LA CHINE VOTE CONTRE UNE ENQUETE DE L'ONU SUR LES CRIMES PRESUMES DE LA RUSSIE

tourtaux-jacques Par Le 16/05/2022 0

Dans CHINE

La Chine vote contre une enquête de l’ONU sur les crimes de guerre présumés de la Russie


Arrêt sur info — 13 mai 2022

Facebook

 

Ambassadeur Vassily Nebenzia

La Russie commente les allégations de violence contre les enfants en Ukraine

L’envoyé de Moscou à l’ONU a déclaré que ces accusations étaient sans fondement, tandis que Kiev n’a pas réussi à confirmer un seul fait de l’histoire.

12 mai, 2022

Les allégations d’atrocités diverses contre des enfants prétendument commises par l’armée russe en Ukraine sont « absurdes » et ne sont étayées par aucun fait, a déclaré l’ambassadeur de la Russie aux Nations unies, Vassily Nebenzia. Le diplomate a fait ces remarques lors d’une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU jeudi.

« Aujourd’hui, nous avons une fois de plus entendu un certain nombre de collègues accuser l’armée russe de commettre des actes de violence, y compris des violences sexuelles, contre des enfants. Cela a été exprimé, en particulier, par un collègue britannique, mais aussi par d’autres », a-t-il déclaré, ajoutant que ces allégations étaient « absurdes ».

Ces allégations ne sont pas étayées par des faits, et même de hauts responsables de Kiev admettent qu’ils ne disposent d’aucune preuve réelle pour les étayer, a poursuivi M. Nebenzia, évoquant une récente interview de Daria Gerasimchuk, conseillère du commissaire du président ukrainien pour les droits de l’enfant.

Les forces ukrainiennes, au contraire, prennent régulièrement position dans les écoles et les jardins d’enfants, transformant délibérément ces installations en cibles militaires, a déclaré Mme Nebenzia.

« L’occupation d’écoles, de jardins d’enfants et d’autres établissements d’enseignement pour enfants par les forces armées ukrainiennes n’est pas l’exception, mais la règle », a déclaré le diplomate. « Cette méthode de guerre inhumaine met en danger la vie des enfants, les prive de leur droit à l’éducation et détruit l’infrastructure éducative de l’Ukraine. »

Nous avons la forte impression que les normes du droit international humanitaire existent pour quiconque, mais pas pour Kiev… La destruction délibérée d’objets civils est une marque de fabrique de Kiev, et ce n’est pas de la propagande russe.

La Russie a attaqué l’État voisin fin février, après que l’Ukraine n’a pas appliqué les termes des accords de Minsk, signés pour la première fois en 2014, et que Moscou a fini par reconnaître les républiques du Donbass de Donetsk et de Lougansk. Le protocole de Minsk, négocié par l’Allemagne et la France, visait à donner aux régions séparatistes un statut spécial au sein de l’État ukrainien.

Le Kremlin a depuis exigé que l’Ukraine se déclare officiellement comme un pays neutre qui ne rejoindra jamais le bloc militaire de l’OTAN dirigé par les États-Unis. Kiev insiste sur le fait que l’offensive russe n’a pas été provoquée et a démenti les allégations selon lesquelles elle prévoyait de reprendre les deux républiques par la force.

Source: rt.com

La Chine vote contre une enquête de l’ONU sur les crimes de guerre présumés russes

RT.com : 12 mai, 2022

Pékin invoque la « politisation » du Conseil des droits de l’homme pour s’opposer à une enquête sur de possibles violations des droits de l’homme en Ukraine.

La Chine a voté contre une enquête du Conseil des droits de l’homme de l’ONU sur les éventuels crimes de guerre commis par la Russie en Ukraine, craignant que l’enquête ne soit motivée par des considérations politiques. Elle a ainsi changé sa position antérieure d’abstention sur le conflit.

« Nous avons constaté que ces dernières années, la politisation et la confrontation au sein du Conseil ont augmenté, ce qui a gravement affecté la crédibilité, l’impartialité et la solidarité », a déclaré Chen Xu, le plus haut diplomate chinois au bureau de l’ONU à Genève.

Chen a fait ces commentaires avant que le Conseil des droits de l’homme ne vote jeudi – par 33 voix contre 2 et 12 abstentions – une résolution demandant une enquête sur les crimes de guerre. L’Érythrée est le seul autre pays à avoir voté contre. Les membres qui se sont abstenus sont l’Arménie, la Bolivie, le Cameroun, Cuba, l’Inde, le Kazakhstan, la Namibie, le Pakistan, le Sénégal, le Soudan, l’Ouzbékistan et le Venezuela.

L’enquête ne portera apparemment que sur les allégations contre la Russie, et non sur les crimes qui auraient été perpétrés par les troupes ukrainiennes, et se concentrera sur les événements survenus dans les régions de Kiev, Tchernigov, Kharkov et Sumy, en Ukraine, fin février et début mars. Elle sera effectuée « en vue d’amener les responsables à rendre des comptes », selon la résolution.

Les zones qui sont passées sous le contrôle de la Russie au début du conflit, qui a débuté le 24 février, « ont connu les violations des droits de l’homme les plus horribles sur le continent européen depuis des décennies », a déclaré au Conseil le vice-ministre ukrainien des affaires étrangères, Emine Dzheppar.

L’ambassadeur de Moscou auprès des Nations unies à Genève, Gennady Gatilov, a affirmé que « l’Occident collectif » organise une « déroute politique pour diaboliser la Russie » au lieu de s’attaquer aux véritables causes de la crise ukrainienne et de chercher des moyens de résoudre ces problèmes.

L’Assemblée générale des Nations unies a voté le mois dernier la suspension de la Russie du Conseil des droits de l’homme. La Chine a également voté contre dans ce cas, mais elle s’est abstenue sur d’autres résolutions relatives à l’Ukraine, notamment une condamnation de l’offensive militaire russe par l’Assemblée générale et une réprimande de Moscou par le Conseil de sécurité des Nations unies.

S’exprimant lors d’une réunion du Conseil de sécurité jeudi à New York, l’ambassadeur adjoint chinois auprès des Nations unies, Dai Bing, a fait valoir que les sanctions anti-russes se retourneront contre lui. « Les sanctions n’apporteront pas la paix, mais ne feront qu’accélérer la propagation de la crise, déclenchant des crises alimentaires, énergétiques et financières de grande ampleur dans le monde entier », a-t-il déclaré.

La Russie a attaqué l’Ukraine suite à l’échec de Kiev à mettre en œuvre les termes des accords de Minsk, signés pour la première fois en 2014, et à la reconnaissance éventuelle par Moscou des républiques du Donbass de Donetsk et de Lougansk. Le protocole de Minsk, négocié par l’Allemagne et la France, visait à donner aux régions séparatistes un statut spécial au sein de l’État ukrainien.

Le Kremlin a depuis exigé que l’Ukraine se déclare officiellement comme un pays neutre qui ne rejoindra jamais le bloc militaire de l’OTAN dirigé par les États-Unis. Kiev insiste sur le fait que l’offensive russe n’a pas été provoquée et a démenti les allégations selon lesquelles elle prévoyait de reprendre les deux républiques par la force.

Source: https://www.rt.com/news/555401-china-un-human-rights-russia

Traduction Arretsurinfo.ch

https://arretsurinfo.ch/la-chine-vote-contre-une-enquete-de-lonu-sur-les-crimes-de-guerre-presumes-de-la-russie/

 Imprimer

 

CHINEETATS-UNISRUSSIEUEUKRAINE

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire