COMMUNIQUE DU PARTI COMMUNISTE GREC

5 juillet 2015 7 05 /07 /juillet /2015 12:46

Référendum Grèce/KKE : Nous ne choisissons pas entre les mesures antipopulaires d’UE, du FMI ou du gouvernement

Référendum Grèce/KKE : Nous ne choisissons pas entre les mesures antipopulaires d’UE, du FMI ou du gouvernement

Communiqué du Parti communiste grec (site), traduction ML pour Solidarité internationale PCF, 5 juillet 2015

Le KKE a tenu ce 2 juillet son meeting central avant la tenue du référendum le 5 juillet. Dimitris Koutsoumpas, secrétaire général du Comité central du KKE a pris la parole et notamment souligné ces éléments (extraits choisis par le KKE - NDT):

"Notre people est appelé à participer à un référendum et à s’exprimer par un OUI ou par un NON qui ne sont différents seulement qu’en apparence. »

« Aussi bien le OUI que le NON signifient l’acceptation d’un nouveau mémorandum, ensemble de mesures antipopulaires, peut-être le pire que nous ayons vu jusqu’à présent. Aussi bien le OUI que le NON conduiront le peuple à de nouvelles souffrances et tragédies. »

« Aussi bien le OUI que le NON sont synonymes de nouvelles mesures contre les travailleurs et contre le peuple. »

“Le referendum est un alibi pour faire passer un nouvel accord sur un mémorandum aux dépens du peuple grec ».

“ Le KKE appelle le peuple grec à rejeter tout ce chantage, à exprimer ses propositions dans l’urne et à dire:

NOUS NE VOULONS PAS DE MESURES ANTIPOPULAIRES. NOUS NE VOULONS PAS DE NOUVEAU MEMORANDUM. NOUS REJETONS LES FAUSSES ALTERNATIVES.

NOUS DISONS NON A LA PROPOSITION DE L’UE, DU FMI ET DE LA BCE ET NON A TOUTE PROPOSITION DE COMPROMIS DU GOUVERNEMENT, PARCE QU’ILS VEULENT TOUS LA FAILLITE DU PEUPLE.

NOUS DEMANDONS LE DESENGAGEMENT DE L’ALLIANCE PREDATRICE QU’EST L’UE AVEC LE PEUPLE VERITABLEMENT AUX RENES DU POUVOIR. »

« Le people doit mettre dans l’urne un bulletin qui ne prête pas à confusion. Un bulletin doit être déposé avec le contenu suivant: "NON à la proposition de l’UE, de la BCE et du FMI. NON à la proposition du gouvernement. Désengagement de l’UE avec le people tenant les rênes du pouvoir.

Même s’il est considéré comme un bulletin nul. »

http://www.solidarite-internationale-pcf.fr/

 

claration du secrétaire général du CC du KKE, Dimitris Koutsoumbas, pour le résultat du référendum:

 

"Nous saluons les milliers de personnes qui ont répondu à l'appel du KKE à ne pas succomber à de dilemmes de chantage. En particulier, nous saluons tous ceux qui ont mis dans l'urne le bulletin de KKE, à savoir une proposition que le gouvernement a refusé à mettre en vote devant le parlement, en refusant ainsi à notre peuple le droit de voter massivement pour cette proposition, la possibilité de choisir entre de différentes propositions.

 

Contre la question incomplète et contestable du référendum "éclair", une partie du peuple a réussi à ne pas être enfermée dans de faux dilemmes ou se faire tromper, et a donné une première réponse, en votant nul, blanc, de même que plusieurs ont choisi de s'abstenir, y compris à cause des difficultés et du coût élevé des transports.

 

Dès le premier moment de la décision pour un référendum, nous avions correctement signalé que, que la réponse d'aujourd'hui soit NON ou OUI, il n'y a aucune véritable alternative populaire au sein de l'UE, au sein de la route capitaliste, de la reconnaissance de la dette, solutions choisies par toutes les autres forces politiques, du "block" de NON comme du "block" de OUI. Et ceci car les propositions des uns comme des autres considèrent comme nécessaire de respecter des directions le l'UE, de servir, chacun, les intérêts de divers partis du Capital..

 

Nous nous adressons en particulier à ceux qui aujourd'hui ont voté NON, en croyant que c'est la manière de cesser l'austérité, de répondre aux mesures antipopulaires, aux mémorandums. Nous les invitons, tous et toutes, qui aujourd'hui se sentent se faire justice par la victoire de NON, à ne passe sentir rassurés, à ne pas donner leur accord à la tentative du gouvernement à transformer ce NON en OUI à de nouveaux accords antipopulaires. Nous leur tendons la main pour les luttes du lendemain, contre la détérioration de leur vie.

 

De la même manière, nous nous adressons à ceux et celles qui ont voté OUI, sous la pression du grand patronat, sous la peur des banques fermées, pour leur salaire, pour leur retraite, pour leur faible épargne. Nous les appelons à revisiter ces choix, à se battre contre les dilemmes dès maintenant, à ne pas reculer de manière conservatrice, réactionnaire, en faveur des partis des gouvernements des dernières années.

 

En ce qui concerne le gouvernement de coalition SYRIZA - Grecs Indépendants, qu’ils n’osent pas

exploiter le résultat du référendum pour imposer à notre peuple de nouveaux mesures, de nouveaux mémorandums de longue durée. La négociation que promettait M. Tsipras, sur la base de sa proposition, il y a trois jours, aux "trois institutions" c'est à dire à la Troïka, mène mathématiquement à un nouveau et pire mémorandum. Non seulement est-ce qu'il légalise les mémorandums antécédents, et leurs lois applicatifs, mais il n'hésite pas à mener notre peuple à une vraie banqueroute.

 

L'alternative qui pourrait potentiellement se réaliser, et pour laquelle a déjà parlé la Troïka, la mise en route d'une sortie de l'euro, est également une option qui va uniquement frapper la classe ouvrière, les couches populaires.

 

Il devient encore plus nécessaire que le mouvement, notre peuple adopte de manière massive et décisive la proposition du KKE pour la sortie de la crise à l'avantage des droits populaires, ce qui nécessite la socialisation des monopoles, le désengagement de l'UE, la non-reconnaissance de la dette et l'abolition univoque de celui-ci, avec une planification centralisé scientifique de l'économie pour le développement de la société pour le peuple et avec le peuple véritablement au pouvoir. Le KKE sera en première ligne de toutes les luttes à venir de notre peuple, en renforçant, dès demain, la ligne de lutte anti-monopole anticapitaliste, le rassemblement de forces avec le KKE.

 

Nous organisons la résistance, la vigilance, la préparation à l'éventualité de nouveaux développements négatifs. Nous soutenons tous les impuissants et misérables. Nous organisons, à travers des comités de lutte dans les lieux de travail, dans les usines, les hôpitaux, les supermarchés, les services sociaux, à travers les comités populaires dans les quartiers, des comités de solidarité et aide sociale, à travers d'équipes et de comités de contrôle pour la survie de la famille populaire.

 

Nous répondons à la tentative de séparer le peuple, avec l'unité de la classe ouvrière, avec le rassemblement de classe dans le mouvement, le renforcement de l'alliance populaire. La proposition du KKE réunit la majorité populaire, aujourd'hui et pour demain, contre le vrai adversaire, l'UE, le capital et leur pouvoir".


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (2)

laurentgantner
  • 1. laurentgantner (site web) | 07/07/2015

La rupture fractale n'aura pas lieu !...
Pour le Parti Communiste Grec (KKE) "oui" / "non" revenait au même, kif-kif bourricot aux yeux de la finance mondiale, tout en alertant sur les risques qu'il y aurait à mettre sa confiance un peu trop rapidement aux mains des indépendants de Syriza qui n'ont pas le même sens de la représentation politique que les communistes, bien moins enclins à trouver des compromis avec les créanciers de la banque européenne (BCE) que n'escompte le faire Tsipras maintenant dans les phares de l'actualité... Et de montrer aussi du coup, les risques encourus à rendre majoritaire des formations politiques qui sont des constructions récentes (imaginaires ?) de nouvelles étiquettes politiques qui cherchent à prendre le dessus sur les formations historiques anciennes mais bien mieux ancrées dans l'histoire réelle de l'évolution politique que sont les Anarchistes et les Communistes qui ne changeront jamais de noms et qui ne chercheront jamais à modifier par de nouvelles formules, sigles ou appellations, la nécessité électorale que certains éprouvent comme nécessaire pour créer de nouvelles dynamiques autour d'autres cadrillons ou chefaillons !

remande
  • 2. remande | 06/07/2015

le pc gerc a raison, mais on fait quoi! si le peuple ne reprend pas al rue, c'est l ue qui va gagner en reduisant encore les reraites et en augmentant la tva! holland et merkel ne cede rien ,le vote cahnge rien si il a pas de lutte devant le parlement europeen!

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau