Articles de tourtaux-jacques

Dans VENEZUELA

JEUNESSE COMMUNISTE DU VENEZUELA : SOLIDARITE AVEC LE PEUPLE ET LA JEUNESSE DU Sri LANKA

Par Le 25/08/2022

24 Août 2022

Solidarité avec le peuple et la jeunesse du Sri Lanka
23 août, 2022
La Tribune du Peuple
Évaluez ce document

Caracas, 24-08-2022 (Communiqué) - Depuis le Conseil Central de la Jeunesse Communiste du Venezuela (JCV), nous voulons exprimer notre rejet le plus catégorique de la nouvelle campagne d'agression du régime du Sri Lanka aux mains de Ranil Rajapaksa, qui ces derniers jours a attaqué le mouvement populaire qui est descendu dans la rue pour protester pacifiquement contre l'augmentation du coût de la vie et les conditions précaires de la sécurité alimentaire, de la santé et d'autres éléments d'intérêt pour le développement d'une vie normale.

Hier, 22 août 2022, le camarade Rangana Dewapriya, organisateur national de l'Union des étudiants socialistes, a été arrêté et quatre accusations infondées ont été portées contre lui en raison de sa participation aux récentes manifestations qui ont secoué tout le pays, violant ainsi le principe fondamental de la manifestation pacifique établi dans la Charte des droits de l'homme des Nations unies.


Nous sommes préoccupés par ce nouvel assaut du gouvernement de Siri lanka qui touche un grand nombre de militants et de membres de la communauté en général qui luttent pour faire valoir leurs droits.

Nous exprimons notre solidarité avec les camarades de l'Union des étudiants socialistes du Sri Lanka et avec les familles et amis des camarades Wasantha Mudalige, Galewa Siridhamma, Hashan Jeewantha et de nombreux autres qui ont été victimes de l'oppression du régime.

Nous avons également appris avec grand regret l'arrestation du camarade Eranga Gunasekara, qui est l'organisateur national de l'Union de la jeunesse socialiste du Sri Lanka, une organisation qui lutte depuis quelques mois avec le peuple pour obtenir les gains nécessaires à l'obtention d'un niveau de vie humainement digne. Le camarade est accusé pour les mêmes motifs que le camarade Rangana ; c'est pourquoi, depuis le Venezuela, nous exprimons notre solidarité la plus sincère et exigeons la libération immédiate de nos camarades de lutte, qui sont emprisonnés dans les cachots de la police, de manière injuste et autoritaire.

Comité exécutif national du Conseil central de la jeunesse communiste du Venezuela
source : https://prensapcv.wordpress.com/2022/08/23/solidaridad-con-el-pueblo-y-la-juventud-de-sri-lanka/

Tag(s) : #JCV#SriLanka

Dans RUSSIE

CRIMEE : COMMENT LA TURQUIE APPELLE A LA CAPITULATION DE LA RUSSIE

Par Le 24/08/2022

mercredi 24 août 2022

Crimée : comment la Turquie appelle à la capitulation de la Russie

 

La Turquie vient de déclarer, qu'en cas d'accord entre l'Ukraine et la Russie, la Crimée devait revenir en Ukraine. Bref, en proposant constamment des accords de paix entre l'Ukraine et la Russie, la Turquie travaille pour la capitulation de la Russie et défend les intérêts atlantistes. Comme membre de l'OTAN, que pouvait-on sérieusement attendre d'autre de sa part ?

Découvrant ainsi son véritable visage de cheval de Troie de l'OTAN, la Turquie a baissé le voile, ce qui permet d'expliquer beaucoup de ses dernières actions préjudiciables à la Russie lors de ce conflit en Ukraine. Lors d'une interview donnée à CNN mardi et retransmise par les médias turcs, Ibrahim Kalin, représentant officiel d'Erdogan, a déclaré que le retour de la Crimée en Ukraine serait une condition incontournable à la signature de tout accord entre la Russie et l'Ukraine. Autrement dit, la "paix" avec l'Ukraine ne peut se faire qu'au prix de la capitulation de la Russie.

La Turquie reprend ainsi en totalité le discours globaliste de Zelensky, qui annonce reprendre la Crimée à n'importe quel prix. Selon Zelensky, le conflit a commencé avec la Crimée (il a oublié le Maidan américain et l'attaque des populations russes en Ukraine par l'armée ukrainienne et les groupes néonazis), il terminera en Crimée. Le monde global est focalisé sur la Crimée, comme il le fut sur la victoire électorale de Trump, car ce sont les signes criant de leur défaite. Or, ils ne peuvent se permettre de perdre, le totalitarisme ne permet pas le pluralisme. Ils se sont battus tout le long du mandat de Trump contre lui et continuent aujourd'hui à le persécuter judiciairement et politiquement, car il n'est pas suffisant d'avoir repris le pouvoir, il est nécessaire de détruire celui qui a osé s'opposer à eux. C'est la même chose pour la Crimée : ils ont besoin que l'Ukraine reprenne par la force la Crimée, contre l'avis des Criméens, quitte à les réprimer ensuite. Toute opposition doit être physiquement détruite. 

Finalement, la Turquie n'a fait qu'acte de sincérité en déclarant ouvertement servir les intérêts atlantistes et basta. Dès le départ, la Turquie n'était ni neutre ni désintéressée et ne pouvait raisonnablement prétendre au rôle d'intermédiaire, qu'elle s'est attribuée elle-même. Souvenons-nous simplement, entre autres choses, de son soutien inconditionnel à la fraction radicale des Tatars de Crimée ou de ses ventes de drones militaires à l'Ukraine pour combattre les civils du Donbass et maintenant l'armée russe. 

