COREE DU NORD

LE CHEF DE L'ETAT-MAJOR DE L’ARMÉE POPULAIRE CORÉENNE DE LA RPDC DIT ETRE DÉÇU DE LA MENACE MILITAIRE US

Le chef de l'Etat-major de la RPDC se dit déçu de la menace militaire américaine

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2019-12-05 à 02:37
 

PYONGYANG, 4 décembre (Xinhua) -- Pak Jong Chon, chef de l'Etat-major de l'Armée populaire coréenne de la République populaire démocratique de Corée (RPDC), a déclaré mercredi qu'il était déçu d'apprendre que le président américain Donald Trump avait affirmé mardi qu'il pourrait recourir aux forces armées contre la RPDC.

"J'ai appris que le président américain avait tenu des propos déplacés sur la RPDC le 3 décembre au cours du sommet de l'OTAN au Royaume-Uni", a-t-il indiqué.

"La RPDC et les Etats-Unis sont toujours techniquement en guerre et la trêve peut à tout moment être transformée en conflit armé généralisé, même à cause d'un accident", a-t-il averti.

M. Pak a également souligné que les forces armées américaines avaient récemment effectué des manœuvres militaires inhabituelles ciblant la RPDC. "Nous analysons les effets que ces actions militaires peuvent avoir sur la sécurité de la RPDC et nous préparons à y faire face."

"J'annonce clairement que si les Etats-Unis utilisent des forces armées contre la RPDC, nous entreprendrons des actions rapides de même niveau", a-t-il déclaré.

http://french.xinhuanet.com/2019-12/05/c_138606015.htm


 

LES CHEFS DE L’ARMÉE NORD CORÉENNE DÉCLARENT QUE L'USAGE DE LA FORCE MILITAIRE US AURAIT DES REPERCUSSIONS INDÉSIRABLES POUR LES ETATS-UNIS

Wed Dec 4, 2019 6:43PM

Énigmatiques photos de Kim à cheval. © AFP

Énigmatiques photos de Kim à cheval. © AFP

« L’usage de force militaire contre la Corée du Nord aurait des répercussions indésirables pour les États-Unis », ont déclaré ce mercredi 4 décembre les commandants de l’armée nord-coréenne, cités par l’agence de presse officielle nord-coréenne KCNA.

« Une dérive vers un conflit armé de grande ampleur est possible à tout moment entre la Corée du Nord et les États-Unis. Toute attaque recevra une réponse immédiate des forces armées nord-coréennes », a averti Pak Jong Chon, commandant de l’armée nord-coréenne.

Tout en mettant en garde contre les répercussions de la prise de position de Washington envers Pyongyang, le vice-ministre nord-coréen des Affaires étrangères, Lee Tae Sung, s’est exprimé mardi dernier en ces termes : « Le dialogue annoncé par les États-Unis n’est en réalité qu’une ruse stupide destinée à maintenir la Corée du Nord sous l’impulsion des négociations et à l’utiliser dans l’intérêt de la situation politique et des élections aux États-Unis ».

« Tout ce qui peut être fait maintenant, c’est le choix des États-Unis, et cela ne dépend que des États-Unis du cadeau de Noël qu’ils choisiront eux-mêmes », a résumé Lee Tae Sung.

Kim mobilise ses bombardiers

Kim mobilise ses bombardiers

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a assisté à une démonstration de combat aérien et a appelé les pilotes à se préparer à combattre les « ennemis armés jusqu’aux dents ».

Selon le vice-ministre des Affaires étrangères nord-coréen, « les États-Unis cherchent à gagner du temps dans leur propre intérêt en parlant d’un dialogue stable et constructif, plutôt que de prendre des mesures en réponse aux mesures prises précédemment par la Corée du Nord ».

Les médias nord-coréens ont de nouveau diffusé mercredi d’énigmatiques photos de Kim Jong Un montant un cheval blanc dans la neige sur une montagne sacrée de la péninsule, une mise en scène éminemment symbolique selon les experts qui rivalisent de conjectures sur sa signification.

Certains spécialistes nord-coréens affirment que les visites du dirigeant nord-coréen sur le Mont Paektu -- berceau légendaire du peuple coréen -- augurent parfois d’une annonce politique majeure. Il avait déjà été photographié en octobre montant un cheval blanc sur ce volcan endormi à la frontière avec la Chine.

La diffusion de ces nouveaux clichés intervient alors que les négociations sur le nucléaire avec les États-Unis sont dans l’impasse. Pyongyang a donné à Washington jusqu’à la fin de l’année pour faire des concessions.

http://french.presstv.com/Detail/2019/12/04/612842/Core-du-Nord-EtatsUnis-Trump-Kim-Pak-Jong-Chon


 

LA CORÉE DU NORD DÉFIE LES ETATS-UNIS

Pyongyang a tiré «deux projectiles non identifiés» (armée sud-coréenne)

Thu Nov 28, 2019 3:3PM

Un reportage télévisé sur le projectile non-identifié tiré par la Corée du Nord, le 28 novembre 2019. ©Reuters

Un reportage télévisé sur le projectile non-identifié tiré par la Corée du Nord, le 28 novembre 2019. ©Reuters

La Corée du Nord a tiré jeudi « deux projectiles non identifiés », a annoncé l’armée sud-coréenne, au moment où les négociations sur le nucléaire entre Pyongyang et Washington demeurent dans l’impasse.

« Deux projectiles ont été tirés en direction de l’est depuis la province du Hamgyong du Sud et sont tombés dans la mer du Japon », a indiqué l’état-major sud-coréen dans un communiqué.

Ce tir a été effectué à 16h59 (7h56 GMT) jeudi, jour de Thanksgiving, une grande fête pour les États-Unis.

Il s’agit de la 13e fois depuis le début de 2019 que la Corée du Nord procède à de tels tirs.

« Le service de la sécurité maritime du Japon a de son côté confirmé ce tir effectué par Pyongyang.

Les forces navales américaines, présentes sur l’île de Guam, ont annoncé que la Corée du Nord a tiré deux projectiles à courte portée en direction de la mer du Japon et qu’ils ne représentent aucun danger pour Guam ou les avoirs américains.

Auparavant, Choson Sinbo, quotidien nord-coréen avait écrit dans un rapport que Pyongyang était prêt à s’engager faute d’une avancée diplomatique avec les États-Unis dans une nouvelle voie et accélérer la production de ses nouveaux armements. Washington ne doit donc pas rater cette opportunité de négociations avec Pyongyang.

Les récents tests de missile nord-coréens montrent que Pyongyang a augmenté la portée de ses missiles et que le nouveau système balistique de la Corée du Nord (MLRS) est capable de prendre pour cible les bases américaines se trouvant en Corée du Sud.

Pyongyang a donné à Washington jusqu’à fin 2019 pour présenter une nouvelle offre et a menacé à plusieurs reprises ces dernières semaines de se retirer définitivement des discussions.

Pyongyang serait en mesure de frapper au-delà de la péninsule coréenne

Pyongyang serait en mesure de frapper au-delà de la péninsule coréenne

La Corée du Nord est capable de développer de nouveaux systèmes antimissiles pouvant viser les bases américaines en Corée du Sud.

Pour une 1re fois, le président américain et le dirigeant nord-coréen se sont rencontrés le 12 juin 2018 à Singapour. Le deuxième round des pourparlers entre les dirigeants des deux pays s’est ensuite tenu dans la capitale vietnamienne et il a également été un échec. Pour la troisième fois, Trump et Kim se sont rencontrés dans la zone civile située à la frontière coréenne. Depuis, on ne constate aucun progrès dans les relations des deux pays.

L’année dernière, les dirigeants des deux Corées ont également tenu trois réunions. Moon et Kim ont convenu d’améliorer leurs relations et reprendre leurs projets commerciaux stoppés. Toutefois, en raison du durcissement des sanctions américaines sur la Corée du Nord et la non-flexibilité de Washington face à Pyongyang, aucun progrès significatif n’a été accompli jusqu’à présent dans les relations entre les deux Corées.

http://french.presstv.com/Detail/2019/11/28/612339/Core-du-Nord-Core-du-Sud-missile-non-identifi-tir-de-missile-Guam


 

LA CORÉE DU NORD N'EST PAS INTÉRESSÉE PAR UN NOUVEAU SOMMET INUTILE AVEC LES ETATS-UNIS

 
 
 

La RPDC n'est pas intéressée par un nouveau sommet inutile avec les Etats-Unis

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2019-11-19 à 03:45
 

PYONGYANG, 18 novembre (Xinhua) -- Un responsable de la République populaire démocratique de Corée (RPDC) a déclaré lundi que Pyongyang n'était pas intéressé par un nouveau sommet entre la RPDC et les Etats-Unis, dans la mesure où celui-ci "n'apporterait rien" à son pays.

Kim Kye Gwan, un conseiller du ministère des Affaires étrangères de RPDC, a déclaré avoir appris que le président américain Donald Trump avait appelé dimanche sur Twitter à un nouveau sommet RPDC-Etats-Unis, selon un communiqué publié par l'Agence de presse centrale coréenne (KCNA), l'agence de presse officielle de RPDC.

"Je suis le seul à pouvoir vous amener là où vous voulez aller. Vous devriez agir rapidement et conclure un accord. A bientôt !", a déclaré M. Trump à Kim Jong Un, dirigeant suprême de RPDC.

Kim Kye Gwan a cependant indiqué que les trois séries de rencontres au sommet et de pourparlers organisées entre la RPDC et les Etats-Unis depuis juin 2018 n'avaient apporté aucune amélioration particulière aux relations entre les deux pays.

"Les Etats-Unis ne cherchent qu'à gagner du temps en prétendant avoir accompli des progrès dans le règlement du problème de la péninsule coréenne", a-t-il déclaré.

Le conseiller a souligné que la RPDC n'avait encore rien reçu en retour de ces sommets. En conséquence, "nous ne ferons plus au président américain aucun cadeau dont il puisse se vanter ; nous voulons obtenir quelque chose en contrepartie", a-t-il ajouté.

"Si les Etats-Unis veulent vraiment poursuivre le dialogue avec la RPDC, il leur faudra prendre des décisions plus audacieuses et renoncer à leur politique hostile à l'égard de la RPDC", a-t-il déclaré.

La Corée du Sud et les Etats-Unis ont par ailleurs annoncé dimanche avoir décidé de remettre à plus tard un exercice militaire conjoint prévu pour la fin du mois, et ce afin de pouvoir consolider leur dialogue avec la RPDC.

Pyongyang avait en effet critiqué cet exercice militaire comme hostile à la RPDC, soulignant qu'il ne ferait que nuire aux nouvelles négociations sur la dénucléarisation de la péninsule coréenne. Fin

http://french.xinhuanet.com/2019-11/19/c_138565018.htm


 

KIM MENACE DE FRAPPER LES BASES US ÉTABLIES EN CORÉE DU SUD

Pyongyang serait en mesure de frapper au-delà de la péninsule coréenne

Wed Nov 13, 2019 6:3PM

Accompagné de Kim Jong-un, Donald Trump a fait quelques pas en Corée du Nord, une première pour un président américain, le 30 juin 2019. ©AFP

Accompagné de Kim Jong-un, Donald Trump a fait quelques pas en Corée du Nord, une première pour un président américain, le 30 juin 2019. ©AFP

Le journal nord-coréen Choson Sinbo avertit les États-Unis que la Corée du Nord est capable de développer de nouveaux systèmes antimissiles pouvant viser les bases américaines en Corée du Sud.

Le journal nord-coréen a exhorté Washington à « faire les bons choix » en soulignant que les nouveaux systèmes antimissiles du pays étaient capables de cibler les bases américaines établies en Corée du Sud.

Pyongyang envisage d’emprunter « une nouvelle voie » si des avancées importantes ne sont pas observées dans la diplomatie avec les États-Unis. Or s’ils ne veulent pas voir le développement de systèmes de défense de nouvelle génération, ils ne devraient pas rater l’occasion de dialoguer avec la Corée du Nord, note le journal.

Kim Jong-un a fixé la fin d’année comme date butoir pour l’organisation de pourparlers avec la partie américaine sur la dénucléarisation de la péninsule coréenne. Les deux pays avaient repris début octobre des discussions de travail près de Stockholm en Suède, sans parvenir à un accord.

Kim Yong Chol, qui était auparavant l’homologue nord-coréen du secrétaire d’État américain Mike Pompeo dans les discussions sur le nucléaire, a déclaré que les États-Unis exerçaient des pressions sur la Corée du Nord de manière « plus sournoise » au lieu de suivre l’appel lancé par la Corée du Nord à Washington d’adopter une nouvelle approche, ajoutant que les États-Unis poussaient avec persistance d’autres pays à imposer des sanctions de l’ONU sur la Corée du Nord.

La Corée du Nord a confirmé jeudi 3 octobre avoir testé un « nouveau type » de missile balistique, tiré à partir d’un sous-marin. L’agence officielle de presse nord-coréenne KCNA a identifié cet engin comme étant un Pukguksong 3, c’est-à-dire un missile mer-sol balistique (SLBM). Ce tir d’un missile mer-sol balistique prouve que Pyongyang a franchi un nouveau cap et serait désormais en capacité de frapper au-delà de la péninsule coréenne. Selon des experts, il s’agit d’un missile de portée intermédiaire pouvant parcourir environ 2 000 km.

Le 30 juin dernier, Donald Trump et son homologue nord-coréen Kim Jong-un se sont rencontrés dans la Zone démilitarisée (DMZ) entre les deux Corées. Ils avaient convenu de reprendre les négociations à propos du programme nucléaire de Pyongyang.

Les discussions engagées quelques semaines plus tard en Suède, à Stockholm, se sont terminées sur une impasse. Washington et Pyongyang ne sont pas parvenus à s’entendre sur le démantèlement du programme nucléaire nord-coréen en échange d’une levée des sanctions économiques internationales.

PressTV-Missiles de Kim inspirent la Résistance?

PressTV-Missiles de Kim inspirent la Résistance?

Des responsables sud-coréens ont annoncé que la Corée du Nord avait tiré plusieurs missiles balistiques non identifiés.

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/11/13/611118/Pyongyang-serait-en-capacite-de-frapper-audela-de-la-peninsule-coreenne


 

LES USA ACCUSENT LA CORÉE DU NORD DE SOUTENIR LE TERRORISME. LA RPDC ESTIME QUE LES CHANCES DE NÉGOCIATIONS AVEC LES USA S’AMENUISENT

Corée du Nord: les chances de pourparlers avec les États-Unis «s’amenuisent»

PHOTO KCNA, REUTERS

Les pourparlers étaient au point mort depuis l’échec du sommet de Hanoï en février entre le président Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un.

(Séoul) Pyongyang a estimé mardi que les chances de négociations avec les États-Unis « s’amenuisent » après que le département d’État américain a accusé la Corée du Nord de soutenir le terrorisme.

Partager   

  •  
  •  
  •  
  •  

AGENCE FRANCE-PRESSE

Vendredi, le rapport annuel du département d’État américain a classé pour la deuxième année consécutive la Corée du Nord parmi les États soutenant le terrorisme et l’a de nouveau pointée du doigt pour son « implication dans des assassinats en territoire étranger ».

Le ministère des Affaires étrangères nord-coréen a condamné ce document, qu’il a qualifié de « grave provocation politiquement motivée », a rapporté mardi l’agence officielle nord-coréenne KCNA. Un porte-parole a estimé que les États-Unis sont « foyers et meneurs du terrorisme ».

« Le canal du dialogue entre la RPDC (nom officiel de la Corée du Nord) et les États-Unis rétrécit de plus en plus en raison de l’attitude et de la position des États-Unis », a-t-il ajouté.

Américains et Nord-Coréens se sont rencontrés début octobre en Suède. Pyongyang avait quitté la table des négociations en se disant déçue du manque de solutions « nouvelles et créatives » proposées par Washington.

Les pourparlers étaient au point mort depuis l’échec du sommet de Hanoï en février entre le président Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un.

Washington et Pyongyang n’étaient alors pas parvenus à s’entendre sur le démantèlement des programmes nucléaires de la Corée du Nord en échange d’une levée des sanctions économiques.

Depuis, Pyongyang, qui demande à Washington de changer d’approche d’ici la fin de l’année, a procédé à des tirs de missiles balistiques de courte portée.  

https://www.lapresse.ca/international/asie-et-oceanie/201911/05/01-5248393-coree-du-nord-les-chances-de-pourparlers-avec-les-etats-unis-samenuisent.php


 

COREE DU NORD : ROYAL COUP ASSENE PAR KIM NON SEULEMENT AUX USA FRAPPES DANS LEUR JARDIN, MAIS AUSSI ET SURTOUT A « ISRAËL »

L'armée égyptienne construit un arsenal indépendant des USA à l'aide de l'axe Moscou/Pyongyang?

Mon Oct 28, 2019 10:06AM [Updated: Tue Oct 29, 2019 05:09AM ]

Une lance-roquette de fabrication nord-coréenne.(Archives)

Une lance-roquette de fabrication nord-coréenne.(Archives)

Qui aurait cru que Kim frappe les USA en son pré-carré. Alors que les États-Unis ont fait voler ce dimanche deux bombardiers stratégiques B-52 au-dessus de la mer de Chine orientale, non loin de l'espace aérien de la Corée du Nord, et ce, en représailles aux tests balistiques largement réussis de la Corée du Nord, Washington Post nous apprend que Pyongyang aurait signé un accord avec l'Égypte pour lui livrer des missiles! À en croire le journal, al-Sissi qui s'est fait démarquer cette semaine par ce spectaculaire rapprochement avec la Russie en ouvrant le ciel égyptien aux éléments de la DCA russe, dans le cadre des « exercices de défense aérienne "Arrow of Friendship" 2019 », aurait caché le contrat aux Américains par "crainte des sanctions".

PressTV-USA : Kim passe à l'offensive!

PressTV-USA : Kim passe à l'offensive!

L’agence de presse officielle nord-coréenne KCNA rapporte ce dimanche que le leader nord-coréen Kim Jong-un avait supervisé samedi des essais de lance-roquettes multiples à longue portée et d’armes tactiques guidées.  

Quoi qu'il en soit, si l'info s'avère telle qu'elle est décrite par le journal américain, il convient d'y voir un royal coup asséné par Kim non seulement aux USA, mais aussi et surtout à Israël. Car on sait comment l’Égyptien est aux prises avec le terrorisme version daechiste au Sinaï, un terrorisme créée et nourri par les services secrets israéliens et qui a pour mission, d'abord, d'épuiser l'armée égyptienne et ensuite justifier les ingérences militaires israélo-égyptiennes dans cette vaste contrée où le Deal du siècle ambitionnait loger les Palestiniens de Gaza. Que la Corée du Nord livre donc des missiles au Caire pour lutter contre Daech de Sinaï et ce, à l'insu des USA, c'est là un coup de maître qui rappelle une nouvelle fois aux maîtres de la Maison Blanche de ne jamais sous-estimer leur adversaire. Surtout que Kim a à plus d'une reprise manifesté sa haine et son aversion contre Israël.  

Se référant à cette information, The Washington Post a écrit dans son édition du 26 octobre : « Des documents internes du gouvernement égyptien montrent que des autorités égyptiennes se démènent pour détruire certaines lettres officielles après que des agences d'espionnage américaines aient découvert un stratagème visant à transporter clandestinement une cargaison militaire nord-coréenne en Égypte, et ce, au mépris des sanctions internationales. »

« De nouveaux documents indiquent le rôle apparent de l'armée égyptienne dans l'achat de 30 000 mortiers trouvés dans un cargo nord-coréen il y a trois ans. Le navire se dirigeait vers un port en Égypte situé sur le canal de Suez et, après sa saisie, les Nations unies ont parlé de la plus importante saisie d'armes de l'histoire des sanctions nord-coréennes », selon le journal.

La DCA russe active en Egypte?

La DCA russe active en Égypte?

Les premiers exercices conjoints de défense aérienne Arrow of Friendship 2019 ont débuté en Égypte, a annoncé dimanche le district militaire sud de la Russie.

Selon The Washington Post, l'accord entre Le Caire et Pyongyang qui a permis une première livraison de missiles à l'Égypte, serait toujours en vigueur : " À Washington, des membres de l’administration américaine s'inquiètent du rapprochement du Caire avec Pyongyang, un pays qui demeure malgré tout un important client des armements US, mais qui a tendance de plus en plus à se fournir auprès de la Russie, et maintenant auprès de la Corée du Nord.

The Washington Post a publié pour la première fois la nouvelle de l’achat égyptien d’armes nord-coréennes en octobre 2008 et de sa livraison maritime au moment où des tentatives se multiplient pour des actes de piratage visant le trafic maritime mondial. En été, les Américains ont saisi un pétrolier iranien à Gibraltar sous prétexte d'avoir à contrer les tentatives iraniennes de fournir la Syrie en pétrole sous sanction US. Le cas égyptien, évoqué sous le label "révélation" par le journal américain, répond à cette même logique. La presse américaine a déjà rapporté que l’armée égyptienne avait tenté d’acheter à la Corée du Nord, souvent, des armes, des munitions et des connaissances pour la fabrication de produits de l’industrie militaire égyptienne, mais elle a été contrecarrée par les Américains qui ont peur de l'émergence d'une armée égyptienne dépositaire d'un arsenal dépassant les capacités de l'armée israélienne. Aussi c'est avec inquiétude que l'axe Tel-Aviv-Washington a réagi aux informations concernant les exercices aériens conjoints égypto-russes. 

PressTV-Israël ressort ses Spyder contre l’Égypte!

PressTV-Israël ressort ses Spyder contre l’Égypte!

Le déploiement par Israël des systèmes de missile Spyder, aux alentours du barrage éthiopien de la Renaissance, n’est pas allé non sans attiser la tension entre ce régime et l’Égypte.

Dimanche 27 octobre, le porte-parole des forces armées égyptiennes a annoncé que "des éléments des forces de défense antiaérienne russe sont arrivés en Égypte pour participer aux activités de formation conjointes égypto-russes de la défense antiaérienne (Arrow Friendship-1), organisées par l'Égypte pour la première fois entre les deux parties".

https://www.presstv.com/Detail/2019/10/28/609753/Afrique-un-trio-EgypteRussieCore-du-Nord


KIM REMPORTE UN DÉFI IMMENSE : LE TEST DU MISSILE BALISTIQUE A CAPACITÉ NUCLÉAIRE, PUKKUKSONG-3 TIRE D’UN SOUS-MARIN DE NOUVELLE GENERATION

"Savoir dire "non" aux USA, Téhéran et Pyongyang devront nous l'apprendre"(Atwan)

Mon Oct 7, 2019 11:33AM

Les médias nord-coréens ont publié cette photo du "nouveau type SLBM Pukguksong-3" tiré dans les eaux au large de la baie de Wonsan, dans l'est de la mer de Corée, en octobre 2019. ©AFP

Les médias nord-coréens ont publié cette photo du "nouveau type SLBM Pukguksong-3" tiré dans les eaux au large de la baie de Wonsan, dans l'est de la mer de Corée, en octobre 2019. ©AFP

Aucun analyste occidental ne l'a vu venir. Le dernier essai balistique de la Corée du Nord a impliqué un tir d’un missile balistique de portée intermédiaire à capacité nucléaire lancé à partir d’un submersible de nouvelle génération de construction locale. Pyongyang a donc remporté haut la main un défi immense : le test du Pukkuksong-3 à partir d’un sous-marin de nouvelle génération, marquant là son entrée dans le club très fermé des pays disposant de capacités de lancement de missiles balistiques nucléaires à partir de submersibles. Et bien cet essai a assommé bon nombre d’observateurs occidentaux qui traitent la Corée du Nord comme un "pays arriéré" disposant au mieux d’"un arsenal obsolète", état que " les sanctions US ne cessent d'empirer". Une image que ces mêmes pays occidentaux tentent de coller à l'Iran et à l'axe de la Résistance. La prouesse balistique nord-coréenne intéresse de près toutes les composantes de cet axe. 

Dans son nouvel éditorial, le journal en ligne Rai al-Youm a salué la position de l'Iran et de la Corée du Nord envers le maximalisme américain.

Se rapportant au dernier fiasco des négociations Corée du Nord/États-Unis en Suède, le journal écrit que « Pyongyang a lancé un défi au président américain Donald Trump et a décidé de tenir tête à Washington. L'Iran fait de même pour sa part, si bien qu’il a réussi à faire capituler l'Amérique, ce dont devraient tirer des leçons les Arabes. »

Le tir du SLBM achève la création de la deuxième composante de la dissuasion nucléaire nord-coréenne. ©Strategika51

Pour ce qui est de l’échec des récentes négociations Pyongyang/Washington, l’auteur fait allusion à la position de force des Nord-Coréens face aux Américains, en mettant en cause la politique des régimes arabes de la région :  « La Corée du Nord a suspendu les pourparlers avec Washington en Suède et ne tarde pas à tester par la suite de nouveaux missiles balistiques afin de défier le président américain Donald Trump. Les USA se sont fait piéger par les Nord-Coréens au pire moment. Alors que Trump fait face à une possible motion de censure, Pyongyang a annoncé la suspension des pourparlers avec les États-Unis sur son programme nucléaire, fournissant aux ennemis de Trump un argument de plus sur le fiasco qu'a été le bilan de la Maison-Blanche en termes de politique étrangère". 

USA: le coup de grâce de Kim

USA : le coup de grâce de Kim

La nouvelle tentative de renouer le dialogue USA/Corée du Nord est tombée à l'eau. Pyongyang juge Washington responsable de l'échec des pourparlers.

Signe de succès, « c'est Pyongyang qui a prévenu Washington, qui lui a lancé un ultimatum et non l'inverse! Comme l'a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères de la Corée du Nord, Pyongyang donnera aux États-Unis jusqu'à la fin de cette année pour faire des propositions acceptables sur les problèmes qui se posent entre les deux pays. Ce faisant, la Corée du Nord apprend d’une certaine façon aux pays de l’Asie de l'Ouest à rester déterminants et forts face aux États-Unis. Cette leçon est destinée à tous les pays de la région à part un seul : l'Iran. En termes de supplications US à son adresse, l'Iran n'a non plus rien à envier. Au fait le dernier test de Pyongyang est bien révélateur : le missile Pukkuksong-3 lancé lors du dernier test nord-coréen a non seulement échappé à la surveillance satellitaire et aérienne assurée 24h/24 par les pays hostiles à la Corée du Nord, mais a suivi une trajectoire des plus étranges qu’aucune station de contrôle n’a pu suivre. Ce missile dont on ignore la portée aurait donc non seulement des capacités de “Mirvage” (têtes multiples à entrées indépendantes dans l’atmosphère en phase de ré-entrée), mais également à évader les systèmes d’interception ABM ennemis. C'est un peu comme les coups que font les Iraniens à l'oncle Sam et à ses acolytes ».

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/10/07/608063/Teheran-Pyongyang-symboles-de-la-Resistance


 

LA COREE DU NORD, CARTE ROYALE DE LA CHINE ?

«Iskander nord-coréens» menaceraient les USA mais aussi et peut-être Israël

Mon May 6, 2019 8:18AM

Le leader nord-coréen surveille un tir de missile en 2018. ©NBCNEWS

Le leader nord-coréen surveille un tir de missile en 2018. ©NBCNEWS

Il y a quelque temps, les États-Unis ont annoncé avoir déployé des batteries de missiles THAAD au sud de la Palestine occupée puis presque simultanément en Arabie saoudite, mesure destinée à "renforcer la défense antimissile" d'Israël et de l'Arabie saoudite face à "l'Iran et à ses proxies" dans la région. Les analystes politiques y ont vu toutefois plus qu'une démarche exclusivement destinée à "contrer l'axe de la Résistance" puisque le système THAAD reste intégré au bouclier antimissile OTAN/USA déployé en Europe de l'est ( braqué sur la Russie) ainsi qu'au système antimissile US à Diego Garcia en océan Indien qui vise les intérêts chinois. La Chine et la Russie sont-elles indifférentes à ces menaces qui impliquent directement l'axe Riyad-Tel-Aviv et qui ciblent la présence croissante de la Chine et de la Russie au Moyen-Orient? Si Moscou détient désormais des troupes dans la région quitte à y défendre militairement ses intérêts, ce n'est pas encore le cas de Pékin. Mais Pékin a une carte royale, la Corée du Nord.  

PressTV-Israël: THAAD braqué sur la Russie?

PressTV-Israël: THAAD braqué sur la Russie?

Après Israël et l’Arabie saoudite, c’est au tour de la Roumanie d’abriter le système de défense antimissile américain THAAD, plus proche que jamais des frontières russes.

À peine quelque jours après sa rencontre avec Poutine à Vladivistock et au terme de ses entretiens avec le président Xi Jinping à Pékin, le Leader nord-coréen, Kim jong-Un a lancé un violent défi à l'adresses des États-Unis en assistant en personne aux essais d’armes « tactiques », arme similaire au système balistique russe 9K720 Iskander. Les analystes ont affirmé que ces essais significatifs de Pyongyang laissent entendre à la partie américaine que même en l’absence de ses missiles balistiques, la Corée du Nord serait capable de viser les cibles américaines dans n’importe endroit dans la péninsule de Corée. Kim veut dire en réalité à Trump que sa patience arrive à bout et il ne reste pas beaucoup de temps pour sa volte-face. Mais il y a peut-être plus que cela

L'agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA) a publié les 16 photos des tests de «lance-roquettes multiples de gros calibre et d'armes tactiques guidées par des unités de défense. Pour les experts, il y a là un message totalement clair que la Corée du Nord veut envoyer aux Américains : Pyongyang a la capacité de tenir bon face aux menaces des États-Unis et leurs alliés régionaux, même s’il n’accédait pas à ses missiles balistiques intercontinentaux.Toujours selon les experts, cette «arme tactique guidée» et testée par Pyongyang pourrait désormais être produite en série pour être mise à la disposition de l’Armée populaire de la Corée du Nord. 

Ces mêmes experts soulignent surtout  les caractéristiques et les capacités de la nouvelle arme qui se rapproche du système balistique russe 9K720 Iskander surtout en termes de portée laquelle peut varier d'une toute petite distance de 50 à 60 km à 500 km. La nouvelle arme peut également modifier l’angle d’attaque au dernier tronçon. Or un tel système est parfaitement apte à neutraliser le système THAAD ou des systèmes antimissiles similaires de l’armée américaine. Soit des systèmes que les Américains tendent à planter partout y compris en Israël et en Arabie saoudite. 

La semaine dernière, la visite d'une délégation nord-coréenne en Syrie a suscité de nombreux commentaires sur le ralliement de la Corée du Nord à l'axe formé au Moyen-Orient par la Syrie, l'Iran et la Russie auquel participe désormais plus activement la Chine. 

PressTV-USA : Kim passe à l'offensive!

PressTV-USA : Kim passe à l'offensive!

L’agence de presse officielle nord-coréenne KCNA rapporte ce dimanche que le leader nord-coréen Kim Jong-un avait supervisé samedi des essais de lance-roquettes multiples à longue portée et d’armes tactiques guidées.  

Selon des sources proches des négociations, la délégation nord-coréenne aurait évoqué en présence des interlocuteurs syriens la possibilité d'une optimisation des systèmes S-200 syriens, lesquels ont largement contribué à contrer l'aviation israélienne depuis 2011. Ces mêmes sources n'écartent pas non plus le possible transfert de nouveaux missiles tactiques nord-coréen en Syrie, là où ils pourraient être employé à l'effet de neutraliser le THAAD israélien ou saoudien. D'autant plus que l’essai des lance-roquettes multiples à longue portée ne fait pas l’objet des sanctions américaines. Mais quoiqu'il en soit l'émergence du facteur nord-coréen dans le conflit en Syrie est une très mauvaise nouvelle pour les Etats-Unis qui semblent avoir totalement raté leurs chances de compromis avec Pyongyang. Si la Russie et ses capacités balistiques livrées à la Syrie pourront à tout moment faire l'objet de compromis entre Moscou et Tel-Aviv, il n'en est pas de même pour les capacités balistiques que la Corée du Nord pourraient livrer à Damas. On y voit les prémices d'une subtile manœuvre de Pékin qui commence à peser plus lourd au Moyen-Orient  par Corée du Nord interposé, note un expert des questions militaires joint par Mashregh News. 

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/05/06/595220/Iskander-nordcoren-menacerait-les-USA


 

COMMENT LE COMMUNISTE NORD COREEN KIM JONG-UN A "DESARME" LE FASCISTE PRESIDENT US TRUMP

Comment Kim Jong-un a trompé Trump à Hanoï

Fri Mar 1, 2019 6:35PM

Sommet entre Kim Jong-un et Donald Trump, respectivement leader nord-coréen et président des États-Unis, le 28 février 2019, à Hanoï au Vietnam. ©AP

Sommet entre Kim Jong-un et Donald Trump, respectivement leader nord-coréen et président des États-Unis, le 28 février 2019, à Hanoï au Vietnam. ©AP

Le président américain est rentré les mains vides du sommet de Hanoï avec Kim Jong-un. Pour la simple raison que le dirigeant nord-coréen, en faisant preuve d’une adresse et d’une fermeté à toute épreuve, a conditionné tout dialogue au sujet de la dénucléarisation de Pyongyang à une levée de toutes les sanctions économiques contre son pays.

Le journal Rai al-Youm, basé à Londres, estime que le président américain a eu tort de prendre le dirigeant nord-coréen pour un pigeon dont il pourrait se servir pour détourner l’opinion publique des multiples crises auxquelles il est confronté à Washington.

Le journal écrit :

« Cette ferme position de Kim s’explique par le soutien des autorités chinoises, à l’origine de l’échec du sommet. Agissant dans les coulisses, elles ont ainsi infligé une gifle à un Trump qui est en pleine guerre commerciale avec Pékin.

Si nous doutons du succès du sommet américano-nord-coréen, ce n’est pas parce que nous pouvons lire l’avenir dans le marc de café, mais parce que nous sommes d’avis que Kim Jong-un est bien conscient que renoncer à ses armes nucléaires le conduira au même sort que Saddam Hussein et Mouammar Kadhafi. »

PressTV-Kim: les USA mis échec et mat

PressTV-Kim : les USA mis échec et mat

Les négociations entre la Corée du Nord et les États-Unis au Vietnam ce jeudi 28 février se sont terminées sans accord et plus tôt que prévu.

« Trump, qui a fait 22 heures de vol pour participer au sommet, tâche à présent de se consoler en se disant que Kim lui a promis de ne pas procéder à de nouveaux essais nucléaires ou balistiques. Il disait sans doute vrai, car à l’heure actuelle, Pyongyang dispose d’un nombre suffisant d’ogives nucléaires et de missiles balistiques pour prendre pour cible le sol américain et n’a donc pas besoin d’une quantité plus importante d’armes », écrit Rai al-Youm.

« Nous sommes donc sur la même longueur d’onde avec ceux qui soulignent que le dirigeant nord-coréen, opposé à la dénucléarisation de son pays, a tiré profit de l’inintelligence du président américain », a conclu le journal.

Kim a désarmé les Etats-Unis

Kim a désarmé les Etats-Unis

Le président des États-Unis, qui avait précédemment insisté sur la nécessité du désarmement nucléaire nord-coréen, a déclaré à la veille d’une réunion avec Kim Jong-un que Washington était satisfait de l’arrêt des essais nucléaires nord-coréens.

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/03/01/589898/Pyongyang-Trump-sestil-fait-avoir