LA CREATION DE NOUVEAUX ETATS, UN NOUVEAU HOBBY EN EUROPE?

 
Royaume d'Enclava et la république Liberlandia

Création de "micro-États": une nouvelle mode européenne?

© The Kingdom of Enclava facebook
 
Lu dans la presse
 
URL courte
 
Novye Izvestia
 
02590514
 
Certains Européens ont trouvé un nouveau hobby: créer de véritables États dotés de drapeaux, d'armoiries et d'une monnaie, et surtout en totale conformité avec leur propre idée d'un pays parfait.
 

 

Une terre promise au milieu de l’Europe
 
 
Plusieurs monarchies sont ainsi nées récemment en Europe. Toutefois, les cartographes ne s'empresseront pas de faire figurer le royaume Enclave, le plus jeune État de la planète, ou la république Liberlandia apparue un mois plus tôt, sur leurs relevés. Ces micro-États se trouvent sur un territoire n'appartenant à personne à la frontière entre la Croatie et la Serbie. Le royaume Enclave, fondé par des Polonais, se trouve actuellement sur le littoral du Danube.

 

La république Liberlandia, apparue également à la frontière entre la Croatie et la Serbie, a été fondée par le Tchèque Vit Jedlicka, devenu le premier président du pays.

 

Cet intérêt pour les Balkans n'est pas un hasard: après l'effondrement de la Yougoslavie en 1991, sept États indépendants se sont formés sur son territoire et contestent encore aujourd'hui leurs frontières. Dans tout ce cafouillage, il est ainsi possible de trouver des parcelles de terrain n'appartenant à personne.

 

Et si Vit Jedlicka était poussé par des idées utopistes, Blasko Gabric, autre fondateur d'un micro-pays, avait seulement la nostalgie du passé. Comme de nombreux Serbes de son âge, Gabric se souvient avec regret de l'époque à laquelle la Serbie était la plus grande et la plus puissante république de Yougoslavie, respectée dans les Balkans et dans le monde entier. Il considère d'ailleurs la chute de la Yougoslavie comme "un crime" et a donc décidé de recréer l'ancienne Yougoslavie, mais en format plus réduit.

 

La Yougoslavie de Gabric se situe dans la cour de sa maison, près du village de Subotica au nord de la Serbie, et s'étend sur seulement trois hectares.

 

Certes, on pourrait considérer tous ces micro-États comme les excentricités d'idéalistes qui se lasseront rapidement de leur projet. Mais il ne faut pas oublier que certaines idées de ce type existent depuis plusieurs années et rapportent un important bénéfice à leurs créateurs. Par exemple, la principauté de Sealand se situe sur une ancienne plateforme militaire d'une superficie de seulement 550 m² et se trouve en mer du Nord, à 10 km du royaume anglais de Suffolk.

 

Un scandale international avait éclaté à ce sujet en 1997, quand il s'est avéré que les passeports de Sealand étaient très populaires auprès des criminels. Le prince Roy avait dû imprimer d'urgence de nouveaux documents attestant de la citoyenneté de Sealand. Hormis le passeport, la principauté a aujourd'hui son propre drapeau, son hymne et sa monnaie. Et ce pays génère des recettes grâce à la vente de timbres à l'effigie de grands navigateurs, assez populaires auprès des philatélistes.



Lire la suite: http://fr.sputniknews.com/presse/20150529/1016322146.html#ixzz3cGZltCAN



 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau