CUBA : LA VICTOIRE DE PLAYA GIRON, UNE ETERNELLE LECON POUR LES ENNEMIS

tourtaux-jacques Par Le 20/04/2022 0

Dans CUBA

La victoire de Playa Giron, une éternelle leçon pour les ennemis

Avec le temps, la victoire obtenue sur ce territoire du sud de Matanzas, dans la Ciénaga de Zapata, laisse une leçon des plus évidentes : à l’époque le peuple milicien fut capable d'affronter et de vaincre les envahisseurs, malgré le poids écrasant de leurs armes et le soutien impérialiste

Auteur:  | informacion@granmai.cu

19 avril 2022 10:04:12

Photo: Granma Archive

Matanzas. — Il semblerait que la tentative d’invasion mercenaire par Playa Giron ait été inscrite dans le destin de la Patrie comme un signe d'avertissement permanent pour ceux qui rêvent de s'emparer de Cuba.

Avec le temps, la victoire obtenue sur ce territoire du sud de Matanzas, dans la Ciénaga de Zapata, laisse une leçon des plus évidentes : à l’époque le peuple milicien fut capable d'affronter et de vaincre les envahisseurs, malgré le poids écrasant de leurs armes et le soutien impérialiste.

Leur plan ne prévoyait pas qu'ils se trouveraient face à un peuple déterminé, qui, dans la bataille inégale, fit preuve d'une bravoure rappelant celle des mambises durant les guerres d’indépendance de 1868 et 1895.

Souviens-toi du mois d'avril ! N’oublie pas Giron !, pourrait-on dire à ceux qui conçoivent encore, comme les mercenaires de 1961, l'idée de trahir et d'attaquer la Patrie de Céspedes et de José Martí.

L'ennemi était bien organisé, bien armé, avec un fort soutien, mais il lui manquait la raison, la justesse de la cause qu'il défendait, déclara le combattant José Ramon Fernandez, expliquant la défaite cette attaque perfide.

De ce fait, a-t-il dit, ils n'ont pas combattu avec l'ardeur, le courage, la fermeté, la hardiesse et l'esprit de victoire avec lesquels les forces révolutionnaires l'ont fait.

Par contre, le peuple, désormais identifié au concept de souveraineté nationale et de socialisme, a porté fièrement la chemise bleue, le béret vert olive et s’est préparé à combattre, déterminé à résister et à vaincre l'agression étasunienne.

Pour Fernandez, qui interprétait la signification de ces journées cruciales pour le pays, ces moments furent des sommets de patriotisme et de ferveur révolutionnaire, et le soutien au leader Fidel Castro « montrait un pic de popularité tel qu'aucun dirigeant de l'hémisphère ne l'avait jamais atteint auparavant ».

Et cela fut la cause principale de la défaite des mercenaires, a souligné le prestigieux révolutionnaire et protagoniste de la bataille.

Lorsqu'elle n'a plus le courage d’avancer, Nemesia Rodriguez Montano, une habitante de la Cienaga qui ne parvient pas à oublier l'odieuse invasion, pense à cet homme qui, avec audace et témérité, se rendit à Giron pour prendre la tête de cet acte épique, indépendamment du danger réel qu'il comportait.

Cette conception de Fidel, qui n'était pas nouvelle, mais issue de la Sierra Maestra, comme le soulignent les historiens, a grandement contribué à élever le moral des milices et des Forces armées révolutionnaires.

Fidel avait libéré la force du peuple. C'est la seule façon d'expliquer comment il fut possible de vaincre une tentative d’invasion aussi énorme et aussi agressive, qui coûta la vie à de courageux Cubains et laissa sa marque de sang sur les petites chaussures blanches de Nemesia.

SHARE facebook twitter telegram

https://fr.granma.cu/cuba/2022-04-19/la-victoire-de-playa-giron-une-eternelle-lecon-pour-les-ennemis

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire