LA CHINE SORT SES MISSILES ANTINAVIRES

Mer de Chine méridionale : Pékin sort ses missiles antinavires

Thu Jan 10, 2019 4:19PM

Des véhicules militaires chinois transportant des missiles balistiques DF-26 participent au défilé militaire de 2015 à Pékin. ©www.armyrecognition.com

Des véhicules militaires chinois transportant des missiles balistiques DF-26 participent au défilé militaire de 2015 à Pékin. ©www.armyrecognition.com

Pékin annonce avoir déployé des missiles « capables de cibler des navires de grande et de moyenne taille » quelques jours après la dernière opération, appelée « Liberté de navigation », de la marine américaine près des îles contestées de la mer de Chine méridionale, ont annoncé les médias officiels.

Le déploiement des missiles balistiques DF-26 sur le plateau éloigné du nord-ouest de la Chine, annoncé initialement par la télévision centrale chinoise, fait suite à une mission du destroyer américain USS McCampbell, qui naviguait la veille à proximité des îles Paracel.

Capable de frapper des cibles avec des ogives nucléaires ou conventionnelles, le DF-26 a été surnommé « le tueur de Guam » par les analystes, car il permettrait à la Chine de disposer d’une puissance de feu sans précédent sur le territoire insulaire américain, sur la base aérienne d’Andersen et sur d’autres installations militaires américaines importantes.

Les tensions en mer de Chine méridionale, qui s’étend sur un million de kilomètres carrés, ont augmenté ces dernières années, la Chine affirmant de manière ferme sa souveraineté alors qu’existent des revendications contradictoires de la part de plusieurs pays d’Asie du Sud-Est.

« Le USS McCampbell a navigué à moins de 12 milles marins des îles Paracel pour contester les revendications maritimes et maintenir l’accès aux voies navigables régies par le droit international », a déclaré la porte-parole de la Flotte du Pacifique américaine, la lieutenante Rachel McMarr, dans un communiqué.

La Chine a accusé les États-Unis d’intrusion dans ses eaux territoriales.

« L’action des États-Unis a violé les lois chinoises et internationales, violé la souveraineté de la Chine, porté atteinte à la paix, à la sécurité et à l’ordre régional », a déclaré lundi le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Lu Kang, avant d’ajouter : « La Chine prendra les mesures nécessaires pour protéger la souveraineté de l’État. »

Citant un expert anonyme, le Global Times a déclaré que le déploiement du missile DF-26 est un bon rappel que la Chine est capable de protéger son territoire.

Pékin a construit des bombardiers à longue portée et des fortifications sur des îles contestées. L’année dernière, le président Xi Jinping, après avoir déclaré que cette région était un territoire chinois depuis l’Antiquité, avait supervisé le plus grand défilé naval de Chine.

Le système de missiles DF-26 est entré en service au sein des forces de fusée de l’Armée de libération du peuple en avril dernier. Il a été dévoilé lors d’un défilé militaire en 2015 à Pékin.

« Premier parmi les moyens militaires de la Chine pour atteindre Guam, l’IRBM DF-26 représente l’aboutissement de décennies d’avancées réalisées par les forces de missiles balistiques classiques de la Chine », indique un rapport publié en 2016 par la Commission de révision économique et de sécurité USA-Chine.

Malgré les avertissements de la Chine, il est peu probable que les États-Unis cessent de contester les revendications de Pékin en mer de Chine méridionale.

Selon Washington, la construction et la fortification d’îles artificielles par la Chine placent sous la coupe de Pékin des milliards de dollars générés par des échanges commerciaux, des déplacements et des communications.

Malcolm Davis, analyste principal en stratégie et capacités de défense à l’Australian Strategic Policy Institute de Canberra, a déclaré à CNN en décembre : « L’administration Trump ne reculera pas face à la pression chinoise. »

Tout retrait américain « saperait gravement la crédibilité [américaine] et encouragerait les Chinois à être plus affirmés et plus audacieux », a-t-il ajouté.

L’opération « de liberté de navigation » du USS McCampbell lundi a été la première du genre en 2019 pour la marine américaine. L’analyste a déclaré que les États-Unis en organisaient une toutes les huit semaines l’année dernière.

Une opération a presque abouti à une collision entre le destroyer américain USS Decatur et le destructeur chinois Lanzhou en septembre. Les deux navires sont arrivés à 41 mètres l’un de l’autre près des îles Spratley. L’US Navy a alors déclaré que le navire de guerre chinois « avait mené une série de manœuvres de plus en plus agressives accompagnées d’avertissements pour que le USS Decatur quitte la région. »

Après l’incident, des commentateurs pro-Pékin ont appelé la marine chinoise à aller encore plus loin.

« Si un navire de guerre américain rentre illégalement dans les eaux territoriales chinoises, deux navires de guerre chinois devraient être envoyés, l’un pour l’arrêter et l’autre pour le percuter et le couler », a déclaré Dai Xu, président de l’Institut chinois de la sécurité et de la coopération maritimes, cité dans l’article sur le site web en anglais de l’armée chinoise.

Entre-temps, le président Xi aurait commencé l’année 2019 en ordonnant à l’armée du pays de renforcer sa préparation au combat.

S’exprimant lors de la réunion de la Commission militaire centrale à Pékin le 4 janvier, Xi a déclaré que l’ALP devrait « améliorer la capacité de commandement des opérations conjointes, encourager de nouvelles forces de combat et améliorer l’entraînement militaire dans des conditions de combat », selon un rapport des médias d’État.

PressTV-Chine/USA: un conflit militaire?

PressTV-Chine/USA : un conflit militaire ?

Les tensions sino-US font rage en mer de Chine méridionale au moment de la relance des discussions commerciales bilatérales.

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/01/10/585404/Mer-de-Chine-Pkin-sort-ses-missiles-antinavires


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire