EUROPE

EUROPE

MANLIO DINUCCI : CHARS D’ASSAUTS DEPLOYES EN POLOGNE

Transmis par Marie-Ange Patrizio

 


  L’art de la guerre

 

Chars d’assaut déployés en Pologne 

 

Manlio Dinucci

 

Le 12 janvier, deux jours après son discours d’adieu, le président Obama a lancé le plus grand déploiement de forces terrestres en Europe orientale depuis la fin de la guerre froide : un long convoi de chars d’assaut et autres véhicules blindés étasuniens, provenant d’Allemagne, est entré en Pologne. C’est la 3ème Brigade blindée, transférée en Europe de Fort Carson dans le Colorado : composée d’environ 4000 militaires, 87 chars d’assaut, 18 obusiers automoteurs, 144 véhicules de combat Bradley et des centaines de Humvees. L’ensemble de l’armement est transporté en Pologne soit par route, soit par 900 wagons ferroviaires.
  À la cérémonie de bienvenue qui s’est déroulée dans la ville polonaise de Zagan, l’ambassadeur USA Jones a dit qu’« au fur et à mesure que croît la menace, croît le déploiement militaire USA en Europe ». Ce qu’est « la menace » a été clarifié par le général Curtis Scaparrotti, chef du Commandement européen des Etats-Unis et en même temps Commandant suprême allié en Europe : « Nos forces sont prêtes et positionnées dans le cas où il y en aurait besoin pour contrecarrer l’agression russe ». La 3ème Brigade blindée restera dans une base près de Zagan pendant neuf mois, jusqu’à ce qu’elle soit remplacée par une autre unité transférée des USA.
   À travers cette rotation, des forces blindées étasuniennes seront en permanence déployées en territoire polonais. De là, leurs détachements seront transférés, pour entraînement et exercices, dans d’autres pays de l’Est, surtout Estonie, Lettonie, Lituanie, Bulgarie, Roumanie et probablement aussi Ukraine : c’est-à-dire qu’ils seront continuellement déployés au bord de la Russie.

  Un second contingent étasunien sera positionné en avril prochain en Pologne orientale, dans le dit « Suwalki Gap », une étendue de terre plate longue d’une centaine de kilomètres qui, prévient l’Otan, « serait un parfait passage pour les chars d’assaut russes ». 

   Ainsi se trouve réexhumé l’arsenal propagandiste USA/Otan de la vieille guerre froide : celui des chars d’assaut russes prêts à envahir l’Europe. En agitant le spectre d’une inexistante menace de l’Est, ce sont au contraire les chars d’assaut étasuniens qui arrivent en Europe. La 3ème Brigade blindée s’ajoute aux forces aériennes et navales déjà déployées par les USA en Europe dans l’opération « Atlantic Resolve », pour « rassurer les alliés Otan et les partenaires face à l’agression russe ». Opération que Washington a lancée en 2014, après avoir volontairement provoqué par le putsch de Place Maïdan une nouvelle confrontation avec la Russie. Stratégie dont Hillary Clinton a été la principale artisane dans l’administration Obama, visant à briser les rapports économiques et politiques de la Russie avec l’Union européenne dommageables pour les intérêts étasuniens.

  Dans l’escalade anti-Russie, la Pologne joue un rôle central. À cet effet elle recevra sous peu des USA des missiles de croisière à longue portée, avec capacités pénétrantes anti-bunker, armables aussi de têtes nucléaires. Et en Pologne est déjà en construction une installation terrestre du système de missiles Aegis des Etats-Unis, analogue à celle déjà en fonction à Deveselu en Roumanie. Elle aussi dotée du système Mk 41 de Lockheed Martin, en mesure de lancer non seulement des missiles anti-missiles, mais aussi des missiles de croisière armables avec des têtes nucléaires.
   À Varsovie et dans les autres capitales de l’Est -écrit le New York Times- il y a cependant « une forte préoccupation » à propos d’un possible accord du républicain Trump avec Moscou qui « minerait la totalité de l’effort ». 

  Un cauchemar tourmente les gouvernants de l’Est qui fondent leurs fortunes sur l’hostilité avec la Russie : celui que s’en retournent à la maison les chars d’assaut envoyés par le démocrate Obama.

Edition de mardi 17 janvier 2017 de il manifesto

http://ilmanifesto.info/carrarmati-usa-schierati-in-polonia/ 

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio


 

LES SANCTIONS ANTIRUSSES ONT FAIT PERDRE LEUR EMPLOI A 400 000 TRAVAILLEURS EUROPEENS

400.000 européens ont perdu leur emploi à cause des sanctions antirusses

Les sanctions antirusses sont nuisibles aux économies européennes, notamment allemande et autrichienne, provoquant une hausse très importante du taux de chômage, d’après le quotidien autrichien Der Standard.

400.000 européens ont perdu leur emploi à cause des sanctions antirusses

Les pertes liées aux sanctions antirusses au sein de l'Union européenne, qui se sont montées à 17 milliards d'euros en 2015, ont causé le gel de 400 000 emplois, affirme Günther Oswald, journaliste de l'édition autrichienne Der Standard, citant le nouveau rapport de l'Institut autrichien de recherches économiques (WIFO).

«Le gouvernement de coalition autrichien n'a jamais prôné les sanctions antirusses. En novembre dernier, le ministre fédéral de l'Économie Reinhold Mitterlehner avait déclaré que l'Autriche était opposée au durcissement ainsi qu'à la prolongation des restrictions commerciales», souligne Oswald.

Selon lui, la chute des prix du pétrole et la dévaluation du rouble ont également causé de graves dommages aux relations commerciales entre l'UE et la Russie.

En Autriche, un pays «compact» sur le plan économique, 7 000 personnes ont déjà perdu leur emploi, tandis qu'en Allemagne, ces mesures restrictives ont déjà touché 97 000 personnes.

Auparavant, le président du Comité pour les relations économiques avec l'Europe de l'Est, Wolfgang Büchele, avait notamment indiqué dans sa rubrique pour le quotidien allemand Handelsblatt que les sanctions antirusses avaient coûté à l'Allemagne 60 000 d'emplois. De plus, le montant des pertes pour l'UE s'élève à des dizaines de milliards d'euros.

Source : agences

06-01-2017 | 15:51

http://www.french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=21582&cid=321#.WG_13fnhA2w


 

400 TERRORISTES DE DAECH DONT UN CHEF S’INSTALLENT EN EUROPE

400 terroristes et un chef de «Daech» prennent leurs quartiers en Europe

D’après les services de sécurité italiens, environ 400 terroristes sont entrés en Europe en se faisant passer pour des réfugiés, y compris l’un des recruteurs principaux de «Daech», Lavdrim Muhaxheri.

400 terroristes et un chef de «Daech» prennent leurs quartiers en Europe.

Entre 300 et 400 combattants du groupe terroriste «Daech» ont pénétré au Kosovo depuis la Syrie en se faisant passer pour des réfugiés, écrit le site Daily Mail, citant une source au sein des services de renseignement italiens.

Les terroristes, poursuit le média, quittent la Syrie suite à des défaites cuisantes face à l'armée syrienne et ses alliés. Pour passer inaperçus, ils mettent des vêtements civils et essayent de se fondre parmi les milliers de réfugiés. Bien que certains d'entre eux soient interceptés par les services de renseignement, la plupart des extrémistes parviennent toutefois à passer entre les mailles du filet.

Il est à noter que parmi les terroristes qui ont pénétré récemment en Europe figure notamment l'un des chefs principaux de «Daech», Lavdrim Muhaxheri, alias Abu Abdullah al Kosova. Muhaxheri est connu non seulement comme l'un des leaders des terroristes albanais du Kosovo, mais aussi comme un recruteur émérite de «Daech».

Originaire de Macédoine, al Kosova s'est rendu en Syrie fin 2012, a été par la suite repéré dans plusieurs vidéos de propagande de «Daech» dans lesquelles il appelait les Albanais à rejoindre les rangs des terroristes. En outre, plusieurs images ont été publiées sur Internet sur lesquelles on voyait Muhaxheri décapiter un otage, ainsi qu'une vidéo dans laquelle il tirait sur un homme avec un lance-roquettes.

À en croire les services de sécurité italiens, Muhaxheri et ses acolytes envisageraient de perpétrer des attaques contre des institutions publiques et internationales.

Le Kosovo, qui a proclamé son indépendance en 2008, n'a pas été la cible d'attentats extrémistes, mais au moins 200 personnes ont été interpellées ou font l'objet d'enquêtes policières pour des activités illicites en lien avec «Daech». Environ 300 Kosovars combattent au sein du groupe terroriste en Syrie et en Irak.

Source: agences et rédaction

04-01-2017 | 11:41

http://www.french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=21544&cid=321#.WG0RPPnhA2w


 

UN CAMION FONCE SUR UN MARCHE DE NOËL A BERLIN. AU MOINS 9 MORTS ET PLUS DE 50 BLESSES

EN DIRECT. Un camion fonce sur un marché de Noël de Berlin, au moins 9 morts

>International|Florian Maussion|19 décembre 2016, 21h05 | MAJ : 19 décembre 2016, 23h07|24

Un camion a foncé dans la foule sur un marché de Noël de Berlin.

(Reuters.)

Florian Maussion

InternationalBerlinMarché de NoëlCamion

 

Un camion a foncé sur un marché de Noël dans la capitale allemande lundi soir, faisant au moins neuf morts et des dizaines de blessés.

Les médias allemands évoquent déjà un attentat. Vers 20h, un camion a foncé dans la foule au milieu d'un marché de Noël de l'ouest de Berlin lundi soir. Au moins neuf personnes ont été tuées et plus de cinquante ont été blessées. Le marché de Noël a été immédiatement évacué et de nombreuses ambulances sont arrivées sur les lieux.

 

Le véhicule incriminé, immatriculé en Pologne, a été stoppé aux pieds de l'église du Souvenir. Une personne a été interpellée. Il s'agirait du conducteur présumé, qui avait pris la fuite après les faits, selon la police. Une autre personne, passager du camion, est morte sur les lieux.

 

 

EN IMAGES. Allemagne : l'horreur sur le marché de Noël de Berlin

 LANCER LE DIAPORAMA

 

 

>> Suivez les événements en direct : 

 

23h06. Un cœur aux couleurs de l’Allemagne. C’est malheureusement devenu une habitude. Comme à chaque attentat, un dessin d’hommage émerge sur les réseaux. C’est même de cette manière que l’expression «Je suis Charlie» est née en janvier 2015. Ce lundi soir, c’est un cœur aux couleurs du drapeaux allemand qui est partagé par des centaines et des centaines de personnes. 

 

 

 

 Suivre

Jérémie @JeremiePour100

Solidarité avec le peuple Allemand et  face à la barbarie qui a frappé ce soir. 
            </div>
    
                    </div>
    </div>
                     <div class=

UNION EUROPEENNE : UN ENFANT SUR QUATRE EST EXPOSE AU RISQUE DE PAUVRETE

 

Un enfant sur quatre exposé au risque de pauvreté dans l’UE

 

Un peu plus d'un enfant sur quatre est exposé au risque de pauvreté ou d'exclusion sociale dans l'Union européenne, indique mercredi l'Office européen des statistiques.

Un enfant sur quatre exposé au risque de pauvreté dans l'UEUn enfant sur quatre exposé au risque de pauvreté dans l'UE

Environ 25 millions d'enfants dans les 28 pays de l'UE, soit 26,9% de la population âgée de 0 à 17 ans, étaient menacés de pauvreté en 2015, selon Eurostat.

«Cela signifie qu'ils vivaient dans des ménages affectés par au moins une des trois conditions suivantes: en risque de pauvreté après les transferts sociaux, en situation de privation matérielle sévère ou vivant dans des ménages à très faible intensité de travail», détaille Eurostat.

C'est en Roumanie que le pourcentage d'enfants menacés de pauvreté est le plus élevé parmi les 28 pays de l'UE: 46,8%.

Le 30 septembre dernier, le Conseil de l'Europe avait exhorté la Roumanie à faire davantage d'efforts pour combattre la traite des enfants, alors que le nombre de victimes, notamment issues de la minorité rom, «a considérablement augmenté» ces dernières années, selon un rapport.

Après la Roumanie, c'est sa voisine, la Bulgarie, qui compte le pourcentage le plus élevé d'enfants menacés de pauvreté: 43,7%, suivie de la Grèce (37,8%), de la Hongrie (36,1%), de l'Espagne (34,4%) et de l'Italie (33,5%).

À l'autre extrémité de l'échelle, les plus faibles pourcentages d'enfants exposés au risque de pauvreté ou d'exclusion sociale ont été enregistrés dans les pays nordiques: Suède (14,0%), Finlande (14,9%) et Danemark (15,7%). Viennent ensuite la Slovénie (16,6%), les Pays-Bas (17,2%), la République tchèque et l'Allemagne (18,5% chacune) en 2015.

La proportion d'enfants exposés au risque de pauvreté ou d'exclusion sociale dans l'UE diminue à mesure que le niveau d'éducation de leurs parents augmente, souligne l'Office.

En 2015, près des deux tiers (65,5%) des enfants dont les parents avaient un faible niveau d'éducation (premier cycle de l'enseignement secondaire tout au plus) étaient menacés de pauvreté dans l'UE, contre 30,3% des enfants vivant avec des parents ayant un niveau d'éducation moyen (second cycle de l'enseignement secondaire) et 10,6% des enfants ayant des parents avec un niveau d'éducation élevé (enseignement supérieur).

Cette tendance est vérifiée dans tous les États membres de l'UE en 2015.

Source : agences

16-11-2016 | 15:58

http://www.french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=20908&cid=321#.WCzCmPnhA2w


 

L’ARMEE AMERICAINE LIVRE PLUS DE 600 CONTENEURS D’ARMES EN EUROPE

Une grande cargaison d’armes américaines est arrivée en Europe

Thu Nov 10, 2016 7:13PM

Livraison d'armes. (Photo d'archives)

Livraison d'armes. (Photo d'archives)

L’armée américaine a envoyé sur le continent européen plus de 600 conteneurs d’armes. Il s'agit d'une des plus importantes livraisons d’armes et de munitions depuis 20 ans.

Cela intervient une semaine après que le Pentagone a annoncé avoir l’intention de déployer 6.000 chars en Europe de l’Est.

L’armée américaine a déclaré dans un  communiqué qu'environ 620 conteneurs d’armes sont arrivés fin octobre dans le port de Nordheim dans le nord de l’Allemagne et qu’ils seraient transférés dans un dépôt d’armes avant d’être déployés à travers l’Europe.

Le général Ben Hodgs, commandant des forces américaines en Europe, a déclaré qu’avoir un millier de chars sans les munitions nécessaires n'avait aucun effet dissuasif.  

Les autorités américaines et européennes prétendent que l’objectif recherché en renforçant la présence militaire des États-Unis sur le continent européen était de faire face à « l’agression de la Russie ».

Le Pentagone avait fait part, au début du mois de novembre, de l’envoi de forces américaines en Europe en 2017.

Début octobre, le général Ben Hodgs avait dit vouloir envoyer dans un proche avenir des armes anti-drones en Europe afin de faire face à la Russie.

Le système de défense balistique Avenger, des véhicules blindés Humvee munis de missiles FIM-92 Stinger et de canons 33 mm Grad faisait partie des armes qui devaient être envoyées en Europe.

Cette information a été diffusée alors que les relations entre Washington et Moscou, en raison de la poursuite de la crise ukrainienne, sont à leur plus bas niveau depuis la fin de la guerre froide en 1991. 

À la suite de la crise en Ukraine et après un référendum en 2014, la Crimée a été rattachée à la Russie.

Après ce référendum, les relations entre la Russie et les pays occidentaux se sont détériorées. Les États-Unis et leurs alliés européens ont accusé la Russie d’avoir déstabilisé l’Ukraine avant d’exercer des sanctions à l’encontre des notables russes et des partisans de ce pays. Mais Moscou rejette catégoriquement toute implication dans la crise ukrainienne.

D’autre part, le Kremlin a à maintes reprises critiqué l’OTAN pour son extension militaire vers les frontières russes et affirmé que de telles actions sont considérées comme une menace pour la paix aux niveaux régional et international.

http://presstv.com/DetailFr/2016/11/10/493043/Armes-amricaine-en-Europe


 

DAECH VA S’ATTAQUER A L’EUROPE AVEC DES DRONES

Daech prépare des attaques au drone en Europe

 Depuis 3 heures  25 octobre 2016

drone

 Amérique et Europe - UE

no author

Un explosif puissant installé à bord de drones sera activé à distance, afin de préserver la vie des organisateurs des attentats.

Les services secrets russes ont pris connaissance des plans des terroristes de l’État islamique concernant des attentats perpétrés à l’aide de drones. Selon un document parvenu aux médias russes, la décision de préparer des « attentats high-tech » hautement médiatisés a été adoptée lors d’une réunion des leaders du groupe à Raqqa (Syrie).

Une équipe dédiée aurait été formée pour réaliser ces projets. Une partie de l‘équipe est chargée de préparer des attentats par le biais de terroristes isolés, une autre élabore des attaques à l’aide d’aéronefs. Tout cela dans le but de diminuer le risque pour les terroristes eux-mêmes de périr lors des attentats.

La charge d’explosifs puissants installée à bord des drones sera actionnée à distance dès que le drone aura atteint le site visé. Ce changement de tactique, à savoir la promotion des drones, s’expliquerait par le fait que la plupart des attaques prévues depuis un an par des terroristes isolés ont été déjouées.

Source: Sputnik

http://french.almanar.com.lb/64249


 

BELGIQUE : MAGNIFIQUE SITE QUI VAUT LE DETOUR DE MAURICE MATAGNE

http://www.matagne-maurice.be/MATAGNE-INT001/INT001-VINCENT%20CLAUDE/Vincent%20Claude.htm

L’EUROPE CRAINT LE RETOUR DE TERRORISTES APRES LA PROBABLE CHUTE DE MOSSOUL

L’Europe craint le retour de terroristes de Mossoul

 Depuis 1 heure  18 octobre 2016

armée irakienne, bataille de Mossoul
L'armée irakienne entame la libération de Mossoul

 Amérique et Europe - France

no author

Les Européens redoutent que la chute de Mossoul, dernier grand fief du groupe Daech (EI) en Irak, n’accélère le retour de terroristes aguerris sur le continent, déjà sur le qui-vive face aux menaces d’attentats.

« La reprise du fief de l’EI dans le nord de l’Irak, Mossoul, peut conduire à ce que des combattants du groupe EI prêts à en découdre reviennent en Europe », a déclaré le commissaire européen pour la sécurité Julian King au quotidien allemand Die Welt mardi.

« Même un petit nombre (de terroristes) représente une menace sérieuse, à laquelle nous devons nous préparer » en « augmentant notre capacité de résistance face à la menace terroriste », a estimé le commissaire britannique.

Les forces irakiennes viennent de lancer leur vaste offensive pour reconquérir la deuxième ville d’Irak. La bataille fait craindre la démobilisation des terroristes, dont ceux d’origine étrangère.

Selon King, l’EI compte en Irak et Syrie quelque 2.500 combattants européens. Parmi eux, plusieurs centaines de Français, Britanniques et Allemands notamment.

« Les services de sécurité doivent en principe éteindre l’incendie et faire disparaître le danger que ces personnes représentent » en cas de retour, « mais c’est très difficile », a toutefois reconnu récemment le patron du renseignement intérieur allemand, Hans-Georg Maassen.

Selon les médias allemands, il faut dans le pays 10 policiers pour surveiller 24 heures sur 24 un terroriste de retour sur cette zone, alors que la police est déjà débordée pour surveiller les personnes potentiellement dangereuses qui n’ont jamais quitté le pays.

En France, selon des sources sécuritaire, environ 400 Français sont encore sur place, dont 150 combattants, le reste étant composé de membres de leurs familles. Le ministre des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, a évoqué en particulier mardi le danger « des mineurs qui reviendraient radicalisés ».

 Bloquer les terroristes à Raqa –
   
En cas de défaite militaire de l’EI à Mossoul, « certains tenteront de se     relocaliser,
d’autres essaieront peut-être de rentrer en France. C’est une problématique majeure de sécurité », fait valoir une source sécuritaire française, tout en appelant à « relativiser » la menace « par rapport aux Tchétchènes par exemple ».

Car, au moins autant qu’en Europe, le retour de terroristes d’Irak ou de Syrie représente aussi une menace très importante pour des pays comme la Russie ou ceux du Maghreb, Libye comprise.

Plusieurs milliers de Tunisiens ont ainsi rejoint les rangs de groupes terroristes comme l’EI, fournissant le plus important contingent de « combattants » étrangers. Un nombre également important de ressortissants des républiques caucasiennes russes et des pays d’Asie centrale en fait aussi partie.

Selon une autre source sécuritaire française, les efforts de l’armée irakienne et de la coalition internationale vont d’abord viser à « intercepter le maximum » de terroristes « à la sortie de Mossoul » et ensuite de « les bloquer dans Raqa », la « capitale » du groupe EI  en Syrie.

Le sujet inquiète d’autant plus en Europe que les attentats sanglants de Paris en novembre 2015 (130 morts) et de Bruxelles en mars (32 morts) ont été commis ou planifiés en partie par des hommes revenus de Syrie, comme Abdelhamid Abaaoud.

« Je pense que l’EI entre dans une nouvelle phase » du fait des pertes territoriales que l’organisation subit en Syrie et en Irak et qui mettent à mal son projet de Califat dans la région, juge Chris Phillips, directeur de l’agence Ippso, spécialisée dans le conseil en matière d’anti-terrorisme.

« Nous allons assister à une augmentation du nombre d’attaques terroristes en Afrique du Nord et en Occident », indique-t-il à l’AFP, estimant que le phénomène est « amplifié par la crise des réfugiés » qui a permis à certains terroristes de venir en Europe incognito parmi les migrants.

« Si l’EI bat en retraite et n’est plus en mesure de projeter la même vision     de victoire
et de pouvoir que par le passé, le nombre de combattants démobilisés cherchant à fuir le +Califat+ ne va aller que croissant », lui fait écho Raffaello Pantucci, analyste au Royal United Services Institute, dans le quotidien Daily Telegraph mardi.

Source: AFP

http://french.almanar.com.lb/53810     



 

A L’INSTAR DE DEUTSBANK LES VALEURS BANCAIRES EUROPEENNES CHUTENT

Les valeurs bancaires européennes chutent dans le sillage de Deutsche Bank

 30 Sep, 2016 11:48  30 septembre 2016

deutsche-bank

 Amérique et Europe - UE

Les valeurs bancaires chutaient vendredi matin en Europe, de Paris à Londres en passant par Milan, Madrid ou Zurich, sous l’effet des craintes entourant la solidité de Deutsche Bank.

A 10H11 (08H11 GMT), Société Générale perdait 3,94% à 29,60 euros à Paris, après avoir lâché plus de 5%, Barclays reculait de 3,53% à 161,40 pence à Londres, Unicredit perdait 4,81% à 1,94 euro et Santander 4,74% à 3,76 euros. UBS reculait de 3,38% à 12,59 francs suisses, et Credit Suisse – 3,25% à 12,19 Francs suisse.

Il y a « une aggravation de la perception du risque par les investisseurs », constate auprès de l’AFP Alexandre Baradez, un analyste de IG France.

L’information jeudi selon laquelle une dizaine de fonds spéculatifs avaient commencé à réduire leur exposition à Deutsche Bank a causé une petite panique à Wall Street.

Les craintes sur la santé de Deutsche Bank, une énorme banque aux multiples ramifications internationales, sont de plus en plus fortes.

Selon M. Baradez, cette information « a mis un peu le feu aux poudres hier soir ». La posture de statu quo adoptée par la banque et le gouvernement allemand ont par ailleurs tendance à « entretenir les inquiétudes sur les banques », ajoute M. Baradez.

Source: AFP

http://french.almanar.com.lb/29500