EUROPE

EUROPE

UNION EUROPEENNE : UN ENFANT SUR QUATRE EST EXPOSE AU RISQUE DE PAUVRETE

 

Un enfant sur quatre exposé au risque de pauvreté dans l’UE

 

Un peu plus d'un enfant sur quatre est exposé au risque de pauvreté ou d'exclusion sociale dans l'Union européenne, indique mercredi l'Office européen des statistiques.

Un enfant sur quatre exposé au risque de pauvreté dans l'UEUn enfant sur quatre exposé au risque de pauvreté dans l'UE

Environ 25 millions d'enfants dans les 28 pays de l'UE, soit 26,9% de la population âgée de 0 à 17 ans, étaient menacés de pauvreté en 2015, selon Eurostat.

«Cela signifie qu'ils vivaient dans des ménages affectés par au moins une des trois conditions suivantes: en risque de pauvreté après les transferts sociaux, en situation de privation matérielle sévère ou vivant dans des ménages à très faible intensité de travail», détaille Eurostat.

C'est en Roumanie que le pourcentage d'enfants menacés de pauvreté est le plus élevé parmi les 28 pays de l'UE: 46,8%.

Le 30 septembre dernier, le Conseil de l'Europe avait exhorté la Roumanie à faire davantage d'efforts pour combattre la traite des enfants, alors que le nombre de victimes, notamment issues de la minorité rom, «a considérablement augmenté» ces dernières années, selon un rapport.

Après la Roumanie, c'est sa voisine, la Bulgarie, qui compte le pourcentage le plus élevé d'enfants menacés de pauvreté: 43,7%, suivie de la Grèce (37,8%), de la Hongrie (36,1%), de l'Espagne (34,4%) et de l'Italie (33,5%).

À l'autre extrémité de l'échelle, les plus faibles pourcentages d'enfants exposés au risque de pauvreté ou d'exclusion sociale ont été enregistrés dans les pays nordiques: Suède (14,0%), Finlande (14,9%) et Danemark (15,7%). Viennent ensuite la Slovénie (16,6%), les Pays-Bas (17,2%), la République tchèque et l'Allemagne (18,5% chacune) en 2015.

La proportion d'enfants exposés au risque de pauvreté ou d'exclusion sociale dans l'UE diminue à mesure que le niveau d'éducation de leurs parents augmente, souligne l'Office.

En 2015, près des deux tiers (65,5%) des enfants dont les parents avaient un faible niveau d'éducation (premier cycle de l'enseignement secondaire tout au plus) étaient menacés de pauvreté dans l'UE, contre 30,3% des enfants vivant avec des parents ayant un niveau d'éducation moyen (second cycle de l'enseignement secondaire) et 10,6% des enfants ayant des parents avec un niveau d'éducation élevé (enseignement supérieur).

Cette tendance est vérifiée dans tous les États membres de l'UE en 2015.

Source : agences

16-11-2016 | 15:58

http://www.french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=20908&cid=321#.WCzCmPnhA2w


 

L’ARMEE AMERICAINE LIVRE PLUS DE 600 CONTENEURS D’ARMES EN EUROPE

Une grande cargaison d’armes américaines est arrivée en Europe

Thu Nov 10, 2016 7:13PM

Livraison d'armes. (Photo d'archives)

Livraison d'armes. (Photo d'archives)

L’armée américaine a envoyé sur le continent européen plus de 600 conteneurs d’armes. Il s'agit d'une des plus importantes livraisons d’armes et de munitions depuis 20 ans.

Cela intervient une semaine après que le Pentagone a annoncé avoir l’intention de déployer 6.000 chars en Europe de l’Est.

L’armée américaine a déclaré dans un  communiqué qu'environ 620 conteneurs d’armes sont arrivés fin octobre dans le port de Nordheim dans le nord de l’Allemagne et qu’ils seraient transférés dans un dépôt d’armes avant d’être déployés à travers l’Europe.

Le général Ben Hodgs, commandant des forces américaines en Europe, a déclaré qu’avoir un millier de chars sans les munitions nécessaires n'avait aucun effet dissuasif.  

Les autorités américaines et européennes prétendent que l’objectif recherché en renforçant la présence militaire des États-Unis sur le continent européen était de faire face à « l’agression de la Russie ».

Le Pentagone avait fait part, au début du mois de novembre, de l’envoi de forces américaines en Europe en 2017.

Début octobre, le général Ben Hodgs avait dit vouloir envoyer dans un proche avenir des armes anti-drones en Europe afin de faire face à la Russie.

Le système de défense balistique Avenger, des véhicules blindés Humvee munis de missiles FIM-92 Stinger et de canons 33 mm Grad faisait partie des armes qui devaient être envoyées en Europe.

Cette information a été diffusée alors que les relations entre Washington et Moscou, en raison de la poursuite de la crise ukrainienne, sont à leur plus bas niveau depuis la fin de la guerre froide en 1991. 

À la suite de la crise en Ukraine et après un référendum en 2014, la Crimée a été rattachée à la Russie.

Après ce référendum, les relations entre la Russie et les pays occidentaux se sont détériorées. Les États-Unis et leurs alliés européens ont accusé la Russie d’avoir déstabilisé l’Ukraine avant d’exercer des sanctions à l’encontre des notables russes et des partisans de ce pays. Mais Moscou rejette catégoriquement toute implication dans la crise ukrainienne.

D’autre part, le Kremlin a à maintes reprises critiqué l’OTAN pour son extension militaire vers les frontières russes et affirmé que de telles actions sont considérées comme une menace pour la paix aux niveaux régional et international.

http://presstv.com/DetailFr/2016/11/10/493043/Armes-amricaine-en-Europe


 

DAECH VA S’ATTAQUER A L’EUROPE AVEC DES DRONES

Daech prépare des attaques au drone en Europe

 Depuis 3 heures  25 octobre 2016

drone

 Amérique et Europe - UE

no author

Un explosif puissant installé à bord de drones sera activé à distance, afin de préserver la vie des organisateurs des attentats.

Les services secrets russes ont pris connaissance des plans des terroristes de l’État islamique concernant des attentats perpétrés à l’aide de drones. Selon un document parvenu aux médias russes, la décision de préparer des « attentats high-tech » hautement médiatisés a été adoptée lors d’une réunion des leaders du groupe à Raqqa (Syrie).

Une équipe dédiée aurait été formée pour réaliser ces projets. Une partie de l‘équipe est chargée de préparer des attentats par le biais de terroristes isolés, une autre élabore des attaques à l’aide d’aéronefs. Tout cela dans le but de diminuer le risque pour les terroristes eux-mêmes de périr lors des attentats.

La charge d’explosifs puissants installée à bord des drones sera actionnée à distance dès que le drone aura atteint le site visé. Ce changement de tactique, à savoir la promotion des drones, s’expliquerait par le fait que la plupart des attaques prévues depuis un an par des terroristes isolés ont été déjouées.

Source: Sputnik

http://french.almanar.com.lb/64249


 

BELGIQUE : MAGNIFIQUE SITE QUI VAUT LE DETOUR DE MAURICE MATAGNE

http://www.matagne-maurice.be/MATAGNE-INT001/INT001-VINCENT%20CLAUDE/Vincent%20Claude.htm

L’EUROPE CRAINT LE RETOUR DE TERRORISTES APRES LA PROBABLE CHUTE DE MOSSOUL

L’Europe craint le retour de terroristes de Mossoul

 Depuis 1 heure  18 octobre 2016

armée irakienne, bataille de Mossoul
L'armée irakienne entame la libération de Mossoul

 Amérique et Europe - France

no author

Les Européens redoutent que la chute de Mossoul, dernier grand fief du groupe Daech (EI) en Irak, n’accélère le retour de terroristes aguerris sur le continent, déjà sur le qui-vive face aux menaces d’attentats.

« La reprise du fief de l’EI dans le nord de l’Irak, Mossoul, peut conduire à ce que des combattants du groupe EI prêts à en découdre reviennent en Europe », a déclaré le commissaire européen pour la sécurité Julian King au quotidien allemand Die Welt mardi.

« Même un petit nombre (de terroristes) représente une menace sérieuse, à laquelle nous devons nous préparer » en « augmentant notre capacité de résistance face à la menace terroriste », a estimé le commissaire britannique.

Les forces irakiennes viennent de lancer leur vaste offensive pour reconquérir la deuxième ville d’Irak. La bataille fait craindre la démobilisation des terroristes, dont ceux d’origine étrangère.

Selon King, l’EI compte en Irak et Syrie quelque 2.500 combattants européens. Parmi eux, plusieurs centaines de Français, Britanniques et Allemands notamment.

« Les services de sécurité doivent en principe éteindre l’incendie et faire disparaître le danger que ces personnes représentent » en cas de retour, « mais c’est très difficile », a toutefois reconnu récemment le patron du renseignement intérieur allemand, Hans-Georg Maassen.

Selon les médias allemands, il faut dans le pays 10 policiers pour surveiller 24 heures sur 24 un terroriste de retour sur cette zone, alors que la police est déjà débordée pour surveiller les personnes potentiellement dangereuses qui n’ont jamais quitté le pays.

En France, selon des sources sécuritaire, environ 400 Français sont encore sur place, dont 150 combattants, le reste étant composé de membres de leurs familles. Le ministre des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, a évoqué en particulier mardi le danger « des mineurs qui reviendraient radicalisés ».

 Bloquer les terroristes à Raqa –
   
En cas de défaite militaire de l’EI à Mossoul, « certains tenteront de se     relocaliser,
d’autres essaieront peut-être de rentrer en France. C’est une problématique majeure de sécurité », fait valoir une source sécuritaire française, tout en appelant à « relativiser » la menace « par rapport aux Tchétchènes par exemple ».

Car, au moins autant qu’en Europe, le retour de terroristes d’Irak ou de Syrie représente aussi une menace très importante pour des pays comme la Russie ou ceux du Maghreb, Libye comprise.

Plusieurs milliers de Tunisiens ont ainsi rejoint les rangs de groupes terroristes comme l’EI, fournissant le plus important contingent de « combattants » étrangers. Un nombre également important de ressortissants des républiques caucasiennes russes et des pays d’Asie centrale en fait aussi partie.

Selon une autre source sécuritaire française, les efforts de l’armée irakienne et de la coalition internationale vont d’abord viser à « intercepter le maximum » de terroristes « à la sortie de Mossoul » et ensuite de « les bloquer dans Raqa », la « capitale » du groupe EI  en Syrie.

Le sujet inquiète d’autant plus en Europe que les attentats sanglants de Paris en novembre 2015 (130 morts) et de Bruxelles en mars (32 morts) ont été commis ou planifiés en partie par des hommes revenus de Syrie, comme Abdelhamid Abaaoud.

« Je pense que l’EI entre dans une nouvelle phase » du fait des pertes territoriales que l’organisation subit en Syrie et en Irak et qui mettent à mal son projet de Califat dans la région, juge Chris Phillips, directeur de l’agence Ippso, spécialisée dans le conseil en matière d’anti-terrorisme.

« Nous allons assister à une augmentation du nombre d’attaques terroristes en Afrique du Nord et en Occident », indique-t-il à l’AFP, estimant que le phénomène est « amplifié par la crise des réfugiés » qui a permis à certains terroristes de venir en Europe incognito parmi les migrants.

« Si l’EI bat en retraite et n’est plus en mesure de projeter la même vision     de victoire
et de pouvoir que par le passé, le nombre de combattants démobilisés cherchant à fuir le +Califat+ ne va aller que croissant », lui fait écho Raffaello Pantucci, analyste au Royal United Services Institute, dans le quotidien Daily Telegraph mardi.

Source: AFP

http://french.almanar.com.lb/53810     



 

A L’INSTAR DE DEUTSBANK LES VALEURS BANCAIRES EUROPEENNES CHUTENT

Les valeurs bancaires européennes chutent dans le sillage de Deutsche Bank

 30 Sep, 2016 11:48  30 septembre 2016

deutsche-bank

 Amérique et Europe - UE

Les valeurs bancaires chutaient vendredi matin en Europe, de Paris à Londres en passant par Milan, Madrid ou Zurich, sous l’effet des craintes entourant la solidité de Deutsche Bank.

A 10H11 (08H11 GMT), Société Générale perdait 3,94% à 29,60 euros à Paris, après avoir lâché plus de 5%, Barclays reculait de 3,53% à 161,40 pence à Londres, Unicredit perdait 4,81% à 1,94 euro et Santander 4,74% à 3,76 euros. UBS reculait de 3,38% à 12,59 francs suisses, et Credit Suisse – 3,25% à 12,19 Francs suisse.

Il y a « une aggravation de la perception du risque par les investisseurs », constate auprès de l’AFP Alexandre Baradez, un analyste de IG France.

L’information jeudi selon laquelle une dizaine de fonds spéculatifs avaient commencé à réduire leur exposition à Deutsche Bank a causé une petite panique à Wall Street.

Les craintes sur la santé de Deutsche Bank, une énorme banque aux multiples ramifications internationales, sont de plus en plus fortes.

Selon M. Baradez, cette information « a mis un peu le feu aux poudres hier soir ». La posture de statu quo adoptée par la banque et le gouvernement allemand ont par ailleurs tendance à « entretenir les inquiétudes sur les banques », ajoute M. Baradez.

Source: AFP

http://french.almanar.com.lb/29500


 

G.B : J. CORBYN ELU MASSIVEMENT A LA TETE DU LABOUR PAR LES SYNDICALISTES

Grande-Bretagne: Qui est Jeremy Corbyn, la nouvelle coqueluche des anti-austérité?

ELECTION Le militant pacifiste de 66 ans est le grand favori dans la course à la direction du Labour...

Jérémy Corbyn, candidat à la direction du Parti travailliste
Jérémy Corbyn, candidat à la direction du Parti travailliste - LNP/REX Shutterstock/SIPA

*Céline Boff

  •  
    • Publié le 
    • Mis à jour le 

Les Britanniques l’adorent ou le détestent. Outre-Manche, Jérémy Corbyn, 66 ans et grand favori dans la course à la direction du Labour, est devenu un véritable phénomène. Et surtout l’homme à abattre pour les travaillistes modérés.

Ces derniers peinent à y croire : le « camarade Corbyn », autorisé à concourir dans le seul but d’illustrer la variété des courants au sein du Labour, caracole désormais en tête des sondages. D’après le dernier d’entre eux, réalisé par YouGov pour leTimes, il décrocherait 53 % des voix, très loin devant ses trois concurrents, Andy Burnham (21 %), Yvette Cooper (18 %) et Liz Kendall (8 %).

Les caciques du parti ont donc déclenché l’opération « ABC », pour « Anyone but Corbyn » (Tout sauf Corbyn). Et jouent les alarmistes. Lundi, Alastair Campbell, le conseiller de l’ancien Premier ministre Tony Blair, a comparé une éventuelle victoire de Corbyn à « un accident de voiture ».

Un militant de la première heure

Mercredi, Tony Blair a pris le relais en affirmant dans le Guardian que la victoire de ce travailliste radical serait synonyme d’une « possible annihilation » du Labour. Le parti est « en danger de mort » et « marche vers le précipice avec les yeux fermés et les bras en avant », écrit-il encore.

S’ils sont dans le même parti, Corbyn est l’anti-Blair par excellence. Il a fait de la résistance à l’austérité son cheval de bataille et, dans son programme, cet opposant au Traité transatlantique, actuellement négocié par la Commission européenne et Washington, promet de renationaliser les chemins de fer ou encore la poste.

Cette campagne très à gauche séduit de plus en plus de militants, lassés de voir les cadors du parti s’aligner sur le discours des conservateurs en matière économique et sociale. Et puis, ils savent Jérémy Corbyn authentique. N’est-il pas un militant de la première heure ?

Le candidat s’est en effet engagé très jeune, juste après le lycée, d’abord en travaillant dans une association caritative puis dans des organisations syndicales. Révolté par la guerre en Irak, ce pacifiste est aussi un farouche militant anti-nucléaire. Végétarien, ses convictions l’ont même poussé à divorcer de sa seconde femme, elle qui a eu le toupet de vouloir envoyer leurs enfants dans des « grammar schools », des écoles qui sélectionnent les élèves en amont…

Le Hamas et le Hezbollah, ces « amis »

Corbyn crée parfois le scandale, comme lorsqu’il affirme, en pleine réunion parlementaire, que le Hamas et le Hezbollah sont des « amis ». Poussé à s’expliquer sur cette déclaration, il explique sur Channel 4 News avoir utilisé ce mot dans un sens « général » : « Il ne pourra pas y avoir de processus de paix si les pourparlers n’impliquent pas Israël, le Hezbollah et le Hamas et je pense que tout le monde sait cela ».

Malgré ces dérapages, il séduit par son train de vie, simple, et par sa rigueur : il est l’un des parlementaires les moins dépensiers de l’argent public. Cela suffira-t-il à faire de Jérémy Corbyn le prochain chef des travaillistes ? Les militants commenceront à voter dès ce vendredi et pourront le faire jusqu’au 10 septembre. Le nom du vainqueur sera connu le 12 septembre. Dans moins d’un mois…

 

http://www.20minutes.fr/monde/1666371-20150813-grande-bretagne-jeremy-corbyn-nouvelle-coqueluche-anti-austerite


 

GB : MALGRE LES FRONDEURS CAMELEONS J. CORBYN SERA MASSIVEMENT REELU

GB: un sondage donne Jeremy Corbyn largement réélu à la tête du Labour
 

Le chef du Labour britannique Jeremy Corbyn, mis en difficulté par la fronde d'une large partie des députés travaillistes après le référendum sur le Brexit, devrait être réélu très largement à la tête du parti, selon un sondage publié mercredi.
   
62% des électeurs se prononceront en faveur de Jeremy Corbyn, contre 38% pour son adversaire, le député gallois Owen Smith, indique une enquête YouGov pour le quotidien The Times menée sur plus de 1.200 personnes, la première depuis l'ouverture du vote.
   
Les militants du Labour, principal parti d'opposition au gouvernement conservateur, ont commencé à élire leur prochain leader il y a dix jours, et le résultat devrait être annoncé le 24 septembre. Quelque 640.000 personnes peuvent voter.
   
Jeremy Corbyn, 67 ans, avait été élu triomphalement à la tête du Labour en septembre 2015, recueillant 59,5% des suffrages.
   
La rébellion des députés travaillistes a éclaté après le référendum du 23 juin. Lui reprochant d'avoir trop mollement défendu le maintien du Royaume-Uni dans l'UE, 172 parlementaires (sur 230) ont voté une motion de défiance et les deux tiers des membres de son cabinet fantôme ont démissionné.     
 

 

Source: AFP

31-08-2016 - 15:54 Dernière mise à jour 31-08-2016 - 15:54 | 267 vus

http://french.almanar.com.lb/adetails.php?fromval=1&cid=19&frid=19&eid=323486


 

LES USA TERRORISENT DES BANQUES D’EUROPE POUR QU’ELLES EVITENT L’IRAN

Les États-Unis «terrorisent» des banques européennes pour qu’elles restent à l’écart de l’Iran

Le Trésor américain a «quelque peu terrorisé» les banques européennes afin qu’elles ne reprennent pas les échanges avec l’Iran en dépit des promesses occidentales de lever les sanctions, a déclaré un haut responsable iranien à Middle East Eye.

Les États-Unis «terrorisent» des banques européennes pour qu’elles restent à l’écart de l’Iran

Amir Hossein Zamaninia, vice-ministre du Pétrole pour le commerce et les affaires internationales, a accusé le service de contrôle des actifs étrangers du Trésor américain (Office of Foreign Assets Control, OFAC), qui supervise le programme de sanctions des États-Unis, d’omettre délibérément de préciser comment les banques et les investisseurs européens sont autorisés à opérer en Iran sans tomber sous le coup de la loi américaine.

Les sanctions multilatérales mandatées par le Conseil de sécurité des Nations unies ont été levées en janvier, mais les États-Unis imposent encore un certain nombre de leurs propres sanctions, ce qui complique les affaires.

«Les banques européennes éprouvent une certaine réticence, disons, en termes d’incertitude concernant la décision de l’OFAC si elles s’engagent. Cela relève plus d’un problème psychologique que juridique», selon Zamaninia.

L’irritation du ministre quant à la lenteur de la levée des sanctions, laquelle se reflète dans les remarques d’autres responsables à MEE cette semaine, montre à quel point le gouvernement iranien tout comme les Iraniens lambda sont déçus des résultats de l’accord nucléaire de l’an dernier, sept mois après le début prévu de la levée des sanctions promise.

L’OFAC n’a pas encore délivré les licences pour l’expédition des avions de ligne Airbus et Boeing, que les Iraniens ont accepté d’acheter et sont désireux de recevoir.

Le leader de la Révolution islamque d’Iran, l’ayatollah Ali Khamenei, a accusé les États-Unis d’obstruction dans un discours en avril.

«Sur le papier, les États-Unis permettent aux banques étrangères de traiter avec l’Iran, mais en pratique ils créent une iranophobie afin que personne ne fasse affaire avec le pays», avait-il déclaré.

Quatre mois plus tard, peu de choses ont changé. Le problème de l’Iran n’est pas l’obtention des sommes dues par des étrangers pour des marchandises iraniennes ni l’argent gelé dans des banques étrangères depuis que les sanctions ont été imposées en 2012, selon Zamaninia. Cela a été progressivement transféré à l’Iran.

La difficulté tient au fait que les actions du Trésor américain retardent les nouveaux investissements étrangers et les nouvelles transactions bancaires.

Le ministre a toutefois essayé de paraître optimiste, affirmant que la question avait été «abordée».

«Il y a un certain nombre de banques de taille intermédiaire qui travaillent désormais avec l’Iran et je pense que peu à peu les grandes banques vont suivre le plus tôt possible. Lorsque la première grande banque aura amorcé le mouvement, les autres suivront», a-t-il estimé.

A également fait part de sa frustration à MEE Mansour Moazami, le vice-ministre de l’Industrie, qui préside également le conseil d’administration de la principale organisation d’investissement iranienne, l’Organisation de développement industriel et de rénovation de l’Iran (IDRO).

L’IDRO est un partenaire de dizaines de coentreprises avec des sociétés étrangères et espérait développer de nouveaux partenariats maintenant que les sanctions sont censées être de l’histoire ancienne.

«L’augmentation des investissements étrangers est en deçà de nos attentes parce que les Américains ne coopèrent pas. Nous attendons des États-Unis qu’ils respectent le plan d’action global conjoint [nom officiel de l’accord en vertu duquel l’Iran a modéré la plupart de ses activités nucléaires en échange de la levée des sanctions]. Notre peuple attend vraiment que les pays remplissent leurs engagements», a indiqué Moazami.

Toute est prêt pour les investissements étrangers en Iran, a-t-il insisté, comparant la position du pays vis-à-vis du reste de la région. «Regardez nos voisins. Nous sommes en paix. Nous avons une bonne sécurité», a-t-il ajouté.

Source : Middle East Eye

01-09-2016 | 11:20

http://www.french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=19885&cid=337


 

L’ARMEE ALLEMANDE INFILTREE PAR PLUS DE 300 EXTREMISTES

Allemagne : plus de 300 extrémistes auraient infiltré l’armée

Tue Aug 30, 2016 7:21AM

Les forces de l'armée allemande (Bundeswehr)

Les forces de l'armée allemande (Bundeswehr)

Le service de contre-intelligence militaire allemand enquête sur plus de 60 cas de potentiels extrémistes terroristes au sein de la Bundeswehr. Une loi durcissant les conditions d'entrée dans celle-ci devrait être votée la semaine prochaine.

Afin de prévenir le danger posé par de tels infiltrés radicaux, le MAD envisagerait de faire prendre à la Bundeswehr (l'armée allemande) de nouvelles mesures restrictives en matière de recrutement. Toujours selon Die Welt, il s'agirait de rendre impossible l'intégration des forces armées pour les criminels, les terroristes ainsi que les personnes considérées comme «extrémistes».

Dans cette optique, le Parlement allemand devrait se pencher, la semaine prochaine, sur un projet de loi visant à accroître les contrôles sur les militaires. Selon le texte, obtenu par le journal allemand, la «Bundeswehr forme tous ses soldats à l'utilisation d'armes de guerre», ce qui pose le risque que des terroristes infiltrés «fassent usage de leurs compétences» militaires pour commettre des attentats.

Le projet de loi impliquerait d'imposer des tests aux personnes souhaitant devenir militaire afin d'évaluer leur degré d'extrémisme – tandis qu'aujourd'hui, seuls les individus déjà enrôlés dans l'armée sont soumis à des contrôles de ce type. La facture d'une telle mesure s'élèverait à environ 8,2 milliards d'euros.

Source: alahednews

http://presstv.com/DetailFr/2016/08/30/482341/Allemagne-plus-de-60-cas-de-potentiels-terroristes