CHINE

CHINE

MISE EN GARDE DE LA CHINE AUX USA CONTRE UN RETRAIT DU TRAITE FNI

Pékin met en garde Washington contre un retrait du Traité FNI

folder_openAsie access_timedepuis 8 heures

 

 

Le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI) conserve un rôle crucial pour la sécurité et sa disparition aura des «effets négatifs multilatéraux», a affirmé la Chine. Elle a également jugé «erronée» l’évocation de la Chine par Donald Trump pour motiver sa volonté de sortir du Traité.

La diplomatie chinoise a mis en garde les États-Unis contre les effets négatifs de leur retrait unilatéral du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI), tout en rappelant le rôle de ce document pour la sécurité globale.

«Le FNI est un accord important sur le contrôle des armements détenus par les États-Unis et l'URSS à l'époque de la Guerre froide. Ce traité a joué un rôle crucial dans la stabilisation des relations internationales, dans le maintien de l'équilibre stratégique et dans la sécurité globale. Il conserve aujourd'hui une signification cruciale», a indiqué Hua Chunying, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

«Une sortie unilatérale aura des effets négatifs multilatéraux», a-t-elle souligné.

Et d'ajouter que «mêler la Chine à cette question [la sortie du Traité FNI dont la RPC n'est pas signataire, ndlr] était complétement erroné.»

Donald Trump a annoncé samedi son intention de sortir du traité, accusant Moscou de le violer et soupçonnant la Chine de développer activement des armes. Le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov ainsi que le signataire russe du document, Mikhaïl Gorbatchev, ont averti Washington du danger de cette initiative, évoquant la possibilité d'une riposte.

Le conseiller du Président américain pour la sécurité nationale John Bolton est arrivé dimanche dans la capitale russe pour aborder le sujet du FNI avec les autorités russes.

Signé le 8 décembre 1987 par le Président américain Ronald Reagan et le secrétaire général du Parti communiste Mikhaïl Gorbatchev, le Traité FNI visait à détruire en trois ans les missiles d'une portée de 500 à 5.500 km.

Source : agences

https://french.alahednews.com.lb/28782/341#.W84LcmgzZPY


 

DEBUT DU 17e CONGRES NATIONAL DE LA FEDERATION NATIONALE DES SYNDICATS DE CHINE

Début du 17e Congrès national de la Fédération nationale des syndicats de Chine

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2018-10-22 à 19:48
 


(Xinhua/Li Xueren)

BEIJING, 22 octobre (Xinhua) -- Le 17e Congrès national de la Fédération nationale des syndicats de Chine s'est ouvert lundi à Beijing.

Le président chinois Xi Jinping, qui est également secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois (PCC) et président de la Commission militaire centrale, a assisté à la session d'ouverture.

La réunion a également vu la présence d'autres dirigeants du PCC et du pays, dont Li Keqiang, Li Zhanshu, Wang Yang, Zhao Leji et Han Zheng, tous membres du Comité permanent du Bureau politique du Comité central du PCC.

Wang Huning, également membre du Comité permanent du Bureau politique du Comité central du PCC, a prononcé un discours au nom du Comité central du PCC.

Au cours des cinq dernières années, les syndicats de tous les niveaux ont mobilisé les employés pour qu'ils accomplissent des prouesses dans leur travail, promouvant les relations de travail harmonieuses, ainsi que des réformes et les innovations syndicales, a noté M. Wang.

Il a déclaré que les discours importants de M. Xi sur la classe ouvrière et le travail des syndicats avaient souligné les directions des innovations et du développement pour le mouvement ouvrier et le travail des syndicats de la nouvelle ère.

"C'est la tâche commune de l'ensemble du Parti et des Chinois de tous les groupes ethniques, ainsi que la mission historique de la classe ouvrière, de réaliser le grand projet élaboré lors du 19e Congrès national du PCC", a souligné M. Wang.

Il a appelé la classe ouvrière à appliquer l'esprit du 19e Congrès national du PCC, à s'accrocher à ses idéaux et à sa foi, à mettre pleinement à profit son enthousiasme, à faire avancer les réformes et les innovations, et à améliorer ses capacités professionnelles.

Plus de 2.000 délégués de tous les horizons, ainsi que près de 100 délégués spécialement invités, ont assisté au congrès national.

Le congrès est organisé tous les cinq ans. La dernière session s'est tenue à Beijing en octobre 2013.

 

   1 2 3 4   

http://french.xinhuanet.com/2018-10/22/c_137550636.htm


 
 
 

 

DROITS DE DOUANE : LA CHINE RESOLUE A CONTRER LES MENACES COMMERCIALES US

Droits de douane: Pékin prêt à répondre aux menaces américaines

Fri Oct 12, 2018 8:57AM

Les présidents américain Donald Trump et chinois Xi Jinping, à Pékin, le 9 novembre 2017. ©AFP

Les présidents américain Donald Trump et chinois Xi Jinping, à Pékin, le 9 novembre 2017. ©AFP

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Lu Kang, a déclaré que Pékin défendra ses intérêts contre les menaces commerciales des États-Unis. 

L'ors d’une conférence de presse, le porte-parole de la diplomatie chinoise a évoqué la dernière menace américaine d'imposer des droits de douane sur 267 milliards de dollars de produits chinois et a déclaré que « Pékin ne restera pas les bras croisés et saura répondre aux États-Unis en prenant les mesures qui s'imposent ».

« La résolution de la Chine de protéger ses propres intérêts est légitime. Personne ne devrait se faire d'illusions à ce sujet », a assuré Lu.

Le président Donald Trump a réitéré mardi sa menace de relever les droits de douane sur 267 milliards de dollars de produits chinois si Pékin ripostait aux dernières barrières commerciales érigées par les États-Unis. Il s’est également alarmé d' « une escalade qui nuira à tout le monde ».

Rappelons que les USA avaient imposé le mois dernier des prélèvements douaniers supplémentaires portant sur 200 milliards de dollars de produits chinois importés. Ces nouveaux droits de douane seront de 10% dans un premier temps pour monter ensuite à 25% d'ici la fin de l'année, avait indiqué en septembre l'administration Trump cité par la presse.

La Chine avait riposté, à son échelle, en dévoilant des taxes additionnelles sur 60 Mds de dollars de produits américains importés. Les deux pays s'étaient auparavant infligés des taxes réciproques sur 50 autres milliards de produits. 

USA: la Chine montre ses griffes

La Chine menace de donner une riposte sévère aux tarifs douaniers approuvés par le président américain sur les marchandises chinoises.

https://www.presstv.com/DetailFr/2018/10/12/576768/Droits-de-douane-Pkin-prt--rpondre-aux-menaces-amricaines


 

LA CARTE DE LA CHINE CONTRE "ISRAËL"

La route de la soie passera par Haïfa

Wed Oct 17, 2018 4:39PM

La 11e flotte d’escorte de la marine chinoise accoste au port israélien de Haïfa. ©China.org.cn/Archives

La 11e flotte d’escorte de la marine chinoise accoste au port israélien de Haïfa. ©China.org.cn/Archives

Des sources d’information affirment qu’après l’offensive de Daech contre la ville syrienne de Palmyre, la Chine aurait renoncé au tracé traditionnel de la « route de la soie » traversant Bagdad, Palmyre, Damas et Tyr, et aurait choisi un tracé alternatif, non plus à travers la Syrie, mais par la Turquie. Or les accointances d’Ankara avec la minorité ouïghoure auraient visiblement décidé Pékin à revenir sur ce tracé. Le Shanghai International Port Group vient en revanche d’acheter la concession d’exploitation des ports d’Haïfa et d’Ashdod dans les territoires occupés par Israël, une décision de portée, dit-on, stratégique. La Chine envisage de construire le tunnel du mont Carmel pour doubler l’approvisionnement du port d’Haïfa. Quelle pourrait en être la portée ? 

La route de la soie antique avait des ramifications qui passaient par Pétra (Jordanie) et par Alexandrie (Égypte). En définitive, la nouvelle route devrait passer par la Jordanie, puis se scinder vers l’Égypte et les territoires occupés par Israël. Le tracé par l’Égypte a été validé par l’administration Obama. Washington, à en croire ces mêmes sources, a autorisé le doublement du canal de Suez (déjà opérationnel) et la création d’une vaste zone industrielle dont le tracé passerait par Israël. Le Shanghai International Port Group vient d’acheter la concession d’exploitation des ports d’Haïfa et d’Ashdod. La Chine construira également le tunnel du mont Carmel pour doubler l’approvisionnement du port d’Haïfa.

Haïfa est le port israélien par où le régime de Tel-Aviv compte faire transiter le gaz de la Méditerranée via la mer Rouge à l’Europe. Le choix chinois est stratégique dans la mesure où Pékin ne laissera ni les USA ni leurs alliés s’emparer du détroit de Bab el-Mandeb et de la mer Rouge pour perturber le transit de ses marchandises vers l’Europe. Ce risque n’est pas passé inaperçu aux yeux des experts israéliens, qui soulignent qu’une présence chinoise dans des projets civils pourrait permettre de collecter une masse de renseignements militaires, notamment sur les déplacements de la marine israélienne. Une telle inquiétude a déjà été exprimée par un ancien chef du Mossad, Ephraïm Halevy, qui redoute que les investissements chinois ne profitent aux services de renseignements de Pékin.

De son côté le journal israélien Haaretz estime que la présence de la Chine en Méditerranée représente un danger pour la sécurité d’Israël, car une base navale israélienne et des sous-marins y ont été installés.

Haïfa : Israël a peur de la Chine

« L’influence de la Chine en Israël met en danger les intérêts US » (Haaretz)

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait révélé l’an dernier, lors d’une visite à Pékin, que la Chine effectuait à elle seule un tiers des investissements étrangers dans le secteur de la haute technologie israélienne. Selon les experts, une grande partie de ces opérations se font en toute discrétion par l’intermédiaire de sociétés domiciliées ailleurs qu’en Chine. Parmi les secteurs privilégiés par les Chinois figure tout ce qui touche à la cybersécurité, à l’informatique et aux communications. Le secteur militaire est, en revanche, épargné.

En 2021, 90 % du commerce international d’Israël sera alors contrôlé par la Chine, ce qui signifie que celle-ci deviendra, avec les États-Unis, la co-protectrice du régime de Tel-Aviv ; une perspective qui suscite une indignation dans les cercles militaires israélo-US.

Press TV Français@PresstvFr

 

Avis de tempête sur la Chine: Israël entre par la porte de derrièrehttp://ptv.io/2SAd 

Twitter Ads info and privacy

Cela étant dit, une route de la soie passant par Israël est propre à bouleverser la géopolitique régionale. Jusqu’ici, Pékin était un partenaire commercial d’Israël (sauf en matière d’armement) et politique de la Résistance palestinienne (qui dispose d’une représentation à Pékin). Une fois Haïfa et Ashdod placées sous le contrôle chinois, Israël devra changer de stratégie pour attaquer les positions de la Résistance palestinienne ou même celles du Hezbollah.

Si ce projet arrive à son terme, Israël est le premier pays qui aura à se repositionner. Certains analystes affirment que l’accord sino-américain qui aurait appuyé le tracé israélien (palestinien) de la route de soie vise surtout à « neutraliser » Israël et à lui imposer une camisole de force propre à éteindre les feux du Moyen-Orient.

https://www.presstv.com/DetailFr/2018/10/17/577246/Isral-Chine-stratgie-Hafa-Hamas-Hezbollah


 

OUVERTURE DE LA PLUS GRANDE FOIRE COMMERCIALE DE CHINE

 

Ouverture de la plus grande foire chinoise à Guangzhou

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2018-10-15 à 19:05
 


(Xinhua/Liang Xu)

GUANGZHOU, 15 octobre (Xinhua) -- La plus grande foire commerciale de Chine a ouvert ses portes lundi à Guangzhou, capitale de la province méridionale du Guangdong, attirant un nombre en hausse d'entreprises axées sur les importations.

Organisée chaque année au printemps et à l'automne à Guangzhou, la Foire d'import-export de Chine, également connue sous le nom de Foire de Canton, est considérée comme un baromètre du commerce extérieur de la Chine.

Xu Bing, porte-parole de la foire, a déclaré que les importations étaient mises en avant cette année durant la foire commerciale, alors que le pays cherche à ouvrir davantage son marché intérieur.

La foire dispose d'un espace d'exposition consacré aux importations comptant 636 entreprises, soit 19 de plus que durant la session précédente, originaires de 34 pays et régions sur quelque 1.000 stands.

Le nombre d'entreprises des pays et régions le long de "la Ceinture et de la Route" représente environ 60% du total des participants à l'exposition d'importation.

Le commerce extérieur de la Chine est resté stable au cours des neuf premiers mois de l'année, avec une structure commerciale améliorée.

Le commerce extérieur a augmenté de 9,9% sur un an à 22.280 milliards de yuans (3.200 milliards de dollars) de janvier à septembre, selon l'Administration générale des douanes.

Les exportations ont augmenté de 6,5% au cours de la période à 11.860 milliards de yuans, alors que les importations ont progressé de 14,1% à 10.420 milliards de yuans, entraînant un excédent commercial de 1.440 milliards de yuans, en recul de 28,3%.

Plus de 25.580 entreprises chinoises et étrangères participeront à la foire. Sa première phase se déroule de lundi à vendredi, avec des produits électroniques, des appareils électroménagers et des équipements mécaniques.

La deuxième phase se déroulera du 23 au 27 octobre, et la troisième phase débutera le 31 octobre et se terminera le 4 novembre.

http://french.xinhuanet.com/2018-10/15/c_137534243.htm


 

EN NOVEMBRE, AU SALON AEROSPATIAL AIRSHOW 2018, LA CHINE VA EXPOSER SON CANON AUTOMOTEUR ULTRASOPHISTIQUE SH11

Un canon automoteur. Image d'illustration

La Chine exposera son canon automoteur ultrasophistiqué SH11

© Sputnik . Evgeny Biyatov

DÉFENSE

URL courte

2331

Un nouveau canon automoteur chinois qui sera présenté en novembre au Salon Airshow 2018 serait très remarqué grâce à ses caractéristiques techniques, annonce le quotidien Russkoe orujie (Armes russes).

Des canons automoteurs chinois à roues dernier cri seront présentés au Salon aérospatial Airshow China 2018 et il est évident que le canon automoteur de 155mm SH11 attirera l'attention de nombreux experts, annonce un spécialiste du quotidien Russkoe orujie.

​Le canon est doté de quatre pieds qui assurent sa stabilité pendant les tirs. Les concepteurs ont réussi à rendre automatiques au maximum les processus de pointage et de chargement du canon.

Le pointage du canon se fait à l'aide d'un télémètre laser et d'un viseur infrarouge. Le chef du canon dispose d'une lunette panoramique et d'une mitrailleuse de 12,7 mm QJC-88, destinée à parer les attaques aériennes et à détruire des cibles terrestres.

Pour pouvoir fonctionner dans un climat chaud, le canon-automoteur est doté de climatiseur disposé dans sa partie supérieure.

Comme il est monté sur le châssis du véhicule blindé de transport des troupes VN1 à quatre roues, le canon est capable de se déplacer à une vitesse de 100 km/h.

Il n'est pas exclu que le SH11 ne répète, sur les marchés internationaux, le succès de son frère, le canon automoteur de 155 mm PLZ-45, choisi par les armées koweïtienne, saoudienne, bangladaise et algérienne.

https://fr.sputniknews.com/defense/201810161038519771-chine-canon-artillerie/


 

LE SITE PRINCIPAL DE LA PROCHAINE FOIRE INTERNATIONALE DES IMPORTATIONS DE CHINE

Site de la prochaine Foire internationale des importations de Chine

    French.xinhuanet.com | 2018-10-13 20:06:37
 

Site de la prochaine Foire internationale des importations de Chine

SHANGHAI, 13 octobre (Xinhua) -- Photo prise le 12 octobre 2018 au Centre national des expositions et des conventions (Shanghai), le site principal de la prochaine Foire internationale des importations de Chine, à Shanghai, dans l'est de la Chine. (Photo : Ding Ting)

 

   1 2 3 4   

http://french.xinhuanet.com/photo/2018-10/13/c_137530466.htm


 

PREMIERE PHOTO DU NOUVEAU BOMBARDIER FURTIF CHINOIS HONG-20 DIFFUSEE (VIDEO)

Une première photo du nouveau bombardier furtif chinois Hong-20 diffusée (Vidéo)

 Depuis 6 heures  12 octobre 2018

hong-20

 Asie et Afrique - Chine

 

La chaîne de télévision China Defense Online a confirmé le nom du nouveau bombardier stratégique furtif chinois et a annoncé que les ingénieurs qui sont en train de le construire ont bien progressé, relate le quotidien britannique The Sun.

Puis, des images avec la silhouette d’un appareil ayant la forme d’une aile volante, recouverte d’un drap, ont été diffusées. Selon le portail The Driver, d’après ces images il est possible de supposer que le bombardier stratégique de nouvelle génération, appelé H-20, effectuera bientôt son premier vol.

Cette nouvelle génération de bombardiers est capable de transporter plus de bombes que les H-6K. Ils bénéficient aussi de la furtivité et ont la possibilité de frapper des cibles à distance sécurisée.

Il n’y a que très peu de détails sur le Hong-20 car le développement des équipements et des armements reste hautement confidentiel. Selon les spécialistes du site d’information The Driver, le nouvel avion furtif chinois serait doté de deux ou de quatre moteurs et pourrait emporter presque 20.000 kg de munitions. En même temps, il aurait une autonomie d’environ 5.000 kilomètres. Les constructeurs projettent de munir le Hong-20 d’une version aéroportée du missile de croisière CJ-10K.

Le bombardier chinois précédent Xian H-6K est une version modernisée de l’avion H-6K (Hong-6) qui est à son tour une copie sous licence de l’appareil soviétique Tupolev Tu-16. Le Xian H6K est doté de turbines D-30KP2 d’une poussée unitaire de 118 kN, de nouvelles prises d’air, d’une cabine modernisée et d’un plus grand dôme radar. Sa charge de combat peut atteindre 12.000 kg. Le bombardier peut emporter six missiles de croisière CJ-10A (copie du missile russe Kh-55).

 

Source: Sputnik

https://french.almanar.com.lb/1078233


 

LE CONSEILLER D'ETAT CHINOIS RENCONTRE LE SECRETAIRE D'ETAT US ET APPELLE A UNE COOPERATION GAGNANT-GAGNANT AU LIEU DE SE PERDRE EN CONFLITS

Le conseiller d'Etat chinois rencontre le secrétaire d'Etat américain et appelle à une coopération gagnant-gagnant

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2018-10-08 à 19:15
 


(Xinhua/Shen Hong)

BEIJING, 8 octobre (Xinhua) -- Le conseiller d'Etat et ministre des Affaires étrangères de la Chine, Wang Yi, a rencontré, lundi à Beijing, le secrétaire d'Etat américain, Mike Pompeo, indiquant que la Chine et les Etats-Unis devaient suivre la voie correcte d'une coopération gagnant-gagnant, au lieu de se perdre en conflits et confrontations.

Selon M. Wang, M. Pompeo a proposé cette visite en Chine, et la partie chinoise était disposée à organiser des rencontres.

Récemment, les Etats-Unis ont intensifié leurs frictions commerciales avec la Chine, pris des mesures compromettant les droits et intérêts de la Chine sur la question de Taiwan et condamné de manière injustifiée la Chine sur ses politiques intérieures et étrangères, a indiqué M. Wang.

Soulignant que ces décisions avaient directement nui à la confiance mutuelle et jeté une ombre sur les perspectives des relations sino-américaines, M. Wang a exhorté les Etats-Unis à cesser immédiatement leurs remarques négatives.

"Je sais que lors de votre visite, vous voulez également échanger des points de vue avec la partie chinoise sur les questions régionales importantes, y compris la situation sur la péninsule coréenne", a déclaré M. Wang, ajoutant que cela illustrait le besoin pour la Chine et les Etats-Unis, en tant que grandes puissances et membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies, de renforcer la communication et la coopération, afin de remplir les responsabilités confiées par la communauté internationale.

Expliquant que la coopération entre les deux parties devait être soutenue par des liens bilatéraux sains et stables, M. Wang a exprimé l'espoir de voir la visite à Beijing de M. Pompeo jouer un rôle positif dans la réalisation de cet objectif.

http://french.xinhuanet.com/2018-10/08/c_137518529.htm



 

NOUVELLES PROVOCATIONS US CONTRE LA CHINE. LES USA CHERCHENT-ILS A ALLER JUSQU'A LA CONFRONTATION ?

Chine et États-Unis

États-Unis vs Chine: jusqu’où peut aller leur confrontation?

© AP Photo / Andy Wong

INTERNATIONAL

URL courte

Olga Lechtchenko

8351

Après la provocation américaine en mer de Chine et les accusations d’ingérence chinoise dans les élections américaines, plusieurs éléments portent à croire que les USA prépareraient une nouvelle salve d’attaques contre Pékin. Mais quels leviers Washington peut-il encore actionner dans cette guerre et en quoi pourrait consister la riposte chinoise?

Les tensions entre les États-Unis et la Chine ne semblent pas s'apaiser. Au contraire, depuis les deux dernières semaines, le conflit présenté comme «commercial» s'est doublé de crispations dans les domaines militaire et politique: un grave incident en mer de Chine méridionale ainsi que des accusations d'ingérence du géant asiatique dans les élections américaines n'ont fait qu'exacerber cette confrontation.

Erreur de calcul

«La guerre commerciale n'a pas donné le résultat escompté par les États-Unis», estime Sergueï Sanakoev, directeur du centre analytique russo-chinois, dans une interview à Sputnik. «Trump pensait que la Chine, comme avant, se mettrait à la table des négociations pour trouver un compromis» poursuit-il, avant d'ajouter: «Je crois que c'est là qu'il s'est trompé dans ses calculs».

 

Iran, image d'illustration

© AP PHOTO / VAHID SALEMI

Sanctions contre l’Iran: pourquoi la révolte européenne inquiète tant les États-Unis?

Les discussions entre les deux premières puissances économiques mondiales sont au point mort depuis des mois. Plusieurs tentatives de mettre fin à la guerre commerciale par la voie des négociations, dont la dernière date des 22 et 23 août, ont échoué, Pékin faisant savoir qu'il ne comptait pas discuter avec un pistolet sur la tempe. L'Empire du milieu est allé jusqu'à claquer la porte au nez de Washington fin septembre, en annulant un cycle de discussions prévues dans la capitale américaine.

 

«Trump a eu recours à sa pratique privilégiée […], il a laissé entendre qu'indépendamment de l'issue de ces négociations, il envisageait d'augmenter les tarifs douaniers», explique M. Sanakoev.

Selon l'expert, cet échec dans leur tactique a conduit les États-Unis à des démarches chaotiques, mais les a également incité à recourir aux «mesures d'un autre type, celles qui ont fait leur preuves sur la Russie, soit accuser de tous les maux en vue de justifier des actes ultérieurs».

Jusqu'où peut aller l'offensive américaine?

À quoi peut-on s'attendre encore alors que deux puissances mondiales s'embourbent déjà dans une guerre commerciale sans merci, s'imposant de part et d'autres des tarifs douaniers punitifs sur des centaines de milliards de dollars de marchandises?

Pour Sergueï Loukonine, responsable du secteur Économie et politique de la Chine au sein de l'Institut de l'économie mondiale et des relations internationales (IMEMO), le passage de la confrontation sur le terrain politique a été sans surprise. Il prévoit dans ce contexte l'emballement autour des droits de l'homme en Chine, surtout par rapport aux Ouïgours, minorité musulmane de la région du Xinjiang, à l'extrême nord-ouest du pays.

«Les accusations de cybercriminalité ne sont pas non plus à exclure», poursuit-il, ajoutant: «C'est une stratégie générale des États-Unis et il est fort probable que le nombre de ces accusation ira croissant».

 

Le Désordre mondial avec Rachel Marsden

Guerre économique, les États-Unis et la Chine à couteaux tirés

Avec des droits de douane sur un total de 250 milliards de dollars d'importations chinoises et l'accès limité du géant asiatique aux technologies occidentales, les États-Unis semblent avoir déjà actionné la majorité des leviers qui leurs sont disponibles, difficile donc d'imaginer une suite qui serait sans dégâts pour Washington lui-même. Une dépendance générée par l'époque du globalisme, l'ouverture des marchés et valable, par ailleurs, dans les deux sens.

 

«Toute démarche américaine aussi bien que chinoise aura des répercussions mutuelles», estime Sergueï Loukonine. Et de poursuivre: «En agissant contre les sociétés américaines, la Chine expose au choc un secteur de son économie. Des atouts contre Washington, Pékin en dispose, mais leur utilisation peut avoir des conséquences pour la Chine aussi».

Sergueï Sanakoev évoque pour sa part l'éventualité d'un conflit militaire, rappelant les disputes frontalières maritimes en mer de Chine méridionale, notamment avec le Vietnam, mais il rejette tout de suite cette hypothèse. «J'estime que les Américains n'oseront pas», rassure-t-il.

Riposte chinoise

À long terme, Pékin dispose tout de même de quelques atouts dans sa manche, et le plus important d'entre eux concerne le yuan. «Le plus effrayant pour les Américains, mais aussi une démarche que le Chinois ne sont pas en mesure de réaliser en solo […], c'est le passage aux transactions dans les monnaies nationales», affirme M. Sanakoev.

«C'est certainement impossible à réaliser tout de suite, car l'économie chinoise en serait sérieusement affectée, mais ils y procèdent étape par étape, dans les échanges russo-chinois on a commencé à y recourir depuis 2008», ajoute le sinologue.

 

Chine et États-Unis

© AP PHOTO / NG HAN GUAN, POOL

Guerre commerciale: Pékin tire une salve contre le pétrole américain

Le sujet de la dédollarisation est par ailleurs activement discuté par les autorités russes. Le ministre des Finances Anton Silouanov a remis au gouvernement, début octobre, un projet prévoyant des privilèges en matière d'imposition pour les entreprises effectuant des paiements en roubles. Quoique polémique et certes non immédiate, l'idée de la Russie, qui cherche à réduire la circulation du billet vert dans le commerce mondial, trouve de plus en plus d'adeptes parmi les pays émergents, dont principalement la Chine.

 

«Il peut s'avérer que plusieurs pays du monde forment des blocs contre l'actuel modèle de globalisme», admet Sergueï Sanakoev.

Et de conclure: «Il pourrait s'avérer aussi qu'ils s'insurgent contre l'hégémon, qui ne respecte pas les règles qu'il a écrite lui-même».

https://fr.sputniknews.com/international/201810081038416764-etats-unis-chine-confrontation-consequences-prervision/