CUBA : L'IRREGULARITE FLAGRANTE DE LA BASE NAVALE AMERICAINE DE GUANTANAMO BAY

tourtaux-jacques Par Le 09/05/2022 0

Dans CUBA

8 Mai 2022

L'illégalité flagrante de la base navale de Guantánamo Bay
05 mai 2022
Víctor Hugo Purón Fonseca
Journal Venceremos
La République de Cuba, dans sa condition d'État socialiste de droit, comme il ressort de ce qui est explicitement entériné dans sa Constitution, considère que l'existence et la permanence de la base sont illégales et que le traité par lequel elle a été établie est nul et non avenu. En conséquence, elle exige la restitution de la partie du territoire national occupée contre la volonté du peuple et du gouvernement cubains.

La base navale établie par les États-Unis à Guantanamo Bay il y a 120 ans est toujours là, située dans la municipalité de Caimanera, dans la province la plus orientale de Cuba, contre la volonté expresse du gouvernement et du peuple de l'île de la liberté.

L'article 12 de la Constitution, approuvée par un vote majoritaire de la population en 2019, stipule que "la République de Cuba répudie et considère comme illégaux et nuls et non avenus les traités, concessions ou pactes convenus dans des conditions d'inégalité ou qui ignorent ou diminuent sa souveraineté et son intégrité territoriale".

Ailleurs, la Loi fondamentale réaffirme que "les relations économiques, diplomatiques et politiques avec tout autre État ne peuvent jamais être négociées sous l'effet de l'agression, de la menace ou de la coercition d'une puissance étrangère".

Le traité de 1903 qui a "légalisé" la base a été conclu en vertu de l'amendement Platt, imposé par le gouvernement américain en tant qu'annexe constitutionnelle en 1901, sous la menace et comme condition du retrait de son occupation militaire de Cuba, rappelle Sergio Emilio Castillo Torres, juriste et professeur de droit constitutionnel à l'université de Guantánamo.

La majorité des historiens et des traités de droit international", explique-t-il à propos de l'illégalité de cet acte, "s'accordent pour affirmer que, du point de vue de l'histoire et du droit international, le consentement d'un État à rester lié par un traité est nul et non avenu s'il a été obtenu par la coercition ou la menace".

De son point de vue juridique, Sergio Emilio rappelle que la location de la base navale de Guantánamo aux États-Unis, ayant été convenue en vertu de l'amendement Platt - un "appendice sui generis du droit constitutionnel" - devait être acceptée par les électeurs cubains comme un moyen de se libérer de l'occupation directe par les États-Unis.

"Ne pas le faire menace de maintenir l'intervention militaire américaine à Cuba, ce qui constitue une ingérence qui porte atteinte à la souveraineté et limite les relations réciproques entre les deux nations", réitère-t-il, rappelant ce moment historique amer.

Des juristes cubains de renom, tels qu'Olga Miranda et Miguel Ángel D'Estéfano, ont fréquemment abordé cette question. Ils rappellent que les traités signés sous la contrainte, comme c'est sans doute le cas de l'amendement Platt, les rendent de facto nuls et non avenus.

"Il est inacceptable de maintenir une base navale étrangère sur le territoire national contre la volonté de son peuple et de son gouvernement. Cette circonstance viole l'une des conditions préalables qui doivent être présentes dans tout contrat : le consentement des parties. Dans les circonstances actuelles, ce consentement est inexistant".

Un autre aspect important de la légalité qui n'est pas observé ici est la nature temporaire des baux. Il est notoire que le cas de la base navale de Guantánamo est incompatible avec ce principe, puisqu'un traité de location est signé sans terme.

Selon la doctrine, ajoute l'universitaire, le bail présuppose que le propriétaire peut récupérer la possession et l'usage du bien convenu à tout moment, ou au moment convenu.

"En d'autres termes, tout traité établit qu'il a un début et une fin ; dans le cas du bail de la base navale de Guantánamo, il n'a pas de terme. Cela viole également d'autres principes généraux du droit international, fondamentalement celui de l'intégrité territoriale".

Un autre des principes juridiques violés est le terme latin rebus sic stantibus, selon lequel un traité cesse d'exister lorsque les conditions dans lesquelles il a été signé changent.

Dans le cas de la base navale américaine de Guantánamo", affirme Castillo Torres, "il est facile de comprendre l'application de ce principe, sachant que le gouvernement socialiste qui, par volonté populaire, gouverne aujourd'hui les destinées de Cuba n'est pas le même gouvernement pro-américain et annexionniste qui a signé le traité de 1903. En effet, certains auteurs considèrent qu'un changement dans les conditions et les circonstances dans lesquelles un traité a été conclu a pour effet d'éteindre ce qui a été convenu".

source : https://www.pcc.cu/noticias/la-ilegalidad-manifiesta-de-la-base-naval-en-guantanamo

Tag(s) : #Cuba#Guantanamo

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire