerce Robert Lighthizer. Quelque 70% des biens désignés relevaient principalement de trois secteurs: des composants de réacteurs nucléaires, des machines électriques et des équipements d'optique.

Selon la chaîne d'informations financières CNBC, la liste finale se limiterait toutefois à 800 ou 900 produits.

Certains analystes soulignent les objectifs contradictoires que poursuit l'administration américaine en cherchant à la fois un accord sur la Corée du Nord avec l'appui de Pékin et des concessions économiques chinoises.

«Le danger, si M. Trump va trop loin, c'est que les Chinois finissent par lâcher leur pression sur la Corée du Nord», ajoute Nicholas Lardy.

Source : AFP

15-06-2018 | 12:53

https://french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=27512&cid=341#.WyQVqKczZPY


 



 

L'EXPERT PICQUART : L'OCS CONSTITUE UNE INITIATIVE CONSTRUCTIVE POUR PERFECTIONNER LA GOUVERNANCE MONDIALE

L'OCS constitue une initiative constructive pour perfectionner la gouvernance mondiale (expert)

Publié le 2018-06-11 à 13:05 | french.xinhuanet.com

 

PARIS, 11 juin (Xinhua) -- Le 18e sommet de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS), qui s'est déroulé le week-end dernier à Qingdao, en Chine, visait à répondre non seulement aux défis à l'échelle asiatique mais également à ceux du monde entier, a estimé l'universitaire français Pierre Picquart lors d'une interview téléphonique accordée à l'agence de presse Xinhua.

A l'occasion du sommet de Qingdao, cette organisation a commencé à fonctionner de façon "beaucoup plus cohérente et efficace", au lieu de travailler uniquement sur la coordination, a indiqué ce docteur en géopolitique et en géographie humaine de l'Université Paris VIII.

Selon lui, l'OCS représente l'une des initiatives constructives de la Chine pour perfectionner la gouvernance mondiale.

Après la seconde Guerre mondiale, différentes organisations internationales ont été établies pour mieux organiser le monde, mais elles présentent souvent une vision occidentale, a rappelé M. Picquart.

Les initiatives de la Chine telles que l'OCS, le Forum de Boao ou "la Ceinture et la Route" ont été créées pour répondre à l'imprévisibilité du monde et apporter des solutions concrètes aux problèmes économiques mondiaux, a-t-il indiqué.

http://french.xinhuanet.com/2018-06/11/c_137246144.htm


 

L'AMBASSADEUR DE CHINE A L'ONU DECLARE : L'INITIATIVE "LA CEINTURE ET LA ROUTE" APPARTIENT AU MONDE ENTIER

 
 

L'initiative "la Ceinture et la Route" appartient au monde entier, déclare l'ambassadeur de Chine à l'ONU

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2018-06-14 à 05:45
 


(Xinhua/Li Muzi)

NEW YORK (Nations unies), 13 juin (Xinhua) -- L'ambassadeur de Chine aux Nations unies, Ma Zhaoxu, a déclaré mercredi que l'initiative "la Ceinture et la Route" (BRI) était certes une initiative chinoise, mais que les opportunités et les fruits qu'elle apportait appartenaient au monde entier.

Au cours d'un symposium de haut niveau, conjointement parrainé par la mission diplomatique de la Chine aux Nations unies, le Département des affaires économiques et sociales (DAES) de l'ONU, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), l'envoyé chinois a déclaré que la BRI visait à synchroniser les stratégies de développement de plusieurs pays, à renforcer la coopération internationale en vue d'une prospérité partagée en Asie, en Europe et au-delà, et à construire ensemble une communauté de destin pour l'humanité.

C'est à l'automne 2013 que le président chinois Xi Jinping a pour la première fois proposé de construire conjointement la "Ceinture économique de la Route de la Soie" et la "Route de la Soie maritime du 21e siècle".

Cette initiative repose sur cinq priorités, a expliqué M. Ma : connectivité politique, connectivité des infrastructures, connectivité commerciale, connectivité financière, et connectivité humaine.

L'initiative "la Ceinture et la Route" est par ailleurs complémentaire du Programme de développement durable à l'horizon 2030 adopté par les Nations unies, a ajouté M. Ma. En effet, ils sont tous deux ancrés dans les objectifs et les principes de la Charte de l'ONU, et sont tous deux déterminés à défendre le multilatéralisme, la paix et le développement dans le monde.

La BRI et le Programme 2030 de l'ONU respectent par ailleurs les voies de développement choisies par les différents pays du monde en fonction de leur situation, et reflètent tous deux une aspiration à un nouveau modèle de relations internationales mutuellement profitables, a-t-il déclaré.

Au cours des cinq dernières années, l'initiative chinoise a ainsi suscité des réactions très positives au sein de la communauté internationale. Plus de 80 pays et organisations internationales ont déjà signé une centaine d'accords de coopération avec la Chine, et un grand nombre de projets de coopération ont déjà été réalisés.

http://french.xinhuanet.com/2018-06/14/c_137252086.htm