MIGUEL DIAZ-CANEL BERMUDEZ, PRESIDENT DE CUBA : LES ETATS-UNIS PRETENDENT RAMENER LE MONDE A SES PIRES MOMENTS

Les États-Unis prétendent ramener le monde à ses pires moments

L'actuelle administration étasunienne, qui affiche un mépris évident pour le multilatéralisme et a décidé de ramener le monde à ses pires moments, en recourant aux menaces les plus éhontées, avec des ingérences insolentes et des ultimatums constants, y compris la possibilité d'invasions, a déclaré publiquement à plusieurs reprises son intention de détruire toute alternative de développement autre que le capitalisme sauvage, qui tenterait de se faire jour dans la région

Auteur:  | internet@granma.cu

Les partisans de la Doctrine Monroe de l'administration Trump n’acceptent pas les processus politiques du Venezuela, du Nicaragua et de Cuba. Incapables de tenir leurs promesses électorales de redressement de l'industrie et de grandeur nationale des États-Unis, ils s’enlisent dans un bourbier de mensonges ridicules en présentant trois pays latino-américains qui luttent pour sortir du sous-développement hérité, comme une menace pour le puissant empire.

Photo: Juvenal Balán

La nouveauté réside dans les tactiques de guerre non conventionnelles, qui vont du symbolique au réel : depuis les dénommées fake news – mensonges enveloppés dans de fausses informations – jusqu’au sabotage des réseaux informatiques qui assurent la vitalité du pays. 
Nous ne pouvons pas sous-estimer l'escalade de ces agressions. Au-delà des menaces, typiques des marchands de la politique, avec la montée à des postes de décision de politiciens hypocrites, médiocres et criminels, la traque financière et le blocus commercial contre Cuba se sont intensifiés. Ils ont fait reculer les relations déjà précaires avec notre pays à leur pire niveau en fabriquant de faux incidents acoustiques, en canalisant des millions de dollars dans le financement de la contre-révolution et de la subversion politique, en dressant des listes mensongères et fallacieuses.
Ceux qui sont aujourd'hui à la tête de la direction politique d'une nation aussi influente ont montré qu'ils méprisent les engagements et les instruments juridiques librement acceptés par la grande majorité des États, qu'ils ne respectent pas le droit à l'autodétermination des peuples et nient le principe d'égalité souveraine entre les nations.
Ils estiment que la volonté de leur gouvernement peut être imposée à d'autres, y compris à leurs propres alliés, par le biais de menaces ou de sanctions, par l'imposition de tarifs douaniers commerciaux punitifs et d'autres mesures coercitives et unilatérales. 
Ils se proposent de détruire sans tarder le système des relations internationales fondé sur les normes et principes de la Charte des Nations Unies.
Le gouvernement des États-Unis a ouvertement déclaré la validité et l'application de l’infâme doctrine Monroe, ce vieil instrument du colonialisme, du néocolonialisme et de l'impérialisme, qui remet en question le droit à l'autodétermination, menace la souveraineté de toutes les nations d’Amérique, sans exception, et vise à intimider le reste du monde.
Contre Cuba, la conduite des États-Unis reste ancrée sur l'objectif de parvenir à l’asphyxie économique […] et à discréditer la Révolution, ses dirigeants et son glorieux héritage historique ; dénigrer les politiques économiques et sociales en faveur du développement et de la justice, liquider les forces politiques de gauche et les mouvements populaires et rétablir le maccarthysme afin de tenter de détruire les idées du socialisme.
Fragments des discours prononcés par Miguel Diaz-Canel à la clôture du 9e Congrès de l'Union des écrivains et des artistes de Cuba (UNEAC) et à la clôture de la 3e Période ordinaire de sessions de la 9e Législature de l'Assemblée nationale du Pouvoir populaire.

http://fr.granma.cu/cuba/2019-07-17/les-etats-unis-pretendent-ramener-le-monde-a-ses-pires-moments


 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire