EUROPE

EUROPE

CATASTROPHE DE GÊNES : PREMIÈRES RÉACTIONS DU PARTI COMMUNISTE (PC) EN ITALIE

CATASTROPHE DE GÊNES : PREMIÈRES RÉACTIONS DU PARTI COMMUNISTE (PC) EN ITALIE

 Solidarité Internationale PCF Italie Aucun commentaire

14 AOÛT 2018

Une partie du pont Morandi (80 mètres), situé sur l'autoroute A10 qui mène à la frontière avec la France, s'est écroulée vers 11h30 ce mardi à Gênes, en Italie.  Plus d'une trentaine de véhicules ont basculé dans le vide, plusieurs conducteurs se sont retrouvés coincés sous les débris. Le bilan provisoire s'élève à 35 morts à l'heure où nous écrivons cet article.

Le viaduc en question, construit en 1967, était un tronçon à péage, géré et entretenu par une société privatisée en 1999. Plusieurs rapports avaient établi qu'il était mal conçu et usé par le trafic.

Nous publions ci-dessous la traduction des premières réactions du Parti Communiste (Partito Comunista) en Italie et de son Secrétaire Général, Marco Rizzo, publiées sur les réseaux sociaux, qui pointent clairement du doigt la gestion par la société privée et exigent l'expropriation et la renationalisation de toutes les grandes infrastructures routières.

Article et traduction NK pour Solidarité Internationale PCF
 

Sur l'affiche du PC, on peut lire "LES VIES DE TOUS, LES PROFITS DE QUELQUES UNS" - Les privatisations tuent encore, personne ne contrôle les grandes infrastructures. L'Italie s'effondre sur la vie de ceux qui travaillent pour remplir les poches de ceux qui spéculent. Il faut immédiatement un plan d'entretien extraordinaire de la part de l'État - NATIONALISATION IMMÉDIATE


Déclaration du PC :

DÉSASTRE DE GÊNES

Il semble que 25 millions d'utilisateurs par an passaient sur ce maudit pont. Il s'agissait de l'une des routes à péage les plus chères. Combien de milliards d’euros ont été empochés par les sociétés privées, sans qu'évidemment ils ne tiennent compte de la sécurité? La tragédie est similaire à celle qui s’est produite dans les Marches en 2017. Ces "seigneurs du marché" privatisent leurs profits en répercutant les dangers et l'insécurité sur l'ensemble de la population. Parfois, ce ne sont même pas des sociétés multinationales, mais des «maîtres» italiens, prouvant que le problème ne réside pas dans la souveraineté mais dans le marché. Le problème est le capitalisme. Les grandes infrastructures doivent être expropriées et nationalisées. Il faut établir un plan d'entretien majeur (également sur tout le territoire) qui garantirait la sécurité et des centaines de nouveaux emplois, brisant toutes les contraintes de compatibilité de l'UE. Récupérons les biens volés. Pour ce faire, nous avons besoin de l’État. Pour ce faire, nous avons besoin du socialisme.

 

Déclaration de Marco Rizzo, secrétaire général du PC :

CATASTROPHE DE L'A10, PAS UNE FATALITÉ MAIS DES RESPONSABILITÉS PRÉCISES

Tout d'abord, je voudrais exprimer mes condoléances aux familles des victimes de cette catastrophe, mais elles ne sont pas le résultat de l'impondérabilité de la nature. Les causes générales sont dues aux processus de privatisation des infrastructures stratégiques. En particulier, ce tronçon d'autoroute est l'un des plus payants et des plus rentables. Pour qui ? Pour les sociétés privées qui gèrent les autoroutes. C'est à dire, pour ceux qui avaient et ont encore l'obligation d'effectuer un entretien extraordinaire et aussi des remplacements (les ponts sont reconstruits quand ils sont vieux). Le problème, comme toujours, c'est le profit. Désormais, en dehors de la responsabilité pénale, le gouvernement doit exiger des dommages-intérêts de "leurs seigneurs" et résilier le contrat de privatisation afin de restituer à la gestion publique les sections rentables des infrastructures (celles qui ne génèrent aucun revenu étant restées publiques). Qui sait si le "changement" passera aussi par Gênes?

 

http://solidarite-internationale-pcf.fr/2018/08/catastrophe-de-genes-premieres-reactions-du-parti-communiste-pc-en-italie.html


 

VIDÉOS - ITALIE : UN VIADUC S'ECROULE A GENES. DE NOMBREUSES VICTIMES. IMAGES IMPRESSIONNANTES

VIDÉOS - Italie : les images impressionnantes du viaduc qui s'est écroulé à Gênes

Mardi 14 août 2018 à 13:18 - Mis à jour le mardi 14 août 2018 à 13:41Par Géraldine HoudayerFrance Bleu AzurFrance Bleu IsèreFrance Bleu Pays de Savoie et France Bleu

Un viaduc de l'autoroute A10 s'est écroulé ce mardi à Gênes, en Italie. Les pompiers pensent que des voitures sont tombées dans le vide. Les secouristes annoncent plusiuers victimes. Les images sont très impressionnantes.

 

Le pont s'est écroulé sur plusieurs dizaines de mètres.

Le pont s'est écroulé sur plusieurs dizaines de mètres. © AFP - Paola PIRRERA/FACEBOOK

Une portion d'un viaduc de l'autoroute A10 s'est écroulé ce mardi à Gênes, ont annoncé les pompiers, qui pensent que des voitures sont tombées dans le vide et que l'effondrement a fait plusieurs victimes. Des premières images diffusées par les pompiers et des médias montrent le viaduc dans la brume, avec plusieurs dizaines de mètres manquants, dans une zone qui semble plutôt industrielle.

Polizia di Stato@poliziadistato

 

Violento nubifragio parte del viadotto Polcevera-Morandi Km 0,200 su autostrada A10
Uscita obbligatoria Genova aeroporto direzione Ventimiglia
Uscita obbligatoria bivio A10 con A7 direzione Genova @StradeAnas @DPCgov @emergenzavvf @Viminale @ComunediGenova

 

La police a également publié une vidéo montrant l'écroulement du pont. 

Polizia di Stato@poliziadistato

 

il video del crollo di a Polcevera Morandi@VAIstradeanas @DPCgov @emergenzavvf @Viminale @ComunediGenova @StradeAnas

 

Une image montre également un plan aérien du pont, et l'ampleur de l'effondrement. 

Polizia di Stato@poliziadistato

 

Polcevera Morandi @VAIstradeanas @DPCgov @emergenzavvf @Viminale @ComunediGenova @StradeAnas @112_ITALIA

 

Les pompiers secourent des voitures tombées au sol 

Selon les pompiers, le pont dit Morandi s'est effondré vers midi heure locale. "Les équipes des pompiers sont engagés en mombre, les équipes de recherches et cynophiles sont activées", ont-ils annoncé. Sur Twitter, des images de pompiers secourant des voitures semblant être tombées au sol ont été partagées. 

Carlo Clerici@cclerici

 

primi soccorsi al

 

Des images montrent aussi des véhicules encore sur le pont alors qu'il vient de s'écrouler.

Dominique Lang@dlang57500

 

14 août 2018

 

Certains internautes sont également passés sur le pont avant le drame. 

Frenezy iWweiZz@nicox15gaming

 

Aujourd’hui j’ai eu la chance de ne pas avoir été une des victimes de l’effondrement du pont Morandi a Genève à 2-3 minutes près.
Hommage à ceux qui n’ont pas eu cette chance...

 

Des dégâts considérables sur la ville 

L'effondrement du pont semble aussi avoir causé des dégâts considérables sur les bâtiments de la ville. 

D@vid@ArchangeDavid

 


Un viaduc s"effondre à en Italie

 

Kunta van den Kinté@DenKinte

 

Image de @TgrLiguria

 

   

Par :

Géraldine HoudayerFrance Bleu

https://www.francebleu.fr/infos/international/videos-italie-les-images-impressionnantes-du-viaduc-qui-s-est-ecroule-a-genes-1534245334


 

L'EURO CHUTE FACE AU DOLLAR, ENTRAINE PAR L'EFFONDREMENT DE LA DEVISE TURQUE

L’euro dégringole face au dollar, entraîné par l’effondrement de la devise turque

 Depuis 13 heures  11 août 2018

euro-1

 Amérique et Europe - UE

 

L’euro chutait vendredi à un plus bas en treize mois face au dollar, entraîné par l’effondrement de la livre turque après des déclarations successives des dirigeants américains et turcs ayant mis le feu aux poudres.

Vers 19H00 GMT (21H00 HEC), la monnaie unique européenne s’échangeait à 1,1401 dollar, contre 1,1527 dollar jeudi vers 21H00 GMT. Vers 17H30 GMT, l’euro est tombé jusqu’à 1,1388 dollar, son plus bas niveau depuis juillet 2017.

La devise européenne baissait face au yen à 126,13 yens contre 128,05 yens jeudi soir.

Le dollar était en baisse face au yen à 110,63 yens, contre 111,08 yens la veille.

La livre turque vivait une journée noire vendredi, creusant ses plus bas historiques face au dollar. Vers 19H00 GMT, la monnaie turque valait 6,47 livres pour un dollar, en baisse de 16%, après être tombée à 6,8703 livres pour un dollar, soit une baisse de presque 24% par rapport à jeudi.

La devise turque a particulièrement plongé après que le président Recep Tayyip Erdogan a appelé ses concitoyens à échanger leurs devises étrangères pour lutter contre la « guerre économique », alors que les marchés attendaient des mesures fortes pour soutenir la monnaie nationale.

Le président américain Donald Trump a ensuite enfoncé le clou après avoir autorisé le « doublement » des taxes douanières sur l’acier et l’aluminium turcs en raison de la chute de la devise locale depuis plusieurs semaines.

Ces déclarations interviennent dans un climat déjà tendu entre les deux pays alors que le pasteur américain Andrew Brunson est détenu en Turquie pour des liens présumés avec des groupes « terroristes ».

La livre turque a entraîné l’euro dans sa chute, alors que la Banque centrale européenne « s’inquiète de l’exposition de certaines banques à la Turquie », ont noté les analystes de Wells Fargo, les institutions financières européennes étant très présentes dans le pays.

« +Contagion+ est maintenant le maître mot, alors que les marchés, entravés par la faible liquidité estivale, se demandent quelle sera la prochaine étape », a jugé Chris Beauchamp, analyste pour IG.

Des Allemandes Deutsche Bank et Commerzbank aux Italiennes UniCredit et Intesa Sanpaolo, en passant par l’Espagnole Santander, les actions de grandes banques européennes ont terminé dans le rouge vendredi.

Mais selon Derek Halpenny, analyste pour MUFG, les éléments attestant d’une contagion de la crise turque aux banques européennes restent « très limités ».

Outre les tensions turco-américaines, les marchés s’inquiètent des orientations de la politique économique du président Erdogan, la banque centrale turque rechignant à relever ses taux pour contrer une inflation qui a pourtant atteint près de 16% en juillet en rythme annuel.

En l’espace de trois mois, la monnaie turque a perdu près de la moitié de sa valeur face au dollar.

Côté indicateurs, l’indice des prix à la consommation aux Etats-Unis a avancé au niveau des estimations et l’inflation s’est maintenue à 2,9% sur un an, au plus haut depuis 2012, soutenant la politique de hausses de taux de la banque centrale américaine et l’attractivité du dollar par effet d’entraînement.

Vers 19H00 GMT, l’once d’or valait 1.211,58 dollars contre 1.212,45 dollars jeudi à 21H00 GMT.

La monnaie chinoise a terminé à 6,8467 yuans pour un dollar contre 6,8210 yuans la veille.

Le bitcoin valait 6.391,66 dollars, contre 6.507,67 dollars jeudi soir, selon des chiffres compilés par Bloomberg.

Source: Agences

https://french.almanar.com.lb/999748


 

REACTION DE L'UE AU RETABLISSEMENT DES SANCTIONS US CONTRE L'IRAN

 

Téhéran

L’UE réagit au rétablissement des sanctions US contre l’Iran

© Sputnik . Sergey Mamontov

INTERNATIONAL

URL courte

141133

L'Union européenne déclare «regretter vivement» le rétablissement à venir des sanctions américaines contre l'Iran. Selon la cheffe de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, les autres pays signataires de l'accord sur le nucléaire iranien (JCPOA) vont continuer à œuvrer à sa préservation.

L'Union européenne a déclaré lundi «regretter vivement» le rétablissement à venir des sanctions américaines contre l'Iran.

 

Mohammad Jawad Zarif, ministre iranien des Affaires étrangères

© SPUTNIK . VLADIMIR OSTAPKOVITCH

Téhéran: «les USA ne peuvent s’en prendre qu’à eux-mêmes» quant à la situation avec l’Iran

Le bloc communautaire et les autres pays signataires de l'accord sur le nucléaire iranien (JCPOA) signé en juillet 2015 par les puissances du P5+1 (États-Unis, Russie, Chine, France, Grande-Bretagne + Allemagne) vont continuer à œuvrer à la préservation de l'accord, précise le communiqué co-signé par la cheffe de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, et les ministres des Affaires étrangères français, allemand et britannique.

 

«Les États qui demeurent parties au JCPOA se sont engagés à agir, notamment, pour préserver et maintenir des circuits financiers effectifs avec l'Iran et pour assurer la poursuite des exportations de pétrole et de gaz iraniens», peut-on lire.

La Maison-Blanche vise à détailler lundi les sanctions qu'elle entend rétablir contre l'Iran, conformément au souhait du Président Donald Trump, a déclaré dimanche le secrétaire d'État Mike Pompeo, cité par Reuters.

Les relations entre l'Iran et les États-Unis se sont détériorées depuis mai 2018, lorsque le Président américain a annoncé le retrait de son pays de l'accord sur le nucléaire iranien et a décidé d'imposer à nouveau des sanctions unilatérales à Téhéran. Cette décision a été contestée par la Russie, la Chine, l'Allemagne, la France, le Royaume-Uni et l'UE, qui ont confirmé leur engagement en faveur de l'accord nucléaire.

https://fr.sputniknews.com/international/201808061037530486-iran-sanctions-retablissement-ue-reaction/


 

SUEDE : UN JEUNE TRISOMIQUE ABATTU PAR TROIS POLICIERS A CAUSE D'UN PISTOLET EN PLASTIQUE

La police de Stockholm, image d'illustration

En Suède, un jeune trisomique est abattu par la police à cause d’un pistolet en plastique

© AFP 2018 Jonathan Nackstrand

SOCIÉTÉ

URL courte

406

La police suédoise a tué jeudi matin un jeune homme atteint de trisomie 21 et d’autisme prenant pour une véritable arme le jouet qu’il tenait à la main.

Jeudi matin, à Stockholm, la police voit un homme armé d’un pistolet et exige que ce dernier le lâche. Le «suspect» ne réagissant pas, ils ouvrent le feu … Mais leurs balles  ôtnt la vie à un jeune homme de 20 ans souffrant d’autisme et atteint de trisomie 21 qui tenait à la main son jouet et ne pouvait pas répondre aux gardiens de la paix, informe la presse. 

Endeuillée, la mère d’Eric Torell a révélé ensuite à la chaîne SVT que son fils était sorti sans permission de l’appartement de son père dans la nuit de mercredi à jeudi, un comportement atypique pour lui. 

​«On a frappé à la porte. Il y avait derrière deux policiers qui m’ont révélé que trois de leurs collègues avaient abattu mon fils. Pas un, ni deux, mais trois lui ont tiré dans le ventre», explique la femme. 

 

des policiers us

© AP PHOTO / LYNNE SLADKY

La police US tue un Afro-Américain, sa famille reçoit… 4 dollars d’indemnités

La police de la ville a exprimé ses condoléances et comme l’a annoncé Ulf Johansson, chef de la police régionale, «il s’agit d’une tragédie commune» et qu’il comprenait la vague de mécontentements que cela a engendrée.

Il a toutefois rappelé, en se fondant sur sa propre expérience, que parfois les policiers devaient prendre des décisions difficiles en quelques instants seulement. 

Selon les données du parquet du pays, aucun des trois policiers n’a pour le moment été interpellé. Une enquête est en cours.  

https://fr.sputniknews.com/societe/201808031037506948-suede-assassinat-jeune-trisomie/


 

SELON UNE POLITICIENNE SUEDOISE, LES ISRAELIENS DEVRAIENT TOUS PARTIR AUX USA

Les Israéliens devraient tous partir aux USA, selon une politicienne suédoise

«La solution au conflit israélo-palestinien serait que les Juifs israéliens partent pour les Etats-Unis», a déclaré Oldoz Javidi, une activiste pro-palestinienne et membre du parti Initiative féministe lors d'une interview vendredi au magazine en ligne Feministiskt Perspektiv.

«Mon opinion en tant qu'individu est basée sur le fantasme: Israël a occupé un autre pays, obligeant les gens à fuir leur propre maison, à prendre leurs terres et à voler leurs moyens de subsistance et liberté», a affirmé l'activiste. «Le meilleur ami d'Israël, ce sont les Etats-Unis, un autre régime infernal avec de vastes étendues de terres», a-t-elle poursuivi.

«Alors pourquoi n'invitent-ils pas leurs amis pour leur faire de la place? Ils semblent bien se côtoyer l'un et l'autre. Les Palestiniens peuvent vivre en paix et reconstruire la terre qui était autrefois la leur», a-t-elle ajouté.

