LONDRES, PREMIERE CAPITALE OCCIDENTALE A AVOIR UN MAIRE MUSULMAN

 

 

Londres : Sadiq Khan premier maire musulman d'une capitale occidentale

 | MAJ : 
RÉAGIR
13
LONDRES (ROYAUME-UNI), JEUDI. Le candidat travailliste Sadiq Khan est allé voter avec sa femme Saadiya.
LONDRES (ROYAUME-UNI), JEUDI. Le candidat travailliste Sadiq Khan est allé voter avec sa femme Saadiya.
(REUTERS/STEFAN WERMUTH.)

Sadiq Khan, le candidat travailliste à la mairie de Londres, fils d'un chauffeur d'autobus pakistanais, était sur le point vendredi de remporter la mairie de Londres et de devenir le premier édile musulman d'une grande capitale occidentale.

Le Parti travailliste (Labour) a d'ores et déjà revendiqué sa victoire. Vers 18 heures, il  devançait nettement son principal adversaire, le conservateur et fils de milliardaire Zac Goldsmith, 41 ans, selon des décomptes de la mairie de Londres portant sur la quasi totalité des votes. «Il est largement devant», commentait dans le «Guardian» Peter Kellner, de l'institut de sondage You Gov, estimant que Sadiq Khan avait «incontestablement gagné». 

Sadiq Khan, 45 ans, député de Tooting, un quartier populaire du sud de Londres a grandi en cité HLM. Il fut secrétaire d'État aux Communautés entre 2008 et 2009 puis aux Transports entre 2009 et 2010 dans le gouvernement du Premier ministre Gordon Brown. Il fut le premier musulman ministre du Royaume-Uni. Une religion que le camp adverse a tenté sans relâche d'instrumentaliser pour compenser son retard au cours d'une âpre campagne. 

Zac Goldsmith, député du quartier résidentiel de Richmond, a notamment accusé l'ancien avocat des droits de l'homme d'avoir fréquenté des extrémistes islamistes. Des attaques relayées par le Premier ministre conservateur David Cameron. Dans une ville dont 30% de la population est non blanche et qui tient à sa réputation de tolérance, cette stratégie pourrait avoir l'effet inverse de celui recherché, estiment les analystes.
 

Une équité qui passe par notamment par la baisse des loyers



«Cela ne fera aucune différence», avait déclaré Koyruz Zoman, un cuisiniermusulman de 57 ans. «Quel que soit le nom de l'élu, ce que nous voulons, c'est qu'il tienne ses promesses».  Pour Leeanne Collaco, une employée en ressources humaines de 28 ans, «Sadiq Khan s'est battu, sa famille s'est battue (...) Il se battra probablement plus durement pour faire de Londres une ville plus équitable».

Un sentiment d'équité qui passe pour beaucoup par une baisse du prix du logement et un meilleur accès aux transports en commun dans cette capitale qui a vu sa population augmenter de 900.0000 habitants en huit ans pour atteindre 8,6 millions. «Je ne crois pas qu'aucun des candidats ait une solution magique donc c'est incroyablement difficile de choisir», estimait Mary White, une directrice d'école à la retraite.

Actuellement, Rotterdam, la deuxième ville des Pays-Bas est dirigée depuis 2009 par le musulman Ahmed Aboutaleb qui a la double nationalité marocaine et néerlandaise. Le plus grand port d'Europe ne devrait plus être une exception. 

VIDEO. Mairie de Londres : le travailliste Sadiq Khan favori
 
Écosse : les indépendantistes perdent la majorité absolue

Le Parti national écossais (SNP, indépendantiste) est arrivé en tête mais a perdu sa majorité absolue au Parlement régional d'Écosse, décrochant 63 sièges sur 129, contre 69 en 2011, tandis que les conservateurs ont doublé les travaillistes pour devenir la principale force d'opposition. Un sérieux revers pour le Labour. 

Nicola Sturgeon, la dirigeante du SNP, avait revendiqué plus tôt vendredi une «victoire historique» car il s'agit de la troisième élection consécutive remportée par le SNP en Écosse. Mais le parti indépendantiste ne sera pas en mesure de former un gouvernement majoritaire et devra compter sur l'apport de voix de plus petits partis, comme les Verts (6 sièges, +4), face aux conservateurs qui engrangent 16 sièges de mieux qu'en 2011, avec 31 élus, tandis que le Labour perd 13 sièges, à 24 élus.

Cette victoire en demi-teinte pourrait quelque peu refroidir les revendications des indépendantistes à moins que le Royaume-Uni ne vote pour une sortie de l'Union européenne lors du référendum sur cette question le 23 juin. Les Écossais, qui ont voté à 55% en septembre 2014 pour rester au sein du Royaume-Uni, sont majoritairement en faveur du maintien du pays dans le bloc des 28. 
 

Le Labour se maintient au Pays de Galles



Ailleurs dans le pays, où se sont tenues diverses élections régionales et locales, les premiers résultats «ne sont pas aussi mauvais pour le parti travailliste qu'anticipé par les sondages», a toutefois souligné l'expert électoral John Curtice, de l'université de Strathclyde, sur la BBC. Le chef du Labour Jeremy Corbyn s'est montré plutôt satisfait. «Nous devons beaucoup travailler» en Ecosse mais «nous tenons bon» en Angleterre, a-t-il déclaré sous l'acclamation de militants à Sheffield (nord de l'Angleterre).

Ainsi, au Pays de Galles, le Parti travailliste a décroché 29 sièges sur 60, contre 30 la dernière fois. Un résultat suffisant pour se maintenir au pouvoir. Le Parti europhobe Ukip fait quant à lui son entrée dans un parlement régional, avec 7 sièges à l'assemblée galloise.

Pour David Cameron ces résultats montrent que le Labour a «complètement perdu le contact» avec les personnes qu'il est censé représenter.

http://www.leparisien.fr/international/le-travailliste-sadiq-khan-en-passe-de-devenir-le-nouveau-maire-de-londres-06-05-2016-5772957.php#xtor=EREC-216----'@


Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau