CUBA

JOURNEE D'ELECTIONS MUNICIPALES A CUBA LA ROUGE

Journée d’élections municipales à Cuba

À 7h du matin, les bureaux électoraux dans tout le pays ont ouvert leurs portes pour l’élection des délégués aux Assemblées municipales du Pouvoir populaire

Auteur:  | internet@granma.cu

Photo: Ricardo López Hevia

Photo: Gutiérrez Gómez, Osvaldo

Les Cubains ont été appelés à élire aujourd’hui les candidats qui ont été désignés, pour leur mérite, leur capacité et leur engagement envers le peuple, au cours des assemblées de nomination dans les 12 515 circonscriptions du pays.

Le processus de nomination, auquel 6 746 867 personnes ont pris part, soit 78,35 % des électeurs, s'est déroulé du 4 septembre au 30 octobre 2017.

Aujourd'hui, seront élus les délégués aux 168 assemblées municipales du Pouvoir populaire, parmi 27 221 candidats, dont 9 637 femmes (35,40%) et 5 307 jeunes (19,49%).

8 331 parmi les délégués actuels ont été désignés pour un nouveau mandat, soit 66,44 %.

CUBA CONDAMNE LES INJONCTIONS UNILATERALES US VIS-A-VIS DE LA COREE DU NORD

Cuba condamne l'attitude des Etats-Unis vis-à-vis de la Corée du Nord

AFP Publié le - Mis à jour le 

 

Cuba a de nouveau apporté mercredi un ferme soutien à son allié nord-coréen et condamné "les injonctions unilatérales américaines" assénées à Pyongyang, à l'occasion d'une visite sur l'île du chef de la diplomatie nord-coréenne. 

En recevant à La Havane son homologue Ri Yong Ho, le ministre cubain des Affaires étrangères Bruno Rodriguez "a exprimé le rejet des considérations et invectives du gouvernement des Etats-Unis" contre la Corée du Nord, qui selon lui "servent de base à l'application de mesures coercitives contraires au droit international".

Dans le même temps, M. Rodriguez a "considéré qu'une solution politique durable (dans la péninsule coréenne) ne pourra être trouvée qu'à travers le dialogue et la négociation", a rapporté la TV d'Etat cubaine.

De son côté M. Ho, arrivé lundi à Cuba, a déploré "l'aggravation de la situation dans la péninsule coréenne du fait de l'augmentation de l'usage des forces militaires impérialistes", et a souligné "l'importance des relations entre deux pays qui construisent le socialisme", a indiqué la même source.

La visite du ministre nord-coréen à Cuba intervient alors que la tension est très vive entre les Etats-Unis et la Corée du Nord en raison des programmes nucléaire et balistique de Pyongyang, avec la menace potentielle que des missiles nord-coréens puissent atteindre le territoire américain.

Lundi, les Etats-Unis ont accru la pression sur Pyongyang en inscrivant à nouveau la Corée du Nord sur leur liste noire des "Etats soutenant le terrorisme", une mise au ban symbolique à la veille de nouvelles sanctions pour tenter d'endiguer ses ambitions nucléaires.

Quant aux relations entre Washington et La Havane, rétablies en 2015 après un demi-siècle de rupture, elles sont également très délicates depuis la prise de fonctions de Donald Trump en janvier.

Cet été, la tension s'est accrue entre les deux pays en raison de la mystérieuse affaire des "attaques acoustiques" qui ont affecté la santé de 24 diplomates américains à La Havane.

Washington, qui blâme Cuba pour ne pas avoir su assurer leur sécurité, a drastiquement réduit son personnel sur l'île et a expulsé une partie du personnel diplomatique cubain aux Etats-Unis.

Le régime communiste de Cuba est l'un des rares alliés de celui de Pyongyang. En septembre dernier, M. Ho avait affiché devant l'ONU un "appui ferme et solidaire au peuple cubain".

AFP

http://www.lalibre.be/actu/international/cuba-condamne-l-attitude-des-etats-unis-vis-a-vis-de-la-coree-du-nord-5a15e5a5cd707514e8dfe7cd


 

LE MINISTRE NORD COREEN DES AE ATTENDU CE LUNDI A CUBA

Le chef de la diplomatie nord-coréenne attendu à Cuba

 , publié le 19 novembre 2017 à 10h45   |   

Le chef de la diplomatie nord-coréenne attendu à Cuba

North Korean Foreign Minister Ri Yong-ho travels to Cuba at a time both Pyongyang and Havana have tense relations with the United StatesJewel SAMAD

Le ministre nord-coréen des Affaires étrangères, Ri Yong Ho, est attendu lundi à Cuba, à un moment où ces deux pays communistes entretiennent des relations tendues avec les Etats-Unis.

Dans un bref communiqué publié samedi soir, le ministère cubain des Affaires étrangères a précisé que le ministre nord-coréen rencontrerait son homologue cubain Bruno Rodriguez Parrilla et participerait à d'autres événements qui n'ont pas été spécifiés.

Cette visite intervient alors que la tension est très vive entre les Etats-Unis et la Corée du Nord en raison des programmes nucléaire et balistique de Pyongyang, avec la menace potentielle que des missiles nord-coréens puissent atteindre le territoire américain.

Quant aux relations entre Washington et La Havane, rétablies en 2015 après un demi-siècle de rupture, elles sont également très délicates depuis la prise de fonctions de Donald Trump en janvier.

Le régime communiste de Cuba est l'un des rares alliés de celui de Pyongyang. La Corée du Nord avait observé trois jours de deuil national à la mort de Fidel Castro, le dirigeant cubain, en novembre 2016.

Le président cubain Raul Castro avait exprimé en mai sa solidarité avec le régime de Pyongyang, à l'occasion de la visite d'un dignitaire nord-coréen, Ju Yong-gil.

https://www.rtl.be/info/monde/international/le-chef-de-la-diplomatie-nord-coreenne-attendu-a-cuba-972049.aspx



 

LE COMBATTANT INDEPENDANTISTE PORTORICAIN OSCAR LOPEZ RIVERA A CUBA. SON REVE S'EST REALISE

Oscar Lopez Rivera : être à Cuba est un rêve qui s’est réalisé

« Je me sens plein d’amour et de gratitude pour tout ce que peuple cubain a fait pour notre patrie et pour tous les êtres du monde qui méritent le meilleur, qui méritent la justice, l’amour et la dignité », a-t-il déclaré.

Auteur:  | internet@granma.cu

Photo: Ismael Batista

DES vivats ont été scandés dans une ambiance enthousiaste à Fidel, à la Révolution cubaine, à Porto Rico libre et indépendant, à la solidarité et à l’amitié au siège de l’Institut cubain d’amitié avec les peuples (ICAP), à La Havane, qui a accueilli avec joie le combattant indépendantiste portoricain Oscar Lopez Rivera, pour sa première visite à Cuba.

Dans son allocution, le Héros de la République de Cuba et vice-président de l’ICAP, Fernando Gonzalez Llort, a signalé que parler d’Oscar, c’est parler d’un ami et d’un patriote, d’un homme intègre qui a purgé injustement près de 36 ans dans des prisons des États-Unis, douze d’entre eux dans des conditions d’isolement.

Son œuvre et son exemple l’ont hissé aux plus hauts sommets de l’histoire de Porto Rico et de la résistance de nos peuples à la domination impériale, a-t-il ajouté.

Pour sa part, visiblement ému, le patriote portoricain a signalé que le fait d’être à Cuba est un rêve qui s’est réalisé, un rêve d’amour pour ce pays, pour ce peuple, pour une Révolution, pour un homme (Fidel) qui fut un exemple de ce qu’est la résistance et la lutte, un homme dont tout être humain épris de juste doit se souvenir.

« Je me sens plein d’amour et de gratitude pour tout ce que peuple cubain a fait pour notre patrie et pour tous les êtres du monde qui méritent le meilleur, qui méritent la justice, l’amour et la dignité », a-t-il ajouté.

Lors de la cérémonie, Lopez Rivera s’est vu attribuer la reconnaissance de l’Utilité de la Vertu, la plus haute distinction décernée par la Société culturelle José Marti aux personnalités et institutions s’étant illustrées dans la lutte pour la défense de Notre Amérique.

Il a également reçu un uniforme de l’équipe cubaine de baseball au nom du Comité olympique cubain, ainsi qu’une collection de livres des mains de Fernando Gonzalez.

La cérémonie s’est déroulée en présence de Teresa Amarelle Boué, membre du Bureau politique et Secrétaire générale du Comité national de la Fédération des femmes cubaines, et de José Ramon Balaguer Cabrera, membre du Secrétariat du Comité central et chef du Département des relations internationales du Comité central du Parti.

Ana Maria Mari Machado, vice-présidente de l’Assemblée nationale du Pouvoir populaire, Edwin Gonzalez, délégué de la mission de Porto Rico à Cuba, des représentants d’organismes et institutions cubaines, des Portoricains résidant et en visite à Cuba, ainsi que des représentants du Comité international Paix, Justice et Dignité des peuples, entre autres étaient également présents.

LE PEUPLE CUBAIN NOUS A DONNÉ UN EXEMPLE DE DIGNITÉ, DE LUTTE ET DE RÉSISTANCE

Oscar Lopez Rivera a l’air si heureux ! C’est un homme simple, de petite taille. Mais ne dit-on pas que la grandeur se mesure de la tête au ciel ? Lopez Rivera est définitivement un grand homme.

Il parle lentement, comme pour dissimuler l’émotion. Mais il ne peut pas. Celle-ci est trop forte. Oscar est heureux à La Havane. Il parle d’amour, de solidarité, d’indépendance, de lutte, de justice.

Le siège de l’Institut cubain d’amitié avec les peuples (ICAP) lui a ouvert ses portes. Il y a longtemps qu’on l’y attendait, dans une institution qui a aussi beaucoup fait pour sa libération.

« Jamais je n’aurais pensé que ce jour pourrait finalement arriver. Aujourd’hui nous vivons un moment qui prouve que ce que l’on peut faire dans ce monde lorsqu’il y a de l’amour, lorsque l’on respecte l’autre, lorsque nous voyons vraiment qu’il faut pousser vers la création d’un monde meilleur et plus juste », indique-t-il avec fermeté et des paroles reconnaissantes.

Il parle de Cuba et de l’exemple de la Révolution, de l’exemple d’un peuple qui se lève, qui se refuse à accepter l’ingérence du puissant, qui se sent peut-être tout-puissant. Il parle de l’espoir que ce peuple représente pour tous, de l’espoir qu’un monde plus juste est possible, « où tout être humain puisse jouir de sa Patrie ».

Nous sommes Portoricains, jamais nous n’avons goûté à la liberté en tant que peuple, en tant que nation. Cependant, nous avons lutté pour nous débarrasser de la colonisation, parce que nous nous sentons partie intégrante de cette communauté de nations, nous croyons possible qu’une petite nation puisse se transformer en une nation forte, respectée par le plus puissant, par un gouvernement qui ne veut rien avoir à faire avec la justice, avec la liberté ou l’indépendance, et qui veut tout contrôler, ajoute-t-il.

« Si nous regardons bien Donald Trump et son gouvernement aujourd’hui, nous voyons un gouvernement raciste attiré uniquement par le contrôle et la concentration du capital. Jamais nous ne pourrons nous soumettre à ce type de gouvernement », a-t-il affirmé.

Il parle de sa belle Île avec tristesse. « Nous, à Porto Rico, nous souffrons du colonialisme. Il n’y a pas plus déshumanisant pour l’être humain que le colonialisme, qu’on l’empêche d’exercer sa libre autodétermination, qu’on l’empêche d’être libre et souverain.

 

« Aujourd’hui plus que jamais, Porto Rico a besoin du soutien du monde entier. Nous avons besoin de doter notre pays de son potentiel d’exister, et nous avons besoin du soutien de toutes les personnes éprises de justice et de liberté », a-t-il ajouté.

Le peuple cubain nous a donné un exemple de dignité, de lutte et de résistance, et Porto Rico a grandement bénéficié de tout ce qu’a fait le peuple cubain, qui s’est érigé comme le plus grand défenseur de l’indépendance de Porto Rico.

Et de parler de l’unité, de la nécessité de nous unir et de parler d’une seule voix, dans un seul objectif.

« Je ne m’attendais pas à autant d’amour et de solidarité, je ne m’attendais pas à voir les beaux visages et les cœurs forts que j’ai rencontrés à Cuba. J’aimerais que vous puissiez ressentir tout la gratitude que le Portoricain que je suis porte dans son cœur », a-t-il dit sous une salve d’applaudissements.

Pour sa part, Fernando, l’ami, le compagnon des moments difficiles d’incarcération, rappelle ce qu’il ne faut pas oublier : Oscar a été incarcéré pendant une durée plus longue que n’importe quel autre prisonnier politique de l’histoire de Porto Rico. La campagne en faveur de sa libération a débordé les frontières de Porto Rico et des États-Unis et a mobilisé les gens de bonne volonté de toute la planète.

« Notre gouvernement révolutionnaire, sous la conduite clairvoyante de Fidel et de Raul, a donné à cette bataille la priorité qu’elle méritait, conscients que lutter pour sa liberté, c’était aussi lutter pour l’indépendance de sa patrie et pour la liberté des opprimés du monde », a signalé le Héros de la République de Cuba.

Il a évoqué tous ceux qui se sont mobilisés pour cette cause, ainsi que la joie immense qu’il a éprouvée avec le retour d’Oscar Lopez à Porto Rico, sa terre bien-aimée.

« Nous avons parmi nous un homme modeste, un exemple de résistance et de dignité, et ce n’est pas un simple compliment », a souligné Fernando.

Il a également évoqué la lettre envoyée par les Cinq pour les 31 ans de son incarcération, où ils lui disaient que son esprit irréductible était la vraie raison de son châtiment.

« Nous livrons nous aussi un combat constant dans cette Île », lui a signalé Fernando, avant de parler de la réalité que nous vivons aujourd’hui, marquée par le durcissement des mesures exercées contre Cuba décrété par l’actuel président des États-Unis, et qui impliquent de nouveaux défis pour les Cubains.

Le président de l’ICAP a ensuite lancé un appel à l’unité, à l’intégration et à la solidarité entre nos peuples, réitérant l’engagement de Cuba à poursuivre le projet révolutionnaire et social de son choix. Il a également condamné le blocus injuste imposé à notre peuple, et exigé la restitution du territoire illégalement occupé par les États-Unis à Guantanamo.

Il a ratifié le soutien de Cuba à la cause de Porto Rico et la disposition de notre pays à envoyer de l’aide solidaire à cette Île sœur récemment frappée par deux événements climatologiques qui ont provoqué de graves pertes humaines et matérielles.

« Les États-Unis ont fait la sourde oreille à cette lamentable tragédie, organisant une visite ridicule et irrespectueuse, en minimisant les faits et leur responsabilité et leur obligation officielles d’assister cette Île en sa qualité d’État de la mal nommée Union des États américains », a affirmé Fernando Gonzalez Llort.

« Nous sommes heureux de t’accueillir à Cuba. Tu es dans un pays d’hommes et de femmes révolutionnaires qui aiment et défendent les causes justes. Ton exemple transforme en réalité les rêves des éternels patriotes indépendantistes portoricain, qui comme toi ont consacrés leur vie à la liberté de ta terre », a conclu Fernando.

L’ORDRE DE LA SOLIDARITÉ

L’Ordre de la Solidarité a été décerné à Oscar Lopez Rivera par Mercedes Lopez Acea, membre du Bureau politique du Comité central du Parti communiste de Cuba et vice-présidente du Conseil d’État, lors d’une cérémonie qui s’est déroulée au Mémorial José Marti, sur la Place de la Révolution de La Havane.

Dans ses paroles de remerciements, l’indépendantiste portoricain a tenu à exprimer sa profonde reconnaissance au leader de la Révolution cubaine Fidel Castro, au président Raul Castro et au peuple cubain.

« La solidarité de tant d’être humains épris de justice et de liberté m’ont été d’un grand réconfort pendant toutes mes années d’incarcération. Le peuple cubain se distingue par sa solidarité, une solidarité exceptionnelle, d’amour qui plus que toute autre chose naît d’un processus révolutionnaire qui commence par la lutte pour l’indépendance et a son point culminant dans le triomphe de la Révolution », a-t-il affirmé.

Et d’ajouter : « Nous vivons aujourd’hui dans un monde où les gouvernements prônent les guerres, sans arriver à comprendre qu’il vaut mieux vivre en paix que piller les plus vulnérables », a indiqué le patriote portoricain.

Faisant référence aux États-Unis, il a rappelé que ce pays s’est approprié Porto Rico et depuis 1898 il n’a fait qu’apporter des souffrances, des persécutions et des destructions dans son Île.

« La haine et la peur demeurent encore aujourd’hui les principales armes du gouvernement étasunien. J’espère que nous pourrons obtenir un monde meilleur et plus juste, que nous pourrons surmonter la haine et la peur de vivre sur cette planète par l’amour. J’espère que l’exemple que nous a donné Cuba se poursuivra », a-t-il ajouté.

Dans ses paroles d’hommage, Fernando Gonzalez Llort, Héros de la République de Cuba et président de l’Institut cubain d’amitié avec les peuples a parlé de l’ami, du patriote portoricain comme d’un homme courageux, simple, cultivé et doté d’une grande sensibilité artistique, d’un père et d’un grand-père très aimant et d’un homme intègre et dévoué à son pays et à son peuple.

Cuba a reçu le soutien généreux et l’amitié désintéressée de centaines de milliers de personnes de bonne volonté du monde. Il nous incombe en cette matinée de reconnaître l’intégrité, le courage implicite dans la résistance prouvée pendant toutes les années d’incarcération de notre ami Oscar Lopez Rivera.

Il a rappelé que Lopez Rivera fut arrêté le 29 mai 1981, accusé de conspiration séditieuse, un crime imputé aux militants indépendantistes portoricains ayant combattu le colonialisme. Ceci pour tenter de criminaliser la défense du droit à l’autodétermination du peuple de Porto Rico, a-t-il indiqué.

Il existe des raisons solides pour lui attribuer l’Ordre de la Solidarité – institué par le Conseil d’État – comme une juste reconnaissance de sa lutte et de sa conduite observée pendant près de 36 ans pour le seul crime d’avoir lutté pour l’indépendance de son pays, a affirmé Gonzalez Llort.

José Ramon Balaguer, membre du Secrétariat du Comité central du PCC et chef du Département des Relations internationales, et Gerardo Hernandez Nordelo, Héros de la République de Cuba, étaient également présents.

Quelques instants avant la cérémonie, Lopez Rivera a déposé une gerbe au pied du monument au Héros national José Marti.

Photo: Ismael Batista

 

JOSE RAMON MACHADO VENTURA : LA GRANDE REVOLUTION SOCIALISTE D'OCTOBRE A OUVERT UNE NOUVELLE ERE POUR L'HUMANITE

La Grande Révolution socialiste d’Octobre a ouvert une nouvelle ère pour l’humanité

Discours prononcé par José Ramon Machado Ventura, deuxième secrétaire du Comité central du Parti et vice-président du Conseil d’État et du Conseil des ministres, au gala donné en l’honneur du centenaire de la Grande Révolution socialiste d’Octobre, le 7 novembre 2017, au Théâtre Karl Marx de La Havane

Auteur:  | informacion@granma.cu

Photo: Juvenal Balán

(Traduction de la version sténographique du Conseil d’État)

Camarade général d’armée Raul Castro Ruz, Premier secrétaire du Comité central du Parti communiste de Cuba,

Chers camarades,

Il nous incombe de commémorer l’un des événements les plus marquants du 20e siècle : la Grande Révolution socialiste d’Octobre, qui a ouvert une nouvelle ère pour l’humanité.

De nos jours, il existe dans certains médias la tendance à minimiser l’importance de la Révolution qui déboucha sur la fondation du premier État socialiste du monde et ouvrit un chemin d’espoir en donnant naissance à un nouveau système social qui allait prouver qu’un monde sans exploiteurs ni exploités était possible. On tente de négliger, voire d’ignorer le rôle joué par son maître d’œuvre éminent, Vladimir Ilitch Lénine.

Le commandant en chef Fidel Castro Ruz, faisant référence à Lénine, signala : « Lénine fut un génial stratège révolutionnaire qui n’hésita pas à assumer les idées de Marx et les mettre en pratique dans un pays immense et en partie industrialisé… Lénine fut un homme vraiment exceptionnel, capable d’interpréter toute la profondeur et l’essence de la théorie marxiste », fin de citation.

Lénine eut le mérite de profiter d’un moment de crise de l’impérialisme, provoquée par sa propre guerre, et la croissance du mouvement ouvrier dans la Russie tsariste, pour mener à bien la Révolution socialiste. C’était l’homme qui se heurtait à l’incompréhension de son propre entourage, mais qui en même temps, comme personne à l’époque, fit preuve de la plus grande compréhension envers les humbles, les ouvriers conscients que la prise du pouvoir était le seul moyen de les conduire à leur émancipation. Ce fut précisément la conduite brillante de Lénine qui amena à l’avènement de cette grande Révolution, qui apporta des changements transcendants pour les opprimés de ce monde.

Cent ans se sont écoulés, et nul de saurait nier l’immense contribution et l’héritage de la Révolution bolchévique, qui donna lieu à d’autres grandes révolutions sociales au 20e siècle, nées quelques années après la victoire contre le fascisme, comme la Révolution chinoise, la Révolution vietnamienne et la Révolution cubaine.

Les événements qui succédèrent à ces journées d’Octobre, la mise en pratique de la théorie marxiste dans les conditions spécifiques du moment, confirmèrent la pertinence de la révolution sociale mondiale, dont, au dire de Lénine, la révolution russe n’était que le prélude, un échelon.

Le processus de décolonisation aurait été impossible sans l’énorme influence de la Révolution d’Octobre, qui contribua de manière décisive à ce que le droit des peuples à leur autodétermination et à leur indépendance devienne réalité dans de nombreux pays du monde.

Une contribution incontestable de cette grande geste fut le début du processus de structuration politique et économique d’un nouveau système : le socialisme.

La Révolution entraîna un changement drastique du rapport de forces mondial, elle prouva qu’il était possible d’éliminer l’exploitation, qu’il y avait d’autres formes de gouvernement et de démocratie, et qu’il existait des alternatives au-delà des formules proposées par le capitalisme, générateur de guerres et de divisions, et qui asservit les peuples et les nations.

Dans le domaine des relations internationales, elle inaugura une nouvelle manière de faire et d’agir. Le Décret de la paix et la Déclaration des droits des peuples de Russie énoncèrent les principes devant régir les relations entre les États et les peuples, qui conservent aujourd’hui toute leur validité.

L’URSS atteignit, en une période historique très courte, le développement technologique et industriel. Elle éradiqua l’analphabétisme, opéra la généralisation de l’éducation, atteignit un niveau scientifique élevé, assura l’emploi et la protection sociale, élimina la discrimination de la femme, assurant le respect et la promotion de ses droits, ainsi que ceux des enfants et des jeunes.

Ces conquêtes furent obtenues au milieu d’agressions militaires, économiques et politiques. L’État socialiste naissant transforma en réalité les postulats de sa Révolution, à feu et à sang, et commença à se construire dans un pays complètement ruiné, meurtri et assiégé, au prix d’efforts intenses et héroïques.

Nombreuses furent les contributions des peuples qui composèrent l’URSS, mais aucune ne fut plus importante que la défaite du fascisme, ce qui mérite une reconnaissance éternelle.

L’influence de la Révolution d’Octobre et la bataille pour le développement dans tous les domaines qui se livrait dans ce qui fut le pays impérial le plus arriéré de l’époque, se fit également sentir en Amérique latine, où sont diffusées les idées de la Révolution et où l’on assiste à l’émergence des partis communistes, dont celui de Cuba, au milieu des conditions d’une république d’abord victime d’une intervention, et ensuite du néocolonialisme.

Au sein de cette formation politique et d’autres organisations révolutionnaires qui s’opposaient à la domination impérialiste et aux gouvernements en place, étaient présentes les idées de José Marti, les idées de la Révolution d’Octobre, les idées du marxisme-léninisme.

En 1970, à l’occasion de la commémoration du centenaire de la naissance de Lénine, le leader historique de la Révolution cubaine déclara : je cite « … Sans la Révolution d’Octobre de 1917, Cuba n’aurait jamais pu s’ériger comme le premier pays socialiste d’Amérique latine ». Par la suite, en 1972, dans une profonde réflexion sur les racines de notre Révolution socialiste, il précisa : « Le processus révolutionnaire cubain est la confirmation de la force extraordinaire des idées de Marx, d’Engels et de Lénine », fin de citation.

Au cours de ces 100 dernières années, mais notamment depuis la disparition du système socialiste en Europe, on a beaucoup écrit et débattu, depuis des positions idéologiques très diverses, sur cette Révolution. Malheureusement, des positions extrêmes convergent pour signaler que ses idées ont échoué, donnant une interprétation tendancieuse de ses causes et de ses conséquences, dans l’intention d’imposer une pensée unique visant à mettre en avant la suprématie du capitalisme face au socialisme.

La Révolution d’Octobre a amorcé un processus extraordinairement complexe, avec des succès et des échecs ; mais pour la juger, il fait tenir compte, en premier lieu, des conditions historiques dans laquelle elle fut contrainte d’évoluer, du contexte international et des contradictions inhérentes à tout processus révolutionnaire. Ce fut aussi la première grande tentative de transformation du monde, de transformer l’utopie en réalité.

Aujourd’hui, l’impérialisme cherche de nouvelles alliances et cherche par tous les moyens possibles à étouffer et détruire toute tentative de changement social.

Dans ce contexte historique, nous pouvons affirmer que les idées qui l’ont inspiré, et le socialisme en tant que système, conservent toute leur actualité. Les principes d’égalité, de solidarité, d’internationalisme, le droit des peuples à leur autodétermination, à leur indépendance et à leur souveraineté furent à la base de la Révolution d’Octobre, et ils demeureront aussi à la base de la nôtre.

 

Vive la Grande Révolution socialiste d’Octobre !

Je vous remercie.

CUBA ANNONCE DE NOUVELLES MESURES MIGRATOIRES APPLIQUEES DES JANVIER 2018

Cuba annonce de nouvelles mesures migratoires

28/10/17

 

Washington, 28 octobre (RHC)- Le ministre cubain des Affaires étrangères, Bruno Rodríguez, a annoncé à Washington de nouvelles mesures migratoires en faveur des émigrés cubains résidant à l’étranger et qui seront appliquées à partir de janvier 2018.

Bruno Rodríguez a indiqué qu’à partir de cette date, de nouvelles régulations migratoires entreront en vigueur parmi lesquelles se trouve l’autorisation d’entrée de citoyens qui ont quitté illégalement notre pays à l’exception de ceux qui sont sortis de Cuba à travers la Base Navale étasunienne de Guantanamo qui occupe une portion du territoire de notre pays que les États-Unis occupent contre la volonté du gouvernement et du peuple cubains.  

« Cette exception est due aux grands risques qu’impliquent de tels actes pour la sécurité nationale et pour la vie des personnes qui les commettent » a précisé le ministre cubain des Affaires étrangères.

À partir du 1er janvier 2018, sera également éliminée l’habilitation de passeports pour les voyages à Cuba et l’on autorisera  l’entrée et la sortie de citoyens cubains résidant à l’étranger dans des bateaux de plaisance par les marinas touristiques internationales Hemingway, à La Havane et Gaviota, à Varadero.

Le ministre cubain des Affaires étrangères, qui s’est référé à ces régulations au cours de la 4e Rencontre de Cubains Résidant aux États-Unis en Défense de la Souveraineté Nationale et Contre le Blocus, a expliqué qu’une fois les conditions réunies, cette activité s’étendra à d’autres marinas.

Les mesures, qui ont été acclamées par les presque 130 participants à la rencontre, qui se tient à l’Université d’Howard de Washington, incluent également la fin de la condition de « naissance à Cuba » pour les enfants, nés à l’étranger, de parents cubains.

 De cette façon, les descendants pourront obtenir la nationalité cubaine et ils auront l’identification de notre pays.

« Le gouvernement des États-Unis ferme la porte et Cuba l’ouvre » a souligné le ministre cubain des Affaires étrangères faisant référence à des mesures récentes prises par le gouvernement étasunien dont la réduction du personnel aux ambassades dans les capitales des deux pays, ce qui a entraîné la suspension de l’octroi de visas étasuniens à Cuba.

Les décisions de Washington, qui ont été dues à des troubles de santé rapportés par des diplomates étasuniens en poste à La Havane, troubles dont on ignore la cause, affectent aussi, dans une large mesure, le travail du consulat cubain à Washington à cause de la réduction du personnel.

Bruno Rodríguez a ajouté que ces nouvelles régulations du gouvernement cubain font suite à celles en vigueur depuis janvier 2013 dans le cadre des efforts ardus afin de renforcer encore plus les liens de Cuba avec ses émigrés, processus commencé en 1978 par le Commandant en Chef de la Révolution, Fidel Castro.

D’autre part, le gouvernement étasunien a décidé de réduire de façon draconienne le personnel de son ambassade à La Havane et suspendu l’octroi de visas dans son Consulat. Le transfert en Colombie, des démarches des citoyens cubains désirant obtenir des visas d’immigrants, et dans des pays tiers, celles de  ceux qui désirent obtenir d’autres types de visas étasuniens, sans aucune garantie de leur octroi, rend considérablement chers les voyages et pratiquement impossibles.  

Ceci affectera directement les familles cubaines qui, désormais, ne pourront pas obtenir leurs visas à La Havane et qui feront face à de plus grands obstacles pour visiter leurs proches et même ceux qui veulent émigrer.

La décision infondée et arbitraire d’expulser du territoire étasunien 17 fonctionnaires de l’Ambassade de Cuba à Washington, y compris une partie importante du personnel du Consulat, aura un impact négatif sur les services consulaires  et entravera en particulier les voyages à notre pays des Cubains résidant aux États-Unis.

Le Gouvernement de Cuba continuera à étudier de nouvelles mesures de mise à jour de sa politique migratoire.

Prochainement, le Journal Officiel publiera les différentes normes juridiques qui accompagneront l’application de ces mesures et des informations supplémentaires seront données aussi à la population sur les procédés qui seront mis en vigueur.

Ces informations seront également disponibles dans les 189  Bureaux de Démarches du Ministère de l’Intérieur, représenté dans tous les districts de notre pays, au Bureau d’Attention à la Population de la Direction d’Identification et d’Immigration, à travers le téléphone 18808; ainsi que sur le site web  “Nación y Emigración” http://www.nacionyemigracion.cu/ et sur les différents sites web des Ambassades et des Consulats cubains dans le monde.

 

Edité par Reynaldo Henquen

Articles a

http://www.rhc.cu/fr/noticias/nacionales/145788-cuba-annonce-de-nouvelles-mesures-migratoires


 

L'ONU SOULIGNE LA NECESSITE DE LEVER L'EMBARGO US CONTRE CUBA

L'Assemblée générale souligne dans sa résolution la nécessité de lever l'embargo américain contre Cuba

French.xinhuanet.com | Publié le 2017-11-02 à 09:35

 

 


(Xinhua)

NEW YORK (Nations Unies), 1er novembre (Xinhua) -- L'Assemblée générale des Nations Unies a adopté mercredi une résolution soulignant la nécessité de mettre fin au blocus économique, commercial et financier imposé par les Etats-Unis à Cuba, selon un communiqué publié mercredi par l'ONU sur son site.

Dans cette résolution, l'Assemblée a réitéré son appel à tous les Etats membres des Nations Unies de s'abstenir de promulguer et d'appliquer des lois et des mesures non conformes aux obligations de la Charte des Nations Unies et du droit international qui réaffirment la liberté du commerce et de la navigation.

L'Assemblée "exhorte de nouveau les Etats qui ont appliqué et continuent d'appliquer ces lois et mesures à prendre les mesures nécessaires pour les abroger ou les invalider dès que possible", ajoute la résolution.

La résolution a bénéficié des votes favorables de 191 des 193 Etats membres de l'ONU. Les Etats-Unis et Israël se sont opposés au texte.

L'année dernière, ces deux pays, pour la première fois depuis 25 ans, se sont abstenus au lieu de rejeter le texte.

S'exprimant avant le vote d'aujourd'hui, le ministre cubain des Affaires étrangères, Bruno Rodriguez Parrilla, a rappelé que l'ancien président américain Barack Obama a cherché à utiliser ses pouvoirs exécutifs et à travailler avec le Congrès américain pour lever l'embargo.

"Cette volonté a été reflétée par le vote d'abstention des Etats-Unis en 2016 concernant la résolution qui, année après année, est adoptée massivement par cette Assemblée et appelle à la fin de cette politique", a-t-il déclaré.

Cependant, la politique américaine annoncée par le président Donald Trump concernant Cuba "a pour but de ramener les relations à un passé de confrontation", a-t-il déclaré.

http://french.xinhuanet.com/2017-11/02/c_136722257.htm


 

19e FESTIVAL MONDIAL DE LA JEUNESSE A SOTCHI : L'AVENIR APPARTIENT A LA JEUNESSE

Sotchi : L’avenir appartient à la jeunesse

Inauguration du 19e Festival mondial de la Jeunesse et des Étudiants

Auteur:  | lissy@granma.cu

Brandissant son drapeau au plus haut, la délégation cubaine est présente au Festival, aux côtés des 20 000 délégués du monde entier. Photo: Rodríguez Guerrero, Lissy

SOTCHI, Russie. — Parce que construire un monde meilleur, pour les plus déshérités, « les pauvres de la terre », est possible si tous les hommes et toutes les femmes s’unissent pour lutter à l’amélioration des conditions de vie de tous ; parce que, comme le disait Fidel, l’avenir se trouve dans la nouvelle génération et que de nombreux jeunes aujourd'hui consacrent leur vie à cet engagement, un spectacle plein de joie et de solidarité a été la meilleure manière d'inaugurer le 19e Festival mondial de la Jeunesse et des Étudiants. 
Les Cubains étaient présents au Palais des glaces de Sotchi, brandissant le drapeau national au plus haut, aux côtés des plus de 20 000 délégués du monde entier. Le président de la Fédération de Russie, Vladimir Poutine, a pris la parole au début de la cérémonie d’ouverture, exceptionnelle de virtuosité et d’une débauche de technologie, et il a souhaité la bienvenue à ce rendez-vous mondial aux jeunes, en les exhortant à se battre pour ce monde meilleur.
Rappelant que la Russie a été le siège de deux festivals antérieurs de la jeunesse et que ce rendez-vous est un espace visant à renforcer l’unité, Vladimir Poutine a déclaré que cette rencontre est un lien entre les pays attachés à la liberté et à  la solidarité, et que des jeunes de toute la Russie, depuis Kaliningrad jusqu’à Vladivostok participaient à ce festival.
Le spectacle, associé à une démonstration de l’art russe, a donné un aperçu de tous projets de développement menés dans leurs espaces immédiats ou au-delà de leurs frontières par les jeunes générations, accompagnés de messages en faveur de la paix, De l'amitié entre les peuples, de l'accès à la santé et à l'éducation, contre la pollution de l'environnement et pour l'inclusion sociale.
Des images historiques des deux festivals célébrés en Union soviétique en 1957 et 1985 ont été projetées, tandis que la délégation cubaine réagissait avec enthousiasme chaque fois qu’il était fait référence à Fidel, leader incontesté de la Révolution. 
Quant à Nicolas Papadimitriu, président de la Fédération mondiale de la jeunesse démocratique, il a rendu hommage à Ernesto Che Guevara, Fidel Castro et Mohamed Abdelazis, les personnalités à qui est dédié le festival.

http://fr.granma.cu/mundo/2017-10-16/sotchi-lavenir-appartient-a-la-jeunesse


 

SANTA CLARA : 50e ANNIVERSAIRE DE LA MORT AU COMBAT D'ERNESTO CHE GUEVARA EN BOLIVIE

Minute à minute : Cérémonie politique et culturelle en hommage au 50e anniversaire de la mort au combat d’Ernesto Che Guevara en Bolivie

Granma suit la cérémonie sur la Place de La Révolution Ernesto Che Guevara de Santa Clara

Auteur:  | internet@granma.cu

Aniversario de la caída del Che en Santa Clara.

--------------------------------------------------------------------------------------------

08:15-. Miguel Diaz-Canel, membre du Bureau politique et premier vice-président du Conseil d’État et du Conseil des ministres prend la parole.


--------------------------------------------------------------------------------------------


08:10-. Le poème Chanson ancienne à Che Guevara, de Gabriela Mistral est interprété par un chœur d’enfants.
-----------------------------------------------------------------------------------------
08: 10 -Ricardo Perez Diaz dit le poème Che Commandant, de Nicolas Guillén: Ce n’est pas parce que tu es tombé / que ta lumière est moins haute. / Un cheval de feu / soutient ta sculpture de guérillero / dans le vent et les nuages de la Sierra. Ce n’est pas parce que tu te tais, que tu es silence. / Ce n’est pas parce qu’ils te brûleront, qu'ils te dissimuleront sous terre, qu'ils te  cacheront dans des cimetières, des bois, des marais, qu’ils vont nous empêcher de te trouver / Che Commandant, ami

 


Photo: Capture d'écran
---------------------------------------------------------------------------------------------


08: 07 – « Guevara, cette terre qui est ta terre, ce peuple qui est ton peuple, cette Révolution qui est ta Révolution, continuera de brandir les bannières du socialisme », conclut Sara Mary Vega.
--------------------------------------------------------------------------------------------
08: 05 – « Les habitants de Villa Clara étreignent et protègent l'héritage du Che », dit l'élève et affirme que, « bien que cette génération ne soit pas la même que celle du Che, elle ne trahira ni lui ni ses compagnons »
08: 05-.Sara Mary Vega, élève de lycée de Villa Clara dit que le Che inspire les nouvelles générations.
--------------------------------------------------------------------------------------------
08: 02- Une élève du collège prend la parole pour déclarer son admiration et sa gratitude au guérillero héroïque pour son exemple.

 


Photo: Capture d'écran
----------------------------------------------------------------------------------------------


08: 00- Cinquante pionniers ont reçu, des mains des membres de la présidence, le foulard qui les accrédite comme membres de l'organisation des pionniers Jose Marti. En arrière-plan, on entend l’une des lettres envoyées à sa famille par Alberto Fernandez Montes de Oca, « Pacho » dans la guérilla.

--------------------------------------------------------------------------------------------
07: 58- La statue en bronze du commandant Che Guevara sur la place qui porte son nom s’élève sur un socle de 16 mètres de haut, (dont dix mètres sont visibles, recouverts de pierre et six mètres au sol, recouverts de marbre). Il mesure 6,80 mètres et pèse 20 tonnes.


Photo: Capture d'écran


--------------------------------------------------------------------------------------------
07: 55- L'orchestre de guitares Entre cuerdas et des artistes de Villa Clara interprètent la chanson Son los sueños todavia, de Gerardo Alfonso.
Photo: Capture d'écran


---------------------------------------------------------------------------------------
07: 50. Des proches du Che et d'autres combattants morts au combat en Bolivie sont présents à la cérémonie, ainsi qu'une représentation des combattants de la colonne numéro 8, Ciro Redondo et numéro 2, Antonio Maceo.
---------------------------------------------------------------------------------------
07: 50.- Des membres du Bureau politique du Parti, du Secrétariat du Comité central et des vice-présidents du Conseil d'État et du Conseil des ministres sont présents, ainsi que des dirigeants du Parti, de l'État, des organisations de jeunes et de masse, des FAR, du MININT et autres.
---------------------------------------------------------------------------------------
07: 48. – Le début de la cérémonie a été précédé par les paroles de Fidel lors de la Veillée solennelle en mémoire du commandant Ernesto Che Guevara, sur la Place de la Révolution, le 18 octobre 1967.
-------------------------------------------------------------------------------------------
07:47-.« Si nous voulons un modèle d’homme, un modèle d’homme qui n’appartienne pas à cette époque, un modèle d’homme qui appartienne à l’avenir, je dis de tout mon cœur que ce modèle sans une seule tache dans sa conduite, sans une seule tache dans son attitude, sans une seule tache dans ses actions, ce modèle, c’est le Che ! Si nous voulons dire comment nous voulons que soient nos enfants, nous devons dire en y mettant tout notre cœur de révolutionnaires convaincus : Nous voulons qu’ils soient comme le Che ! »

---------------------------------------------------------------------------------------
07: 45. La voix de Fidel résonne sur la place Ernesto Guevara à Santa Clara, à travers les paroles qu'il dédia au Che.
------------------------------------------------------------------------------------------
07: 42. Une garde d'honneur a lieu, tandis qu’une couronne de fleurs en forme d’étoile rouge est déposée. Après la minute de silence, résonnent les notes de l'hymne national.


Photo: Capture d'écran


Photo: Capture d'écran
---------------------------------------------------------------------------------------------


07:40 - Raul Castro pénètre sur la place Ernesto Che Guevara et salue les présents avant le début de la cérémonie  politique et culturelle en hommage au Che et à ses compagnons.


Photo: Capture d'écran
--------------------------------------------------------------------------------------------


07: 35- Le Président du Conseil d'État et du Conseil des ministres, Raul Castro Ruz, rend hommage au Che et à ses compagnons de lutte au mausolée où ils se reposent sur la place de la Révolution. Il est accompagné de José Ramon Machado Ventura, Miguel Díaz-Canel et Esteban Lazo Hernandez.

http://fr.granma.cu/cuba/2017-10-08/minute-a-minute-ceremonie-politique-et-culturelle-en-hommage-au-50e-anniversaire-de-la-mort-au-combat-dernesto-che-guevara-en-bolivie


 

AMI-ES DE CUBA, LA SOLIDARITE CONTINUE ENVERS LE PEUPLE CUBAIN.



"L’ouragan Irma a durement frappé l’infrastructure électrique de pratiquement tout le pays, ce qui empêche de concentrer les brigades spécialisées d’électriciens dans une zone spécifique, comme nous l’avions fait, par exemple, lors des ouragans Sandy et Matthew.
Dans le but de diminuer le temps de coupure électrique de la population et des centres vitaux de l’économie, j’ai approuvé la création de brigades mixtes au niveau de chaque municipalité, où les travaux de nettoyage, d’élagage, le creusage de trous d’installation et l’acheminement des poteaux électriques soient assurés avec des moyens de transport et du personnel de chaque territoire, convoqués par les Conseils de défense municipaux afin que l’Union électrique puisse se consacrer aux travaux spécialisés.
L’Union électrique est responsable de la gestion et du contrôle de ces travaux.
Général d’armée Raul Castro RuIz
Président du Conseil de Défense nationale
"

Amis de Cuba, LA SOLIDARITÉ continue  envers le peuple cubain. 
Toute donation même modeste accélèrera la reconstruction des zones dévastées.
 Vous pouvez adresser vos dons par chèque à
FRANCE-CUBA
8  Rue des Tonneliers B.P 823
64108 BAYONNE
Chèque libellés  à France-Cuba spécifier IRMA au dos du chèque)

 

MERCI