CHINE

CHINE

Dans CHINE

LA CHINE S’INTERROGE SUR LA FERMETURE DU LABORATOIRE DE FORT DETRICK AUX ETATS-UNIS

Par Le 06/08/2021

 

La Chine s’interroge sur la fermeture du laboratoire de Fort Detrick aux Etats-Unis

 Depuis 2 heures  6 août 2021

 Amérique et Europe - USA

 

La bataille sur la responsabilité de l’origine de la Covid-19 fait maintenant rage. Et, c’est la Chine qui ouvre les hostilités sur le terrain légal pour réclamer des investigations pour répondre à des questions qui semblent bien être légitimes.

Il faut, donc, trouver les responsables de cette grave situation de crise. Ainsi, voilà que la Chine a exhorté la communauté internationale à intervenir et agir pour réaliser des vérifications au laboratoire de Fort Detrick aux Etats-Unis.

Les soupçons s’orientent sur un laboratoire américain. Lors d’une conférence de presse donnée à la fin du mois de juillet 2021, Zhao Lijian, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères a, le plus officiellement, déclaré que «les Etats-Unis doivent inviter des experts de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) à enquêter sur le laboratoire biologique de Fort Detrick et leurs plus de 200 laboratoires biologiques à l’étranger», déclarant qu’ «en particulier, le laboratoire biologique de Fort Detrick est le camp de base des activités de militarisation biologique des Etats-Unis, l’Institut de recherche médicale de l’armée américaine sur les maladies infectieuses en est l’entité la plus importante, et [que] les activités illégales, opaques et dangereuses qui ont été menées dans le laboratoire biologique de Fort Detrick ont préoccupé depuis longtemps la communauté internationale ainsi que la population américaine».

Il a rajouté: «L’institut est engagé depuis longtemps dans l’étude et la transformation des coronavirus. En 2019, de graves incidents de sécurité s’y sont produits et l’institut a été fermé. Peu après, une maladie présentant des symptômes similaires à ceux de la Covid-19 a éclaté aux Etats-Unis. Sur ces questions, les Etats-Unis n’ont jamais donné d’explication à la communauté internationale et à leur propre population». Il demande aussi aux Etats-Unis d’ «inviter des experts de l’OMS à enquêter sur l’Université de Caroline du Nord» et à «publier les données des cas parmi les athlètes militaires américains ayant participé aux Jeux mondiaux militaires de Wuhan».

Ainsi, Pékin accuse directement les Etats-Unis de porter la responsabilité de la contamination mondiale liée à la Covid-19 et d’avoir provoqué le gigantesque désastre humanitaire planétaire. La communauté internationale est, donc, officiellement informé des accusations de la Chine et de sa demande auprès de l’OMS. Cependant cette demande n’est pas relayée par les média occidentaux, certainement pour éviter une prise de conscience des populations occidentales.

La Chine avait déjà demandé à l’OMS d’agir. En effet, le 30 mars dernier, Pékin avait déjà demandé à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) de vérifier la possibilité d’une fuite du coronavirus venant des laboratoires d’autres pays, notamment des Etats-Unis, en pointant le laboratoire militaire américain de Fort Detrick, auquel les autorités chinoises, avaient, donc, déjà associé l’origine de l’épidémie de coronavirus.

Ce laboratoire utilisé pour la guerre bactériologique a été fermé. Exactement, le 5 août 2019, six mois avant l’annonce de la contamination mondiale à la Covid-19, The New York Times a publié un article informant que «la recherche mortelle sur les germes est fermée au laboratoire de l’armée [des Etats-Unis] en raison de problèmes de sécurité». Cela a eu lieu en juillet 2019. «Des problèmes d’élimination des matières dangereuses ont conduit le gouvernement [des Etats-Unis ] à suspendre les recherches dans le principal centre de biodéfense de l’armée»: «Les problèmes de sécurité dans un important laboratoire de germes militaires ont conduit le gouvernement à arrêter des recherches impliquant des microbes dangereux comme le virus Ebola». Le laboratoire de Fort Detrick n’avait pas de «systèmes suffisants en place pour décontaminer les eaux usées» de ses laboratoires de haute sécurité, précise le quotidien américain.

Déjà en 2009 des problèmes découverts à Fort Detrick. The New York Times écrit que «la recherche suspendue [en 2019] implique certaines toxines, ainsi que des germes appelés agents sélectionnés, qui, selon le gouvernement [des Etats-Unis], ont «le potentiel de constituer une menace grave pour la santé publique, animale ou végétale ou pour les produits animaux ou végétaux» et qu’ «il existe 67 agents et toxines sélectionnés; les exemples incluent les organismes qui causent Ebola, la variole, l’anthrax et la peste, et le poison ricin». On lit, aussi, que «des faux pas se sont produits dans d’autres laboratoires gouvernementaux, y compris ceux des Centers for Disease Control et des National Institutes of Health», et qu’ «en 2009, la recherche à l’institut de Fort Detrick a été suspendue car il stockait des agents pathogènes non répertoriés dans sa base de données» et que «l’institut de l’armée a également employé Bruce E. Ivins, un microbiologiste qui était l’un des principaux suspects – mais qui n’a jamais été inculpé – dans les envois d’anthrax en 2001 qui ont tué cinq personnes». Le Dr Ivins est décédé en 2008, apparemment par suicide, souligne le journal. La Chine met, donc, le doigt sur une question importante.

L’OMS, si prompte à réagir sur des actions de santé, n’a pas encore répondu à la demande chinoise. Si le patron de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, ne dit rien, c’est qu’il y a la volonté de cacher au monde une vérité.

Par Olivier Renault

Source: Observateur continental

https://french.almanar.com.lb/2123816

Dans CHINE

COMMENT 13 HOMMES ALLAIENT DETERMINER LE SORT DU MONDE. 100 ANS DE PARTI COMMUNISTE EN CHINE

Par Le 06/08/2021

Comment 13 hommes allaient déterminer le sort du monde. 100 ans de parti communiste en Chine

 

04 Août 2021

   

Il y a 100 ans, 13 hommes se rencontraient pour la réunion secrète créant le parti communiste chinois. Après bien des errances et de multiples aventures, le parti est devenu le plus grand groupement politique du monde. Il allait indubitablement et dans une large mesure déterminer le cours du 21e siècle. Texte et explications de Marc Vandepitte, expert de la Chine.

 

Contexte historique

Pendant des siècles, la Chine a été un empire influent et puissant. Cette situation a changé radicalement après les guerres de l’opium à partir de 1840 (1). Le pays devint une semi-colonie.

De vastes régions furent occupées par des puissances étrangères ou passèrent sous leur sphère d’influence. Les pays impérialistes détruisirent l’industrialisation naissante. La population fut totalement appauvrie, les famines étaient fréquentes (2). Des dizaines de millions de Chinois sont morts au cours de cette période, victimes de privations et de violences politiques. C’est également à cette époque que la traite des esclaves noirs a été relayée par la traite jaune des ouvriers chinois.

À maintes reprises la population chinoise s’est rebellée contre les mauvaises conditions de vie et en faveur de l’indépendance nationale. En 1911, il y a eu une révolution au cours de laquelle l’empereur fut renversé. Le nouveau président Sun Yat-sen était le fondateur de la république de Chine. Cependant, il n’a pas réussi à mettre fin à la domination étrangère et aux structures féodales du pays.

C’est dans ce contexte que, dix ans plus tard, treize délégués se sont réunis dans le plus grand secret pour créer un nouveau parti communiste (PCC). L’un d’entre eux était Mao Zedong. Leur grand modèle était la révolution russe de 1917. À cette époque, le parti comptait à peine 53 membres.

 

Un parti axé sur le développement

Les partis politiques jouent un rôle important dans la vie politique des sociétés modernes. Historiquement, ils sont apparus de deux façons. Au sein du capitalisme, des partis électoraux ou « électoralistes » sont apparus. Après disparition de la position monopolistique de la noblesse, la bourgeoisie montante et, plus tard, le mouvement ouvrier ont fondé leurs propres partis pour défendre leurs propres intérêts et faciliter la participation aux élections et à l’administration de l’État.

Dans ces pays, une structure étatique forte et moderne avait déjà été établie.

Le second type pourrait être décrit comme des partis « orientés vers le développement ». Ils sont nés dans un tout autre contexte, plus précisément à la périphérie du capitalisme. Ils sont généralement apparus dans le sillage des mouvements de libération nationale après la Seconde Guerre mondiale. Ils aspirent à l’indépendance nationale et au développement rapide de leur pays. Ils voulaient mettre fin aux conditions de vie misérables et à l’oppression impérialiste.

Dans la plupart de ces pays, il n’existait pas encore de structure étatique moderne. La création d’un parti politique fort et bien organisé était précisément ce qu’il fallait pour y parvenir (3). Ce type de parti politique n’a pas été créé pour réaliser des idéaux politiques à travers la compétition parlementaire. Au contraire, ils aspirent à un ordre politique et/ou économique nouveau. Cela s’opère souvent via une révolution. Afin de renverser les anciens systèmes et de construire un nouvel ordre, les partis axés sur le développement pensaient qu’ils avaient besoin d’une organisation solide et d’une discipline stricte.

 

Le système de parti unique

Après la révolution de 1911, Sun Yat-sen a opté pour un système multipartite sur le modèle de la Grande-Bretagne et des États-Unis. Mais comme dans la plupart des pays du tiers monde, ce fut un échec. Il lui est vite apparu que le modèle de la révolution russe était plus approprié pour faire progresser la Chine. Il a créé son parti révolutionnaire, le Guomindang (KMT), sur une base léniniste (4).

En 1925 Sun Yat-sen meurt et Chiang Kai-shek devient le nouveau leader du KMT. Il était beaucoup plus conservateur et a déclenché une véritable chasse aux sorcières contre les communistes, faisant de nombreux morts. Pendant la seconde guerre sino-japonaise (1937-1945), le KMT a formé une alliance avec le parti communiste pour lutter contre l’occupation japonaise. À l’époque, le Japon était un empire fasciste et l’une des puissances de l’Axe, alliées de l’Allemagne hitlérienne. Cette guerre est devenue un chapitre important de la Seconde Guerre mondiale. Après la victoire sur le Japon, la guerre civile entre le KMT et le PCC a repris.

Le PCC disposait de beaucoup moins d’hommes et de ressources que le KMT, mais il était mieux organisé et discipliné. Les communistes étaient également beaucoup plus en contact avec la paysannerie. Ce sont les communistes, et non le KMT, qui ont été considérés par le peuple comme les patriotes et les porte-drapeaux de la lutte contre les Japonais et pour l’indépendance de la Chine (5). Finalement, cette guerre civile a été remportée par le PCC en 1949 et Mao Zedong a proclamé la République populaire de Chine. Les dirigeants et de nombreux partisans du KMT se sont réfugiés sur l’île de Taïwan.

Le PCC a dû gérer un énorme défi. Il a dû faire face à un État brisé, une économie détruite et une population totalement paupérisée. À cette époque, la Chine était l’un des pays les plus pauvres du monde. Avec plus d’un cinquième de la population mondiale, le PIB représentait à peine 4,5 % du total mondial. Le niveau de vie, exprimé en PIB par habitant, était la moitié de celui de l’Afrique et un sixième de celui de l’Amérique latine. L’espérance de vie moyenne était de 35 ans (6).

Pour relever ces défis, il fallait un parti fort, centralisé et discipliné. Mais ce n’est pas la seule raison. Les proportions du pays sont énormes. La Chine a la taille d’un continent : elle est 17 fois plus grande que la France et compte autant d’habitants que l’Europe occidentale, l’Europe orientale, les pays arabes, la Russie et l’Asie centrale réunis. Si vous transposez cela à la situation européenne, cela signifierait que l’Égypte ou le Kirghizistan devraient être gouvernés depuis Bruxelles. Compte tenu de ces proportions, des différences très grandes entre les régions et des défis gigantesques auxquels le pays est confronté, une puissante force de cohésion est nécessaire pour maintenir le pays gouvernable et pour le diriger avec force. Selon The Economist, « les dirigeants chinois estiment que le pays ne peut rester uni sans un système de parti unique aussi solide que celui d’un empereur – et il se pourrait bien qu’ils aient raison ».

Bref, le système actuel en Chine est adapté à l’échelle du pays et il s’enracine dans la lutte contre l’occupation japonaise du pays, contre le Guomindang réactionnaire et contre l’effroyable misère et l’arriération dans lesquelles le pays était alors plongé. De cette lutte, le PCC a émergé comme leader du pays, un leader qui s’est donné pour tâche de restaurer la dignité, de sauvegarder la souveraineté de la nation chinoise, de sortir le pays du sous-développement et de lutter pour une société socialiste humaine.

 

Le fardeau de l’Histoire

Pour paraphraser Marx : « Les partis font leur propre histoire, mais ils ne la font pas arbitrairement, dans les conditions choisies par eux … ». Pour le PCC, ces conditions ont été particulièrement difficiles. Le pays était sous-développé et son économie totalement détruite. La guerre froide faisait rage et le pays était soumis à un embargo technologique de la part de l’Occident. Cela a duré jusqu’en 1971, lorsque les relations avec les États-Unis se sont améliorées.

Au début de la révolution, l’Union soviétique a apporté son aide, mais en 1958, les deux pays sont entrés en conflit. Toute l’assistance a été arrêtée et les techniciens soviétiques se sont retirés. Mao avait escompté que des révolutions éclateraient dans divers pays du tiers-monde. Ces pays seraient alors en mesure de former ensemble un front et de se renforcer mutuellement. Toutefois ces révolutions ne se sont pas concrétisées et la Chine s’est retrouvée seule.

Au cours des premières années, il existait également une réelle menace militaire de la part des États-Unis. Par deux fois, en 1954 et en 1958, le président américain a menacé d’utiliser des armes atomiques contre la Chine. Il a également vu comment l’Union soviétique, sous la direction de Khrouchtchev, a commencé à prendre un cours de plus en plus capitaliste.

 

La fuite en avant

Dans ces circonstances, Mao ressentait de plus en plus la nécessité de développer le pays de manière accélérée et de surmonter les retards en peu de temps. Il lança notamment le slogan de rattraper le niveau de l’Angleterre en quinze ans. Il pensait pouvoir compenser les conditions défavorables par une mobilisation massive et incessante de la population.

Le court sprint vers l’Utopie a conduit à des expériences téméraires et folles. Le Grand Bond en avant (1958-1961) a été une tentative volontariste d’industrialisation accélérée des campagnes, sans aucune étude ni préparation sérieuse. Le parti était inexpérimenté et n’avait pas une connaissance suffisante des lois économiques. Cette tentative excessivement optimiste a complètement échoué et a provoqué une famine qui a tué des millions de personnes (7).

Mao craignait que la Chine ne suive le même chemin que l’URSS. Il voulait donc tout faire pour éradiquer les idées pro-capitalistes au sein de son propre parti. C’est dans ce sens qu’il a lancé la Révolution culturelle (1966-1976) (8). Cette mobilisation de masse est devenue totalement incontrôlable et a finalement conduit à l’anarchie, l’armée ayant même dû être déployée. La révolution culturelle a été une période tragique et a fait beaucoup de tort au PCC.

Cependant, la fuite en avant de Mao n’a pas été un échec total. Malgré les échecs du Grand Bond en avant et de la Révolution culturelle, la Chine a réussi à nourrir sa population assez rapidement, contrairement à l’Inde par exemple (9). Pendant les trente premières années de la révolution, le pays a connu une croissance économique annuelle plus que respectable de 4,4 %. Les bases ont été posées pour le développement industriel rapide qui a démarré en 1978. Au cours de cette période, le revenu par habitant a triplé et l’indice de développement humain (10) a été multiplié par 4,5 (11).

 

Réformes économiques

À la fin de cette période, cependant, il devenait de plus en plus évident que la politique économique devait changer de cap. L’Occident disposait toujours d’un monopole scientifique et technologique écrasant, ce qui rendait la Chine particulièrement vulnérable. Et sur le plan économique, le pays perdait du terrain face aux quatre tigres asiatiques : Singapour, la Corée du Sud, Taïwan et Hong Kong.

Sur la voie du communisme, le socialisme est une longue phase de transition au cours de laquelle il est préférable de ne sauter aucune étape. C’est ce que les débâcles des années précédentes avaient démontré. Dans ses écrits, Marx parlait de la « mission historique du capitalisme » consistant à développer les forces productives (principalement la technologie) (12). C’est précisément ce que les Chinois voulaient maintenant mettre en œuvre.

Au cours des trente premières années, l’accent a été mis principalement sur les rapports de production (propriété) et la lutte des classes. Tout fut collectivisé au maximum afin de parvenir à une égalité aussi grande que possible. C’est à partir de 1978 que l’accent fut mis sur le développement des forces productives (13).

Deux pistes ont été suivies pour y parvenir. Premièrement, ils ont intégré les effets dynamisants des forces du marché dans le développement économique du pays. Les capitaux privés furent autorisés. Il existait encore une planification solide au niveau macroéconomique, élaborée sous la direction du gouvernement central et axée sur les objectifs de développement mondiaux. Mais la planification rigide et hypercentralisée de la phase initiale fut assouplie et décentralisée. La métaphore de « l’oiseau en cage » fut utilisée à cet effet. L’oiseau (forces du marché) a une certaine liberté de voler, mais il ne peut pas abandonner la cage (planification centrale). L’avenir nous dira si cette dynamique de marché contrôlée peut être maîtrisée.

La deuxième piste consista à attirer les capitaux étrangers. Les investisseurs étrangers étaient les bienvenus à condition qu’ils mettent à disposition une partie de leur technologie et de leur savoir-faire. Dans de nombreux pays du tiers monde, l’ouverture de l’économie au monde extérieur – commerce, investissements et flux de capitaux financiers – a eu des conséquences désastreuses. En Chine, cette ouverture a été couronnée de succès parce qu’elle a été déterminée par les besoins et les objectifs nationaux, et parce qu’elle a été pleinement intégrée dans une solide stratégie de développement (14).

 

L’histoire d’une réussite

Cette double stratégie a porté ses fruits. De 1978 à 2020, le taux de croissance annuel moyen a été de près de 10 %. Il s’agit de la croissance économique la plus rapide jamais enregistrée par un grand pays. En 75 ans, la Chine sera passée du statut de pays quasi le plus pauvre du monde à celui d’une économie à haut revenu. Le pays a également réussi à maintenir son économie à flot dans les tempêtes des 25 dernières années : la crise financière asiatique en 1997, le krach de la bulle Internet en 2001, la crise du SRAS, la grande crise financière de 2008 et, plus récemment, la crise du COVID. En ce qui concerne la crise de 2008, Richard McGregor, ancien journaliste du Financial Times, a écrit que « la Chine était mieux équipée que n’importe où ailleurs dans le monde pour faire face à la soudaine récession » (15) .

La technologie et la science ont également beaucoup progressé. Aujourd’hui, les entreprises chinoises sont largement reconnues comme leaders ou chefs de file mondiaux dans les équipements de télécommunication 5G, les trains à grande vitesse, les lignes de transmission à haute tension, les sources d’énergie renouvelables, les véhicules à énergie nouvelle, les paiements numériques, l’intelligence artificielle et de nombreux autres domaines. En 2018, la Chine a dépassé les États-Unis en termes de nombre de publications scientifiques; en 2019, pareil pour le nombre de brevets.

Depuis 1981, 853 millions de Chinois sont sortis de la pauvreté, selon l’ONU. Cela représente 76 % de toutes les personnes sorties de la précarité dans le monde au cours de cette période. Antonio Guterres, secrétaire général des Nations unies, parle de « la plus imposante réalisation de l’Histoire en matière de réduction de la pauvreté ». Le principal indicateur de développement social d’un pays est la mortalité infantile. Avec 9 pour mille, le score de la Chine est remarquable. Par exemple, si l’Inde offrait à ses citoyens les mêmes soins médicaux et le même soutien social que la Chine, il mourrait 680 000 enfants indiens de moins chaque année (16).

Alors que dans de nombreux pays, les salaires stagnent ou diminuent, en Chine, ils ont triplé au cours de la dernière décennie. Entre 1978 et 2015, le revenu des 50 % de Chinois les plus pauvres a augmenté de 400 %, tandis qu’aux États-Unis, il baissait de 1 % sur la même période.

La résilience de la société chinoise a été évidente lors de la dernière crise du COVID. L’OMS décrit l’approche chinoise comme étant « peut-être la lutte contre la maladie la plus ambitieuse, la plus souple et la plus agressive de l’Histoire ». Le rôle important du parti communiste dans ce domaine n’a pas échappé à The Economist : « Les efforts de la Chine n’ont pas consisté uniquement à mobiliser les éléments évidents, tels que le personnel médical, les travailleurs de la santé, les scientifiques et la police. Elle a également fait un usage intensif du réseau de sections du parti pour fournir la main-d’œuvre et l’expertise de gestion nécessaires à une opération dirigée par le parti, à une échelle rarement vue dans l’ère post-Mao. »

 

Les ombres au tableau

Cette réussite présente par ailleurs d’importants défauts. L’introduction d’éléments de marché à partir de 1978 a réintroduit l’exploitation capitaliste, quoique de manière contrôlée. Un gouffre béant s’est ouvert entre la ville et la campagne. Une masse de 230 millions de « migrants internes » a moins de droits sociaux et est souvent victime de discrimination. Les grands-parents doivent souvent suppléer pour élever les enfants des migrants. La politique de l’enfant unique (de 1979 à 2015) a entraîné de nombreux avortements sélectifs et un excédent masculin de plus de 30 millions, avec toutes les conséquences sociales que cela implique.

Le rapide développement économique a entraîné des abus de pouvoir et une corruption généralisée. L’introduction du capital privé a provoqué la création d’une classe supérieure de capitalistes. Les deux phénomènes s’accordent difficilement avec les idéaux socialistes. Individualisme et arrivisme, consumérisme et goût du luxe et de l’ostentatoire ont fortement ébranlé les valeurs du PCC.

 

Une grande légitimité

Toutefois, les inconvénients ne l’emportent pas sur les avantages. Le parti peut compter sur un grand soutien populaire. Près de trois quarts des Chinois disent soutenir le système de parti unique. Ces dernières années, le soutien au gouvernement central s’est même situé entre quatre-vingt et quatre-vingt-dix pour cent. Ce score dépasse de loin celui des pays occidentaux. Selon The Economist, qui n’est pas vraiment un ami de la Chine, ce n’est pas surprenant : « Le parti communiste chinois a une histoire puissante à raconter. Malgré ses nombreux défauts, il a créé une prospérité et un espoir qu’une génération plus âgée aurait jugés impensables. » Cela explique également la grande stabilité politique de ces 30 dernières années.

D’un point de vue occidental, c’est difficile à comprendre car à nos yeux la société chinoise n’est pas démocratique . Mais pour la plupart des Chinois, la démocratie signifie avant tout gouverner dans l’intérêt général avec une bonne gouvernance (17). Nous accordons beaucoup plus d’importance à la façon dont les décisions sont prises et par qui elles le sont. Les Chinois attachent plus d’importance à la qualité de leurs politiciens qu’aux procédures de sélection de leurs dirigeants.

Selon Daniel Bell, expert de la Chine, le système politique chinois est une combinaison de méritocratie au sommet, de démocratie à la base et d’espace pour l’expérimentation aux niveaux intermédiaires. Les dirigeants politiques sont sélectionnés sur la base de leurs mérites et, avant d’atteindre le sommet, ils passent par un processus très dur de formation, de pratique et d’évaluation. Il existe des élections directes au niveau municipal et pour les congrès provinciaux du parti. Les innovations politiques, sociales ou économiques sont d’abord testées à petite échelle – quelques villes ou provinces – puis, après évaluation et ajustement approfondis, elles sont introduites à plus grande échelle (18).

En outre, le gouvernement central réalise très régulièrement des sondages d’opinion pour évaluer les performances du gouvernement dans les domaines de la sécurité sociale, de la santé publique, de l’emploi et de l’environnement; la popularité des dirigeants locaux est également sondée. Les politiques sont ajustées ou corrigées en fonction de ces sondages.

Certes, le système politique peut être amélioré. Les dirigeants chinois eux-mêmes le reconnaissent explicitement. Ils n’ont pas peur d’admettre ouvertement leurs erreurs (19). La recherche d’un meilleur système de prise de décision est loin d’être achevée. Mais le système actuel a fait ses preuves. Selon Francis Fukuyama, « la principale force du système politique chinois est sa capacité à prendre rapidement des décisions importantes et complexes, et à les prendre relativement bien, du moins en matière d’économie. La Chine s’adapte rapidement, prend des décisions difficiles et les met en œuvre efficacement. »

 

Les défis

La liste des défis auxquels sont confrontés le PCC et le pays est longue. Nous nous limiterons aux principaux d’entre eux. Sur le plan social, il y a la redistribution des richesses et la question des « migrants internes ». Sur le plan économique, il y a la question du vieillissement de la population, la transition vers un marché intérieur et la réduction de la dette. Sur le plan politique, la coexistence harmonieuse des différentes ethnies, la maîtrise des ressentiments nationalistes, la lutte contre la corruption, le développement de l’État de droit, la poursuite de la démocratisation du processus décisionnel, le contrôle de la classe supérieure capitaliste, la restauration de la morale socialiste et le comblement du vide idéologique. Sur le plan écologique, on a bien sûr la question du dérèglement climatique, et surtout la réduction du charbon, mais aussi l’élimination de la pollution environnementale.

 

Le clash du siècle

Le plus grand défi de tous, cependant, c’est la menace croissante que représentent les États-Unis. Après la chute du mur de Berlin et le démantèlement de l’Union soviétique, les États-Unis se sont imposés comme le leader incontesté de la politique mondiale. Le Pentagone en 1992 : « Notre premier objectif est de prévenir l’apparition d’un nouveau rival sur la scène mondiale. Nous devons conserver les mécanismes de dissuasion des compétiteurs potentiels, qu’ils soient tentés de jouer un rôle régional plus important ou un rôle global. » (Wolfovitz). Trente ans plus tard, la Chine est devenue le principal « rival » à maîtriser. Comme le dit Domenico Losurdo, « la Chine reste le dernier grand territoire qui échappe à l’influence politique américaine; c’est la dernière frontière à conquérir » (20).

C’est pourquoi les États-Unis ont désigné la République populaire de Chine comme leur principal ennemi. Dans le cadre des discussions sur le budget 2019, le Congrès a déclaré que « la concurrence stratégique à long terme avec la Chine est une priorité essentielle pour les États-Unis ». Il s’agit d’une stratégie globale à mettre en œuvre sur plusieurs fronts. Les États-Unis tentent de contrecarrer l’essor économique et technologique de la Chine, ou, comme ils le disent, de « l’émousser » (21).

Si nécessaire, cela se fera par des moyens extra-économiques. La stratégie militaire à l’égard de la Chine suit deux pistes : une course aux armements et une pression sur le pays (22). Quatre points stratégiques sont utilisés par les États-Unis pour attiser la braise : Taïwan, les Ouïghours, Hong Kong et le Tibet (23). Ils servent d’une part à affaiblir la Chine sur le plan interne et d’autre part à retourner l’opinion publique mondiale contre la Chine (24) pour justifier de futures agressions.

Les États-Unis ont la pulsion guerrière, le bellicisme au coeur de leur ADN. Les Yankees se sont battus pendant 227 des 244 années de leur histoire. Au cours des 20 dernières années, ils ont largué une moyenne de 46 bombes par jour. Obama, le président qui a obtenu le prix Nobel de la paix en 2009, a bombardé sept pays simultanément en 2016. Pour ce qui est de la Chine, sa dernière guerre a eu lieu en 1979, contre le Vietnam. Hormis l’incident frontalier de 2020 avec l’Inde, l’essor de la Chine a été remarquablement exempt de conflits en Asie de l’Est (25).

Entre-temps, Joe Biden a converti les fanfaronnades bouffonnes de Trump sur la Chine en une doctrine savamment concoctée. C’est très inquiétant. « Les déclarations et les actions de plus en plus agressives du gouvernement américain à l’égard de la Chine (…) menacent la paix mondiale et empêchent l’humanité de s’attaquer avec succès aux problèmes communs très graves auxquels elle est confrontée, tels que le dérèglement climatique, la lutte contre les pandémies, la discrimination raciale et le développement économique », indique la déclaration « No Cold War ».

 

Au-delà de la perspective occidentale

Dans son livre influent « Le Choc des civilisations », Huntington a écrit : « Si la Chine devient une grande puissance, elle éclipsera tous les phénomènes similaires de la dernière moitié du deuxième millénaire » (26). Il ne pourrait en être autrement. La montée des États-Unis en tant que superpuissance depuis 1870 a déjà profondément modifié les relations mondiales. Mais la Chine de 1978 a une population 24 fois plus importante que celle des États-Unis d’alors, et un taux de croissance de plus du double. (27). Après un siècle de guerres, d’occupations et d’humiliations impérialistes, ce pays de civilisation millénaire reprend sa place sur la scène mondiale.

Récemment encore, l’Occident avait un monopole absolu sur la technologie, les armes de destruction massive, les systèmes monétaires et financiers, l’accès aux ressources naturelles et la communication de masse. Grâce à ce monopole, il pouvait contrôler ou soumettre les pays du Sud (28). L’Occident, avec les États-Unis à sa tête, risque à présent de perdre ce monopole. Un monde unipolaire fait place à un monde multipolaire. La Chine, et dans son sillage l’Inde et d’autres pays émergents, bouleversent rapidement les relations internationales et transforment le monde comme jamais auparavant.

Pour la première fois dans l’histoire récente, un pays pauvre et sous-développé s’est hissé en un rien de temps au rang de superpuissance économique. La Chine a montré au monde que le modèle occidental n’est pas le seul moyen de se moderniser (29). La crise financière de 2008 et la gestion désastreuse de la crise du COVID par l’Occident ont remis plus encore en question notre modèle capitaliste.

C’est une pensée provocante pour nous. C’est pourquoi il nous est si difficile de regarder la Chine avec un esprit ouvert. Martin Jacques s’exprime ainsi : « Toute discussion est presque toujours colorée par un jugement de valeur selon lequel, parce que la Chine a un gouvernement communiste, nous connaissons déjà les réponses à toutes les questions importantes. C’est une mentalité de guerre froide, qui ne nous permet pas de comprendre la nature de la politique chinoise ou du régime actuel (30). »

Quoi qu’il en soit, le projet chinois est loin d’être achevé. L’idéal communiste est encore loin d’être atteint; il comporte trop de déséquilibres graves. C’est un processus long, qui est au plus fort de son évolution. Des résultats extraordinaires ont été obtenus, mais la route est encore longue et difficile, pleine de contradictions, de risques et de défis. Le résultat est totalement imprévisible. La Révolution française, après de nombreuses fautes, expériences et guerres sanglantes, a mis plus de 80 ans pour former une république parlementaire stable. En tout état de cause, les dirigeants chinois considèrent leur projet comme un projet de longue durée. Notre évaluation tient également compte d’une telle perspective à long terme.

 

 

Source originale: De Wereld Morgen

Traduction du néerlandais : Anne Meert pour Investig’Action

Notes:

(1) Entre 1839 et 1860, deux guerres de l’opium ont été menées entre le Royaume-Uni et la Chine. Les Britanniques avaient le monopole du trafic d’opium, qui intoxiquait des millions de personnes. Quand la Chine prit des mesures, les Britanniques déclenchèrent une guerre contre elle. Les conflits servaient en fait à mettre la Chine au pas pour lui imposer des conditions commerciales défavorables.

(2) Sesam Atlas bij de wereldgeschiedenis, Deel 2, Apeldoorn 1989, p. 91; Shouy B., An Outline History of China, Beijing 2002, p. 388ss.

(3) Yongnian Z., The Chinese Communist Party as Organizational Emperor, Londres 2010, p. 12-4.

(4) McGregor R., The Party. The Secret World of China’s Communist Rulers, New York 2010, p. 123; Yongnian Z., op. cit., p. 60; Chuntao X. (ed.), Why and How The CPC Works in China, Beijing 2011, p. 107

(5) Jacques M., When China Rules the World. The Rise of the Middle Kingdom and the End of the Western World, Londres, 2009, p. 92.

(6) Angus Maddison, L’économie chinoise. Une perspective historique. Deuxième édition, révisée et mise à jour : 960-2030, Paris, OCDE, 2007 ; Hobsbawm E., L’Âge des extrêmes, histoire du court XXe siècle, Ed. Complexe 1999,;

Chuntao X. (ed.), op. cit., p. 72.

(7) Losurdo D., Fuir l’histoire? La révolution russe et la révolution chinoise aujourd’hui, Ed. Delga, Paris 2007, p. 69-72 et 175-6; Chuntao X. (ed.), op. cit., p. 29-30. Le Grand Bond en avant a fait passer la mortalité chinoise de 12 pour mille à 25,4 pour mille en 1960, après quoi elle revint à 4 et 10 pour mille respectivement en 1960 et 1962. Mais ce taux de mortalité de la pire année, 1960, différait à peine de celui de l’Inde, soit 24,8 pour mille, ce qui était une moyenne « normale ».

(8) La révolution culturelle lancée par Mao Zedong était le soulèvement des étudiants et des travailleurs chinois pour préserver les acquis du socialisme. La cible était certains chefs de parti et cadres de l’appareil d’État qui s’étaient installés dans une position de pouvoir confortable et qui se souciaient de moins en moins des idéaux communistes d’égalité et de solidarité. Cela s’est produit dans le contexte d’un éloignement (politique et idéologique) croissant du Parti communiste de l’Union soviétique, accusé de suivre une voie pro-capitaliste (« révisionnisme »).

Pour ce que l’on appelait la « rééducation sociale », de nombreux intellectuels, cadres et jeunes étudiants étaient temporairement envoyés à la campagne pour effectuer des travaux physiques et apprendre la solidarité avec le paysan ou l’ouvrier. Les premières années de la révolution culturelle ont été particulièrement chaotiques et, à un moment donné, l’armée a même dû être déployée pour rétablir l’ordre. La révolution culturelle a laissé de profondes cicatrices sur le peuple chinois.

(9) En 1976, la production alimentaire avait augmenté de moitié par rapport à 1965. La production pétrolière fut multipliée par sept au cours de cette période. Chuntao X. (ed.), op. cit. p. 34-5.

En Inde, l’indice de la faim dans le monde (GHI) s’élève à 27,5 et elle appartient donc au groupe des pays présentant un problème grave. Il y a près de 200 millions d’Indiens qui ont faim. La Chine fait partie de la catégorie « faible problème » (GHI < 5).

(10) L’indice de développement humain ou IDH est un indice statistique composite pour évaluer le taux de développement humain des pays du monde, compte tenu du PNB par habitant, du niveau de vie, du niveau d’éducation et de la santé. L’IDH est développé par le PNUD, l’organe onusien chargé du développement et de la réduction de la pauvreté dans le monde.

(11) Jacques M., op. cit., p. 99.

(12) “It is the historical mission of the capitalist system of production to raise these material foundations of the new mode of production to a certain degree of perfection.” Marx K., Capital III, p. 306. Marx a élaboré ce thème dans les Grundrisse (Introduction générale à la critique de l’économie politique, 1857).

(13) Thompson I., ‘China and the ‘socialist market economy’’, in : China: Revolution and Counterrevolution, San Francisco 2008, 87-97.

(14) Herrera R. & Long Z., La Chine est-elle capitaliste ?, Éditions Critiques, Paris 2019, p. 29-30.

(15) McGregor R., op. cit., p. 28.

(16) Calculé sur la base de Unicef.

(17) Shambaugh D., China’s Communist Party. Atrophy and Adaptation, Washington D.C. 2009, p. 37.

(18) Bell D., The China Model. Political Meritocracy and the Limits of Democracy, Princeton 2015, p. 179-188. (la « méritocratie verticale démocratique »).

(19) Ainsi par exemple, les principaux problèmes du pays sont listés, discutés et traduits en points d’action avant et pendant le XVIIIème Congrès.

(20) Losurdo D., op. cit., p. 18.

(21) Rush Doshi, nouveau directeur pour la Chine au Conseil de sécurité nationale du président Biden, compare cette stratégie de sape à un “asymmetric blunting” (émoussement asymétrique).

(22) Pour une analyse détaillée, voir Vandepitte M., Trump et la Chine : guerre chaude ou guerre froide ?

(23) Losurdo D., op. cit., p. 219.

(24) Cet objectif a déjà pas mal réussi. Selon une étude récente du Pew Research Center, dans 14 pays les opinions défavorables sur la Chine ont beaucoup augmenté l’année dernière. Les 4 points stratégiques mentionnés ainsi que les compte-rendus à leur propos y sont pour beaucoup.

(25) Jacques M., op. cit., p. 315.

(26) Huntington, Le Choc des civilisations, Paris, Odile Jacob, 1997.

(27) Maddison A., op. cit.; Herrera R. & Long Z., op. cit., p. 53.

(28) Amin S., Obsolescent Capitalism, Londres 2003, p. 63-4.

(29) McGregor R., op. cit., p. 272

(30) Jacques M., op. cit., p. 206.

https://www.investigaction.net/fr/comment-13-hommes-allaient-determiner-le-sort-du-monde-100-ans-de-parti-communiste-en-chine/

Dans CHINE

LA CHINE QUALIFIE DE HARCELEMENT LES SANCTIONS DE WASHINGTON CONTRE CUBA

Par Le 05/08/2021

4 Août 2021

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2021-08-04 12:41:38

 

Édifice du ministère chinois des Affaires étrangères à Beijing.

La Havane, 4 août, (RHC)- La Chine a considéré ce mercredi les sanctions de Washington contre des fonctionnaires et des policiers cubains  comme une démonstration de harcèlement et de deux poids deux mesures.

Après avoir rejeté un tel comportement, la Chine a  appelé la communauté internationale à envoyer au peuple cubain davantage d'aide humanitaire.

Le ministère chinois des Affaires étrangères a exprimé son ferme rejet de l'imposition de telles mesures arbitraires et unilatérales et de l'ingérence dans les affaires intérieures de tout pays sous le prétexte de protéger la liberté, les droits de l'homme et la démocratie.

«Les récentes sanctions prises par les États-Unis à l'encontre des institutions et des responsables cubains violent gravement les normes fondamentales régissant les relations internationales et illustrent une fois de plus au monde leur style typique de double standard et de harcèlement», a souligné le ministère chinois des Affaires étrangères.

La Chine a dénoncé en même la persistance du blocus économique, financier et commercial de Washington comme le principal obstacle aux efforts du gouvernement cubain pour améliorer son économie et accroître le bien-être de sa population, mais aussi comme une atteinte au droit à la subsistance et au développement.

Le ministère chinois des Affaires étrangères a exigé que la Maison Blanche tienne compte de la clameur de la communauté internationale, qu'elle mette fin à cette politique immédiatement et complètement, et qu'elle cesse de chercher des excuses pour poursuivre l'ingérence et la déstabilisation.

Beijing souligne que les gestes de solidarité de la Chine, de divers pays et organisations du monde entier à l’égard de Cuba sont le reflet de la façon dont la véritable amitié est mise à l'épreuve dans l'adversité.

Le ministère des Affaires étrangères a ratifié la volonté de la Chine de travailler avec Cuba pour mettre en œuvre le consensus atteint par les plus hauts dirigeants et pour approfondir les liens amicaux cultivés depuis 60 ans entre les deux nations.

Il a également exprimé son soutien à Cuba dans la lutte contre la pandémie de Covid-19, ainsi que dans la promotion du progrès économique et le maintien de la stabilité sociale.

Ces dernières semaines, le géant asiatique a réaffirmé à de nombreuses reprises qu'il se tenait aux côtés de Cuba dans les moments difficiles qu'elle traverse.

Dans ce contexte, elle a envoyé 30 ventilateurs pulmonaires à haute performance dans le cadre d'un premier don de matériel médical et enverra prochainement d'autres fournitures, principalement des moyens de protection, sur le territoire antillais.

Source: Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/266073-la-chine-qualifie-de-harcelement-les-sanctions-de-washington-contre-cuba

 

Tag(s) : #Chine#Cuba

Dans CHINE

LA CLE DU SUCCES DU PARTI COMMUNISTE CHINOIS : L’ « AMOUR DU PEUPLE »

Par Le 02/08/2021

1 Août 2021

L'« amour du peuple », la clé du succès du Parti communiste chinois
le Quotidien du Peuple en ligne | 30.07.2021 11h22

A l'occasion du 100e anniversaire de la fondation du Parti communiste chinois, le discours du Secrétaire général Xi Jinping a attiré l'attention des milieux politiques et universitaires du monde entier. Le Quotidien du Peuple en ligne a interviewé monsieur Jacques Cheminade, président du parti français Solidarité et progrès, et madame Christine Bierre, rédactrice en chef de « Nouvelle Solidarité », magazine mensuel de Solidarité & progrès. Ils se sont réjoui des réalisations du PCC au cours du siècle dernier et ont fait une interprétation dynamique du discours de Xi Jinping.

Le succès du PCC découle de « l'amour du peuple » et de « l'audace »

Jacques Cheminade a indiqué : « Il y a deux choses qui sont vraiment les plus remarquables dans les réalisations du PCC. C'est d'abord l'amour du peuple, comme l'a dit Xi Jinping : "le peuple est la source de force à laquelle les communistes chinois doivent se tenir" ; ensuite, il y a l'audace que Deng Xiaoping un jour a soulignée : si l'on veut poursuivre les idées de réforme et d'ouverture, il faut montrer plus d'audace et oser faire des expériences nouvelles" et "on ne doit pas avancer à petits pas comme les femmes aux pieds bandés". Pour moi, ce sont l'amour du peuple et l'audace qui ont fait tout ce succès politique du PCC depuis 1949 ».  

Il a également souligné que : « Les progrès de la Chine au cours de ces 70 dernières années et en particulier depuis les 35 dernières années sont considérables, sans précédent dans l'histoire du monde ». Il a pris comme exemple l'espérance de en moyenne, rappelant qu'« elle est passée d'environ 35 ans il y a 70 ans à 77,3 ans aujourd'hui, un progrès absolument extraordinaire. Le revenu par habitant en Chine a également connu des progrès remarquable. Enfin, la Chine est le seul pays à avoir une croissance positive de 2.3% en 2020 en pleine pandémie. Ce sont toutes des preuves du succès ».

En outre, pour Jacques Cheminade, la réussite de la Chine dans le domaine culturel est aussi remarquable. Il a notamment pensé au programme « Héros de la poésie » de CCTV. Selon lui, « il y a toute cette histoire de la Chine qui est là, qui est présente à travers la poésie. On constate des participants de 7 à 70 ans, même de plus de 70 et 80 ans qui sont dans les émissions de "Héros de la poésie". Il y a des enseignants, des paysans, car le programme s'adresse à tout le monde. Donc si l'on veut bien comprendre la Chine, il faut voir sa réalisation matérielle et cette base culturelle. »

Le PCC représente les intérêts fondamentaux du peuple chinois

Dans son discours, le Secrétaire général Xi Jinping a mentionné que « le pays est le peuple et que le peuple est le pays. Combattre pour le pays et protéger le pays, cela veut dire défendre les intérêts fondamentaux du peuple. » Sur cela, Christine Bierre a déclaré : « C'est la grande force de la Chine aujourd'hui ! Les principaux pays occidentaux traversent des crises politiques et économiques importantes, le Brexit, les "Gilets Jaunes", etc. Ce sont autant de signes de ce mal-être profond qui ronge les pays du G7. Les inégalités se sont creusées dans tous ces pays, où l'argent ne va plus à la recherche, à l'industrie, aux hôpitaux, aux écoles, mais aux gains à court terme dans les services ou la finance spéculative. Le mécontentement est tel que dans certains pays, les populations font la grève civique et ne se déplacent plus pour voter ».

Jacques Cheminade a souligné : « Un sondage de l'Economist Intelligence Unit de Grande-Bretagne en 2018 nous a dit que la population chinoise est celle qui a le plus d'adhésion et qui a la plus confiance en leur gouvernement, avec 91.4%. C'est parce qu'en Chine, on se conçoit comme une communauté qui travaille pour le bien commun, et cet objectif est incarné par le PCC. Aujourd'hui, le PCC fait tous les efforts pour y parvenir. C'est cette communauté qu'on ne trouve pas dans les pays occidentaux où l'individualisme s'est développé parfois contre l'intérêt même de la communauté ».

Selon Jacques Cheminade, « les résultats de la Chine sont guidés par l'aspiration du peuple chinois à une belle vie, et il y a une responsabilité pour libérer et développer les forces productrices sociales. Ce but est consciemment à l'esprit des dirigeants chinois, ce qui explique le succès ». Il a ajouté : « En Chine, il y a une vision historique longue, et dans un certain nombre de domaines, lorsqu'il y a eu une histoire, il y aura une grande réussite, comme le 14e Plan quinquennal et le "Made-in-China 2025". Il y a quelque chose de très important évidemment adapté aux caractéristiques actuelles du socialisme en Chine. Donc c'est toute une histoire qui prouve que la Chine a suivi une voie de développement adapté à sa réalité nationale, mais aussi un développement chinois qui constitue une opportunité pour le reste du monde ».

Jacques Cheminade a toujours des attentes positives au sujet de l'initiative « la Ceinture et la Route ». Il a déclaré : « Faire bénéficier les peuples riverains de l'initiative "la Ceinture et la Route", parce qu'aujourd'hui le seul projet de civilisation à l'échelle du monde, c'est l'initiative "la Ceinture et la Route". C'est la grande initiative gagnant-gagnant, inclusive qui crée une cohésion de coopérations normales ».

Le PCC est sur le chemin de la bonne direction

Il a été mentionné dans le discours de Xi Jinping que « nous apprendrons activement toutes les réalisations bénéfiques de la civilisation humaine, et toutes les suggestions utiles sont les bienvenues, ainsi que les critiques bien intentionnées, mais nous n'accepterons jamais les prédications des soi-disant "maîtres enseignants" », et « le peuple chinois ne permettra jamais à des forces étrangères de l'intimider, de l'opprimer ou de l'asservir. Quiconque voudra le faire sera sûrement confronté à un bain de sang devant la Grande Muraille d'acier construite par plus de 1,4 milliard de Chinois ».

Sur cette détermination, Christine Bierre a déclaré : « Je crois que le Président Xi Jinping fait peut-être référence à ce qu'on appelle en France des "donneurs de leçons". Ce sont des hypocrites qui ne font pas eux-mêmes ce qu'ils prêchent et ne cherchent qu'à soumettre les gens à leur pouvoir arbitraire. Je crois que le message du Président Xi à l'égard de ceux qui veulent une guerre froide, voire une vraie guerre contre la Chine, est très clair : le peuple chinois est soudé, uni, et ceux qui s'en prendraient à la Chine risqueraient des conséquences terribles pour eux, mais aussi pour le monde. »

Christine Bierre a rajouté : « Les politiques énoncées par le Président Xi Jinping dans son discours, ainsi qu'une concentration sur l'intérêt du peuple, permettront aux PCC d'assurer la bonne direction ».

Aujourd'hui, le PCC s'engage à amener le peuple chinois sur la voie pour atteindre l'objectif du second centenaire. Face à la situation internationale, Jacques Cheminade a déclaré : « Aujourd'hui, la conception dominante sur la scène internationale est à la fois financière et géopolitique, qui n'est pas une conception d'amitié et de soutien mutuel. »

Selon lui, « il faut que les principaux pays du monde se réunissent pour remettre en place un système économique et financier international gagnant-gagnant. La Russie, la Chine, l'Inde et les États-Unis doivent travailler ensemble. On ne peut pas être anti-américain, anti-chinois ou anti-russe, ou même anti-anglais. Il faut lutter contre les oligarchies financières qui penseraient à l'avantage des désaccords entre les peuples. Les principaux pays du monde ont la responsabilité de créer une stabilité dans le monde. Nous espérons beaucoup que la Chine jouera son rôle de la paix qui nous semble essentiel pour le bien commun et pour les générations futures ». 

(Rédacteurs :Ying Xie, Yishuang Liu)
source : http://french.peopledaily.com.cn/Horizon/n3/2021/0730/c31362-9878668.html

Tag(s) : #Communiste#Chine#PCC

Dans CHINE

CHINE : XI APPELLE KIM A RENFORCER LA COOPERATION MILITAIRE

Par Le 01/08/2021

Pékin appelle au renforcement de la coopération militaire avec Pyongyang

Saturday, 31 July 2021 4:33 PM  [ Last Update: Saturday, 31 July 2021 4:38 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Pékin appelle au renforcement de la coopération militaire avec Pyongyang. (Illustration)

Le président chinois a appelé au renforcement des capacités militaires et de défense nationale de son pays, ainsi qu’au renforcement des liens avec la Corée du Nord.

Lors d’une réunion du groupe d’étude du Bureau politique du Comité central du Parti communiste chinois, le président chinois, Xi Jinping, a appelé à redoubler d’efforts pour renforcer l’armée et la défense nationale.

Dans une lettre adressée au dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, Xi a également appelé au développement et à la protection de l’alliance entre les deux pays, selon Newsweek.

« Dans les nouvelles circonstances, la partie chinoise, avec la République populaire démocratique de Corée, participera à la réalisation de l’idéal du socialisme dans les deux pays et à une coopération constructive pour répondre aux besoins des peuples des deux pays ainsi que pour le bonheur, la prospérité, la paix, la stabilité, et le développement dans la région grâce à la mise en œuvre des accords entre les deux parties, que les relations bilatérales puissent être consolidées et défendues avec succès et que des efforts puissent être déployés pour les développer », tel est le contenu de la lettre, selon Newsweek.

L'armée chinoise en état d'alerte

L’armée chinoise en état d’alerte

La Chine met en garde les USA contre la violation de son espace aérien.

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a, quant à lui, appelé vendredi les responsables politiques et militaires du parti au pouvoir en Corée du Nord à augmenter les forces politiques et militaires et l’esprit de la lutte révolutionnaire.

« À l’heure actuelle, les forces hostiles renforcent systématiquement leur capacité de lancer des frappes préventives contre la République populaire démocratique de Corée et, dans le même temps, elles augmentent leurs stocks d’armes en intensifiant toutes sortes d’exercices militaires violents, débridés et persistants », a déclaré le dirigeant nord-coréen.

Ces remarques interviennent alors que la Corée du Sud et les États-Unis spéculent sur une répétition militaire à la mi-août tout en craignant que les exercices n’affectent les mesures prises par les deux Corées cette semaine.

Lire aussi : Pékin dévoile la version chinoise d’un missile américain

D’autre part, les États-Unis et leurs autres alliés en Asie-Pacifique, dont le Japon, l’Australie et des pays européens comme la Grande-Bretagne, ont lancé des actions de provocation en mer de Chine méridionale contre Pékin, ce qui a provoqué à plusieurs reprises une réaction chinoise.

Dans le dernier cas, le ministère chinois de la Défense a mis en garde vendredi contre les actes de provocation d’un porte-avions britannique en mer de Chine méridionale : le porte-avions Queen Elizabeth of England et son groupe de navires sont entrés mardi dans les eaux de la mer de Chine méridionale sans tenir compte des avertissements chinois. La flotte a rejoint les marines américaine et australienne, qui affirment être présentes pour la sécurité de la navigation dans cette zone sensible.

Lire aussi : Chine : visite du président au Tibet sur fond de tensions avec les États-Unis

Le ministère britannique de la Défense affirme qu’une flotte accompagnée du porte-avions Queen Elizabeth a choisi la route la plus directe pour une répétition avec ses alliés. Le ministère chinois de la Défense prévient que les Britanniques envisagent d’envoyer deux autres navires de guerre en mer de Chine méridionale cette année. 

Par ailleurs, la diplomatie chinoise a exprimé son mécontentement par rapport aux pourparlers stratégiques entre les législateurs taïwanais, japonais et américains en indiquant : « Ces soi-disant pourparlers n’auront aucun effet », en ajoutant : « Ces actions sont erronées et négatives en termes de forme et de contenu. »

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères a noté que Taïwan fait partie intégrante du territoire chinois et que les efforts pour se réunir avec la Chine ne s’arrêteront pas ; le Japon et les États-Unis doivent donc s’engager à conclure des accords politiques bilatéraux avec la Chine.

USA : la Chine prépare la guerre

USA : la Chine prépare la guerre

Selon le tabloïd chinois, Global Times, Pékin doit augmenter sa puissance militaire pour contrer les menaces américaines.

http://french.presstv.ir/Detail/2021/07/31/663444/Chine-Coree-du-Nord-Etats-Unis-Grande-Bretagne-

Dans CHINE

LA CHINE INTENSIFIE SES EFFORTS DE SECOURS D’URGENCE ET DE LUTTE CONTRE LES CATASTROPHES AU HENAN

Par Le 29/07/2021

La Chine intensifie les efforts de secours d'urgence et de lutte contre les catastrophes au Henan

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-28 à 22:16


(Xinhua/Li An)

BEIJING, 28 juillet (Xinhua) -- La Chine a mobilisé du personnel, des fonds et des équipements dans un contexte d'efforts consolidés pour mener des opérations de secours d'urgence et de lutte contre les catastrophes après que de fortes pluies au Henan ont provoqué plusieurs vagues d'inondations, a indiqué un responsable mercredi.

Le pays a envoyé environ 46.000 membres de l'Armée populaire de Libération et de la Force de police armée ainsi que 61.000 membres de la milice au Henan pour le travail de contrôle des inondations et de secours d'urgence, a indiqué Zhou Xuewen, vice-ministre de la Gestion des urgences et des Ressources en eau, lors d'une conférence de presse.

Le ministère de la Gestion des urgences a dépêché environ 4.000 sapeurs-pompiers et secouristes venant de douze provinces au Henan, ainsi qu'un grand nombre d'équipements, tels que des bateaux, des camions de drainage et des pompes de drainage mobile de grande et moyenne taille, selon M. Zhou.

La Chine a assigné 3 milliards de yuans (environ 462 millions de dollars) de la réserve financière centrale pour soutenir le travail de reprise et de reconstruction post-catastrophe et fournira un soutien accru conformément à la situation d'inondations, a-t-il indiqué. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-07/28/c_1310092727.htm

 

 

La Chine ne fera aucune concession dans la sauvegarde de ses intérêts fondamentaux, déclare le ministre de la Défense nationale

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-29 à 02:53


(Xinhua)

DOUCHANBE, 28 juillet (Xinhua) -- Le conseiller d'Etat et ministre de la Défense nationale de Chine Wei Fenghe a déclaré mercredi lors d'une visite au Tadjikistan que la Chine ne ferait jamais aucune concessions en matière de sauvegarde de ses intérêts nationaux fondamentaux.

La Chine s'est engagée à maintenir la prospérité et la stabilité mondiales, et son développement profitera à l'humanité et au monde en général, a indiqué M. Wei au cours de la 18e réunion des ministres de la Défense des Etats membres de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS), tout en soulignant que la Chine n'avait jamais intimidé d'autres pays, et ne se laisserait pas non plus intimider.

La Chine vient de célébrer le 100e anniversaire de la fondation du Parti communiste chinois (PCC). Sous la direction du président Xi Jinping, la Chine a achevé la construction d'une société modérément prospère à tous égards, et a initié un processus historique irréversible visant à réaliser le renouveau national, a-t-il déclaré.

Sur les questions concernant Taiwan, Hong Kong, le Xinjiang, le Tibet et la mer de Chine méridionale, la Chine ne fera jamais de compromis ni de concession, a souligné M. Wei, ajoutant que le pays a l'ambition, les capacités et la confiance nécessaires pour résister à toutes les pressions extérieures, surmonter tous les risques et défis, et sauvegarder fermement ses intérêts nationaux fondamentaux.

Depuis la fondation de l'OCS il y a 20 ans, grâce aux efforts des chefs d'Etat des pays membres et avec "l'esprit de Shanghai", les départements de la Défense des participants n'ont cessé de renforcer leur confiance stratégique mutuelle et leur coopération pragmatique de haut niveau, a affirmé M. Wei, ajoutant que l'OCS est devenue une importante force constructive dans les affaires internationales et régionales.

Il a estimé que les Etats membres de l'OCS devaient maintenir une communication et des échanges étroits, améliorer les mécanismes de coopération de l'organisation, approfondir leur coopération dans divers domaines spécialisés, inventer de nouveaux modèles de coopération face à la pandémie de COVID-19, et s'efforcer de créer un environnement de sécurité caractérisé par les contributions conjointes et les bénéfices partagés, afin de contribuer à faire de l'OCS une véritable communauté de destin.

Le monde est loin d'être pacifique, dans la mesure où la pandémie de COVID-19, un événement comme il ne s'en produit qu'une fois par siècle, se conjugue à des transformations d'une ampleur rarement vue depuis cent ans, a fait remarquer le ministre chinois.

En temps de crise, la communauté internationale devrait s'unir et s'entraider, s'opposer conjointement à l'hégémonisme, à l'unilatéralisme et à l'interventionnisme, défendre et pratiquer un véritable multilatéralisme, et travailler de concert pour assumer ses responsabilités, relever les nouveaux défis et surmonter toutes les difficultés, a-t-il poursuivi.

A l'heure où la situation en Afghanistan traverse des changements majeurs et où les risques pour la sécurité régionale augmentent, les pays membres de l'OCS doivent intensifier leur coordination et leur coopération pour prévenir et combattre conjointement les "trois forces du mal" que sont le terrorisme, le séparatisme et l'extrémisme, et consolider les barrières de sécurité régionales, a-t-il affirmé.

Au cours de la réunion, les ministres de la Défense ont fait l'éloge des réalisations de l'OCS en termes de maintien de la paix et de la stabilité régionales et de promotion de la coopération dans les domaines de sécurité et de la défense au cours des 20 dernières années.

Ils sont convenus de continuer à renforcer leur communication, à bâtir des consensus et à élargir leur coopération pour mettre en place des conditions propices au développement continu de l'OCS.

Toutes les parties en présence ont souligné la nécessité de soutenir activement le processus de paix et de réconciliation en Afghanistan, de renforcer la coopération antiterroriste, de combattre le terrorisme et de préserver la sécurité et la stabilité régionales.

En marge de la réunion, M. Wei a également eu des entretiens séparés avec les ministres de la Défense du Pakistan, de Biélorussie, de Russie, du Kazakhstan et du Kirghizistan, avec lesquels il a échangé des points de vue sur les situations internationale et régionale, les relations bilatérales et militaires et la coopération antiterroriste. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-07/29/c_1310092970.htm

 

La porte des relations sino-américaines "ne peut être fermée" (nouvel ambassadeur chinois)

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-29 à 12:36


(Xinhua/Liu Jie)

WASHINGTON, 28 juillet (Xinhua) -- Le nouvel ambassadeur de Chine aux Etats-Unis, Qin Gang, a affirmé mercredi sa conviction que "la porte des relations sino-américaines, qui est déjà ouverte, ne peut être fermée".

"C'est la tendance du monde, l'appel de l'époque et la volonté des peuples", a-t-il souligné, dans son discours adressé aux médias américains et chinois à son arrivée aux Etats-Unis.

Il y a cinquante ans, Henry Kissinger avait effectué une visite secrète en Chine et ouvert la porte à la normalisation des relations sino-américaines, a rappelé M. Qin. "C'était pendant la Guerre Froide ; à cette époque-là, il n'y avait pratiquement aucun contact entre les deux pays. Le Dr Kissinger avait dû passer par un pays tiers pour se rendre secrètement en Chine".

"Aujourd'hui, cinquante ans plus tard en tant que onzième ambassadeur de Chine aux Etats-Unis, je peux voyager le plus ouvertement et prendre l'avion directement vers ce pays. Comment le monde a changé avec le temps", a-t-il poursuivi.

Au cours du demi-siècle écoulé, les relations sino-américaines se sont développées en dépit des tours et détours qu'elles ont connu, selon l'ambassadeur.

"Cela a non seulement eu un impact profond sur les deux pays, mais a aussi modifié le cours de l'histoire et du monde de manière significative. Le monde d'aujourd'hui traverse des changements majeurs sans précédent depuis un siècle", a-t-il noté.

Avant ce nouveau mandat, M. Qin a été vice-ministre chinois des Affaires étrangères. Son prédécesseur, l'ambassadeur Cui Tiankai, a terminé son mandat et est rentré en Chine le 23 juin. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-07/29/c_1310094054.htm

 

 

Dans CHINE

WANG YI, CONSEILLER D’ETAT CHINOIS ET MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES : LES ETATS-UNIS NE SONT PAS SUPERIEURS AUX AUTRES NATIONS

Par Le 26/07/2021

Wang Yi: les Etats-Unis ne sont pas supérieurs aux autres nations

French.china.org.cn | Mis à jour le 26. 07. 2021 | Mots clés : Wang Yi, Wendy Sherman
 
Le conseiller d’Etat chinois et ministre des Affaires étrangères, Wang Yi.

« Aucun pays n’est supérieur aux autres et la Chine n’acceptera jamais aucun pays qui se considère de cette façon », a déclaré samedi le conseiller d’Etat et ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi, en amont d’une visite en Chine de deux jours de la secrétaire d’Etat adjointe des Etats-Unis, Wendy Sherman, qui a débuté dimanche.

Wang Yi a fait cette remarque lors du troisième cycle de discussion avec le ministre pakistanais des Affaires étrangères Shah Mehmood Qureshi, à l’occasion du Dialogue stratégique des ministres des Affaires étrangères Chine-Pakistan organisé à Chengdu dans la province chinoise de Sichuan (sud-ouest).

Cette déclaration de Wang Yi constitue également une réponse aux explications du porte-parole du Département d’Etat des Etats-Unis, Ned Price, sur la visite « en position de force » de Wendy Sherman, du fait de ses consultations avec ses alliés. Le Département d’Etat des Etats-Unis a également indiqué mercredi dans un communiqué de presse, que ces rencontres faisaient « partie des efforts actuels des Etats-Unis d’entretenir des échanges francs avec les officiels de la République populaire de Chine pour promouvoir les intérêts et les valeurs des Etats-Unis, et gérer de façon responsable les relations ».

« Les Etats-Unis ont toujours fait pression sur les autres avec leurs forces auto-proclamées et de façon condescendante, mais je tiens à avertir la partie américaine qu’aucun pays n’est supérieur aux autres, ni ne devrait l’être », a réfuté Wang Yi.

Celui-ci a également souligné que la Chine n’accepterait jamais aucun pays qui pense de cette façon : « Si les Etats-Unis n’ont toujours pas appris à traiter les autres pays sur un pied d’égalité, alors la Chine, ensemble avec la communauté internationale, a la responsabilité de le leur enseigner », a-t-il insisté.

« Les Etats-Unis ne sont pas qualifiés pour faire la leçon à la Chine ou interférer dans les affaires de la Chine, ni ne sont-ils qualifiés pour dire qu’ils gèrent leurs relations avec la Chine "en position de force" », a ajouté le porte-parole du MAF chinois, Zhao Lijian, à l’occasion d ‘une conférence de presse organisée vendredi dernier.

Concluant son voyage en Corée du Sud, la prochaine étape de Wendy Sherman dans sa tournée en Asie sera sa rencontre très attendue avec Wang Yi et le vice-ministre chinois des Affaires étrangères Xie Feng prévue entre dimanche et lundi dans la ville septentrionale chinoise de Tianjin.

http://french.china.org.cn/china/txt/2021-07/26/content_77652178.htm

Dans CHINE

LA CHINE CONSTRUIRA UNE COMMUNAUTE DE DESTIN ETROITE AVEC LE PAKISTAN DANS LA NOUVELLE ERE

Par Le 25/07/2021

La Chine construira une communauté de destin plus étroite avec le Pakistan dans la nouvelle ère

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-25 à 12:27


(Xinhua/Liu Kun)

CHENGDU, 25 juillet (Xinhua) -- La Chine est prête à travailler avec le Pakistan pour promouvoir la construction d'une communauté de destin plus étroite dans la nouvelle ère, a déclaré samedi le conseiller d'Etat et ministre des Affaires étrangères de Chine, Wang Yi.

M. Wang a fait ces remarques lors du troisième dialogue stratégique entre la Chine et le Pakistan, avec le ministre pakistanais des Affaires étrangères, Shah Mahmood Qureshi.

Notant que cette année marque le 70e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et le Pakistan, M. Wang a indiqué que les deux pays avaient travaillé ensemble pour surmonter de nombreuses difficultés et obstacles, et ont établi un partenariat de coopération stratégique à toute épreuve.

"La Chine est prête à travailler avec le Pakistan pour saisir l'occasion du 70e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques afin d'accélérer la construction d'une communauté de destin plus étroite dans la nouvelle ère, d'apporter plus de bénéfices aux deux peuples, et de faire davantage de contributions à la stabilité et à la prospérité régionales", a ajouté M. Wang.

M. Qureshi a exprimé ses condoléances à la Chine concernant les graves inondations dans la province du Henan. Il a déclaré que le Pakistan remerciait la Chine pour son précieux soutien dans la lutte du Pakistan contre la pandémie, et condamnait toutes les calomnies contre la Chine.

En ce qui concerne l'attentat de Dasu qui s'est produit au Pakistan, M. Wang a indiqué que la Chine et le Pakistan étaient tous deux victimes de cet attentat terroriste, et que les deux parties devaient travailler en étroite collaboration pour traduire rapidement les auteurs en justice.

M. Qureshi a déclaré que le Pakistan ne ménagerait pas ses efforts pour protéger la sécurité du personnel et des institutions chinoises au Pakistan, réorganiser les forces spéciales pour renforcer le travail de sécurité en la matière et empêcher résolument que des incidents similaires ne se reproduisent.

Lors d'une conférence de presse conjointe à l'issue du dialogue, M. Wang a déclaré que les deux pays avaient convenu de poursuivre la construction de haute qualité du Corridor économique Chine-Pakistan, de renforcer la coordination dans les affaires internationales et régionales, de s'opposer conjointement à l'hégémonie et à l'unilatéralisme, et de maintenir le système international avec les Nations unies au centre et l'ordre international fondé sur le droit international.

Sur la situation actuelle en Afghanistan, M. Wang a déclaré aux journalistes qu'en tant que pays voisins de l'Afghanistan, la Chine et le Pakistan étaient les pays les plus directement affectés par la situation en Afghanistan. Après une communication approfondie, les deux parties ont décidé de mener des campagnes conjointes dans les cinq domaines suivants, selon M. Wang.

Il a dit que les deux pays étaient d'accord pour lutter pour la paix de toutes leurs forces afin d'éviter la propagation de la guerre comme une priorité absolue, promouvoir activement la paix par des négociations et faire avancer les négociations intra-afghanes, travailler ensemble pour lutter contre le terrorisme et éloigner toutes les grandes forces afghanes du terrorisme. Ils ont convenu de promouvoir la coordination et la coopération entre les pays voisins de l'Afghanistan, et exhorté les Etats-Unis à assumer sérieusement leurs responsabilités pour la paix et la reconstruction de l'Afghanistan. Fi

http://french.xinhuanet.com/2021-07/25/c_1310084066.htm

 

Chine : ouverture du Musée de l'astronomie de Shanghai

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-18 à 14:03

SHANGHAI, 18 juillet (Xinhua) -- Des gens visitent le Musée de l'astronomie de Shanghai, dans l'est de la Chine, le 17 juillet 2021. Le Musée de l'astronomie de Shanghai, le plus grand planétarium au monde en termes d'envergure, a ouvert officiellement ses portes samedi et accueillera le public à partir de dimanche. Couvrant une superficie d'environ 58.600 mètres carrés, le musée est situé dans la zone spéciale de Lingang de la Zone de libre-échange pilote de Chine (Shanghai). Il s'agit d'une antenne du Musée des sciences et des technologies de Shanghai. (Photo : Fang Zhe)

 

 

   1 2 3 4 5   

http://french.xinhuanet.com/photo/2021-07/18/c_1310068353.htm

 

Aucune conclusion définitive sur l'origine du nouveau coronavirus, selon le directeur de la CIA

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-25 à 18:50

WASHINGTON, 25 juillet (Xinhua) -- Le directeur de la Central Intelligence Agency (CIA), William Burns, a déclaré qu'il pourrait ne pas y avoir de conclusion définitive sur l'origine du nouveau coronavirus.

"La réponse honnête d'aujourd'hui est que nous ne pouvons pas offrir de conclusion définitive à la question de savoir s'il provient d'un accident de laboratoire ou d'une transmission naturelle d'animaux infectés à des êtres humains", a déclaré M. Burns quand on lui a demandé si le virus avait été créé dans un laboratoire à Wuhan en Chine, lors d'une récente interview avec la National Public Radio (NPR) des Etats-Unis.

Il est possible que l'origine du virus soit impossible à connaître, "comme tant de choses sur lesquelles nous ne pourrons peut-être jamais nous prononcer définitivement", a-t-il ajouté. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-07/25/c_1310084745.htm

 

Selon un expert russe, sans le Parti communiste chinois, il n'y aurait pas eu de Chine nouvelle

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-25 à 02:49

MOSCOU, 24 juillet (Xinhua) -- Un expert russe a déclaré que sans le Parti communiste chinois (PCC), il n'y aurait pas eu de Chine nouvelle, a rapporté vendredi l'agence de presse Spoutnik.

"La Chine a récemment organisé de grandes célébrations pour le 100e anniversaire de la fondation du PCC. Sous la direction du PCC, la Chine a obtenu de nombreuses grandes réalisations", a souligné Vladimir Zakharov, un célèbre orientaliste et diplomate russe.

Le peuple chinois est uni et la Chine a fait un excellent travail dans la lutte contre la COVID-19, a-t-il ajouté.

"Le succès de la Chine dans la lutte contre la pauvreté démontre également le fort leadership du PCC. Le modèle de développement de la Chine sert d'exemple inspirant pour d'autres pays", a-t-il conclu. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-07/25/c_1310083468.htm

 

Une pétition demandant une enquête sur le laboratoire de Fort Detrick attaquée par des adresses IP américaines alors que les signatures atteignaient 10 millions

French.china.org.cn | Mis à jour le 25. 07. 2021 | Mots clés : Fort Detrick

 

Une pétition en ligne exigeant que l'Organisation mondiale de la santé enquête sur le laboratoire de Fort Detrick a été attaquée le 24 juillet soir par plusieurs adresses IP américaines alors que le nombre de signatures approchait les 10 millions.

 

Cependant, les attaques n'ont pas réussi à freiner l'enthousiasme des internautes chinois. Les signatures ont dépassé les 10 millions samedi soir, environ une semaine après le lancement de la pétition le 17 juillet, soutenue par l’indignation des internautes chinois face à la politisation par les États-Unis de l'enquête sur la recherche des origines du COVID-19.

 

Selon les observateurs chinois, ce puissant appel montre que le peuple chinois ne cessera pas de s'interroger sur le laboratoire américain jusqu'à ce que les États-Unis donnent une explication raisonnable, et ils ont également exhorté l'OMS à vraiment jouer son rôle de coordination basé sur la science et l'objectivité plutôt que de devenir un outil politique de l’OMS.

 

Selon le Global Times, de nombreux membres du personnel médical qui étaient en première ligne de la lutte contre l'épidémie à Wuhan l'année dernière ont également activement participé à la signature de la pétition. Parmi eux se trouvent Wang Xinghuan, doyen de l'hôpital Zhongnan de l'Université de Wuhan et de l'hôpital Leishenshan, et Peng Peng, qui a reçu le prix de « personne avancée » dans la lutte contre l'épidémie du pays et doyen de l'hôpital pulmonaire de Wuhan, l'un des premiers hôpitaux désignés pour les premiers patients à Wuhan.

 

M. Wang a déclaré au Global Times être furieux des calomnies américaines contre l'Institut de virologie de Wuhan. « Je sais très clairement que l'institut a été diffamé et cette calomnie inconcevable montre seulement que les diffamateurs sont inhumains. Le manque d'unité et de confiance de l'humanité est l'une des raisons pour lesquelles le virus est devenu la pandémie de l'échelle que nous connaissons actuellement. La Chine est capable de contrôler la propagation du virus parce qu’elle a l'unité et la confiance de son peuple, qui sont la manifestation de son niveau de civilisation. J'espère que tout le monde pourra travailler ensemble et mettre fin à la pandémie », a-t-il déclaré.

 

Un groupe d'internautes chinois a rédigé une lettre ouverte exhortant l'OMS à enquêter sur le laboratoire de Fort Detrick et a chargé le Global Times de publier la lettre sur WeChat et Weibo le 17 juillet pour solliciter une réponse du public. Ils ont déclaré au Global Times que malgré la conclusion du groupe d'experts conjoint OMS-Chine selon laquelle une fuite de laboratoire est « extrêmement improbable », les États-Unis n'ont jamais cessé de déformer les faits et ont même affirmé que le virus provenait d'un laboratoire de Wuhan.

 

Ces internautes pensent que s'il est « prématuré d'écarter la théorie des fuites de laboratoire », comme l'a affirmé le directeur général de l'OMS le 16 juillet, le laboratoire américain de Fort Detrick devrait faire l’objet d'une enquête approfondie car le laboratoire héberge de nombreux virus et agents pathogènes dangereux et a déjà mené des expériences dangereuses.

http://french.china.org.cn/foreign/txt/2021-07/25/content_77650080.htm

 

Des échantillons de sang suggèrent des infections au COVID-19 en Italie dès 2019

French.china.org.cn | Mis à jour le 23. 07. 2021 | Mots clés : COVID-19,Italie

Des suggestions selon lesquelles le nouveau coronavirus aurait été en circulation en Europe des mois avant que la Chine ne confirme officiellement le premier cas à Wuhan ont été ravivées par une nouvelle étude sur des échantillons de sang prélevés en Italie dès octobre 2019.

Des chercheurs sur le cancer de l'Istituto Nazionale dei Tumori (Institut national des tumeurs) de Milan ont rapporté dans un article publié lundi que de nouveaux tests d'échantillons de sang prélevé avant la pandémie dans deux laboratoires avaient révélé contenir des anticorps normalement associés à l'infection au COVID-19.

« Les résultats de ce nouveau test suggèrent que ce que nous avons précédemment rapporté chez des patients asymptomatiques est un signal plausible d'une circulation précoce du virus en Italie », a déclaré au Financial Times Giovanni Apolone, l'un des chercheurs.

« Si cela se confirme, cela expliquerait l'explosion des cas symptomatiques observée en Italie. Le SARS-CoV-2, ou une version antérieure, aurait circulé silencieusement, de manière non détecté. »

Avant le début de la pandémie, des chercheurs italiens avaient testé 959 personnes pour le cancer du poumon. L'année dernière, ils ont retesté ces échantillons à la recherche d'anticorps liés au coronavirus, et ont affirmé avoir trouvé des traces d'infection au COVID-19 dans certains échantillons.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a demandé que d'autres tests soient effectués, et les échantillons ont été envoyés au laboratoire VisMederi à Sienne, en Italie, ainsi que vers un établissement de l'Université Erasmus aux Pays-Bas, affilié à l'OMS.

Des résultats positifs

Selon le Financial Times, trois échantillons testés de nouveau par Erasmus et VisMederi ont obtenu des résultats positifs pour l'anticorps IgM lié au COVID-19.

Des chercheurs du laboratoire VisMederi ont retesté 29 des échantillons italiens, dont certains positifs et d'autres négatifs. Ils ont également retesté 29 cas témoins de 2018.

L'article a été publié en tant que prépublication sur le site Internet scientifique medRxiv et n'a pas encore été évalué par des pairs. Marion Koopmans, responsable de la virologie à l'Université Erasmus, a déclaré que cette nouvelle étude pourrait ne pas être concluante.

Elle a souligné que les résultats de la nouvelle étude étaient « intéressants », mais que selon les critères stricts de l'université, aucun des échantillons n'avait fourni de preuve concluante d'une infection antérieure au COVID-19.

« Nous utilisons un seuil assez strict et ne pouvons exclure qu'une partie de la réactivité observée soit réelle », a-t-elle été citée par le Financial Times.

« Cependant, pour confirmer une circulation plus précoce, nous recommandons des études sur les patients atteints d'une maladie inexpliquée pour une confirmation virologique. Cela ne signifie pas que c'est impossible […] Juste que d'autres preuves sont nécessaires. »

Selon l'étude, aucun des échantillons ne contenait « des niveaux suffisamment élevés de chacun des trois types d'anticorps » qu'Erasmus exige pour être considéré comme une preuve d'infection.

Gabriella Sozzi, l'une des chercheuses italiennes, a déclaré que dans neuf échantillons qui, selon VisMederi, étaient positifs pour l'infection, « les niveaux d'anticorps IgM étaient inférieurs au seuil fixé par Erasmus ».

Le virus a peut-être été « moins agressif ou contagieux » pendant la période pré-pandémique, a avancé Mme Sozzi au Financial Times, ajoutant que cela rendait « nécessaire l'utilisation de tests très sensibles malgré le risque de trouver des cas de “faux positifs” ».

Selon le Financial Times, l'OMS a déclaré être « reconnaissante » envers les scientifiques essayant de faire progresser la compréhension des origines du COVID-19. L’OMS a ajouté qu’elle n’avait « pas été impliquée dans l'analyse en laboratoire » et que les résultats « ont mis en évidence le défi de mener des tests d'anticorps sur des échantillons datant de 2019 ».

http://french.china.org.cn/foreign/txt/2021-07/23/content_77647440.htm

Dans CHINE

CHINE : (COVID-19) L’ALLEGATION DE FUITE DU LABORATOIRE DE WUHAN VA A L’ENCONTRE DE LA SCIENCE

Par Le 23/07/2021

(COVID-19) L'allégation de fuite du laboratoire de Wuhan va à l'encontre de la science

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-22 à 20:27


(Xinhua/Chen Yehua)

BEIJING, 22 juillet (Xinhua) -- L'allégation selon laquelle le SRAS-CoV-2 aurait fui d'un laboratoire de Wuhan va à l'encontre de la science, a déclaré jeudi un haut responsable de la Commission nationale de la santé (CNS).

Zeng Yixin, chef adjoint de la CNS, s'est dit surpris d'entendre certaines personnes déclarer que le SRAS-CoV-2, le virus qui cause la COVID-19, se serait échappé de l'Institut de virologie de Wuhan (Wuhan Institute of Virology, WIV).

Cette allégation va à l'encontre du bon sens et de la science, a déclaré M. Zeng lors d'une conférence de presse sur le traçage de l'origine de la COVID-19 organisée par le Bureau de l'information du Conseil des Affaires d'Etat.

Yuan Zhiming, directeur du Laboratoire national de biosécurité du WIV, a déclaré que son laboratoire, qui étudie les agents pathogènes de classe 4 et possède le plus haut niveau de biosécurité, n'a connu aucun incident de fuite depuis sa mise en service en 2018.

Il a ajouté que certaines allégations, telles que la soi-disant infection de trois employés du WIV, ou l'expérience de gain de fonction sur le nouveau coronavirus menée par le laboratoire, n'étaient que des rumeurs qui avaient déjà été démenties.

D'après lui, il est largement accepté par les ingénieurs généticiens que la modification artificielle d'un virus laissera indiscutablement des traces. Le nouveau coronavirus n'a pas ce genre de trace, ce qui exclut totalement la théorie selon laquelle il a été fabriqué par l'homme.

Jusqu'à présent, aucun membre du personnel du WIV n'a été infecté par le nouveau coronavirus, le laboratoire n'a pas mené d'expérience de gain de fonction sur les agents pathogènes, et il n'y a pas de nouveau coronavirus dit artificiel au WIV, a-t-il réitéré.

Les experts de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ont déclaré après avoir visité le WIV qu'il était "extrêmement improbable" que le virus se soit propagé à partir d'une fuite de laboratoire, a ajouté M. Zeng. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-07/22/c_1310078106.htm

 

La politique de Biden envers la Chine, nuisible, s'avère plus risquée que prévu (expert)

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-23 à 13:15

WASHINGTON, 22 juillet (Xinhua) -- L'essentiel de la politique étrangère de l'administration du président américain Joe Biden, qui réside uniquement dans la confrontation avec la Chine, est bien plus risqué que ce que Washington semble souhaiter, écrit l'expert américain Johnathan Tepperman dans la revue Foreign Policy.

L'intensification de cette confrontation est susceptible d'"aggraver les choses, tout en portant atteinte à d'autres intérêts américains dans le processus", dit-il dans cette tribune publiée mercredi.

Les mesures diplomatiques et économiques de l'administration Biden partagent un même objectif : "contrer l'influence internationale croissante de la Chine, renforcer la position et la résilience de l'Amérique et empêcher Beijing de profiter de la politique commerciale américaine".

L'administration Biden, ajoute M. Tepperman, parie aussi qu'une telle approche conflictuelle envers la Chine pourrait l'aider politiquement, "l'immunisant contre les attaques des républicains et s'attirant la faveur des électeurs américains".

Cependant, en plus d'être une politique à court terme, la politique de Biden envers Chine semble peu susceptible d'atteindre les autres objectifs fixés par l'administration et "une grande partie de la campagne anti-chinoise de l'administration pourrait aisément échouer ou se retourner contre elle".

Et tout ceci parce que beaucoup des initiatives de cette campagne exigent le soutien d'alliés tant aux Etats-Unis qu'à l'étranger - soutien qui sera difficile à réunir; et même si les alliés sont partants, de nombreuses décisions récentes de l'administration risquent de rendre le monde plus, et non pas moins, dangereux pour les Etats-Unis, ajoute-t-il. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-07/23/c_1310079483.htm

 

 

Covid-19 : les Etats-Unis éludent les questions

French.china.org.cn | Mis à jour le 23. 07. 2021 | Mots clés : Covid-19

En début d’année, pendant plus de quatre semaines de recherches sur le terrain en Chine, une équipe d’experts réunis par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) s’est rendue sur neuf sites clés et s’est entretenue avec de nombreux experts chinois, de professionnels de la santé et de membres de la collectivité de Wuhan, la ville où des infections au nouveau coronavirus ont été pour la première fois identifiées. Après avoir obtenu d’importantes quantités de données et d’informations, l’équipe a été unanime dans ses éloges au soutien qui leur a été accordé par la Chine dans ses recherches.

Le rapport publié en mars par l’OMS sur les résultats de ces recherches conclut qu’il est extrêmement improbable que le virus ait fuité d’un laboratoire. Cela aurait dû mettre un terme à l’insistance de Washington, qui veut faire de l’Institut de virologie de Wuhan l’origine de l’épidémie. Ce n’est malheureusement pas le cas. 

Au contraire, l’administration américaine a été encore plus véhémente à rejeter la faute sur la Chine et ce laboratoire. Après être revenu sur la décision de son prédécesseur de retirer les Etats-Unis de l’OMS et d’arrêter sa participation financière, la campagne du président américain Joe Biden semble avoir contraint une nouvelle recrue sous la forme de l’OMS.

Vendredi dernier, le directeur général de l’OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus a fait savoir que l’accès aux données brutes avait été un « défi » pour l’équipe internationale s’étant rendue en Chine et qu’il y avait eu un « effort prématuré » pour écarter la théorie selon laquelle le virus pourrait avoir fuité d’un laboratoire. Peut-être que le point de vue au sein de l’OMS, comme celui de beaucoup d’autres, est que le virus provient du laboratoire de recherche sur les armes biologiques de Fort Detrick aux Etats-Unis, dont les fuites sont notoires. 

Cependant, la position drastiquement différente du chef de l’OMS sur l’étude sur le terrain menée en Chine ainsi que la proposition d’une seconde enquête sur l’origine du virus incluant des recherches supplémentaires en Chine et un « audit » du laboratoire de Wuhan − avant même qu’une étude sur le terrain n’ait été réalisée aux Etats-Unis ou ailleurs − suggère que l’OMS a succombé à la pression politique des Etats-Unis et de ses alliés.

Jeudi, au cours d’une conférence de presse, le vice-ministre de la Commission nationale de la santé (CNS) Zheng Yixin a rejeté le plan de l’OMS de réaliser une autre étude en Chine pour retrouver l’origine du Covid-19. Cette réponse, justifiée au regard du mépris affiché de ce plan vis-à-vis de la science, devrait être considérée comme la réponse officielle de la Chine. 

De plus, il existe suffisamment d’indices et de preuves, qui montrent que le virus circulait déjà dans divers pays avant d’être identifié à Wuhan. Ceux-ci doivent tout d’abord faire l’objet d’une enquête.

Comme l’a reconnu l’équipe initialement constituée par l’OMS, la Chine a montré le bon exemple avec le soutien qu’elle a apporté dans les efforts pour retrouver l’origine du virus. Si tous les pays, notamment les pays durement touchés, partageaient leurs données et coopéraient avec l’OMS aussi ouvertement que la Chine et qu’ils étaient aussi transparents qu’elle dans leur gestion du virus, il pourrait être possible de déterminer où et comment le virus s’est transmis aux humains. Il ne faut cependant pas s’attendre à cela de la part des Etats-Unis.

http://french.china.org.cn/china/txt/2021-07/23/content_77647451.htm

 

La Chine espère que l'OMS peut maintenir l'intégrité du traçage de l'origine de la COVID-19 (porte-parole)

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-23 à 19:24

BEIJING, 23 juillet (Xinhua) -- La Chine espère que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pourra adhérer à l'esprit de la science, du professionnalisme et de l'objectivité, et ainsi travailler avec la communauté internationale pour défendre conjointement l'intégrité scientifique de l'étude des origines de la COVID-19, résister au vent contraire de la politisation et préserver l'atmosphère saine de la coopération anti-épidémique mondiale, a déclaré vendredi Zhao Lijian, porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

Selon lui, la Chine a toujours attaché une grande importance à la question du traçage de l'origine et ne cessera pas de promouvoir ses propres recherches dans ce domaine. En tant que l'un des premiers pays à coopérer avec l'OMS sur la recherche du traçage de l'origine, la Chine continuera également de participer activement à la prochaine étape de la coopération mondiale en la matière.

M. Zhao a fait ces remarques lors d'un point de presse quotidien lorsqu'il a été invité à commenter une requête selon laquelle l'OMS a informé les Etats membres, le 16 juillet, des mesures à prendre dans le cadre de la deuxième phase de l'étude visant à retracer les origines de la COVID-19. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-07/23/c_1310080526.htm

 

Le monde a des raisons d'appeler à une enquête sur Fort Detrick (porte-parole)

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-23 à 10:05

BEIJING, 23 juillet (Xinhua) -- La Chine et la communauté internationale ont toutes les raisons de soulever des doutes sur Fort Detrick et d'exhorter l'Organisation mondiale de la santé (OMS) à enquêter sur le laboratoire de Fort Detrick pour le traçage de l'origine du nouveau coronavirus, a déclaré jeudi Zhao Lijian, porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

Sur la question du traçage de l'origine de la COVID-19, certains aux Etats-Unis auraient effectivement mauvaise conscience, a indiqué Zhao, ajoutant que la partie américaine était restée silencieuse sur les préoccupations sérieuses soulevées par la communauté internationale sur Fort Detrick et ses plus de 200 laboratoires biologiques à l'étranger.

"La partie américaine doit comprendre que la communauté internationale, dont la Chine, a toutes les raisons de soulever des questions sur Fort Detrick, qui a des antécédents médiocres et est connu pour ses infractions au laboratoire et fuites de contaminants, et de demander des éclaircissements et des explications à la partie américaine et d'exhorter l'OMS à mener une enquête minutieuse à cet égard", a fait remarquer M. Zhao lors d'un point presse quotidien.

Selon lui, cette demande a non seulement pour but d'identifier la source de la COVID-19, mais aussi d'assurer la sécurité de la population dans tous les pays. "L'interrogation ne s'arrêtera pas tant que la partie américaine ne donnera pas une explication raisonnable".

Lors du point presse, M. Zhao a fait des commentaires sur une information des médias selon laquelle des scientifiques dans deux laboratoires en Italie, dont l'Istituto Nazionale Tumori de Milan, un centre de recherche en cancérologie, ont écrit dans un nouveau papier publié le 19 juillet, que de nouveaux tests d'un petit nombre d'échantillons sanguins avant la pandémie indiquaient la présence d'anticorps normalement observés après des infections au coronavirus.

M. Zhao a indiqué que depuis un certain temps, de plus en plus d'informations montraient que des foyers séparés dans de multiples endroits dans le monde avaient été signalés dans la seconde moitié de l'année 2019 et qu'au moins cinq Etats dans le seul pays des Etats-Unis avaient enregistré de premières infections par la COVID-19 avant le premier cas confirmé officiellement enregistré.

Cela montre de nouveau que le traçage de l'origine de la COVID-19 est une question scientifique complexe, qui demande une collaboration mondiale des scientifiques avec une perspective mondiale, a-t-il noté.

Cependant, certains aux Etats-Unis ignorent toujours la science et les faits. Obsédés par la manipulation politique, ils font le battage médiatique d'une prétendue "théorie de fuite de laboratoire", préconisant une étude sur les origines menées par les agences de renseignement, réprimant et menaçant les experts et universitaires exprimant une voix objective et rationnelle, dans le but de faire porter à d'autres la responsabilité de leur mauvaise réponse à l'épidémie en discréditant d'autres pays, a souligné le porte-parole.

"Certains individus aux Etats-Unis placent la politique au-dessus de la science, et les gains politiques personnels au-dessus de la vie et de la santé de la population, ce qui explique en grande partie la réponse médiocre à l'épidémie", a-t-il ajouté. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-07/23/c_1310079166.htm

 

Le rover chinois parcourt 585 mètres sur Mars

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-23 à 15:09

BEIJING, 23 juillet (Xinhua) -- Le rover martien chinois Zhurong a parcouru plus de 585 mètres sur la surface de la planète rouge, a annoncé vendredi le Centre d'exploration lunaire et du programme spatial de l'Administration nationale de l'espace de Chine.

Vendredi, l'orbiteur martien a marqué son premier anniversaire de travail en orbite à environ 378 millions de kilomètres de la Terre. Le délai de sa communication unidirectionnelle était d'environ 21 minutes, a indiqué le centre.

Le rover et l'orbiteur fonctionnent tous dans des conditions normales, et leurs sous-systèmes fonctionnent normalement.

Le vaisseau spatial chinois Tianwen-1, composé de l'orbiteur, du rover et d'un atterrisseur, a été lancé le 23 juillet 2020. L'atterrisseur transportant le rover s'est posé le 15 mai dans la partie sud d'Utopia Planitia, une vaste plaine située dans l'hémisphère nord de Mars. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-07/23/c_1310079798.htm

 

Chine : des moines pratiquent des arts martiaux dans le Temple Shaolin

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-20 à 19:31

DENGFENG, Henan, 20 juillet (Xinhua) -- Des moines Shaolin pratiquent les arts martiaux dans le temple Shaolin à Dengfeng, ville de la province chinoise du Henan (centre), le 8 juillet 2021. Situé dans le mont Songshan, le temple Shaolin est le berceau des arts martiaux Shaolin. (Photo : Li An)

   1 2 3 4 5 6 7   

 

http://french.xinhuanet.com/photo/2021-07/20/c_1310072745.htm

 

 

Dans CHINE

CHINE : LE PREMIER TRAIN A SUSTENTATION MAGNETIQUE A GRANDE VITESSE DE 600 KM/H AU MONDE SORT DE LA CHAINE DE PRODUCTION

Par Le 20/07/2021

 

Le premier train à sustentation magnétique à grande vitesse de 600 km/h au monde sort de la chaîne de production

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-20 à 18:39


(Xinhua/Li Ziheng)

QINGDAO, 20 juillet (Xinhua) -- Un nouveau train à sustentation magnétique à grande vitesse de la Chine est sorti de la chaîne de production mardi. Il a une vitesse maximale conçue de 600 km par heure et constitue actuellement le véhicule terrestre disponible le plus rapide au monde.

Le nouveau système de transport à sustentation magnétique a fait ses débuts publics dans la ville côtière de Qingdao, dans la province orientale du Shandong.

Il a été autodéveloppé par la Chine, marquant la dernière avancée scientifique et technologique du pays dans le domaine du transport ferroviaire, selon la China Railway Rolling Stock Corporation.

Cette nouvelle percée de la Chine démontre que le pays a maîtrisé un ensemble complet de technologies d'ingénierie des trains à sustentation magnétique à grande vitesse, dont l'intégration du système, la production de véhicules, l'alimentation en énergie de traction, les voies, et le contrôle des transports et la communication, d'après la société.

Lancé en octobre 2016, le projet de trains à sustentation magnétique a vu le développement d'un prototype avec une vitesse maximale conçue de 600 km/h en 2019, et a mené des tests avec succès en juin 2020.

Les ingénieurs ont achevé l'intégration du système de transport à sustentation magnétique, et un train à cinq voitures a roulé avec succès sur une ligne d'essai au sein de l'usine, a indiqué la société.

Le train peut voyager avec deux à dix voitures, chacune pouvant accueillir plus de 100 passagers, selon Ding Sansan, ingénieur en chef du projet.

Le train fournit la meilleure solution pour les trajets de moins de 1.500 km, a noté M. Ding, ajoutant qu'il comble l'écart de vitesse entre l'aviation et les trains à grande vitesse. Fin

   1 2 3 4 5   
 
http://french.xinhuanet.com/2021-07/20/c_1310072707.htm
Dans CHINE

CHINE : LANCEMENT DE NOUVEAUX SATELLITES DE TELEDETECTION

Par Le 19/07/2021

Chine : lancement de nouveaux satellites de télédétection

 

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-19 à 13:45

 

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-19 à 13:45


(Xinhua/Guo Wenbin)

BEIJING, 19 juillet (Xinhua) -- La Chine a lancé avec succès un nouveau groupe de satellites de télédétection depuis le Centre de lancement de satellites de Xichang, dans la province chinoise du Sichuan (sud-ouest), à 8h19 lundi (heure de Beijing).

Les satellites ont été envoyés en orbite par une fusée porteuse Longue Marche-2C. C'est le dixième groupe de satellites appartenant à la famille Yaogan-30, et il analysera l'environnement électromagnétique et vérifiera les technologies pertinentes en adoptant le mode de réseau multisatellite.

Tianqi-15, un satellite de la constellation de Tianqi, qui servira à la collecte de données sur l'Internet des objets, était également à bord.

La fusée porteuse Longue Marche-2C, développée par l'Académie chinoise de technologie des lanceurs, mesure 43 mètres de long et a une masse au décollage de 242 tonnes.


(Xinhua/Zhu Jihan)

Cette fusée est capable d'envoyer deux tonnes de charge utile sur l'orbite solaire synchrone à une altitude de 500km.

Le lancement de lundi était la 380e mission de vol de la série des fusées Longue Marche, qui a également marqué la fin du lancement de la famille Yaogan-30.La fusée porteuse Longue Marche-2C a envoyé les dix groupes de satellites Yaogan-30 en orbite avec une grande précision depuis septembre 2017, soit un taux de réussite de lancement de 100%. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-07/19/c_1310069976.htm

Le président du Kirghizistan donne "la note maximale" aux immenses réalisations accomplies par le PCC (INTERVIEW)

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-19 à 13:46


(Xinhua)

BICHKEK, 19 juillet (Xinhua) -- "Je donnerais la note maximale aux grandes réalisations accomplies par le Parti communiste (chinois) dans la construction et la réforme de la Chine", a confié le président du Kirghizistan Sadyr Japarov lors d'une interview exclusive accordée à Xinhua.

Grâce à la direction avisée du Parti communiste chinois (PCC), "la République populaire de Chine a fait de grands progrès et est devenue un puissant Etat moderne", a-t-il estimé, soulignant le rôle important de la Chine sur la scène internationale.

Le dirigeant kirghize a rappelé que le PCC défendait toujours les intérêts fondamentaux du peuple chinois.

"L'une des principales raisons de la victoire du PCC dans la révolution et la construction réussie du socialisme est que le parti bénéficie du soutien et de l'amour sincères du peuple tout entier", a-t-il ajouté.

M. Japarov a noté les réalisations de la Chine en matière de lutte contre la pauvreté.

"Ainsi, 770 millions de personnes en Chine (sont) sorties de la pauvreté depuis la fin des années 1970", a-t-il souligné, ajoutant que le pays est devenu un contributeur majeur à la réduction de la pauvreté dans le monde.

Selon le président kirghize, la Chine a obtenu de si grands résultats grâce à la détermination et à la sagesse politique sans précédent de son président Xi Jinping.

"Il poursuit des réformes en profondeur avec une grande expérience en matière des relations intérieures et internationales. Je dirais qu'il donne un exemple de direction dans la planification de l'avenir du pays et la mobilisation de la force du peuple chinois", a-t-il dit.

Au sujet des relations bilatérales, M. Japarov a mis l'accent sur le fait que la Chine est une voisine et amie éternelle du Kirghizistan.

"La frontière entre les deux pays sera toujours celle de la coopération amicale", a-t-il salué.

"Nous sommes fiers de notre coopération stratégique amicale, de bon voisinage et globale avec la Chine, et nous l'apprécions hautement", a ajouté le président kirghize.

"En outre, les positions des deux pays sont similaires sur la plupart des questions internationales et régionales", a-t-il observé, exprimant l'intérêt de son pays à continuer à développer la coopération globale avec la Chine basée sur l'ouverture et la confiance mutuelle, dans l'intérêt des deux peuples.

Le Kirghizistan a été l'un des premiers pays à soutenir et à prendre une part active à l'Initiative la Ceinture et la Route (ICR).

"Nous considérons cette initiative comme une source et une incitation sérieuses pour la mise en œuvre de projets communs, ainsi que pour le développement des infrastructures", a-t-il affirmé.

"Aujourd'hui, les domaines les plus importants et les plus prometteurs du commerce bilatéral, ainsi que de la coopération économique et d'investissement, sont les infrastructures, les transports, le tourisme, l'énergie, l'industrie de transformation, l'agriculture et les mines", a ajouté le chef de l'Etat kirghize.

Concernant la coopération culturelle, M. Japarov a estimé qu'il s'agissait de l'un des domaines les plus importants des relations entre le Kirghizistan et la Chine et que l'étroite coopération dans les domaines de la culture et de l'éducation donnait un grand élan à la promotion des intérêts communs des deux parties.

Relevant l'intérêt croissant de la jeune génération kirghize pour la Chine, M. Japarov a fait remarquer qu'il "existe notamment quatre Instituts Confucius au Kirghizstan, et certaines universités ont également ouvert des départements du chinois. Dans le même temps, plus de 4.000 étudiants kirghizes étudient dans des universités chinoises".

En ce qui concerne la coopération contre la pandémie de COVID-19, M. Japarov n'a pas manqué de rappeler que la Chine avait pris la tête du combat pour contrôler efficacement la pandémie.

"Nous avons été témoins du fait que la Chine aide non seulement le Kirghizistan, mais aussi d'autres pays du monde dans la lutte contre la COVID-19", a-t-il dit.

Le président kirghize a également fait l'éloge des succès remportés par l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS) au cours des 20 dernières années.

"Aujourd'hui, l'OCS est devenue un instrument pratique et important de coopération régionale dans les domaines politique, économique et culturel" et "un facteur important pour assurer la sécurité et le développement durable des relations interétatiques", a-t-il déclaré.

Il a rappelé que le Kirghizistan et la Chine coopéraient étroitement tant au niveau bilatéral que dans les cadres multilatéraux de l'OCS.

"Le haut niveau de confiance mutuelle et le dialogue actif entre nos pays ont également une incidence positive sur le développement de la coopération multilatérale au sein de l'OCS", a conclu le président du Krighizistan. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-07/19/c_1310069977.htm

 

La Chine aidera à stimuler la vitalité d'innovation des talents scientifiques et technologiques féminins

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-19 à 18:25

BEIJING, 19 juillet (Xinhua) -- La Chine intensifiera ses efforts pour stimuler la vitalité d'innovation des talents scientifiques et technologiques féminins, selon le ministère des Sciences et des Technologies.

Le ministère et la Fédération nationale des femmes de Chine ainsi que onze autres départements ont lancé une série de mesures pour aider les chercheuses à jouer un plus grand rôle dans l'innovation scientifique et technologique.

Ces mesures comprennent la formation des talents scientifiques et technologiques féminins de haut niveau, le soutien de leurs capacités d'innovation et d'entrepreneuriat, l'amélioration de leurs mécanismes d'évaluation et le soutien de leurs recherches pendant les périodes de grossesse et d'allaitement.

Le ministère collaborera avec les départements concernés pour mettre en œuvre ces mesures de manière à créer un meilleur environnement pour les talents scientifiques féminins. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-07/19/c_1310070531.htm

 

La Chine annonce les noms des cinq villes pilotes dans le développement de centres de consommation internationaux

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-19 à 19:29

BEIJING, 19 juillet (Xinhua) -- Shanghai, Beijing, Guangzhou, Tianjin et Chongqing prendront la tête du développement des villes centres de consommation internationaux, a annoncé lundi le ministère du Commerce de la Chine.

Il s'agit d'une décision stratégique majeure prise par Comité central du Parti communiste chinois et le Conseil des Affaires d'Etat, qui jouera un rôle important au service de l'établissement d'un nouveau paradigme de développement, a déclaré le ministre du Commerce Wang Wentao lors d'une conférence.

Des efforts seront faits pour mettre en commun des entités, des biens et des services de qualité sur le marché international, ainsi que pour accélérer la culture des marques locales, a déclaré M. Wang.

Le ministère oeuvrera avec d'autres départements concernés pour dévoiler un plan général sur la construction des villes centres de consommation internationaux, et les cinq villes formuleront leurs plans de mise en oeuvre pour faire avancer les travaux de construction, selon M. Wang. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-07/19/c_1310070625.htm

Dans CHINE

LA CHINE PROPOSE UNE SOLUTION EN QUATRE POINTS A LA QUESTION SYRIENNE (WANG YI)

Par Le 18/07/2021

La Chine propose une solution en quatre points à la question syrienne (Wang Yi)

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-18 à 05:51


(Xinhua/Ammar Safarjalani)

DAMAS, 17 juillet (Xinhua) -- Le conseiller d'Etat et ministre des Affaires étrangères de Chine, Wang Yi, a affirmé samedi que la Chine avait présenté une proposition en quatre points pour résoudre la question syrienne.

Le chef de la diplomatie chinoise, en visite en Syrie, a expliqué cette proposition lors de sa rencontre avec son homologue syrien Faisal Mekdad à Damas, capitale syrienne.

M. Wang a noté que la clé de la résolution globale de la question syrienne était l'application du principe établi par le Conseil de sécurité des Nations Unies : le pays doit être "dirigé par les Syriens et contrôlé par les Syriens". Il a ajouté que toutes les parties concernées devraient déployer des efforts concertés pour faire progresser efficacement le règlement global de la question syrienne.

A cet égard, a dit le ministre chinois des Affaires étrangères, la Chine a présenté une proposition en quatre points.

Premièrement, la souveraineté nationale et l'intégrité territoriale de la Syrie doivent être respectées. La Chine appelle à respecter le choix du peuple syrien, à abandonner l'illusion d'un changement de régime et à laisser le peuple syrien déterminer de manière indépendante l'avenir et le destin de son pays.

La Chine soutient fermement la Syrie dans la recherche indépendante d'une voie de développement et la sauvegarde de l'unité et de la dignité nationales, a indiqué M. Wang.

Deuxièmement, le bien-être du peuple syrien doit être une priorité et le processus de reconstruction doit être accéléré. La Chine estime que le moyen fondamental de résoudre la crise humanitaire en Syrie réside dans la levée immédiate de toutes les sanctions unilatérales et du blocus économique contre la Syrie.

L'aide internationale à la Syrie doit être fournie sur la base du respect de la souveraineté nationale de la Syrie et en consultation avec le gouvernement syrien, l'aide humanitaire transfrontalière doit être étendue, la transparence des opérations de sauvetage transfrontalières doit être accrue, et la souveraineté et l'intégrité territoriale de la Syrie doivent être protégées, a poursuivi M. Wang.

Troisièmement, une position ferme sur la lutte efficace contre le terrorisme doit être maintenue. La Chine estime que toutes les organisations terroristes répertoriées par le Conseil de sécurité des Nations unies doivent être réprimées et que les politiques "deux poids, deux mesures" doivent être rejetées.

Selon M. Wang, le rôle de premier plan du gouvernement syrien dans la lutte contre le terrorisme sur son territoire doit être respecté, les projets visant à susciter des divisions ethniques sous prétexte de lutter contre le terrorisme doivent être combattus, et le sacrifice et la contribution de la Syrie à la lutte antiterroriste doivent être reconnus.

La Chine soutiendra la position antiterroriste de la Syrie et se joindra à elle pour renforcer la coopération antiterroriste mondiale, a souligné M. Wang.

Quatrièmement, une solution politique inclusive et réconciliatrice à la question syrienne doit être encouragée. La Chine appelle à faire avancer le règlement politique de la question syrienne par les Syriens, à aplanir les divergences entre toutes les factions syriennes par le dialogue et la consultation, et à jeter des bases politiques solides pour la stabilité, le développement et la revitalisation à long terme du pays.

La communauté internationale doit fournir une assistance constructive à la Syrie à cet égard et soutenir les Nations unies dans leur rôle de principal canal de médiation, a encore noté M. Wang.

Pour sa part, M. Mekdad a déclaré que la Syrie était d'accord avec la proposition en quatre points de la Chine et était disposée à renforcer davantage la coordination avec elle sur la question syrienne.

En tant que membre important de la communauté internationale, la Chine s'est toujours rangée du côté de la justice, a enfin noté le chef de la diplomatie syrienne, qui a également exprimé l'espoir que la Chine jouerait un rôle plus important dans le règlement de la question syrienne et d'autres affaires internationales. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-07/18/c_1310067707.htm

 

Les "sanctions" américaines contre des responsables chinois à Hong Kong sont "méprisables" (porte-parole)

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-17 à 19:19

BEIJING, 17 juillet (Xinhua) -- Un porte-parole du gouvernement chinois a qualifié, samedi, de "méprisables" les soi-disant sanctions imposées par les Etats-Unis contre des responsables du gouvernement central chinois basés à Hong Kong.

Le porte-parole du Bureau des affaires de Hong Kong et de Macao du Conseil des Affaires d'Etat a exprimé sa vive indignation et sa ferme condamnation des soi-disant sanctions, ainsi que des rumeurs propagées par la partie américaine concernant l'environnement commercial à Hong Kong.

Au cours de l'année écoulée, les principaux indicateurs économiques de Hong Kong ont tous enregistré une croissance substantielle, les investisseurs internationaux étant largement d'accord sur le fait que, depuis la mise en œuvre de la loi sur la sécurité nationale, le statut de Hong Kong en tant que centre financier international a gagné en stabilité et son environnement commercial a été amélioré, a précisé le porte-parole.

Les soi-disant sanctions n'affecteront pas la détermination résolue du gouvernement chinois à sauvegarder sa souveraineté nationale, sa sécurité et ses intérêts de développement, ainsi que la prospérité et la stabilité de Hong Kong. Elles n'ébranleront pas non plus la ferme volonté des responsables chinois de défendre leurs intérêts nationaux et d'exercer leurs fonctions, a affirmé le porte-parole. Au contraire, ces actions ont davantage mis en évidence la nature de l'hégémonie et de la politique de pouvoir des Etats-Unis.

Les Etats-Unis n'ont pas le droit de s'immiscer dans les affaires intérieures de la Chine, a souligné le porte-parole, ajoutant que les stratagèmes de sanctions à répétition des Etats-Unis étaient futiles.

Le porte-parole s'est dit convaincu que ces actions ne feraient que se retourner contre les Etats-Unis et accélérer la chute des mandataires américains à Hong Kong, à savoir les personnes qui visent à contrarier la Chine et à perturber Hong Kong. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-07/17/c_1310067286.htm

 

Xi Jinping appelle à la solidarité et à la coopération entre les membres de l'APEC pour lutter contre la COVID-19 et promouvoir la reprise économique

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-16 à 23:20

BEIJING, 16 juillet (Xinhua) -- Le président chinois Xi Jinping a appelé, vendredi, les membres de l'APEC à renforcer la solidarité et la coopération pour surmonter l'impact de la pandémie de COVID-19 et stimuler la reprise économique mondiale.

M. Xi a fait ces remarques alors qu'il s'adressait par liaison vidéo à la réunion informelle des dirigeants de l'APEC.

"Pour les économies membres de l'Asie-Pacifique, vaincre la COVID-19 et rapidement rétablir la croissance représente notre priorité absolue pour le moment", a-t-il indiqué.

Il a lancé une proposition à quatre volets pour la coopération en Asie-Pacifique, à savoir renforcer la coopération internationale concernant la réponse à la COVID-19, approfondir l'intégration économique régionale, poursuivre le développement inclusif et durable, ainsi que saisir les opportunités offertes par l'innovation scientifique et technologique.

La Chine construira un nouveau système d'économie ouverte aux normes plus élevées, créera un environnement commercial plus attirant et fera avancer la coopération de haute qualité dans le cadre de "la Ceinture et la Route", a-t-il poursuivi, exprimant l'espoir de travailler avec les pays de l'Asie-Pacifique et au-delà afin de parvenir à des avantages mutuels de niveau plus élevé, et à la coopération gagnant-gagnant. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-07/16/c_1310065913.htm

 

Le livre blanc de la Chine sur le Xinjiang est important pour connaître la réalité de cette région, selon un expert jordanien (ENTRETIEN)

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-18 à 15:06

AMMAN, 18 juillet (Xinhua) -- Le livre blanc de la Chine sur la protection des droits des groupes ethniques du Xinjiang offre à la communauté internationale une bonne occasion de comprendre la réalité de cette région, a déclaré un expert jordanien des relations arabo-chinoises.

"Le livre blanc explique en détail comment la Chine a mis en place une vision globale pour le Xinjiang, en se concentrant sur son développement bien équilibré", a récemment confié à Xinhua Samer Khair Ahmed lors d'un entretien, faisant référence au document intitulé "Respecter et protéger les droits de tous les groupes ethniques du Xinjiang", qui a été publié mercredi par le Bureau d'information du Conseil d'Etat chinois.

Notant que le livre blanc a illustré les réalités et les développements au Xinjiang avec des statistiques et des faits abondants, l'expert jordanien a souligné qu'il contient de nombreux détails sur la façon dont les minorités ethniques du Xinjiang ont bénéficié d'un niveau de vie en constante amélioration et ont pratiqué leur religion librement.

Tous ces résultats positifs ont été rendus possibles par l'approche "centrée sur le peuple" du gouvernement chinois, qui est à l'opposé des rumeurs et des déformations véhiculées par certains médias occidentaux, a-t-il ajouté.

Pour M. Ahmed, qui étudie la société chinoise depuis plusieurs décennies et a publié jusqu'à présent deux livres sur la Chine, la fabrication de la soi-disant "oppression des minorités" est une méthode habituelle utilisée par certains politiciens américains pour faire pression sur d'autres pays et semer le chaos.

Les réalisations exceptionnelles de la Chine et sa vision d'une communauté de destin pour l'humanité sont de plus en plus reconnues dans le monde entier, mais sont considérées par Washington et certains de ses alliés comme des menaces pour leur hégémonie, a-t-il poursuivi.

"Par conséquent, ils continuent de calomnier la Chine, avec l'intention d'instrumentaliser les questions liées au Xinjiang pour la discréditer et la restreindre", a-t-il ajouté.

M. Ahmed, qui s'est rendu au Xinjiang en 2017, a évoqué en termes élogieux les développements dont il y a été le témoin.

Concernant les accusations de "travail forcé", il les a jugées comme faisant partie de la campagne de certaines forces occidentales pour déstabiliser le Xinjiang et contenir la Chine.

"En tant que musulman et Arabe, j'ai vu comment les Ouïgours ont préservé leur culture et leurs traditions, que ce soit dans la nourriture, la musique ou le patrimoine", a-t-il témoigné.

Il ne fait aucun doute que le gouvernement chinois a partagé les fruits de la réforme et du développement avec les personnes de tous les groupes ethniques du Xinjiang, a conclu l'expert jordanien. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-07/18/c_1310068458.htm

 

Coopération prometteuse, films classiques et jeunes cinéastes...les éléments chinois ne sont jamais absents au Festival de Cannes 2021 (PAPIER GENERAL)

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-18 à 04:18

CANNES (France), 17 juillet (Xinhua) -- A l'issue de la projection d'un film dans le Palais du Festival à Cannes, la Française d'origine chinoise Li Xiaotong se lève et applaudit les cinéastes avec les autres spectateurs dans la salle. C'est la première fois que Mme Li, responsable d'une agence de voyage à Paris, a assisté au Festival de Cannes.

"J'ai vu une dizaine de films ces derniers jours et je me suis immergée dans une ambiance merveilleuse de l'art cinématographique lors de ce festival très bien organisé. Par ailleurs, j'y ai constaté de nombreux éléments chinois, tels que des films impressionnants réalisés par jeunes cinéastes chinois", a raconté Mme Li.

Après une année de suspension en raison de la COVID-19, la 74e édition du Festival de Cannes s'est tenue du 6 au 17 juillet. Bien qu'aucun film chinois ne figure parmi la Sélection officielle 2021, les éléments chinois ne sont moins présents à l'événement cette année.

Le 12 juillet, un "Colloque sino-international sur les films" s'est tenu en présentiel et en ligne à Cannes et à Beijing, dans le cadre du Festival de Cannes. Des professionnels du cinéma européens et chinois se sont réunis pour discuter des opportunités de coopération dans l'ère post-pandémie.

Le sélecteur des films de l'Asie de l'Est pour le Festival de Cannes, Benjamin Illos, a estimé que, malgré l'impact de la pandémie sur le monde, les échanges de films entre pays ne s'arrêteront pas. "La Chine connaît actuellement des changements et un développement considérables. Les films peuvent permettre au monde de comprendre ces changements en Chine sous différents angles", a-t-il estimé.

Jérôme Paillard, directeur délégué du Marché du film du Festival de Cannes, s'est déclaré très content de maintenir une bonne relation de coopération avec ses partenaires chinois : "Les événements tels que le Festival de Cannes sont essentiels pour faire avancer la future coopération internationale. Nous espérons également créer plus d'opportunités pour les cinéastes en Chine et en Europe".

Le 6 juillet, le film romantique chinois "In the Mood for Love", porté par une bande originale, a été présenté en copie restaurée à Cannes, avant sa ressortie en France le 21 juillet et dans le monde à partir de l'été 2021.

Ce film, considéré comme l'un des plus grands films romantiques de tous les temps, est l'œuvre majeure du réalisateur de la Région administrative spéciale de Hong Kong, Wong Kar-wai, primée au Festival de Cannes en 2000.

En plus des films classiques chinois, de jeunes réalisateurs chinois ont montré leur créativité et talent lors du festival, en présentant leurs oeuvres dans les "Séances spéciales", "Sélection court-métrage" ou "Sélection Cinéma pour le Climat".

Le film chinois "Are You Lonesome Tonight" fait partie du contingent des films soumis au Festival de Cannes l'année dernière et qui ont choisi d'attendre un an avant d'être finalement présentés ici en "Séance spéciale".

Le cinéaste chinois Wen Shipei filme une intrigue à la fois nébuleuse et violente, à la musique pop mélancolique, qui laisse une impression de déjà-vu dans, par exemple, le film chinois "Lac aux oies sauvages", présenté à Cannes en 2019, commente le journal français "Libération".

Dans le cadre de la sélection éphémère "Cinéma pour le Climat", le Festival de Cannes présente le documentaire "I'm so Sorry", réalisé par l'artiste chinois Zhao Liang.

Ce film retrace différents événements historiques liés aux dangers du nucléaire. Pour le tournage, Zhao Liang a visité six pays, dont le Japon, l'Ukraine, et l'Allemagne.

D'après le palmarès annoncé samedi soir, la Palme d'or du court-métrage a été remise au film chinois "All The crows In the World" (Tous les Corbeaux du monde) de Tang Yi.

Le délégué général du Festival de Cannes, Thierry Frémaux, a commenté, en marge du festival, que plusieurs jeunes cinéastes chinois ont apporté leurs premières oeuvres au Festival de Cannes 2021, ce qui illustre le dynamisme du cinéma chinois. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-07/18/c_1310067707.htm

 

 

Dans CHINE

LE PARTI COMMUNISTE CHINOIS. UN SIECLE DE SUCCES ET UNE VISION D’AVENIR

Par Le 17/07/2021

Le parti communiste chinois. Un siècle de succès et une vision d’avenir.

Par Peter Koenig

Mondialisation.ca, 16 juillet 2021

Région : 

Thème: 

 0   0  4  4

La légendaire histoire de la réussite chinoise va de pair avec l’évolution du Parti communiste chinois (PCC) et la révolution communiste qui a débuté en 1945. La fondation du PCC, le 1er juillet 1921, a marqué la fin de quelque 200 ans d’oppression de la Chine par des puissances étrangères, d’invasions et d’exploitations par les occidentaux qui se sont emparés de territoires appartenant à la Chine et surtout de ses riches ressources naturelles et ont obtenu des avantages commerciaux, notamment grâce aux richesses des ressources et de l’artisanat chinois.

Contexte et histoire

Il y a environ deux siècles, les ingérences étrangères étaient dominées par le commerce illégal de l’opium, qui a finalement abouti à deux guerres dites de l’opium. Aux 18e et 19e siècles, les pays occidentaux, principalement la Grande-Bretagne, exportait vers la Chine de l’opium cultivé en Inde. Ils utilisaient les bénéfices de la vente d’opium pour acheter des produits de luxe chinois, comme la porcelaine, la soie et le thé. Ces produits étaient très demandés en Occident.

La grande partie de ces exportations d’opium étaient illégitimes et ont créé une dépendance généralisée dans toute la Chine, provoquant de graves calamités sociales et économiques. Les guerres ont été déclenchées par les tentatives de la Chine d’arrêter ce commerce, qui s’est considérablement développé à partir des années 1820. Au début de 1839, le gouvernement chinois a confisqué et détruit plus de 20 000 coffres d’opium (1 coffre = environ 63,5 kg) – soit quelque 1 400 tonnes de drogue – qui étaient entreposés à Canton, dans la province de Guangzhou, par des marchands britanniques. En 1838, les importations avaient atteint quelque 40 000 coffres par an.

En juillet 1839, des marins britanniques ont tué un villageois chinois. Les Britanniques ne souhaitant pas que leurs sujets soient jugés par le système juridique chinois ont refusé de remettre les accusés à un tribunal chinois.

Cette histoire fut la goutte qui déclencha la première guerre de l’opium (1839 – 1842), opposant le Royaume-Uni à la dynastie Qing (1644 à 1912), l’objectif des Britanniques étant de légaliser le commerce de l’opium. Cet objectif n’ayant pu être atteint cela a provoqué une deuxième guerre de l’opium (1856-1860), également appelée guerre anglo-française. Mais la Chine n’ayant pas pu gagner ces guerres, le commerce infâme de l’opium continua pendant plusieurs décennies.

Les dommages et intérêts payés par la Chine au vainqueur de ces guerres, c’est à dire les Britanniques, ont consisté à remettre l’île de Hong Kong à l’administration anglaise. En outre, la Chine a dû légaliser le commerce de l’opium et concéder un certain nombre de ports commerciaux aux Britanniques, permettre aux étrangers de voyager dans le pays et accorder des résidences aux envoyés occidentaux en Chine. Et une concession importante pour un pays majoritairement bouddhiste fut que la Chine dut accorder la liberté de mouvement aux missionnaires chrétiens dans tout le pays.

Les guerres et les multiples tributs qui en ont résulté ont donné lieu à une ère de traités inégaux entre la Chine et les puissances impérialistes étrangères, à savoir le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne, les États-Unis, la Russie et le Japon. La Chine a été contrainte de concéder un grand nombre de ses droits territoriaux et de sa souveraineté. Ces empiètements sur la souveraineté chinoise ont affaibli et finalement fait tomber la dynastie Qing, ce qui a conduit à une révolution, le 10 octobre 1911, qui a mené le Kuomintang (KMT) au pouvoir. Également nommés le Parti national chinois, c’est lui qui a fondé la République de Chine le 1er janvier 1912.

Le fondateur du KMT et premier dirigeant chinois après la révolution de 1911, Sun Yat-sen, a tenté de moderniser la Chine selon des valeurs et principes occidentaux, ce qui n’a pas été accepté par le peuple chinois. Les deux décennies suivantes du règne du KMT ont été plutôt chaotiques, Sun Yat-sen étant incapable de contrôler une Chine qui se fracturait en de nombreuses régions contrôlées par des seigneurs de la guerre. Pour renforcer sa position et reprendre le contrôle du pays, le KMT a cherché à s’allier avec le nouveau parti communiste naissant, forgeant ainsi le premier Front uni, mais il restait toujours incapable de contrôler toute la Chine. Après la mort de Sun Yat-sen en 1925, Chiang Kai-shek (1887-1975) prend la relève et devient l’homme fort du KMT.

La création du Parti communiste chinois, le 1er juillet 1921, est la résultante de l’histoire récente. L’un des principaux objectifs du PCC était que la Chine ne soit plus jamais dominée par les puissances coloniales occidentales. Le PCC est devenu une force avec laquelle il fallait compter, car il se renforçait grâce à la solidarité accrue forgée dans toutes les communautés et régions de Chine qui poursuivaient toutes le même objectif : l’indépendance vis-à-vis de la colonisation et de l’exploitation étrangères et la création d’une Chine communiste souveraine, avec une économie socialiste souveraine.

Poussé par l’Occident, notamment le Royaume-Uni et les États-Unis, le gouvernement de la République de Chine (ROC) dirigé par le KMT est entré, en 1927, en guerre civile contre les forces du PCC. La guerre a été intermittente, mais s’est essentiellement déroulée en deux phases majeures, jusqu’en 1949. La première phase peut être décrite comme une guerre d’usure. Elle a duré jusqu’en 1937, date à laquelle, en raison de l’invasion japonaise de la Chine, les hostilités KMT-PCC ont été suspendues. Au lieu de cela, une alliance KMT-PCC a combattu et vaincu les Japonais. C’est ce qu’on a appelé la guerre de résistance contre l’agression japonaise (1937-1945).

La guerre civile entre le KMT et le PCC a repris avec la victoire sur les forces japonaises et est entrée dans sa deuxième phase finale, la plus violente et la plus décisive, de 1945 à 1949. Cette phase marque également le début de la révolution communiste chinoise, au cours de laquelle le PCC a pris le dessus et a finalement vaincu le Kuomintang, sur le continent chinois.

Le leader du KMT (1928 – 1975), Chiang Kai-shek, a donc fui la Chine continentale et s’est établi avec le KMT dans ce que ses découvreurs portugais avaient appelé, en 1542, Ilha Formosa (« belle île »), une ile située au nord des Philippines et de la mer de Chine méridionale, à quelque 180 km de la côte sud-est de la Chine.

En 1895, Formosa avait été renommée Taïwan, ce qui signifie « étrangers », en référence aux premiers colons chinois installés sur l’île. Aujourd’hui, Taïwan fait partie intégrante de la Chine, depuis le traité de San Francisco (accord de paix entre les forces alliées de la Seconde Guerre mondiale et le Japon, signé le 8 septembre 1951), lorsque le Japon a mis fin à son occupation de Taïwan, rendant l’île à la Chine.

Bien que faisant partie intégrante de la Chine, Taïwan est toujours occupée par le régime du KMT, qui l’appelle République de Chine, nom repris du règne du KMT sur la Chine continentale jusqu’à sa défaite face au PCC en 1949, qui a également marqué le début de la nouvelle République populaire de Chine (RPC) communiste.

Ce contrôle internationalement illégal de Taïwan par le KMT dure depuis 1949, mais surtout depuis 50 ans, lorsque le 25 octobre 1971, l’Assemblée générale des Nations unies a reconnu la RPC, dirigée par le PCC, comme « le seul représentant légitime de la Chine aux Nations unies » et a exclu des Nations unies les représentants la République de Chine de Chiang Kai-shek . Néanmoins, aujourd’hui encore, 15 nations, dont le Vatican, sur les 193 nations membres des Nations unies reconnaissent toujours Taïwan comme étant la Chine officielle. Nombre d’entre eux souhaiteraient passer à la Chine continentale officiellement reconnue et dirigée par le PCC, mais sont contraints, principalement par les États-Unis et le Royaume-Uni, de ne pas le faire.

Au cours des dernières décennies, les États-Unis, le Royaume-Uni et d’autres alliés occidentaux ont continuellement cherché à déstabiliser la Chine en s’ingérant à Taïwan. Parmi les derniers événements de ce type, citons la vente d’armes américaines pour un montant de 5 milliards de dollars à Taïwan en décembre 2020, et plus tôt cette année, l’ambassadeur américain dans l’île de Palau, dans le Pacifique (Palau étant l’un des États reconnaissant Taïwan), est devenu le premier envoyé américain à se rendre à Taïwan à titre officiel, depuis que Washington a coupé les liens officiels avec Taipei en faveur de Pékin en 1979.

En outre, les États-Unis encouragent des relations plus étroites avec Taïwan par le biais de la loi dite « Taipei Act », signée en avril 2020, qui appelle à renforcer les relations commerciales et les liens diplomatiques entre les États-Unis et Taïwan afin de rapprocher Taïwan de « l’espace international », ce qui signifie distancer politiquement le territoire insulaire du continent.

Cette ingérence, ainsi que d’autres ingérences des États-Unis dans les affaires intérieures chinoises sont des tentatives visant à perturber sa coexistence pacifique avec la Chine. Il s’agit notamment de la guerre commerciale provoquée par les États-Unis avec Pékin au cours des quatre dernières années, du stationnement d’environ 60 % de la marine américaine en mer de Chine méridionale, de l’ingérence orchestrée par Washington dans les affaires de Honk-Kong, qui cherche à obtenir son indépendance de Pékin, et des fausses accusations de violations des droits des Ouïghours dans la région autonome du Xinjiang, dans le nord-ouest de la Chine, ainsi que des revendications similaires au Tibet.

Grâce à la direction inébranlable du président Xi Jinping de la République populaire de Chine et du Parti communiste chinois, ces interférences sont traitées avec soin par Pékin, qui tente toujours de trouver des solutions diplomatiques et non belliqueuses. La Chine est passée maître dans l’art de suivre les voies de la non-agression, tout en créant et en avançant pacifiquement ; toujours dans le but de réaliser un monde multipolaire, où des personnes de différentes nations, régions, races, racines, cultures et croyances peuvent prospérer pacifiquement ensemble.

Le présent et la vision de l’avenir

Depuis la fondation du parti communiste le 1er juillet 1921, la Chine s’est efforcée d’obtenir une indépendance totale et n’a jamais cédé aux invasions étrangères ou aux tentatives d’influencer sa politique, intérieure et extérieure. Ce que le PCC a réalisé au cours des 100 dernières années est vraiment remarquable. Il s’agit non seulement de maintenir la solidarité interne, mais aussi et surtout la confiance du peuple dans le gouvernement, d’avancer pacifiquement, de devenir autonome et autosuffisant en matière d’alimentation, de santé et d’éducation et, surtout, de sortir 800 millions de personnes de la pauvreté. Aucune autre nation au monde n’a atteint [en si peu de temps, NdT] des objectifs aussi extraordinaires pour le bien-être de sa population.

Le PCC compte aujourd’hui 91 millions de membres. Il est de loin le plus grand parti unique au monde. En outre, grâce à son leadership, à commencer par Mao Tsé Toung en 1949 et aujourd’hui par le président Xi Jinping, la Chine, avec une population de 1,4 milliard d’habitants, est devenue la deuxième plus grande économie du monde en termes absolus, et depuis 2017 déjà, la plus grande évaluée par la seule mesure significative, la parité de pouvoir d’achat. Il s’agit d’un indicateur de ce que les gens peuvent acheter pour leur argent. D’ici quelques années, la Chine devrait dépasser la plus grande économie actuelle, les États-Unis, également en termes absolus.

Cela représente, bien entendu, une menace pour le pays qui s’est autoproclamé l’empire du monde, contrôlant tous les éléments essentiels, comme l’énergie, l’approvisionnement en nourriture et le système monétaire international ; toujours dominé par le dollar américain, bien qu’en perte de vitesse. L’empire autoproclamé est déjà en train de s’effondrer. Et Washington le sait. Son atout le plus fort, le dollar américain, est progressivement démantelé. La monnaie américaine a été largement utilisée dans le monde entier, presque exclusivement, pour acheter des biens et des services vitaux, comme l’énergie, la nourriture et les services de communication, ainsi que pour d’autres échanges internationaux, mais elle est en train de perdre son poids sur la scène internationale.

Les raisons de ce phénomène sont à la fois politiques et économiques. Sur le plan économique, les États-Unis ont créé, par leur loi sur la Réserve fédérale de 1913, une monnaie fiduciaire sans aucun support, une monnaie dont le flux et la masse monétaire peuvent être étendus à volonté. Cela a permis et permet encore à Washington d’« imprimer » de l’argent selon ses besoins, c’est-à-dire de financer des guerres et des conflits de grande ampleur dans le monde entier et d’accumuler des dettes que le Trésor américain et la Réserve fédérale (la banque centrale américaine totalement privée) ne seront jamais en mesure de rembourser.

Le dollar américain n’a absolument aucune garantie. Lorsque Washington a abandonné en 1971 le soi-disant étalon-or qu’il avait lui-même conçu (Conférence de Bretton Woods, 1944), le dollar américain est devenu de facto le « nouvel étalon-or », puisque l’étalon-or était basé sur la valeur du dollar américain (35 USD/once, soit environ 31 grammes), et non sur un panier de devises. Comme tout le monde avait besoin de dollars américains pour ses réserves, cela donnait au Trésor américain toute latitude pour augmenter sa masse monétaire presque à l’infini.

Lorsque les États-Unis, également au début des années 1970, ont négocié avec l’Arabie saoudite, chef de l’OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole), que tous les hydrocarbures, le gaz de pétrole et le charbon, devraient être échangés en dollars américains, cela a donné un autre coup de pouce au dollar, permettant aux États-Unis d’imprimer librement des dollars en abondance, car le monde entier avait besoin de dollars américains pour acheter l’énergie des hydrocarbures. Aujourd’hui encore, environ 84 % de toute l’énergie consommée dans le monde est constituée d’hydrocarbures (2019 Forbes).

En guise de contre-mesure, les États-Unis ont promis à la Maison des Saoud de toujours protéger l’Arabie saoudite, et ont procédé presque immédiatement à la construction de nombreuses bases militaires en Arabie saoudite, à partir desquelles ils mènent maintenant différentes guerres au Moyen-Orient.

En raison de ce phénomène à la base de la création de dettes, les États-Unis sont de loin le pays le plus endetté au monde, avec une dette actuelle de 49 800 milliards de dollars US, par rapport à un PIB 2020 d’environ 21 000 milliards de dollars US (ratio dette-PIB 2,3 = 237% de dette sur PIB).

Il existe une autre composante importante de la dette américaine, appelée par le General Accounting Office (GAO), « Unfunded Liabilities », 213 000 milliards de dollars (tous les chiffres sont du 16 avril 2021 : Horloge de la dette américaine). Ces ratios exceptionnellement élevés ont sans doute aussi à voir avec la dette covid en cours.

Ces « Unfunded Liabilities » sont des dettes pour lesquelles il n’y a pas suffisamment de fonds ou d’actifs mis de côté pour les rembourser. Ces engagements font généralement référence au service de la dette du gouvernement américain (intérêts non payés sur la dette), ou aux plans de retraite et à leur impact sur l’épargne et les titres de placement, ainsi qu’à la couverture d’assurance maladie et d’aide sociale pour les soldats revenant de guerre.

Ces chiffres astronomiques de dette et une monnaie fiduciaire non adossée réduisent encore plus la confiance mondiale dans le dollar américain. Il est clair que la dette américaine ne sera jamais remboursée. Le président de la Réserve fédérale, Allan Greenspan (1987 – 2006), a répondu un jour à la question d’un journaliste, quand les États-Unis rembourseront-ils leur dette : Jamais. Nous imprimons simplement de l’argent frais. Ainsi parlait-il, ainsi en était-il et ainsi en est-il.

Aujourd’hui et depuis une dizaine d’années, le dollar américain n’a plus le monopole du commerce des hydrocarbures, et de nombreux contrats internationaux ne sont plus établis en dollars américains comme c’était le cas il y a quelques décennies. La Chine, la Russie, l’Iran, le Venezuela et d’autres pays ont cessé d’utiliser le dollar américain et effectuent leurs transactions en monnaies locales et de plus en plus en yuan chinois.

Pourquoi ? – Les trésoriers des pays du monde entier ont commencé à se rendre compte que le dollar est une monnaie fiduciaire très volatile, qui ne repose sur rien, comme le montrent les chiffres ci-dessus. Tout aussi important pour la perte de confiance dans la monnaie américaine est le fait que les actifs internationaux libellés en dollars et le système bancaire américain sont fréquemment utilisés par Washington pour imposer des sanctions économiques draconiennes et illégales aux pays qui ne suivent pas le diktat de Washington, y compris le blocage des actifs de réserve placés à l’étranger des pays. Ces réalités économiques et politiques annoncent la fin de l’hégémonie du dollar américain.

La tendance à la diminution de la confiance dans le dollar américain pourrait s’accentuer lorsque la Chine lancera son Renminbi numérique (RMB = monnaie du peuple) ou son Yuan international (les termes RMB et Yuan sont utilisés de manière interchangeable) qui pourra être utilisé pour le commerce international sans passer par le système de transfert SWIFT et un système bancaire dominés par les États-Unis. La monnaie chinoise étant soutenue par une économie chinoise forte et solide, la confiance en elle augmente rapidement. Aujourd’hui déjà, l’utilisation de la monnaie chinoise comme actif de réserve international augmente rapidement.

Alors que la Réserve fédérale américaine (FED) envisage également une nouvelle monnaie numérique, il n’est pas clair dans quelle mesure elle peut se détacher du dollar actuel et du fardeau de sa dette. Quoi qu’il en soit, avec le déclin du commerce international américain et l’augmentation rapide du commerce chinois, il sera très difficile, voire impossible, pour un empire en déclin de rattraper la Chine.

Par exemple, au premier trimestre de 2021, le commerce extérieur de la Chine (exportations et importations) a augmenté de 29,2 %, les exportations ayant fait un bond de 38,7 % par rapport à l’année précédente, tandis que les importations ont grimpé de 19,3 % en yuan, selon l’Administration générale des douanes (AGD).

Ces développements, auxquels s’ajoute le fait que la Chine a réussi à surmonter la crise covid en moins de six mois et à remettre son appareil industriel en marche, témoignent de la solidité de la direction du PCC, de la solidité de l’économie chinoise et de la politique fiscale. La Chine est la seule grande économie mondiale à annoncer une croissance économique de 2,3 % en 2020, selon le Wall Street Journal. C’est ce que la Chine appelle le « socialisme aux caractéristiques chinoises », une caractéristique qui témoigne d’un esprit de création et d’évolution constante du PCC.

Ces faits renforceront encore la confiance internationale dans l’économie chinoise, ainsi que dans la manière dont la Chine recherche un monde multipolaire plus égalitaire et plus juste, où les nations peuvent conserver leur souveraineté nationale selon leurs inclinaisons politiques internes et externes, leur culture, leurs ressources nationales, leurs politiques monétaires et leurs relations étrangères, et vivre ensemble en paix.

Le PCC et sa vision du futur

La Nouvelle route de la soie (NRS) est une brillante invention du président Xi Jinping. Elle est basée sur les mêmes principes anciens que l’était la Route de la soie originelle, ajustée au 21e siècle, construisant des ponts entre les peuples, échangeant des biens et des services, de la recherche, de l’éducation, des connaissances, de la sagesse culturelle, de manière pacifique, harmonieuse et dans un style « gagnant-gagnant ». Le 7 septembre 2013, le président Xi présentait la NRS à l’université Nazarbayev du Kazakhstan. Il en parlait en termes « d’amitié entre les peuples et la création d’un meilleur avenir ». Il a fait référence à l’ancienne route de la soie d’il y a plus de 2 100 ans, qui a prospéré pendant la dynastie des Han (206 av. J.-C. à 24 ap. J.-C.).

Se référant à cette époque datant de plus de deux millénaires, le président Xi a rappelé l’histoire des échanges existant sur l’ancienne route de la soie, en déclarant : « Ils ont prouvé que des pays présentant des différences de race, de croyance et de culture peuvent absolument partager la paix et le développement tant qu’ils persistent dans l’unité et la confiance mutuelle, l’égalité et les avantages mutuels, la tolérance mutuelle et l’apprentissage mutuel, ainsi que la coopération et les résultats gagnant-gagnant ».

La vision du président Xi est peut-être en train de façonner le monde du 21e siècle. Le président Xi a lancé ce projet novateur peu après son accession à la présidence, en 2013. L’idée est de connecter le monde avec des voies de transport, des infrastructures, des coentreprises industrielles, des institutions d’enseignement et de recherche, des échanges culturels et bien plus encore. Depuis 2017, inscrite dans la Constitution chinoise, la NRS est devenue le fleuron de la politique étrangère chinoise.

La NRS construit littéralement des ponts et relie des personnes de différents continents et nations. L’objectif de la Nouvelle route de la soie est de « construire un grand marché unifié et d’utiliser pleinement les marchés internationaux et nationaux, par le biais de l’échange et de l’intégration culturels, afin de renforcer la compréhension et la confiance mutuelles des nations membres, pour aboutir à un modèle innovant avec des afflux de capitaux, une réserve de talents et une base de données technologiques ».

La NRS est une stratégie de développement global adoptée par le gouvernement chinois. Aujourd’hui déjà, elle regroupe des investissements impliquant plus de 150 pays et organisations internationales, chiffre en augmentation, en Asie, en Afrique, en Europe, au Moyen-Orient et dans les Amériques. Depuis le début du projet, en 2013, les investissements ont dépassé les 5 000 milliards de dollars US.

La NRS est un programme d’investissement à long terme dans les voies de transport terrestres et maritimes, dans la construction d’infrastructures industrielles et énergétiques, dans la prospection énergétique, sans oublier le commerce entre les pays connectés. Contrairement à l’OMC (Organisation mondiale du commerce), la NRS encourage les nations à tirer parti de leurs avantages comparatifs, créant ainsi des situations gagnant-gagnant. En substance, ce projet vise à développer la compréhension et la confiance mutuelles entre les nations membres, ce qui permet la libre circulation des capitaux, la constitution d’un pool d’experts et l’accès à une base de données technologique. Actuellement, sa date d’achèvement est prévue pour 2049, ce qui coïncidera avec le 100e anniversaire de la République populaire de Chine. L’ampleur et le succès probable du programme indiquent dès aujourd’hui qu’il sera très probablement prolongé bien au-delà de cette date. Il convient toutefois de noter que ce n’est qu’en 2019, six ans après son lancement, que la NRS est devenu un sujet d’actualité en Occident. Fait remarquable, pendant six ans, l’Occident a nié son existence, dans l’espoir qu’elle disparaisse. Mais elle n’a pas disparu. Au contraire, de nombreux membres de l’Union européenne ont déjà souscrit au projet, notamment la Grèce, l’Italie, la France, le Portugal – et d’autres suivront, car la tentation de participer à ce boom socio-économique projeté est écrasante.

Mais la NRS n’est pas la seule initiative qui renforcera l’économie et la position de la Chine dans le monde.

Après des décennies d’agressions, de dénigrements et de belligérance du monde occidental à l’égard de la Chine et cherchant à se libérer de sa dépendance commerciale avec l’Occident, la Chine concentre son développement commercial et sa coopération avec ses partenaires de l’ANASE. En novembre 2020, après 8 ans de négociations, la Chine a signé un accord de libre-échange avec les dix nations de l’ANASE, plus le Japon, la Corée du Sud, l’Australie et la Nouvelle-Zélande, soit 15 pays au total, dont la Chine.

Le Partenariat économique global régional, ou RCEP, couvre quelque 2,2 milliards de personnes et représente environ 30 % du PIB mondial. Il s’agit d’un accord jamais atteint auparavant en termes de taille, de valeur et de teneur.

Les accords commerciaux du RCEP seront conclus en monnaie locale et en yuan – pas en dollars américains. Le RCEP est donc également un instrument de dédollarisation, principalement dans la région Asie-Pacifique, et qui s’étend progressivement au reste du monde. S’éloigner des économies basées sur le dollar peut être un moyen efficace de lutter contre la « culture des sanctions » occidentale. La Chine va bientôt déployer son nouveau Renminbi (RMB) ou yuan numérique, au niveau international, en tant que monnaie légale pour les paiements et les transferts entre pays. Le RMB numérique est appelé à devenir également une monnaie de réserve internationale, ce qui réduira encore la demande en dollars américains.

L’orientation vers le développement économique interne de la Chine – ce que l’on appelle la croissance horizontale plutôt que verticale – est une autre stratégie visant à développer la production et les infrastructures internes chinoises locales afin de renforcer et d’améliorer les capacités de son marché domestique et d’apporter un bien-être et un meilleur équilibre entre son vaste arrière-pays et ses prospères zones côtières orientales.

L’avenir appartient à la Chine

Après deux mille ans de « suprématie blanche » occidentale, d’exploitation incessante, de colonisation, de discrimination et d’asservissement pur et simple des autres peuples de couleur, des autres cultures, dans le monde entier, le temps est venu que la roue tourne et que l’humanité s’oriente vers un monde plus pacifique, plus juste et plus égalitaire.

Au cours des cent prochaines années et sous la direction du parti communiste chinois, la Chine guidera l’Orient vers l’ère du Soleil Levant ; prospérité et bonne santé pour tous.

Cette nouvelle époque s’efforcera d’instaurer un monde multipolaire, avec des relations commerciales gagnant-gagnant, et entraînera de nouveaux défis environnementaux, sociaux et technologiques, mais aussi un nouvel éveil à la conscience sociale et à la solidarité. L’initiative des Nouvelles routes de la soie est un instrument clé pour atteindre des objectifs majeurs pour le bien-être de l’humanité, fournissant un flux constant de nouvelles idées, de créations, d’échanges culturels et d’apprentissage mutuel. À l’avenir, l’accent pourrait être mis sur

Les sources d’énergie renouvelables, basées principalement sur l’énergie hydraulique et solaire, développées avec des technologies de pointe, c’est-à-dire la capture de l’énergie solaire avec un processus de photosynthèse, produisant des rendements énergétiques à haut rendement ;

L’augmentation des zones vertes dans les centres urbains afin de créer un équilibre entre l’absorption naturelle de CO2 et la production d’oxygène, dans le but de parvenir à une pollution zéro ;

Protéger les forêts tropicales et les ressources en eau de la planète ;

Maintenir les ressources naturelles et les services publics – santé, éducation, approvisionnement alimentaire, services d’eau et d’assainissement, électricité et transports publics – dans le domaine public ;

promouvoir l’agriculture biologique et la polyculture ;

Développer l’intelligence artificielle (IA) pour aider à accroître l’efficacité de la production et du transport et pour servir l’humanité.

L’adoption de la banque publique comme principal moyen de financement du développement socio-économique, conduisant l’humanité à construire une communauté avec un avenir partagé pour l’humanité.

Peter Koenig

 

 

History of China’s Communist Party (1921-2021): A 100-Year Legacy of Success and Forward Vision.

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone

 

Peter Koenig est un analyste géopolitique et un ancien économiste (senior) à la Banque mondiale et à l’Organisation mondiale de la santé (OMS), où il a travaillé pendant plus de 30 ans sur l’eau et l’environnement dans le monde. Il donne des conférences dans des universités aux États-Unis, en Europe et en Amérique du Sud. Il écrit régulièrement pour des revues en ligne. Il est également l’auteur de Implosion – An Economic Thriller about War, Environmental Destruction and Corporate Greed (Implosion – un thriller économique sur la guerre, la destruction de l’environnement et la cupidité des entreprises) et co-auteur du livre de Cynthia McKinney « When China Sneezes : From the Coronavirus Lockdown to the Global Politico-Economic Crisis » (Clarity Press – 1er novembre 2020).

Il est chercheur associé du Centre de recherche sur la mondialisation et chercheur principal non résident du Chongyang Institute for Financial Studies de l’Université Renmin de Chine.

La source originale de cet article est Mondialisation.ca

Copyright © Peter Koenig, Mondialisation.ca, 2021

https://www.mondialisation.ca/le-parti-communiste-chinois-un-siecle-de-succes-et-une-vision-davenir/5658324

Dans CHINE

CHINE : LES USA DEVRAIENT LEVER COMPLETEMENT L’EMBARGO SUR L’IRAN

Par Le 16/07/2021

Pékin : les Etats-Unis devraient lever complètement l’embargo sur l’Iran

 Depuis 6 heures  16 juillet 2021

iranchine

 Article traduit - Asie et Afrique - Chine - Spécial notre site

 

A l’occasion du sixième anniversaire de la signature de l’accord nucléaire, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères a appelé « les Etats-Unis à lever totalement et globalement les sanctions qu’ils ont imposées unilatéralement et illégalement à l’Iran ».

Dans ce contexte, le site internet de l’ambassade de Chine en Iran a écrit ce Vendredi, que « Zhao Lijian a déclaré  lors d’une conférence de presse, en réponse à une question du journaliste du réseau chinois « CCTV », que « l’accord nucléaire est le produit de 13 années de négociations intenses et ardues et un fruit important de la diplomatie multilatérale, un des piliers du régime de non-prolifération nucléaire et un catalyseur pour la paix et la stabilité au Moyen-Orient ».

Le diplomate chinois a également souligné que « les efforts conjoints pour mettre en œuvre et protéger l’accord nucléaire sont dans l’intérêt commun de la communauté internationale. La Chine a toujours pensé que la mise en œuvre pleine et effective de l’accord nucléaire est le seul moyen efficace de résoudre le problème nucléaire iranien », a-t-il déclaré, notant que « la Chine se félicite de l’intention des Etats-Unis d’y revenir ».

Il a également affirmé que « les pourparlers sur la reprise des engagements à cet égard sont arrivés à une étape finale et que toutes les parties ont démontré leur volonté politique de parvenir à un accord. Cependant, il reste quelques controverses à résoudre ».

Source: Traduit du journal AlAkhbar

https://french.almanar.com.lb/2113102

Dans CHINE

CHINE : LE PIB EN HAUSSE DE 12,7% AU PREMIER SEMESTRE

Par Le 15/07/2021

Chine : le PIB en hausse de 12,7% au premier semestre 2021

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-15 à 13:59


(Xinhua/Zhang Nan)

BEIJING, 15 juillet (Xinhua) -- Le produit intérieur brut (PIB) de la Chine a augmenté de 12,7% en glissement annuel au cours du premier semestre 2021 dans le contexte d'une reprise ferme et continue, d'après les données publiées jeudi par le Bureau d'Etat des statistiques (BES).

Ce chiffre place la croissance moyenne sur les deux années écoulées à 5,3%, soit 0,3 point de pourcentage de plus que la moyenne sur deux ans de la croissance du premier trimestre en 2019, selon le BES.

Au deuxième trimestre, le PIB du pays a augmenté de 7,9% en glissement annuel, selon les données. En base trimestrielle, l'économie a augmenté de 1,3% au deuxième trimestre.

D'autres indicateurs économiques majeurs font état d'améliorations continues dans tous les domaines, la production industrielle ayant crû de 15,9% et les ventes au détail de 23% sur un an au premier semestre.


(Xinhua/Zhang Nan)

Le taux de chômage urbain recensé en Chine s'est établi à 5% en juin, soit 0,7 point de pourcentage de moins que durant la même période l'année dernière.

Au cours du premier trimestre de 2021, l'économie chinoise a progressé de 18,3% en glissement annuel, la forte demande intérieure et extérieure ayant alimenté la reprise depuis une base de comparaison faible début 2020, lorsque la COVID-19 a entraîné un ralentissement de la deuxième plus grande économie mondiale.

"De façon générale, l'économie nationale a connu une reprise stable au premier semestre", a indiqué le BES dans un communiqué, mettant toutefois en garde contre les incertitudes découlant de la propagation mondiale de la pandémie et du déséquilibre de la reprise au niveau national. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-07/15/c_1310062818.htm

 

La partie continentale de la Chine s'oppose aux contacts militaires entre Taiwan et les Etats-Unis

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-15 à 18:44

BEIJING, 15 juillet (Xinhua) -- Une porte-parole de la partie continentale de la Chine a exprimé jeudi sa forte opposition aux contacts militaires de toute forme entre Taiwan et les Etats-Unis.

Zhu Fenglian, une porte-parole du Bureau des affaires de Taiwan du Conseil des Affaires d'Etat, a fait cette déclaration en commentant le rapport des médias sur l'atterrissage d'un avion de transport militaire américain à Taiwan, jeudi.

"Nous avons exhorté les Etats-Unis à respecter les dispositions des trois communiqués conjoints sino-américains dans le traitement des questions liées à Taiwan et à cesser toute provocation", a-t-elle indiqué.

L'autorité du Parti démocrate progressiste (PDP) de Taiwan apportera le désastre à la population de Taiwan si elle continue de travailler avec les forces étrangères pour rechercher "l'indépendance de Taiwan" et de résister à la réunification, a déclaré Mme Zhu. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-07/15/c_1310063307.htm

 

Le PM désigné libanais Hariri annonce sa démission

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-15 à 22:16

BEYROUTH, 15 juillet (Xinhua) -- Le Premier ministre désigné libanais Saad Hariri a annoncé jeudi sa démission pour n'avoir pas réussi à former un gouvernement non partisan, a rapporté la chaîne al-Jadeed.

"Je viens de rencontrer le président qui m'a informé de son rejet de certains des noms mentionnés dans ma dernière proposition de gouvernement. Le président m'a dit que nous ne serions pas en mesure de coopérer dans la formation d'un nouveau gouvernement", a déclaré M. Hariri après son entretien avec le président Michel Aoun.

M. Hariri a été nommé Premier ministre le 22 octobre 2020 mais il n'est pas parvenu à former un nouveau gouvernement en raison de ces divergences avec M. Aoun sur la distribution des portefeuilles ministériels. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-07/15/c_1310063602.htm

 

 

La Chine enjoint aux Etats-Unis de rejoindre la Convention des Nations unies sur les droits de l’enfant

French.china.org.cn | Mis à jour le 15. 07. 2021 | Mots clés : Etats-Unis

 

 

Mercredi, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Zhao Lijian a enjoint aux Etats-Unis de rejoindre la Convention des Nations unies relative aux droits de l’enfant, avant de porter un jugement sur la situation des droits de l’homme dans les autres pays. Si les Etats-Unis se soucient réellement des droits de l’homme, et notamment des droits de l’enfant, ils devraient en premier lieu se laver de leur « plus grande honte morale », a-t-il déclaré à l’occasion d’une conférence de presse régulière.

 

Zhao Lijian a souligné que les Etats-Unis étaient le seul pays au monde à n’avoir pas ratifié la Convention des Nations unies relative aux droits de l’enfant et qu’en tant que « modèle » autoproclamé des droits de l’homme, ils ne se préoccupaient que des droits de l’homme dans les autres pays. Selon lui, les Etats-Unis devraient tout d’abord régler leur problème, qui consiste à ne scruter que les autres tout en évitant de se sonder eux-mêmes, et se laver de « leur plus grande honte morale », s’ils se soucient réellement des droits de l’homme. 

 

Les remarques du porte-parole font suite à l’accord conclu par l’organisation Boy Scouts of America de verser 850 millions de dollars à près de 60 000 victimes présumées d’abus sexuels. « Cette affaire est choquante, mais ce n’est que la partie visible de l’iceberg en ce qui concerne les droits de l’enfant aux Etats-Unis », a fait remarquer le porte-parole. 

 

Aux Etats-Unis, les violences à l’égard des enfants est un problème alarmant. En 2019, l’Administration pour les enfants et les familles, une division du Département de la Santé et des Services sociaux, a publié le Rapport sur les maltraitances aux enfants en 2017, recensant près de 3,5 millions de signalements de violences sur des enfants, soit une augmentation d’environ 10 % entre 2013 et 2017. 

 

D’après les statistiques officielles américaines, les services de police au Etats-Unis ont mis au jour 858 cas de travail d’enfants en violation de la Loi sur les normes du travail équitable (Fair Labor Standards Act). 

 

Il existe approximativement 500 000 travailleurs agricoles mineurs aux Etats-Unis. Un grand nombre d’entre eux ont commencé à travailler dès l’âge de 8 ans et les semaines de 72 heures ne sont pas rares pour eux. Les enfants sont trois fois plus sensibles aux effets cancérogènes des pesticides que les adultes. Entre 2003 et 2016, la moitié des personnes décédées dans des accidents liés à des travaux agricoles étaient mineurs, soit 237 enfants. 

http://french.china.org.cn/foreign/txt/2021-07/15/content_77629861.htm

Dans CHINE

LA CHINE SOUTIENT FERMEMENT CUBA ET REJETTE TOUTE INGERENCE ETRANGERE DANS SES AFFAIRES INTERIEURES

Par Le 14/07/2021

14 Juillet 2021

La Chine soutient Cuba et rejette toute ingérence étrangère dans ses affaires intérieures
JUL
14
2021
La Chine soutient Cuba et rejette l'ingérence étrangère dans les questions intérieures
Pékin, 13 juil (Prensa Latina) La Chine a exprimé aujourd'hui son ferme soutien à Cuba dans la protection de la stabilité sociale, a rejeté tout acte d'ingérence dans ses affaires intérieures et a exigé que les États-Unis lèvent le blocus économique, commercial et financier.

Zhao Lijian, porte-parole du ministère des affaires étrangères, a assuré que son gouvernement soutient l'île dans la recherche d'une voie de développement conforme à ses propres conditions et lui permettant d'améliorer le bien-être de la population.

Il a souligné la volonté de Pékin de travailler avec La Havane à la mise en œuvre des consensus précédemment atteints par les hauts dirigeants et d'approfondir les liens amicaux cultivés depuis 60 ans.

Zhao a souligné la réponse du président cubain Miguel Díaz-Canel aux événements de dimanche dernier et a déploré toute tentative d'ingérence dans les questions internes de la nation caribéenne.

Il a considéré le blocus américain comme la cause principale des pénuries de médicaments et d'énergie dont souffre ce pays et a rappelé le vote majoritaire et pendant 29 années consécutives de la communauté internationale en faveur de sa cessation immédiate.

Les États-Unis devraient lever complètement le blocus de Cuba et jouer un rôle positif en fournissant une assistance à la population pour surmonter les effets de la pandémie (de CoVid-19)", a-t-il ajouté.

Avec les déclarations du porte-parole du ministère des affaires étrangères, la Chine rejoint plusieurs nations et organisations dans le monde qui répudient les actes subversifs, les manifestations et les appels à l'intervention dans la plus grande île antillaise.

Les analystes dénoncent le fait qu'il s'agit d'une stratégie de Washington déjà appliquée dans d'autres pays d'Amérique latine et des Caraïbes pour inciter à l'agitation sociale, préparer le terrain pour l'utilisation de l'armée et l'ingérence directe.

source : http://misiones.minrex.gob.cu/es/articulo/china-apoya-cuba-y-rechaza-injerencia-extranjera-en-temas-internos

Tag(s) : #Chine#Cuba

Dans CHINE

LES VACCINS CHINOIS SONT LA CLE DE LA LUTTE MONDIALE CONTRE LE COVID-19

Par Le 12/07/2021

Les vaccins chinois sont la clé de la lutte mondiale contre le COVID-19

French.china.org.cn | Mis à jour le 12. 07. 2021 | Mots clés : vaccins

Vendredi, la Chine a fourni 500 millions de doses de vaccins contre le COVID-19 et de concentrés utilisés pour la production de vaccins à plus de 100 pays et organisations internationales, représentant un sixième de la production mondiale de vaccins contre le COVID-19, a déclaré un responsable du ministère chinois des Affaires étrangères.

Guo Xuejun, directeur adjoint du département des Affaires économiques internationales du ministère, a indiqué vendredi à l'agence de presse Xinhua que la Chine s'opposait au nationalisme vaccinal et soutenait activement d'autres pays en développement dans leur production et leur déploiement de vaccins.

Ces pays comprennent les Émirats arabes unis, l'Indonésie, la Malaisie, l'Égypte, le Brésil, la Turquie, le Pakistan et le Mexique, qui disposent d’une capacité de production totale de plus de 200 millions de doses, a-t-il noté.

Sur les 140 pays impliqués dans l'initiative de « La Ceinture et la Route », 84 ont proposé d'importer des vaccins chinois au premier semestre de cette année, a souligné M. Guo, ajoutant que la Chine avait répondu de manière proactive à toutes les demandes de ces pays et avait fourni rapidement des vaccins.

« Notre prochaine étape sera de continuer à renforcer notre coopération en matière de vaccins avec diverses parties, d'améliorer encore l'accessibilité (en matière de distribution et de prix) des vaccins dans les pays en développement et de contribuer davantage à la lutte contre la pandémie et à la promotion de la reprise économique », a déclaré M. Guo.

Le CoronaVac, le vaccin contre le COVID-19 développé par la société chinoise Sinovac Biotech, s'est avéré efficace à 83,5% pour protéger contre les infections symptomatiques et aucun cas d'événements indésirables graves n'a été signalé, selon les données provisoires des essais cliniques de phase 3 menés en Turquie qui ont été publiées jeudi dans le journal The Lancet.

Les essais ont impliqué plus de 10 000 participants et ont révélé que le vaccin pouvait induire une solide réponse en anticorps après deux injections.

Le CoronaVac est un vaccin inactivé qui utilise une version tuée du virus entier pour induire une réponse immunitaire. Il peut être conservé entre 2 et 8 degrés Celsius et a été approuvé pour une utilisation d'urgence par 22 pays, dont la Thaïlande, le Brésil, l'Uruguay et l'Ukraine. Le mois dernier, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a également validé le vaccin pour une utilisation d'urgence.

« L'un des avantages du CoronaVac est qu'il n'a pas besoin d'être congelé, ce qui facilite son transport et sa distribution. Cela pourrait être particulièrement important pour la distribution mondiale, car certains pays pourraient avoir du mal à stocker de grandes quantités de vaccin à des températures très basses », a déclaré Murat Akova, auteur principal de l'étude publiée dans le Lancet et professeur à la faculté de médecine de l'Université Hacettepe à Ankara, en Turquie.

L'étude intermédiaire a examiné 10 029 participants âgés de 18 à 59 ans originaires de Turquie qui ont reçu deux doses du vaccin ou un placebo entre le 14 septembre et le 5 janvier. Elle a révélé que l'efficacité du vaccin était de 83,5% après deux doses, et était efficace à 100% dans la prévention des cas modérés et graves.

Cependant, l'équipe a également reconnu que bien que le vaccin puisse induire une réponse en anticorps chez 90% des receveurs, la réponse diminuait avec l'âge des receveurs. L'étude comprenait une courte période de suivi et impliquait une population relativement jeune et à faible risque.

Des recherches supplémentaires sont donc nécessaires pour confirmer son efficacité à long terme, et elles devraient être menées avec un groupe de participants plus diversifié. La capacité du vaccin à protéger contre les variants émergents du SRAS-CoV-2 devrait également être examinée, selon l'étude.

Jeudi, l'Administration nationale chinoise des produits pharmaceutiques a déclaré que 22 vaccins contre le COVID-19 avaient été approuvés pour des essais cliniques dans le pays. Quatre vaccins ont obtenu une autorisation de mise sur le marché conditionnelle et trois ont été autorisés pour une utilisation d'urgence en Chine.

Une aide bienvenue

Depuis que la Chine a commencé à aider les efforts de vaccination contre le COVID-19 d'autres pays, des chefs d'État et de gouvernement de nombreux pays ont exprimé leur appréciation pour cette aide, certains ayant même personnellement assisté à la livraison des vaccins chinois à l'aéroport.

En février, le Premier ministre mozambicain Carlos Agostinho do Rosario a adressé ses chaleureuses salutations au gouvernement et au peuple chinois au nom du Mozambique. Il a déclaré que, dans la lutte commune contre la pandémie, la Chine avait fait preuve d’une amitié fraternelle avec le peuple mozambicain, et il a remercié le gouvernement et le peuple chinois pour leur soutien.

Le même mois, la Première ministre péruvienne Violeta Bermudez a déclaré que son pays était ravi de recevoir le vaccin chinois, qui aidera le pays à lutter contre la pandémie.

En mars, la vice-présidente dominicaine Raquel Pena a reçu les vaccins à l'aéroport et a exprimé sa gratitude pour le soutien et l'assistance de la Chine, affirmant que le vaccin fournira certainement une garantie importante pour une victoire rapide contre la pandémie en République dominicaine.

Le vaccin fourni par la Chine a sauvé des vies et a écrit un nouveau chapitre de coopération entre la Chine et la communauté internationale dans la lutte contre la pandémie, a-t-elle affirmé, ajoutant que la Chine avait joué un rôle louable dans l'effort mondial de lutte contre la pandémie.

http://french.china.org.cn/china/txt/2021-07/12/content_77622178.htm.

 

Dans CHINE

XI JINPING : LA QUESTION DE SAVOIR SI UN PAYS EST DEMOCRATIQUE OU PAS NE DOIT PAS ETRE JUGEE PAR UNE POIGNEE DE PERSONNES

Par Le 11/07/2021

Xi Jinping : la question de savoir si un pays est démocratique ou pas ne doit pas être jugée par une poignée de personnes

xinhua 2021-07-06 22:45:15

Share

Xi Jinping, secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois (PCC) et président chinois, a déclaré mardi que le jugement sur la question de savoir si un pays était démocratique ou pas devait être fait par son peuple, et non par une poignée de personnes.

M. Xi a fait ces remarques lors d'un discours inaugural au Sommet du PCC et des partis politiques mondiaux par liaison vidéo à Beijing.

Il existe différentes voies vers le bien-être, et les peuples de tous les pays ont le droit de choisir leur propre voie de développement et modèle institutionnel, a souligné M. Xi.

"C'est en soi ce que le bien-être implique", a indiqué M. Xi.

La démocratie est le droit de tous les peuples, pas un privilège exclusif de quelques-uns, a noté M. Xi, ajoutant qu'il y a de multiples façons et moyens de réaliser la démocratie plutôt qu'un seul stéréotype.

http://french.cri.cn/news/china/685/20210706/685312.html

 

 

Xi et Kim échangent des félicitations à l'occasion du 60e anniversaire du Traité d'amitié, de coopération et d'assistance mutuelle Chine-RPDC

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-11 à 18:40

BEIJING, 11 juillet (Xinhua) -- Le secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois (PCC) Xi Jinping, également président chinois et président de la Commission militaire centrale, a échangé dimanche des messages de félicitations avec Kim Jong Un, secrétaire général du Parti des travailleurs de Corée (PTC), également président de la Commission des affaires d'Etat et commandant en chef des forces armées de la République populaire démocratique de Corée (RPDC), à l'occasion du 60e anniversaire de la signature du Traité d'amitié, de coopération et d'assistance mutuelle Chine-RPDC.

Dans son message, M. Xi a indiqué qu'en 1961, les dirigeants de l'ancienne génération des deux pays avaient pris la décision stratégique prévoyante de signer ce traité, qui avait placé une base politique et légale importante pour consolider l'amitié que les deux peuples avaient forgée par le sang et promouvoir la coopération amicale bilatérale pour le long terme.

Au cours des 60 dernières années, a-t-il ajouté, la Chine et la RPDC, en se soutenant fermement et en avançant main dans la main dans l'esprit du traité, ont renforcé l'amitié fraternelle traditionnelle entre les deux partis et les deux pays, fait avancer le développement de leurs causes socialistes respectives, et sauvegardé la paix et la stabilité dans la région et dans le monde.

M. Xi a rappelé que ces dernières années, M. Kim et lui-même s'étaient rencontrés à plusieurs reprises afin de planifier le développement des relations entre les deux partis et les deux peuples et d'enrichir l'amitié Chine-RPDC dans la nouvelle ère, et avaient atteint une série d'importants consensus.

Soulignant qu'aujourd'hui, un changement majeur dans le paysage mondial sans précédent depuis un siècle s'accélérait, M. Xi s'est dit prêt à travailler avec M. Kim pour renforcer la communication stratégique, tracer la course pour les relations Chine-RPDC et faire franchir de nouveaux paliers à la coopération amicale bilatérale afin d'apporter davantage de bénéfices aux deux pays et à leurs peuples.

La Chine a récemment organisé des célébrations d'envergure pour le 100e anniversaire de la fondation du PCC, et le peuple de la RPDC s'efforce dans l'unité de mettre en oeuvre les décisions et déploiements adoptés lors du 8e Congrès du PTC, a rappelé M. Xi, soulignant que la Chine soutenait fermement la RPDC pour développer son économie, améliorer les conditions de vie du peuple, et faire progresser vigoureusement sa cause de construction socialiste.

Il s'est dit convaincu que le PTC et le peuple de la RPDC, sous la direction de M. Kim, accompliraient certainement de nouvelles réalisations encore plus grandes.

M. Kim, a indiqué dans son message que la signature de ce traité démontrait au monde la ferme volonté des deux partis ainsi que des gouvernements et des peuples des deux pays de promouvoir le développement à long terme de l'amitié RPDC-Chine forgée par le sang sur une base légale solide.

Au cours des six dernières décennies, la RPDC et la Chine ont écrit une fière histoire d'amitié à travers le soutien et l'assistance mutuels, a-t-il souligné.

Ces dernières années, face à un paysage international complexe et en constante évolution, la confiance de camaraderie et l'amitié entre les deux pays ont continué à s'approfondir, et les relations bilatérales sont parvenues à un stade supérieur, a-t-il noté.

La position inébranlable du PTC et du gouvernement de la RPDC consiste à continuer à renforcer et développer les relations amicales et coopératives RPDC-Chine, a-t-il assuré.

Le PTC, le gouvernement et le peuple de la RPDC vont attacher une plus grande importance à l'amitié RPDC-Chine, une richesse commune des deux parties, et avancer main dans la main avec le PCC, le gouvernement et le peuple chinois dans le voyage sacré de construction du socialisme et du communisme, a promis M. Kim.

Félicitant une nouvelle fois le PCC pour son centenaire, il a dit souhaiter au PCC et au peuple chinois des succès plus grands dans la construction de la Chine en un pays socialiste moderne à tous égards et la réalisation du grand renouveau national. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-07/11/c_1310055054.htm

 

 

La trajectoire de développement de la Chine tracée par le PCC est "impressionnante", selon une responsable d'un parti canadien (ENTRETIEN)

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-11 à 14:16

OTTAWA, 10 juillet (Xinhua) -- Le Parti communiste chinois (PCC) a conduit le peuple chinois à accomplir des réalisations sans précédent et la trajectoire du développement du pays est "impressionnante", a estimé une dirigeante d'un parti communiste canadien.

"Nous sommes très impressionnés par les développements en Chine. Et nous savons que c'est le Parti communiste qui trace la voie à suivre. Elle est impressionnante", a déclaré Elizabeth Rowley, dirigeante du Parti communiste du Canada, dans un récent entretien avec Xinhua par vidéo.

Au cours des 40 dernières années, le monde a connu un développement rapide des forces productives en Chine. "A tous égards, le développement s'est poursuivi. C'est sans précédent dans l'histoire", a-t-elle souligné.

"La vie s'améliore pour la population chinoise", a dit Mme Rowley. "La rapidité du développement et les gains substantiels (qui en ont résulté) sont des indicateurs très importants de ce que l'avenir réserve au monde, à la Chine et au peuple chinois".

"L'influence du Parti communiste chinois augmente à mesure que le pays se développe, en raison de ses réalisations et de ses politiques commerciales qui sont mutuellement bénéfiques", a-t-elle indiqué.

De nombreuses personnes à travers le monde observent et espèrent que les développements chinois contribueront aux relations et aux développements du monde, a affirmé la dirigeante politique, ajoutant que "ce qui se passe en Chine n'est pas le résultat d'une intervention militaire, mais de la concurrence et du soutien que la Chine a apporté, entre autres à travers des accords de commerce équitable dans le monde entier".

Rappelant sa visite en Chine en 2018, Mme Rowley a témoigné : "nous avons été très impressionnés par ce que nous avons vu", y compris la lutte du pays contre la pauvreté, la corruption et les efforts pour contrer le changement climatique.

La délégation canadienne a constaté de grands changements dans les régions rurales en Chine. "Ce sont là tous les signes d'un pays qui progresse à un rythme très rapide dans l'amélioration du niveau de vie ainsi que des conditions de vie et de travail de la population", selon elle.

Quand la délégation était à Beijing et à Shenzhen, "le ciel était très clair. C'était vraiment remarquable de voir ce qui peut être fait lorsque les gouvernements s'y mettent", a poursuivi Mme Rowley.

Elle a également salué les actions du gouvernement chinois dans la lutte contre la COVID-19. Notant que la Chine a développé des vaccins contre le nouveau coronavirus, qui ont été mis à la disposition des pays en développement du monde entier, Mme Rowley pense que "c'est l'essence de l'humanité et de l'humanisme qui est manifestée par la Chine". Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-07/11/c_1310054797.htm

 

 

La Chine s'oppose à la décision prise par les Etats-Unis d'ajouter des entités chinoises à leur liste de contrôle des exportations

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-11 à 16:07

BEIJING, 11 juillet (Xinhua) -- La Chine s'oppose fermement à ce que les Etats-Unis ajoutent 23 entités chinoises à leur "liste d'entités" de contrôle des exportations, a déclaré dimanche un porte-parole du ministère chinois du Commerce.

Cette décision a été prise au mépris des faits et pour de prétendus motifs tels que les "droits de l'homme", les Etats-Unis ayant généralisé le concept de sécurité nationale et abusé des mesures de contrôle des exportations, a indiqué le porte-parole.

"Il s'agit d'une répression injustifiée des entreprises chinoises et d'une atteinte grave aux règles économiques et commerciales internationales, auxquelles la Chine s'oppose fermement", a-t-il déclaré.

Exhortant les Etats-Unis à mettre immédiatement fin à cette mauvaise pratique, le porte-parole a annoncé que la Chine prendrait toutes les mesures nécessaires pour protéger les droits et les intérêts légitimes des entreprises chinoises. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-07/11/c_1310054914.htm

 

 

Selon un expert, le renforcement des sanctions contre la Chine ne fait que saper l'hégémonie des Etats-Unis

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-11 à 01:55

TOKYO, 10 juillet (Xinhua) -- Selon un géostratège basé au Canada, accabler la Chine de sanctions toujours plus larges a entraîné des résultats qui s'amenuisent et ne peut que saper à terme l'hégémonie des Etats-Unis.

Dans un commentaire intitulé "Renforcer les sanctions contre la Chine ne fait que saper l'hégémonie américaine" et publié mercredi par Nikkei Asia, Owais Zaheer, un géostratège qui conseille les institutions financières sur les développements et les risques géopolitiques, a analysé diverses formes de sanctions américaines contre la Chine, soulignant les inconvénients des mesures coercitives décidées par Washington.

"Les Etats-Unis s'appuient désormais systématiquement sur des sanctions, des contrôles à l'exportation et d'autres formes de coercition pour contrer les activités chinoises", a expliqué M. Zaheer, énumérant des exemples comme "un accent incessant sur les droits de l'homme", "une variété de restrictions liées au commerce refusant à la Chine l'accès aux puces électroniques et autres technologies de pointe", etc.

"Mais la nouvelle réalité est que la dépendance fréquente de Washington aux outils de sanctions entraîne des résultats qui s'amenuisent", a-t-il ajouté.

L'expert a souligné que la Chine, imitant les États-Unis, met à son tour rapidement en place ses propres outils juridiques nationaux pour contrer toutes ces sanctions.

"La pression des sanctions américaines a également conduit à une convergence stratégique entre la Chine et la Russie", a noté M. Zaheer.

À long terme, a-t-il conclu, ces mesures pourraient limiter efficacement la portée des sanctions américaines et, en fin de compte, diluer la domination financière mondiale de Washington. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-07/11/c_1310054103.htm

 

L'envoyé pakistanais à l'ONU qualifie la fondation du PCC d'événement "marquant" et s'engage à travailler "main dans la main" avec la Chine

Par : french.china.org.cn |  Mots clés : ONU,Pakistan,Chine,PCC
French.china.org.cn | Mis à jour le 11-07-2021

[Favoris] [Imprimer[Envoyer] [Commenter] [Corriger] [Caractère:A A]

Le représentant permanent du Pakistan auprès des Nations Unies, Munir Akram, a déclaré que la fondation du Parti communiste chinois (PCC) en 1921 était un événement "marquant" dans l'histoire du monde et que le Pakistan et la Chine continueraient à travailler "main dans la main" au sein de l'organisation mondiale pour faire avancer la noble cause de la paix et du développement.

Dans un récent message vidéo adressé à la communauté des Nations Unies à l'occasion du 100e anniversaire du PCC, M. Akram s'est dit "honoré de transmettre nos sincères félicitations au peuple chinois à l'occasion du 100e anniversaire du Parti communiste chinois. La fondation du PCC en 1921 était un événement marquant dans l'histoire mondiale".

"En 100 ans, le PCC a conduit le peuple chinois des profondeurs de la pauvreté et du désespoir aux sommets de la réussite", a-t-il rappelé.

"La Chine a connu une transformation et une consolidation nationale stupéfiantes", a estimé M. Akram, saluant la réduction de la pauvreté, la construction d'infrastructures, la modernisation du commerce, l'industrialisation et les percées technologiques comme des réalisations "sans précédent" dans les annales de l'histoire.

Le diplomate a noté que le Premier ministre Imran Khan avait affirmé que le succès de la Chine "est quelque chose que nous souhaitons imiter au Pakistan", et assuré que le Pakistan soutenait les efforts de la Chine pour sauvegarder la paix mondiale, revigorer le multilatéralisme, préserver l'ordre international et faire progresser le développement mondial.

L'amitié pakistano-chinoise éprouvée et le Couloir économique Chine-Pakistan, un projet majeur de l'Initiative la Ceinture et la Route (ICR), constituent un cadre durable pour le renforcement continu des liens bilatéraux, a souligné l'ambassadeur.

"Et notre partenariat de coopération stratégique à toute épreuve reste un ancrage solide pour la paix, le progrès et la prospérité", a-t-il indiqué, ajoutant que "le Pakistan continuera à travailler main dans la main avec la Chine aux Nations Unies pour faire avancer la noble cause de la paix et du développement, non seulement pour nos pays mais aussi pour tous les pays en développement".

http://french.china.org.cn/foreign/txt/2021-07/11/content_77620400.htm

Dans CHINE

XI JINPING : CE QUE LA CHINE SOUHAITE LE PLUS, C’EST SE DEVELOPPER ELLE-MEME, ET NON REMPLACER LES AUTRES

Par Le 10/07/2021

Xi Jinping : ce que la Chine souhaite le plus, c'est se développer elle-même, et non remplacer les autres

CGTNF 2021-07-06 14:38:55

Share

 

Play Video

Le président chinois Xi Jinping s'est entretenu lundi soir avec le président français Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel par liaison vidéo.

"Ce que la Chine souhaite le plus, c'est se développer elle-même, et non remplacer les autres. L'initiative chinoise 'la Ceinture et la Route' vise à créer davantage de possibilités de développement commun, conformément aux principes de consultation réciproque, d'engagement commun et de partage des fruits. J'espère que l'Europe jouera un rôle meilleur et plus actif dans les affaires internationales et travaillera ensemble pour maintenir la paix, la stabilité, le développement et la prospérité dans le monde", a indiqué le président Xi Jinping.

http://french.cri.cn/news/china/685/20210706/685015.html

 

La diabolisation de la Chine par les Etats-Unis pourrait être une "monumentale erreur stratégique" (tribune)

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-10 à 19:36

SEOUL, 10 juillet (Xinhua) -- Une tribune parue jeudi dans le quotidien Korea Times a soulevé des doutes sur la diabolisation de la Chine par les Etats-Unis, affirmant qu'il pourrait s'agir d'une "monumentale erreur stratégique".

"Les revendications de la Chine en mer de Chine méridionale sont-elles pratiquement toutes totalement invalides ? La Chine est-elle invariablement toujours en tort ?", s'est interrogé Tom Plate, auteur de la tribune et professeur à l'université Loyola Marymount en Californie

"Cette mentalité américaine morbide à l'égard de la Chine, un pays et une civilisation historiques qui, en toute équité, méritent au moins autant de respect que de vigilance, a le potentiel de devenir une monumentale erreur stratégique", avertit la tribune.

Notant que "la foule de Cambridge-New York-Washington" avait perdu son sang-froid, la tribune estime que "le groupe des experts occidentaux" a une tendance névrotique.

Dépourvu d'un sens adéquat de l'histoire, l'Occident, qui "ne semble pas pouvoir développer de mécanismes d'adaptation sensés", a recours à "une vieille réaction de cow-boy : Tirer sur le méchant", selon le rapport.

Les Etats-Unis sont prêts à bondir sur tout ce qui, selon eux, donne une mauvaise image de Beijing, selon la tribune, qui ajoute qu'il est possible que l'establishment américain, avec une telle idéologie et un cœur calculateur, puisse "perdre" l'Asie ainsi que la Chine. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-07/10/c_1310053851.htm

 

La Chine et l'UE doivent éliminer les sources de perturbation et faire progresser leurs relations (ministre des AE)

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-10 à 15:14


(Xinhua/Zhai Jianlan)

BEIJING, 9 juillet (Xinhua) -- La Chine et l'Union européenne devraient établir une perception correcte l'une de l'autre, éliminer les sources de perturbation et promouvoir un développement sain et stable des liens bilatéraux sur la bonne voie, a déclaré le conseiller d'Etat et ministre des Affaires étrangères de la Chine, Wang Yi.

M. Wang a fait ces remarques lors d'une réunion vidéo avec le haut représentant de l'UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell, jeudi.

La Chine et l'UE sont des partenaires stratégiques globaux et deux principales forces indépendantes du monde, sans aucun conflit géopolitique ni conflit d'intérêts fondamentaux, a noté M. Wang.

"Nous partageons la responsabilité de maintenir le dialogue et la coopération bilatéraux, nous avons l'obligation d'adhérer aux principes du bénéfice mutuel et de la coopération gagnant-gagnant, et nous devrions être confiants dans notre capacité à faire face ensemble aux défis mondiaux", a-t-il déclaré.

D'après lui, la Chine et l'Europe doivent rester attachées à leur partenariat stratégique global, ainsi qu'au principe du respect mutuel et de la recherche d'un terrain d'entente tout en mettant de côté les différends.

Nous soutenons la partie européenne dans le développement indépendant de ses relations et de sa coopération avec la Chine, a noté M. Wang.

La priorité absolue devrait être accordée au renforcement de la communication et de la coordination dans des domaines (liés à la COVID-19) tels que les vaccins, le diagnostic et le traitement, ainsi que la prévention et le contrôle, en mettant l'accent sur la fourniture d'un soutien plus substantiel aux pays en développement, a-t-il ajouté.

La Chine et l'Europe devraient continuer à se soutenir mutuellement pour accueillir avec succès la 15e réunion de la Conférence des Parties à la Convention sur la diversité biologique (COP15) à Kunming, en Chine, la Conférence des Nations unies sur le changement climatique à Glasgow, au Royaume-Uni et le 7e Congrès mondial de la nature de l'Union internationale pour la conservation de la nature dans la ville française de Marseille.

M. Wang a souligné que tous les pays devaient sauvegarder conjointement le système international, en s'appuyant sur les objectifs et les principes de la Charte des Nations unies, et défendre conjointement l'ordre international fondé sur le droit international.

Il a réitéré les positions de la Chine sur les questions liées au Xinjiang, à Hong Kong et aux droits de l'homme, soulignant que la volonté et la détermination de la Chine à sauvegarder sa souveraineté nationale et sa dignité nationale sont inébranlables.

Tout en considérant le développement rapide de la Chine comme un fait conforme à la tendance historique, M. Borrell a déclaré que l'UE n'avait aucune intention de s'engager dans une confrontation institutionnelle ou de déstabiliser les relations entre l'UE et la Chine, selon un communiqué de presse du ministère chinois des Affaires étrangères.

Il a indiqué que l'Europe et la Chine devaient gérer leurs différends au lieu de laisser les différends entraver leurs échanges et leur coopération.

L'UE et la Chine devraient développer des relations fortes et sincères, ce qui est dans l'intérêt des deux parties, a déclaré M. Borrell.

L'UE est prête à renouer le contact et le dialogue avec la Chine, et à renforcer la coopération en matière de lutte contre la pandémie de COVID-19, de changement climatique et de protection de la biodiversité.

L'UE n'accepte pas que des sanctions unilatérales soient imposées à d'autres pays sur la base de lois nationales. La partie européenne adhère à ses propres valeurs, mais respecte la souveraineté et l'intégrité territoriale de la Chine et ne soutient pas "l'indépendance de Hong Kong", a-t-il ajouté. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-07/10/c_1310053574.htm

 

La Russie est déterminée à approfondir ses relations avec la Chine (ministère russe des AE)

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-10 à 03:35

MOSCOU, 9 juillet (Xinhua) -- Le Traité de bon voisinage et de coopération amicale entre la Chine et la Russie a survécu à l'épreuve du temps et reste pertinent, a déclaré vendredi une porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères.

"Vingt années d'expérience dédiées à l'approfondissement progressif des relations bilatérales démontrent que ce traité a résisté avec succès à l'épreuve du temps, et ses dispositions restent encore pertinentes dans les conditions actuelles", a déclaré la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, lors de son point de presse hebdomadaire.

Le président chinois Xi Jinping et le président russe Vladimir Poutine ont publié le 28 juin un communiqué conjoint décidant officiellement de prolonger ce traité.

La Russie est déterminée à réaliser davantage le potentiel de ce traité et à approfondir ses relations avec la Chine dans un large éventail de domaines, a ajouté Mme Zakharova. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-07/10/c_1310052803.htm

 

La Chine exhorte certains pays occidentaux à réfléchir profondément à leurs propres violations des droits de l'homme (porte-parole)

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-09 à 22:52

BEIJING, 9 juillet (Xinhua) -- La Chine et d'autres pays en développement ont exprimé leurs préoccupations à propos de la situation des droits de l'homme dans certains pays occidentaux lors de la 47e session du Conseil des droits de l'homme des Nations unies. Ils ont exhorté ces pays à prendre des mesures efficaces pour résoudre leurs graves problèmes de droits de l'homme chez eux, et se sont opposés à la politisation et à la pratique du "deux poids, deux mesures" à ce sujet, a déclaré vendredi un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, ajoutant que c'était la voix de la justice.

Wang Wenbin, a fait ces remarques lors d'un point de presse quotidien lorsqu'on lui a demandé de commenter les accusations de certains pays occidentaux selon lesquelles l'opposition chinoise à "la diplomatie du micro" et sa position sur la non-ingérence dans les affaires intérieures des autres pays "semblaient avoir changé".

"Je tiens à souligner que ce sont ces pays occidentaux qui utilisent les droits de l'homme comme une excuse pour exercer des pressions et s'ingérer dans les affaires intérieures d'autres pays sur la base de motivations politiques, de fausses informations, de mensonges et de rumeurs. Ce sont ces pays occidentaux qui se proclament 'juges', pointant du doigt et humiliant la situation des droits de l'homme dans les pays en développement, ce qui viole les objectifs et les principes de la Chartre de l'ONU", a-t-il indiqué.

"Ils prétendent accueillir les critiques venant de l'extérieur. Cependant, lorsque la Chine et d'autres pays en développement expriment des préoccupations raisonnables au sujet de leurs problèmes en matière de droits de l'homme, ils semblent extrêmement mal à l'aise, voire les jugent inacceptables", a expliqué M. Wang, ajoutant que leur accusation selon laquelle la Chine s'engageait dans une "diplomatie du micro" et une "ingérence dans les affaires intérieures" était un comportement typique du "deux poids, deux mesures" et reflétait pleinement leur arrogance, leurs préjugés et leur hypocrisie profondément ancrés.

La Chine exhorte ces pays à répondre sérieusement aux préoccupations de la communauté internationale, à réfléchir profondément à leurs propres violations des droits de l'homme, à faire face à leurs propres problèmes en matière de droits de l'homme et à les résoudre, et à cesser d'utiliser délibérément la question des droits de l'homme comme excuse pour interférer dans les affaires intérieures d'autres pays et nuire aux intérêts d'autres pays sans en payer le prix, a conclu le porte-parole. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-07/09/c_1310052618.htm

 

 

Dans CHINE

CEREMONIE A BEIJING POUR MARQUER LA GUERRE DE RESISTANCE DE LA CHINE CONTRE L’AGRESSION JAPONAISE

Par Le 08/07/2021

Cérémonie à Beijing pour marquer la guerre de résistance de la Chine contre l'agression japonaise

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-07 à 22:21


(Xinhua/Yue Yuewei)

BEIJING, 7 juillet (Xinhua) -- Une cérémonie a été organisée mercredi à Beijing pour marquer le 84e anniversaire du début de la résistance de la nation chinoise tout entière contre l'agression japonaise.

L'incident du Pont Lugou, survenu le 7 juillet 1937, est considéré comme le début de l'invasion totale de la Chine par le Japon et de la résistance de la nation chinoise tout entière contre les envahisseurs japonais.

L'événement de mercredi, qui s'est tenu dans le Musée de la guerre de résistance du peuple chinois contre l'agression japonaise près du pont, a débuté par l'interprétation de l'hymne national chinois.

Plus de 400 personnes, dont des vétérans et des membres des familles des chefs militaires de la guerre ont participé à la cérémonie.

Les participants ont déposé des gerbes de fleurs et se sont inclinés pour rendre hommage à ceux qui ont sacrifié leurs vies dans la lutte contre les agresseurs japonais il y a plus de huit décennies.

Ils ont également visité une exposition spéciale présentant des reliques de la guerre. L'exposition a été ouverte au grand public mercredi à Beijing. Fin

   1 2 3 4 5   
 
http://french.xinhuanet.com/2021-07/07/c_1310048206.htm

 

Xi Jinping exprime ses félicitations pour le 5e anniversaire du Fonds d'assistance pour la coopération Sud-Sud et de l'ISSCAD

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-08 à 18:11

BEIJING, 8 juillet (Xinhua) -- Le président chinois, Xi Jinping, a envoyé jeudi une lettre de félicitations à l'occasion du 5e anniversaire de l'établissement du Fonds d'assistance pour la coopération Sud-Sud et de l'Institut de la coopération Sud-Sud et du développement (Institute of South-South Cooperation and Development, ISSCAD).

Au cours des cinq dernières années, le Fonds d'assistance pour la coopération Sud-Sud a activement soutenu les pays en développement dans l'application du Programme de développement durable à l'horizon 2030, dans la réponse aux crises humanitaires, dans la réduction de la pauvreté, et dans le développement, a noté M. Xi.

L'ISSCAD s'engage à partager l'expérience de la gouvernance nationale entre la Chine et les pays en développement, et à former des talents de haut niveau en gestion gouvernementale pour les pays en développement.

"Le Fonds et l'ISSCAD ont joué un rôle important dans la promotion de la coopération Sud-Sud", a indiqué M. Xi, soulignant que la Chine était prête à oeuvrer avec d'autres pays en développement pour exploiter davantage le potentiel de la coopération Sud-Sud et partager les opportunités de développement.

Il est à espérer que le Fonds d'assistance pour la coopération Sud-Sud continuera d'aider les pays en développement à atteindre un développement durable, et que l'ISSCAD poursuivra la construction des bases de formation de talents de haut niveau afin d'apporter des contributions plus importantes à la mise en place d'une communauté de destin pour l'humanité, a déclaré M. Xi.

L'Agence chinoise de coopération internationale pour le développement et le ministère du Commerce ont conjointement organisé un évènement jeudi, à Beijing, pour marquer le 5e anniversaire du Fonds et de l'Institut. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-07/08/c_1310049935.htm

 

Le modèle de développement de la Chine est source d'inspiration pour d'autres pays, selon un responsable palestinien (INTERVIEW)

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-07 à 22:16

BEIJING, 7 juillet (Xinhua) -- Le modèle de développement de la Chine est source d'inspiration pour d'autres pays dans l'exploration d'une voie efficace de développement, a déclaré le secrétaire général du Parti du peuple palestinien, Bassam Salhi, dans un récent entretien accordé à Xinhua par liaison vidéo.

Notant que le Parti communiste chinois (PCC) avait conduit le peuple chinois à accomplir un développement remarquable, M. Salhi, qui s'est rendu plusieurs fois en Chine, s'est dit profondément impressionné par la croissance rapide des villes chinoises comme Shenzhen, dont le succès est perçu comme le microcosme de la réforme et de l'ouverture de la Chine.

"Chaque fois que nous sommes allés en Chine, nous avons vu quelque chose de nouveau : de nouveaux bâtiments, de nouvelles rues et de nouvelles manifestations de renouveau", a-t-il affirmé.

Le PCC accorde une attention particulière à une planification globale pour l'avenir et prend en compte les besoins réels des régions développées et sous-développées, a expliqué M. Salhi, exprimant son admiration pour la capacité de prévoyance du PCC et l'engagement des membres du parti envers leurs missions.

Sous la direction du PCC, la Chine, qui a suivi les évolutions de son temps et tracé sa propre voie de développement, a fait ses preuves avec les énormes progrès socio-économiques accomplis au cours des dernières décennies, a-t-il souligné.

La connaissance qu'a M. Salhi de la Chine et du PCC repose sur ses visites et ses longues études menées sur le pays. "Le marxisme [en Chine] n'est pas quelque chose de statique, il évolue avec la réalité et est lié aux circonstances", a-t-il déclaré.

M. Salhi, qui considère le livre "Xi Jinping : la gouvernance de la Chine" comme une fenêtre d'observation et de compréhension de la Chine, a fait valoir que ce livre était très important et utile en Chine et à l'étranger, car il explique la philosophie de la gouvernance du PCC depuis un double point de vue historique et prospectif.

Les axes développés dans le livre, y compris ceux sur la philosophie du PCC centrée sur le peuple et l'Initiative la Ceinture et la Route, ont profondément impressionné M. Salhi, qui pense que l'initiative proposée par la Chine offrira davantage d'opportunités de développement aux pays voisins de la Chine et à ceux situés le long de ces routes.

Après avoir conduit le peuple chinois à accomplir de grandes réalisations, le PCC renforce ses contributions au monde car le parti apporte également des bénéfices aux peuples du monde entier et promeut une communauté de destin pour l'humanité, a estimé M. Salhi.

Après avoir relevé avec succès les défis posés par la COVID-19, la Chine a donné "un exemple vital de la façon de gérer les crises avec courage, audace et créativité", a-t-il conclu. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-07/07/c_1310048197.htm

 

(COVID-19) La RCA reçoit un don de vaccins chinois

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-08 à 02:37


(Ambassade de Chine en RCA/via Xinhua)

BANGUI, 7 juillet (Xinhua) -- La République centrafricaine (RCA) a reçu mardi un lot de vaccins contre la COVID-19 offert par le gouvernement chinois.

Pour accueillir les vaccins chinois, se sont rendus à l'aéroport de Bangui le président centrafricain Faustin-Archange Touadéra et son Premier ministre Henri-Marie Dondra, accompagnés de l'ambassadeur de Chine en RCA, Chen Dong.

La Chine et la RCA luttent côte à côte contre la pandémie de COVID-19, et ont formé une communauté de destin. L'amitié entre nos deux peuples se traduit une fois de plus par ce don de vaccins, a indiqué M. Chen.

La Chine a fourni un exemple à suivre dans sa lutte efficace contre la COVID-19, et contribue à vaincre la pandémie dans le monde. Grâce à ce don de vaccins qui arrive à un moment opportun, la RCA est mieux équipée dans sa riposte contre le coronavirus, a indiqué le ministre centrafricain de la Santé, Pierre Somsé.

Selon les statistiques de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), la RCA a signalé à ce jour 7.142 cas confirmés de la COVID-19, dont 98 décès. Fin

    1 2 3   

http://french.xinhuanet.com/2021-07/08/c_1310048449.htm

 

La Chine promeut la culture de la médecine traditionnelle chinoise

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-08 à 08:50

BEIJING, 8 juillet (Xinhua) -- La Chine a dévoilé mercredi un plan pour promouvoir la culture de la médecine traditionnelle chinoise (MTC) auprès du public.

Le plan, publié conjointement par cinq autorités, vise à expliquer les connotations de la culture de la MTC de manière moderne, populaire et innovante.

Parmi les étapes prévues entre 2021 et 2025 figurent la construction de centres d'expérience de la MTC, la promotion de la connaissance de la santé contenue dans la culture de la MTC et le développement de produits de la culture de la MTC à l'aide de nouvelles technologies.

Une formation sur la culture de la MTC sera également dispensée aux enseignants spécialisés des écoles primaires et secondaires afin d'intégrer la culture dans le processus éducatif. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-07/08/c_1310048856.htm

 

Le ministre pakistanais des AE fait l'éloge de l'amitié pakistano-chinoise

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-08 à 04:41

ISLAMABAD, 7 juillet (Xinhua) -- Selon le ministre pakistanais des Affaires étrangères Shah Mahmood Qureshi, qui s'est exprimé mercredi, l'amitié pakistano-chinoise est profondément enracinée dans les coeurs et les esprits des peuples des deux pays.

M. Qureshi a fait ces remarques lors d'une conférence sur le 70e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre les deux pays.

A cette occasion, le chef de la diplomatie pakistanaise a souligné l'importance du partenariat de coopération stratégique à toute épreuve entre Islamabad et Beijing, affirmant que le partenariat du Pakistan avec la Chine sert non seulement les intérêts des deux pays, mais assure également la paix, la stabilité, le développement et la prospérité dans la région et au-delà.

"Notre parcours de sept décennies est marqué par une plus grande solidarité, une confiance plus profonde, une foi mutuelle et une compréhension mutuelle. Notre amitié profonde et à toute épreuve a été nourrie par des générations successives de dirigeants et de gens des deux pays", a souligné M. Qureshi lors de la conférence intitulée "Pakistan-Chine à 70 ans : un partenariat bilatéral unique", organisé par l'Institut Pakistan-Chine (Pakistan-China Institute, PCI).

Le ministre pakistanais a expliqué comment les deux pays ont pour tradition de se soutenir mutuellement dans les moments difficiles, notamment le dernier défi de la pandémie de COVID-19, lorsque la Chine a fourni au Pakistan des articles de secours, des équipements, une expertise médicale et des vaccins anti-COVID-19.

Lors de la conférence, le sénateur Mushahid Hussain Sayed, également président du PCI, a pour sa part souligné que les relations Pakistan-Chine "sont inébranlables et reposent sur des bases très solides". Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-07/08/c_1310048511.htm

 

 

Chine : mise en service complète de la plus longue autoroute traversant un désert au monde

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-06-30 à 16:50


Des véhicules circulent sur l'autoroute Beijing-Urumqi dans la région autonome ouïgoure du Xinjiang (nord-ouest de la Chine), le 30 juin 2021. (Photo : Hu Huhu)

URUMQI, 30 juin (Xinhua) -- L'autoroute Beijing-Urumqi, la plus longue autoroute traversant un désert dans le monde, est entièrement ouverte à la circulation depuis mercredi, après la mise en service de sa dernière section dans la région autonome ouïgoure du Xinjiang.

L'autoroute reliant la capitale chinoise, Beijing, à Urumqi, capitale régionale du Xinjiang, possède une longueur totale de 2.800 km, dont plus de 500 km traversent des terres désertiques et inhabitées.

Outre Beijing et le Xinjiang, l'autoroute traverse quatre autres régions de niveau provincial : le Hebei, le Shanxi, la Mongolie intérieure et le Gansu, dans le nord et le nord-ouest de la Chine.

Elle permet de réduire la distance routière entre Urumqi et Beijing de 1.300 km, ce qui en fait la route la plus rapide pour traverser le nord de la Chine. Fin

   1 2 3 4   
 
http://french.xinhuanet.com/2021-06/30/c_1310036329.htm

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans CHINE

PEPE ESCOBAR : LE MIRACLE CHINOIS, REVISITE

Par Le 07/07/2021

Le miracle chinois, revisité

Les exceptionnalistes occidentaux peuvent continuer à piquer leur crise 24/7 à l’infini : cela ne changera pas le cours de l’histoire.

Par Pepe Escobar

Mondialisation.ca, 06 juillet 2021

Strategic Culture Foundation 30 juin 2021

Région : 

Thème: 

 7   0  0 

 

  7

Le centenaire du Parti communiste chinois (PCC) se déroule cette semaine au cœur d’une équation géopolitique incandescente.

La Chine, superpuissance émergente, retrouve la place prépondérante qu’elle a occupée dans le monde au cours des siècles d’histoire, tandis que l’hégémon en déclin est paralysé par le « défi existentiel » posé à sa domination éphémère et unilatérale.

Un état d’esprit de confrontation à spectre complet déjà esquissé dans la National Security Review 2017 américain glisse rapidement vers la peur, la répugnance et une sinophobie implacable.

Ajoutez à cela le partenariat stratégique global entre la Russie et la Chine, qui expose clairement l’ultime cauchemar mackinderien des élites anglo-américaines blasées de « dominer le monde » – pour seulement deux siècles au mieux.

Le Petit Timonier Deng Xiaoping a peut-être inventé la formule ultime pour ce que beaucoup en Occident ont défini comme le miracle chinois :

« Rechercher la vérité dans les faits, et non dans les dogmes, qu’ils soient orientaux ou occidentaux ».

Il n’a donc jamais été question d’intervention divine, mais de planification, de travail acharné et d’apprentissage par essais et erreurs.

La récente session de l’Assemblée nationale populaire en fournit un exemple frappant. Elle a non seulement approuvé un nouveau plan quinquennal, mais aussi une feuille de route complète pour le développement de la Chine jusqu’en 2035 : trois plans en un.

Ce que le monde entier a vu, en pratique, c’est l’efficacité manifeste du système de gouvernance chinois, capable de concevoir et de mettre en œuvre des stratégies géoéconomiques extrêmement complexes après de nombreux débats locaux et régionaux sur un vaste éventail d’initiatives politiques.

Comparez cela aux chamailleries et aux confinements sans fin des démocraties libérales occidentales, qui sont incapables de planifier pour le trimestre suivant, sans parler des quinze prochaines années.

En Chine, les meilleurs et les plus brillants font leur Deng ; ils ne se soucient guère de la politisation des systèmes de gouvernance. Ce qui compte, c’est ce qu’ils définissent comme un système très efficace pour élaborer des plans de développement SMART (spécifiques, mesurables, réalisables, pertinents et limités dans le temps), et les mettre en pratique.

Le vote populaire à 85%

Au début de l’année 2021, avant le début de l’année du Buffle de Métal, le président Xi Jinping a souligné que des « conditions sociales favorables » devraient être réunies pour les célébrations du centenaire du PCC.

Sans tenir compte des vagues de diabolisation venant de l’Occident, pour l’opinion publique chinoise, l’important est de savoir si le PCC a tenu ses promesses. Et il l’a fait (plus de 85% d’approbation populaire). La Chine a contrôlé le Covid-19 en un temps record ; la croissance économique est de retour ; la réduction de la pauvreté a été réalisée ; et l’état civil est devenu une « société modérément prospère » – juste à temps pour le centenaire du PCC.

Depuis 1949, la taille de l’économie chinoise a été multipliée par 189. Au cours des deux dernières décennies, le PIB de la Chine a été multiplié par 11. Depuis 2010, il a plus que doublé, passant de 6 000 à 15 000 milliards de dollars, et représente désormais 17% de la production économique mondiale.

Pas étonnant que la grogne occidentale soit insignifiante. Le patron des investissements de Shanghai Capital, Eric Li, décrit succinctement le fossé de la gouvernance : aux États-Unis, le gouvernement change mais pas la politique. En Chine, le gouvernement ne change pas, mais la politique, oui.

C’est le contexte de la prochaine étape de développement – où le PCC va en fait doubler son modèle hybride unique de « socialisme aux caractéristiques chinoises ».

Le point essentiel est que les dirigeants chinois, par le biais d’ajustements politiques incessants (essais et erreurs, toujours), ont élaboré un modèle de « montée pacifique » – leur propre terminologie – qui respecte essentiellement les immenses expériences historiques et culturelles de la Chine.

Dans ce cas, l’exceptionnalisme chinois signifie respecter le confucianisme – qui privilégie l’harmonie et abhorre le conflit – ainsi que le taoïsme – qui privilégie l’équilibre – plutôt que le modèle occidental hégémonique, bruyant et guerrier.

Cela se traduit par des ajustements politiques majeurs tels que la nouvelle politique de « double circulation », qui met davantage l’accent sur le marché intérieur que sur la Chine en tant qu’ »usine du monde ».

Le passé et l’avenir sont totalement imbriqués en Chine ; ce qui a été fait dans les dynasties précédentes se répercute dans le futur. Le meilleur exemple contemporain est celui des Nouvelles Routes de la Soie, ou Initiative Ceinture et Route (BRI) – le concept primordial de la politique étrangère chinoise dans un avenir prévisible.

Comme l’explique en détail le professeur Wang Yiwei de l’Université Renmin, la BRI est sur le point de remodeler la géopolitique, « en ramenant l’Eurasie à sa place historique au centre de la civilisation humaine ». Wang a montré comment « les deux grandes civilisations de l’Est et de l’Ouest étaient liées jusqu’à ce que la montée de l’Empire ottoman coupe l’Ancienne Route de la Soie ».

Le déplacement de l’Europe vers la mer a conduit à « la mondialisation par la colonisation », au déclin de la Route de la Soie, au déplacement du centre du monde vers l’Ouest, à l’essor des États-Unis et au déclin de l’Europe. Aujourd’hui, selon Wang, « l’Europe est confrontée à une opportunité historique de revenir au centre du monde par la renaissance de l’Eurasie ».

Et c’est exactement ce que l’hégémon va empêcher par tous les moyens.

Zhu et Xi

Il est juste d’affirmer que le pendant historique de Xi est l’empereur Hongwu Zhu, fondateur de la dynastie Ming (1368-1644). L’empereur tenait à présenter sa dynastie comme un renouveau chinois après la domination mongole exercée par la dynastie Yuan.

Xi la présente comme un « rajeunissement chinois » : « La Chine était autrefois une puissance économique mondiale. Cependant, elle a raté sa chance dans le sillage de la révolution industrielle et des changements spectaculaires qui en ont résulté, et a donc été laissée pour compte et a subi l’humiliation d’une invasion étrangère… Nous ne devons pas laisser cette histoire tragique se répéter ».

La différence est que la Chine du XXIe siècle sous Xi ne se repliera pas sur elle-même comme elle l’a fait sous les Ming. Le parallèle pour l’avenir proche serait plutôt avec la dynastie Tang (618-907), qui privilégiait le commerce et les interactions avec le monde en général.

Commenter le torrent de mauvaises interprétations occidentales de la Chine est une perte de temps. Pour les Chinois, l’écrasante majorité de l’Asie, et pour le Sud global, il est beaucoup plus pertinent d’enregistrer comment le récit impérial américain – « nous sommes les libérateurs de l’Asie-Pacifique » – a maintenant été totalement démystifié.

En fait, le président Mao pourrait bien finir par avoir le dernier mot. Comme il l’a écrit en 1957, « si les impérialistes insistent pour lancer une troisième guerre mondiale, il est certain que plusieurs centaines de millions de personnes supplémentaires se tourneront vers le socialisme, et il ne restera plus beaucoup de place sur terre pour les impérialistes ; il est également probable que toute la structure de l’impérialisme s’effondrera complètement ».

Martin Jacques, l’un des très rares Occidentaux à avoir étudié la Chine en profondeur, a souligné à juste titre comment « la Chine a connu cinq périodes distinctes où elle a joui d’une position de prééminence – ou d’une prééminence partagée – dans le monde : une partie des Han, les Tang, sans doute les Song, le début des Ming et le début des Qing ».

Historiquement, la Chine représente donc un renouvellement et un « rajeunissement » continus (Xi). Nous sommes en plein milieu d’une autre de ces phases, menée aujourd’hui par une dynastie du PCC qui, soit dit en passant, ne croit pas aux miracles, mais à la planification pure et dure. Les exceptionnalistes occidentaux peuvent continuer à piquer leur crise 24/7 à l’infini : cela ne changera pas le cours de l’histoire.

Pepe Escobar

Article original en anglais :

The Chinese Miracle, Revisited

Strategic Culture Foundation 30juin 2021

Traduit par Réseau International

Image en vedette : Le 18e Congrès national, convoqué en novembre 2012 (Domaine public)

 

 

Pepe Escobar, né au Brésil, est correspondant et rédacteur en chef d’Asia Times et chroniqueur pour Consortium News et Strategic Culture à Moscou. Depuis le milieu des années 1980, il a vécu et travaillé comme correspondant étranger à Londres, Paris, Milan, Los Angeles, Singapour et Bangkok. Il a largement couvert le Pakistan, l’Afghanistan et l’Asie centrale jusqu’à la Chine, l’Iran, l’Irak et le Moyen-Orient au sens large. Pepe est l’auteur de Globalistan – How the Globalized World is Dissolving into Liquid War ; Red Zone Blues : A Snapshot of Baghdad during the Surge. Il a contribué à la rédaction de The Empire and The Crescent et de Tutto in Vendita en Italie. Ses deux derniers livres sont Empire of Chaos et 2030 (traduit en français). Pepe est également associé à l’Académie européenne de géopolitique, basée à Paris. Lorsqu’il n’est pas sur la route, il vit entre Paris et Bangkok.

Il contribue fréquemment à Global Research.

 

La source originale de cet article est Strategic Culture Foundation

Copyright © Pepe EscobarStrategic Culture Foundation, 2021

https://www.mondialisation.ca/le-miracle-chinois-revisite/5658013

 

Les nouvelles industries, les nouveaux formats commerciaux et les nouveaux modèles commerciaux contribuent davantage à l'économie chinoise en 2020

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-06 à 15:20

BEIJING, 6 juillet (Xinhua) -- La valeur ajoutée des nouvelles industries, des nouveaux formats commerciaux et des nouveaux modèles commerciaux, surnommés l'économie des "trois nouveaux", a contribué davantage à la croissance économique de la Chine l'année dernière, selon les données officielles.

Ces nouveaux moteurs de croissance ont représenté 17,08% du PIB du pays l'année dernière, en hausse de 0,7 point de pourcentage par rapport à l'année précédente, a indiqué mardi le Bureau d'Etat des statistiques (BES).

Calculés aux prix courants, les nouveaux moteurs ont grimpé de 4,5% en 2020 par rapport à l'année précédente, dépassant la croissance du PIB de 1,5 point de pourcentage, a poursuivi le BES.

Une nouvelle industrie implique l'application de nouveaux accomplissements scientifiques et technologiques et de nouvelles technologies pour former une certaine envergure de nouvelles activités économiques. Un nouveau format commercial implique de nouveaux liens, de nouvelles chaînes et de nouvelles formes d'activités dérivées des industries et domaines existants.

Un nouveau modèle commercial implique l'intégration et la réorganisation de divers éléments des opérations de l'entreprise pour atteindre l'objectif de valeur pour le client et de profit durable, formant un mode d'opération commerciale efficace et compétitif.

La valeur ajoutée de l'économie des "trois nouveaux" mesure la valeur ajoutée créée par toutes les unités de résidents permanents d'un pays (ou d'une région) engagées dans les activités de production économique des "trois nouveaux" pendant une certaine période, selon le BES. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-07/06/c_1310045556.htm

 

(COVID-19) Plus de 1,33 milliard de doses de vaccins administrées en Chine

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-07 à 15:25

BEIJING, 7 juillet (Xinhua) -- Plus de 1,33 milliard de doses de vaccins contre la COVID-19 avaient été administrées en Chine mardi, a annoncé mercredi la Commission nationale de la santé. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-07/07/c_1310047630.htm

La 44e session du Comité du patrimoine mondial s'ouvrira le 16 juillet dans l'est de la Chine

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-05 à 21:43


(Xinhua/Li Xin)

BEIJING, 5 juillet (Xinhua) -- La 44e session du Comité du patrimoine mondial de l'UNESCO s'ouvrira le 16 juillet à Fuzhou, capitale de la province chinoise du Fujian (est), a-t-on appris lundi d'une conférence de presse.

La session se déroulera du 16 au 31 juillet et les participants examineront un total de 45 candidatures à l'inscription sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO, a indiqué Tian Xuejun, vice-ministre de l'Education, lors de la conférence de presse.

M. Tian, également directeur de la Commission nationale chinoise pour l'UNESCO, a ajouté que la session se déroulera en ligne après la cérémonie d'ouverture, et qu'il s'agira de la première de ce type à examiner des éléments du patrimoine mondial sur internet.

Zheng Jianmin, vice-gouverneur du Fujian, a promis de redoubler d'efforts pour mettre en oeuvre un contrôle strict de la COVID-19 et assurer la cybersécurité de l'événement.

La Chine compte 55 sites inscrits au patrimoine mondial de l'UNESCO, ce qui la place au premier rang mondial à égalité avec l'Italie, a précisé M. Tian.

Un dossier concernant Quanzhou, ville côtière du Fujian connue comme étant le centre commercial maritime du monde à l'époque de l'ancienne Chine, sera examiné lors de la session, a indiqué Zhang Lei, un responsable de l'Administration nationale du patrimoine culturel.

La 44e session du Comité du patrimoine mondial, initialement prévue du 29 juin au 9 juillet 2020 à Fuzhou, a été reportée en raison de l'impact de la pandémie de COVID-19.

http://french.xinhuanet.com/2021-07/05/c_1310044315.htm

 

 

La politisation de l'origine du nouveau coronavirus entrave les efforts pour trouver des réponses (universitaire)

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-07 à 15:16

BEIJING, 7 juillet (Xinhua) -- Malgré une campagne américaine visant à calomnier la Chine sur l'origine du nouveau coronavirus, de plus en plus de scientifiques et de chercheurs s'opposent à la politisation de ce sujet.

Thomas Abraham, professeur agrégé adjoint au Centre de journalisme et d'études des médias de l'Université de Hongkong, met ainsi en garde contre l'impact négatif de la politisation de l'origine de ce fléau sur la recherche scientifique, dans une tribune parue mardi dans le quotidien The Hindu.

"La polarisation politique ne fera que de créer davantage d'obstacles pour trouver des réponses claires à la source du SRAS-CoV-2", écrit-il. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-07/07/c_1310047621.htm

 

 

(COVID-19) Etats-Unis : 30% des adultes refusent de se faire vacciner, selon un sondage

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-07 à 10:24

NEW YORK, 6 juillet (Xinhua) -- Trente pour cent des adultes américains ne se sont pas fait vacciner contre le nouveau coronavirus et n'entendent pas le faire, jetant une ombre sur la reprise post-pandémie du pays, a rapporté la chaîne ABC.

Parmi ceux qui rejettent la vaccination, 73% pensent que les autorités exagèrent le risque du variant Delta et 79% pensent avoir peu ou pas de risque de tomber malade, selon ce sondage ABC News/Washington Post publié dimanche.

Le président Joe Biden, les autorités sanitaires et d'autres responsables ont décrit ce variant comme plus contagieux que les autres, ce qui pose un risque important pour les personnes non vaccinées, autant qu'il représente maintenant plus d'un quart des nouveaux cas d'infection dans le pays.

"Le plan du gouvernement pour y faire face par la vaccination semble se heurter à un mur. Seuls 60% (des sondés) disent avoir reçu au moins une dose de vaccin contre le coronavirus", a noté ABC.

"Bien que cela soit en deça des estimations officielles (66,8% selon le Centre de contrôle et de prévention des maladies), cela confirme l'échec d'atteindre l'objectif de 70% fixé par M. Biden avec au moins une dose d'ici le 4 juillet", a souligné la chaîne.

"Parmi ceux non vaccinés, une proportion croissante - 74%, contre 55% en avril - disent qu'ils ne se feront probablement ou définitivement pas vacciner", a-t-elle ajouté.

En date de mardi soir, ce fléau a causé plus de 605.000 décès et plus de 33,7 millions de cas d'infection aux Etats-Unis, soit les pires bilans au monde, selon le Centre pour la science et l'ingénierie des systèmes (CSSE) de l'Université Johns Hopkins. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-07/07/c_1310047162.htm

 

Le Zimbabwe reçoit un nouveau lot de doses de vaccin anti-COVID-19 en provenance de Chine

French.xinhuanet.com|Publié le 2021-06-27 à 04:57


(Xinhua/Shaun Jusa)

 

HARARE, 26 juin (Xinhua) -- Le Zimbabwe a reçu samedi un lot de doses de vaccin anti-COVID-19 Sinopharm en provenance de Chine alors que le pays accélère sa vaccination pour lutter contre la troisième vague de la pandémie.

Le pays devrait également recevoir une nouvelle livraison de doses de vaccin de la société pharmaceutique chinoise Sinovac la semaine prochaine.

La dernière livraison de vaccins en provenance de Chine est intervenue à un moment où le Zimbabwe a enregistré un rebond du nombre de cas de COVID-19, incitant les autorités à introduire de nouvelles mesures restrictives pour freiner la propagation du virus.

S'adressant aux médias lors de la cérémonie de réception des vaccins à l'aéroport international R.G. Mugabe de Harare, le ministre des Finances Mthuli Ncube a déclaré que le Trésor avait mis de côté suffisamment de ressources pour l'achat de vaccins, notant qu'en plus de sauver des vies, la campagne de vaccination accélérera la reprise économique.


(Xinhua/Shaun Jusa)

M. Ncube a réaffirmé que l'achat de vaccins contribuerait grandement à répondre à la demande accrue de vaccins à un moment où le Zimbabwe connaît une augmentation du nombre de cas.

S'exprimant à la même occasion, le vice-ministre de la Santé et de la Protection de l'enfance, John Mangwiro, a fait part de sa confiance dans les vaccins achetés en Chine.

"Si vous vérifiez auprès de l'Organisation mondiale de la santé, ces vaccins y sont enregistrés, et vous pouvez voir même les résultats qui sont annoncés partout, je suis sûr que vous pouvez voir que cette vaccination et ce vaccin fonctionnent bien pour nous", a-t-il déclaré à Xinhua.

L'arrivée des vaccins devrait accélérer la campagne de vaccination du Zimbabwe, où jusqu'à présent 725.582 personnes ont reçu une première dose, tandis que 467.733 personnes ont été entièrement vaccinées.

Le Zimbabwe met en œuvre sa campagne de vaccination principalement avec les vaccins chinois Sinopharm et Sinovac. Il a pour objectif de vacciner 60% de ses 14 millions d'habitants pour parvenir à l'immunité collective d'ici la fin de l'année. Fin

http://french.xinhuanet.com/afrique/2021-06/27/c_1310029817.htm

 

Dans CHINE

XI JINPING : AUCUN PAYS NI AUCUNE NATION NE DOIT ETRE LAISSE DE COTE EN MATIERE DE RECHERCHE DU BIEN-ETRE DE L’HUMANITE

Par Le 06/07/2021

Xi Jinping : aucun pays ni aucune nation ne doit être laissé de côté en matière de recherche du bien-être de l'humanité

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-06 à 21:06

BEIJING, 6 juillet (Xinhua) -- Xi Jinping, secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois (PCC) et président chinois, a indiqué mardi que sur la voie du bien-être de l'humanité, aucun pays ni aucune nation ne devrait être laissé de côté.

Tous les pays et toutes les nations ont le même droit aux opportunités de développement et ont droit au développement, a déclaré M. Xi.

M. Xi a fait ces remarques lors d'un discours inaugural au Sommet du PCC et des partis politiques mondiaux par liaison vidéo à Beijing. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021zddh/index.htm

 

Xi Jinping promeut quatre officiers au rang de général

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-05 à 23:37


(Xinhua/Li Gang)

BEIJING, 5 juillet (Xinhua) -- Xi Jinping, président de la Commission militaire centrale (CMC), a promu quatre officiers supérieurs au rang de général, le grade le plus élevé pour les officiers en service actif en Chine.

M. Xi a remis aux officiers les certificats des ordres signés de sa main lors d'une cérémonie organisée lundi par la CMC à Beijing.

Les officiers promus sont Wang Xiubin, commandant du commandement du théâtre sud de l'Armée populaire de libération (APL), Xu Qiling, commandant du commandement du théâtre ouest de l'APL, Liu Zhenli, commandant des forces terrestres de l'APL et Ju Qiansheng, commandant de la Force de soutien stratégique de l'APL.

Xu Qiliang, vice-président de la CMC, a annoncé les ordres de promotion lors de la cérémonie, qui a été présidée par le vice-président de la CMC Zhang Youxia. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-07/05/c_1310044427.htm

 

La Chine démontre les avantages du système socialiste sous la direction du PCC, selon un chef de parti moldave (INTERVIEW)

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-06 à 12:53

BUCAREST, 6 juillet (Xinhua) -- La Chine a démontré les avantages du système socialiste sous la direction du Parti communiste chinois (PCC), a estimé Vladimir Voronine, président du Parti des communistes de la République de Moldavie (PCRM), lors d'une récente interview écrite à Xinhua.

Animé d'une philosophie axée sur le peuple, le PCC a conduit la Chine à éradiquer précisément et systématiquement la pauvreté absolue, note l'ancien président moldave (2001-2009), avant de souligner qu'il s'agissait là d'une "grande victoire" du peuple chinois sous la direction du PCC.

M. Voronine dit accorder une attention particulière aux réalisations de la Chine sous la direction du PCC, bien que sa dernière visite en Chine remonte à près de dix ans.

La Chine s'est hissée au rang de deuxième plus grande économie du monde, observe-t-il, ajoutant qu"'il n'y a aucun doute que la direction du Parti communiste chinois a joué un rôle décisif dans tout ça".

L'ancien président moldave croit fermement que, sous la direction du PCC, ce pays a démontré les avantages du système socialiste et que les initiatives globales qu'il a proposées peuvent ouvrir de nouvelles voies pour le développement humain.

De plus, les efforts déployés par la Chine pour lutter contre la pandémie de nouveau coronavirus ont montré la volonté du PCC de mettre en avant et au centre la population, ce qui est une raison fondamentale de la victoire chinoise contre la pandémie, relève-t-il.

La Chine a été en tête en matière de maîtrise de propagation du virus, d'atténuation des pertes causées par la pandémie et de rétablissement rapide de l'ordre social, poursuit M. Voronine.

En outre, elle "tend la main pour aider les pays et les populations qui manquent de matériel de prévention anti-pandémique en leur fournissant l'équipement médical, les médicaments et les réactifs nécessaires", ajoute-t-il.

"Dans le processus d'accomplissement de sa mission humanitaire internationale, la Chine a démontré les qualités exceptionnelles d'un pays socialiste qui a réussi : ouverture, tolérance et soutien aux faibles et aux nécessiteux", salue le chef du PCRM.

"Le premier centenaire du PCC est une préparation solide pour un nouveau voyage" et ce parti accomplira de nouvelles grandes réalisations dans la cause de la défense de la paix mondiale et de la promotion du développement et de la prospérité de l'humanité, conclut M. Voronine. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-07/06/c_1310045371.htm

 

 

La fondation du PCC constitue un tournant dans l'histoire du monde (expert canadien)

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-06 à 19:14

OTTAWA, 6 juillet (Xinhua) -- La fondation voici 100 ans du Parti communiste chinois (PCC) constitue un tournant dans l'histoire du monde, estime David Lethbridge, ancien directeur de recherche à l'Institut Bethune pour les études antifascistes au Canada.

"Ce qui m'a impressionné le plus, c'est le programme difficile mais réussi de sortir tous les Chinois de la pauvreté", a dit M. Lethbridge, qui est également membre du Parti communiste du Canada.

"C'est une réalisation magnifique, comme l'ont également reconnu les Nations Unies. J'ai également été très impressionné par l'Initiative la Ceinture et la Route qui unit le monde par le commerce et la coopération mutuelle et pacifique", dit-il en faisant l'éloge de la politique chinoise de réforme et d'ouverture.

Par ailleurs, M. Lethbridge met en garde contre les tentatives américaines de vouloir diviser la Chine.

"L'impérialisme ne cessera jamais d'essayer de contrôler le monde. Les Etats-Unis cherchent à devenir l'hégémon dominant et exclusif", prévient-il, appelant les pays du monde entier à "faire ce qu'ils peuvent pour les en empêcher, tout en empêchant la guerre dans le même temps".

M. Lethbridge invoque par ailleurs le médecin canadien Norman Bethune, à la tête d'une équipe médicale qui s'est rendue en Chine en 1938 pour y aider le peuple à combattre les forces d'invasion japonaises pendant la Seconde Guerre mondiale et y est décédé l'année suivante.

Le Dr Bethune, membre du Parti communiste du Canada, a apporté la médecine moderne en Chine et y a soigné d'innombrables villageois malades et soldats blessés. Son engagement désintéressé a profondément marqué le peuple chinois, qui organise chaque année des événements en sa mémoire.

Interrogé sur ce que les gens peuvent tirer de l'exemple de M. Bethune, M. Lethbridge cite le discours qu'il a prononcé lors de l'inauguration d'un hôpital modèle en Chine en 1938. "Vous et nous sommes des internationalistes. Aucune différence de race, de couleur de peau, de langue, ni aucune frontière nationale ne doivent nous séparer ou nous diviser".

"Ce discours a démontré la compréhension profonde de M. Bethune de la dialectique marxiste non seulement en théorie, mais aussi en pratique", estime M. Lethbridge, suggérant que ce discours soit attentivement étudié de façon répétée.

Ces "mots pourraient s'appliquer à la Chine d'aujourd'hui et même au monde entier d'aujourd'hui", pense l'expert. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-07/06/c_1310045948.htm

 

Liban : le Premier ministre par intérim appelle à l'aide internationale rapide et met en garde contre l'effondrement de son pays

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-06 à 22:21

BEYROUTH, 6 juillet (Xinhua) -- Le Premier ministre libanais par intérim Hassan Diab a appelé mardi la communauté internationale à aider son pays à éviter un désastre imminent, avertissant que l'effondrement du Liban affecterait la stabilité de toute la région, a rapporté l'Agence nationale de l'information.

"La situation est devenue claire : le Liban et les Libanais sont au bord de la catastrophe", a-t-il déploré lors d'une rencontre avec des responsables de missions diplomatiques à Beyrouth.

"J'exhorte le monde à sauver le Liban et j'appelle nos frères et nos amis à soutenir le peuple libanais", a-t-il déclaré.

La stabilité du Liban est nécessaire pour maintenir celle de l'ensemble de la région car le pays abrite quelque 1,5 million de réfugiés syriens et des milliers de réfugiés palestiniens, a souligné le Premier ministre par intérim.

M. Diab a appelé la communauté internationale à aider son pays même avant la mise en place de toute mesure de réforme. En effet, les dirigeants libanais se disputent toujours sur la formation d'un gouvernement et le pays ne peut supporter aucun retard supplémentaire. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-07/06/c_1310046268.htm

 

 

Dans CHINE

CHINE : COUP DE JARNAC ANTI-US ?

Par Le 06/07/2021

Après les silos à ICBM, la Chine affûte ses J-20 en mer de Chine si…

Monday, 05 July 2021 1:26 PM  [ Last Update: Monday, 05 July 2021 1:26 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Les avions de guerre chinois en mer de Chine (Archives)

Décidément les Chinois ne le font pas dans la dentelle : Après avoir impressionné le camp d'en face par ces 119 silos pour des missiles balistiques intercontinentaux (ICBM) qu'elle fait construire dans le désert au nord-ouest de la ville de Yumen, dans la province de Gansu, silos dont les images montrent des "sites de construction pratiquement identiques", répartis sur une région de plusieurs centaines de kilomètres carrés, "qui présentent des caractéristiques ressemblant à celles vues sur des sites de lancement abritant déjà l'arsenal de missiles balistiques à têtes nucléaires de la Chine", la voilà au stade de faire une démonstration de force aérienne à coup de J-20, ses avions de 5ème génération.  Après tout, le président Xi Jinping a récemment adressé aux Américains cette mise en garde : "le peuple chinois ne permettra jamais à des forces étrangères de l'intimider, de l'opprimer ou de l'asservir. Quiconque s'y risquerait sera anéanti devant une Grande muraille d'acier édifiée par 1,4 milliard de Chinois". 

Ainsi, la Chine expose 15 jets J-20 à l'occasion de l'anniversaire de la fondation du Parti communiste, ce qui met les États-Unis en état d'alerte sur fond de tensions déjà élevées entre les deux pays. Lors de la cérémonie organisée la semaine dernière pour le 100e anniversaire de la fondation du Parti communiste chinois, Pékin a exhibé sa puissance aérienne militaire. Parmi ses machines de guerre, on pouvait voir notamment 15 chasseurs furtifs J-20 en plein vol, un chiffre record par rapport au défilé de 2019 où seulement trois avions de ce type avait survolé la capitale.

Pékin sort sa puissance furtive!

Pékin sort sa puissance furtive!

La Chine déploiera 150 nouveaux avions de combat furtifs sur sa côte Est.

Pour l'expert militaire Fu Qianshao, l'exposition de 15 avions de combat lors d'un spectacle aérien ou d'un défilé militaire est assez surprenante et montre que la Chine maîtrise la technologie des avions de combat J-20 et est entrée dans la phase de leurs productions en masse. Le Chengdu J-20 est un avion de cinquième génération, conçu avec une capacité d'attaque au sol, et est le troisième avion furtif de technologie de pointe actuellement en service dans le monde, après les F-22 et F-35 américains.

Le premier avion J-20, également connu sous le nom de « puissant dragon », est entré en service en mars 2017. En juillet 2020, la Chine a lancé la production en série de l'avion de combat furtif J-20B. Le South China Morning Post a rapporté jeudi que Pékin avait décidé de mettre en service la première version du J-20 plus tôt que prévu en 2017, alors que les États-Unis commençaient à déployer leur chasseur furtif F-35 de cinquième génération la même année.

Guerre USA/Chine: pronostic russe?

Guerre USA/Chine: pronostic russe?

Mais le J-20 chinois pourrait-il devenir un cauchemar pour les États-Unis ? Les experts pensent que le J-20 est une conception qui entre en compétition avec les modèles occidentaux, en particulier en matière d'électronique et d'armement. Pendant ce temps, la Chine continue d'essayer d'améliorer son moteur.

Lire plus : Mer de Chine orientale: exercices entre les USA et ses alliés 

Le South China Morning Post a noté, dans une note publiée le 26 juin, que la Chine a livré un total de 150 avions de combat J-20 à au moins quatre brigades d'aviation, dont deux bases d'entraînement dans la région autonome de Mongolie intérieure (Chine du Nord) et dans la province du Hebei et deux brigades d'aviation dans les commandements des théâtres nord et est. Ce déploiement, selon les analystes, est un signal d'alarme pour les États-Unis au milieu des tensions sur la question de Taïwan, une île revendiquée par la Chine.

USA: le Rubicon chinois franchi?

USA: le Rubicon chinois franchi?

La mise en garde chinoise intervient après que Taiwan a envoyé ses 4 avions militaires F-16 aux États-Unis en mission d’entraînement.

La question de Taïwan, entre autres, est une source de tension entre Washington et Pékin, et conduit même les observateurs à mettre en garde contre une guerre, alors que les États-Unis renforcent leur présence militaire près de Taïwan.

http://french.presstv.ir/Detail/2021/07/05/661561/Chine-J-20-les-F-35-dans-le-collimateur

Dans CHINE

LA CHINE LANCE UN NOUVEAU SATELLITE METEOROLOGIQUE

Par Le 05/07/2021

La Chine lance un nouveau satellite météorologique

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-05 à 10:03


(Xinhua/Wang Jiangbo)

JIUQUAN, 5 juillet (Xinhua) -- La Chine a envoyé lundi matin un nouveau satellite météorologique en orbite prévue depuis le Centre de lancement de satellites de Jiuquan, dans le nord-ouest de la Chine.

Le satellite, Fengyun-3E (FY-3E), a été lancé par une fusée porteuse Longue Marche-4C à 7h28 (heure de Beijing). Il s'agit de la 377e mission de vol de la série de fusées Longue Marche, d'après l'Administration nationale de l'espace de Chine.

Equipé de 11 charges utiles de télédétection, le satellite FY-3E sera le premier satellite météorologique au monde en orbite crépusculaire pour le service civil.

Il est conçu pour une durée de vie de huit ans et permettra principalement d'obtenir la température et l'humidité de l'atmosphère, ainsi que d'autres paramètres météorologiques pour des applications de prévision numérique, améliorant ainsi la capacité de prévision météorologique de la Chine.

Il surveillera également la couverture mondiale de neige et de glace, la température de surface de la mer, les catastrophes naturelles et l'écologie afin de mieux répondre au changement climatique et de prévenir et d'atténuer les catastrophes météorologiques.

En outre, le satellite surveillera les environnements solaire et spatial et leurs effets, ainsi que les données ionosphériques en vue de répondre aux besoins des prévisions météorologiques spatiales et des services de soutien.

Le satellite et la fusée ont été développés par l'Académie des technologies des vols spatiaux de Shanghai et opèrent sous l'égide de la China Aerospace Science and Technology Corporation. Fin

   1 2 3 4 5 6   
 
http://french.xinhuanet.com/2021-07/05/c_1310043368.htm
 
 

Le PCC renforce ses liens politiques à travers le monde

French.china.org.cn | Mis à jour le 05. 07. 2021 | Mots clés : PCC

Le Parti communiste chinois (PCC) et les partis politiques à travers le monde augmentent leurs interactions, ouvrant la voie au dialogue pour mieux répondre aux tâches et aux défis communs, comme la lutte contre la pandémie de Covid-19, la relance économique mondiale et la construction conjointe des nouvelles Routes de la soie.

Les dirigeants, les officiels et les experts notent que les partis étrangers étudient avec attention pourquoi et comment le PCC et la Chine sont parvenus à accomplir de nombreux succès, tandis que Beijing a également gardé un esprit ouvert pour apprendre du monde extérieur. Le PCC maintient des contacts réguliers avec plus de 560 partis et organisations politiques dans plus de 160 pays.

Depuis l’année dernière, la promotion de la coopération mondiale dans la lutte contre le Covid-19 et l’accélération de la relance économique ont été les deux principaux sujets de discussion du PCC avec ses homologues étrangers, suscitant des réactions positives de la part de la communauté internationale.

La technologie, comme la visioconférence, a permis aux représentants du Parti d’organiser des réunions avec leurs homologues à travers le monde, de l’Afrique du Sud à la région Pacifique en passant par la Turquie.

« Le Parti se soucie du futur de l’humanité et souhaite avancer de concert avec toutes les forces progressives du monde entier », a souligné jeudi dernier le président chinois Xi Jinping, qui est également secrétaire général du Comité central du PCC et président de la Commission militaire centrale, à l’occasion d’un discours marquant le centenaire du PCC.

« La Chine a évolué de façon extraordinaire et j’espère que les autres pays suivront l’exemple de la Chine. […] Au cours des 30 dernières années, la Chine a accompli une croissance économique extraordinaire. Celle-ci ne se ressent pas uniquement par le biais des réserves internationales, mais aussi par la qualité de vie que la population de ce pays a accomplie », a déclaré Luiz Inácio Lula da Silva, ancien président du Brésil et fondateur du Parti des travailleurs brésilien, dans une vidéo enregistrée pour les médias chinois.

Juha-Pekka Väisänen, le président du Parti communiste finlandais, note que « la direction, la planification et beaucoup de motivation » sont à l’origine de la croissance économique rapide de la Chine et de son éradication de la pauvreté absolue.

Les dirigeants politiques des pays insulaires du Pacifique ont fait savoir au PCC au cours d’une visioconférence organisée en mai dernier, qu’ils étaient prêts à maintenir des contacts étroits, à échanger davantage sur les expériences de gouvernance, à mettre pleinement en œuvre la diplomatie entre partis, ainsi qu’à stimuler la coopération dans des domaines comme la lutte contre le Covid-19, le commerce et les infrastructures.

Pour Sam Nujoma, le premier président de Namibie, les échanges entre partis sont un moyen efficace de promouvoir la paix et le développement, mais aussi d’améliorer la gouvernance mondiale. La vision de Beijing d’édifier une communauté de destin pour l’humanité et de développer un nouveau type de relations internationales « a élargi et approfondi le concept et la pratique du multilatéralisme dans la nouvelle ère, remportant les éloges ainsi qu’un large soutien de la communauté internationale », a-t-il souligné.

Guo Yezhou, le directeur adjoint du Département international du Comité central du PCC, indique que le Parti continuera à travailler pour institutionnaliser des plateformes comme le dialogue de haut niveau entre le PCC et les partis politiques mondiaux.

Chea Munyrith, le directeur de projet du Forum de l’Alliance de la société civile au Cambodge, note que le PCC accorde une grande importance aux échanges avec les autres partis politiques et coopère avec ses homologues dans les pays en développement sur un pied d’égalité. « Le PCC mène la coopération, les progrès de la coopération entre la communauté internationale et la Chine avec de nombreux pays dans différents domaines ont été constamment renforcés, tandis que la coopération entre partis s’est déroulée sans accroc », a-t-il déclaré récemment dans une interview au China Daily.

http://french.china.org.cn/china/txt/2021-07/05/content_77607191.htm

 

Xi Jinping participera au Sommet du PCC et des partis politiques mondiaux

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-05 à 22:22


(Xinhua/Xing Guangli)

BEIJING, 5 juillet (Xinhua) -- Le Sommet du Parti communiste chinois (PCC) et des partis politiques mondiaux se tiendra mardi par liaison vidéo. Xi Jinping, secrétaire général du Comité central du PCC et président chinois, participera au sommet à Beijing et prononcera un discours.

Hu Zhaoming, porte-parole du Département international du Comité central du PCC, en a fait l'annonce lundi.

Le thème du sommet est "Pour le bien-être du peuple : la responsabilité des partis politiques", a déclaré M. Hu. Plus de 500 dirigeants de partis politiques et d'organisations politiques de plus de 160 pays, et plus de 10.000 représentants de partis participeront au sommet.

Selon M. Hu, le sommet est un événement diplomatique multilatéral important organisé au moment où le PCC marque son centenaire.

Il vise à renforcer les échanges et l'apprentissage mutuel d'expériences en matière de gouvernance entre le PCC et les partis politiques du monde entier, à répondre conjointement aux défis posés par des changements sans précédent depuis un siècle et par la pandémie mondiale de COVID-19, à renforcer la philosophie et la capacité de recherche du bonheur pour le peuple, à faire progresser la paix et le développement dans le monde, et à promouvoir la construction d'une communauté de destin pour l'humanité, a déclaré le porte-parole.

Guo Yezhou, chef adjoint du Département international du Comité central du PCC, a indiqué lundi lors d'une conférence de presse que l'événement serait la plus grande réunion du plus haut niveau des partis politiques mondiaux jamais organisée par le PCC.

La réunion devrait faciliter un nouveau type de relations entre les partis, visant à élargir les terrains d'entente tout en préservant les différences, et à renforcer le respect et l'apprentissage mutuels, a noté M. Guo.

La réunion devrait également contribuer à améliorer le réseau international multiforme et multiniveau pour les échanges et la coopération entre partis, et à renforcer le dialogue, les interactions, la coopération et la coordination entre les partis politiques du monde entier, a-t-il ajouté.

Plus de 130 envoyés étrangers en Chine assisteront au sommet hors ligne, a-t-il indiqué, ajoutant que l'événement serait diffusé en direct, en ligne et à la télévision, en plusieurs langues. Fin

 

   1 2 3   
 
http://french.xinhuanet.com/2021-07/05/c_1310044359.htm
 
 

Le film « 1921 » en avant-première à Hong Kong

French.china.org.cn | Mis à jour le 05. 07. 2021 | Mots clés : 1921, Hong Kong

 

Ayant pour thème la fondation du Parti communiste chinois (PCC), le film « 1921 » a été projeté le 4 juillet en avant-première au Centre des conventions et expositions de Hong Kong. (Photo : Li Zhihua/VCG)

http://french.china.org.cn/culture/txt/2021-07/05/content_77607016.htm

 
 
Dans CHINE

LA CHINE A OBTENU OFFICIELLEMENT LE STATUT DE NATION SANS PALUDISME

Par Le 04/07/2021

4 Juillet 2021

le Quotidien du Peuple en ligne | 02.07.2021 18h38 

La Chine a validé officiellement son statut de nation sans paludisme auprès de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). Le pays a réussi à ramener le nombre de cas de paludisme de 30 millions par an dans les années 1940 à zéro - un résultat remarquable qui perdure à ce jour, a annoncé l'OMS dans un communiqué le 30 juin.

Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'OMS, a félicité la Chine pour l'éradication du paludisme dans le communiqué. Ce succès durement gagné est le fruit de plusieurs décennies d'action ciblée et durable.

« Les efforts inlassables de la Chine pour franchir cette étape importante montrent qu'un engagement politique fort et le renforcement des systèmes de santé nationaux peuvent aboutir à l'élimination d'une maladie qui constituait autrefois un problème majeur de santé publique. La réussite de la Chine nous rapproche de la vision d'une région du Pacifique occidental sans paludisme. » A déclaré Takeshi Kasai, directeur régional de l'OMS pour le Pacifique occidental.

L'incidence de paludisme en Chine entre 1950 et 2019. (Photo fournie par le Centre de contrôle et de prévention des maladies de Chine)

Selon l'OMS, les pays ou régions ayant enregistré trois années consécutives sans cas de paludisme indigènes et établi un système efficace de détection rapide et de surveillance de paludisme et un plan de contrôle et de prévention du paludisme peuvent valider leur statut de nation sans paludisme auprès de l'OMS, selon les critères de l'organisation. Depuis 2017, la Chine n'a rapporté aucun cas de paludisme indigène. Après quatre années sans un seul cas indigène, la Chine a formulé sa demande officielle de certification auprès de l'OMS en 2020.

Le reportage sur l'obtention de la certification de nation sans paludisme par la Chine sur le site officiel de l'OMS.

L'OMS a détaillé dans son communiqué la pratique et l'expérience de la Chine pour éradiquer le paludisme. Les scientifiques chinois ont découvert et extrait l'artémisinine à partir des herbes médicinales chinoises. Les combinaisons thérapeutiques à base d'artémisinine sont les médicaments les plus efficaces contre le paludisme aujourd'hui. Tu Youyou a ainsi reçu le prix Nobel de physiologie ou médecine. La Chine est l'un des premiers pays à généraliser l'utilisation de moustiquaire imprégnée d'insecticide pour prévenir le paludisme.

Tu Youyou, première lauréate chinoise du prix Nobel de physiologie ou médecine. (Photo archive)

Par ailleurs, la Chine a établi un système national de signalement de maladies transmissibles dont le paludisme et un réseau de laboratoires pour détection de paludisme. Le système de surveillance des vecteurs du paludisme et de la résistance de Plasmodium a été amélioré. La Chine a élaboré une stratégie qui consiste « à tracer les pistes pour supprimer les foyers épidémiques et éliminer la source de l'infection ». En outre, le pays a établi une méthode de travail «1-3-7 » pour le signalement, l'enquête et le traitement du paludisme et « la ligne de défense 3+1 » aux régions frontalières. Selon la méthode «1-3-7 », les cas sont signalés dans un délai d'un jour. La vérification et l'enquête épidémiologique sont réalisées en 3 jours. L'enquête sur le lieu de contamination et d'autres mesures sont menées dans un délai de 7 jours. Cette méthode est déjà devenue la méthode de travail pour éliminer le paludisme au niveau mondial. Elle s'inscrit officiellement dans les documents techniques de l'OMS pour promouvoir son application dans le monde.

Pedro Alonso, directeur du programme mondial contre le paludisme au sein de l'OMS, a salué le progrès et l'expérience de la Chine dans l'éradication du paludisme. La recherche continue de la Chine pendant plusieurs décennies a abouti aux résultats concrets et a produit des impacts importants sur la lutte contre le paludisme dans le monde. Les efforts et l'innovation du gouvernement et du peuple chinois ont accéléré l'éradication du paludisme, a-t-il poursuivi.

En 2019, le monde a enregistré 229 millions de cas de paludisme et 409 000 morts. La Région africaine de l'OMS a concentré plus de 90% des cas et des morts de paludisme.

(Par Zhang Penghui, journaliste du Quotidien du Peuple) 

(Rédacteurs :实习生2, Ying Xie)

source : http://french.peopledaily.com.cn/Chine/n3/2021/0702/c31354-9867909.html

Tag(s) : #Chine

 

Dans CHINE

CHINE : JOIE ET PATRIOTISME SUR LES RESEAUX SOCIAUX CHINOIS POUR LE CENTENAIRE DU PARTI COMMUNISTE CHINOIS

Par Le 02/07/2021

Joie et patriotisme sur les réseaux sociaux chinois pour le centenaire du PCC

French.china.org.cn | Mis à jour le 02. 07. 2021 | Mots clés : Parti communiste chinois

Une joie exaltante et un amour patriotique envers le Parti communiste chinios (PCC) submergeaient jeudi les réseaux sociaux chinois, reflétant la confiance du peuple chinois vis-à-vis de la voie politique de leur pays, alors qu’un grand rassemblement célébrant le centenaire du PCC se déroulait sur la place Tian’anmen à Beijing.

Au cours de cette journée festive, les 50 sujets tendances sur Sina Weibo, le « Twitter chinois », étaient à un moment tous liés au centenaire du PCC et l’un des principaux mots-dièse sur la plateforme, « #Centenaire de la fondation du Parti communiste chinois », avait réalisé plus de 1,3 milliard de vues au moment de la rédaction de cet article, un niveau sans précédent pour un sujet tendance.

Le grand rassemblement a attiré une foule d’internautes chinois qui ont exprimé en ligne leurs bénédictions, ainsi que leur amour patriotique et leur engagement envers le Parti. Des jeunes mariés ont cherché à s’enregistrer jeudi pour ajouter plus de « gloire » à leur grand jour. Un grand nombre d’internautes de tous âges ont indiqué qu’ils n’avaient pu s’empêcher d’applaudir et de verser des larmes lors du discours puissant et émouvant du président Xi Jinping.

D’après les internautes, la phrase « Le peuple chinois ne permettra jamais à aucune force étrangère de nous intimider, de nous opprimer ou de nous subjuguer. Toute personne faisant cette tentative se trouvera sur une trajectoire de collision avec une grande muraille d’acier forgée par plus de 1,4 milliard de Chinois » prononcée par Xi Jinping au cours de la cérémonie a déclenché une « montée d’adrénaline ».

Les pas mesurés des gardes du drapeau national sur la place Tian’anmen ont suscité l’émotion de millions d’internautes. « Ces pas ordonnés sont la meilleure démonstration de la grande et magnifique puissance de notre pays, ainsi que des convictions profondes au cours des 100 dernières années », a ainsi commenté un internaute.

Ce grand moment du PCC a également suscité un pic des enregistrements de mariages, les jeunes mariés cherchant à ajouter plus de « gloire » à leur grand jour au cours de cette occasion spéciale. D’après le Global Times, qui a contacté les bureaux d’enregistrement des mariages de plusieurs villes, le nombre de couples enregistrés jeudi a largement surpassé celui enregistré habituellement en semaine.

Un employé du Bureau des affaires civiles de Jinan, dans la province orientale chinoise de Shandong, note qu’« un grand nombre de couples venus s’enregistrer jeudi portaient un emblème du Parti ».

Liu Shasha, une habitante de Beijing qui a finalisé jeudi matin l’enregistrement de son mariage avec son conjoint, explique qu’ils ont choisi cette date « en souhaitant que notre amour dure 100 ans, comme le centenaire du Parti ».

Des millions de membres du Parti ne cachaient pas leur enthousiasme et leur fierté d’être membres du PCC, prenant d’assaut les réseaux sociaux pour partager le nombre d’années depuis qu’ils ont rejoint le Parti et évoquer les raisons qui les ont poussés à rejoindre le Parti.

Après un siècle d’essais et de d’épreuves, le nombre de membres du PCC est passé d’une cinquantaine à sa fondation à plus de 95 millions aujourd’hui. Les histoires que ces membres ont partagé en vidéo montrent que le peuple chinois, et notamment les jeunes générations, héritent de leurs convictions par leur famille et sont convaincus que seul le PCC peut sauver la Chine.

« Soyez assurés que ce pays fort peut compter sur moi! » L’engagement à la cause du Parti, que les représentants de la Ligue de la jeunesse communiste chinoise et des Jeunes pionniers ont pris lors de la cérémonie, a exprimé la confiance des jeunes Chinois envers le Parti et le pays, ainsi que leur conviction profonde dans la voie politique de la Chine.

« Le Parti est le soleil levant, dispersant les ténèbres, apportant la lumière et illuminant ce beau pays qu’est la Chine », ont déclaré les représentants.

Les candidatures, les emblèmes du Parti et les carnets de travail présentés par les membres du Parti et les internautes dans leurs messages sur Internet ont par ailleurs exprimé de façon saisissante leur aspiration initiale: « Poursuivre la lumière, devenir la lumière et répandre la lumière. »

http://french.china.org.cn/china/txt/2021-07/02/content_77602500.htm

 

Shanghai : les habitants regardent en masse la retransmission en direct de la grande cérémonie en célébration du centenaire du PCC

French.china.org.cn | Mis à jour le 02. 07. 2021 | Mots clés : Shanghai,centenaire du PCC

Le 1er juillet, une grande cérémonie en célébration du centenaire du Parti communiste chinois (PCC) a commencé à 8h sur la place Tian’anmen, à Beijing. Dans la ruelle Hengfengli, à Shanghai, des habitants ont regardé en masse la retransmission en direct pour célébrer ensemble le centenaire du PCC.

1   2   3   4   5   6   >  
 
http://french.china.org.cn/china/txt/2021-07/02/content_77602631.htm
 
 
 
Dans CHINE

LE PARTI COMMUNISTE CHINOIS : 100 ANS ET 95 MILLIONS DE MILITANTS

Par Le 01/07/2021

1 Juillet 2021

Publié par  | Juil 1, 2021 | 

La Chine célèbre ce 1er juillet le centenaire du Parti communiste chinois (PCC). Fondé en 1921, le parti dirigeant de la République populaire de Chine depuis 1949 bat un record de longévité. Plus de 95 millions de Chinois en sont membres, un chiffre en constante augmentation. «Preuve que le PCC reste attractif, et semble bien parti pour un second centenaire», pour l’agence de presse, Xinhua.

Lire aussi : Xi Jinping, secrétaire général du PCC, au cœur de la montée en puissance de la Chine: 1921-2021

Le Parti communiste chinois (PCC) comptait 95,148 millions de membres selon un bilan établi le 5 juin, a annoncé mercredi le Département de l’organisation du Comité central du PCC.

Logo du centenaire du PCC

Le chiffre représente une croissance de 3,5% par rapport à fin 2019 et a été multiplié environ par 20 depuis 1949, l’année où la République populaire de Chine a été fondée, a indiqué le département dans un rapport publié dans le cadre du centenaire du PCC le 1er juillet.

En 1921 à sa fondation, le PCC comptait 51 membres. Près de 2,31 millions de personnes ont adhéré au PCC au premier semestre de l’année 2021, ajoute le communiqué.

« La croissance continue des membres illustre la forte vitalité du Parti et la prospérité de la cause du Parti », selon le communiqué. Le nombre d’organisations de base du Parti a été multiplié par près de 24, passant de 195.000 en 1949 à 4,86 millions, selon la même source.

La hausse du nombre d’adhérents au parti atteste pour certains experts chinois du succès de la politique du PCC autour du peuple. New China Research, le groupe de réflexion de l’agence de presse Xinhua, a publié un rapport de recherche sur l’engagement politique du Parti communiste chinois (PCC) à l’approche de son centenaire le 1er juillet, et intitulé « Le peuple d’abord : l’engagement politique du Parti communiste chinois centenaire ».

Ainsi, des experts du monde entier pensent que la clé du succès du PCC au cours du siècle dernier est sa philosophie centrée sur l’être humain.

« Mettre le peuple à la première place » est une philosophie de base du PCC. Cela signifie servir le peuple de tout son cœur et faire du peuple le point de départ fondamental de la formulation des politiques et de la gouvernance du pays, a expliqué Chen Gang, directeur adjoint de l’Institut d’Asie de l’Est de l’Université nationale de Singapour.

Ce concept de gouvernance consiste à « servir le plus large éventail de personnes, pas servir quelques personnes », a-t-il dit, ajoutant qu’un tel concept a été appliqué à tous les aspects de la vie sociale, politique et économique de la Chine, aidant le PCC à conquérir une vaste base populaire.

Interrogé par l’agence de presse, Xinhua, Cavince Adhere, spécialiste des relations internationales basé au Kenya, a expliqué que le PCC a permis l’établissement d’un consensus et une gouvernance participative où chacun, « indépendamment de sa position géographique, quel que soit son rang, au sein du gouvernement, au sein du système sociétal », apporte une contribution et peut voir sa voix entendue, ce qui se traduit par « un degré très élevé de confiance du public dans le gouvernement ».

« Le leadership du PCC est centré sur les gens valorise leurs intérêts, leur bien-être et leur durabilité », a ajouté l’experte. S’agissant de la gouvernance du PCC, le facteur le plus important est probablement « d’accroître le rôle du parti dans la gouvernance de la Chine ainsi que la gouvernance du parti lui-même, en commençant notamment par la campagne anti-corruption », a de son côté souligné Robert Lawrence Kuhn, président de la Fondation Kuhn.

En luttant contre la corruption, le PCC « accroît la confiance du public, augmentant la confiance dans la direction continue du parti … afin que le parti fonctionne plus efficacement, prenant des décisions pour le bien général, non biaisées par le gain personnel ».

L’objectif du PCC est de ne laisser « personne de côté » au niveau national en améliorant les moyens de subsistance et en promouvant la construction d’une communauté de destin pour l’humanité à l’échelle internationale, a indiqué Somchith Souksavath, assistant du président de l’Académie laotienne des sciences sociales. «Une telle cohérence des politiques internes et externes du PCC est convaincante», a-t-il ajouté. , Zamir Awan,

source : https://www.chine-magazine.com/le-parti-communiste-chinois-100-ans-et-95-millions-de-militants/

Tag(s) : #PCC#Chine#Communiste

Dans CHINE

ONU : LA CHINE EXHORTE LES USA A REVENIR DANS L’ACCORD SUR LE NUCLEAIRE IRANIEN SANS CONDITIONS PREALABLES

Par Le 01/07/2021

ONU: la Chine exhorte les USA à revenir dans l’accord sur le nucléaire iranien sans conditions préalables

ONU: la Chine exhorte les USA à revenir dans l’accord sur le nucléaire iranien sans conditions préalables

folder_openAmériques access_timedepuis 7 minutes

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec Xinhua

Geng Shuang, représentant permanent adjoint de la Chine auprès des Nations Unies, a exhorté mercredi les Etats-Unis à revenir dans le cadre du Plan d'action global commun (PAGC), communément appelé l'accord sur le nucléaire iranien.

«Il incombe aux Etats-Unis, qui en est l'initiateur, de prendre l'initiative de revenir au PAGC sans conditions préalables», a déclaré M. Geng lors d'un briefing du Conseil de sécurité sur la non-prolifération concernant la mise en œuvre de la résolution 2231.

«L'Iran, sur cette base, devrait par la suite également revenir à une conformité totale. C'est la bonne façon de remettre l'accord sur le nucléaire iranien sur les rails et de parvenir à une désescalade de la situation dans la région», a-t-il ajouté.

La résolution 2231 du Conseil de sécurité était une résolution du 20 juillet 2015 approuvant le PAGC. Elle définit un processus et un calendrier d'inspection tout en préparant la levée des sanctions des Nations Unies contre l'Iran. Les 15 pays du Conseil de sécurité ont approuvé à l'unanimité cette résolution, qui avait été négociée par les membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies - la Chine, la France, la Russie, le Royaume-Uni et les Etats-Unis - plus l'Allemagne, l'Union européenne et l'Iran.

Notant que le PAGC est un résultat diplomatique obtenu grâce au travail acharné de toutes les parties engagées dans des consultations et des négociations, M. Geng a estimé qu'il incarnait la pratique réussie du multilatéralisme.

«C'est une garantie essentielle pour le régime international de non-prolifération nucléaire ainsi que pour la paix et la stabilité au Moyen-Orient», a souligné le diplomate chinois.

«Les Etats-Unis, au mépris de l'opposition de la communauté internationale, ont obstinément effectué un retrait unilatéral de l'accord, et ont continué à exercer une pression maximale sur l'Iran. C'est là la racine du dilemme actuel de la question nucléaire iranienne», a noté M. Geng.

Les Etats-Unis avaient annoncé leur retrait du PAGC le 8 mai 2018.

Ce retrait «a entraîné un grave déficit de confiance entre les Etats-Unis et l'Iran. Cela entrave considérablement la reprise des négociations sur la conformité entre les deux parties», a déploré M. Geng.

«Par crainte que les Etats-Unis ne se retirent à nouveau de l'accord, l'Iran a demandé à l'administration américaine actuelle de fournir une garantie qu'elle ne répétera pas le retrait unilatéral du PAGC», a souligné M. Geng.

«Cette demande est tout à fait compréhensible et mérite une réponse. Nous espérons que toutes les parties adopteront une attitude positive et feront preuve de sagesse politique pour trouver une solution», a-t-il souhaité.

https://french.alahednews.com.lb/40558/347

iran accord nucleaire etats unis

Dans CHINE

CHINE : CEREMONIE MARQUANT LE CENTENAIRE DU PARTI COMMUNISTE CHINOIS (PCC)

Par Le 01/07/2021

 

Chine : cérémonie marquant le centenaire du PCC

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-01 à 11:30

Cérémonie de lever du drapeau national lors d'un grand rassemblement célébrant le centenaire du Parti communiste chinois (PCC), sur la place Tian'anmen, à Beijing, capitale chinoise, le 1er juillet 2021. (Photo : Ma Ning)

BEIJING, 1er juillet (Xinhua) -- Une cérémonie a été organisée pour marquer le centenaire du PCC, sur la place Tian'anmen à Beijing, capitale chinoise, le 1er juillet 2021.

Cérémonie marquant le centenaire du Parti communiste chinois (PCC), sur la place Tian'anmen à Beijing, capitale chinoise, le 1er juillet 2021. (Photo : Chen Zhonghao)

Des représentants des membres de la Ligue de la jeunesse communiste chinoise et des jeunes pionniers rendent hommage au Parti communiste chinois (PCC) et expriment leur engagement dans la cause du Parti lors d'une cérémonie marquant le centenaire du PCC, sur la place Tian'anmen à Beijing, capitale chinoise, le 1er juillet 2021. (Photo : Pang Xinglei)

Cérémonie de lever du drapeau national lors d'un grand rassemblement célébrant le centenaire du Parti communiste chinois (PCC), sur la place Tian'anmen, à Beijing, capitale chinoise, le 1er juillet 2021. (Photo : Shen Hong)

Des avions militaires survolent la place Tian'anmen en échelons avant une cérémonie marquant le centenaire du Parti communiste chinois (PCC), à Beijing, capitale chinoise, le 1er juillet 2021. (Photo : Ren Chao)

Cérémonie de lever du drapeau national lors d'un grand rassemblement célébrant le centenaire du Parti communiste chinois (PCC), sur la place Tian'anmen, à Beijing, capitale chinoise, le 1er juillet 2021. (Photo : Shen Hong)

Des avions militaires survolent la place Tian'anmen en échelons avant une cérémonie marquant le centenaire du Parti communiste chinois (PCC), à Beijing, capitale chinoise, le 1er juillet 2021. (Photo : Zhang Chen)

Des choristes chantent à l'approche d'une cérémonie marquant le centenaire du Parti communiste chinois (PCC), sur la place Tian'anmen à Beijing, capitale chinoise, le 1er juillet 2021. (Photo : Yin Gang)

http://french.xinhuanet.com/2021-07/01/c_1310037994.htm

 

Xi Jinping prononce un discours à la cérémonie marquant le centenaire du PCC

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-01 à 08:32


(Xinhua/Ju Peng)

BEIJING, 1er juillet (Xinhua) -- Xi Jinping, secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois (PCC), président chinois et président de la Commission militaire centrale, a commencé à prononcer un discours important lors d'une cérémonie marquant le centenaire du PCC jeudi. Fin

   1 2 3   
 
http://french.xinhuanet.com/2021-07/01/c_1310037146.htm
 
 

Xi Jinping : la Chine achève la construction d'une société modérément prospère à tous égards

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-01 à 08:47

BEIJING, 1er juillet (Xinhua) -- Xi Jinping, secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois (PCC), a annoncé jeudi que la Chine avait réalisé l'objectif du premier centenaire -- construire une société modérément prospère à tous égards.

"Cela signifie que nous avons apporté une résolution historique au problème de la pauvreté absolue en Chine, et nous avançons désormais avec confiance vers l'objectif du deuxième centenaire, à savoir faire de la Chine un grand pays socialiste moderne à tous égards", a déclaré M. Xi, également président chinois et président de la Commission militaire centrale, lors d'une cérémonie marquant le centenaire du PCC. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-07/01/c_1310037230.htm

 

 

Xi Jinping : le renouveau de la nation chinoise est un processus historique irréversible

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-01 à 09:20

BEIJING, 1er juillet (Xinhua) -- Xi Jinping, secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois (PCC), a annoncé jeudi que le PCC et le peuple chinois, par leur lutte courageuse et opiniâtre, avaient déclaré au reste du monde que la réalisation du grand renouveau de la nation chinoise était entrée dans un processus historique irréversible.

Ils ont montré au reste du monde que la nation chinoise avait réalisé une grande transformation, passant d'une nation qui s'est relevée à une nation prospère, puis à une nation puissante, a indiqué M. Xi.

M. Xi, qui est également président chinois et président de la Commission militaire centrale, a fait ces remarques dans son discours prononcé lors d'une cérémonie marquant le centenaire du PCC. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-07/01/c_1310037410.htm

 

Xi Jinping : la direction ferme du PCC doit être maintenue

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-01 à 09:34

BEIJING, 1er juillet (Xinhua) -- Xi Jinping, secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois (PCC), a déclaré jeudi qu'il fallait maintenir la direction ferme du PCC.

M. Xi, qui est également président chinois et président de la Commission militaire centrale, a fait ces remarques lors d'une cérémonie organisée à Beijing pour marquer le centenaire du PCC.

La direction du Parti est la marque essentielle du socialisme à la chinoise, le plus grand avantage du régime socialiste à la chinoise, la question de vie ou de mort pour le Parti et l'Etat, ainsi que la clé des intérêts et du destin de notre peuple multiethnique, a indiqué M. Xi. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-07/01/c_1310037486.htm

 

Xi Jinping : ni l'agression ni l'hégémonisme ne font partie de l'ADN des Chinois

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-01 à 10:49

BEIJING, 1er juillet (Xinhua) -- Xi Jinping, secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois (PCC), a déclaré jeudi que ni l'agression ni l'hégémonisme ne faisaient partie de l'ADN des Chinois.

Le Parti communiste chinois se soucie de l'avenir et du destin de l'humanité, et marche main dans la main avec les éléments progressistes du monde entier, s'est ainsi exprimé M. Xi, qui est également président chinois et président de la Commission militaire centrale, lors d'une cérémonie marquant le centenaire du PCC.

La Chine est toujours prête à défendre la paix mondiale, à contribuer au développement planétaire et à sauvegarder l'ordre international, d'après M. Xi. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-07/01/c_1310037881.htm

 

Xi Jinping : l'esprit de la fondation du PCC est une source de force

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-01 à 09:25

BEIJING, 1er juillet (Xinhua) -- Xi Jinping, secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois (PCC), a déclaré jeudi que le grand esprit de la fondation du PCC était la source de force du Parti.

D'après lui, il y a un siècle, des pionniers fondèrent le Parti communiste chinois. C'est ainsi qu'est né l'esprit de la fondation du Parti : défendre la vérité, persévérer dans l'idéal, tenir l'engagement initial, assumer la mission, lutter courageusement sans craindre les sacrifices, rester fidèle au Parti et se montrer digne de la confiance du peuple.

M. Xi, qui est également président chinois et président de la Commission militaire centrale, a fait ces remarques lors d'une cérémonie marquant le centenaire du PCC. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-07/01/c_1310037437.htm

 

Xi Jinping : le peuple chinois ne saurait tolérer en aucune manière qu'une force étrangère le malmène, l'opprime ou l'asservisse

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-07-01 à 09:58

BEIJING, 1er juillet (Xinhua) -- Le peuple chinois ne saurait tolérer en aucune manière qu'une force étrangère le malmène, l'opprime ou l'asservisse, a déclaré jeudi Xi Jinping, secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois (PCC).

"Quiconque tentera d'agir ainsi se brisera sur la Grande Muraille d'airain que plus de 1,4 milliard de Chinois ont érigée avec leur chair et leur sang", a indiqué M. Xi, qui est également président chinois et président de la Commission militaire centrale, lors d'une cérémonie marquant le centenaire du PCC.

"Le peuple chinois n'a jamais malmené, opprimé, ni asservi d'autres peuples. Il ne l'a jamais fait et il ne le fera jamais", a souligné M. Xi.

La Chine est toujours prête à construire la paix mondiale, à contribuer au développement planétaire et à sauvegarder l'ordre international, a fait remarquer M. Xi, appelant aux efforts continus pour promouvoir la construction d'une communauté de destin pour l'humanité. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-07/01/c_1310037653.htm 

Dans CHINE

XI JINPING ET VLADIMIR POUTINE ANNONCENT LA PROLONGATION DU TRAITE DE BON VOISINAGE ET DE COOPERATION AMICALE CHINE-RUSSIE

Par Le 29/06/2021

Xi Jinping et Vladimir Poutine annoncent la prolongation du Traité de bon voisinage et de coopération amicale Chine-Russie

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-06-28 à 22:54


(Xinhua/Xie Huanchi)

BEIJING, 28 juin (Xinhua) -- Le président chinois Xi Jinping et le président russe Vladimir Poutine ont publié un communiqué conjoint lundi, annonçant officiellement la décision de prolonger le Traité de bon voisinage et de coopération amicale Chine-Russie.

Cette annonce est intervenue lors d'un entretien entre les deux chefs d'Etat par liaison vidéo.

Saluant le prochain 20e anniversaire de la signature du traité, M. Xi a indiqué à Beijing que le traité a établi l'idée d'une amitié durable, qui est conforme aux intérêts fondamentaux des deux pays ainsi qu'aux thèmes de l'époque de la paix et du développement.

Le traité est un exemple frappant de la promotion d'un nouveau type de relations internationales et de la construction d'une communauté de destin pour l'humanité, a indiqué M. Xi.

Il a qualifié des relations sino-russes actuelles de "matures, stables et solides", qui sont capables de "résister à l'épreuve de tout changement dans la situation internationale".

Les deux parties se soutiennent fermement sur les questions concernant les intérêts clés de chacune et ont mené une coordination stratégique efficace, préservant fortement les intérêts communs des deux pays, a noté M. Xi.

Les résultats de la coopération pragmatique, avec une qualité et une quantité croissantes, sont fructueux, a ajouté M. Xi.

Mettant l'accent sur leur étroite coordination dans les affaires internationales, M. Xi a déclaré que les deux pays avaient préservé ensemble un véritable multilatéralisme ainsi que l'équité et la justice internationales.

"La Chine et la Russie ont injecté une énergie positive dans la communauté internationale et ont établi un nouveau type de relations internationales grâce à leur coopération étroite, alors que le monde entre dans une période de turbulences et de changements, et que le développement de l'humanité est confronté à de multiples crises", a déclaré M. Xi.

Il a appelé les deux parties à faire le point sur leurs expériences réussies et à faire la conception de haut niveau de nouveaux objectifs et tâches dans le cadre d'une coopération dans différents domaines, de manière à donner un sens nouveau au traité.

"Sous la direction du traité, les deux pays continueront à faire des efforts concertés et à avancer fermement malgré les difficultés et les obstacles à venir", a déclaré M. Xi. Fin

   1 2   
 
http://french.xinhuanet.com/2021-06/28/c_1310032740.htm
 
 

La Chine organise un spectacle pour célébrer le centenaire du PCC

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-06-29 à 09:12
La Chine organise un spectacle pour célébrer le centenaire du PCC French.xinhuanet.com | Publié le 2021-06-29 à 09:12 (Xinhua/Ju Peng) BEIJING, 29 juin (Xinhua) -- Un spectacle artistique a eu lieu à Beijing lundi soir pour célébrer le 100e anniversaire de la fondation du Parti communiste chinois (PCC). Les dirigeants du Parti et de l'Etat Xi Jinping, Li Keqiang, Li Zhanshu, Wang Yang, Wang Huning, Zhao Leji, Han Zheng et Wang Qishan se sont joints à quelque 20.000 personnes pour assister à ce spectacle, intitulé "Le Grand Voyage", au stade national. Lundi vers 19h57, M. Xi et d'autres dirigeants chinois se sont rendus sur la tribune, saluant le public sous les applaudissements et les acclamations. Avec des feux d'artifice dans le ciel formant le nombre 100 au-dessus du stade, le spectacle a pu débuter. Le spectacle épique, divisé en quatre parties, dépeint la manière dont le peuple chinois, sous la direction du PCC, a mené la révolution, la construction et la réforme au cours des cent dernières années. Il a loué le fait que sous la forte direction du Comité central du PCC avec le camarade Xi Jinping comme noyau dirigeant depuis le 18e Congrès national du PCC, le socialisme à la chinoise est entré dans une nouvelle ère, alors que la Chine s'engage dans un nouveau voyage vers la construction d'un pays socialiste moderne. A l'issue du spectacle, le public s'est levé pour chanter "Sans le Parti communiste, il n'y aurait pas de Chine nouvelle". Des amis étrangers importants, des envoyés diplomatiques et des représentants d'organisations internationales à Beijing, ainsi que des experts étrangers, étaient également invités à l'événement. Fin
 
1 2 3 4 5 6 7 8
 
http://french.xinhuanet.com/2021-06/29/c_1310033518.htm
 
 
Dans CHINE

LANCEMENT D'UN SITE SUR LA DIPLOMATIE DE LA CHINE DANS LA NOUVELLE ERE

Par Le 28/06/2021

Lancement d'un site sur la diplomatie de la Chine dans la nouvelle ère

French.china.org.cn | Mis à jour le 28. 06. 2021 | Mots clés : Chine-Xi Jinping-diplomatie

Un site Internet intitulé "La diplomatie chinoise dans la nouvelle ère" a été lancé en chinois et en anglais lundi.

Le site Internet a été créé conjointement par le Centre d'informations Internet de Chine (China.org.cn/China.com.cn), relevant du Groupe international de publication de Chine, et l'Institut d'études internationales de Chine (Centre d'étude de la pensée de Xi Jinping sur la diplomatie), sous l'orientation du Département de l'information du Comité central du Parti communiste chinois (PCC) et du ministère des Affaires étrangères. Le site sert de plate-forme officielle pour présenter et populariser la pensée de Xi Jinping sur la diplomatie.

Le site se concentre sur les activités, remarques, déclarations et articles importants de Xi Jinping concernant les affaires étrangères, ainsi que sur les écrits et les études sur la pensée de Xi Jinping au sujet de la diplomatie depuis le 18e Congrès national du PCC. Le site donne également vie aux activités diplomatiques de Xi Jinping grâce à une carte dynamique en ligne. Visant à illustrer une diplomatie de grand pays à la chinoise, guidée par la pensée de Xi Jinping sur la diplomatie, le site fournit constamment les dernières nouvelles et informations sur les affaires étrangères et les politiques diplomatiques de la Chine.

Des versions en d'autres langues sont prévues, et le site est consultable à l'adresse : http://www.chinadiplomacy.org.cn.

http://french.china.org.cn/china/txt/2021-06/28/content_77592509.htm

 

La Chine et la Russie conviennent de prolonger le Traité de bon voisinage et de coopération amicale

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-06-28 à 18:13

BEIJING, 28 juin (Xinhua) -- Le président chinois Xi Jinping s'est entretenu lundi avec le président russe Vladimir Poutine par liaison vidéo, à Beijing.

Les chefs d'Etat des deux pays ont publié un communiqué conjoint annonçant officiellement la prolongation du Traité de bon voisinage et de coopération amicale Chine-Russie. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-06/28/c_1310032399.htm

 

Le PCC entretient des contacts réguliers avec plus de 560 partis politiques et organisations à travers le monde

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-06-28 à 10:55

BEIJING, 28 juin (Xinhua) -- Le Parti communiste chinois (PCC) a maintenu des contacts réguliers avec plus de 560 partis politiques et organisations politiques de quelque 160 pays et régions du monde, selon un responsable du PCC.

Guo Yezhou, directeur adjoint du Département international du Comité central du PCC, a cité ces statistiques lors d'une conférence de presse tenue lundi à Beijing pour marquer le 100e anniversaire de la fondation du PCC.

"Le PCC s'est fait des amis dans le monde entier", a déclaré M. Guo. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-06/28/c_1310031694.htm

 

 

Dans CHINE

DISCOURS A LA CEREMONIE COMMEMORANT LE CENTENAIRE DE LA LIGUE DE LA JEUNESSE COMMUNISTE DE CHINE

Par Le 16/05/2022

15 Mai 2022

le Quotidien du Peuple en ligne | 13.05.2022 10h45 
Une cérémonie commémorant le centenaire de la Ligue de la jeunesse communiste de Chine (LJCC) a été organisée dans la matinée du 10 mai au Grand Palais du Peuple, à Beijing. Xi Jinping, secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois (PCC), président de la République populaire de Chine et président de la Commission militaire centrale, a prononcé un discours important lors de la cérémonie.

Discours à la cérémonie commémorant le centenaire de la Ligue de la jeunesse communiste de Chine

Le 10 mai

Xi Jinping

Chers camarades de la Ligue de la jeunesse communiste,

Chers jeunes amis,

Chers camarades,

La jeunesse représente l'espoir illimité et les jeunes créent un bel avenir. Une nation qui place de grands espoirs sur ses jeunes et maintient sa vigueur de la jeunesse prospèrera.

Aujourd'hui, si nous sommes solennellement réunis pour commémorer le centenaire de la Ligue de la jeunesse communiste de Chine (LJCC), c'est pour encourager les jeunes, membres ou non de la Ligue, à aller vaillamment de l'avant sur la nouvelle marche de la réalisation du rêve chinois du grand renouveau national.

Au nom du Comité central du Parti communiste chinois (PCC), je tiens d'abord à adresser mes chaleureuses félicitations et mes sincères salutations à tous les membres de la LJCC, aux organisations aux différents échelons de la LJCC, ainsi qu'à tous les cadres de la LJCC.

Chers camarades de la LJCC,

Chers jeunes amis,

Chers camarades,

La nation chinoise est une nation ancienne ayant connu des hauts et des bas tout au long de sa longue histoire, mais elle est aussi une nation jeune et pleine de vitalité qui n'a jamais cessé de faire des efforts pour progresser. Au cours d'une histoire cinq fois millénaire de la Chine, nombreux sont les héros qui se sont fait remarquer tout jeunes. Depuis toujours, nous sommes convaincus que les choses évoluent sans cesse et que les talents émergent sans arrêt. Nous croyons que la puissance d'un pays réside dans la force des jeunes et que le pays s'évolue quand les jeunes font des progrès. Nous sommes persuadés que c'est en vous que réside l'espoir. Depuis des milliers d'années, la jeunesse, avec sa force, son dynamisme et sa créativité, stimule constamment le développement de la nation chinoise et permet à la Chine de tenir son rang dans le concert des nations.

Le destin des jeunes est toujours étroitement lié à leur époque. Après la guerre de l'Opium en 1840, la Chine est tombée progressivement dans l'état d'une société semi-coloniale et semi-féodale. La patrie humiliée, le peuple accablé de souffrances, notre civilisation éclipsée : jamais la nation chinoise n'avait connu pareil malheur. Des hommes et des femmes de bonne volonté se sont lancés dans la lutte pour l'indépendance nationale et l'émancipation du peuple et un grand nombre de jeunes d'avant-garde ont commencé à être éclairés à cette « époque du réveil ». Le grand mouvement du 4 Mai 1919 a favorisé la diffusion du marxisme en Chine, préludant ainsi à la révolution de démocratie nouvelle et démontrant que la jeunesse chinoise est désormais devenue un détachement d'avant-garde dans la promotion de la transformation sociale chinoise.

Le réveil de la jeunesse et la diffusion des idées avancées ont apporté à la révolution chinoise de nouvelles perspectives. Le PCC est né dans le processus d'alliance du marxisme-léninisme avec le mouvement ouvrier chinois. Dès ses premiers jours, le PCC porte une grande attention aux jeunes et place les espoirs de la révolution sur eux. Le Ier Congrès du Parti a étudié la question sur la fondation et le développement d'une ligue de jeunesse comme école de réserve du Parti. Le 5 mai 1922, grâce à la sollicitude et à la direction du Parti, la LJCC a vu le jour, marquant un jalon dans l'histoire de la révolution et du mouvement de la jeunesse de la Chine.

L'engagement initial de la LJCC consiste à suivre inébranlablement le Parti et à travailler dur pour le Parti et le peuple. Depuis un siècle, sous la ferme direction du Parti, la LJCC, fidèle à son engagement initial et gardant toujours à l'esprit sa mission, s'est tenue à l'avant-garde des jeunes et a organisé et guidé les jeunes, génération après génération, pour qu'ils raffermissent leur foi, suivent de près le Parti et contribuent leur force à l'indépendance nationale, à l'émancipation du peuple, à la prospérité du pays et au bonheur du peuple, écrivant ainsi un mouvement galvanisant la jeunesse dans la symphonie du grand renouveau de la nation chinoise.

Durant la période de la révolution de démocratie nouvelle, la LJCC a largement répandu le marxisme, éclairé les jeunes avec des idées avancées pour qu'ils se réveillent et rassemblent leur énergie. La Ligue a uni autour d'elle les jeunes et les a conduits à se lancer activement dans les mouvements ouvrier, paysan et estudiantin anti-impérialistes et antiféodaux, à se joindre aux armées révolutionnaires dirigées par le Parti, et à monter à l'assaut dans la lutte grandiose visant à jeter à bas les seigneurs de guerre, à résister à l'agression japonaise pour le salut national et à renverser le gouvernement réactionnaire du Kuomintang, tout en faisant preuve de courage dans les combats sanglants. En dépit du feu intense de l'ennemi, les jeunes sont restés fidèles au Parti et ont résisté à l'épreuve de la mort. Ils ont consacré leur jeunesse et accompli des exploits majeurs pour la victoire de la révolution chinoise.

Durant la période de la révolution et de la construction socialistes, la LJCC s'est engagée activement dans la transformation sociale la plus vaste et la plus profonde dans l'histoire de la nation chinoise. Elle a mis en place des détachements de choc des jeunes, des équipes des jeunes dédiées aux tâches de défrichage et d'alphabétisation, et a lancé la campagne « Suivons l'exemple de Leifeng ». La LJCC a uni et guidé les jeunes pour qu'ils se nourrissent un noble sentiment d'être « résolus à changer au ciel le soleil et la lune ». En criant le slogan « consacrer notre jeunesse à la patrie », les jeunes ont, avec un esprit aspirant à la lutte opiniâtre et au travail dur, conjugué leurs efforts pour le développement des sciences, la résolution des difficultés et le défrichage des landes désertes. Malgré toutes les difficultés et tous les dangers, les jeunes ont fait preuve d'initiative dans le travail et n'ont pas hésité à assumer de lourdes responsabilités. Là où se trouve la plus grande difficulté, on voit le drapeau de la LJCC. Là où il y a un besoin, on trouve la présence des membres de la Ligue. Ils ont contribué leur jeunesse à la construction du pays et accompli des exploits remarquables dans le processus.

Dans la nouvelle période de la politique de réforme et d'ouverture et de la modernisation socialiste, la LJCC, en s'adaptant au pivot stratégique dans les priorités du Parti et du pays, s'est avancée courageusement tout en faisant preuve d'ouverture d'esprit. Elle a lancé sur une grande échelle des activités créatives marquées par le dynamisme des jeunes, telles que la sélection des « Pionniers de la nouvelle Longue Marche », la campagne « Cinq recommandations, quatre respects et trois engagements », le Projet d'espoir, le Programme des jeunes bénévoles, le Prix de l'unité modèle de la jeunesse, ainsi que la protection des fleuves mères. Les jeunes, unis et guidés par la Ligue, ont fait entendre leur voix, une voix forte et bien de notre époque : « Unissons-nous pour le redressement de la nation chinoise ! » Et sur tous les fronts de la modernisation du pays, ils se sont battus contre vents et marées, ont eu le courage de se lancer dans des missions et ont fait preuve d'exemplarité morale. En abolissant l'ancien pour établir du nouveau et en participant à la réalisation des quatre modernisations, les jeunes ont osé servir de pionniers dans la réforme, introduit de nouvelles tendances, consacré leur jeunesse à la réforme et à l'ouverture, ainsi qu'à la modernisation socialiste, et y ont accompli des exploits majeurs.

Dans la nouvelle ère du socialisme à la chinoise, la LJCC se dévoue à l'entreprise d'une ampleur incomparable de la grande lutte, de la grande oeuvre, de la grande cause et du grand rêve, s'attache à innover tout en maintenant le bon cap et à poursuivre vigoureusement ses efforts, approfondit tous azimuts son autoréforme, et unit les jeunes et les conduit à surmonter toutes sortes d'obstacles dans la bataille décisive contre la pauvreté, à relever les défis dans la recherche scientifique et technologique, à prendre les devants dans les secours aux sinistrés en cas de grandes calamités, à aller au front de la prévention et du contrôle de l'épidémie, à faire preuve de courage et d'intrépidité sur les terrains des Jeux olympiques, à défendre la patrie de pied ferme, à assumer leurs responsabilités au moment où le Parti et le peuple en ont le plus besoin, en faisant preuve de confiance en soi, d'autoperfectionnement, de vigueur et d'initiative. Le slogan « Notre amour pur n'est que pour la mère patrie » est devenu la voix la plus forte qui vienne du fond du coeur des jeunes chinois de notre époque. En nourrissant le grand rêve et en assumant la grande mission, les jeunes assurent consciencieusement les lourdes responsabilités et vont aux premières lignes de la base. En faisant s'épanouir la jeunesse dans la réalisation du rêve du grand renouveau de la nation chinoise, ils ont contribué leur jeunesse à l'enregistrement des succès et transformations historiques de la cause du Parti et de l'Etat, et ont accompli d'importants exploits en la matière.

Malgré l'évolution des époques, la jeunesse prend le relais pour la même mission. Depuis un siècle, la LJCC a toujours mené des luttes d'un même coeur avec le Parti et sous sa direction. Elle a uni et dirigé les jeunes pour qu'ils se dévouent à la cause du Parti et du peuple, éclairent avec leur jeunesse la marche du renouveau national, et inscrivent leur gloire dans les annales du processus de l'histoire.

L'histoire et les faits ont prouvé pleinement que la LJCC est digne de son rôle de détachement d'avant-garde du mouvement de la jeunesse, de fidèle auxiliaire et de détachement de réserve fiable du Parti.

Chers camarades de la LJCC,

Chers jeunes amis,

Chers camarades,

Plus l'on avance et grimpe, plus l'on doit savoir puiser la sagesse dans les chemins parcourus, accroître la confiance et renforcer la force. Depuis un siècle, en raffermissant ses idéaux et convictions avec la volonté de ne jamais les trahir, la LJCC a acquis une précieuse expérience. C'est avec cet appui important que la LJCC est orientée vers l'avenir et acquerra de nouveaux mérites.

— Le parcours centenaire a façonné les fondements de la LJCC, à savoir le maintien de la direction du Parti. Sans le PCC, il n'y aurait pas eu la LJCC. Dès sa fondation, la LJCC arbore le drapeau du Parti, respecte sa volonté, suit son orientation, et assume sa mission, en se tenant profondément au maintien de la direction du Parti, ce qui a formé la caractéristique fondamentale et l'avantage manifeste de la LJCC par rapport aux autres organisations de la jeunesse. Suivre les instructions et la direction du Parti est la vie politique que la LJCC maintient résolument depuis toujours, tandis que passer immédiatement à l'action à l'appel du Parti est les convictions politiques des membres de la Ligue de plusieurs générations. Comme l'histoire l'a prouvé pleinement, ce n'est qu'en maintenant la direction du Parti que la LJCC peut unir et conduire les jeunes dans leur marche en avant, et promouvoir le mouvement de la jeunesse en Chine suivant la bonne direction politique.

— Le parcours centenaire a façonné l'âme politique de la LJCC, à savoir la fermeté des idéaux et des convictions. Inspirée par ses idéaux et convictions, la Ligue a organisé et uni les jeunes avec une croyance ferme et une pensée scientifique. Les participants au Ier Congrès national de la LJCC ont indiqué clairement le noble idéal de l'édification d'une société communiste et mis en relief le drapeau du socialisme. Allumer la lampe des idéaux et convictions pour les jeunes de génération en génération, c'est en cela que réside la cohésion la plus fondamentale et la plus durable de la LJCC. Comme l'histoire l'a prouvé pleinement, ce n'est qu'en portant toujours haut levé les drapeaux du communisme et du socialisme que la LJCC a pu former l'unité la plus solide, forger l'organisation pleine de force de combat et unir toujours la jeunesse sous le drapeau des idéaux et des convictions du Parti.

— Le parcours centenaire a formé la force de la LJCC, à savoir le dévouement au renouveau national. Les orientations de l'action de la Ligue correspondent aux thèmes de la lutte du Parti. En se concentrant sur les tâches primordiales des diverses périodes historiques du Parti, la LJCC unit et dirige les jeunes dans la pratique grandiose des masses populaires, les conduit à prendre les devants et à se dévouer dans la marche vers le renouveau national, tout en jouant le rôle de force vive et de détachement de choc du Parti. La réalisation du renouveau national est devenue le courant principal du mouvement de la jeunesse en Chine. Comme l'histoire l'a prouvé pleinement, ce n'est qu'en s'appliquant au grand renouveau de la nation chinoise que la LJCC a pu réunir toutes les forces de la jeunesse susceptibles de l'être et faire entendre des chansons magnifiques de la jeunesse.

— Le parcours centenaire a formé la source de la vigueur de la LJCC, à savoir son enracinement profond dans la jeunesse. Les moyens qui ont permis à la LJCC d'être encore dans son bel âge à travers un siècle entier de vicissitudes sont l'enracinement perpétuel parmi les jeunes du pays, ses priorités du travail sur l'écrasante majorité des jeunes travailleurs, agriculteurs et autres jeunes, ainsi que son renforcement des liens étroits avec les jeunes tout en les rapprochant du Parti. Comme l'histoire l'a prouvé pleinement, ce n'est qu'en puisant les éléments nutritifs et la force dans les richesses de la jeunesse que la LJCC a pu devenir, pour les jeunes, un ami inséparable à qui l'on peut faire confiance et sur qui l'on peut compter.

Chers camarades de la LJCC,

Chers jeunes amis,

Chers camarades,

Sous la ferme direction du PCC, le peuple de tous les groupes ethniques du pays, en conjuguant leurs efforts d'un même coeur, a réussi à atteindre l'objectif du premier centenaire, à savoir l'édification intégrale de la société de moyenne aisance en Chine; et plein d'entrain, il s'avance vers la réalisation de l'objectif du deuxième centenaire, qui est de faire de la Chine un grand pays socialiste moderne dans tous les domaines.

La réalisation du rêve chinois est une course de relais de l'histoire, et les jeunes d'aujourd'hui doivent s'efforcer d'être les premiers sur la piste pour réaliser le grand renouveau national. L'époque confie toujours les responsabilités historiques aux jeunes. Nés au bon moment, les jeunes chinois de la nouvelle ère ont une lourde responsabilité sur les épaules. Ils ont de larges horizons pour mettre pleinement en valeur leurs talents et de belles perspectives pour réaliser leurs rêves. Lors du rassemblement de célébration du centenaire du PCC, les représentants des membres de la LJCC et des Jeunes Pionniers ont prononcé un voeu à haute voix : « Que le Parti soit assuré que nous soyons là pour bâtir la nation. » Voici l'image que les jeunes et adolescents chinois doivent avoir dans la nouvelle ère et dont l'organisation de la jeunesse du Parti est tenue de se doter.

Comment mieux unir, organiser et mobiliser les jeunes dans la nouvelle marche pour réaliser l'objectif du deuxième centenaire et le rêve chinois du grand renouveau national ? Ceci est une question majeure à laquelle doivent répondre le mouvement de la jeunesse et le travail parmi les jeunes en Chine dans la nouvelle ère. La LJCC doit renforcer ses capacités d'orientation, d'organisation et de service, rassembler et guider les jeunes pour qu'ils deviennent des éminents de la nouvelle ère qui sont dotés d'idéal et de sens des responsabilités, disposés à endurer les privations et à faire des efforts acharnés, afin de réaliser le renouveau national avec le dynamisme et la créativité de la jeunesse et de construire une meilleure Chine avec la sagesse et les efforts des jeunes.

Je tiens ici à partager mes quatre souhaits pour la LJCC :

Premièrement, j'espère qu'elle reste toujours une école politique guidant le progrès idéologique des jeunes chinois, en continuant à former des talents pour le Parti. Ce n'est qu'avec de grandes ambitions que nous pouvons grimper haut et regarder loin, et ce n'est qu'en nous ouvrant sur le monde que nous pouvons mettre en place de grands projets. Une jeunesse épanouie a besoin de fermes idéaux et convictions. Si notre parti a baptisé la Ligue du nom du communisme, c'est parce qu'il s'attend à ce qu'elle reste toujours au sommet d'idéaux et de convictions en tant qu'organisation de la jeunesse du Parti, arme les jeunes avec les théories scientifiques du Parti, inspire les jeunes avec l'engagement initial et la mission du Parti, guide les jeunes avec le drapeau glorieux du Parti et façonne les jeunes avec le style de travail exemplaire du Parti. Les jeunes chinois de la nouvelle ère, qui sont plus confiants en soi et plus déterminés à se perfectionner et dotés d'un esprit spéculatif, font cependant face aux influences de diverses tendances idéologiques dans la société, et pourraient inévitablement souffrir des confusions idéologiques, s'agissant des rapports entre l'idéal et la réalité, entre la doctrine et les problèmes, entre l'égoïsme et l'altruisme, entre l'individu et la collectivité, ainsi qu'entre la nation et le monde. Les jeunes ont ainsi d'autant plus besoin des enseignements et des orientations approfondis et détaillés pour pouvoir observer la société avec un oeil vif, penser à la vie avec lucidité et créer l'avenir avec sagesse. En tant qu'école permettant aux jeunes chinois d'apprendre dans la pratique le socialisme à la chinoise et le communisme, la LJCC doit aider les jeunes à se fixer tôt une grande ambition et à développer au fin fond de leur coeur une foi dans le Parti, le socialisme à la chinoise et le marxisme, cela en partant d'une perspective politique, en procédant sur le plan idéologique et en tenant compte des caractéristiques des jeunes. La LJCC doit, basée sur la relève de la cause du Parti, question d'importance fondamentale, saisir fermement la tâche fondamentale de la formation des bâtisseurs et des successeurs du socialisme, tout en guidant les jeunes chinois dans leur progression idéologique et dans les épreuves pratiques pour qu'ils renforcent constamment leur détermination, leur fermeté de caractère et leur confiance en soi en tant que Chinois, afin de transmettre la flamme révolutionnaire de génération en génération.

