Billets de tourtaux-jacques

REJET MASSIF DES DEPUTES BRITANNIQUES DE L'ACCORD SUR LE BREXIT NEGOCIE PAR THERESA MAY. DEPOT D'UNE MOTION DE CENSURE PAR L'OPPOSITION TRAVAILLISTE

Les députés britanniques rejettent massivement l'accord de Brexit négocié par Theresa May

- Avec AFP

Les députés britanniques rejettent massivement l'accord de Brexit négocié par Theresa May

© REUTERS TV Source: Reuters

La Chambre des communes du Royaume-Uni après le vote sur l'accord de Brexit, le 15 janvier.

 

L'opposition travailliste a présenté une motion de censure contre le gouvernement de Theresa May, après que l'accord négocié par celle-ci pour quitter l'Union européenne a été rejeté par la chambre des Communes.

Les députés britanniques ont massivement rejeté le 15 janvier l'accord sur le Brexit négocié par le Premier ministre conservateur Theresa May avec Bruxelles, dans un vote crucial pour l'avenir du Royaume-Uni, à deux mois et demi de la date prévue de sa sortie de l'Union européenne [UE].

Lire aussi

Des partisans du Brexit (image d'illustration).

Accord sur le Brexit rejeté : que va-t-il se passer, désormais ? (EN CONTINU)


La chambre des Communes a refusé l'accord de divorce par 432 voix, 202 s'étant prononcé pour, malgré une ultime mise en garde de Theresa May contre «l'incertitude» engendrée par ce rejet. 

Le chef de l'opposition travailliste Jeremy Corbyn a présenté dans la foulée une motion de censure contre le gouvernement conservateur de Theresa May. 

«J'ai introduit une motion de censure contre ce gouvernement», a expliqué le travailliste, qualifiant de défaite «catastrophique» pour le gouvernement le résultat du vote.

Cette défaite par 230 voix est la plus importante essuyée par un gouvernement britannique depuis les années 1920. 

Inquiétudes à Bruxelles

Réagissant au vote, le président de la commission Européenne Jean-Claude Juncker a appelé dans un communiqué le Royaume-Uni à «clarifier ses intentions dès que possible», craignant une sortie du Royaume-Uni de l'UE sans accord. 

«Le temps est presque écoulé», a-t-il ajouté.

De son côté le président du Conseil européen Donald Tusk a évoqué une «solution positive» après le rejet de l'accord.

«Si un accord est impossible, et que personne ne veut un non-accord, alors qui aura finalement le courage de dire quelle est la seule solution positive ?», a-t-il déclaré dans un tweet.

Détails à suivre...

https://francais.rt.com/international/57970-deputes-britanniques-rejettent-massivement-accord-brexit-theresa-may


 

SAÏF AL-ISLAM KADHAFI, LE FILS DU PRESIDENT LIBYEN MASSACRE, APPELLE LA RUSSIE A L'AIDE POUR RESOUDRE LA CRISE LIBYENNE

Saïf al-Islam Kadhafi apprécie le rôle de la Russie dans le règlement de la crise en Libye

Tue Jan 15, 2019 6:16PM

  1. Accueil
  2. Afrique

Le président russe Vladimir Poutine préside une réunion avec le conseil de surveillance de l’Agence pour les initiatives stratégiques à Moscou, le 15 janvier 2019. ©Reuters

Le président russe Vladimir Poutine préside une réunion avec le conseil de surveillance de l’Agence pour les initiatives stratégiques à Moscou, le 15 janvier 2019. ©Reuters

Saïf al-Islam Kadhafi a salué le rôle de la Russie dans le règlement de la crise en Libye.

Ce mardi 15 janvier, le fils de Mouammar Kadhafi, a félicité la Russie pour avoir soutenu les efforts de paix en Libye visant à remplacer l’insécurité par la stabilité.

Dans la foulée, Khaled al-Zaidi, avocat de Saïf al-Islam Kadhafi, avait auparavant déclaré à la chaîne de télévision Russia Today que le fils de Kadhafi avait envoyé une lettre à de hauts responsables russes pour leur demander le soutien de Moscou au règlement de la crise en Libye.

« La réponse de Moscou à cette demande de Saïf al-Islam Kadhafi a été positive. La Russie bénéficie d’une bonne cote de popularité chez les Libyens, car elle n’a pas le sang des Libyens sur les mains comme certains pays et elle n’a participé à aucune guerre contre ce pays », a réaffirmé Khaled al-Zaidi.

Libye: Saïf al-Islam dans le camp russe

Libye : Saïf al-Islam dans le camp russe

Saïf al-Islam Kadhafi appelle la Russie à l’aide pour résoudre la crise qui ronge la Libye depuis plus de huit ans.  

Le maréchal Khalifa Haftar avait également envoyé une lettre à l’adresse de responsables russes pour leur demander des armes et des équipements militaires.

Un embargo sur les armements a été imposé en 2011 à la Libye, qui est devenue le théâtre de conflits après la chute de Mouammar Kadhafi.

Depuis 2014, la Libye reste déchirée par les rivalités entre deux gouvernements en place, l’un à Tripoli et l’autre à Tobrouk.

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/01/15/585902/Tobrouk-Khaled-Zaidi-Saif-al-Islam-Kadhafi-Poutine-Libye-Russie-conflits-crise-paix


 

LA RUSSIE MULTIPLIE LE NOMBRE DE SES SOLDATS EN SYRIE

Moscou renforce sa police militaire dans le nord de la Syrie

Tue Jan 15, 2019 5:47PM

Les forces de la police militaire russe en Syrie. (Photo d’archives)

Les forces de la police militaire russe en Syrie. (Photo d’archives)

Alors que les États-Unis annoncent vouloir retirer leurs troupes de Syrie, la Russie envisage d’augmenter le nombre des forces de sa police militaire déployées en Syrie.

Les forces de la police militaire russe, qui sont en charge de mener des missions de patrouille en Syrie, seront renforcées par l’envoi d’un nouveau bataillon dans le pays.

Les sources russes ont déclaré que le bataillon avait été envoyé en Syrie pour s’acquitter de « tâches spéciales ». La police militaire russe est présente en Syrie depuis décembre 2016. Elle a ensuite été envoyée à Alep pour assurer la sécurité de l’armée russe, des employés des hôpitaux mobiles et du personnel des convois humanitaires.

Les sources russes ont également rapporté que durant les trois derniers mois, le nombre des points de contrôle dans la zone démilitarisée d’Idlib et à Manbij avait été multiplié.

Nouvel avertissement russe à Ankara

Nouvel avertissement russe à Ankara

L’ambassadeur russe à Beyrouth a exprimé ses points de vue sur la Syrie, les interventions turques et la reconstruction du pays déchiré par la guerre dans une interview accordée au journal libanais Al-Akhbar.

Le 8 janvier, il a été signalé que la police militaire russe commençait à patrouiller dans la ville syrienne de Manbij, située à la frontière turque, et que celle-ci était sous le contrôle des forces gouvernementales syriennes après l’annonce du retrait des forces américaines de Syrie.

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/01/15/585899/Syrie--la-Russie-multiplie-ses-militaires


SYRIE: LES TERRORISTES PREPARENT UNE NOUVELLE ATTAQUE CHIMIQUE AU NORD DE HAMA ET A IDLEB

15/01/2019

Moscou-SANA / Une source russe a indiqué que les réseaux terroristes se préparent à une nouvelle attaque aux armes chimiques contre les civils et les unités de l’armée arabe syrienne qui les protègent à Idleb.

Citée par l’agence de presse russe « Interfax », la source russe a souligné aujourd’hui que les terroristes se préparent à une attaque chimique contre la zone de Maarret No’man dans le gouvernorat d’Idleb et œuvrent pour stocker les agents chimiques dans des dépôts dans les deux gouvernorats d’Idleb et dans la banlieue nord de Lattaquié.

La source a fait noter que les réseaux terroristes « Ajnad Caucase », « Armée d’al-Izza » et « Parti du Turkestan » se préparent à mener des attaques aux armes chimiques contre les gouvernorats de Lattaquié, d’Idleb, Alep et Hama.

A.Chatta

https://sana.sy/fr/?p=141235&fbclid=IwAR2rGWq2tVfV8HXdCD5m61RZxzbCGkbup6JuAwGzWT56PBj3m84B39fEJU0


 

SELON UN SONDAGE, LE SOUTIEN DES FRANCAIS AUX "GILETS JAUNES" EST EN FORTE HAUSSE

Acte 9: Gilets jaunes à Paris le 12 janvier 2019

Le soutien des Français aux Gilets jaunes en forte hausse, selon un sondage

© Sputnik .

FRANCE

URL courte

Dossier:

Mouvement des Gilets jaunes en France et en Belgique (393)

42852

Un sondage Elabe, réalisé pour BFM TV, révèle qu’après un léger recul la semaine dernière, l’approbation (soutien et sympathie) à l’égard de la mobilisation des Gilets jaunes rebondit de 7 points, à 67%. Le soutien à lui seul est en hausse de 5 points. Une majorité souhaite que le mouvement se poursuive.

Selon les résultats d'un sondage Elabe, près de neuf semaines après le début de la mobilisation des Gilets jaunes, deux tiers des Français continuent de l'approuver. Dans le détail, elle est soutenue par 36% des Français (+5 points par rapport au 9 janvier) et suscite la sympathie de 31% d'entre eux (+2 points). 13% (-2 points) y sont opposés, 12% (-4 points) y sont hostiles et enfin 8% (-1 point) y sont indifférents.

 

Manifestation des Gilets jaunes le 8 décembre 2018

© SPUTNIK .

Comment évolue l’attitude des Français envers les Gilets jaunes, selon un sondage

L'étude indique que l'approbation (soutien et sympathie) est majoritaire auprès de l'ensemble des catégories sociales de la population. En revanche, d'un point de vue politique, elle est majoritaire auprès des sympathisants de Marine Le Pen (81%, stable), de Jean-Luc Mélenchon (88%, +10 points), des abstentionnistes (71%, +6 points) et de François Fillon (52%, +13 points), mais se révèle minoritaire auprès des soutiens d'Emmanuel Macron (40%, +9 points).

 

Quant à la poursuite de la mobilisation pendant la tenue du «grand débat national», les Français sont divisés: 54% estiment que la mobilisation doit se poursuivre malgré tout (+3 points en une semaine), alors que 45% pensent qu'elle doit s'arrêter (-4 points), 1% restant sans opinion (+1 point).

Les partisans de Jean-Luc Mélenchon (73%) et de Marine Le Pen (69%) estiment que le mouvement doit se poursuivre. Leur point de vue est partagé par 63% des abstentionnistes.

À l'inverse, 75% des électeurs d'Emmanuel Macron souhaitent que la mobilisation s'arrête, tout comme 61% des personnes ayant voté François Fillon en 2017.

https://fr.sputniknews.com/france/201901151039641358-gilets-jaunes-sondage-approbation-hausse/




 

ACQUITTE PAR LA CPI, POURQUOI LAURENT GBAGBO N'EST PAS ENCORE LIBRE ?

Les Ivoiriens se félicitent de l'acquittement de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo inculpé depuis 2011 pour «crimes contre l’humanité».  La Cour pénale internationale (CPI), La Haye, le 15 janvier 2019

Pourquoi Gbagbo n'est pas encore libre, malgré son acquittement par la CPI

© AFP 2018 Peter Dejong

INTERNATIONAL

URL courte

Safwene Grira

708

Bien que la CPI ait ordonné la libération immédiate de l'ex-président ivoirien, la question de son élargissement dépendra de l'issue d'une nouvelle audience, mercredi, au vu de la possibilité ouverte au procureur d'interjeter appel de la décision d'acquittement, a souligné à Sputnik le porte-parole de la CPI.

