COREE DU NORD

KIM ET LES ESSAIS BALISTIQUES NORD-COREENS SEMENT LA CACOPHONIE PARMI LES FAUCONS US

Essais balistiques nord-coréens: Trump et Bolton se contredisent

Wed May 29, 2019 1:12PM

Défilé militaire à Pyongyang. (Photo d'archives) ©AFP

Défilé militaire à Pyongyang. (Photo d'archives) ©AFP

Le département d’État américain a accusé mardi la Corée du Nord de violer les résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies sur l'interdiction de fabriquer des armes de destruction massive, alors que le président Trump a relativisé l’importance des deux récents essais de missiles réalisés par Pyongyang.

Morgan Ortagus n’a pas réussi à rendre moins vives de multiples contradictions qui apparaissent avec évidence dans les propos du président Trump et de son conseiller à la sécurité nationale John Bolton à propos de la Corée du Nord.

La porte-parole du département d’État américain, Morgan Ortagus qui choisissait soigneusement ses mots pour ne pas donner l’impression de contredire le locataire de la Maison Blanche, a refusé de dire si ces récents tirs nord-coréens concernaient, du point de vue de Washington, des missiles balistiques ou des « armes de destruction massive ».

« Je pense que l’ensemble du programme nord-coréen d’armes de destruction massive contrevient aux résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies », a-t-elle déclaré.

Elle a pourtant insisté sur l’importance d’une « relation positive » entre Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un afin de mettre un terme à la course aux armements de Pyongyang.

Un jour après les déclarations de John Bolton qui a prétendu que les récents essais balistiques de la Corée du Nord étaient « sans nul doute » une violation des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU, et malgré la réaction de la diplomatie nord-coréenne qui a qualifié John Bolton d’« erreur humaine » et de « belliciste », Donald Trump a minimisé l’importance de cette affaire et défendu ses relations avec le dirigeant nord-coréen.

«La Corée du Nord a tiré quelques petits missiles qui ont perturbé certains dans mon camp et d’autres, mais pas moi. J’ai confiance dans le fait que le Maréchal Kim tiendra sa parole envers moi », s’était félicité dimanche Donald Trump dans un tweet.

Pyongyang fustige les USAKIM

Pyongyang fustige les USA

La Corée du Nord a déclaré vendredi que la position « arbitraire et malhonnête » des États-Unis avait empêché la conclusion d'un accord lors d'un second sommet Corée du Nord-États-Unis.

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/05/29/597216/Coree-du-Nord-Trump-et-Pompeo-se-contredisent


 

KIM FUSTIGE LES USA

La Corée du Nord blâme les USA pour l'échec du sommet Kim-Trump

Fri May 24, 2019 3:47PM

Kim Jong-un (G) et Donald Trump discutent dans le jardin de l'hôtel Metropole à l'occasion de la 2e réunion USA/Corée du Nord à Hanoi, le 28 février 2019. ©Reuters

Kim Jong-un (G) et Donald Trump discutent dans le jardin de l'hôtel Metropole à l'occasion de la 2e réunion USA/Corée du Nord à Hanoi, le 28 février 2019. ©Reuters

La Corée du Nord a déclaré ce vendredi qu'elle ne reprendrait pas les négociations de dénucléarisation avec les États-Unis tant que Washington ne proposerait pas un « nouveau mode de calcul », blâmant les États-Unis pour l'échec du sommet entre le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un et le président américain Donald Trump.

La Corée du Nord a déclaré vendredi que la position « arbitraire et malhonnête » des États-Unis avait empêché la conclusion d'un accord lors d'un second sommet Corée du Nord-États-Unis, avertissant que la question nucléaire ne serait jamais résolue sans une nouvelle approche.

Un porte-parole du ministère nord-coréen des Affaires étrangères a accusé les États-Unis de tenter d’imputer à la Corée du Nord la responsabilité de l’impasse dans laquelle se trouvent les pourparlers.

« La cause sous-jacente du revers des pourparlers Pyongyang/Washington à Hanoï est la position arbitraire et malhonnête des États-Unis qui insistent sur une méthode totalement impossible à appliquer », a déclaré le porte-parole de la diplomatie nord-coréenne dans un communiqué publié par l’agence de presse officielle KCNA.

« À moins que les États-Unis n'abandonnent leur mode actuel et proposent un nouveau mode de calcul, le dialogue Pyongyang/Washington ne reprendra jamais et par extension, les perspectives d'une résolution de la question nucléaire seront sombres », a déclaré le porte-parole.

« Les États-Unis ne pourraient pas nous faire bouger d'un pouce, et plus leur méfiance et leurs actes hostiles à l'égard de la République de la Corée du Nord grandiront, plus notre réaction sera féroce », a-t-il averti.

La Corée du Nord en état d’alerte

La Corée du Nord en état d’alerte

Le leader nord-coréen a ordonné à l’armée de renforcer ses capacités de frappe alors qu’il dirigeait un autre tir de missiles.

La semaine dernière, le ministère nord-coréen des Affaires étrangères a dénoncé la saisie d’un cargo nord-coréen par les USA comme un « déni absolu » de l'esprit du premier sommet entre Kim et Trump, qui a eu lieu en juin dernier.

De son côté, l’ambassadeur nord-coréen à l’ONU Kim Song a déclaré mardi lors d’une conférence de presse que la saisie par les États-Unis d’un cargo nord-coréen pourrait avoir des conséquences sur l’avenir des relations bilatérales.

« Les États-Unis devraient en discuter et penser aux conséquences que pourraient avoir des actes scandaleux sur l'avenir » des relations bilatérales, a dit Kim Song. « Tout dépend des États-Unis, nous regarderons chaque mouvement de ce pays sur ces sujets », a-t-il répété.

Kim dénonce les

Kim dénonce les "Yankees"

Dans une lettre à l’adresse du secrétaire général de l'ONU, la Corée du Nord a demandé d’agir contre la saisie de son cargo par les États-Unis.

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/05/24/596785/Pyongyang-fustige-les-USA


 

BRAS D'HONNEUR DE KIM A TRUMP!

2ème essai militaire en moins d’une semaine de Pyongyang

Fri May 10, 2019 9:17AM

La Corée du Nord a procédé à des tirs de « projectiles »,  le samedi 4 mai 2019. ©AP

La Corée du Nord a procédé à des tirs de « projectiles », le samedi 4 mai 2019. ©AP

Après la défaite du 2ème round des négociations Kim-Trump à Hanoï en février dernier, Pyongyang paraît redonner un coup d’accélérateur à ses essais militaires.

Que ce soit l’essai d’armes tactiques ou la tenue de manœuvres militaires en présence du leader nord-coréen, ce sont semble-t-il, tous des signaux adressés au président US.  

Lors de son dernier exercice militaire jeudi, l’armée nord-coréenne voulait rappeler à l’administration Trump que Pyongyang ne peut plus attendre que la Maison Blanche annule ses sanctions contre la Corée du Nord. Le leader nord-coréen, Kim Jon Un a assisté aux manœuvres de l'armée qui ont eu lieu jeudi, a déclaré vendredi le média d'État KCNA. Kim Jong Un a ordonné, par ailleurs, le renforcement de la capacité de frappe militaire du pays.

Pyongyang a annoncé avoir procédé jeudi soir à un essai des missiles « à longue portée ». Et divers médias ont considéré que cela pourrait faire monter d’un cran la tension Pyongyang-Washington. Lancés depuis Kusong, dans la province de Pyongan Nord, les missiles ont parcouru respectivement 270 et 420 kilomètres en direction de l’est du pays.

Il s’agit du deuxième essai militaire de la Corée du Nord en moins d’une semaine et ce alors même que Pyongyang n’aurait pas tiré de missile depuis novembre 2017. 

Pyongyang tire à nouveau!

Pyongyang tire à nouveau!

Le ministère sud-coréen a fait part de tirs de projectiles qui seraient des missiles en provenance de la Corée du Nord.

Cet essai a été effectué alors que Stephen Biegun, représentant spécial américain pour la Corée du Nord était en visite à Séoul.

Lors de la manœuvre, Kim Jong un a ordonné que la capacité de frappe de l'armée nord-coréenne soit renforcée «au premier plan et sur le front occidental du pays » ajoutant que « la sécurité du pays n’est garantie que par une force physique solide, capable de défendre sa souveraineté », a rapporté l’agence de presse nord-coréenne, KCNA.

Lire : «Pyongyang ne pourra pas se soumettre à toutes les revendications US»

Certains médias occidentaux ont laissé croire que la Corée du Nord avait également lancé au moins un missile balistique à courte portée samedi dernier.

Pyongyang a annoncé que ses tests étaient des tests "réguliers et auto-défensifs" en rejetant l'idée d’une quelconque provocation.

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/05/10/595566/Nouvelle-tension-dans-les-relations-KimTrump-


 

LA COREE DU NORD, CARTE ROYALE DE LA CHINE ?

«Iskander nord-coréens» menaceraient les USA mais aussi et peut-être Israël

Mon May 6, 2019 8:18AM

Le leader nord-coréen surveille un tir de missile en 2018. ©NBCNEWS

Le leader nord-coréen surveille un tir de missile en 2018. ©NBCNEWS

Il y a quelque temps, les États-Unis ont annoncé avoir déployé des batteries de missiles THAAD au sud de la Palestine occupée puis presque simultanément en Arabie saoudite, mesure destinée à "renforcer la défense antimissile" d'Israël et de l'Arabie saoudite face à "l'Iran et à ses proxies" dans la région. Les analystes politiques y ont vu toutefois plus qu'une démarche exclusivement destinée à "contrer l'axe de la Résistance" puisque le système THAAD reste intégré au bouclier antimissile OTAN/USA déployé en Europe de l'est ( braqué sur la Russie) ainsi qu'au système antimissile US à Diego Garcia en océan Indien qui vise les intérêts chinois. La Chine et la Russie sont-elles indifférentes à ces menaces qui impliquent directement l'axe Riyad-Tel-Aviv et qui ciblent la présence croissante de la Chine et de la Russie au Moyen-Orient? Si Moscou détient désormais des troupes dans la région quitte à y défendre militairement ses intérêts, ce n'est pas encore le cas de Pékin. Mais Pékin a une carte royale, la Corée du Nord.  

PressTV-Israël: THAAD braqué sur la Russie?

PressTV-Israël: THAAD braqué sur la Russie?

Après Israël et l’Arabie saoudite, c’est au tour de la Roumanie d’abriter le système de défense antimissile américain THAAD, plus proche que jamais des frontières russes.

À peine quelque jours après sa rencontre avec Poutine à Vladivistock et au terme de ses entretiens avec le président Xi Jinping à Pékin, le Leader nord-coréen, Kim jong-Un a lancé un violent défi à l'adresses des États-Unis en assistant en personne aux essais d’armes « tactiques », arme similaire au système balistique russe 9K720 Iskander. Les analystes ont affirmé que ces essais significatifs de Pyongyang laissent entendre à la partie américaine que même en l’absence de ses missiles balistiques, la Corée du Nord serait capable de viser les cibles américaines dans n’importe endroit dans la péninsule de Corée. Kim veut dire en réalité à Trump que sa patience arrive à bout et il ne reste pas beaucoup de temps pour sa volte-face. Mais il y a peut-être plus que cela

L'agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA) a publié les 16 photos des tests de «lance-roquettes multiples de gros calibre et d'armes tactiques guidées par des unités de défense. Pour les experts, il y a là un message totalement clair que la Corée du Nord veut envoyer aux Américains : Pyongyang a la capacité de tenir bon face aux menaces des États-Unis et leurs alliés régionaux, même s’il n’accédait pas à ses missiles balistiques intercontinentaux.Toujours selon les experts, cette «arme tactique guidée» et testée par Pyongyang pourrait désormais être produite en série pour être mise à la disposition de l’Armée populaire de la Corée du Nord. 

Ces mêmes experts soulignent surtout  les caractéristiques et les capacités de la nouvelle arme qui se rapproche du système balistique russe 9K720 Iskander surtout en termes de portée laquelle peut varier d'une toute petite distance de 50 à 60 km à 500 km. La nouvelle arme peut également modifier l’angle d’attaque au dernier tronçon. Or un tel système est parfaitement apte à neutraliser le système THAAD ou des systèmes antimissiles similaires de l’armée américaine. Soit des systèmes que les Américains tendent à planter partout y compris en Israël et en Arabie saoudite. 

La semaine dernière, la visite d'une délégation nord-coréenne en Syrie a suscité de nombreux commentaires sur le ralliement de la Corée du Nord à l'axe formé au Moyen-Orient par la Syrie, l'Iran et la Russie auquel participe désormais plus activement la Chine. 

PressTV-USA : Kim passe à l'offensive!

PressTV-USA : Kim passe à l'offensive!

L’agence de presse officielle nord-coréenne KCNA rapporte ce dimanche que le leader nord-coréen Kim Jong-un avait supervisé samedi des essais de lance-roquettes multiples à longue portée et d’armes tactiques guidées.  

Selon des sources proches des négociations, la délégation nord-coréenne aurait évoqué en présence des interlocuteurs syriens la possibilité d'une optimisation des systèmes S-200 syriens, lesquels ont largement contribué à contrer l'aviation israélienne depuis 2011. Ces mêmes sources n'écartent pas non plus le possible transfert de nouveaux missiles tactiques nord-coréen en Syrie, là où ils pourraient être employé à l'effet de neutraliser le THAAD israélien ou saoudien. D'autant plus que l’essai des lance-roquettes multiples à longue portée ne fait pas l’objet des sanctions américaines. Mais quoiqu'il en soit l'émergence du facteur nord-coréen dans le conflit en Syrie est une très mauvaise nouvelle pour les Etats-Unis qui semblent avoir totalement raté leurs chances de compromis avec Pyongyang. Si la Russie et ses capacités balistiques livrées à la Syrie pourront à tout moment faire l'objet de compromis entre Moscou et Tel-Aviv, il n'en est pas de même pour les capacités balistiques que la Corée du Nord pourraient livrer à Damas. On y voit les prémices d'une subtile manœuvre de Pékin qui commence à peser plus lourd au Moyen-Orient  par Corée du Nord interposé, note un expert des questions militaires joint par Mashregh News. 

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/05/06/595220/Iskander-nordcoren-menacerait-les-USA


 

L'ULTIME ARME US CONTRE LA COREE DU NORD ?

Pyongyang qualifie d’ « attaque terroriste » le raid contre son ambassade à Madrid

Sun Mar 31, 2019 11:8AM

Kim Jong-un passe les troupes en revue, lors d'une parade militaire à Pyongyang. ©AFP/KNS

Kim Jong-un passe les troupes en revue, lors d'une parade militaire à Pyongyang. ©AFP/KNS

Il y a un mois un groupuscule se nommant " Free Jusan" s'en prenait à l'ambassade nord-coréenne à Madrid, une première dans l'histoire récente du pays. La presse locale a pointé par la suite de doigt la CIA comme étant à l'origine de la formation de ce groupuscule qui exige "un gouvernement de transition" à Pyongyang. L'incident n'a pas échappé à la vigilance des Nord-coréens dont les pourparlers avec les Américains ont échoué pour cause d'exigences insensés de Washington en termes de prolifération. Réagissant à cette attaque, Pyongyang a qualifié de«terroriste» le raid du mois dernier contre son ambassade à Madrid.

Dans une première réaction officielle au récent raid contre l’ambassade de la Corée du Nord à Madrid, le ministère nord-coréen des Affaires étrangères, cité par KNS, a dénoncé dans un communiqué publié ce dimanche 31 mars, le raid mené le 22 février le qualifiant de « grave attaque terroriste ».

PressTV-Les USA attaquent l’ambassade nord-coréenne

PressTV-Les USA attaquent l’ambassade nord-coréenne

Les services de renseignement américains seraient à l’origine de l’attaque contre l’ambassade de Corée du Nord à Madrid en février 2019.

Le 22 février, la représentation diplomatique de la Corée du Nord à Madrid a fait l’objet d’une attaque menée par un commando, à cinq jours du deuxième sommet réunissant le président américain et le dirigeant nord-coréen à Hanoï. Les mains et les pieds liés, la bouche scotchée, le personnel a laissé voler les ordinateurs par les assaillants qui sont entrés illégalement dans les locaux de l’ambassade.

Après un mutisme de plusieurs semaines, un juge d’instruction espagnol a dévoilé mardi dernier une série de détails sur le raid et le commando qui l'avait perpétré. La justice espagnole indique que le chef présumé du commando est un certain Adrain Hong Chang, de nationalité mexicaine résidant aux États-Unis.

La justice espagnole va plus loin en ajoutant que Hong Chang était entré en contact avec le FBI à New York, pour lui remettre des informations relatives à l’attaque ainsi que du matériel audiovisuel obtenu lors de l’assaut.

Le groupe Défense civile Cheollima (DCC), cité par Washington Post, a revendiqué le raid. Le journal américain confirme que le DCC dirigeant une campagne de subversion contre Kim Jong-un depuis 2017, est à l’origine de l’attentat du 22 février contre l’ambassade nord-coréenne à Madrid.

A l’heure actuelle, Pyongyang évoque une possible implication US dans ce raid. Il exhorte les autorités espagnoles à traduire en justice les terroristes et ceux qui leur ont tiré les ficelles.

Interrogée par les autorités de la police nationale espagnole ainsi que le service de renseignement extérieur du Centre national du renseignement (CNI) au sujet de sa présumée implication dans l’affaire, la CIA a refusé de donner des réponses persuasives.

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/03/31/592265/Pyongyang-attaque-par-les-USA


 

COMMENT LE COMMUNISTE NORD COREEN KIM JONG-UN A "DESARME" LE FASCISTE PRESIDENT US TRUMP

Comment Kim Jong-un a trompé Trump à Hanoï

Fri Mar 1, 2019 6:35PM

Sommet entre Kim Jong-un et Donald Trump, respectivement leader nord-coréen et président des États-Unis, le 28 février 2019, à Hanoï au Vietnam. ©AP

Sommet entre Kim Jong-un et Donald Trump, respectivement leader nord-coréen et président des États-Unis, le 28 février 2019, à Hanoï au Vietnam. ©AP

Le président américain est rentré les mains vides du sommet de Hanoï avec Kim Jong-un. Pour la simple raison que le dirigeant nord-coréen, en faisant preuve d’une adresse et d’une fermeté à toute épreuve, a conditionné tout dialogue au sujet de la dénucléarisation de Pyongyang à une levée de toutes les sanctions économiques contre son pays.

Le journal Rai al-Youm, basé à Londres, estime que le président américain a eu tort de prendre le dirigeant nord-coréen pour un pigeon dont il pourrait se servir pour détourner l’opinion publique des multiples crises auxquelles il est confronté à Washington.

Le journal écrit :

« Cette ferme position de Kim s’explique par le soutien des autorités chinoises, à l’origine de l’échec du sommet. Agissant dans les coulisses, elles ont ainsi infligé une gifle à un Trump qui est en pleine guerre commerciale avec Pékin.

Si nous doutons du succès du sommet américano-nord-coréen, ce n’est pas parce que nous pouvons lire l’avenir dans le marc de café, mais parce que nous sommes d’avis que Kim Jong-un est bien conscient que renoncer à ses armes nucléaires le conduira au même sort que Saddam Hussein et Mouammar Kadhafi. »

PressTV-Kim: les USA mis échec et mat

PressTV-Kim : les USA mis échec et mat

Les négociations entre la Corée du Nord et les États-Unis au Vietnam ce jeudi 28 février se sont terminées sans accord et plus tôt que prévu.

« Trump, qui a fait 22 heures de vol pour participer au sommet, tâche à présent de se consoler en se disant que Kim lui a promis de ne pas procéder à de nouveaux essais nucléaires ou balistiques. Il disait sans doute vrai, car à l’heure actuelle, Pyongyang dispose d’un nombre suffisant d’ogives nucléaires et de missiles balistiques pour prendre pour cible le sol américain et n’a donc pas besoin d’une quantité plus importante d’armes », écrit Rai al-Youm.

« Nous sommes donc sur la même longueur d’onde avec ceux qui soulignent que le dirigeant nord-coréen, opposé à la dénucléarisation de son pays, a tiré profit de l’inintelligence du président américain », a conclu le journal.

Kim a désarmé les Etats-Unis

Kim a désarmé les Etats-Unis

Le président des États-Unis, qui avait précédemment insisté sur la nécessité du désarmement nucléaire nord-coréen, a déclaré à la veille d’une réunion avec Kim Jong-un que Washington était satisfait de l’arrêt des essais nucléaires nord-coréens.

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/03/01/589898/Pyongyang-Trump-sestil-fait-avoir