Deuxièmement, j'espère que la LJCC assumera consciencieusement ses responsabilités et servira toujours de force pionnière pour organiser les jeunes chinois dans le déploiement des efforts continus. Les efforts menés sont la couleur la plus brillante de la jeunesse alors que l'action en est l'affûtage le plus efficace. La jeunesse ne brille qu'avec la responsabilité et l'engagement. Les jeunes sont les plus prompts à innover, les plus passionnés et motivés par l'innovation. La cause du Parti et du peuple ne peut progresser sans le travail acharné et le dévouement des jeunes ambitieux, génération après génération. Ce n'est que lorsque la jeunesse sera hautement compatible avec la cause du Parti et du peuple que le spectre lumineux de la jeunesse sera plus large et que l'énergie de la jeunesse éclatera pleinement. Les jeunes constituent le groupe le plus énergique, le plus dynamique et le moins conservateur dans la société, possédant une force infinie pour transformer le monde et promouvoir le progrès social. La LJCC doit unir et guider les jeunes pour qu'ils servent de pionniers de la nouvelle ère et répondent consciencieusement à l'appel du Parti et du peuple. Ils doivent porter dans leur coeur les intérêts suprêmes du pays, assumer leur mission, réaliser leurs ambitions et accomplir des exploits dans la nouvelle ère et dans de nouveaux horizons, poursuivre de nobles idéaux et servir de force vive pour la grande cause du Parti, de sorte que la jeunesse s'épanouisse là où la patrie et le peuple en ont le plus besoin !

Troisièmement, j'espère que la LJCC, en restant attachée aux jeunes, sera toujours le pont et le trait d'union les plus solides entre le Parti et les jeunes. La LJCC est non seulement une organisation dirigée par le Parti mais aussi l'organisation propre des jeunes. Son plus grand avantage est qu'elle s'étend partout aux échelons de base et reste au plus près des jeunes. La LJCC doit se tenir fermement à la ligne de vie de son travail, qui est de servir les jeunes, remplir sa responsabilité politique de consolidation et d'élargissement du soutien des jeunes à l'exercice du pouvoir par le Parti. Il faut non seulement faire connaître au Parti l'état réel des jeunes, mais aussi leur transmettre pleinement la sollicitude du Parti. La LJCC doit faire tout son possible pour régler les difficultés concrètes et les problèmes épineux rencontrés par les jeunes et répondre à leurs attentes et à leurs préoccupations. Il faut apporter une aide concrète aux jeunes, en s'appuyant sur les ressources et les canaux donnés par le Parti, de sorte que les jeunes sentent réellement que le Parti est à côté et que son aide est à portée de main.

Quatrièmement, j'espère que la LJCC, en ayant le courage de s'imposer une révolution, restera toujours une organisation pionnière suivant de près le Parti pour se tenir à l'avant-garde de l'époque. Pour la LJCC, quel type d'organisation de la jeunesse faut-il construire ? Et comment la construire ? Voici les questions majeures et fondamentales. Comme le dit un dicton chinois : « Un système figé ne s'adapte pas aux changements, une route n'aboutit pas à toutes les destinations et il est vain de vouloir retrouver son épée tombée dans la rivière d'après l'entaille faite sur le bord du bateau en marche. » La LJCC ne peut suivre la progression de l'époque, du développement des jeunes et de l'innovation sur le plan pratique que si elle a le courage de s'imposer une révolution. Il faut mettre en oeuvre la direction du Parti sur tous les plans dans l'ensemble du processus de travail et dans tous les domaines, se tenir à la voie de développement socialiste à la chinoise des organisations et groupements de masse, se concentrer sur le maintien et le renforcement continus du caractère politique, avancé et populaire afin de promouvoir la réforme en profondeur de la LJCC. Il faut être apte à tâter le pouls de la jeunesse, explorer de nouvelles idées et de nouveaux modèles pour la construction des organisations de base de la LJCC, en fonction des changements et des nouvelles caractéristiques du travail et du style de vie des jeunes, conduisant les fédérations des jeunes et des étudiants à porter haut levé le drapeau du patriotisme et du socialisme, consolidant et élargissant constamment le front uni patriotique de la jeunesse. La LJCC doit se mesurer consciencieusement à l'expérience et aux pratiques dans l'application intégrale d'une discipline rigoureuse dans les rangs du Parti, renforcer sa propre construction avec un esprit de réforme et d'innovation et de manière stricte et pragmatique, et appliquer une stricte discipline dans ses rangs, afin de manifester le moral de l'époque de la LJCC forgé grâce à des efforts de haut niveau et sur tous les plans.

Comme le dit un vers d'un poème chinois : « Tout dans la vie doit être expérimenté par soi-même ; ce sont les petits pas qui permettent d'accéder à un monde plus vaste. » La poursuite des progrès est la qualité la plus précieuse de la jeunesse, et ce que le Parti et le peuple s'attendent le plus à voir sur les jeunes. Les membres de la LJCC dans la nouvelle ère doivent devenir des modèles qui s'adhèrent aux nobles idéaux et convictions, donner l'exemple dans l'étude de la théorie marxiste, forger le noble idéal communiste et l'idéal commun du socialisme à la chinoise, mettre en pratique consciencieusement les valeurs essentielles socialistes et promouvoir vigoureusement le patriotisme. Il faut devenir des modèles qui s'appliquent à l'étude et aient le courage d'innover, être les premiers à bien travailler à leur poste, à apprendre avec assiduité pour acquérir les compétences nécessaires, à s'efforcer de devenir des membres modèles, tout en oeuvrant à jouer le rôle d'avant-garde et de pionnier dans leur secteur. Il faut devenir des modèles qui aient le courage de combattre et aussi sachent le faire, prendre la tête dans la résolution des difficultés en s'inspirant du dicton chinois « ne craindre ni le diable ni les forces contraires » et faisant preuve d'inflexibilité. Il faut devenir des modèles qui travaillent avec endurance et un dévouement désintéressé, prendre les devants dans la prise de la position du peuple, avancer d'un pas ferme et assuré, rechercher la vérité dans un esprit réaliste, être les premiers à endurer les privations et les derniers à jouir du bien-être, consentir volontiers au rôle comme « une vis qui ne se rouille jamais ». Il faut devenir des modèles qui aspirent à la morale et au bien en observant la discipline, prendre l'initiative de renforcer l'esprit du Parti, de servir le peuple et de faire preuve d'intégrité et d'autodiscipline, respecter rigoureusement la loi et la discipline et remplir les devoirs en tant que membres de la Ligue. Les membres de la LJCC doivent également recevoir des instructions politiques, renforcer la formation politique, poursuivre les progrès politiques, se rapprocher activement du Parti et prendre pour l'objectif et l'honneur la transformation en communiste digne de ce nom.

Depuis longtemps, les cadres de la Ligue font rayonner de belles traditions d'assumer leurs responsabilités en apportant une contribution importante au travail du Parti parmi les jeunes. Ils doivent se dévouer au Parti et poursuivre de nobles idéaux, faire preuve de lucidité et de fermeté, pour que la population puisse ressentir à première vue leur pureté. Ils doivent, tout en suivant consciencieusement la ligne de masse et en insistant sur le point de vue sur les masses, s'intégrer aux jeunes en devenant leurs amis au lieu d'être leurs « supérieurs », et travailler dur pour servir l'intérêt des jeunes plutôt que de chercher leur propre intérêt. Il faut développer un style de travail pragmatique, proférer moins de paroles creuses et prendre plus d'actions réelles, avoir l'audace d'aller aux échelons de base et d'être aux premières lignes où les conditions sont rudes, se comporter honnêtement et travailler avec diligence. Il est nécessaire de cultiver la morale de l'intégrité et de l'autodiscipline tout en restant prudent, qu'il s'agisse des idées, des paroles ou des actes, de développer la volonté, la persévérance et la maîtrise de soi, pour devenir un homme désintéressé, intègre et honnête.

Chers camarades de la LJCC,

Chers jeunes amis,

Chers camarades,

Les révolutionnaires sont toujours jeunes. Le PCC se dévoue entièrement à la cause grandiose de la nation chinoise, un effort qui prendra des générations. Un siècle après sa fondation, il est dans la force de l'âge. Comme l'a dit Lénine en citant les paroles d'Engels : « Nous sommes le parti du futur, et le futur appartient à la jeunesse. Nous sommes un groupe d'innovateurs et les jeunes sont toujours plus disposés à suivre les innovateurs. Nous sommes le parti de la lutte désintéressée contre la vieille pourriture, et la jeunesse est toujours la première à se lancer dans la lutte désintéressée. » Le passé et le présent prouvent que le PCC est un parti qui garde toujours sa jeunesse et un parti digne de la confiance et du soutien des jeunes.

Dans la nouvelle marche vers le grand renouveau de la nation chinoise, le PCC est le détachement d'avant-garde, la LJCC, le détachement de choc et l'Organisation des Jeunes Pionniers de Chine (OJPC), le corps de réserve. L'adhésion à l'Organisation, à la Ligue et au Parti est considérée comme une « trilogie de la vie » pour les jeunes qui cherchent à poursuivre les progrès politiques. Le PCC s'ouvre toujours aux jeunes et les accueille chaleureusement pour qu'ils deviennent continuellement le sang neuf du Parti. La LJCC doit accomplir sa mission de guider l'OJPC et réglementer le mécanisme de travail consistant à recommander l'admission des Jeunes Pionniers éminents à la Ligue et celle des membres de la Ligue éminents au Parti, dans le but de réaliser la coordination et l'enchaînement entre le PCC, la LJCC et l'OJPC en matière d'éducation des jeunes. Les organisations du Parti aux différents échelons doivent attacher une grande attention à la culture et au recrutement de nouveaux membres du Parti parmi les jeunes, surtout parmi les membres exceptionnels de la LJCC, afin de garantir que le pays socialiste ne changera jamais sa nature.

Selon Li Dazhao, la jeunesse est l'âme d'un pays. Le travail parmi les jeunes était, est et sera toujours un travail stratégique du Parti. Les comités (groupes) du Parti à tous les échelons doivent se consacrer, avec ardeur, à l'étude des lois de l'épanouissement des jeunes et des caractères de l'époque, et redoubler d'efforts pour mener à bien le travail concernant la jeunesse, tout en s'efforçant de les mieux servir avec enthousiasme et de devenir des amis intimes et guides auprès d'eux. Les organisations du Parti aux différents échelons doivent mettre en pratique les mécanismes institutionnels pour que l'édification du Parti guide celle de la Ligue, étudier fréquemment les problèmes majeurs dans le travail de la LJCC pour les résoudre, être à la fois soucieuses et exigeantes envers les cadres de la Ligue, et soutenir le travail créatif de la LJCC en fonction des caractères et lois des organisations et groupements de masse.

Chers camarades de la LJCC,

Chers jeunes amis,

Chers camarades,

Confucius a indiqué il y a plus de 2 000 ans : « Les jeunes inspirent aux vétérans l'admiration et le respect. Qui sait que nos successeurs ne pourront pas nous dépasser ? » Les jeunes sont les plus dignes de la sollicitude et des attentes du Parti et de l'Etat. Tels de jeunes arbres qui poussent sur la terre, ils deviendront un jour de gigantesques arbres capables d'offrir un abri à ceux qui en ont besoin. Les jeunes sont aussi comme le soleil levant qui, en ne cessant d'accumuler l'énergie, finira par répandre sa lumière et sa chaleur sur la terre. Disons que l'espoir du Parti et du pays repose sur la jeunesse !

Le camarade Mao Zedong a déclaré en 1937 dans sa dédicace écrite à l'occasion de la fondation de la Faculté publique du Shanbei : « Il faut éduquer et former un grand nombre de personnes, qui sont le détachement d'avant-garde de la révolution. Dotées d'une prévoyance politique, elles sont pénétrées de l'esprit de combat et de sacrifice. Franches, loyales, positives et honnêtes, elles ne cherchent pas de gains personnels et n'œuvrent qu'à l'émancipation de la nation et de la société. Ne cédant pas devant les difficultés, ces gens-là sont toujours déterminés et vont courageusement de l'avant. Evitant toute ostentation sans s'estimer infaillibles, ils ont les pieds sur terre avec un esprit réaliste. Pour que la révolution chinoise arrive à bon port, il nous faut une armée de pionniers de cette trempe. » Aujourd'hui, le Parti et le peuple ont encore besoin d'un nombre considérable de pionniers. Le Comité central du Parti compte sur la LJCC pour la formation d'un bon nombre de tels pionniers. Ce sont les espoirs les plus ardents non seulement du Parti, mais également de la patrie et du peuple !

(Rédacteurs :Shuang Sheng, Yishuang Liu)
source : http://french.peopledaily.com.cn/Chine/n3/2022/0513/c31354-10096321.html

Tag(s) : #Chine#Communiste

Dans CHINE

UN DIRIGEABLE DEVELOPPE PAR LA CHINE ATTEINT UNE ALTITUDE RECORD

Par Le 16/05/2022

Lundi 16 mai 2022

Un dirigeable développé par la Chine atteint une altitude record

   

French.news.cn | 2022-05-15 à 18:59

(Xinhua/Sun Fei)

LHASSA, 15 mai (Xinhua) -- Le dirigeable développé par la Chine, conçu pour l'observation de l'atmosphère, a atteint dimanche une altitude record de 9.032 mètres dans la région autonome du Tibet, selon son concepteur.

Mis au point par l'Institut de recherche sur l'information aérospatiale de l'Académie des sciences de Chine (ASC), le dirigeable "Jimu No.1" de type III a un volume de 9.060 mètres cubes.

Le dirigeable peut collecter des données à haute altitude, qui sont utilisées pour suivre le cycle régional de l'eau et surveiller les changements dans la composition de l'atmosphère.

Le projet, qui s'inscrit dans le cadre de la deuxième campagne de recherche scientifique de la Chine sur le plateau Qinghai-Tibet, a été réalisé par 64 scientifiques de plusieurs institutions de recherche chinoises.

Le dirigeable fournira des données essentielles sur la source d'eau du plateau Qinghai-Tibet et contribuera à faire face aux effets en chaîne de l'eau, de l'écologie et des activités humaines dans le cadre du changement climatique, a déclaré Yao Tandong, académicien à l'ASC et chef d'équipe de la deuxième campagne de recherche scientifique sur le plateau Qinghai-Tibet. Fin

 (Xinhua/Tian Jinwen)

(Xinhua/Tian Jinwen)

(Xinhua/Jiang Fan)

 (Xinhua/Sun Fei)

(Xinhua/Jiang Fan)

(Xinhua/Sun Fei)

(Xinhua/Tian Jinwen)

 (Xinhua/Jiang Fan)

(Xinhua/Sun Fei)

(Xinhua/Sun Fei)

http://french.news.cn/20220515/8b664aa9d3a74ec6a8e22d564bc65cd0/c.html

Dans CHINE

LA CHINE VOTE CONTRE UNE ENQUETE DE L'ONU SUR LES CRIMES PRESUMES DE LA RUSSIE

Par Le 16/05/2022

La Chine vote contre une enquête de l’ONU sur les crimes de guerre présumés de la Russie


Arrêt sur info — 13 mai 2022

Facebook

 

Ambassadeur Vassily Nebenzia

La Russie commente les allégations de violence contre les enfants en Ukraine

L’envoyé de Moscou à l’ONU a déclaré que ces accusations étaient sans fondement, tandis que Kiev n’a pas réussi à confirmer un seul fait de l’histoire.

12 mai, 2022

Les allégations d’atrocités diverses contre des enfants prétendument commises par l’armée russe en Ukraine sont « absurdes » et ne sont étayées par aucun fait, a déclaré l’ambassadeur de la Russie aux Nations unies, Vassily Nebenzia. Le diplomate a fait ces remarques lors d’une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU jeudi.

« Aujourd’hui, nous avons une fois de plus entendu un certain nombre de collègues accuser l’armée russe de commettre des actes de violence, y compris des violences sexuelles, contre des enfants. Cela a été exprimé, en particulier, par un collègue britannique, mais aussi par d’autres », a-t-il déclaré, ajoutant que ces allégations étaient « absurdes ».

Ces allégations ne sont pas étayées par des faits, et même de hauts responsables de Kiev admettent qu’ils ne disposent d’aucune preuve réelle pour les étayer, a poursuivi M. Nebenzia, évoquant une récente interview de Daria Gerasimchuk, conseillère du commissaire du président ukrainien pour les droits de l’enfant.

Les forces ukrainiennes, au contraire, prennent régulièrement position dans les écoles et les jardins d’enfants, transformant délibérément ces installations en cibles militaires, a déclaré Mme Nebenzia.

« L’occupation d’écoles, de jardins d’enfants et d’autres établissements d’enseignement pour enfants par les forces armées ukrainiennes n’est pas l’exception, mais la règle », a déclaré le diplomate. « Cette méthode de guerre inhumaine met en danger la vie des enfants, les prive de leur droit à l’éducation et détruit l’infrastructure éducative de l’Ukraine. »

Nous avons la forte impression que les normes du droit international humanitaire existent pour quiconque, mais pas pour Kiev… La destruction délibérée d’objets civils est une marque de fabrique de Kiev, et ce n’est pas de la propagande russe.

La Russie a attaqué l’État voisin fin février, après que l’Ukraine n’a pas appliqué les termes des accords de Minsk, signés pour la première fois en 2014, et que Moscou a fini par reconnaître les républiques du Donbass de Donetsk et de Lougansk. Le protocole de Minsk, négocié par l’Allemagne et la France, visait à donner aux régions séparatistes un statut spécial au sein de l’État ukrainien.

Le Kremlin a depuis exigé que l’Ukraine se déclare officiellement comme un pays neutre qui ne rejoindra jamais le bloc militaire de l’OTAN dirigé par les États-Unis. Kiev insiste sur le fait que l’offensive russe n’a pas été provoquée et a démenti les allégations selon lesquelles elle prévoyait de reprendre les deux républiques par la force.

Source: rt.com

La Chine vote contre une enquête de l’ONU sur les crimes de guerre présumés russes

RT.com : 12 mai, 2022

Pékin invoque la « politisation » du Conseil des droits de l’homme pour s’opposer à une enquête sur de possibles violations des droits de l’homme en Ukraine.

La Chine a voté contre une enquête du Conseil des droits de l’homme de l’ONU sur les éventuels crimes de guerre commis par la Russie en Ukraine, craignant que l’enquête ne soit motivée par des considérations politiques. Elle a ainsi changé sa position antérieure d’abstention sur le conflit.

« Nous avons constaté que ces dernières années, la politisation et la confrontation au sein du Conseil ont augmenté, ce qui a gravement affecté la crédibilité, l’impartialité et la solidarité », a déclaré Chen Xu, le plus haut diplomate chinois au bureau de l’ONU à Genève.

Chen a fait ces commentaires avant que le Conseil des droits de l’homme ne vote jeudi – par 33 voix contre 2 et 12 abstentions – une résolution demandant une enquête sur les crimes de guerre. L’Érythrée est le seul autre pays à avoir voté contre. Les membres qui se sont abstenus sont l’Arménie, la Bolivie, le Cameroun, Cuba, l’Inde, le Kazakhstan, la Namibie, le Pakistan, le Sénégal, le Soudan, l’Ouzbékistan et le Venezuela.

L’enquête ne portera apparemment que sur les allégations contre la Russie, et non sur les crimes qui auraient été perpétrés par les troupes ukrainiennes, et se concentrera sur les événements survenus dans les régions de Kiev, Tchernigov, Kharkov et Sumy, en Ukraine, fin février et début mars. Elle sera effectuée « en vue d’amener les responsables à rendre des comptes », selon la résolution.

Les zones qui sont passées sous le contrôle de la Russie au début du conflit, qui a débuté le 24 février, « ont connu les violations des droits de l’homme les plus horribles sur le continent européen depuis des décennies », a déclaré au Conseil le vice-ministre ukrainien des affaires étrangères, Emine Dzheppar.

L’ambassadeur de Moscou auprès des Nations unies à Genève, Gennady Gatilov, a affirmé que « l’Occident collectif » organise une « déroute politique pour diaboliser la Russie » au lieu de s’attaquer aux véritables causes de la crise ukrainienne et de chercher des moyens de résoudre ces problèmes.

L’Assemblée générale des Nations unies a voté le mois dernier la suspension de la Russie du Conseil des droits de l’homme. La Chine a également voté contre dans ce cas, mais elle s’est abstenue sur d’autres résolutions relatives à l’Ukraine, notamment une condamnation de l’offensive militaire russe par l’Assemblée générale et une réprimande de Moscou par le Conseil de sécurité des Nations unies.

S’exprimant lors d’une réunion du Conseil de sécurité jeudi à New York, l’ambassadeur adjoint chinois auprès des Nations unies, Dai Bing, a fait valoir que les sanctions anti-russes se retourneront contre lui. « Les sanctions n’apporteront pas la paix, mais ne feront qu’accélérer la propagation de la crise, déclenchant des crises alimentaires, énergétiques et financières de grande ampleur dans le monde entier », a-t-il déclaré.

La Russie a attaqué l’Ukraine suite à l’échec de Kiev à mettre en œuvre les termes des accords de Minsk, signés pour la première fois en 2014, et à la reconnaissance éventuelle par Moscou des républiques du Donbass de Donetsk et de Lougansk. Le protocole de Minsk, négocié par l’Allemagne et la France, visait à donner aux régions séparatistes un statut spécial au sein de l’État ukrainien.

Le Kremlin a depuis exigé que l’Ukraine se déclare officiellement comme un pays neutre qui ne rejoindra jamais le bloc militaire de l’OTAN dirigé par les États-Unis. Kiev insiste sur le fait que l’offensive russe n’a pas été provoquée et a démenti les allégations selon lesquelles elle prévoyait de reprendre les deux républiques par la force.

Source: https://www.rt.com/news/555401-china-un-human-rights-russia

Traduction Arretsurinfo.ch

https://arretsurinfo.ch/la-chine-vote-contre-une-enquete-de-lonu-sur-les-crimes-de-guerre-presumes-de-la-russie/

 Imprimer

 

CHINEETATS-UNISRUSSIEUEUKRAINE

Dans CHINE

CHINE : LA CIA AVERTIT RIYAD

Par Le 14/05/2022

La mission du chef de la CIA à Riyad?

Saturday, 14 May 2022 6:11 PM  [ Last Update: Saturday, 14 May 2022 6:11 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le chef de la CIA, William Burns. (Archives)

Dans une incursion inhabituelle dans la diplomatie, William Burns a pressé Mohammed ben Salmane sur la production de pétrole, les détenus importants et les relations du royaume avec la Chine.

Le mois dernier, dans le cadre d'une tournée régionale, le directeur de la CIA, William Burns, a rencontré discrètement le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane à Djeddah, une ville portuaire de l'ouest de l'Arabie saoudite. La rencontre inhabituelle, rapportée pour la première fois par le Wall Street Journal, est la première rencontre connue entre le meilleur espion des États-Unis et le dirigeant de facto de l'Arabie saoudite - et, selon trois sources proches du dossier, la dernière tentative d'un haut responsable américain à faire appel à l'Arabie saoudite sur le pétrole dans un contexte de hausse des prix du gaz aux États-Unis. Également sur la table, deux des sources ont déclaré à The Intercept, étaient des achats d'armes saoudiennes à la Chine.

Le président Joe Biden a jusqu'à présent refusé de rencontrer MBS, comme on l'appelle, en raison du rôle du prince héritier dans l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi. Mais en février, Biden a fait un effort pour commencer à réparer les relations avec le royaume, demandant au roi Salmane d'augmenter la production pétrolière du pays en échange du soutien militaire américain contre les Houthis du Yémen.

Ansarallah a aussi cassé la CIA!

Ansarallah a aussi cassé la CIA!

Comment la Résistance yéménite a vaincu les satellites-espions US ?

Selon une lecture saoudienne de l'appel, Biden a été refusé. Bien que Burns ait de nouveau demandé une augmentation de la production de pétrole le mois dernier, l'Arabie saoudite a annoncé la semaine dernière qu'elle s'en tiendrait à son plan de production, refusant une fois de plus la demande des États-Unis.

Un porte-parole de la CIA a refusé de commenter les voyages de Burns. Les sources de The Intercept – un responsable du renseignement américain, deux sources liées à la communauté du renseignement américain, une source proche des membres de la famille royale saoudienne et un responsable du groupe de réflexion – interrogées pour cette histoire ont parlé sous couvert d'anonymat pour discuter de sujets sensibles.

L’Arabie osera le petroyuan?

L’Arabie osera le petroyuan?

Que préparent Arabie/Chine conte le dollar ?

La rencontre a également été l'occasion d'aborder un sujet qui préoccupe vivement Washington : les relations croissantes de Riyad avec la Chine. En plus de la demande de Burns sur le pétrole, le directeur de la CIA a également demandé à l'Arabie saoudite de ne pas poursuivre l'achat d'armes à la Chine, selon les deux sources proches des services de renseignement américains.

Les ouvertures très publiques de l'Arabie saoudite à Pékin - notamment l'exploration de la possibilité de vendre son pétrole dans la devise chinoise, le yuan - ont semé la consternation à Washington. Cette semaine, lors d'un témoignage au Sénat, la directrice du renseignement national, Avril Haines, a mis en garde contre les efforts déployés par la Chine et la Russie pour « essayer de faire des percées avec nos partenaires à travers le monde », citant l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis comme exemples.

MBS trahit déjà Poutine!

MBS trahit déjà Poutine!

Accords Opep + : l

Ce qui n'est pas connu du public, cependant, c'est que le gouvernement saoudien prévoit d'importer des missiles balistiques plus tard ce mois-ci depuis la Chine dans le cadre d'un programme secret nommé « Crocodile », a déclaré la source proche des services de renseignement américains. L'autre source liée aux services de renseignement américains a confirmé que la discussion concernait les ventes d'armes à la Chine.

Burns a également demandé la libération de nombreux membres de la famille royale saoudienne de haut niveau que MBS a détenus, y compris le cousin de MBS, l'ancien prince héritier Mohammed bin Nayef, ont indiqué les sources. MBN, comme on l'appelle, était l'héritier du trône avant son éviction par le prince héritier Mohammed en 2017. Parce que MBN est un partenaire proche des services de renseignement américains, l'administration Biden aurait fait pression pour sa libération au milieu d'allégations de torture.

Chine : les USA perdront Riyad ?

Chine : les USA perdront Riyad ?

Les Américains devenant de plus en plus faibles, les Saoudiens sont frustrés et ne voient pas d’intérêt à demeurer sous protection américaine.

La présence de Burns a également servi à tenter de réparer la relation tendue entre MBS et d'autres hauts responsables de l'administration Biden, a déclaré la source proche des services de renseignement américains. L'année dernière, lorsque le conseiller à la sécurité nationale de Biden, Jake Sullivan, a évoqué le meurtre de Khashoggi, MBS lui a crié dessus, faisant remarquer que les États-Unis pourraient oublier leur demande d'augmentation de la production de pétrole, comme l'a récemment rapporté le Wall Street Journal.

La rencontre de Burns avec MBS était l'une des nombreuses avec des dirigeants de la région, notamment au Qatar, aux Émirats arabes unis et à Oman, a également déclaré la source. La rencontre de Burns avec le prince héritier d'Abu Dhabi Mohammed bin Zayed a fait écho au thème de sa rencontre avec MBS, l'exhortant à cesser de se réchauffer en Chine, faisant spécifiquement référence à la construction d'une base militaire chinoise aux Émirats arabes unis.

Émirats : base chinoise démantelée !

Émirats : base chinoise démantelée !

L'année dernière, l'administration Biden aurait averti les Émirats arabes unis que la Chine avait construit une installation militaire dans un port émirati et que sa construction pourrait mettre en péril leurs relations. Dans le cas de l'Arabie saoudite, les services de renseignement américains ont estimé que le pays travaillait avec la Chine pour fabriquer ses propres missiles balistiques dans le pays, ce qui suscite des inquiétudes quant au déclenchement d'une course aux armements régionale.

Missiles chinois à Riyad...

Missiles chinois à Riyad...

1ere percėe militaire chinoise dans le camp US

http://french.presstv.ir/Detail/2022/05/14/682101/Arabie-saoudite-USA-CIA-Ben-Salmane

Dans CHINE

LE ROVER CHINOIS A DECOUVERT DES PREUVES DE LA PRESENCE D'EAU SUR MARS

Par Le 14/05/2022

Le rover chinois Zhurong a découvert des preuves de la présence d'eau sur Mars

French.china.org.cn | Mis à jour le 13. 05. 2022 | Mots clés : Mars,rover chinois Zhurong

En analysant les données recueillies par le rover Zhurong qui se déplace actuellement à la surface de Mars, des chercheurs chinois ont détecté des minéraux contenant de l'eau sur la planète rouge.

Dirigée par le chercheur émérite Liu Yang, l'équipe de recherche, composée de membres du Laboratoire clé d'État de météorologie spatiale de l'Académie chinoise des sciences et du Centre d'excellence en planétologie comparée de l'Académie, a analysé les données du rover Zhurong sur les sédiments et les minéraux du site de l'engin et en a conclu que des preuves laissant penser qu'il y a toujours de l'eau sur Mars ont été trouvées.

Ces découvertes ont été publiées en détail le 11 mai dans la revue Science, et le fait que des minéraux contenant de l'eau sur Mars aient été détectés par le spectromètre infrarouge à ondes courtes d'un rover martien constitue une première mondiale.

Le rover Zhurong s'est posé dans une grande plaine de l'hémisphère nord de Mars appelée Utopia Planitia le 15 mai 2021 dans le cadre de la mission d'exploration de Mars chinoise Tianwen-1. A ce jour, le rover a sillonné le site d'atterrissage pendant un an et parcouru près de 2 000 mètres à la surface de la planète rouge.

Il y a des milliards d'années, Mars était chaude et humide mais quelque chose a changé et a fait de cette planète le désert aride et gelé qu'elle est aujourd'hui. La planète rouge est entrée dans cette période pendant ce qu'on appelle l'époque amazonienne, qui a commencé il y a environ 3 milliards d'années et qui se poursuit encore aujourd'hui.

Selon les médias, les dernières découvertes sur les données du rover Zhurong suggèrent que les activités liées à l'eau pourraient être plus fréquentes qu'on ne le croyait jusque-là et que le site où s'est posé l'engin pourrait abriter une grande quantité d'eau sous forme de minéraux qui pourraient être exploités pour la future exploration humaine de la planète rouge.

http://french.china.org.cn/china/txt/2022-05/13/content_78216595.htm

 

​Pour les experts, l'économie chinoise est proche du rebond

French.china.org.cn | Mis à jour le 14. 05. 2022 | Mots clés : Chine, économie

Le Port de Qingdao, dans la province du Shandong (est de la Chine), le 1er mai. (Li Ziheng/Xinhua)

 

Selon des responsables et des experts, la Chine devrait enregistrer un rebond de certains indicateurs économiques clés dans les mois à venir grâce aux mesures efficaces prises par le gouvernement pour contenir les flambées de COVID-19 et intensifier le soutien à la politique macroéconomique. Leurs remarques sont intervenues alors que l'activité économique de la Chine pourrait s'affaiblir au deuxième trimestre du fait de l'impact de la résurgence des cas de COVID-19 et d'un environnement extérieur plus compliqué.

 

Sheng Laiyun, directeur adjoint du Bureau national des statistiques, a souligné que si certaines régions telles que Shanghai et la province du Jilin (nord-est de la Chine) ont été gravement touchées par la pandémie, l'impact des dernières flambées est toutefois temporaire, déclarant dans un entretien à l'agence de presse Xinhua que l'économie chinoise devrait rebondir grâce à un meilleur contrôle de l'épidémie de COVID-19 et au solide soutien politique du gouvernement.

 

« Les flambées de COVID-19 dans des régions comme le Jilin et Shanghai ont été efficacement contrôlées en mai, et le travail et la production ont repris de manière ordonnée », a-t-il ajouté, notant que « certains indicateurs économiques avancés, tels que la production et la consommation d'électricité, ont montré des signes positifs ».

 

Par ailleurs, a souligné M. Sheng, les fondamentaux qui soutiennent la croissance régulière et à long terme de l'économie chinoise restent inchangés, et celle-ci continue de se caractériser par un vaste potentiel, une forte résilience et une grande marge de manœuvre.

 

Il estime aussi que, compte tenu des conditions favorables de la Chine, telles que la résilience de ses chaînes industrielles et d'approvisionnement, son vaste marché intérieur et une gamme d'outils politiques, le pays possède la confiance, les capacités et les conditions nécessaires pour atteindre les principaux objectifs fixés pour le développement économique et social en 2022.

 

La Chine a récemment redoublé d'efforts pour intensifier son soutien à la politique macroéconomique. Le 29 avril, une réunion du Bureau politique du Comité central du Parti communiste chinois a appelé à un ajustement plus fort de la politique macroéconomique pour stabiliser l'économie et la maintenir dans une fourchette appropriée.

 

Depuis cette réunion, les décideurs politiques ont promis davantage de mesures, des responsables du Comité central des affaires financières et économiques et de la Banque populaire de Chine ayant déclaré le 12 mai que le pays envisageait de nouveaux outils politiques pour soutenir l'économie.

 

Parallèlement, la Banque populaire de Chine -la banque centrale- a annoncé le 13 mai que l'augmentation du financement social global, c'est-à-dire le montant total du financement de l'économie réelle, s'élevait à 910,2 milliards de yuans (134 milliards de dollars) en avril, en baisse de 946,8 milliards de yuans d'une année sur l'autre, ajoutant que les nouveaux prêts chinois libellés en yuans se sont montés à 645,4 milliards de yuans le mois dernier, en baisse de 823,1 milliards de yuans d'une année sur l'autre.

 

Par ailleurs, a indiqué la banque dans un communiqué, « les entreprises, en particulier les moyennes, petites et micro-entreprises, ont rencontré plus de difficultés dans leurs opérations, avec une baisse marquée de la demande effective de financement ».

 

La banque centrale a également annoncé dans le communiqué qu'elle accordera une place plus importante à la stabilisation de la croissance économique en mettant l'accent sur la stabilisation de l'expansion globale du crédit, la réduction des coûts de financement et le renforcement de l'aide aux domaines clés et aux maillons faibles, ajoutant que le niveau de levier macro du pays, ou ratio dette/PIB, pourrait augmenter avec les mesures de soutien, tout en restant dans une fourchette raisonnable.

 

Selon Chen Chuanglian, directeur adjoint de l'Institut des finances du sud de la Chine à l'Université de Jinan à Guangzhou, capitale de la province du Guangdong (sud de la Chine), compte tenu des multiples pressions à la baisse, il faudra encore un certain temps pour voir un rebond robuste de l'économie chinoise, et le tournant pouvant se produire à la fin du troisième trimestre et au début du quatrième trimestre de cette année.

http://french.china.org.cn/business/txt/2022-05/14/content_78217932.htm

 

L'ONU prête à aider la RPDC à faire face à l'épidémie de COVID-19, selon un porte-parole

   

French.news.cn | 2022-05-14 à 04:12

NEW YORK (Nations Unies), 13 mai (Xinhua) -- Les Nations Unies sont prêtes à aider la République populaire démocratique de Corée (RPDC) à faire face à une épidémie de COVID-19, a indiqué vendredi un porte-parole.

"L'ONU reste mobilisée et nous sommes prêts, avec nos partenaires humanitaires, à aider les personnes dans le besoin en RPDC sur la question de la COVID-19 et d'autres questions, car la vulnérabilité de la population a probablement augmenté depuis l'apparition de la pandémie et la fermeture des frontières en 2020", a dit Farhan Haq, porte-parole adjoint du secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres.

"À ce stade, nous suivons avec inquiétude les informations faisant état d'une épidémie de COVID-19 en République populaire démocratique de Corée. Nous n'avons pas encore reçu de communications officielles sur cette épidémie. Mais nous restons en contact avec les représentants de la RPDC à ce sujet", a-t-il affirmé lors d'un point de presse quotidien.

Kim Jong Un, le plus haut dirigeant de la RPDC, a appelé jeudi à une action rapide pour contenir la propagation de la COVID-19, a rapporté l'agence officielle Korean Central News Agency.

Une fièvre dont la cause n'a pas pu être identifiée s'est répandue de manière explosive dans toute la RPDC à partir de la fin avril, et plus de 350.000 personnes ont eu de la température en peu de temps. Jusqu'à présent, six personnes sont décédées, selon l'agence. Fin

http://french.news.cn/20220514/2b083d6bcb8a4944902f91551d83b30d/c.html

 

Shanghai va assouplir les restrictions liées au COVID-19 à compter de la mi-mai

French.china.org.cn | Mis à jour le 14. 05. 2022 | Mots clés : Shanghai,COVID-19

La ville de Shanghai devrait atteindre le zéro COVID au-delà des zones sous gestion en boucle fermée à la mi-mai, et elle assouplira à cette date-là les restrictions liées au COVID-19 tout en mettant en œuvre un système de gestion à plusieurs niveaux pour les communautés en fonction de leurs niveaux de risque, ont annoncé le 13 mai les autorités locales.

 

Selon le vice-maire de la ville, Wu Qing, les efforts pour contrôler la vague actuelle de COVID-19 ont commencé à donner de bons résultats : en effet, malgré de légères fluctuations du nombre quotidien de nouvelles infections, plus de 99 % de celles-ci ont été identifiées grâce à des tests dans des zones de gestion en boucle fermée. Par ailleurs, au cours des trois derniers jours, seuls six cas ont été découverts dans d'autres zones.

 

Selon M. Wu, « la ville est maintenant confrontée à une transition critique d'une réponse d'urgence épidémique à un mode de prévention et de contrôle normalisé », ajoutant que des efforts supplémentaires seront déployés dans les zones clés pour contenir l'épidémie, notamment les vieux quartiers et les villages présentant des risques de résurgence. « Nous élaborons un plan pour consolider les résultats des efforts de prévention et de contrôle obtenus jusqu'à présent et préparer la reprise du travail, des affaires et de l'enseignement sur les campus et un retour à la normale », a-t-il encore indiqué.

 

Dans le cadre de l'assouplissement, les automobiles seront progressivement autorisées à circuler à nouveau, tandis que les supermarchés, les magasins de proximité et d'autres types d'activités telles que les salons de coiffure seront petit à petit autorisés à rouvrir. « Les élèves qui doivent passer des examens, en particulier les élèves de 9e, 11e et 12e années des lycées, auront la priorité pour retourner en cours. D'autres établissements de santé et guichets de services gouvernementaux seront également rouverts peu à peu », a-t-il ajouté.

 

Shanghai a signalé le 12 mai 227 nouveaux cas confirmés de COVID-19 transmis localement, 1 869 infections asymptomatiques et le décès de 2 personnes, âgées de 88 et 89 ans.

http://french.china.org.cn/china/txt/2022-05/14/content_78217910.htm

 

 

Dans CHINE

LE COMMERCE EXTERIEUR EN HAUSSE DE 7,9% AU COURS DES QUATRE PREMIERS MOIS

Par Le 12/05/2022

Chine : le commerce extérieur en hausse de 7,9% au cours des quatre premiers mois

 Depuis 3 jours  9 mai 2022

commerce_chine_usa

 Asie et Afrique - Chine

 

Les importations et exportations totales de la Chine ont augmenté de 7,9% sur un an pour atteindre 12.580 milliards de yuans au cours des quatre premiers mois de 2022, selon des données officielles publiées lundi.

En termes de dollar, le volume commercial total s’est élevé à 1.980 milliards de dollars sur la période, en hausse de 10,1% en base annuelle, précise l’Administration générale des douanes.

Les exportations ont bondi de 10,3% en glissement annuel pour atteindre 6.970 milliards de yuans, tandis que les importations ont augmenté de 5% pour atteindre 5.610 milliards de yuans au cours de la période janvier-avril, entraînant un excédent commercial de 1.360 milliards de yuans, selon les données.

Les échanges commerciaux de la Chine avec ses trois principaux partenaires commerciaux, à savoir l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est, l’Union européenne et les Etats-Unis, ont maintenu la dynamique de croissance.

Durant la période, les taux de croissance de la valeur des échanges de la Chine avec ces trois partenaires commerciaux se sont élevés respectivement de 7,2%, 6,8% et 8,7%, selon les données douanières.

Les entreprises privées ont connu un taux de croissance rapide, puisque les importations et les exportations ont augmenté de 11% pour atteindre 6.100 milliards de yuans au cours des quatre premiers mois, représentant 48,5% du total du pays.

Les importations et les exportations des entreprises à capitaux étrangers, ainsi que celles des entreprises d’Etat, ont augmenté respectivement de 2,2% et de 14,1% pendant la période.

Les exportations de produits mécaniques et électriques ont augmenté de 6,7%, représentant 57,9% du total, et les exportations de produits à forte intensité de main d’oeuvre ont grimpé de 9,2% au cours des quatre premiers mois, d’après les données de l’administration.

Pour le seul mois d’avril, le volume du commerce extérieur du pays a augmenté de 0,1% en base annuelle pour atteindre 3.160 milliards de yuans. Les exportations ont progressé de 1,9% sur un an tandis que les importations ont diminué de 2% par rapport à l’année précédente.

Source: French.xinhuanet.com

    

Dans CHINE

LE GRAND BOND EN ARRIERE

Par Le 11/05/2022

11 mai 2022

Le grand bond en arrière

Le correspondant socialiste

Les États-Unis et le Royaume-Uni prévoient une guerre avec la Chine. Dans le langage officiel, ils explorent des "plans d’urgence" face à la "menace" chinoise contre Taïwan (Financial Times, 1er mai). Cela va de pair avec une activité militaire accrue des États-Unis, du Japon et de l’Australie dans les mers proches de Taïwan. Le journaliste français Arnaud Bertrand a déclaré que l’objectif de la récente réunion de deux jours entre les EU et les Britanniques était de définir leurs rôles respectifs dans une future guerre à Taiwan.

Pourtant, les deux pays reconnaissent officiellement Taïwan comme faisant partie de la Chine.

La position offici