CORÉE DU SUD

UN PREMIER ATTENTAT DES INDÉSIRABLES USA EN CORÉE DU SUD?!

Corée du Sud: une explosion dans un laboratoire a fait un mort et cinq blessés

Thu Nov 14, 2019 12:38PM

Une explosion se produit dans un laboratoire dans la ville de Daejeon, située à 160 kilomètres au sud de Séoul, le 13 novembre 2019. ©Sputnik

Une explosion se produit dans un laboratoire dans la ville de Daejeon, située à 160 kilomètres au sud de Séoul, le 13 novembre 2019. ©Sputnik

Depuis que la Corée du Sud s'est rapproché de son voisin du Nord et qu'elle s'est mise à fronder contre les alliés asiatiques des Américains, et surtout depuis que Séoul, sous pression de la rue, dit ne pas vouloir dépenser les deniers publics pour entretenir des soldats US sur son territoire, il s'y passe d'étranges chose.  Au moins une personne a été tuée et cinq autres blessées par une explosion dans un laboratoire scientifique à Daejeon ce mercredi. Selon Sputnik, une explosion s'est produite dans un laboratoire de l'Agence pour le développement de la défense (ADD) dans la ville de Daejeon, située à 160 kilomètres au sud de Séoul. Une personne a été tuée et au moins cinq autres blessées, rapporte l’agence de presse Yonhap.

"Dévastatrice" riposte de Pyongyang?

La Corée du Nord a de nouveau fustigé la Corée du Sud et les États-Unis pour leur exercice militaire conjoint samedi, soulignant que Washington devrait prendre au sérieux ces avertissements.

L'explosion a eu lieu ce mercredi à 16h24, heure locale. L'un des blessés était un des scientifiques travaillant dans le laboratoire. Après l'incident, environ 120 pompiers ont été dépêchés sur les lieux.  En mai, au moins deux personnes ont été tuées et quatre autres grièvement blessées à la suite de l'explosion d'un réservoir d'hydrogène dans la ville de Gangneung, dans l'est de la Corée du Sud, ont rapporté des médias locaux, citant les services de lutte contre les incendies.

Très étrangement, c'est ce jeudi, soit au lendemain de l'explosion que  de hauts responsables militaires américains débarquent  à Séoul pour demander aux autorités sud-coréennes de contribuer davantage au financement des troupes américaines stationnées sur place et d'étendre le pacte de partage direct de renseignements militaires avec le Japon (General Security of Military Information Agreement, GSOMIA).

Le chef d'état-major de l'armée américaine, le général Mark Milley, s’est entretenu avec son homologue sud-coréen, Park Han Ki, de la coopération militaire et des menaces de la Corée du Nord, a rapporté l'agence de presse Mehr News. Les deux parties ont également négocié la suspension de l'accord de coopération entre les services de renseignements militaires de la Corée du Sud et du Japon, ainsi que le financement des troupes américaines basées dans la péninsule coréenne.

La présence des hauts gradés de l’armée américaine à Séoul est aussi significatif surtout au moment où Pyongyang demande aux États-Unis de suspendre leurs exercices militaires avec la Corée du Sud et que Washington semble avoir l’intention de modifier leur approche vis-à-vis des négociations nucléaires avec la Corée du Nord.

PressTV-Le coup de maître de Pyongyang

PressTV-Le coup de maître de Pyongyang

En court-circuitant toutes les parties, le jeune leader nord-coréen fausse tous les pronostics.

On s’attend à ce que le général Milley déploie des efforts particuliers pour obliger Séoul à assumer une plus grande part du coût des troupes américaines déployés dans la péninsule coréenne, mais il est, selon les Américains, aussi important de prolonger le traité de renseignement avec le Japon.

Le président américain Donald Trump fait pression depuis longtemps sur ses alliés pour qu'ils paient les frais de l'aventurisme de Washington.

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/11/14/611178/Coree-du-Sud-6-personnes-victimes-dune-explosion

CORÉE DU SUD : L'AMBASSADE US A SEOUL ATTAQUÉE PAR DES ETUDIANTS SUD-CORÉENS CRIANT "LES YANKEE DEHORS"

Corée du Sud : "les Yankee dehors", crient des étudiants en colère

Sun Oct 20, 2019 9:47AM

La police sud-coréenne a annoncé samedi 19 octobre 2019 avoir arrêté une dizaine d'étudiants protestataires qui avaient pénétré dans la résidence de l’ambassadeur US, à Séoul. ©Fars News

La police sud-coréenne a annoncé samedi 19 octobre 2019 avoir arrêté une dizaine d'étudiants protestataires qui avaient pénétré dans la résidence de l’ambassadeur US, à Séoul. ©Fars News

Qui aurait cru qu'un jour, l'anti-américanisme de Pyongyang fasse des émules en Corée du sud au point de lancer les jeunes étudiants sud-coréens à prendre d'assaut l'ambassade US à Séoul? Les États-Unis détiennent 28 500 soldats sur le sol sud-coréen et ce, aux frais de la population qui voit cette présence comme une occupation militaire. Depuis le dégel des liens entre les deux Corée, l'anti-américanisme ne cesse de gagner du terrain en Corée du Sud. Selon les experts, les litiges qui opposent Séoul à Tokyo, allié traditionnel de Washington, devront être compris en ce sens. S'il est vrai que des défilés hostiles à la présence militaire américaine n'ont jamais cessé de mobiliser les Sud-coréens, c'est la première fois que la population s'en prend au symbole de "l'occupation US de leur terre". 

PressTV-Ce qui différencie Kim de Ben Salmane

PressTV-Ce qui différencie Kim de Ben Salmane

La façon dont le leader nord-coréen traite Donald Trump devrait servir de leçon aux pays arabes du golfe Persique surtout l’Arabie saoudite.

La police sud-coréenne a annoncé samedi avoir arrêté une dizaine d'étudiants protestataires qui avaient pénétré dans la résidence de l’ambassadeur US, à Séoul, la capitale. Les étudiants dont le nombre, selon des sources bien informées, est sous-estimé par les médias officiels, protestent surtout contre Washington et les frais exigés par ce dernier pour maintenir sa présence militaire dans la péninsule. 

Les étudiants ont escaladé les murs de la résidence de l'ambassadeur US avant d'afficher des pancartes libellés de slogans antiaméricains en haut des murs. Les États-Unis exigent que la Corée du Sud élargisse ses dépenses militaires pour préserver la présence de 28 500 GI's, qui sème désordre et zizanie dans le pays. Les étudiants qui trouvent de plus en plus l'écho au sein de la population, ont aussi réclamé le départ de l'ambassadeur américain Harry Harris .

Des étudiants ayant pénétré dans la résidence de l'ambassadeur américain en Corée du Sud Harry Harris à Séoul le 18 octobre 2019. ©Yonhap News

« Ce que l'Amérique a fait chez nous, c'est tuer, violer et empoisonner notre pays. Ils mettent en péril la vie de notre peuple », a crié un protestataire, cité par la chaîne US CBS News. L'administration américaine a considérablement augmenté les dépenses de défense, destinées aux 28.500 militaires américains stationnées en Corée du Sud. En février, la Corée du Sud a donné son aval au paiement de 880 millions de dollars pour le déploiement des forces américaines, soit une augmentation de 8.2% par rapport à 2018. Les États-Unis et la Corée du Sud sont sur le point de tenir une nouvelle série de négociations la semaine prochaine alors que le rapprochement du Sud avec le Nord est en bonne voie et que les Sud-coréens ne voient plus aucune nécessité à dépenser pour entretenir les « troupes ennemies ». 

PressTV-Pyongyang humilie, de nouveau, Trump

PressTV-Pyongyang humilie, de nouveau, Trump

La Corée du Nord a effectué son troisième test de missiles en une semaine.

 

Harry Harris, l’ambassadeur des États-Unis à Séoul, a remercié la police sud-coréenne d’avoir arrêté des étudiants qui tentaient de pénétrer dans sa résidence et a écrit que « ses chats étaient sains et saufs », un pied de nez à l'égard des manifestants. Ceci étant, l'ambassadeur ne devra plus se sentir à l'aise, la police ayant indiqué que les mesures de sécurité supplémentaires avaient prises chez Harris et que le nombre de forces de police, établies autour de son domicile avait été triplé. Est-ce suffisant? 

Le retour de la Corée du Sud à l'axe de l'Est pourrait se faire plus rapidement que prévu, Séoul ayant annoncé cette semaine vouloir reprendre ses pourparlers défensifs avec la Chine au bout de cinq ans de suspension. Le vice-ministre sud-coréen de la Défense est attendu cette semaine à Pékin. 

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/10/20/609101/Manif-antiUS-en-Core-du-Sud