COREE DU NORD

KIM REMPORTE UN DÉFI IMMENSE : LE TEST DU MISSILE BALISTIQUE A CAPACITÉ NUCLÉAIRE, PUKKUKSONG-3 TIRE D’UN SOUS-MARIN DE NOUVELLE GENERATION

"Savoir dire "non" aux USA, Téhéran et Pyongyang devront nous l'apprendre"(Atwan)

Mon Oct 7, 2019 11:33AM

Les médias nord-coréens ont publié cette photo du "nouveau type SLBM Pukguksong-3" tiré dans les eaux au large de la baie de Wonsan, dans l'est de la mer de Corée, en octobre 2019. ©AFP

Les médias nord-coréens ont publié cette photo du "nouveau type SLBM Pukguksong-3" tiré dans les eaux au large de la baie de Wonsan, dans l'est de la mer de Corée, en octobre 2019. ©AFP

Aucun analyste occidental ne l'a vu venir. Le dernier essai balistique de la Corée du Nord a impliqué un tir d’un missile balistique de portée intermédiaire à capacité nucléaire lancé à partir d’un submersible de nouvelle génération de construction locale. Pyongyang a donc remporté haut la main un défi immense : le test du Pukkuksong-3 à partir d’un sous-marin de nouvelle génération, marquant là son entrée dans le club très fermé des pays disposant de capacités de lancement de missiles balistiques nucléaires à partir de submersibles. Et bien cet essai a assommé bon nombre d’observateurs occidentaux qui traitent la Corée du Nord comme un "pays arriéré" disposant au mieux d’"un arsenal obsolète", état que " les sanctions US ne cessent d'empirer". Une image que ces mêmes pays occidentaux tentent de coller à l'Iran et à l'axe de la Résistance. La prouesse balistique nord-coréenne intéresse de près toutes les composantes de cet axe. 

Dans son nouvel éditorial, le journal en ligne Rai al-Youm a salué la position de l'Iran et de la Corée du Nord envers le maximalisme américain.

Se rapportant au dernier fiasco des négociations Corée du Nord/États-Unis en Suède, le journal écrit que « Pyongyang a lancé un défi au président américain Donald Trump et a décidé de tenir tête à Washington. L'Iran fait de même pour sa part, si bien qu’il a réussi à faire capituler l'Amérique, ce dont devraient tirer des leçons les Arabes. »

Le tir du SLBM achève la création de la deuxième composante de la dissuasion nucléaire nord-coréenne. ©Strategika51

Pour ce qui est de l’échec des récentes négociations Pyongyang/Washington, l’auteur fait allusion à la position de force des Nord-Coréens face aux Américains, en mettant en cause la politique des régimes arabes de la région :  « La Corée du Nord a suspendu les pourparlers avec Washington en Suède et ne tarde pas à tester par la suite de nouveaux missiles balistiques afin de défier le président américain Donald Trump. Les USA se sont fait piéger par les Nord-Coréens au pire moment. Alors que Trump fait face à une possible motion de censure, Pyongyang a annoncé la suspension des pourparlers avec les États-Unis sur son programme nucléaire, fournissant aux ennemis de Trump un argument de plus sur le fiasco qu'a été le bilan de la Maison-Blanche en termes de politique étrangère". 

USA: le coup de grâce de Kim

USA : le coup de grâce de Kim

La nouvelle tentative de renouer le dialogue USA/Corée du Nord est tombée à l'eau. Pyongyang juge Washington responsable de l'échec des pourparlers.

Signe de succès, « c'est Pyongyang qui a prévenu Washington, qui lui a lancé un ultimatum et non l'inverse! Comme l'a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères de la Corée du Nord, Pyongyang donnera aux États-Unis jusqu'à la fin de cette année pour faire des propositions acceptables sur les problèmes qui se posent entre les deux pays. Ce faisant, la Corée du Nord apprend d’une certaine façon aux pays de l’Asie de l'Ouest à rester déterminants et forts face aux États-Unis. Cette leçon est destinée à tous les pays de la région à part un seul : l'Iran. En termes de supplications US à son adresse, l'Iran n'a non plus rien à envier. Au fait le dernier test de Pyongyang est bien révélateur : le missile Pukkuksong-3 lancé lors du dernier test nord-coréen a non seulement échappé à la surveillance satellitaire et aérienne assurée 24h/24 par les pays hostiles à la Corée du Nord, mais a suivi une trajectoire des plus étranges qu’aucune station de contrôle n’a pu suivre. Ce missile dont on ignore la portée aurait donc non seulement des capacités de “Mirvage” (têtes multiples à entrées indépendantes dans l’atmosphère en phase de ré-entrée), mais également à évader les systèmes d’interception ABM ennemis. C'est un peu comme les coups que font les Iraniens à l'oncle Sam et à ses acolytes ».

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/10/07/608063/Teheran-Pyongyang-symboles-de-la-Resistance


 

LA COREE DU NORD, CARTE ROYALE DE LA CHINE ?

«Iskander nord-coréens» menaceraient les USA mais aussi et peut-être Israël

Mon May 6, 2019 8:18AM

Le leader nord-coréen surveille un tir de missile en 2018. ©NBCNEWS

Le leader nord-coréen surveille un tir de missile en 2018. ©NBCNEWS

Il y a quelque temps, les États-Unis ont annoncé avoir déployé des batteries de missiles THAAD au sud de la Palestine occupée puis presque simultanément en Arabie saoudite, mesure destinée à "renforcer la défense antimissile" d'Israël et de l'Arabie saoudite face à "l'Iran et à ses proxies" dans la région. Les analystes politiques y ont vu toutefois plus qu'une démarche exclusivement destinée à "contrer l'axe de la Résistance" puisque le système THAAD reste intégré au bouclier antimissile OTAN/USA déployé en Europe de l'est ( braqué sur la Russie) ainsi qu'au système antimissile US à Diego Garcia en océan Indien qui vise les intérêts chinois. La Chine et la Russie sont-elles indifférentes à ces menaces qui impliquent directement l'axe Riyad-Tel-Aviv et qui ciblent la présence croissante de la Chine et de la Russie au Moyen-Orient? Si Moscou détient désormais des troupes dans la région quitte à y défendre militairement ses intérêts, ce n'est pas encore le cas de Pékin. Mais Pékin a une carte royale, la Corée du Nord.  

PressTV-Israël: THAAD braqué sur la Russie?

PressTV-Israël: THAAD braqué sur la Russie?

Après Israël et l’Arabie saoudite, c’est au tour de la Roumanie d’abriter le système de défense antimissile américain THAAD, plus proche que jamais des frontières russes.

À peine quelque jours après sa rencontre avec Poutine à Vladivistock et au terme de ses entretiens avec le président Xi Jinping à Pékin, le Leader nord-coréen, Kim jong-Un a lancé un violent défi à l'adresses des États-Unis en assistant en personne aux essais d’armes « tactiques », arme similaire au système balistique russe 9K720 Iskander. Les analystes ont affirmé que ces essais significatifs de Pyongyang laissent entendre à la partie américaine que même en l’absence de ses missiles balistiques, la Corée du Nord serait capable de viser les cibles américaines dans n’importe endroit dans la péninsule de Corée. Kim veut dire en réalité à Trump que sa patience arrive à bout et il ne reste pas beaucoup de temps pour sa volte-face. Mais il y a peut-être plus que cela

L'agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA) a publié les 16 photos des tests de «lance-roquettes multiples de gros calibre et d'armes tactiques guidées par des unités de défense. Pour les experts, il y a là un message totalement clair que la Corée du Nord veut envoyer aux Américains : Pyongyang a la capacité de tenir bon face aux menaces des États-Unis et leurs alliés régionaux, même s’il n’accédait pas à ses missiles balistiques intercontinentaux.Toujours selon les experts, cette «arme tactique guidée» et testée par Pyongyang pourrait désormais être produite en série pour être mise à la disposition de l’Armée populaire de la Corée du Nord. 

Ces mêmes experts soulignent surtout  les caractéristiques et les capacités de la nouvelle arme qui se rapproche du système balistique russe 9K720 Iskander surtout en termes de portée laquelle peut varier d'une toute petite distance de 50 à 60 km à 500 km. La nouvelle arme peut également modifier l’angle d’attaque au dernier tronçon. Or un tel système est parfaitement apte à neutraliser le système THAAD ou des systèmes antimissiles similaires de l’armée américaine. Soit des systèmes que les Américains tendent à planter partout y compris en Israël et en Arabie saoudite. 

La semaine dernière, la visite d'une délégation nord-coréenne en Syrie a suscité de nombreux commentaires sur le ralliement de la Corée du Nord à l'axe formé au Moyen-Orient par la Syrie, l'Iran et la Russie auquel participe désormais plus activement la Chine. 

PressTV-USA : Kim passe à l'offensive!

PressTV-USA : Kim passe à l'offensive!

L’agence de presse officielle nord-coréenne KCNA rapporte ce dimanche que le leader nord-coréen Kim Jong-un avait supervisé samedi des essais de lance-roquettes multiples à longue portée et d’armes tactiques guidées.  

Selon des sources proches des négociations, la délégation nord-coréenne aurait évoqué en présence des interlocuteurs syriens la possibilité d'une optimisation des systèmes S-200 syriens, lesquels ont largement contribué à contrer l'aviation israélienne depuis 2011. Ces mêmes sources n'écartent pas non plus le possible transfert de nouveaux missiles tactiques nord-coréen en Syrie, là où ils pourraient être employé à l'effet de neutraliser le THAAD israélien ou saoudien. D'autant plus que l’essai des lance-roquettes multiples à longue portée ne fait pas l’objet des sanctions américaines. Mais quoiqu'il en soit l'émergence du facteur nord-coréen dans le conflit en Syrie est une très mauvaise nouvelle pour les Etats-Unis qui semblent avoir totalement raté leurs chances de compromis avec Pyongyang. Si la Russie et ses capacités balistiques livrées à la Syrie pourront à tout moment faire l'objet de compromis entre Moscou et Tel-Aviv, il n'en est pas de même pour les capacités balistiques que la Corée du Nord pourraient livrer à Damas. On y voit les prémices d'une subtile manœuvre de Pékin qui commence à peser plus lourd au Moyen-Orient  par Corée du Nord interposé, note un expert des questions militaires joint par Mashregh News. 

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/05/06/595220/Iskander-nordcoren-menacerait-les-USA


 

COMMENT LE COMMUNISTE NORD COREEN KIM JONG-UN A "DESARME" LE FASCISTE PRESIDENT US TRUMP

Comment Kim Jong-un a trompé Trump à Hanoï

Fri Mar 1, 2019 6:35PM

Sommet entre Kim Jong-un et Donald Trump, respectivement leader nord-coréen et président des États-Unis, le 28 février 2019, à Hanoï au Vietnam. ©AP

Sommet entre Kim Jong-un et Donald Trump, respectivement leader nord-coréen et président des États-Unis, le 28 février 2019, à Hanoï au Vietnam. ©AP

Le président américain est rentré les mains vides du sommet de Hanoï avec Kim Jong-un. Pour la simple raison que le dirigeant nord-coréen, en faisant preuve d’une adresse et d’une fermeté à toute épreuve, a conditionné tout dialogue au sujet de la dénucléarisation de Pyongyang à une levée de toutes les sanctions économiques contre son pays.

Le journal Rai al-Youm, basé à Londres, estime que le président américain a eu tort de prendre le dirigeant nord-coréen pour un pigeon dont il pourrait se servir pour détourner l’opinion publique des multiples crises auxquelles il est confronté à Washington.

Le journal écrit :

« Cette ferme position de Kim s’explique par le soutien des autorités chinoises, à l’origine de l’échec du sommet. Agissant dans les coulisses, elles ont ainsi infligé une gifle à un Trump qui est en pleine guerre commerciale avec Pékin.

Si nous doutons du succès du sommet américano-nord-coréen, ce n’est pas parce que nous pouvons lire l’avenir dans le marc de café, mais parce que nous sommes d’avis que Kim Jong-un est bien conscient que renoncer à ses armes nucléaires le conduira au même sort que Saddam Hussein et Mouammar Kadhafi. »

PressTV-Kim: les USA mis échec et mat

PressTV-Kim : les USA mis échec et mat

Les négociations entre la Corée du Nord et les États-Unis au Vietnam ce jeudi 28 février se sont terminées sans accord et plus tôt que prévu.

« Trump, qui a fait 22 heures de vol pour participer au sommet, tâche à présent de se consoler en se disant que Kim lui a promis de ne pas procéder à de nouveaux essais nucléaires ou balistiques. Il disait sans doute vrai, car à l’heure actuelle, Pyongyang dispose d’un nombre suffisant d’ogives nucléaires et de missiles balistiques pour prendre pour cible le sol américain et n’a donc pas besoin d’une quantité plus importante d’armes », écrit Rai al-Youm.

« Nous sommes donc sur la même longueur d’onde avec ceux qui soulignent que le dirigeant nord-coréen, opposé à la dénucléarisation de son pays, a tiré profit de l’inintelligence du président américain », a conclu le journal.

Kim a désarmé les Etats-Unis

Kim a désarmé les Etats-Unis

Le président des États-Unis, qui avait précédemment insisté sur la nécessité du désarmement nucléaire nord-coréen, a déclaré à la veille d’une réunion avec Kim Jong-un que Washington était satisfait de l’arrêt des essais nucléaires nord-coréens.

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/03/01/589898/Pyongyang-Trump-sestil-fait-avoir