La Cour pénale internationale (CPI) a prononcé mardi à La Haye l'acquittement de l'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo inculpé depuis 2011 pour «crimes contre l'humanité».
Les juges de la 1ère chambre de la Cour pénale internationale ont «fait droit aux demandes d'acquittement» présentés par l'ancien président et par l'ex-chef du mouvement des Jeunes patriotes, Charles Blé Goudé, également poursuivi pour «crimes contre l'humanité», et «ordonné leur libération immédiate».

Toutefois,

« l'acquittement n'est pas définitif puisque le procureur peut, entre temps, interjeter appel. La question de la mise en liberté de MM Gbagbo et Goudé a, d'ailleurs, été suspendue. C'est au terme d'une audience qui se tiendra, demain, qu'il sera décidé de cette question», a déclaré à Sputnik le porte-parole de la CPI, Fadi El Abdallah.

 

Alphonse Douati

© SPUTNIK .

Pétition pour la libération de Laurent Gbagbo. Entretien exclusif avec Alphonse Douati

L'acquittement de Laurent Gbagbo, 73 ans, intervient au terme de huit ans de détention, dont trois ans de procès, au cours desquelles plusieurs demandes de remise en liberté provisoire avaient été présentées, sans succès.
Les deux dirigeants ivoiriens devaient répondre de plusieurs chefs d'accusations sur fond de leur implication présumée dans les violences post-électorales de 2010-2011 en Côte d'Ivoire qui ont fait 3.000 morts.

 

MM. Gbagbo et Goudé pourraient avoir droit à une indemnisation, une décision qui demeure toutefois «à la discrétion de la CPI s'il y a eu erreur judiciaire grave et manifeste» et si une demande a été présentée dans ce sens par les anciens accusés, a encore souligné le porte-parole de la juridiction internationale.
La décision de la CPI, qui a provoqué des explosions de joie dans plusieurs villes ivoiriennes, intervient à moins de deux ans du prochain scrutin présidentiel auquel l'ex-rival de Gbagbo, le président Alassane Ouattara, ne se représentera pas.

Laurent Gbagbo

© AFP 2018 PETER DEJONG

L'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo clame son innocence devant la CPI

Régulièrement accusés de cibler prioritairement des personnalités africaines, les juges de La Haye avaient rendu en juin 2018 une autre décision d'acquittement en faveur de l'ex-chef rebelle congolais Jean-Pierre Bemba.
Poursuivi pour «crimes de guerre» et «crimes contre l'humanité» en Centrafrique, Bemba a vu sa candidature à l'élection présidentielle de décembre 2018 invalidée par les autorités congolaises qui avaient excipé d'une première condamnation, par la CPI, pour subornation de témoins.

https://fr.sputniknews.com/international/201901151039644445-acquittement-laurent-gbagbo-cpi-la-haye-appel/


 

FAKE NEWS ET ORDRE PUBLIC: LA RUSSIE AUX PRISES DE LA DETERIORATION DES SOCIETES POST-MODERNES

mardi 15 janvier 2019

Fake news et ordre public : la Russie aux prises de la détérioration des sociétés post-modernes

 

 

En Russie l'émotion monte autour de deux projets de loi déposés en décembre dernier, l'un visant à sanctionner les critiques insultantes à l'égard des structures et symboles étatiques, l'autre suivant le mouvement international des lois anti Fake news. Le fantôme de la censure d'Etat fut immédiatement brandi, les textes largement critiqués, notamment par les institutions. Ce phénomène révèle en fait un problème beaucoup plus profond, commun à toutes nos sociétés post-modernes : la dégradation de l'individu commence à poser de sérieux problèmes, qui ne peuvent être résolus à coup de lois. Car le législateur ne remplacera jamais le maître d'école, ne compensera pas la débilité des programmes télévisuels, ne sera pas une planche de salut au milieu des méandres nauséabonds des réseaux sociaux. Le nihilisme se développe à merveille dans ces conditions. Il détruit l'Etat et la société, puisque l'individu est fragilisé.


 

En décembre dernier, deux projets de loi ont été déposés, l'un prévoyant une responsabilité administrative et la possibilité de bloquer de manière extra-judiciaire, par le service de la Procuratura, la diffusion dans l'internet de documents exprimant de manière grossière un manque évident de respect à l'égard de la Constitution, de l'Etat, des symboles étatiques officiels, des organes du pouvoir d'Etat de la Fédération de Russie et de la société; l'autre prévoit la possibilité d'interdire dans les médias et dans l'internet toute fausse information ayant une importance sociale, diffusée sous forme de déclaration fiable, pouvant porter une atteinte à la vie ou à la santé, pouvant entraîner une violation massive de l'ordre public et de la sécurité publique, pouvant entraîner l'interruption du fonctionnement régulier d'ouvrages civils vitaux, de transports ou d'infrastructures sociales, ou pouvant entraîner l'émergence d'autres conséquences graves.

 

Il est déjà surprenant que ces deux textes soient traités en parallèle, alors qu'ils sont distincts. Pour autant, les deux textes sont présentés comme des éléments de protection de l'ordre public. La violence verbale et le dénigrement de l'Etat, autant que les fausses informations, sont arrivées à un tel stade qu'elles constituent une menace à l'ordre public. Une menace que, finalement, nos sociétés ont elles-mêmes créée de leurs mains.

 

Ce texte, qui est passé lors de l'examen en comité à la Douma, a reçu des appréciations négatives de la part de ministères et autres institutions de contrôle. La critique, pour autant, est purement technique : les concepts et les mécanismes sont trop larges et trop imprécis, ils doivent être précisés et retravaillés. Une dimension politique est aussi mise en avant : ces textes ne doivent pas être liberticides et permettre à un élu ou un fonctionnaire d'échapper à une critique fondée, ils seraient alors contre-productifs.

 

Mais aucune remise en cause idéologique. Aucune interrogation sur les conséquences de la diffusion massive des technologies à l'école, du droit sacré de chaque élève d'avoir son smartphone en classe, des programmes déstructurés. Aucune réflexion sur la déchéance des programmes télévisuels. Aucune question quant à la dépendance qui se crée autour des réseaux sociaux, du niveau de conversation que l'on y trouve et qui devient une norme sociale. Ces aspects, le remplacement du contact humain par la technologie, la dégradation des programmes scolaires, la débilisation des programmes télévisuels, l'abrutissement de masse dans les réseaux sociaux, cette transformation de l'être humain en animal connecté, docile et maîtrisable, tout cela ne se discute pas.

 

Mais le problème existe, en Russie comme partout aujourd'hui, et se développe à tel point qu'il commence, en effet, à soulever des questions de sécurité publique, d'ordre public. Sans connaissances systémiques, n'importe quelle fausse information se diffuse très vite et devient une réalité pour certains; sans un minimum de savoir-vivre et d'éducation, la violence verbale et la vulgarité deviennent la norme; avec un culte démeusuré de sa propre personne doublé d'une capacité de réflexion abstraite limitée, les institutions tombent facilement sous le coup d'une critique primaire non constructive; avec le culte des réseaux sociaux, la réaction émotive a remplacé, comme norme de comportement, la réflexion. Sans oublier que ministres, députés, magistrats etc. sont également des produits de cette société, qu'ils en ont également les travers et que, donc, la qualité de la gouvernance, en général, en pâtit sérieusement, ce qui pousse à la critique de l'Etat et de ses représentants.

 

C'est un cercle vicieux qu'une loi, une dizaine de lois, n'interrompra pas.

Publié par à  

https://russiepolitics.blogspot.com/2019/01/fake-news-et-ordre-public-la-russie-aux.html?fbclid=IwAR0gKJo5P4A47Wyw6RGB-YhGM8xRr-rkShFoPJ5Kgr7KADnH70fFpMqpsdU


 

LA CPI ACQUITTE LAURENT GBAGBO ET CHARLES BLE GOUDE DE CRIMES CONTRE L'HUMANITE

La CPI acquitte Laurent Gbagbo de crimes contre l’humanité (La Croix)

JAN 15

Publié par 

L’ancien président ivoirien, en détention depuis sept ans à La Haye, a été acquitté par la CPI mardi 15 janvier. Il est libéré, de même que son codétenu Charles Blé Goudé.

Laurent Gbagbo, le 19 février 2013. 

Laurent Gbagbo, le 19 février 2013.  / Michael Kooren/REUTERS

Laurent Gbagbo a été acquitté mardi 15 janvier par la Cour pénale internationale (CPI), qui a ordonné la mise en liberté immédiate de l’ancien président de la Côte d’Ivoire. « La Chambre fait droit aux demandes d’acquittement présentées par Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé (ex-chef du mouvement des Jeunes patriotes, fidèles à M. Gbagbo) concernant l’ensemble des charges » retenues contre eux et « ordonne la mise en liberté immédiate des deux accusés », a déclaré le juge président Cuno Tarfusser.

Laurent Gbagbo, âgé de 73 ans, est en détention depuis sept ans à La Haye, où siège la CPI. Premier ancien chef d’État à avoir été remis à la Cour, il est jugé pour des crimes commis pendant la crise post-électorale de 2010-2011 qui l’opposait au président actuel Alassane Ouattara. Cette crise a fait plus de 3 000 morts en Côte d’Ivoire.

Laurent Gbagbo était accusé, ainsi que Charles Blé Goudé, ancien chef du mouvement des Jeunes patriotes fidèles à l’ancien président, de quatre chefs de crimes contre l’humanité : meurtres, viols, persécutions et autres actes inhumains. Tous deux ont plaidé non coupable.

« Pas de raisons substantielles à sa condamnation »

Après plus de deux ans de procès, les avocats des deux hommes avaient demandé un non-lieu total en octobre dernier, estimant « insuffisants » les éléments de l’accusation pour prouver les charges « au-delà de tout doute raisonnable ».

La défense avait affirmé en novembre que le procès reposait sur une« déformation de l’histoire » et que les procureurs avaient distordu les faits concernant les violences en Côte d’Ivoire. Les avocats ont alors déposé une demande distincte de libération sous caution si le procès devait se poursuivre. Lors d’une audience sur cette demande en décembre, ils ont argué que l’ancien président, « âgé et fragile », ne risquait pas de fuir.

« Il n’y a pas de raisons substantielles à ce que les prévenus soient condamnés. Les preuves de la procureure ne nous paraissent pas suffisantes », estimait lundi 14 janvier, depuis Abidjan, Aké Mel Christiano, coordinateur justice internationale pénale à l’observatoire ivoirien des droits de l’Homme (OIDH).

« Il est probable qu’il soit relâché »

« Nous avons assisté à tous les procès de la post-crise en Côte d’Ivoire. Le procès de Laurent Gbagbo à la CPI est la réplique de ce qui s’est passé concernant Simone Gbagbo, son épouse, qui a été amnistiée l’an dernier, faute de démonstration par le procureur de sa culpabilité » précisait Aké Mel Christiano, dont l’observatoire est financé en partie par l’Open society institute de Georges Soros.

À lire aussi Pourquoi Simone Gbagbo a-t-elle été acquittée ?

À Paris, Florent Geel de la Fédération internationale des Droits de l’Homme (FIDH) estimait lundi 14 janvier qu’« il est probable que Laurent Gbagbo soit relâché. Comme ils ont libéré il y a peu le Congolais Jean-Pierre Bemba ». Florent Geel décrit comment depuis à Abidjan, le président Alassane Ouattara a organisé une amnistie générale pour tous les belligérants, par une ordonnance en août dernier, puis une loi en décembre. « Cette décision pourrait être vue comme une procédure d’apaisement, mais c’est une procédure d’impunité. L’amnistie concerne aussi les actes commis par les partisans du président Ouattara. »

À lire aussi« Une amnistie au goût d’impunité »

Dans ces conditions, les élections présidentielles de 2020 pourraient voir s’affronter les mêmes que lors des élections de 2010 qui avaient conduit à la crise ivoirienne : Alassane Ouattara, Laurent Gbagbo et Henri Konan Bédié. Ce dernier a déclaré récemment, à 86 ans, qu’il n’écartait pas cette idée.

Pierre Cochez

https://www.la-croix.com/Monde/Afrique/CPI-rend-decision-liberation-Laurent-Gbagbo-2019-01-15-1200995448

https://tsimokagasikara.wordpress.com/2019/01/15/la-cpi-acquitte-laurent-gbagbo-de-crimes-contre-lhumanite-la-croix/


 

LA SONDE CHINOISE CHANG'e-4 REUSSIT A FAIRE GERMER DES GRAINES DE COTON SUR LA LUNE

 
 

Une première graine de coton germe sur la Lune

 

French.xinhuanet.com | Publié le 2019-01-15 à 18:01

 

Chang'e 4 réussit à faire germer des graines de coton sur la lune
 

 

 

CHONGQING, 15 janvier (Xinhua) -- Une graine de coton transportée par la sonde chinoise Chang'e-4 est la première de l'histoire à germer sur la Lune, ont annoncé mardi les scientifiques chargés de l'expérience d'une mini-biosphère.

Après le premier atterrissage en douceur de l'histoire sur la face cachée de la Lune, la mission Chang'e-4 a mené la première expérience de mini-biosphère sur la Lune.

Xie Gengxin, professeur de l'Université de Chongqing et concepteur en chef de l'expérience a indiqué qu'une boîte installée sur la sonde Chang'e-4 contenait des graines de coton, de raisin, de pomme de terre et d'Arabidopsis, ainsi que des oeufs de mouche des fruits et certaines levures, afin de former une mini-biosphère simple.

Des images envoyées par Chang'e-4 montrent que le coton a bien germé, mais aucune autre plante n'a manifesté de signe de croissance.

La boîte cylindrique, fabriquée avec des matériaux en alliage d'aluminium spécial, fait 198 mm de haut, 173 mm de diamètre et pèse 2,6 kg. Elle contient aussi de l'eau, de la terre, de l'air et deux petits appareils photo et un système de contrôle de la chaleur, a noté M. Xie.

Plus de 170 images ont été prises par les appareils photo et envoyées vers la Terre, selon l'équipe.

Pourquoi ces espèces ont été choisies ?

Selon M. Xie, les pommes de terre seront la source majeure de l'alimentation des futurs voyageurs de l'espace. La période de croissance de l'Arabidopsis, une petite plante à fleur de la famille du chou et de la moutarde, est courte et facile à observer. Les levures pourront jouer un rôle pour réguler le dioxyde de carbone et l'oxygène dans la mini-biosphère, et la mouche des fruits sera sous l'effet du processus de photosynthèse.

Des scientifiques ont utilisé une technologie biologique pour maintenir les graines et les oeufs inactifs durant les deux mois où la sonde a passé les examens finaux au centre de lancement et pendant le voyage de plus de 20 jours dans l'espace.

Après l'atterrissage de Chang'e-4 sur la face cachée de la Lune le 3 janvier, le centre de contrôle terrestre a donné l'instruction à la sonde d'arroser les plantes pour lancer le processus de pousse. Un tube se trouvant dans la boîte apporte une lumière naturelle sur la surface de la Lune pour permettre la croissance des plantes. 

http://french.people.com.cn/n3/2019/0115/c31357-9537968.html


 

MANLIO DINUCCI: LE "GRAND JEU" DES BASES EN AFRIQUE

L’art de la guerre

 

Le “grand jeu” des bases en Afrique

 

Manlio Dinucci

 

Les militaires italiens en mission à Djibouti ont donné des machines à coudre à l’organisation humanitaire qui assiste les réfugiés dans ce petit pays de la Corne d’Afrique, situé en position stratégique sur la voie commerciale fondamentale Asie-Europe à l’embouchure de la Mer Rouge face au Yemen. L’Italie a là une base militaire qui, depuis 2012, “fournit un support logistique aux opérations militaires italiennes qui se déroulent dans l’aire de la Corne d’Afrique, Golfe d’Aden, bassin somalien, Océan Indien”. 

  À Djibouti les militaires italiens ne s’occupent donc pas seulement de machines à coudre.

   Dans l’exercice Barracuda 2018, qui s’est déroulé ici en novembre dernier, les tireurs choisis des Forces spéciales (dont le commandement est à Pise) se sont entraînés, en toutes sortes de conditions environnementales y compris de nuit, avec les fusils de précision les plus sophistiqués pouvant centrer l’objectif à 1-2 km de distance. On ne sait pas à quelles opérations participent les Forces spéciales, puisque leurs missions sont secrètes ; il est en tous cas certain qu’elles se déroulent essentiellement dans un cadre multinational sous commandement USA. 

  À Djibouti se trouve Camp Lemonnier, la grande base étasunienne d’où opère depuis 2001 la Task Force conjointe-Corne d’Afrique, composée de 4000 spécialistes en missions hautement secrètes, dont les assassinats ciblés par des commandos ou des drones tueurs notamment au Yemen et en Somalie. Tandis que les avions et les hélicoptères pour les opérations spéciales décollent de Camp Lemonnier, les drones ont été concentrés à l’aéroport Chabelley, à une dizaine de kilomètres de la capitale. On est en train de réaliser là d’autres hangars, dont la construction a été confiée par le Pentagone à une entreprise de Catane déjà employée dans des travaux à Sigonella, principale base des drones USA/Otan pour les opérations en Afrique et Moyen-Orient.
   À Djibouti se trouvent aussi une base japonaise et une française, qui accueille des troupes allemandes et espagnoles. S’y est ajoutée en 2017 une base militaire chinoise, la seule hors de son territoire national. Bien qu’ayant un objectif logistique fondamental, comme hébergement des équipages des navires militaires qui escortent les navires marchands et comme entrepôt pour les approvisionnements, elle représente un signal significatif de la présence chinoise croissante en Afrique.Présence essentiellement économique, à laquelle les États-Unis et les autres puissances occidentales opposent une présence militaire croissante. D’où l’intensification des opérations menées par le Commandement Africa, qui a en Italie deux importants commandements subordonnés : le U.S; Army Africa (Armée USA pour l’Afrique), à la caserne Ederle de Vicence ; les U.S. Naval Forces Europe-Africa (Forces navales USA pour l’Europe et l’Afrique), dont le quartier général est dans la base de Capodichino à Naples, formées des navires de guerre de la Sixième Flotte basée à Gaeta.
  Dans le même cadre stratégique se trouve une autre base USA de drones armés, qui est en construction à Agadez au Niger, où le Pentagone utilise déjà pour les drones la base aérienne 101 à Niamey. Celle-ci sert aux opérations militaires que les USA mènent depuis des années, avec la France, au Sahel, surtout au Mali, Niger et Tchad. Dans ces deux derniers pays arrive demain le président du Conseil Conte. 

   Ces pays sont parmi les plus pauvres du monde, mais très riches en matières premières -coltan, uranium, or, pétrole et nombreuses autres- exploitées par des multinationales étasuniennes et françaises, qui redoutent de plus en plus la concurrence des sociétés chinoises, lesquelles offrent aux pays africains des conditions beaucoup plus favorables.
  La tentative d’arrêter avec des moyens militaires, en Afrique et ailleurs, l’avancée économique chinoise est en train d’échouer. Probablement même les machines à coudre, données à Djibouti par les militaires italiens pour les réfugiés, sont-elles “made in China”.

 

Édition de mardi 15 janvier 2019 de il manifesto

https://ilmanifesto.it/il-grande-gioco-delle-basi-in-africa/  

Traduit de l’italien par M-A P.