L'on comprend beaucoup mieux les premières négociations du 29 mars à Istanbul, qui ont entraîné le retrait des forces russes et le début des bombardements systématiques des territoires russes frontaliers, sans compter les éternels pourparlers, qui ne faisaient que détruire l'image du pouvoir dans la population. L'on comprend beaucoup mieux aussi ces accords céréaliers, également à Istanbul, le 13 juillet, qui permettent de renforcer une présence étrangère dans plusieurs ports ukrainiens, sans que les céréales n'arrivent vers les pays d'Afrique, mais le but étant atteint, plus personne ne parle de la faim dans le monde. Le monde global est rassasié. 

Et surtout l'on comprend mieux les enjeux du voyage d'Erdogan à Lvov, il y a une semaine de cela, avec le Secrétaire général de l'ONU. Les médias ne cessaient de parler de la possible organisation d'une rencontre entre Poutine et Zelensky.

Dans quel but ? Pour que la Russie abandonne la Crimée? 

Tout ceci montre bien que nous ne sommes pas dans le temps des négociations. Car les seules négociations qui peuvent aboutir aujourd'hui sont celles de la capitulation de la Russie, ce qui ne semble pas être à l'ordre du jour.

En tout cas, la Russie peut perdre ses illusions et ses espoirs, s'il lui en reste encore, quant au rôle d'Erdogan et de la Turquie dans ce conflit. Avec de tels alliés, elle n'a pas besoin d'ennemis.

 

 

 

Publié par à 10:24 

http://russiepolitics.blogspot.com/2022/08/crimee-comment-la-turquie-appelle-la.html#more

Envoyer par e-mailBlogThis!Partager sur TwitterPartager sur FacebookPartager sur Pinterest

Libellés : 

Dans VENEZUELA

LE PARTI COMMUNISTE DU VENEZUELA DENONCE LES "ATTAQUES HONTEUSES" DU LEADER DU PSUV, CABELLO

Par Le 24/08/2022

23 Août 2022

mardi 23 août 2022
Le Parti communiste du Venezuela dénonce les "attaques honteuses" du leader du PSUV, Cabello


Caracas, 23-08-2022- Ce lundi, lors de sa conférence de presse, le Parti communiste du Venezuela (PCV) a qualifié de honteuses les attaques entretenues par le vice-président du PSUV, Diosdado Cabello, contre le Parti communiste du Venezuela à travers les médias d'État vénézuéliens.

"Vous vous déchaînez contre le Parti communiste du Venezuela et contre notre secrétaire général en utilisant votre position de pouvoir et votre bien-être économique, en profitant des médias d'État, sans nous laisser le droit de répondre à votre attaque excessive et euphorique", a déclaré Carlos Lazo, membre du Bureau politique du Comité central du PCV. 
 
Lazo a expliqué que les attaques de Cabello contre le militantisme communiste sont dues au succès des mobilisations qui ont abouti au paiement intégral de la prime de vacances et de loisirs pour les travailleurs de l'éducation.

"Vous attaquez à cause de cela, parce que nous sommes le seul parti qui développe une lutte victorieuse dans les rues avec les masses populaires", a ajouté le dirigeant communiste.

Lazo a affirmé que les agressions du député Cabello "sont des réminiscences de sa formation anticommuniste" et a condamné "ce type d'attaques astucieuses" avec lesquelles il essaie de "stimuler la haine contre le PCV".

Le leader a rappelé que le PCV a une trajectoire impeccable de lutte contre les ennemis du peuple vénézuélien : "Nous avons historiquement eu une position anti-impérialiste, nous ne sommes plus anti-impérialistes depuis 2004, date à laquelle vous vous êtes déclarés de cette manière".

"C'est l'une des différences que nous avons avec vous ; outre le fait que vous êtes un parti qui exprime les intérêts de la bourgeoisie vénézuélienne au détriment de la situation de la classe ouvrière vénézuélienne", a-t-il ajouté.

Lazo a annoncé que le PCV soutient l'appel des syndicats d'enseignants et de travailleurs universitaires à marcher ce mardi 23 août, du centre de Caracas au siège de l'Office national du budget (Onapre) pour exiger une fois de plus l'abrogation des instructions imposées par le gouvernement de Nicolás Maduro pour réduire les droits du travail et les salaires.

Le PCV a également soutenu les actions de protestation qui ont eu lieu jeudi dernier, 18 août, devant le siège de l'Institut national de prévention, de santé et de sécurité au travail (Inpsasel), dans le cadre de la Journée nationale de mobilisation et de lutte pour la santé et la sécurité au travail, en commémoration de la mort de neuf travailleurs de l'entreprise Provegran dans un accident du travail survenu en 2003.

M. Lazo a expliqué que cette date est propice pour dénoncer le manque de contrôle des protocoles de sécurité sur les lieux de travail. Il a également exhorté les secteurs qui se sont mobilisés ces derniers mois à maintenir la lutte "contre la hausse des prix et les mécanismes visant à détruire les salaires et à privilégier la bourgeoisie qui exploite la classe ouvrière vénézuélienne de manière bestiale".

source : https://www.idcommunism.com/2022/08/venezuelas-communist-party-denounces-shameful-attacks-by-psuv-leader-cabello.html

Tag(s) : #PCV#PSUV#Venezuela

Dans BRESIL

LULA REMET EN QUESTION LA RELATION DU BRESIL AVEC LES ETATS-UNIS

Par Le 23/08/2022

23 Août 2022

Lula remet en question la relation du Brésil avec les États-Unis

Brasilia, 22 août (Prensa Latina) L'ancien président Luiz Inácio Lula da Silva, favori des prochaines élections au Brésil, a remis en question aujourd'hui la manière dont le gouvernement du leader d'extrême droite Jair Bolsonaro entretient des relations avec les États-Unis.
 
 
 
 
22 août 2022
CDT22:05 (GMT) -0400
"Personne ne sera grand s'il rêve petit. Notre politique étrangère n'a jamais permis aux gens de parler durement avec la Bolivie, le Paraguay et n'a jamais permis aux gens de parler durement avec les États-Unis", a déclaré Lula lors d'un événement à Sao Paulo, où le livre Le Brésil dans le monde : huit ans de gouvernement de Lula, du photographe Ricardo Stuckert, a été présenté.

Dans son discours au Memorial de América Latina à Sao Paulo, le candidat du Parti des travailleurs (PT) aux élections du 2 octobre a appelé à un changement de la politique étrangère brésilienne et a souligné que "personne n'aime lécher les bottes".

Pour l'ancien dirigeant ouvrier, le Brésil a connu un "appauvrissement de la politique étrangère" après le gouvernement du PT.

"Quand j'étais président, Celso (Amorim) était le meilleur ministre des affaires étrangères du monde. À aucun moment le Brésil n'a obtenu le respect qu'il avait sous notre gouvernement. Un jour, ce pays a été respecté, il a été généreux", a-t-il déclaré.

L'ancien mécanicien a également défendu les partenariats du gouvernement brésilien avec l'Afrique dans le domaine de l'éducation.

"Nous devons payer l'Afrique en transfert de technologie, en éducation. Le Brésil doit traiter les gens sur un pied d'égalité", a-t-il déclaré.

À propos du volume de photos prises pendant ses mandats (2003-2011), Lula a déclaré que "ce livre est fait pour que les personnes les plus humbles puissent savoir ce qu'il est possible de faire pour un pays lorsqu'un dirigeant doit prendre des décisions. Puisse le Brésil avoir de nombreux photographes ayant le dévouement et la compétence de Stuckert", a-t-il salué.

Le photographe professionnel est issu d'une famille ayant une tradition dans le palais du Planalto (siège du pouvoir exécutif).

Son père, Roberto, était responsable des photos du défunt président João Figueiredo, qui a été au pouvoir de 1979 à 1985 et qui est considéré comme le dernier président de la dictature militaire (1964-1985).

En ce qui concerne la dynastie de l'image de la famille, le journal Gazeta do Povo a publié en 2009 que le père et le fils étaient les seuls à avoir réussi à obtenir un sourire des chefs d'État sur la photo officielle, distribuée à tous les bureaux publics. Gazeta a publié à cette occasion que "symboles d'une famille qui totalise 31 autres collègues, le père et le fils connaissent les couloirs du Palais Planalto comme peu d'autres".

jha/ocs

source : https://www.prensa-latina.cu/2022/08/22/lula-cuestiono-forma-de-relacion-de-brasil-con-eeuu

Tag(s) : #Lula#Brésil

Dans Bolivie

UN MILLION DE CITOYENS VONT DEFILER EN FAVEUR DU GOUVERNEMENT BOLIVIEN

Par Le 23/08/2022

23 Août 2022

Un million de citoyens vont défiler en faveur du gouvernement bolivien

La Paz, 22 août (Prensa Latina) La Central Obrera de Bolivia (COB) et les organisations du Pacte d'unité ont assuré aujourd'hui qu'un million de personnes participeront à la marche nationale du 25 août en soutien au gouvernement du président Luis Arce.
 
 
 

 
22 août 2022
CDT17:49 (GMT) -0400
"Nous avons lancé l'appel pour ce 25 août, la concentration principale sera sur la place San Francisco, nous garantissons plus d'un million (de personnes)", a déclaré à Bolivia TV Ramiro Jorge Cucho, le jirili apu mallku du Conseil national des Ayllus et Markas de Quillasuyu (Conamaq).

Il a ajouté que l'objectif de la marche depuis la ville d'El Alto jusqu'à la place centrale de La Paz est de soutenir le président Luis Arce et le vice-président David Choquehuanca, et de protéger ainsi la stabilité économique et la démocratie.

M. Cucho a affirmé que le recensement de la population et du logement est manipulé par certains secteurs de l'opposition, comme le gouverneur de Santa Cruz, Luis Fernando Camacho, afin de déstabiliser les autorités nationales.

Il a souligné que le programme politique de l'aile droite consiste à mener des actions violentes contre l'exécutif national.

"Ces actions violentes proviennent de secteurs qui ont fait partie du coup d'État de 2019 et nous les répudions", a affirmé le dirigeant, réaffirmant que son organisation est en "alerte" pour toute "action conspiratrice".

Pour sa part, le sénateur du Mouvement vers le socialisme-instrument politique pour la souveraineté des peuples, Leonardo Loza, a déclaré que les six fédérations du Tropique de Cochabamba seront à La Paz "avec beaucoup de fermeté et de conviction".

Du côté du département de Pando, les organisations sociales ont confirmé leur présence dans la mobilisation de ce jeudi et ont promis une "lutte pour défendre la démocratie et le gouvernement national".

Les travailleurs syndiqués de la ville d'El Alto ont également confirmé leur présence dans la mobilisation avec l'intention de protéger les ressources naturelles, et ont souligné l'intérêt de certains opérateurs internes et externes pour obtenir le contrôle du lithium.

Le 18, M. Arce a averti qu'une faction de l'opposition à Santa Cruz avait l'intention d'utiliser le recensement "pour regrouper l'aile droite, qui est dans le marasme".

Il a insisté sur le fait que ces acteurs politiques utilisent le recensement comme un prétexte pour regrouper une droite qui n'a pas de discours, de proposition pour le pays, et c'est pourquoi ils ont recours à des mensonges pour discréditer le travail des autorités.

Face à cette situation, la COB a averti qu'elle ne permettra plus la présence de groupes subversifs, terroristes et séditieux qui ne cherchent qu'à diviser l'unité démocratique, culturelle, multiethnique et plurinationale.

oda/jpm

source : https://www.prensa-latina.cu/2022/08/22/un-millon-de-ciudadanos-marchara-a-favor-de-gobierno-de-bolivia

Tag(s) : #COB#Bolivie

UNE CHALEUR JAMAIS VUE : LA "FIN DE PARTIE" CLIMATIQUE?

Par Le 23/08/2022

Une chaleur jamais vue : la « fin de partie » climatique ?

 

23 Août 2022

   

Nous connaissons un été très chaud et très sec. Certains trouvent cela plaisant et pour nos gouvernements, il n’y a pas encore de quoi s’affoler. En réalité, il est grand temps de tirer la sonnette d’alarme. Selon les experts, si nous ne changeons pas de cap rapidement, nous risquons de nous retrouver face à la « fin de partie » climatique. Pendant ce temps, l’orchestre du Titanic continue à jouer comme si de rien n’était.

 

Les faits troublants s’accumulent

La France est en proie à une troisième vague de chaleur cet été. Les températures dépassent les 40°C. Le pays connaît la pire sécheresse de son histoire et deux tiers de ses départements font face à une pénurie d’eau.

Cette année, les flammes ont déjà dévoré une superficie de 480 km², soit sept fois plus que d’ordinaire. La production des centrales nucléaires situées sur le Rhône et la Garonne a été temporairement réduite parce qu’il n’y a pas assez d’eau pour refroidir les centrales.

L’Italie connaît sa pire sécheresse depuis 2003, lorsqu’une vague de chaleur exceptionnelle avait emporté 30 000 personnes et détruit la production agricole. Un tiers de cette dernière serait en danger cette année. En Suisse, l’armée est mobilisée pour s’assurer que les vaches ne meurent pas de soif.

Les Pays-Bas ont décrété une pénurie nationale d’eau au début du mois d’août. En Allemagne, le Rhin risque de devenir non navigable à partir du 12 août. En Pologne, les autorités ont déjà introduit des restrictions concernant les rivières en raison du très faible niveau de l’eau.

En Norvège, en raison de la météo exceptionnellement sèche, de nombreux réservoirs d’eau ont atteint un niveau historiquement bas. En raison de la réduction de la production hydroélectrique, le gouvernement a décidé de limiter l’exportation d’électricité vers d’autres pays jusqu’à ce que les réservoirs soient reconstitués.

Selon le Système européen d’information sur les incendies de forêt, 19 pays font face à un « risque extrême » d’incendies. En Espagne, au Portugal et en France, on parle même de « risque très extrême ».

L’insoutenable chaleur de l’être

Selon les scientifiques, les sécheresses que le continent européen a connues ces dernières années sont sans précédent depuis 250 ans. À mesure que le climat va se réchauffer, les vagues de chaleur et les sécheresses deviendront plus fréquentes, elles dureront plus longtemps et les pics de température seront également plus élevés. En outre, les vagues de chaleur et les sécheresses sont deux phénomènes qui se renforcent mutuellement.[i] 

Cela devient la nouvelle norme. Il est possible que d’ici dix ans, chaque été en Europe occidentale soit aussi chaud et sec que celui-ci. En plus de ces vagues de chaleur, nous devrons également faire face de façon bien plus répétée à des pluies torrentielles comme celles qui ont frappé l’Allemagne et la Belgique l’année passée.[ii]

Depuis les années 1980, l’exposition à la chaleur mortelle a triplé dans les villes. Elle touche actuellement près d’un quart de la population mondiale. Cinq millions d’individus meurent déjà chaque année en raison de conditions météorologiques extrêmes et les décès liés à la chaleur sont en augmentation.

Selon le ministère français de l’Environnement, la température moyenne de l’air augmentera de 1,4 à 3 degrés Celsius d’ici 2070. Les précipitations diminueront de 16 à 23 % et le débit des rivières de 30 à 50 % dans le sud du pays. Dans les pays voisins, on peut s’attendre à des chiffres similaires.

Si la tendance actuelle se poursuit, la production agricole mondiale pourrait diminuer de 30 % d’ici 2050. Environ 5 milliards d’individus pourraient être confrontés à des pénuries d’eau au moins un mois par an.

La chaleur extrême – définie comme une température annuelle moyenne supérieure à 29°C – pourrait concerner deux milliards d’individus d’ici 2070. D’ici 2060, il pourrait y avoir près d’1,4 milliard de réfugiés climatiques et d’ici 2100, un cinquième de la population mondiale risque de le devenir en raison de l’élévation du niveau des mers.

La fin de partie ?

Le pire, c’est que ces prévisions sont prudentes. Ces dernières années, les climatologues ont constaté que les phénomènes météorologiques extrêmes se produisaient plus rapidement que ne l’avaient prévu les modèles. On a d’abord supposé que les températures et les phénomènes météorologiques extrêmes allaient augmenter progressivement et de façon linéaire. Nous sommes peut-être entrés dans une période où les extrêmes se produiront de façon soudaine, plus fréquemment et avec plus de violence.

Dans une étude récente, un groupe de scientifiques n’exclut pas un effondrement global de la société ou l’extinction de l’humanité. Ils qualifient cette catastrophe de « fin de partie climatique » . La probabilité d’une telle catastrophe est peut-être faible, mais de tels scénarios ne peuvent être exclus, compte tenu des incertitudes entourant les futures émissions et le système climatique.

L’éventuelle accélération du réchauffement est liée aux points de basculement et aux[iii] rétroactions climatiques.[iv] Certains points de basculement pourraient même découler sur un réchauffement de 8°C.[v]

Selon ces scientifiques, « envisager un avenir caractérisé par un changement climatique accéléré sans tenir compte des pires scénarios relève au mieux d’une gestion naïve des risques et au pire d’une stupidité qui pourrait s’avérer fatale » .

Dans ce contexte, il est utile de rappeler que la quantité de CO2 dans l’atmosphère se rapproche actuellement du niveau d’il y a 15 millions d’années. Les températures étaient alors de 3 à 4°C supérieures et le niveau des mers était de 20 mètres plus élevé.

« L’histoire est jalonnée d’avertissements. Le changement climatique (régional ou mondial) a joué un rôle dans l’effondrement ou la transformation d’innombrables sociétés antérieures et dans chacune des cinq extinctions de masse de l’histoire du Phanérozoïque[vi] sur Terre » , affirment les scientifiques.

Beaucoup dépendra des efforts déployés pour le climat au niveau mondial. Si la tendance actuelle se poursuit, on pourra observer une augmentation de 2,1 à 3,9°C d’ici 2100. Si les États respectent pleinement leurs engagements actuels, l’augmentation sera de 1,9 à 3°C. Si tous les objectifs à long terme fixés jusqu’à présent sont atteints, le réchauffement sera de 1,7 à 2,6°C.

« Même ces hypothèses optimistes débouchent sur des scénarios dangereux pour la planète. Des températures de plus de 2°C supérieures aux valeurs préindustrielles n’ont pas été observées à la surface de la Terre depuis le Pléistocène (il y a plus de 2,6 millions d’années). »

Un réchauffement de plus de 2°C est particulièrement préoccupant. Les sociétés humaines sont adaptées à un environnement climatique spécifique. Depuis l’avènement des sociétés agricoles urbaines à grande échelle, il y a environ 12 000 ans, les civilisations se sont développées dans un cadre climatique étroit, avec une température annuelle moyenne d’environ 13°C.

Aujourd’hui encore, les centres d’activité humaine les plus productifs sur le plan économique sont concentrés dans ces zones. Selon les scientifiques, « les effets cumulés du réchauffement climatique pourraient dépasser la capacité d’adaptation des sociétés humaines » .

Nous sommes confrontés à un choix

António Guterres, Secrétaire général des Nations unies, nous met face à un choix : « Nous sommes sur une voie catastrophique. Soit nous sauvons notre monde, soit nous condamnons l’humanité à un avenir infernal. »

Pour sauver le monde d’une dégénérescence climatique, nous avons besoin d’une transition énergétique complète, bien plus conséquente et rapide que toutes les précédentes dans l’histoire du monde. Dans les 30 à 50 prochaines années, 90 % ou plus de l’énergie mondiale actuellement produite à partir de combustibles fossiles devra être fournie par des sources d’énergie renouvelables, par l’énergie nucléaire[vii] ou par des centrales à combustibles fossiles qui enterrent leurs déchets au lieu de les émettre.

Selon l’Energy Transitions Commission, un prestigieux groupe de réflexion dédié au réchauffement climatique, moins d’1 % du PNB mondial[viii] annuel serait nécessaire pour atteindre la neutralité carbone d’ici 2050. C’est une somme insignifiante pour sauver le monde d’un changement climatique catastrophique. À titre de comparaison, on estime qu’en 2020,[ix] dans les pays riches, l’ensemble des mesures de relance dans le contexte de la crise du Covid représentait plus de 30 % du PNB.

Il est donc parfaitement possible d’éviter une catastrophe climatique, mais cela nécessitera un changement de cap radical. Jusqu’à présent, la question du réchauffement climatique a été principalement confiée au marché. Songez aux échanges de droits d’émission, aux taxes carbone, au développement de technologies vertes basé sur le marché, etc. Il est clair que nous n’y arriverons pas de cette façon.

Il se trouve également que 100 multinationales ont été à l’origine de 71 % des émissions de gaz à effet de serre entre 1988 et 2015. Il s’agit d’une autre raison pour laquelle l’énergie verte et bon marché doit devenir un service public, tout comme les infrastructures et la technologie à faible émission de carbone nécessaires pour la fournir. Dans le passé, des gouvernements ont mis en place un service public pour des secteurs comme la défense, la santé, l’éducation, la recherche scientifique, etc.

Le temps presse. Nous avons déjà utilisé 86 % du budget carbone[x] qui nous permettrait d’avoir une chance sur deux de rester sous une augmentation d’1,5°C, où 89 % du budget qui nous permettrait d’avoir deux chances sur trois de rester en deçà de cette augmentation. En termes de temps, il nous reste encore 7 à 10 ans pour inverser la tendance. Ce n’est pas pour rien que Guterres parle de « code rouge »’.

 

Source originale: De Wereld Morgen

Traduit du néerlandais par Marc Vandepitte pour Investig’Action

Notes:

[i] L’énergie de la lumière du soleil est en partie utilisée pour faire évaporer l’humidité du sol et des feuilles des arbres. Lorsqu’il fait très sec, il n’y a plus rien à évaporer et toute l’énergie du soleil contribue au réchauffement de l’atmosphère. Par conséquent, il fait encore plus sec et l’atmosphère se réchauffe davantage. C’est un cercle vicieux.

[ii] Les climatologues britanniques estiment que les pluies torrentielles seront 14 fois plus fréquentes d’ici la fin du siècle si les émissions de CO2 restent élevées.

[iii] Un point de basculement climatique est un seuil critique au-delà duquel une perturbation (relativement) mineure peut bouleverser l’état d’éléments majeurs du système terrestre. Selon les scientifiques, des éléments majeurs du système terrestre pourraient franchir un point de basculement dans un avenir proche, entraînant un changement climatique mondial. Ils pensent notamment à la détérioration de la forêt amazonienne, à la mort des forêts boréales au Canada et en Sibérie, à la fonte des calottes polaires ou de la calotte glaciaire du Groenland, à la perturbation de la mousson sur le sous-continent indien, à la détérioration des récifs coralliens et à la disparition du permafrost et de la toundra.

[iv] Une rétroaction climatique implique que le changement d’une variable a un effet sur une deuxième variable, qui à son tour a un effet sur la première variable. Cela génère une réaction en chaîne.
Un bon exemple est l’émission de méthane provenant du dégel du permafrost dans les tourbières gelées de Sibérie. Le réchauffement climatique fait fondre le permafrost, ce qui libère du méthane. Il s’agit d’un gaz à effet de serre très puissant qui accélère le réchauffement, provoquant la fonte d’encore plus de permafrost et la libération d’encore plus de méthane.

[v] Par exemple, la disparition brutale de la couverture nuageuse de stratocumulus (nuages dont l’altitude est inférieure à 2,5 km).

[vi] L’ère phanérozoïque est une période de l’histoire géologique de la Terre qui s’étend sur environ 540 millions d’années jusqu’à nos jours.

[vii] L’énergie nucléaire n’est pas appropriée parce qu’elle est trop coûteuse, qu’il existe un risque de catastrophe nucléaire et que ses déchets dangereux doivent être stockés pendant des siècles.

[viii] PNB signifie Produit National Brut. C’est ce que nous produisons tous en termes de richesse chaque année.

[ix] Elle concerne aussi bien les mesures fiscales (aides directes de l’État aux entreprises, aux familles, etc.) que les mesures monétaires (les banques centrales qui injectent de l’argent sur les marchés financiers).

[x] Le budget carbone est la quantité de CO2 qui peut encore être émise dans l’atmosphère pour limiter le réchauffement climatique à 1,5°C.

https://www.investigaction.net/fr/une-chaleur-jamais-vue-la-fin-de-partie-climatique/

 

Dans IRAN

LES FORCES NAVALES IRANIENNES ONT REUSSI A REPOUSSER L'ENNEMI LOIN DES FRONTIERES ECONOMIQUES

Par Le 22/08/2022

Les forces navales iraniennes ont réussi à repousser l’ennemi loin des frontières économiques

Les forces navales iraniennes ont réussi à repousser l’ennemi loin des frontières économiques

folder_openIran access_timedepuis 10 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec sites web

Le commandant de la marine de l’armée iranienne, l’amiral Shahram Irani, a confirmé que «le dévoilement de la flotte de drones de la Force navale stratégique a conduit à un changement des équilibres régionaux», dans un message militaire qui coïncide avec les discussions liées au nucléaire iranien.

Lors de la cérémonie de réception du 83e Naval Group, l’amiral Shahram Irani a déclaré que «la présence des destroyers de la Force navale stratégique de l’armée à 2 200 km des frontières du pays, est le garant de la sécurité des frontières économiques du pays».

L’amiral iranien a ajouté que la présence des destroyers de l’armée iranienne en mer Rouge avait «privé l’ennemi de faire des mouvements hostiles, et les lignes maritimes de la République islamique avaient toujours été ouvertes».

L’amiral a souligné que le dévoilement de la flotte d’avions sans pilote de la Force navale stratégique a conduit à un changement des équilibres régionaux, comme il l’a dit. Il a ajouté que les forces navales iraniennes avaient réussi à repousser l’ennemi bien au-delà des frontières économiques, dont la force navale stratégique de l’armée est chargée d’assurer sa sécurité.

Et de poursuivre : «Le 84e groupe naval de la force navale stratégique de l’armée, dirigé par le destroyer «Jamaran», exécute actuellement la tâche qui lui a été confiée dans la zone du détroit de Bab al-Mandab au nord de la mer Rouge et du canal de Suez, qui est de sécuriser l’artère économique du pays et de protéger les intérêts de la République islamique d’Iran.

Industrie de la défense

Par ailleurs, le président de l’Assemblée consultative islamique, Muhammad Baqer Qalibaf, a souligné qu’aucune force ne peut empêcher le renforcement des capacités de défense de son pays, a rapporté l’agence iranienne «Fars».

Qalibaf a déclaré que l’industrie de la défense du pays a maintenant combiné des caractéristiques importantes et stratégiques, car elle est devenue une industrie motrice qui développe simultanément d’autres domaines scientifiques, en particulier la technologie et l’ingénierie. Elle joue également un rôle important dans la défense et la dissuasion du pays en subvenant aux besoins des forces armées et en créant une supériorité technologique. Il deviendra également un complément important à l’économie du pays en ouvrant les portes aux exportations de défense dans un proche avenir.

https://french.alahednews.com.lb/45404/337

 

Dans RUSSIE

QUELS PAYS SURVIVRONT A UNE GUERRE NUCLEAIRE?

Par Le 22/08/2022

Quels pays survivront à une guerre nucléaire?

Par Alexandre Lemoine

Mondialisation.ca, 21 août 2022

Observateur continental 18 août 2022

Thème: 

Analyses: 

 0   0  0  23

Une étude affirme qu’une guerre nucléaire d’envergure entre la Russie et les États-Unis entraînerait la mort de plus de 5 milliards de personnes. Cette guerre émettrait plus de 150 teragrammes (plus de 165 millions de tonnes) de suie, provoquant un hiver nucléaire sur toute la planète, précise l’étude. Les chercheurs estiment que les conséquences d’une apocalypse nucléaire auraient un impact catastrophique sur la production de la nourriture anéantissant des populations entières de famine.

Les analystes ont conclu que même si les gens survivaient aux explosions initiales, l’hiver nucléaire et la destruction de l’agriculture qui s’en suivrait anéantiraient 90% des Britanniques, écrit The Times.

Qui remportera la guerre nucléaire entre les États-Unis et la Russie? Personne, évidemment. Mais, selon la nouvelle étude, l’Argentine et l’Australie ont les meilleures chances de survivre une décennie plus tard.

Les perspectives du Royaume-Uni ne sont pas non plus radieuses: la même étude a conclu que 90% des Britanniques mourraient de faim.

Les scientifiques ont analysé les conséquences d’un hiver nucléaire pour s’imaginer ce qui arriverait quand des tempêtes de feu d’un échange de frappes nucléaires émettrait dans l’atmosphère suffisamment de suie pour éclipser le soleil.

Ils ont conclu que même les survivants aux frappes en soi auraient peu de chances de survivre: jusqu’à 5 milliards de personnes mourront à travers le monde au cours des premières années.

« Tout le monde comprend que les effets directs d’une guerre nucléaire seraient horribles, comme nous l’avons vu à Hiroshima et Nagasaki. Notre travail montre qu’au moins dix fois plus de gens dans le reste du monde mourront à cause de l’impact sur le climat et l’agriculture », a déclaré le professeur Alan Robock de l’université Rutgers de New Jersey.

Même un conflit relativement réduit, par exemple entre le Pakistan et l’Inde, pourrait provoquer de mauvaises récoltes et la famine pour plus de 1 milliard de personnes, et ce, principalement dans les pays éloignés du conflit en soi. Le nombre de victimes indirectes éclipserait les 50-100 millions de morts des explosions nucléaires.

Les chiffres publiés par le magazine Nature Food ont été obtenus par les chercheurs selon la formule suivante: ils n’ont pas pris en compte les morts initiales de l’arme nucléaire, simulant au lieu de cela les conséquences pour l’agriculture suite à la baisse de l’insolation et de la température.

« Nous avons utilisé pour la première fois des simulations modernes de climat et d’agriculture pour donner une appréciation quantitative aux conséquences pour chaque pays en fonction de leur alimentation, du niveau des importations et des exportations ainsi que des changements climatiques et de leur impact sur chaque culture agricole à part. Combien y aura-t-il de nourriture? La réponse pour la plupart des pays est la suivante: pas suffisamment », a déclaré Alan Robock.

Selon l’étude, dans la plupart des pays la consommation de calories diminuera d’au moins 90%. Plusieurs pays tels que l’Australie et l’Argentine et une partie de l’Afrique centrale réussiront à maintenir la production de calories seulement parce qu’avec une population relativement réduite ils cultivent des vivres en grande quantité, notamment du blé. Mais même ces pays seront certainement confrontés à d’autres problèmes qui n’ont pas été soulevés dans cet article.

« La production intérieure leur suffira, mais imaginez où iront les flottilles de réfugiés affamés d’Asie. Donc une période difficile attend même l’Australie », a ajouté l’expert.

D’après les conclusions, les anciennes méthodes de gestion seront conservées, mais avec une perspective de tuer tout le bétail pour consommer leur fourrage. Mais qu’en serait-il si les gens changeaient rapidement leur approche?

Une étude à part de cette année a montré qu’une famine de masse pourrait être évitée en cas de bonne planification. Par exemple, il est possible de cultiver des champignons et des algues même avec une insolation insuffisante. Cette étude a révélé qu’en installant rapidement des serres cela suffirait jusqu’à ce que la suie se dissipe.

Mais cela pourrait être réalisé seulement si les pays y étaient préparés. Alan Robock explique que même en présence d’investissements nécessaires, cela serait dangereux en soi, car cela inculquerait l’idée que l’usage de l’arme nucléaire est bien plus sûr. « Si vous vous préparez pour ce scénario et décidez que vous survivrez à une guerre nucléaire, je suppose que sa probabilité ne ferait que grandir », a indiqué le professeur.

Alan Robock pense que cette étude a démontré que la destruction réciproque était garantie même plus qu’il ne pourrait sembler à première vue. « La menace d’une frappe nucléaire pour dissuader d’une attaque, c’est la menace d’un kamikaze. Parce que dans ce cas votre pays mourra de faim. Pour que la dissuasion fonctionne, les gens doivent être prêts au suicide », a-t-il conclu.

Alexandre Lemoine

La source originale de cet article est Observateur continental

Copyright © Alexandre LemoineObservateur continental, 2022

https://www.mondialisation.ca/quels-pays-survivront-a-une-guerre-nucleaire/5670654

Dans RUSSIE

MANLIO DINUCCI : DERRIÈRE L’ASSASSINAT POLITIQUE DE DARIA PLATONOVA

Par Le 22/08/2022

Grandangolo édition spéciale 

21 août 2022

https://www.byoblu.com/2022/08/22/dietro-lassassinio-politico-di-daria-platonova-speciale-pangea-grandangolo/

DERRIÈRE L’ASSASSINAT POLITIQUE DE DARIA PLATONOVA

   L’attentat à Moscou, qui a provoqué la mort de la journaliste Daria Platonova, avait comme objectif principal son père Alexander Douguine, philosophe créateur de l’école moderne de géopolitique, chef du Département de sociologie des relations internationales à l’Université d’État Lomonossov de Moscou, fondateur du Mouvement International Eurasiatique. Il ne s’agit pas simplement de l’acte criminel d’un individu ou d’un petit groupe, mais d’un délit politique programme et opéré par les services secrets Occidentaux, en particulier étasuniens et britanniques, sur la base de procédures bien établies.

Avant tout le choix de l’objectif. Dans son interview à Grandangolo en avril dernier, Alexander Douguine explique que l’opération militaire russe en Ukraine ne constitue pas seulement la réponse à l’escalade USA-OTAN, qui met en danger la sécurité de la Russie, mais la réponse au plan mondialiste de l’Occident pour conserver un monde unipolaire sous sa propre domination. En alternative à l’agenda mondialiste, Douguine envisage la création d’un monde multipolaire, par un pacte historique planétaire de toutes les personnes de différentes cultures et traditions qui refusent l’agenda mondialiste. Il faut une alliance universelle contre les Soros, les Schwab, les Bill Gates et l’oligarchie libérale mondiale, qui menacent l’humanité avec leurs plans fous. C’est dans ce cadre que s’insère le Mouvement International Eurasiatique. La croissante intégration économique de l’Eurasie, qui encourage la résolution par la négociation des conflits et le dialogue inter culturel, contribue de façon concrète au passage du monde unipolaire au monde multipolaire que les États-Unis et les autres majeures puissances de l’Occident essaient par tous les moyens d’empêcher.

Daria Platonova -experte en relations internationales, éditorialiste et collaboratrice de chaînes télévisées- a collaboré a certaines éditions de Grandangolo et dans les mois qui viennent sa collaboration aurait dû prendre un caractère périodique. L’annonce de son assassinat nous a bouleversés mais pas réduits au silence. Daria restera avec nous sur Byoblu.

Traduit de l’italien par M-A P

Dans Colombie

LA COLOMBIE LANCE UN PROGRAMME POUR LA PROTECTION DES LEADERS SOCIAUX

Par Le 22/08/2022

22 Août 2022

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2022-08-21 19:14:33

      

La ministre Susana Muhamad présente le programme lors d'un meeting dans la localité de Caldono, dans le département du Cauca. Photo: Ministère de l'Environnement de la Colombie.

La Havane, 21 août, (RHC)- Le gouvernement colombien a lancé cette fin de semaine un programme pour la protection des leaders sociaux et des signataires de la paix.

L’installation du premier poste du Commandement unifié pour la vie (PMU) a donné le coup d’envoi de ce programme à Caldono, dans le département du Cauca.

La ministre colombienne de l'Environnement et du Développement durable, Susana Muhamad, et le ministre de l'intérieur, Alfonso Prada, ont dirigé la présentation d'un plan d'urgence visant à préserver la vie des militants des droits de l'homme, des ex-combattants, des syndicalistes et des autochtones.

Alfonso Prada a annoncé que le plan couvrira les 65 municipalités les plus touchées par la violence dans ce pays, mais qu'il accordera une attention particulière à 10 d'entre elles "qui se trouvent dans une situation très délicate et où des dirigeants sont systématiquement assassinés".

Pour sa part, la ministre Susana Muhamad a déclaré que ce projet de vie implique de reconnaître les défenseurs des terres comme des personnes qui apportent une contribution positive, importante et légitime à la promotion et à la protection des droits de l'homme liés à la jouissance d'un environnement sûr, propre, sain et durable.

Un récent communiqué du bureau du défenseur du Peuple en Colombie, fait état de 122 meurtres de leaders sociaux et de défenseurs des droits de l'homme entre le 1er janvier et le 31 juillet 2022.

Source: Prensa Latina.

 

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/297210-la-colombie-lance-un-programme-pour-la-protection-des-leaders-sociaux

Tag(s) : #Colombie

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6