Javidi a participé à de nombreuses activités pro-palestiniennes dans le passé.

Plus récemment, elle a participé à la «Flottille de la Liberté» en direction de Gaza qui a quitté le port suédois de Göteborg en mai et qui est actuellement ancrée à Palerme, en Sicile.

«C'est un immense honneur d'être à bord du navire à destination de Gaza», a exprimé la militante.

«En tant que politique, mon travail consiste à sensibiliser davantage à la cause palestinienne et je demande à mes collègues du monde entier de se joindre à cette cause», a-t-elle lancé.

Source : sites web et rédaction

19-07-2018 | 12:18

https://french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=27857&cid=293#.W1Bh69IzZPY


 

L'UE DYNAMITE LE MINISTRE D' "ISRAËL" GILAD ERDAN : " VOUS ALIMENTEZ LA DESINFORMATION ET MELANGEZ BDS ET TERRORISME "

L’UE dynamite un ministre israélien : Vous alimentez la désinformation et mélangez BDS et terrorisme

Share

Federica Mogherini de l’UE a écrit une lettre aux mots tranchants au ministre de la Sécurité Publique d’Israël, Gilad Erdan, l’accusant de faire des allégations ‘infondées et inacceptables’ comme quoi l’organisation soutiendrait le terrorisme.

La ministre des Affaires étrangères de l’Union Européenne, Federica Mogherini, a envoyé une lettre personnelle aux mots tranchants au ministre des Affaires Stratégiques, Gilad Erdan, lui demandant de fournir des preuves des allégations « vagues et infondées » comme quoi l’UEfinancerait le terrorisme et les activités de boycott contre Israël via des organisations sans but lucratif.

Dans sa lettre, qu’Haaretz a pu obtenir, Mogherini réagit au rapport émis en mai par le ministère des Affaires Stratégiques, intitulé « Les millions donnés aux ONG par les institutions de l’UE avec des liens avec le terrorisme et les boycotts contre Israël ».

Dans la lettre qu’Erdan a envoyée à Mogherini avec le rapport, il écrivait : « Une étude de recherche en profondeur conduite par mon ministère a révélé qu’en 2016, l’UE a financé quatorze ONG européennes et palestiniennes qui ont ouvertement et clairement fait la promotion de BDS ». Il l’a aussi accusée, disant que « plusieurs des ONG promouvant BDS, qui reçoivent directement et indirectement des subventions de l’UE, sont liées à des organisations désignées par l’UE comme terroristes »Erdan a ajouté que ce genre de financements sape les relations UE-Israël et « sape aussi les chances pour la paix ».

Par la suite, le rapport a fuité vers le journal Israel Hayom qui l’a publié sous le titre : « Les millions d’euros de la haine ». Le jour où le rapport est sorti, Erdan a tweeté : « L’UE continue de financer les organisations BDS, dont certaines sont liées à des organisations terroristes, avec des dizaines de millions de shekels par an. »

Dans sa lettre, envoyée le 5 juillet à Erdan, Mogherini écrit : « Les allégations comme quoi l’UE soutiendrait l’incitation ou le terrorisme sont infondées et inacceptables. Le titre du rapport lui-même est également inopportun et trompeur ; il mélange le terrorisme avec la question du boycott et il crée une confusion inacceptable aux yeux du public qui fait face à deux phénomènes distincts. »

Elle ajoute que l’UE élève une forte objection contre « tout ce qui suggère l’implication de l’UE dans le soutien à la terreur ou au terrorisme » et que « des accusations vagues et infondées ne servent qu’à contribuer à des campagnes de désinformation ».

Mogherini déclare aussi que le rapport en question contient des erreurs. « Par exemple, sur les 13 organisations listées dans le rapport, 6 ne reçoivent pas de subventions de l’UE pour leurs activités en Palestine et aucune d’entre elles ne reçoit de subventions de l’UE pour des activités BDS », a-t-elle écrit. Elle a aussi fait remarquer que « En plus, comme largement rapporté dans la presse israélienne ces dernières semaines, nombre d’organisations dont il est fait mention dans le rapport reçoivent des financements d’autres donateurs internationaux, dont les Etats Unis. »

Concernant le soutien supposé au mouvement BDS, Mogherini écrit à Erdan : « L’Union Européenne n’a pas changé d’attitude envers le dit mouvement ‘Boycott, Désinvestissement, Sanctions’ (‘BDS’). Tandis qu’elle maintient sa politique de distinction claire entre le territoire de l’État d’Israël et les territoires qu’il occupe depuis 1967, l’UE rejette toute tentative pour isoler Israël et ne soutient pas les appels au boycott. L’UE ne finance pas les actions liées aux activités de boycott. Cependant, qu’une organisation ou un individu soit simplement lié au mouvement BDS ne signifie pas que cette entité soit impliquée dans l’incitation à commettre des actes illégaux, ni qu’elle se rende elle-même inéligible au financement de l’UE.

« L’UE maintient fermement sa défense de la liberté d’expression et de la liberté d’association, conformément à la Charte des Droits Fondamentaux de l’Union Européenne et à la jurisprudence de la Cour Européenne des Droits de l’Homme. La liberté d’expression est également applicable à l’information et aux idées, ‘qu’elle offensent, choquent ou dérangent l’État ou n’importe quel secteur de la population’. Toute action ayant pour effet de fermer l’espace dans lequel agissent les organisations de la société civile en restreignant indûment la liberté d’association devrait être évitée. »

Quant aux prétentions de soutien au terrorisme, Mogherini écrit : « L’UE a des règles très strictes pour sélectionner et examiner les bénéficiaires de financement de l’UE. Nous prenons très au sérieux toute allégation de mésusage des financements européens et nous sommes engagés à enquêter sur tout cas présenté avec des preuves substantielles. Nous sommes assurés que le financement de l’UE n’a pas été utilisé pour soutenir le boycott d’Israël ou les activités BDS et certainement pas pour financer le terrorisme. »

A la fin de sa lettre, Mogherini invite Erdan à venir à Bruxelles pour présenter des preuves de ses allégations. « Vous et vos fonctionnaires êtes bienvenus à Bruxelles à tout moment pour présenter les preuves que vous pourriez avoir pour justifier ces allégations », écrit-elle. « En attendant, nous invitons votre gouvernement à poursuivre avec nous un dialogue constructif sur ce qui concerne la société civile, comme prévu dans le Plan d’Action UE-Israël, dans un esprit de coopération ouvert et transparent plutôt qu’en utilisant des matériaux infondés, diffusés sans dialogue ni engagement préalables. »

Dans le rapport émis par le ministère des Affaires Stratégiques, il était prétendu qu’en 2016, l’UE avait transféré plus de 5 millions d’euros (près de 5.9 millions de dollars) aux organisations qui promeuvent la délégitimation et les boycotts d’Israël . Bien que le rapport ait été présenté comme « approfondi », la plupart de ses prétentions étaient fondées sur un petit nombre de cas issus du domaine public.

Haaretz a étudié certaines déclarations faites dans le rapport et a trouvé que l’interprétation de quelques incidents décrits s’écartaient des informations sur lesquelles elles se fondaient. Par exemple, le boycott des seules colonies est parfois interprété comme un soutien à BDS, même alors que les organisations en question ne soutiennent pas nécessairement, ou même s’y opposent précisément, l’application des principes du mouvement à Israël proprement dit. Cette interprétation s’accorde avec la façon dont, ces dernières années, le gouvernement israélien a essayé de brouiller la distinction entre les deux.

Pourtant, pour l’UE, la distinction est significative. Alors que l’UE ne finance pas directement les activités qui promeuvent un boycott de l’État d’Israël – sans y inclure les colonies – elle voit le soutien idéologique au mouvement comme une liberté d’expression politique légitime. L’UEpeut gérer l’utilisation de ses financements puisqu’ils sont généralement attribués en avance pour des activités spécifiques et que la supervision est constante.

A d’autres occasions, le rapport du ministère définit comme « soutien au terrorisme » des exemples spécifiques dans lesquels les artisans du Hamas ou du Front Populaire ont pris part à d’autres activités soutenues par des ONG qui ont reçu des subventions de l’UE. Sur cette base, Israël accuse l’UE de financer indirectement le terrorisme. Une lecture du rapport montre aussi qu’un grand nombre des allégations sont un rappel des déclarations faites par des organisations de droite, essentiellement l’ONG Monitor.

Erdan a réagi à ce rapport en déclarant : « C’est triste que la ministre des Affaires étrangères de l’Union Européenne ait une fois de plus choisi de se cacher la tête dans le sable et de ne pas reconnaître la preuve évidente que les organisations BDS qui reçoivent ses financements, directement ou indirectement, sont liées à ou coopèrent avec des organisations terroristes comme le Hamas et le Front Populaire. Mogherini admet que la plupart des organisations financées qui apparaissent dans le rapport de mon ministère font en effet la promotion du boycott d’Israël, et elle utilise cependant l’excuse ridicule que l’argent est donné aux organisations de boycott mais est utilisé à d’autres buts et non pour leurs activités visant au boycott d’Israël. »

« De façon regrettable, des excuses comme celles là représentent aussi la politique de l’Union Européenne sur d’autres sujets, comme son attitude envers le terrorisme iranien et palestinien », a-t-il poursuivi. « Sur ces sujets aussi, l’UE a choisi de se comporter comme une autruche et d’agir comme si elle était aveugle à la haine, à l’incitation et aux boycotts. »

L’UE a commenté ce reportage en disant : « Nous ne faisons habituellement pas de commentaires sur les fuites dans la correspondance avec nos pays partenaires, mais sur la question des allégations contenues dans le récent rapport publié par le ministère des Affaires Stratégiques, notre quartier général a minutieusement étudié le rapport et en est venu à la conclusion que les allégations présentées dans le rapport étaient infondées.

« L’UE a des règles strictes pour sélectionner et examiner les bénéficiaires des financements de l’UE. Par conséquent, nous sommes sûrs que les financements européens n’ont pas été utilisés pour financer le terrorisme. »

« Notre combat contre le terrorisme n’a jamais été plus fort et nous avons toujours maintenu des positions claires contre les organisations terroristes. Nous sommes également certains que nos financements n’ont pas été utilisés pour soutenir le boycott d’Israël, en particulier les activités BDS », dit le commentaire.

« L’UE rejette toutes les tentatives pour isoler Israël et ne soutient pas les appels au boycott. En même temps, l’UE maintient fermement la protection de la liberté d’expression et de la liberté d’association conformément à la Charte des Droits Fondamentaux de l’Union Européenne

Comme toujours, l’UE mène des enquêtes sur toute allégation sérieuse liée à ce genre d’activités et leur financement. Y aurait-il la moindre preuve pour étayer ces déclarations, les autorités israéliennes seront toujours les bienvenues pour nous les présenter dans le cadre d’un dialogue ouvert et transparent. »


Publié le 18/7/2018 sur Haaretz
Traduction J.Ch. pour l’AURDIP

https://oumma.com/lue-dynamite-un-ministre-israelien-vous-alimentez-la-desinformation-et-melangez-bds-et-terrorisme/?utm_medium=oumma&utm_source=pushnotification&utm_campaign=pushnotification


 

L'UE ET LE JAPON SIGNENT UN ACCORD DE LIBRE-ECHANGE "HISTORIQUE". UN MESSAGE CLAIR CONTRE LE PROTECTIONNISME DE TRUMP 

L’UE et le Japon signent un accord « historique ». « Un message clair contre le protectionnisme »

 Depuis 52 minutes  17 juillet 2018

juncker-japon

 Amérique et Europe - UE  

 

L’Union européenne et le Japon ont signé mardi à Tokyo un ambitieux accord de libre-échange, qui se veut « un message puissant contre le protectionnisme » de Donald Trump.

« Aujourd’hui marque un jour historique, alors que nous célébrons la signature d’un accord commercial extrêmement ambitieux entre deux des plus grands économies du monde », ont déclaré le Premier ministre japonais Shinzo Abe et le chef de la Commission européenne Jean-Claude Juncker dans un communiqué publié à l’issue de la signature du texte.

« Un message clair contre le protectionnisme »

Pour sa part, le président du Conseil européen Donald Tusk a déclaré que l’accord de libre-échange signé mardi entre l’Union européenne et le Japon est un « message clair » adressé au protectionnisme.

« Nous envoyons un message clair que nous faisons front commun contre le protectionnisme », a-t-il lancé lors d’une conférence de presse après la signature du document. « Nous montrons que nous sommes plus forts et mieux positionnés quand nous travaillons ensemble », a renchéri Juncker, aux côtés du Premier ministre japonais.

Source: Avec AFP

https://french.almanar.com.lb/966836


 

L'UE REJETTE LA DEMANDE US D'ISOLER L'IRAN

L’UE rejette la demande américaine d’isoler l’Iran

 Depuis 5 heures  17 juillet 2018

mogherini3

 Amérique et Europe - UE

 

Les Européens ont rejeté lundi la demande des Etats-Unis d’isoler économiquement l’Iran et ont adopté un instrument juridique pour protéger les entreprises européennes présentes dans ce pays contre les sanctions américaines, a annoncé la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini.

« Nous avons approuvé l’actualisation du statut de blocage et nous prenons toutes les mesures pour permettre à l’Iran de bénéficier des retombées économiques de la levée des sanctions », a expliqué Mme Mogherini à l’issue d’une réunion avec les ministres des Affaires étrangères des Etats membres de l’UE.

La loi de blocage européenne entrera en application le 6 août, date du premier volet des sanctions américaines. Le second volet entrera en vigueur le 4 novembre, pendant les élections à mi-mandat aux Etats-Unis.

Ce règlement établi en 1996 doit permettre de contrer le fait que les sanctions américaines s’appliquent à toutes les entreprises et personnes physiques dans le monde, en vertu du principe de l’extraterritorialité du droit américain.

Nombre de grandes entreprises européennes comme le groupe pétrolier Total ont décidé de se retirer d’Iran s’ils ne sont pas exemptés des sanctions américaines.

Washington a refusé d’en dispenser les entreprises européennes après avoir dénoncé l’accord sur le nucléaire avec l’Iran.

Federica Mogherini a reconnu que « l’exercice est difficile, car « le poids des Etats-Unis dans l’économie mondiale n’est pas négligeable ».

« Je ne suis pas en mesure de dire si nos efforts vont suffire, mais nous faisons tout ce que nous pouvons pour éviter que l’accord sur le nucléaire avec l’Iran ne meure, car les conséquences seraient catastrophiques pour tous », a-t-elle averti.

Le chef de la diplomatie française Jean-Yves le Drian a insisté pour sa part sur « la nécessité de permettre à l’Iran de continuer à vendre son pétrole ».

« L’UE et les autres signataires de l’accord conclu avec Téhéran en 2015, la Chine et la Russie, cherchent un mécanisme financier permettant de garantir à l’Iran la capacité d’exporter son pétrole », a-t-il souligné.

Le secteur de l’énergie a fourni 50 milliards de dollars de recettes à l’Etat iranien en 2017, selon les données européennes. Les ressources proviennent essentiellement du pétrole, car les exportations de gaz sont très faibles, 10 milliards de m3 en 2017.

L’Iran exporte 3,8 millions de barils de pétrole par jour. 20% sont achetés par l’UE et 70% par la Chine et d’autres pays d’Asie, d’après les chiffres de l’UE.

Les services du commissaire à l’Energie Miguel Arias Canete travaillent sur ce mécanisme et « des propositions sont attendues », a-t-on dit de source diplomatique.

L’euro et non plus le dollar devrait être la devise utilisée pour les transactions sur le pétrole iranien, réglées via des transferts entre les banques centrales européennes et la banque centrale iranienne.

Source: Avec AFP

https://french.almanar.com.lb/966440


 

LE SENAT IRLANDAIS VOTE UNE LOI POUR SANCTIONNER "ISRAËL"

Irlande : interdiction d’importer des produits des colonies israéliennes

Wed Jul 11, 2018 5:51PM

Le Seanad Éireann (Sénat) est la chambre haute du Parlement irlandais. (Photo d’archives)

Le Seanad Éireann (Sénat) est la chambre haute du Parlement irlandais. (Photo d’archives)

En Irlande, le Sénat (Seanad Éireann) a voté ce mercredi l’interdiction des importations de biens et de produits venant des colonies à travers le monde, dont les colonies israéliennes implantées illégalement dans les territoires occupés palestiniens.

Cette nouvelle loi a été votée par 25 sénateurs irlandais contre 20. Le gouvernement israélien a réagi vivement à cette décision du Sénat irlandais et le critique pour son soutien au mouvement de boycott d’Israël. Le ministère israélien des Affaires étrangères a menacé l’Irlande de « riposte ».

Par contre, les Palestiniens ont salué la décision du Sénat irlandais. Le haut négociateur palestinien, Saëb Erekat, a déclaré que ce vote était une action « historique » et un « geste courageux » qui envoie à la communauté internationale un message de soutien au droit des Palestiniens à proclamer un État indépendant.

La majorité des sénateurs irlandais, à l’exception des membres du parti Fine Gael (au pouvoir) ont voté pour cette loi. Le texte doit être soumis au vote des députés de l’Assemblée avant d’entrer en vigueur.

https://www.presstv.com/DetailFr/2018/07/11/567823/Irlande-une-loi-pour-sanctionner-Isral