GRECE : LA TRAHISON ?!

Avant l’Eurogroupe, Tsipras obtient le soutien de 80% des députés grecs

Le Monde | • Mis à jour le | Par

 
 
Alexis Tsipras et le chef de Nouvelle Démocratie (conservateurs), Evangelos Meïmarakis, à Athènes, le 10 juillet.

Un long et crucial week-end de négociations à Bruxelles, après une longue nuit de vote à Athènes. Le premier ministre grec, Alexis Tsipras, a vécu vendredi 10 juillet une interminable journée de tractations. Sur le front intérieur cette fois. Car quel que soit l’accord qu’Alexis Tsipras espère rapporter, il lui faudra le faire adopter au Parlement dans un délai très rapide.

Il a donc demandé vendredi aux 300 députés de la Vouli (le Parlement grec) de lui accorder une sorte de procuration, pour aller défendre en leur nom à tous ses propositions à l’Eurogroupe de samedi et au sommet de dimanche. L’objectif : montrer un front uni, pro-euro, et rassurer Bruxelles sur la capacité du gouvernement à faire adopter, en temps venu, un éventuel accord.

Lire aussi : Le point sur le dossier grec avant la réunion de l’Eurogroupe

Après plus de 12 heures de débats, parfois très intenses, une large majorité de députés (251 sur 300) a voté en faveur de cette procuration. Bien au-delà donc des 151 voix requises pour faire adopter un texte au Parlement. C’est un nouveau paysage politique qui peut en sortir. Les principaux partis d’opposition, les conservateurs de Nouvelle Démocratie (ND), les socialistes du Pasok ou les centristes de To Potami, ont voté en faveur de cette procuration. « Nous demandons ainsi au premier ministre de négocier avant tout pour le maintien de la Grèce dans la zone euro », a déclaré Stavros Theodorakis, le leader de To Potami à la tribune.

Si, sans surprise, les députés du parti néonazi Aube dorée et du Parti communiste KKE ont voté contre, c’est cependant du côté même du parti de la gauche radicale Syriza, la famille politique d’Alexis Tsipras, que les résultats sont les plus contrastés. Et préfigurent des ajustements politiques qui ne manqueront pas de se mettre en place dans les prochains jours. « Chaque chose en son temps. En terminer avec la négociation est la priorité », a affirmé à la fin du vote Alexis Tsipras, refusant de commenter les rumeurs de remaniement ministériel ou d’élections anticipées qui circulent en Grèce.

« Aggraver la récession »

Mais il ne pourra longtemps ignorer le message de dissidence envoyé par 17 de ses députés. Deux d’entre eux ont voté non à la procuration, 8 se sont abstenus et 7 n’ont pas pris part au vote, dont l’ancien ministre des finances, Yanis Varoufakis, qui a prétexté des obligations familiales.

Au total, 17 députés donc ont marqué leur désaccord avec les propositions envoyées jeudi soir par le premier ministre à Bruxelles. « Je ne peux pas soutenir un nouveau plan de mesures néolibérales et de privatisations (…) qui ne peut qu’aggraver la récession », a précisé après le vote le ministre du redressement productif, Panayiotis Lafazanis.

Au vu de ce qui vient de se passer au Parlement grec vendredi, Alexis Tsipras serait certes en mesure de faire adopter un éventuel accord mais en force, avec les voix de l’opposition et en perdant sa propre majorité. « Il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué, estimait cependant samedi matin une source gouvernementale. Tout va dépendre tout de même de ce que l’on va obtenir en échange de ce nouveau plan. »

Il est vrai que les propositions formulées jeudi par Athènes se rapprochent de celles qui étaient exigées par les créanciers. Pourquoi Alexis Tsipras a-t-il organisé un référendum pour finalement accepter des conditions similaires à celles qu’il refusait avant ? Les Grecs ayant voté majoritairement (à 62 %) non à toute nouvelle mesure d’austérité pourraient eux aussi se sentir trahis. Quelques milliers de personnes – très peu au final – étaient venues manifester vendredi soir devant le Parlement pour dire en substance : « Attention, ne nous trahis pas ! »

Lire aussi : « Encore une journée historique en Grèce ! Maintenant, je préférerais des journées normales »

Renégociation de la dette

Il y a pourtant une différence majeure entre ce que proposaient les créanciers avant et après le référendum. Pas sur les mesures mais sur la question de la renégociation de la dette. Avant le référendum, l’Europe et notamment l’Allemagne, l’Espagne ou le Portugal étaient sur une ligne très dure, refusant l’idée d’ouvrir le chapitre d’une renégociation de la dette publique grecque (177 % du PIB) à courte échéance.

Au lendemain du référendum pourtant, la France, les Etats-Unis mais aussi le FMI se sont prononcés en faveur d’une renégociation de la dette, pourquoi pas dès octobre prochain. Voilà la contrepartie que Tsipras espère obtenir ce week-end. S’il revient avec dans ses poches une renégociation de la dette, il est convaincu qu’il pourra faire accepter un nouveau plan, même dur, à sa population, à son Parlement et même aux ultras de son parti. Dans un nouveau sondage paru vendredi, les Grecs se prononçaient à 75 % pour la conclusion d’un accord et à 84 % pour le maintien dans la zone euro. C’est cette voix-là et non pas celle des radicaux de son parti qu’Alexis Tsipras entend aujourd’hui incarner.

Avec ce plan, il accepte un nouveau train difficile de nouvelles économies, mais en échange d’un nouveau prêt sur trois ans de 53 milliards d’euros et d’une enveloppe pour la croissance de 35 milliards, ce qui permettra de donner un peu de répit à une économie grecque exsangue. En cas d’accord à Bruxelles, dimanche, il devrait aussi au passage obtenir que soient revus à la baisse les objectifs d’excédent primaire imposés au précédent gouvernement et surtout que la renégociation de la dette soit enfin ouverte. Il devrait réussir à trouver les bons mots pour vendre ce bilan à son peuple et à ses députés. Mais avec quelle majorité ?

http://www.lemonde.fr/europe/article/2015/07/11/plus-de-80-des-deputes-derriere-tsipras_4679403_3214.html


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau