MANLIO DINUCCI : EN ITALIE UNE ECOLE DE DRONES MILITAIRES PREDATOR

En Italie une école de drones militaires Predator

Mondialisation.ca, 23 juin 2015
 
predator school

 

Il y a une semaine, au Salon aérospatial du Bourget à Paris, la Direction des armements aéronautiques du Ministère italien de la Défense a signé un contrat avec la canadienne Cae pour la réalisation à Amendola (Foggia, Pouilles) de la première école de vol européen de drones militaires Predator (Prédateurs) de l’étasunienne General Atomics. Un précédent contrat prévoyait la fourniture d’un simulateur de vol seulement pour le modèle MQ-1 Predator, alors que le nouveau permet d’entraîner aussi les télépilotes pour le Predator B/MQ-9 Reaper, les deux étant en dotation à l’aéronautique italienne. Ainsi se réalise le rêve de Roberta Pinotti (ministre italienne de la défense) qui avait annoncé le projet au « Colloque sur l’avenir de la domination aérospatiale nationale et européenne » (Florence, 24 octobre 2014).

Projet soutenu par le Pentagone, dans les écoles duquel se sont entraînés jusqu’à présent  les télépilotes européens des Prédateurs : comme il doit aujourd’hui former plus de télépilotes de drones que de pilotes de chasseurs-bombardiers, le Pentagone a besoin d’autres centres d’entraînement dans l’environnement Otan. L’aéronautique italienne et celles des autres pays Ue appartenant à l’Otan disposeront ainsi, d’ici 2016, de l’école d’Amendola. Ici, les télépilotes européens seront entraînés à des missions soit de reconnaissance et identification d’objectifs, type celles effectuées jusqu’à présent par les Prédateurs utilisés par l’aéronautique italienne, soit d’attaque avec les MQ-9 Reaper, type celles effectuées en Afghanistan, Pakistan, Irak, Yémen, Somalie et autres pays.

Le Reaper (Broyeur, de vies humaines évidemment), long de plus de 10 mètres et avec une envergure d’ailes de 20 mètres, peut être armé de 14 missiles AGM-114 Hellfire (Feu de l’enfer), en plus de deux bombes à guidage laser GBU-12 Paveway II ou GBU-38 JDAM à guidage satellitaire. Les télépilotes, assis devant les écrans de leur console à des milliers de kilomètres, une fois repéré la « cible » par l’intermédiaire de senseurs électro-optique et autres du drone, commandent avec leur joystick le lancement des missiles et des bombes.

C’est la nouvelle façon de faire la guerre, présentée comme « chirurgicale ». Les « dommages collatéraux » sont cependant fréquents : pour toucher un présumé terroriste, les drones killer détruisent souvent toute une maison en tuant des femmes et des enfants, ou bien le télépilote confond-il un groupe de gens à un mariage avec un dangereux groupe armé et lance le « Feu de l’enfer » à tête thermobarique ou à fragmentation ; ou bien il le lance parce qu’il est stressé par les horaires épuisants à la console.

C’est à tout cela que contribuera l’école européenne de drones militaires, dont la localisation en Italie n’est pas fortuite. L’Italie a été la première dans l’Ue à acquérir les Predator étasuniens et à les utiliser dans les « missions » internationales (Afghanistan, Irak, Libye, Corne d’Afrique), la première qui a permis aux drones militaires d’opérer dans l’espace aérien national en mettant en danger les vols civils.    De Sigonella (base étasunienne à Catane, Sicile) opèrent depuis des années les drones Global Hawk (Faucons mondiaux), ainsi que des Prédateurs armés, de la US Navy. Dans cette même base entrera en fonction à partir de 2016 le système Ags de l’Otan qui, avec Global Hawk, surveillera une vaste zone, de l’Afrique au Moyen-Orient, en soutien des opérations de l’Otan. L’utilisation des drones militaires s’intensifiera avec la mission Ue « contre les trafiquants d’êtres humains en Méditerranée », passe-partout d’une opération sous direction Otan pour une intervention militaire en Libye.

Et la ministre Pinotti, en visitant Amendola, pourra féliciter les télépilotes des Prédateurs, comme le fit dans cette même base le Premier ministre D’Alema (Parti démocrate de gauche) quand, le 10 juin 1999, il félicita les pilotes italiens qui avaient bombardé la Yougoslavie, en soulignant qu’ils avaient fait « une grande expérience humaine et professionnelle ».

Manlio Dinucci

Edition de mardi 23 juin 2015 de il manifesto

http://ilmanifesto.info/in-italia-la-scuola-dei-predatori/

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

Manlio Dinucci est géographe et journaliste. Il a une chronique hebdomadaire “L’art de la guerre” au quotidien italien il manifesto. Parmi ses derniers livres:  Geocommunity (en trois tomes) Ed. Zanichelli 2013; Geolaboratorio, Ed. Zanichelli 2014;Se dici guerra…, Ed. Kappa Vu 2014.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau